Tous les articles par Catherine Mazauric

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2

« Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes »

Journée d’études « Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes »

Sorbonne-Université – Faculté des Lettres, CIEF / CELLF

46 rue Saint-Jacques, 75005 Paris. Métro : Saint-Michel, Odéon, Cluny-La-Sorbonne

Vendredi 15 juin 2018

Programme :

9h00    Accueil des participants

9h15    Introduction de la journée d’études par Romuald Fonkoua (Sorbonne-Université)

9h30    Présidence de séance : Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)

  • Catherine Mazauric (Université d’Aix-Marseille) : « Errance, enracinerrance, entremondes : pour une éthique narrative »
  • Alioune Sow (University of Florida) : « Poétiques du métissage »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM/CNRS) : « Henri Lopes : Héraclite “entre les deux fleuves” »
  • Céline Gahungu (Sorbonne-Université) : « Ramages : Tribaliques, une écriture toujours recommencée »

12h00  Déjeuner 

13h30 Présidence de séance : Florian Alix (Sorbonne-Université)

  • Lydie Moudileno (University of Southern California) : « Les France(s) d’Henri Lopes »
  • Bernard Mouralis (Université de Cergy-Pontoise) : « Henri Lopes, romancier “provincial” ? »
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) : « Henri Lopes, un art du roman démocratique »

15h30  Pause

15h45  Table ronde avec Henri Lopes animée par Florian Alix (Sorbonne-Université) : Dany Laferrière (sous réserve), Maxime N’Débéka, Sami Tchak.

17h00  Clôture de la journée d’études : Romuald Fonkoua (Sorbonne-Université)

Argumentaire

« Réinventer la vie, prophétiser le réel » : Henri Lopes

Scandée par l’écriture et la politique, la construction d’une œuvre littéraire et le soutien « phraternel » à des écrivains débutants, l’effervescence de la vie publique et le retrait nécessaire à la création, la trajectoire d’Henri Lopes semble tout aussi multiple que ses écrits.

« Mettre, dans l’univers littéraire, [son] univers[1] » : telles sont les premières ambitions d’Henri Lopes lorsque, au tournant des années soixante, l’écriture devient, pas à pas, une impérieuse nécessité. Au regard de son cheminement, ce souhait s’est pleinement réalisé : composée de neuf romans, de nouvelles, d’un essai, de poèmes et de mémoires à paraître, l’œuvre d’Henri Lopes en fait l’une des figures majeures des littératures francophones. De la publication de Tribaliques, en 1971, à la parution, en 2015, du Méridional, l’écrivain a poursuivi la consolidation de son univers, ramifié son invention et impulsé un élan exploratoire à son écriture. Entre l’Afrique, la France et l’Amérique, ses romans sont le lieu de toutes les expansions narratives et fictionnelles : enquêtes inlassablement menées, miroirs métafictionnels dans lesquels se réfléchissent l’écrivain et ses pratiques, ils disent les vicissitudes coloniales et postcoloniales, la diffraction d’un je recomposé en d’infinis avatars, les errances de personnages métis et forment une œuvre‑monde tissée d’histoire(s), portée par un désir : « réinvente[r] la vie[2] » et « prophétise[r] le réel ».

Cette journée d’études sera suivie d’une table ronde au cours de laquelle Henri Lopes, Dany Laferrière (sous réserve), Maxime N’Débéka et Sami Tchak évoqueront leurs visions de la création littéraire et de l’écrivain.

Responsable : Céline Gahungu

[1] Apollinaire Singou-Basseha, Confidences et révélations littéraires : Henri Lopes, Sony Labou Tansi, Matondo Kubu Turé, Alain Mabanckou, Ghislaine Sathoud et Henri Djombo, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 32.

[2] Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, Paris, Le Seuil, 1997, p. 429.

