CfP: The representations of polygamy

Dear colleagues,

Please see below for a CFP for a WIF-Australia seminar series on representations of polygamy in Sub-Saharan African cultural and creative products

Please do not hesitate to contact the seminar co-organisers Charlotte Mackay (charlotte.mackay@monash.edu) and Murielle Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) should you have any questions.

Au-delà des clichés : représentations culturelles de la polygamie dans les œuvres créatives de femmes subsahariennes

Le thème de la polygamie est au cœur des expressions culturelles et artistiques de l’Afrique subsaharienne depuis la publication de l’œuvre désormais canonique Une si longue lettre  (1979) de Mariama Bâ, considérée par beaucoup comme ayant marqué le coup d’envoi de l’écriture féminine en Afrique subsaharienne. Alors que de nombreux écrivains et théoriciens africains dénoncent la polygamie comme une institution oppressive pour les femmes à travers des formes créatives, d’autres proposent des œuvres qui plaident en faveur d’un positionnement plus approbateur sur la question. Quant à la production cinématographique du continent, les réalisatrices sont souvent encouragées, en échange d’opportunités de financement, à produire des films qui abordent des « thèmes féminins », tels que la polygamie, ce qui peut engendrer chez certaines le sentiment d’être limitées dans le contenu cinématographique qu’elles peuvent proposer, tandis que d’autres choisissent spécifiquement d’évoquer ces questions dans leur travail (Bisschoff, 163). Bien que la polygamie dans les œuvres littéraires et créatives subsahariennes reflète « la multiplicité des discours féminins » (Assiba d’Almeida, 43), Clignet souligne que « [l]e principal défaut des analyses de la polygamie réside dans le fait qu’elles sont à la fois atemporelles et anhistoriques » et que « implicitement ou explicitement, ces analyses se focalisent toujours sur la seule perspective masculine […] » (2019, 204).

Dans ce séminaire, nous proposons de recentrer les diverses représentations culturelles de la polygamie issues de la littérature (orale et écrite), des médiums artistiques, des médias, de la musique et du cinéma produits par des femmes subsahariennes francophones. Ce séminaire vise à dépasser l’axe dénonciation-célébration qui a marqué jusqu’à présent de nombreuses études sur la polygamie dans les représentations culturelles du continent pour explorer la polygamie sous toutes ses formes et dans tous ses modes d’expression. L’objectif de cette série est de fournir une plateforme sur laquelle réfléchir aux questions suivantes : Comment les représentations de la polygamie se construisent-elles d’un point de vue artistique, socioculturel et politico-économique ? Comment ces représentations investissent-elles les corps dans le temps et dans l’espace ? Comment les expériences polygames sont-elles écrites, lues, regardées ou consommées par les hommes et les femmes ? Existe-t-il un genre / style / mode qui reflète fidèlement l’expérience polygame ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions non exhaustives qui pourraient servir de lignes directrices pour ce séminaire. Nous sollicitons des propositions de communication (15-20 minutes) sur tout aspect de la polygamie dans les représentations culturelles et les pratiques artistiques de l’Afrique francophone. 

Veuillez envoyer vos propositions de communication (250 mots) ainsi que vos questions aux co-organisatrices Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) et Charlotte Mackay (Charlotte.Mackay@monash.edu) avant le 15 août 2023.

Ouvrages cités

Mariama Bâ, Une si longue lettre, (Dakar: LesNouvelles Éditions Africaines du Sénégal, 1979).

Lizelle Bisschoff, ‘The emergence of women’s film-making in francophone sub-Saharan Africa : From pioneering figures to contemporary directors’, Journal of African Cinemas 4/2 (2012), 157-73

Rémi Clignet, ‘On dit que la polygamie est morte: vive la polygamie!’, in David Parkin, and David Nyamwaya, eds, Transformations of African Marriage (Oxon: Routledge, 2019), 199-209. 

Irène Assiba d’Almeida, ‘Problématique de la mondialisation des discours féministes africains’, in Chantal Zabus, and Danielle de Lame, eds, Changements au féminin en Afrique noire. Anthologie et littérature (Paris: L’Harmattan, 1999), 27-47.

Beyond clichés: cultural representations of polygamy across Sub-Saharan women’s creative works

 The subject of polygamy has been a mainstay in cultural and artistic expressions from across Sub-Saharan Africa since the publication of Mariama Bâ’s now canonical Une si longue lettre (1979), a work considered by many to have sounded the coup d’envoi of Sub-Saharan African women’s writing. While many African writers and theorists denounce polygamy as an oppressive institution for women through creative forms, others propose works that advocate for a more approbatory positioning on the issue. In cinematic production from the continent, female directors are often encouraged to produce films addressing specifically “female themes”, such as polygamy, in return for funding opportunities, leaving many feeling that they are restricted in the cinematic content that they can propose while others specifically opt to address such issues in their work (Bisschoff, 163). Although polygamy in Sub-Saharan literary and creative works reflects “the multiplicity of feminine discourses” (Assiba d’Almeida, 43), Clignet stresses that “[t]he main flaw in analyses of polygamy lies in the fact that they are both atemporal and ahistorical” and that “implicitly or explicitly, these analyses always focus on the male perspective alone […]” (2019, 204). 

In this seminar we propose to re-centre various cultural representations arising from literature (oral and written), artistic mediums, media, music and cinema by Francophone Sub-Saharan women. Importantly, this seminar aims to go beyond the denunciation-celebration axis that has so far tinged many a study on polygamy in cultural representations from the continent to explore polygamy in all its forms and modes of expression. The goal of this series is to provide a platform from which to reflect on the following questions: How are representations of polygamy constructed from artistic, socio-cultural and politico-economic points of view? How do these representations invest bodies in time and space? How are polygamous experiences written, read, viewed or consumed by men and women? Is there a genre/style/mode that faithfully reflects the polygamous experience? These are just some of the non-exhaustive questions that could serve as guidelines for this seminar. We invite proposals for papers (15-20 minutes) on any aspect of polygamy in Francophone African cultural representation and artistic practice. 

Please send proposals for papers (250 words) alongside any questions to the co-organisers Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) and Charlotte Mackay (Charlotte.Mackay@monash.edu) before the 15thof August 2023.

Works cited

Mariama Bâ, Une si longue lettre, (Dakar: LesNouvelles Éditions Africaines du Sénégal, 1979).

Lizelle Bisschoff, ‘The emergence of women’s film-making in francophone sub-Saharan Africa : From pioneering figures to contemporary directors’, Journal of African Cinemas 4/2 (2012), 157-73

Rémi Clignet, ‘On dit que la polygamie est morte: vive la polygamie!’, in David Parkin, and David Nyamwaya, eds, Transformations of African Marriage (Oxon: Routledge, 2019), 199-209. 

Irène Assiba d’Almeida, ‘Problématique de la mondialisation des discours féministes africains’, in Chantal Zabus, and Danielle de Lame, eds, Changements au féminin en Afrique noire. Anthologie et littérature (Paris: L’Harmattan, 1999), 27-47.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editapela (3 juillet 2023). CfP: The representations of polygamy. Carnets de littératures africaines. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9zr