AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue FSSA (French Studies in Southern Africa)

Les propositions de contribution en français ou en anglais de 300 mots environ sont à envoyer à resiliencesfeminines24@gmail.com.  

Calendrier

  • Soumission des propositions : avant le 15 octobre 2023 
  • Notification des auteurs : le 15 décembre 2023 
  • Soumission des articles (33 000 – 40 000 caractères espaces compris) : avant le 15 mars 2024 
  • Notification des auteurs : le 15 mai 2024 
  • Envoi de l’article final en français : avant le 15 juin 2024 
  • Date de publication du numéro spécial : Fin 2024

Argumentaire

Questionner les résiliences féminines revient à (re)considérer la place du sujet féminin dans un monde confronté plus que jamais aux désastres aussi bien humains, sociaux qu’environnementaux. Fragilisées par les inégalités intersectionnelles – liées au genre, à la race et à la classe -, soumises à ce que la sociologue Jules Falquet propose d’appeler une « guerre de basse intensité » (Falquet, [1997] 2016, 25), les femmes sont exposées de plein fouet aux bouleversements du monde. Elles sont amenées dès lors à développer des stratégies de résilience pour tenter de renaître après divers traumatismes. Le sujet féminin devient ainsi le personnage clé des processus de résilience dorénavant perceptibles partout dans le monde.
Du latin re-salire, la résilience est utilisée en sciences physiques pour désigner la résistance des matériaux ; elle a servi de métaphore en psychologie pour parler de la capacité de l’être humain à faire face au traumatisme et à redémarrer une nouvelle vie. Boris Cyrulnik définit la résilience comme un « processus biologique, psychoaffectif, social et culturel qui permet un nouveau développement après un traumatisme physique » (Cyrulnik, Jorland, 2012, 8). Considérée comme une réaction nécessaire face aux différents désastres mondiaux, la résilience est au centre des préoccupations de plusieurs domaines essentiellement l’écologie au vu de l’urgence climatique.  

Le présent appel à contributions vient interroger la littérature et la résilience. Le concept de résilience est associé à la notion de (cultural) trauma studies qui permet de « “lire la blessure” à l’aide de la littérature » (Hartman, 1995, 537). Il est aussi appréhendé avec les théories d’empowerment et agency, apparues comme cadre théorique en études littéraires anglophones durant des années 1990, qui mettent l’accent sur l’agentivité du sujet confronté aux expériences débilitantes. Ces concepts font référence à la capacité de l’individu (et parfois aussi du collectif) d’améliorer sa propre situation par l’action. L’empowerment et l’agency contestent donc l’impuissance souvent associée aux groupes minoritaires qui subissent la domination. La résistance aux oppressions participe ainsi du processus de résilience des sujets dominés. Le concept de la résilience féminine (tout comme ceux d’empowerment et agency) est néanmoins très complexe et nécessite de la circonspection. Vue d’une perspective féministe engagée, la résilience risque de devenir une nouvelle « image de contrôle » (Collins, 2000, 69) qui prendrait part aux schémas de domination en naturalisant l’oppression et l’inégalité des femmes. Comme le trope de la Strong Black Woman, ou encore celui de la femme poto mitan répandu aux Antilles, celui de la femme noire résiliente pourrait agir comme une image stéréotypée de la femme noire, une injonction sociale coûteuse, qui justifierait les codes de domination au lieu de les remettre en question.

Cet appel invite les contributeurs à penser les formes et les expressions de résilience incarnées par les personnages au féminin dans les textes francophones de l’extrême contemporain dont l’objet demeure sans conteste le monde. L’histoire littéraire révèle que cette transitivité des productions francophones est foncièrement dynamique. Si dans les premiers textes, le monde a d’abord été le lieu d’origine bouleversé par la rencontre avec l’occident, il est ensuite devenu pluriel sous la plume de la génération de la migritude, et il se trouve désormais endommagé au point qu’il devient urgent de « réparer ». C’est essentiellement dans cette optique de littérature responsable, engagée dans des luttes sociales à l’origine des productions francophones que seront lues les stratégies de résilience. Aussi, les réflexions s’inscrivent-elles dans le sillage des deux tomes Résilience et Modernité dans les Littératures francophones (2021) dirigés par Marc Quaghebeur dont quelques études s’engagent déjà dans une perspective féministe, se focalisant surtout sur les œuvres des écrivaines maghrébines. Les réflexions prennent appui également sur le dossier « (Ré)lire les féminismes noirs » (2021) rassemblé par Tina Harpin et Claudine Raynaud pour la revue Études littéraires francophones qui analyse la place nodale des écrivaines noires américaines et africaines dans les études féministes. La question de la résilience apparaît en filigrane dans l’histoire de ces combats féministes noirs à la fois politiques et esthétiques et mérite d’être examinée plus précisément.
Les contributions analyseront les écrits des femmes et des hommes de différentes aires culturelles qui investissent un personnage au féminin embarqué dans le processus de résilience face à l’« effraction » subie. Quelles sont donc les manifestations littéraires de ces résiliences féminines francophones ? Comment la langue participe-t-elle à la résilience du sujet féminin ? Sous quelles formes se traduisent les résiliences des « femmes rebelles » de l’immédiat contemporain ? Quelle est la portée de la transgression et sous quelles formes se traduit-elle ? Comment la nature est-elle appréhendée ? Quelle est la place de l’intermédialité, dans cette écriture de la résilience féminine ? Quels liens entretient-elle avec les autres arts ?
Les contributions s’ouvrant à des interprétations philosophiques, gynocritiques, anthropologiques et autres traiteront les axes suivants :

  • résilience du sujet féminin face aux traumatismes individuels et/ou collectifs
  • résilience « textuelle » à travers les stratégies de résistance ou de réappropriation linguistique et intertextuelle liées à l’ « effraction » de la/des langue(s) et des textes antérieurs
  • perspectives écoféministes de la nature face aux dégradations environnementales

Nous privilégions les analyses des textes de ces deux dernières décennies ainsi que (le cas échéant) leur comparaison avec les textes plus anciens permettant de saisir les contours de ces résiliences féminines d’une génération d’écrivain.e.s à une autre. Nous favorisons également les études des textes des auteur.e.s moins connu.e.s ainsi que des études comparées à d’autres formes d’art afin de traduire au mieux la pluralité des résiliences féminines francophones de l’extrême contemporain.



Citer ce billet
editapela (2023, 12 juillet). AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9zw