Télécharger le flyer de la journée d’étudesFlyer Journée d’études Henri Lopes

AAC : Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Colloque 2019 de l’APELA

Carnet de voyage d’E. Delacroix. Photo CM
Aix-en-Provence, 25-27 septembre 2019

organisé par l’EA 4235 CIELAM (Aix Marseille Université), en partenariat avec l’IMAf (UMR 8171 Institut des mondes africains), LAM (UMR 5115 Les Afriques dans le monde) et les Archives nationales d’outre-mer (ANOM)

Les propositions de panels ou de communications (titre et résumé d’une demi-page maximum) sont attendues pour le 15 juin 2018 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom et affiliation, à adresser conjointement à

  • catherine.mazauric [at] univ-amu.fr
  • e.bertho [at] sciencespobordeaux.fr

Appel à communications

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Le lien de la littérature au passé constitue une préoccupation constante de l’APELA dont témoignaient les journées « Littératures africaines et Histoire » (Nanterre, 1989) et « Lieux de mémoire africains » (Paris XIII, 1998). Plus récemment, la journée « Tranches d’histoire » organisée à l’UPEC en 2014 a porté sur l’historiographie des littératures africaines, tandis que le colloque de Bordeaux « Archive, texte, performance » s’attachait plus spécifiquement en 2013 aux relations entre archive et performance (archiver la performance, performer l’archive) telles que les littératures et les arts des Afriques offrent de les penser. En envisageant aujourd’hui de concert archives matérielles et traces mémorielles, il s’agira moins de reconduire sans autre interrogation l’opposition entre histoire et mémoire que d’envisager la contribution des littératures africaines (incluant notamment l’Afrique méditerranéenne) et des diasporas à la reviviscence des archives et à leur circulation, tout comme à l’inscription des traces mémorielles et à leur historicisation.
D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de l’indiscipline (Suchet, Loty). À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

I. Archives matérielles

Deux types d’archives peuvent être envisagés. D’une part les fonds d’archives existants, qu’ils soient déposés dans des lieux publics ou qu’il s’agisse d’archives privées, que peuvent mobiliser et utiliser des écrivains, mais également les fonds d’archives que ces derniers peuvent constituer à leur fins propres, pour leur travail d’écriture. D’autre part, les archives d’écrivains dans un sens génétique, que constituent les différents écrits préparatoires et les différentes étapes d’écriture d’un manuscrit.
Dans une perspective d’historiographie des littératures, mais aussi d’établissement des bases matérielles d’une étude objectivante des relations entre littérature et histoire, il paraît important de pouvoir procéder à un travail de localisation, repérage, inventaire et analyse des fonds d’archives, que ces dernières soient textuelles, iconiques ou sonores, qu’il s’agisse d’archives coloniales ou plus récentes, de fonds publics ou privés, qu’elles soient actuellement numérisées ou non, accessibles sur la toile ou non.

A/ Usages des archives

Les littératures africaines se sont souvent nourries des archives. À la différence de l’historien, le romancier n’est toutefois pas tenu à l’exactitude de la citation de ses sources, entretenant un rapport beaucoup plus libre à l’archive de l’ordre de l’inspiration, de l’allusion, voire de simple recours à un support pour la rêverie poétique. Avec quelles modalités ces intrusions de l’archive s’effectuent-elles en littérature ? De quoi l’archive y est-elle la trace ? Quelle poétique de l’archive peut-on élaborer dans les littératures africaines ? Y a-t-il des limites éthiques à ces usages affranchis des archives et si oui quelles seraient-elles ?
Ayant recours à l’archive, les écrits littéraires « s’emparent d’un souvenir » (Benjamin) et contribuent à l’élaboration collective d’un récit historique à portée politique le plus souvent. Comment la remise au jour et la réinvention de figures oubliées contribuent-elles à des politiques de la mémoire à différentes échelles ? Et comment l’archive sensible (Basto, Marcilhacy, 2017) met-elle en oeuvre la critique d’un savoir comme vérité unique ? Aux côtés des archives institutionnelles (administratives, de santé…), la myriade des archives privées (Guidi, Rillon) ou des « archives hors les murs » (Fouéré) pose également la question de la littérarité des archives personnelles : les archives de l’intime, l’autographie constituent des faits d’écriture importants en Afrique, mais qui ne sont le plus souvent interrogés qu’en histoire et sous l’angle de leur apport documentaire. Or l’édition de ces récits de vie forme aussi, adossée à celle des supports matériels de conservation des archives (malles, cantines, carnets…), une question littéraire d’inscription de l’intime et d’écriture de soi.

