Tous les articles par Catherine Mazauric

60 ans après le Congrès de Rome

Parution : Francofonia 77 (Automne 2019)

60 après le Deuxième Congrès des Écrivains et Artistes Noirs (Rome, 1959): l’héritage

sous la direction de Bernard Mouralis et de Nataša Raschi

avec des articles de Florian Alix, Odile Cazenave, Jean Derive, Sélom Komlan Gbanou, Nataša Raschi et Josias Semujanga.

Sommaire du dossier

  • Jean Derive, Pour une périodisation raisonnée de la création romanesque en Afrique francophone depuis le Congrès de Rome
  • Sélom Komlan Gbanou, « Tous les chemins mènent à Rome ! » Destins et destinée de l’institution littéraire africaine avant et après le Congrès de 1959
  • Josias Semujanga, De l’invention de la modernité culturelle et littéraire en Afrique
  • Odile Cazenave, L’art de la transmission : ces écrivains en conversation avec leurs pères/pairs
  • Florian Alix, Figures du leader africain : politique et culture. Du Congrès de Rome au roman postcolonial
  • Nataša Raschi, L’absence d’une présence : du silence à la parole des femmes noires.

Pubblicato con contributi del Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture Moderne dell’Università di Bologna.

En savoir plus : http://www.lilec.it/francofonia/77-2019/

Bibliothèque coloniale et premières littératures africaines

Exposition

Dans le prolongement du 18e Congrès de l’APELA, tenu à Aix-en-Provence du 25 au 27 septembre 2019, Archives matérielles, traces mémorielles et littératures des Afriques, les Archives nationales d’outre-mer accueillent, du 21 septembre au 21 novembre 2019, une exposition composée à partir des collections présentes aux ANOM.

De la bibliothèque coloniale
aux premières littératures africaines

La littérature du XIXe siècle, et particulièrement le roman d’aventure, a façonné l’imaginaire colonial, fabriquant une « bibliothèque intérieure […] qu’emmenèrent dans leur mémoire les milliers de Français partis pour l’Afrique à la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle » (Jean-Marie Seillan). Et le savoir sur l’Afrique au sud du Sahara, pendant la période de la conquête puis de la mise en place de l’administration coloniale française, s’est largement fabriqué à travers des formes littéraires. La colonisation française par ailleurs a modifié le paysage sociolinguistique en introduisant le français comme langue d’écriture, dont s’est emparée aussi une petite élite lettrée africaine, passée par les écoles coloniales.
Les fonds des Archives Nationales d’Outre-Mer sont riches d’une multitude de supports de l’écriture, permettant d’appréhender la variété des écrits ayant circulé pendant la période coloniale. Cette exposition est notamment l’occasion de mettre en lumière le fonds spécifique de l’Enfom (École Nationale de la France d’Outre-Mer) dite aussi « École coloniale », formant depuis 1889 les fonctionnaires français appelés à travailler dans l’administration coloniale dans les différents pays de l’empire. Ainsi, dans ce fonds, on trouve de nombreux romans, proposés à la lecture des étudiants et remis en jeu dans leurs mémoires de fin d’étude.
Certains fonds privés témoignent d’une forme de tentation de la littérature que l’on peut trouver chez certains acteurs de la colonisation française ; des liens également se font entre écriture de voyage et écriture littéraire. D’une archive à l’autre, de l’archive à l’écrit littéraire, on peut par ailleurs suivre comment certaines personnes historiques deviennent personnages de fiction.

Ces archives et écrits coloniaux sont également le terrain de la première littérature africaine de langue française et les fonds des Anom permettent largement d’appréhender la façon dont les écrivains africains ont écrit contre ou en réponse aux textes coloniaux. L’un des enjeux de cette exposition est aussi de retrouver ces « voix africaines » au sein de la production coloniale, par définition attachée à décrire le point de vue de l’administration française.
Le parcours proposé entend ainsi dessiner une histoire des pratiques d’écriture, depuis la constitution d’une « Bibliothèque coloniale » africaine jusqu’à l’émergence d’une littérature africaine éditée en langue française, présentant cette première génération d’écrivains nés sous la colonisation.

