AAC: Avec Habib Tengour

« Avec Habib Tengour. Repenser la localisation des littératures maghrébines de langue française dans les espaces littéraires et anthropologiques »

Colloque à Cerisy, du 13 au 19 août 2025

Modalités de soumission

Les communications se feront exclusivement en français.
Celles-ci seront adressées sous forme de résumés comportant 1200 à 1500 signes (espaces compris) aux quatre co-organisateurs :

  • Farida Aït Ferroukh : farida.aitferroukh [apud] inalco.fr
  • Stéphane Baquey : stephane.baquey [apud] univ-amu.fr
  • Regina Keil-Sagawe : reginakeil [apud] yahoo.fr
  • Hervé Sanson : herve.sanson3 [apud] orange.fr

Date-limite de remise des propositions : 15 janvier 2024.

Argumentaire

En une séquence historique qui s’ouvre avec la fin des années 1960, l’œuvre et la trajectoire de Habib Tengour se situent dans un espace de transferts et de traversées, entre ancrage algérien et déplacement vers la littérature mondiale. Elles s’inscrivent aussi bien dans le contexte socioculturel multilingue maghrébin que dans des espaces littéraires arabe, méditerranéen, européen, américain. Elles associent enfin, en partant d’une auto-identification par l’énonciation poétique, une grande variation dans l’usage des genres littéraires à une recherche anthropologique et sociologique.
La multiplicité des aspects de cette œuvre est comparable à d’autres, durant la même période, qui ont, elles aussi, associé à la littérature une réflexivité étayée sur les sciences humaines et sociales ou sur l’histoire et la critique culturelles, telles celles d’Abdelkébir Khatibi, Nabile Farès, Abdelwahab Meddeb.
Le colloque envisagera l’exemplarité des écrits de Habib Tengour pour repenser, avec une génération d’écrivains, l’étude des littératures maghrébines dans leurs contextes anthropologiques, sociologiques, culturels, historiques, écologiques, ainsi que dans leurs modalités d’appartenance à une pluralité d’espaces littéraires.

Les contributions au colloque auront une portée méthodologique donnant une lecture des écrits de Habib Tengour, éventuellement associés à ceux de certains de ses contemporains maghrébins, en articulant études littéraires et sciences humaines et sociales ou en abordant l’œuvre de manière comparatiste entre plusieurs espaces linguistiques, littéraires et culturels.

Axes des communications :

  • Un tournant réflexif des années mille neuf cent soixante-dix ? Une génération ? La littérature maghrébine et les sciences humaines et sociales. Quels savoirs et quelles écritures pour des sociétés en transformation ? Quels soubassements anthropologiques à l’heure de la post-modernité littéraire ?
  • Trajectoires d’intellectuels, positionnements et débats entre les membres d’une génération. Epistémologie, légitimité et destination des savoirs : héritage de l’orientalisme savant, anthropologie, sociologie, linguistique, études littéraires, étude du discours religieux, historiographie.
  • La place et la signification de la poésie entre les genres du discours littéraire, scientifique et essayistique. Fiction, écriture de soi, d’enquête ou d’intervention. Les savoirs dans l’écriture littéraire.
  • Espaces vécus, représentations de l’espace et espaces en représentation. Diction des écoumènes. Lectures écopoétiques mettant l’accent sur les mutations du partage entre nature et culture dans les espaces maghrébins.
  • Institution des espaces linguistiques, littéraires et culturels maghrébins. Politiques culturelles,  collecte et usages du patrimoine : oralité, scripturalité, plurilinguisme; part du substrat anthropologique, de la colonisation, du projet national et de son devenir depuis les indépendances. Proposition d’un canon maghrébin par l’anthologie The University of California Book of North African Literature (Diwan Ifrikiya).
  • Espaces littéraires maghrébins déplacés : littérature de l’entre-deux, littérature migrante, littérature en traduction, littérature mondiale. L’écriture maghrébine de langue française comme traduction. Les poètes traducteurs. La traduction des œuvres maghrébines.

Comité scientifique

  • Elisabeth Arend, romanistique (Université de Brême)
  • Mireille Calle-Gruber, littérature et esthétique (THALIM, Sorbonne Nouvelle)
  • Ibtissem Chachou, sociolinguistique (CRASC, Université de Mostaganem)
  • Kamal Chachoua, anthropologie et sociologie (IREMAM, Aix Marseille Université)
  • Dominique Combe, théorie de la littérature (ENS PSL)
  • Yasser Elhariry, littérature française et comparée (Dartmouth College, USA)
  • Naget Khadda, littérature maghrébine de langue française (Université Paul Valéry, Université d’Alger)
  • Catherine Miller, sociolinguistique (IREMAM, Aix Marseille Université)
  • Alexis Nuselovici, littérature générale et comparée (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Anne Roche, littérature française et de langue française (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Joyce Sebag, sociologie (Université d’Evry)
  • Alfonso de Toro, romanistique (Université de Leipzig)
  • Mourad Yelles, littératures maghrébines et comparées (LACNAD, INALCO)
  • Khalid Zekri, littérature comparée (Université de Meknès)

Comité d’organisation

  • Farida Aït Ferroukh (LACNAD, INALCO)
  • Stéphane Baquey (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Regina Keil-Sagawe (Université de Heidelberg)
  • Hervé Sanson (ITEM, CNRS)


Citer ce billet
editapela (2024, 6 janvier). AAC: Avec Habib Tengour. Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://apela.hypotheses.org/8928