B/ Génétique et archives

La localisation en Europe des archives d’écrivains africains pose en outre de nombreux problèmes d’accessibilité pour les chercheurs. Inversement en Afrique, pour celles qui y sont demeurées leur conservation n’est pas sans soulever des questions pratiques et techniques d’importance. La question de la conservation et de l’accessibilité présente ou future des fonds d’archives d’éditeurs se pose également. En génétique, des travaux analysent actuellement les usages et réutilisations des archives personnelles par des écrivains qui dans leur pratique d’écriture, à l’instar de Sony Labou Tansi, créent en se récrivant incessamment. Cette poétique de la réécriture où l’archive personnelle devient un document pour sa propre réélaboration doit être interrogée. D’autres travaux mettent en évidence, grâce à l’étude des archives, des éléments de l’histoire des œuvres jusqu’alors méconnus des chercheurs (Corcoran, Delas, Ekoungoun, 2017). Or la diversité matérielle des archives d’écrivains (scripturale, sonore, iconique, papier ou numérique) pose à cet égard, tout comme les procédures de reproduction, des enjeux cruciaux.

II. Traces mémorielles

A/ Traces mémorielles, traces effacées de vies minuscules

L’archive touche une problématique particulièrement littéraire : celle de la trace de l’intime. L’archive constitue le signe d’une « vie minuscule ». Ce que Carlo Ginzburg nommait la « trace », l’« indice » correspond à des biographies dont la littérature s’attache à reconstituer les parcours, voire à souligner les vides et les creux. Quelles vies minuscules sont interrogées dans les archives dès lors qu’elles sont abordées selon le paradigme indiciaire au sein duquel l’absence fait aussi trace ? Que disent et que font les littératures africaines des traces de l’intime ? Comment s’y nouent les articulations entre l’intime et le collectif ? Le récit peut-il prendre la place de ce qui a été radicalement effacé, voire plus encore, nié ? Ces questions se posent notamment dans les sociétés post-traumatiques et les temps post-génocidaires, quand le récit invente la trace de ce qui n’avait pu en laisser. La trace mémorielle peut aussi faire l’objet d’une élaboration voire d’une perlaboration dans le cadre d’un « atelier de mémoire » et de « cahiers de mémoire » (Prudhomme, 2017). Quelle contribution la littérature apporte-t-elle à ces entreprises et quelles seraient les limites de cet apport ?

B/ Le travail de rappel de la littérature

Dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (2000, 47) Ricœur reprend la tripartition de Casey distinguant le rappel (Reminding) de la reviviscence (Reminiscing) à travers la mémoire méditative (Gedächtnis) et enfin de la reconnaissance (Recognizing), complément du rappel comme re-présentation du souvenir. La rémanence mémorielle est l’enjeu de tensions soulevées par certains entre littérature et histoire, et nouées dans la relation à la trace matérielle vs.mémorielle. Ricœur (2000, 49) estime classiquement que « les lieux “demeurentˮ comme des inscriptions, des monuments, potentiellement des documents, alors que les souvenirs transmis par la seule voix orale volent comme le font les paroles ». Inversement, Alexie Tcheuyap (2006) estime que l’archive historique est de nature à « séquestrer » la mémoire. Quant à Tahar Djaout (1988, 27), il écrivait percevoir dans l’histoire une forme d’« usurpation » : l’auteur des Chercheurs d’os (1984) dénonçait ainsi l’empire voire l’emprise de la mémoire collective ou communautaire sur la trace personnelle et sa réactivation.
Mais la littérature ne constitue-t-elle pas justement une médiation offrant un échappatoire à la dichotomie entre présence matérielle des documents et volatilité des traces mémorielles ? De ce point de vue, quels peuvent être les rôles et modalités de transmission renouvelés à travers les littératures orales ? Comment les traces linguistiques – des langues africaines dans les textes littéraires europhones et inversement, mais aussi des processus linguistiques eux-mêmes (Van den Avenne, 2017) – opèrent-elles à titre d’archives mémorielles du texte ? En quoi et comment le texte littéraire se constitue-t-il en archive des langues, des discours et en palimpseste mémoriel ?
On pourra également envisager les formes de récit comme processus de remémoration depuis les traces, à travers notamment le genre des mémoires et autres genres mémoriels le plus souvent hybrides, et se demander quand d’autres formes de récit doivent suppléer au défaut de l’écriture, ainsi lorsqu’il s’agit d’inscrire une autre forme de trace, sur les lieux.

