Séminaire Senghor : double séance

La prochaine séance du séminaire Senghor se déroulera ce mercredi 15 mai 2024 à 15h-17h GMT (17h-19h Paris). Elle sera suivie par une séance seconde séance ce jeudi 16 mai 13h30-15h30 GMT (15h30-17h30 Paris).

Le mercredi 15 mai, nous nous retrouverons à l’ENS au 45 rue d’Ulm et sur zoom.

Nous accueillerons Serge Bourjea (ITEM) pour une contribution intitulée « Senghor : “La Négritude métisse” »
 
Senghor a voulu trouver le modèle d’un devenir-métis de l’humanité dans le Brésil des années 60, conçu comme « espérance de l’Afrique » et « modèle à suivre de la Civilisation de l’Universel ». Mais son vœu de voir naître « en Afrique de nouveaux brésils », s’est très vite affronté aux dictatures militaires brésiliennes (période 1964 / 1985) aussi bien qu’aux échecs de la décolonisation des pays lusophones d’Afrique (Angola, Mozambique, Guinée Bissau, période 1973-75). L’utopie, très ambiguë, d’un « métissage culturel mondial » né des racines négro-africaines de la Civilisation, semble dès lors avoir évolué vers une pensée plus subtile (et plus réaliste) de la « relation » humaine qui – se départissant des valences de « couleur et de race » – organise une poétique de la créolisation dont témoigne l’œuvre tardive. C’est ce que l’on voudra montrer à partir d’une nouvelle lecture de la Préface que donne Senghor, en 1976, au recueil du poète mauricien Édouard Maunick : ensoleillé vif ; et de l’hommage qu’il rend à Roger Bastide « sourcier et sorcier de la négritude », en 1976 également.
et Anna Carolina Coppola (Université Bordeaux Montaigne, rattachée à LAM) qui nous présentera « Entre Métissage et Lusophonie : Senghor, le Brésil, et la quête d’une communauté luso-afro-brésilienne » :
 
Cette étude se penche sur les interactions intellectuelles et diplomatiques entre le Brésil, le Portugal et le Sénégal pendant la période de décolonisation des années 1950 et 1960. Un constat s’impose : Senghor est largement reconnu pour son rôle dans la négritude et la francophonie, mais bien moins pour son appui au métissage culturel et à l’idée d’une communauté lusophone et latine. En s’appuyant principalement sur les discours de Senghor lors de sa visite officielle au Brésil en 1964, cette analyse vise à explorerson intérêt pour le métissage culturel, le Brésil et son projet lusophone. L’accent est mis sur les complexités des dynamiques raciales au Brésil et les échanges culturels qui ont influencé la perception de Senghor de la société brésilienne, ainsi que son admiration pour les idées de Gilberto Freyre. En outre, elle met en évidence l’intérêt diplomatique de Senghor pour freiner les guerres d’indépendance des colonies africaines lusophones vis-à-vis du Portugal. En conclusion, malgré les efforts de Senghor pour promouvoir une communauté lusophone sous l’égide du Brésil, des obstacles politiques et idéologiques ont pu entraver la réalisation de son projet.
Le jeudi 16 mai, nous nous retrouverons à la salle Emilie du Châtelet de la BnF (site Richelieu) et sur zoom.
 

Nous accueillerons Estefanía Bournot (ÖAW, Austrian Academy of Sciences) pour une communication intitulée « Négritude et Amérique Latine : La diplomatie culturelle de Senghor et la construction d’une communauté afro-latine » :

Cette présentation examine l’importance du colloque « Négritude et Amérique Latine », tenu à Dakar en 1974 sous les auspices de Léopold Sédar Senghor et organisé par le directeur du Centre d’études ibéro-américaines, René Durand. Dans le contexte de la tension politique de la guerre froide et de la politisation mondiale des luttes raciales, la conférence cherchait à mettre en valeur l’héritage culturel du monde noir en Amérique latine comme base pour articuler une série d’alliances politiques qui transformeraient les circuits transatlantiques marqués par l’histoire infâme de l’esclavage en un nouveau réseau de solidarité de nations indépendantes. Mon argument est que le symposium au Sénégal a non seulement ouvert un canal pour le dialogue transatlantique entre les intellectuels et les artistes, mais a également servi de détonateur pour de nouvelles politiques culturelles hémisphériques et transatlantiques basées sur la notion d’une latinité renouvelée à travers le prisme de la négritude.

Et Laura Gauthier Blasi (Universidad Europea de Madrid) pour « Senghor, l’indigénisme haïtien et le négrisme cubain ; influences, inspirations, unions et désunions »
 
L’indigénisme haïtien et le négrisme cubain sont des mouvements « singularisés » nés de la prise de conscience politique et culturelle qui a concerné le vaste continent américain dès le début du XX siècle, lorsque les élites ont exploré les chemins de l’émancipation identitaire et ouvert la réflexion sur l’affirmation d’un soi collectif et national. Si, pour Nicolás Guillén, le projet se construit autour du concept du « métissage » (concept plutôt stable de la pensée identitaire cubaine qui sera nuancé selon les auteurs), Jean Price-Mars conçoit ce retour sur soi collectif en explorant le lieu : son passé, ses origines et son africanité.


Citer ce billet
editapela (2024, 14 mai). Séminaire Senghor : double séance. Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o2z