Féminismes noirs et littérature

Le 14 juin prochain, l’équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Guyane et du laboratoire MINEA à l’origine du séminaire FEMPOCO organise en présentiel un atelier de réflexion sur féminismes noirs et littérature, dans le cadre du congrès de l’Institut des Amériques qui se tiendra à Lyon, du 12 au 16 juin 2023
 
La rencontre prolonge les travaux du séminaire et le dossier “(Re)lire les féminismes noirs” dirigé par Tina Harpin et Claudine Raynaud paru en 2021 aux Études littéraires africaines n°51.
 
Nous recevrons les chercheuses Jules Falquet, Laure Demougin, Claudine Raynaud, Vinicius Gonçalves Carneiro et Kathleen Gyssels ainsi que Natalia Guerellus modératrice de la séance. 
 
L’atelier aura lieu au Palais Hirsch, Bâtiment Athena, Salle 046, à 9h et pour y assister sur place, il faut s’inscrire ici : https://my.weezevent.com/congres-de-linstitut-des-ameriques-2023-lyon.
 
L’argumentaire et le programme sont détaillés ci-dessous. N’hésitez pas à diffuser l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées et de pouvoir se rendre à cet événement!
 
L’équipe du séminaire de recherche FEMPOCO (Université de Guyane, laboratoire MINEA)
Giulia Manera, Ahmed Mulla et Tina Harpin
 

Penser les féminismes noirs à travers la fiction, le théâtre et la poésie des autrices francophones, lusophones, hispanophones et anglophones dans les Amériques

Mercredi 14 juin de 9h00 à 11h00

 MILC

Organisation : Tina Harpin (Université de Guyane), Ahmed Mulla (Université de Guyane) et Giulia Manera (Université de Guyane)

Argumentaire

Dans Petit manuel antiraciste et féministe, traduit en français en 2019 (Anacaona), l’universitaire activiste brésilienne Djamila Ribeiro invite ses lecteurs et lectrices à lire des « auteur.e.s noir.e.s » comme remède à l’annihilation et à l’invisibilisation des savoirs noirs et comme acte féministe. Ribeiro reprend une idée communément partagée dans les combats féministes sur le rôle de l’écriture et de la littérature dans la prise de conscience des injustices et dans la lutte. Elle nous rappelle la mise en garde ancienne de la chercheuse en littérature africaine américaine Barbara Christian (The Race for Theory, 1988) contre l’oubli d’une littérature féminine noire vue comme l’expression autre d’une forme de pensée vivante, non hégémonique, qui est aussi théorie. En tant que chercheurs en littératures américaines, nous souhaitons approfondir cette réflexion sur la littérature comme possible expression des pensées théoriques féministes noires, au lieu de perpétuer la représentation simpliste d’une dichotomie entre “théorie féministe” et pratiques littéraires.
L’atelier est pensé comme le prolongement de travaux qui ont fait connaître le Black feminism des Etats-Unis en France (Dorlin 2008) et comme la poursuite d’une recherche récente sur la place de la littérature dans les pensées féministes noires (Harpin et Raynaud 2021, Mulla 2021, Manera 2021). L’objectif de l’atelier est la discussion sur la place des études littéraires dans l’élaboration et l’évolution des féminismes noirs aux Amériques considérées dans leur diversité géographique et linguistique. L’échange sera basé sur des études précises d’autrices aux œuvres littéraires complexes et dont le positionnement féministe noir peut paraître indubitable ou faire débat. La fiction et la poésie féministe et/ou féminine noire représentent en effet un terrain d’élaboration, de déconstruction ou de révision de nouvelles figurations puissantes qui désentravent l’imaginaire et les actions. Le prisme du littéraire contribue à restituer la richesse et la diversité des féminismes noirs, et invite à souligner la circulation proprement littéraire d’idées, de formes d’engagements et de théories sur le plan transnational et transatlantique. Dans cette perspective, considérer les autrices du nord, du centre et du sud de l’Amérique permet d’observer les positionnements divers vis-à-vis des combats féministes et féministes noirs, et de problématiser la persistance de l’héritage colonial et raciste dans le continent. Le choix de ce champ d’analyse qui dépasse les barrières linguistiques et nationales permettra également de valoriser et revaloriser les spécificités et l’éclectisme de ces littératures qui pensent, critiquent, réinventent ce qu’on a appelé les « féminismes noirs » depuis le XXe siècle.

Intervenant·e·s


• Jules Falquet (LLCP – Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – Melissa Cardoza, 13 couleurs de l’engagement au Honduras

• Laure Demougin (RIRRA21 – Université Paul-Valéry Montpellier 3) – Paulette Nardal et Jane Léro : deux facettes d’un féminisme noir ?

• Claudine Raynaud (EMMA – Université Paul-Valéry Montepellier 3) – Lewis’ Sable Venus and Rankine’s Citizen: African American Poetry as Black Feminist Theory?

• Vinicius Gonçalves Carneiro (ERSO – Université de Lille) – À la recherche d’une destinataire subalterne : relire Françoise Ega à travers Carolina Maria de Jesus, relire Carolina Maria de Jesus à travers Françoise Ega

• Kathleen Gyssels (Antwerp University) – Queering Wekker with Wynter and Taubira, or Sycorax’ Sisters in the Struggle against white, male, heteronormative prejudice

 


Citer ce billet
editapela (2023, 8 juin). Féminismes noirs et littérature. Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9zg