Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la “poudrière incontrôlée” qu’est devenue la planète, ou l’avènement du “grand marché de la misère et du dénuement”, et son corollaire, la fabrique d'”un réservoir de terroristes et de désespérés”, ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un “proscrit idéologique”. Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.
Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).