à quelques pas de nos rires – vers Sony Labou Tansi. Par Serge Ritman

Serge Ritman

 

à quelques pas de nos rires

vers Sony Labou Tansi

 

il y a un saule qui pleure dans La Troisième France
il est au bord de la Seine et Sony ne regarde que lui

voilà un livre gros de poèmes et il en manque beaucoup
mais je les entends tous qui disent très fort maintenant
 
tous ces poèmes raturés biffés comme recommencés
courent vite vite et nous rattrapent et voilà qu’on devient

oui on devient clair-de-verbe comme un clair-de-lune
et si j’ai chanté Mao avec Sony je vais passer ma mort
 
à renverser la vie dans des racontages au bord du fleuve
pour hurler oh que l’espoir est inhabitable c’est le poème

qui nous habite subversivement pour tout déménager
le Congo et la Seine l’enfer et le paradis et pour construire
 

des villages de visages dans un corps qui bouge sa langue
de répétitions en répétitions c’est la vie cyclone la rage
 
 

de tempête
 
et tu creuses l’énigme Sony voulez-vous que je
vous dise ? tout est dans tes ici et tu nous donnes voix
 
dans la viande mais ta boucherie invente des gestes rythmes
nouveaux où jamais tu habites ici et toujours avec nos sœurs
 
goûtant la nuit vers des recommencements dans l’émeute
de naître par-dessus toutes les culpabilités incorporées
 
et contre les nihilismes tu écoutes en intensifiant le silence
nous encercle mais c’est terrible cet écrasant vertige d’écraser
 
 

alors avec des gestes d’assassin tu écris tout contre la matière
en courant parce qu’avec toi je suis traversé par le plus vivant
 
la longue marche au fond de la chose humaine t’épuise
sans que jamais tu ne cesses de creuser dans la sève noire
 
tu répètes l’écrasement qui nous monte à la gorge pour
le combat des intérieurs dans des démangeaisons mais crier
 
 
était trop simple et voilà que tu demeures dans des poèmes

ici et ici et ici jusqu’à sa majesté VERTIGE sans savoir à qui
 

est le poème et le temps de

dire que ce grain de sable est
 

une carte du monde pour tout refaire dans tes naissances
Sony recommence mon poème essoufflé dans ton entêtement

 

il était
une fois
un boxeur
contre
les idées
pas que
les toutes
faites
les idées
qui passent
pas par
la viande
qui titre
l’homme
et pas qu’une
fois
il ose
chaque fois
que sa fougue
quittait
les ondes moyennes
pour qu’un volcan
éructe
sa vie
hors frontières
pour couper

court à tout cet
Occident
où se défait
l’humain
c’est Sony
c’est la rage
d’aimer
et ses camarades
c’est nous
lisons
tout son branle
bas de vivre
pour enfin
respirer
tout essoufflés
à toute voix
même dans
la boue
du poème
toute la
solitude
et pour
nous retrouver
avec la fête
de dire
toutes les fois

qu’il revit
je suis moi
volontaire
à la condition
d’homme
et c’est fort
avec Sony
chacun peut
faire le poème
de sa vie
il tient
tête
à ceux qui renoncent
il vrombit
sans hésiter
de toutes les rimes
et refus
il relie jusqu’au
vertige oui
Sony jusqu’au
silence de crier
comme des nègres
nous buvons
l’insaisissable
dans tous les rêves
de t’écrire

bonsoir Sony
dans quelle étoile
tu as sommeil
fonce dans la terre

dire le premier oui du monde dans tous les refus et les recommencements
voilà comment tes poèmes inventent un je contre la tragédie des logiques
et ton lecteur perdu dans des mondes sans espoir écoute ta voix qui très passe
dans ta fière turbulence pour nous emporter chacun et chacune danser dans
notre sang comme c’est toi qui déborde là-bas et dis très fort dormez les choses


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
apela (25 novembre 2015). à quelques pas de nos rires – vers Sony Labou Tansi. Par Serge Ritman. Carnets de littératures africaines. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9me