Il s’appelait Sony Labou Tansi par Alain Mabanckou

Lire le pays// Les gens
Mardi 30 Juin 2015
L’Humanité

50 écrivains parmi les grands noms de la littérature francophone ont accepté de ” lire le pays” pour l’Humanité et invitent à découvrir chaque jour une nouvelle inédite.

Le 30 juin 2015, un texte à lire d’Alain Mabanckou, consacré à Sony Labou Tansi.

En 1979, un écrivain congolais publiait son premier roman au Seuil, La Vie et demie. Il s’appelait Sony Labou Tansi…

L’effervescence au Congo était telle que tous les écrivains en herbe voulaient rencontrer cet auteur. Était-ce la timidité qui me fit attendre deux ans avant d’aller à sa rencontre ? Ce premier roman apporta un souffle nouveau aux littératures africaines. Mieux encore, il fut considéré comme une étape fondamentale du roman africain. S’il y a trois romans qui reviennent sans cesse comme importants dans la littérature d’Afrique noire, ce sont ceux de Yambo Ouologuem (Le Devoir de violence), d’Ahmadou Kourouma (Les Soleils des indépendances) et de Sony Labou Tansi (La Vie et demie). Au sujet de ce dernier, la critique française fut laudative. On parla d’une écriture rabelaisienne. On fit le parallèle avec l’univers latino-américain, en particulier celui de Gabriel Garcia Marquez. C’est donc cet écrivain que je souhaitais rencontrer en ce début des années 1980…

Lire la suite : http://www.humanite.fr/il-sappelait-sony-labou-tansi-par-alain-mabanckou-578234


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editapela (17 juillet 2015). Il s’appelait Sony Labou Tansi par Alain Mabanckou. Carnets de littératures africaines. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9lr