C/ Traces des mobilités, mobilités des traces

Les lieux de mémoire recueillant le dépôt des traces ne sont pas de nature exclusivement topographique. De même que les archives peuvent être lacunaires ou encryptées, les traces font l’objet de délocalisations et de relocalisations, ainsi que le rappelle l’archéologie des migrations (Garcia, Le Bras, 2017). L’inventaire des traces des migrations et leur analyse recomposent ainsi des circuits inversés et/ou complexes. On peut considérer les archives comme des traces matérielles qui auraient migré vers leurs lieux de conservation, particulièrement nombreux et significatifs pour l’Afrique en région PACA. Le colloque portera attention aux traces mémorielles des migrations et à leurs inscriptions en littérature : inscriptions de traces culturelles (cuisine, musiques, architecture…) dans les textes, diasporas africaines sur d’autres continents, migrations africaines hors du continent, et notamment de l’autre côté de la Méditerranée, en région PACA, mais aussi migrations et diasporas sur le continent, dans leurs aspects littéraires ou la recomposition et la réinvention littéraires de traces de diasporas qui en ont a priori peu déposé dans l’histoire culturelle.

Archives matérielles et traces mémorielles relèvent enfin d’une poétique double. L’archive constitue une trace matérielle, « l’apparition d’une proximité, quelque lointain que puisse être celui qui l’a laissée » (Benjamin, 2009), tandis que l’aura dont dispose la trace mémorielle signe « l’apparition d’un lointain, quelque proche que puisse être celui qui l’évoque » : « avec la trace, nous nous emparons de la chose ; avec l’aura, c’est elle qui se rend maîtresse de nous[1] ». En quoi et comment les littératures africaines et leurs lectures illustrent-elles ce double mouvement ? Mais cette dualité a aussi vocation à être revisitée, contestée ou révisée. La collecte et la récolte des traces, parfois des débris dédaignés voire perdus, constitue en outre une « protestation contre le typique et le classifiable » (Benjamin) : quels agencements, quels dispositifs littéraires configurent les documents de manière à ce qu’y subsiste ou s’y reforme une trace mémorielle potentiellement transmise ? en quoi peuvent-ils receler une insurrection contre le catalogage et les classifications des discours scientifiques ?

Ouvert à l’ensemble des Afriques, subsahariennes mais aussi notamment méditerranéenne, ainsi qu’aux diasporas, tout comme aux comparaisons avec d’autres ensembles de littératures construites par la « situation coloniale » (Balandier, 1951), ce colloque entend interroger, à travers un dialogue interdisciplinaire, poétiques, réécritures, circulations et usages des archives et des traces en littérature en langues européennes comme en langues africaines. Il accueillera les communications de spécialistes des études littéraires mais fera aussi une place significative à celles d’archivistes et spécialistes de la conservation des archives, d’historiens, d’anthropologues, d’artistes et spécialistes des arts de la scène, de l’image et du son, en particulier lors de panels « indisciplinés ». Il souhaite également proposer un work in progresssur les usages de l’archive grâce à la présence et la collaboration d’artistes et d’écrivains.

Les propositions de panels ou de communications (titre et résumé d’une demi-page maximum) sont attendues pour le 15 juin 2018 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom et affiliation, à adresser conjointement à

  • catherine.mazauric [at] univ-amu.fr et
  • e.bertho [at] sciencespobordeaux.fr

Réponses du comité scientifique : à partir du 16 juillet 2018

Comité d’organisation :

  • Elara BERTHO, LAM, Bordeaux
  • Catherine MAZAURIC, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Henri MÉDARD, IMAf, Aix Marseille Université
  • Anouchka Stevellia MOUSSAVOU NYAMA, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Marjolaine UNTER ECKER, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Cécile VAN DEN AVENNE, Clesthia, Sorbonne nouvelle