Exposition organisée à l’occasion du Congrès 2019 de l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines) : Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques, 25‑27 septembre 2019. Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix‑Marseille Université, Aix‑en‑Provence.

Exposition conçue et réalisée par Elara Bertho, Catherine Mazauric, Cécile van den Avenne, avec le soutien d’Isabelle Dion, Frédéric Gilly, Sylvie Pontillo des Archives nationales d’outre‑mer (Anom).

Lire et voir une présentation de l’exposition et des questions qu’elle pose sur Esquisses, carnet de recherches du laboratoire LAM Les Afriques dans le monde.

Consulter le livret de l’exposition sur HAL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-02291167

 

Congrès 2019, Aix-en-Provence, 25-27 septembre

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Congrès 2019 de l’APELA

Aix-en-Provence, Faculté ALLSH d’Aix-Marseille Université, 25-27 septembre 2019

Document des Archives nationales d’outre-mer (Karim, Ousmane Socé)

D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de “l’indiscipline”. À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

Le site du colloque est ouvert : inscriptions à tarifs préférentiels jusqu’au 12 août, puis à taux normal jusqu’au 12 septembre.

Les congrès de l’APELA sont accessibles aux membres de l’association. L’adhésion annuelle donne droit à deux numéros de la revue. Renseignements pour adhérer à l’APELA : http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Programme

A consulter également sur https://apela2019.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Résumés : BAT2-livret APELA

Exposition

Mercredi 25 septembre 2019

Matinée

9h-9h30 : accueil des participants et Ouverture du colloque

9h30-11h15 : Panel 1 « Janheinz Jahn, Dambudzo Marechera – Perspectives de la recherche dans les archives de la HU-Berlin » – Présidence : Catherine ATLAN (IMAf, AMU)

  • Ibou DIOP (IAAW, HU-Berlin) : « Les archives de Janheinz Jahn comme lieu de conservation et de réinvention de la littérature africaine et de la diaspora. Le cas de Senghor »
  • Susanne GEHRMANN (IAAW, HU-Berlin) : « L’échange épistolaire entre Janheinz Jahn et Abiola Irele – une amitié intellectuelle (1959-1972) et ses leçons décoloniales »
  • Flora VEIT-WILD (IAAW, HU-Berlin) : « Traces matérielles et mémorielles dans les archives de Dambudzo Marechera »
  • Pierre LEROUX (U. Sorbonne nouvelle) : « De l’image au texte, l’édition numérique des œuvres de Dambudzo Marechera »

11h30-13h :

  • Session 1 « Figures mémorielles »  – Présidence : Stéphane BAQUEY (CIELAM, AMU)
    • Claudia GRONEMANN (U. Mannheim) : « Saint Augustin comme figure mémorielle et littéraire au Maghreb »
    • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine) : « Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains »
    • Isaac BAZIÉ (UQAM) : « Au-delà du monument : aménagement de la trace, écriture transgressive et enjeux de la lecture chez Wilfried N’Sondé (Un océan, deux mers, trois continents) »
  • Session 2 « Traces et archives dans le roman » – Présidence : Fanny ROBLES (LERMA, AMU)
    • Alice CHAUDEMANCHE (U. Sorbonne nouvelle) : « La langue du roman, archive d’une création linguistique et littéraire : Aawo bi de Mame Younousse Dieng, entre promotion du standard wolof écrit et mémoire du parler du Cayor »
    • Sylvère MBONDOBARI (U. Omar Bongo Libreville) : « Une affaire de crâne : guerre d’indépendance, écriture de l’histoire et construction identitaire »
    • Julia GALMICHE (U. Toronto) : « Entre archive romanesque et romanesque de l’archive : l’objet-livre chez Alain Mabanckou et Patrick Chamoiseau »
    • Solange NAMESSI (U. Strasbourg) : « Poétiques de la revenance et redéfinition d’une mémoire postcoloniale chez Tierno Monénembo, Kossi Efoui et Abdourahman Waberi »

