Journées d’études décoloniales

MSH Bordeaux, 5-7 juin 2024

Comment faire dialoguer les penseurs d’Amérique du Sud du « décolonial » avec les recherches en (et sur l’)Afrique ? Que
peuvent nous apprendre les remises en cause, par le « Sud global », des épistémès hégémoniques ? Comment relier les continents et les bibliographies ? L’universalisme, tel qu’il était conçu dans l’Europe des Lumières, est attaqué de toutes parts pour son eurocentrisme. Comment prendre acte de ces gestes de décentrement sans renoncer pour autant à un « universel », que nous aurions à construire ensemble, par exemple dans la lignée des travaux de Souleymane Bachir Diagne ?

Ces deux journées organisées conjointement par Elara Bertho, Michel Cahen et Sylvère Mbondobari entendent réunir des chercheuses et chercheurs issu·e·s de plusieurs continents et d’orientations diverses pour discuter de ces croisements possibles. La première journée sera consacrée à ce que le décolonial
fait à nos pratiques de la recherche, très concrètement, en
interrogeant nos modes d’éditions, en proposant des pistes
de co-construction des données ou encore en questionnant
nos méthodes. La deuxième journée sera consacrée à la place
de l’Afrique dans la réception des études décoloniales et au
dialogue possible avec l’Amérique du Sud.

Journées d’études décoloniales


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editapela (29 mai 2024). Journées d’études décoloniales. Carnets de littératures africaines. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qlr