Comité scientifique :

  • Kusum AGGARWAL (U. New Delhi, Inde)
  • Stéphane BAQUEY (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Maria Benedita BASTO (U. Paris Sorbonne)
  • Elara BERTHO (Cnrs-LAM, Bordeaux)
  • Adama COULIBALY (UFHB, Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Daniel DELAS (U. Cergy et ITEM-Cnrs)
  • Mbouh Seta DIAGANA (U. Nouakchott, Mauritanie)
  • Susanne GEHRMANN (Humboldt U., Berlin, Allemagne)
  • Maëline LE LAY (Cnrs-LAM, Bordeaux et IFRA, Nairobi, Kenya)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Catherine MAZAURIC (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Henri MEDARD (IMAf, Aix Marseille Université)
  • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)
  • Fanny ROBLES (LERMA, Aix Marseille Université)
  • Phyllis TAOUA (U. Arizona, USA)
  • Françoise UGOCHUKWU (Open University, UK)
  • Cécile VAN DEN AVENNE (U. Sorbonne nouvelle)
  • Fabio VITI (IMAf, Aix Marseille Université)

URL de référencehttp://www.apela.fr/2018/04/17/archives-memorielles-traces-materielles/

[1]                Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, Paris, éd. du Cerf, 2009, p. 464.

Brumaire : la saga de la nouvelle poétique capverdienne

Arménio Vieira, Filinto Elísio et Márcia Souto

à la Fondation Gulbenkian

Quando

Seg, 12 fevereiro, 2018
18:30 até 20:00

Onde

Sala de conferências
39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Bilhetes

Entrada livre

À partir de la présentation des derniers livres de Arménio Vieira (Prix Camões 2009), Sequelas do Brumário, Fantasmas e Fantasias do Brumário et Silvenius – Antologia Poética, les conférenciers Filinto Elísio, poète, et Márcia
Souto, éditrice, mettront en valeur à la fois la singularité de la poétique de Vieira et les chemins esthétiques d’une nouvelle génération de poètes capverdiens. Ces derniers, dans son sillage, élaborent une poésie cosmopolite, existentialiste, très marquée par un profond et prolifique dialogue avec d’autres poètes du monde entier ainsi que par une intertextualité intense avec des oeuvres universelles, notamment françaises.

Cycle d´études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone, organisé par Maria-Benedita Basto, Olinda Kleiman, Agnès Levécot, Irene dos Santos et Egídia Souto (université Paris Sorbonne/CRIMIC – Centre de recherche sur les mondes ibériques et ibéro-américains contemporains; université Sorbonne Nouvelle/CREPAL – Centre de recherches sur les pays lusophones; CNRS), en partenariat avec Rosa Porcelana Editora.

Conférence en liaison avec la présentation du livre Cartas de Amilcar Cabral a Maria Helena: a outra face do Homem, dans le cadre d’une rencontre autour de la littérature cap-verdienne contemporaine, par Filinto Elísio Silva et Maria-Benedita Basto – 13 février, 18h, Ambassade du Cap Vert.

URL de référencehttps://gulbenkian.pt/paris/pt-pt/evento/armenio-vieira-filinto-elisio-marcia-souto/

Nuit de la lecture : Mia Couto

Balade littéraire pour la 2° édition de la Nuit de la Lecture

Le 20 janvier 2018 à Toulouse

La Cave Poésie René-Gouzenne et cinq librairies du centre de Toulouse se sont rassemblées pour proposer un itinéraire inédit de lectures à travers la ville.
En cette soirée du 20 janvier elles nous ouvriront leurs portes pour faire honneur aux littératures en tous genres…

Librairie Floury Frères : Le Fil des Missangas de Mia Couto

A 18h00

Mia Couto est sans doute un écrivain majeur du continent africain. Auteur de romans, de nouvelles et de contes, son univers puise aux sources d’un langage unique, d’une rare poésie, africain et universel.
Le fil des Missangas est un recueil de 29 fables, contes qui tous ancrées dans un quotidien basculent subitement dans l’extraordinaire, l’extravagant, le fabuleux afin de dire la vie de femmes face à la dureté des temps, les blessures de vies mais également des désirs inaccomplis, des joies inespérées ….

