AAC : André Brink dans l’espace francophone

Journée d’études

Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun)

28 avril 2016

Date limite: 10 décembre 2015

Journée d’études organisée par le Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua le 28 avril 2016 dans le cadre des activités du Laboratoire de Langues, Littératures et Études Comparées (LLEC).
Écrivain sud-africain descendant des Boers, André Brink est le chef de file des Sestigers, vaste mouvement littéraire ayant ambitionné d’affranchir la littérature sud-africaine des tabous longtemps imposés par l’Apartheid. Il a très tôt manifesté son amour pour la France où, dès 1959, il s’envole pour se former en Littérature Comparée à la Sorbonne. En y poursuivant les études, il apprend à aimer Camus, Sartre, Sarraute, le Nouveau Roman et les courants structuralistes et postructuralistes qui auréolent cette époque, sans oublier la fascination pour les libertés caractérisées par le célèbre mouvement de Mai 1968 auquel il assiste de la fenêtre de son appartement parisien. Si la critique s’accorde sur le fait que son œuvre est eurocentriste, et particulièrement tournée vers la France, on peut se demander quel regard porter sur la réception de sa foisonnante production littéraire dans l’espace francophone. Il faut se le rappeler, André Brink écrit son premier roman, L’Ambassadeur, au moment où partout dans le tiers-monde, les territoires sont en pleine guerre d’indépendance ; que ce soit en Afrique centrale, occidentale, en Algérie ou dans les Caraïbes. Même s’il a sympathisé avec son « maître à penser », Albert Camus, dont le combat pour la libération de l’Algérie ressemblait à plus d’un égard à celui de l’Afrique du sud, il faut reconnaître que l’espace francophone n’a pas profondément retenu l’attention du grand écrivain. Bien plus, le « vent d’est » qui a soufflé dans le monde des années 90 ainsi que la mobilisation des états francophones pour la libération de son ami Madiba (Mandela) n’ont pas été pour lui un motif suffisant d’inspiration. Comment peut-on expliquer cet arrêt subit, ce silence ? Cette posture a-t-elle influé sur la réception de son œuvre dans cette aire culturelle ? Pourtant, son œuvre littéraire a été favorablement accueilli dans l’espace francophone : en 1996 par exemple, son best-seller Une saison blanche et sèche fut inséré dans les programmes d’enseignement de littérature dans les lycées et collèges au Cameroun ; la même œuvre ayant été sept ans plus tôt adaptée avec succès au cinéma par le réalisateur martiniquais Euzhan Palcy. Par ailleurs, le nombre et la qualité des travaux de recherches sur son œuvre dans cet espace sont incalculables et très variés. Un hommage lui est rendu le 18 février 2015 à l’Université de Dschang organisée par le professeur Fotsing Mangoua au lendemain de sa mort, ainsi que plusieurs autres manifestations un peu partout dans le monde.

La présente journée d’études organisée par le Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua le 28 avril 2016 dans le cadre des activités du Laboratoire de Langues, Littératures et Études Comparées (LLEC) entend re-visiter la fortune littéraire de ce dilettante dans l’espace francophone et lui rendre un vibrant hommage posthume.
Plusieurs pistes de réflexions s’ouvrent à nous :
Les textes d’André Brink dans la littérature francophone : l’occasion est ainsi offerte aux chercheurs de se pencher sur les reprises ou les réécritures des textes de Brink, ses épigones, ainsi que tout autre emprunt significatif qui puisse apporter un éclairage sur la riche carrière de l’écrivain.
André Brink et les médias francophones : ses passages dans les émissions de renoms, ses interventions médiatiques, les adaptations cinématographiques ou théâtrales, les interviews et, pourquoi pas, l’internet et les autres supports numériques.
André Brink, un pendant de la littérature politique : ses prises de positions politiques par rapport aux événements de l’espace francophone (par exemple sur le colonialisme ou le néocolonialisme, la
francophonie etc.).
La diversité culturelle francophone : la culture et les artistes francophones, les appréciations sur les mœurs, les habitudes.
Les nouveaux paradigmes de l’écriture : les théories linguistiques francophones, le Nouveau Roman, le renouvellement des formes scripturales, la traductologie ainsi que l’intermédialité avec ses différentes variances (médialité, médiagénique, médialiture, intermatérialité, interdiscursivité, etc.).
La biographie : sa vie extra-littéraire, ses amours, ses entretiens, ses mémoires, ses voyages importants dans le monde francophone, etc.

• Etc.
Ces pistes ne sont bien sûr pas exhaustives et invitent à envisager dans toute leur diversité les relations croisées entre André Brink et le monde francophone.
Les propositions de communication (3000 signes maximum, cinq mots-clés inclus, version Word doc ou docx) ainsi qu’une brève notice bibliographique déclinant l’institution d’attache du contributeur et son domaine de recherche sont à envoyer exclusivement à l’adresse jiatsajiokeng_al@yahoo.fr avant le 10 Décembre 2015. La notification des acceptations des propositions se fera le 15 janvier 2016. Le programme de la journée d’études sera communiqué plus tard. Les actes de cette journée seront publiés fin 2016.
Comité d’organisation
Pr Raymond MBASSI A. (ENS/Université de Maroua)
Dr Jean-Claude ABADA, (ENS/Université de Maroua)
Dr Jacques EVOUNA (ENS/Université de Maroua)
Dr Bernard AMBASSA FILS (ENS/Université de Maroua)
Dr Adam MAHAMAT (ENS/Université de Maroua)
Dr Carole NJIOMOUO L. (ENS/Université de Maroua)
M. Oumar GUEDALLA (ENS/Université de Maroua)
M. Guilioh M. VOKENG N. (ENS/Université de Maroua)
M. Agénor NJIMENI (ENS/Université de Maroua)
Mme Denise MAYOUDOM (ENS/Université de Maroua)
M. Daniel SE GUE (ENS/Université de Maroua)
M. Yaya MOUNTAPMBEME P. (ENS/Université de Maroua)
Coordonnateur : Dr Albert JIATSA J. (ENS/Université de Maroua)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editapela (16 juillet 2015). AAC : André Brink dans l’espace francophone. Carnets de littératures africaines. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9lq