Sylvie Kandé et Elgas

Conférence et table-ronde

dans le cadre du séminaire Senghor

16/06/2023, 17h-19h (15h-17h GMT)

Salle de conférence site BnF Richelieu et visioconférence

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard@cnrs.fr).

Nous vous convions à la rencontre entre Sylvie Kandé et Elgas qui aura lieu le vendredi 16 juin 2023 à la BnF (site Richelieu), Paris. Organisée dans le cadre du Séminaire Senghor, la séance se déroulera de 17h à 19h. Après une prise de parole de chacun des invités, une table ronde sera animée par Edoardo Cagnan et Sébastien Heiniger, pour une discussion commune. Les questions du public ne seront pas oubliées.

Après la séance, de 19h jusqu’à la fermeture du site (20h), Guillaume Delaunay, conservateur à la BnF, exposera les manuscrits de Senghor. Des tables seront prévues pour dédicace des ouvrages des écrivains présents.
 
Nous sommes heureux et honorés de pouvoir accueillir Sylvie Kandé et Elgas, qui nous parleront de Senghor, de la présence (ou de son absence) dans leur création littéraire. 
 
Sylvie Kandé (https://www.sylviekande.com/fr/accueil) est une historienne française d’origine franco-sénégalaise et professeure à la Standford University de New York. Mais c’est avant tout la poétesse que nous invitons, celle dont l’oeuvre a été plusieurs fois primée (prix Louise Labé de poésie pour Gestuaire ; Prix Lucienne Gracia-Vincent sous les auspices de la Fondation Saint-John Perse pour La quête infinie de l’autre rive). 
 
El Hadj Souleymane Gassama, a.k.a Elgas, est journaliste, écrivain et docteur en sociologie. Il est né à Saint-Louis, a grandi à Ziguinchor au Sénégal, et vit depuis une quinzaine d’années en France. L’auteur de Mâle noir, Un dieu et des moeurs, Inventaire des idoles a récemment publié Les bons ressentiments, un essai brillant où il s’engouffre sans frémir dans le « malaise post-colonial ». Senghor est le premier des « aliénés » dont il brosse le portrait. Citons-en la conclusion en accroche : « Son oeuvre – immense pour qui se donne la peine de l’explorer sans préjugés définitifs – s’évapore  ainsi sur l’autel de sa seule bascule dans le champ honni de l’aliénation. Sa gloire hypothéquée n’est célébrée que dans quelques cercles plus ou moins clandestins, à leurs risques et périls. Il est certes porté aux nues en France et dans une partie de la francophonie, mais aimer Senghor en Afrique, c’est se risquer à endosser une part de cet opprobre, celle d’être affilié, disons-le sèchement, à un « traître » ».
 


Citer ce billet
editapela (2023, 10 juin). Sylvie Kandé et Elgas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9zi