Lu par Murex, tandem de poésie à deux voix : Nathalie Pagnac pour les cordes vocales et Ernest Barbery pour la partie musicale.

Librairie Floury Frères
36 Rue de la Colombette, 31000 Toulouse
05 61 63 44 15

Toutes les représentations sont gratuites, et durent environ 45 minutes chacune.

Evènement soutenu par le Ministère de la Culture et la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles)

Rencontre avec Shenaz Patel

Lire et écrire pour réparer le silence

vendredi 24 novembre 2017 de 9h à 17h
U. Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D30

Shenaz PATEL, auteure du Silence des Chagos, « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

L’atelier Lectures : fêlures et réparations (LEFERE), organisé par Anne Coignard (ERRAPHIS), Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis), Catherine Mazauric (Aix-Marseille, CIELAM et LLA-Créatis) et Létitia Mouze (ERRAPHIS) dans le cadre de l’opération Mémoires dominées & créations critiques dans les sociétés post-traumatiques (MémoCris) du Labex SMS, tiendra sa journée de clôture le vendredi 24 novembre de 9h à 17h, à la Maison de la recherche de l’université Toulouse-Jean Jaurès.

Nous aurons le plaisir d’y accueillir

  • Constance de GOURCY (Aix-Marseille) : « Récits d’absence et variations du silence » ;
  • Sophie DJIGO (Lille) : « Sur les traces des migrants de Calais »
  • Shenaz PATEL (écrivaine, Maurice) : « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

Ces conférences seront suivies d’une table-ronde autour de l’œuvre de Shenaz Patel (notamment Le Silence des Chagos, L’Olivier, 2005) et d’une séance de signatures à la librairie Études du Mirail.

Programme détaillé et affiche téléchargeable :

http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/lectures-felures-et-reparations-530109.kjsp?RH=ACCUEIL_LLA-CREATIS

Afrique – Brésil – ELA 43

Dossier : Afrique – Brésil

Textes réunis par Daniel Delas

La traite des esclaves et l’histoire de leur vie sociale et culturelle ont été vues en France à partir de la France ; et, comme l’esclavage en tant que tel n’a pas existé sur le territoire hexagonal, le regard est resté extérieur. Ce dossier « Afrique / Brésil » propose un autre angle d’approche, provenant d’un pays à la fois colonisé et colonisateur, où les afrodescendants des esclaves ont développé et développent une culture originale. Est évoquée en parallèle la relation avec le Brésil de quelques écrivains francophones importants, antillais comme africains.
Salut au Brésil !

Présentation (Daniel Delas)

La littérature afro-brésilienne
Antonio Olinto et le négrisme brésilien (Luiz Henrique Silva de Oliveira)
Le roman afro-brésilien, hier et aujourd’hui (Eduardo de Assis Duarte)
Deux romancières afro-brésiliennes : Conceição Evaristo et Ana Maria Gonçalves (Ineke Phaf-Rheinberger)

La littérature afro-française et le Brésil
Tierno Monénembo, ou la filiation littéraire (Sami Tchak)
Ouidah – Bahia : de la postmémoire au théâtre mémoriel (Yves Chemla)

Brésil rêvé – Brésil réel
Écrivains voyageurs français du 20e siècle au Brésil (Daniel Delas)
Césaire et le Brésil (Daniel Delas)
Damas et le Brésil (Lilian Pestre de Almeida)
Saudades : le Brésil de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)
La Guerre des anges de José Eduardo Agualusa : une espérance désillusionnée (Anne Begenat-Neuschaefer)

À propos de
Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui

  • Répétition générale (Anthony Mangeon)
  • Le nouveau discours africain, version bêta
    (Abdoulaye Imorou)
  • Le « vaillant petit tailleur » : hallali et haute couture
    au Collège de France (Ninon Chavoz)

Comptes rendus

Revues

Notes bibliographiques

Thèses soutenues en 2015

Télécharger le sommaire complet en pdf : ELA_43_sommaire_def

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2017 Bulletin_d_adhesion_2017_n
Formulaire de commande au numéro : Bulletin_de commande_2017