Après-midi

  • 14h-16h : Panel 2 Programme ARCHIVA « Manuscrits de Bernard Zadi Zaourou » – Présidence : Fabio VITI (IMAf, AMU)
    • Dominique TRAORÉ, UFHB, Abidjan : « Archives de la production dramatique de Bernard Zadi Zaourou: bilan provisoire et perspectives »
    • Marie-Clémence ADOM, UFHB, Abidjan
    • Assi Véronique DIANÉ, UFHB, Abidjan

16h15-17h30 :

  • Panel 3 Programme ARCHIVA « Chercheurs et artistes : gestes d’archives » – Présidence : Elara BERTHO (Cnrs-LAM)
    • Aurore DESGRANGES (U. Lyon 2 & U. Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Collecte de textes dramatiques à Ouagadougou : “ remède ˮ à une invisibilité littéraire ? »
    • Rym KHENE (U. Sorbonne nouvelle) : « Images algériennes: une pratique d’archive pour dire les années 1990 »
  • Session 3 « Violences héritées 1 » – Présidence : Florence PARAVY (U. Nanterre)
    • Françoise UGOCHUKWU (Open University) : « Le Biafra en littérature, du charnier des archives orales au suintement d’une littérature de témoignage »
    • Dorothée BOULANGER (King’s College) : « Archives et contrefaçons littéraires en Angola : Estação das Chuvas et Teoria Geral do Esquecimento de José Eduardo Agualusa »

Soirée

18h (aux Archives nationales d’outre-mer) :

Lecture de poésie de HAWAD en tamajaght et traduction française, suivie d’un entretien avec Hélène Claudot-Hawad

Face à l’amnésie, comment exister ? Hawad se sert de la poésie, «cartouches de vieux mots, /mille et mille fois faussés, bricolés, rechargés », comme outil de résistance.

Ecrivain et peintre touareg,  Hawad est l’auteur de nombreux ouvrages, certains édités en version bilingue et traduits dans diverses langues (français, néerlandais, espagnol, italien, catalan, arabe…). Son travail littéraire autant que graphique relève de la « furigraphie », démarche destinée à décupler les visions, les formes et les perceptions pour sortir de l’enclavement.

Anthropologue, directrice de recherche au Cnrs, Hélène Claudot-Hawad a publié de nombreux ouvrages sur le monde touareg et a contribué notamment à faire connaître la littérature touarègue contemporaine.

CONFÉRENCE INAUGURALE de Tierno MONÉNEMBO

VERNISSAGE de l’EXPOSITION De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines,
avec cocktail de bienvenue

Soirée libre

Jeudi 26 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 4 ERC MEMOIRS « La postmémoire des “Autresˮ d’Europe » – Présidence : Catherine MAZAURIC (CIELAM, AMU)

  • Felipe CAMMAERT (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Présentation du projet MEMOIRS »
  • Fátima RODRIGUES (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Récits d’enfants des guerres coloniales »
  • Mónica SILVA et Fernanda VILAR (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Archiver le silence pour mieux raconter la postmémoire de la colonisation. Deux cas du roman portugais et français »

11h30-13h :

  • Session 4 « Micro-histoires et migrations » – Présidence : Cécile VAN DEN AVENNE (Clesthia, U. Sorbonne nouvelle)
    • Stéphane CERMAKIAN (AMU) : « Traces littéraires d’une diaspora arménienne à Djibouti et en Ethiopie : le poète Roupen Vorpérian et l’exil africain (1904-1920) »
    • Aïssatou MBODJ-POUYE (EHESS) : « Somankidi-Coura et ses archives. Projets mémoriels et enquête historique parmi des « pionniers » du retour (région de Kayes, Mali) »
    • Fabio VITI (AMU) : « La vie minuscule d’Akafou Blalè, entre archives et récits »
  • Session 5 « L’écriture et les traces » – Présidence : Pierre HALEN (U. Lorraine)
    • Ioana DANAILA (U. Grenoble Alpes) : « L’écriture comme archivage et mesure du temps dans le roman Measuring Time de Helon Habila »
    • Bernard DE MEYER (U. of KwaZulu Natal) : « Le romancier et les traces : cas de Gaston-Paul Effa dans Le miraculé de Saint-Pierre»
    • Laura GAUTHIER BLASI (Universidad Europea Madrid) : « Pour une exploration de soi et du lieu. Traces, H-histoire-s et/ou poésie dans le roman haïtien contemporain »
    • Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne) : « Le Terroriste noir de T. Monénembo : traces mémorielles et réinvention du discours »

