Une satire cinglante

Christiane Fioupou vient de donner un entretien à RFI (entretien réalisé par Tirthankar Chanda), à propos du dernier roman de Wole Soyinka, récemment traduit en français par David Fauquembert et Fabienne Kanor.

«Le nouveau roman de Soyinka est une satire cinglante, alternant humour et horreurs»

Prix Nobel de littérature 1986, Wole Soyinka est connu comme dramaturge et poète. Après Les Interprètes (1965) et Une saison d’anomie (1973), il a publié en 2021 son troisième roman Chroniques du pays des gens les plus heureux du monde, désormais disponible en français. Inspiré par les dérives de la société nigériane, ce roman raconte la corruption des élites dans une Afrique cherchant ses repères. Entretien avec Christiane Fioupou, angliciste et traductrice de Soyinka.

RFI : Christiane Fioupou, vous connaissez le Nigeria littéraire comme peu de gens le connaissent. Vous avez enseigné notamment l’œuvre de Soyinka à l’université, vous l’avez traduite. Quelle fut votre première impression en découvrant le nouvel opus du grand maître de la parole nigériane ?

Christiane Fioupou : J’ai été enthousiasmée par ce livre que j’ai lu en anglais. Les Chroniques du pays des gens les plus heureux du monde est un grand roman sur le Nigeria et sur l’état du monde, plus généralement. Il est foisonnant, bouillonnant, rythmé, dense. En raison de ses intrigues à rebondissements, il y a très peu de répit dans la narration. Ce livre est une sorte de thriller, une satire politique décapante, avec des personnages haut en couleur. Je suis impressionnée par la maîtrise, l’art et la cohérence de la pensée de son auteur que je connais bien car je lis et étudie son œuvre depuis plusieurs décennies. Pour vous dire combien j’ai été favorablement impressionnée par ses Chroniques, une fois que j’ai eu fini ma lecture, je n’avais qu’une envie, celle de retourner à la première page pour me réjouir encore plus du texte lui-même et de la manière dont l’auteur aborde des thèmes si multiples, riches, voire incroyables, alternant humour et horreurs !

Lire la suite sur le site de RFI.



Citer ce billet
editapela (2023, 29 août). Une satire cinglante. Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ba00