Après-midi

14h-16h :

  • Session 6 « Archives théâtrales » – Présidence : Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
    • Corinne FLICKER (AMU) : « Archives du théâtre français à l’île Maurice »
    • Céline GAHUNGU (Sorbonne Université) : « Archives d’une production culturelle franco-africaine : le Concours théâtral interafricain (1967-1992) »
    • Nicolas TREIBER (AMU) : « De Chaîne au Kaloum Tam-Tam, la polyvalence des traces chez Saïdou Bokoum »
  • Panel 5 « Madagascar » – Présidence : Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
    • Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE RAZARINIVO (U. d’Antananarivo) : « La littérature, urne de l’Histoire et de la Tradition »
    • Henriette RAMANAMBELINA (U. d’Antananarivo) : « Vakivakim-Piainana de Iharilanto Patrick Andriamangatiana, un évènement littéraire »
    • Theis Lala Voahangy RASOLOARIVONY (U. d’Antananarivo) : « Le Kaiamba betsimisaraka du district de Brickaville, région Atsinanana »
    • Victorine RAZANABAHINY (U. d’Antananarivo) : « Les proverbes dans la mémoire collective malgache »

16h15-17h30 :

  • Session 7 « Violences héritées 2 » – Présidence : Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne)
    • Alain AGNESSAN (U. of Western Ontario) : « Le désir d’archive des pictions de génocide. Une lecture de l’économie spectrale de la bande dessinée du génocide des Tutsis du Rwanda »
    • Pierre BOIZETTE (U. Paris Ouest Nanterre) : « Les yeux du père, traces et élaboration d’une mémoire familiale dans des récits de retour en Afrique (Mukoma wa Ngugi et Noo Saro-Wiwa) »
    • Markus ARNOLD (U. Cape Town) : « Entre effet de réel, palimpseste et marqueur métafictionnel : l’archive dans la bande dessinée française et francophone sur l’Afrique et sa diaspora »
  • Session 8 « Questions d’archives » – Présidence : Henri MEDARD (IMAf, AMU)
    • Alice DESQUILBET (U. Sorbonne nouvelle) : « Jean-Luc Raharimanana : Madagascar 1947, reconstituer l’archive manquante »
    • Valérie DE WULF (EHESS & CEAH Madrid) : « De l’appropriation progressive de l’écriture à la constitution d’archives littéraires et historiques par des peuples d’Afrique centrale, le cas de la Guinée Equatoriale (XXe-XXIe siècle) »

Soirée

18h : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE DE L’APELA (élections)
20h30 : DÎNER DU COLLOQUE (sur inscription)

Vendredi 27 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 6 « Les archives du “zoo humain”, matrices de créations contemporaines » – Présidence : Corinne FLICKER (CIELAM, AMU)

  • Clemens RADAUER (collectionneur) : « L’influence des “zoos humains” sur les artistes des XIXe et XXe siècles: Point de vue d’un collectionneur »
  • Delphine PEIRETTI-COURTIS (AMU) : « La Vénus hottentote emblème du “zoo humainˮ : de son exhibition en 1810 à l’adaptation cinématographique de sa vie en 2010 »
  • Fanny ROBLES (AMU) : « Le concept de “zoo humainˮ : outil artistique et politique »
  • Chokri BEN CHIKHA (KASK, Gand) : « Zooïsme en postcolonie, explorer la complexité de l’identification et du stéréotype »

11h30-13h : Panel 7 « Ethnographier l’“histoireˮ : du prisme archivistique à l’apport missionnaire pour (d)écrire » – Présidence : Françoise UGOCHUKWU (Open University)

  • Anthony GRÉGOIRE (EHESS & U. Montréal) : « De l’anthropologue sur un terrain partagé : d’aujourd’hui à hier (et vice-versa) pour une histoire (re)considérée »
  • Thiago SAPEDE (EHESS) : « Archives missionnaires : multiplicité et défis pour une histoire du Kongo précolonial »

9h-13h : MasterClass Génétique des manuscrits du Sud

  • Céline GAHUNGU (ITEM-Cnrs)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)

Après-midi

14h-16h : Session 9 « Le paysage comme archive mémorielle » – Présidence : Xavier GARNIER (THALIM, Sorbonne nouvelle)

  • Mélanie BOURLET (INALCO, ANR EcoSen) : « Les poésies de la vallée du fleuve Sénégal comme archives paysagères : enjeux écopolitiques d’un imaginaire géographique »
  • Marie LORIN (INALCO, ANR EcoSen) : « Le poème comme herbier : poétique et botanique dans la Vallée du Fleuve Sénégal »
  • Antje ZIETHEN (U. Kansas) : « Hétérochronies urbaines. La ville-archive dans les littératures africaines de l’Atlantique noir »

16h15-17h30 :

  • Maria-Benedita BASTO (Sorbonne Université) : « L’archive sensible »

18h : CLÔTURE du colloque

URL de référence : https://apela2019.sciencesconf.org/

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

REAF-JCEA 2018 à Marseille : le film

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF) et les 4èmes Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) se sont tenues à Marseille du 9 au 12 juillet 2018.

Pour l’occasion AB JOY Productions a réalisé un film présentant cet événement. Ce film est visible sur le site du GIS Etudes africaines : http://etudes-africaines.cnrs.fr/actus_gis/reaf-jcea-a-marseille-le-film/

L’Algérie, traversées

L’Algérie, traversées

LÉVY Ghyslain, MAZAURIC Catherine, ROCHE Anne (dir.)

Paris, éd. Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2018

ISBN 9782705697679

15 x 23 cm, 376 pages.
4 illustrations
Parution : 29 Août 2018

Le projet de L’Algérie, traversées s’est formulé autour d’une question partagée : l’heure n’est-elle pas venue en Algérie d’un véritable renouveau apporté par les œuvres de culture ? La vitalité, la diversité, l’impertinence de ces dernières en témoignent. Elles débouchent sur une nouvelle page en train de s’écrire, non seulement en Algérie mais aussi au cœur de la relation complexe entre l’Algérie et la France.
Les différentes générations d’écrivains, d’artistes, de psychanalystes, de chercheurs en littératures, en anthropologie ou en histoire réunies à l’occasion d’un colloque de Cerisy ont concouru à une rupture avec les versions convenues de l’Histoire, avec les mémoires encore enfermées dans des clivages post-traumatiques et des fixations nostalgiques.
Cet ouvrage rend compte de leurs travaux, avec l’enthousiasme et la passion des échanges entre celles et ceux qui savent combien le passé s’écrit toujours au futur, car il est riche de possibles à faire advenir.
Traverser, c’est multiplier les voies du sens et de l’interprétation, chercher des chemins de biais ; traverser, c’est traduire pour accéder à d’autres formes d’altérité. L’esprit des traversées anime ce livre, depuis le pouvoir créateur de la métaphore, afin de dire autrement l’Algérie et sa réalité présente et à venir.

Contributeurs : Zineb ALI-BENALI, Stéphane BAQUEY, Sabrinelle BEDRANE, Amina Azza BEKKAT, Charles BONN, Catherine BRUN, Giulia FABBIANO, Jacques FERRANDEZ, Claude de la GENARDIÈRE, Sarah KOUIDER RABAH, Amina LAMGHARI, Karima LAZALI, Tristan LEPERLIER, Élisabeth LEUVREY, Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC, Mustapha MESLEM, Anne ROCHE, Hervé SANSON, Leïla SEBBAR, Keltoum STAALI, Habib TENGOUR, Meriem ZEHARAOUI

Consulter le sommaire détaillé : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/algerieTM18.html

URL de référence : http://www.editions-hermann.fr/5374-l-algerie-traversees.html

C.PL’Algérie, traversées

Bon Souscription brochéL’Algérie, traversées

 

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2