Tous les articles par APELA

Archives matérielles, traces mémorielles et littératures des Afriques

Actes du colloque international tenu à l’Université d’Aix-Marseille,

du 25 au 27 septembre 2019

Textes réunis par Elara Bertho, Catherine Mazauric, Cécile van den Avenne.

et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Ce dossier explore les relations entretenues entre les archives, les traces mémorielles et les littératures africaines, entendues au sens large et incluant l’Afrique méditerranéenne et les diasporas. L’archive comme support de rêverie poétique, le romancier se faisant enquêteur, les archives d’écrivains et la génétique textuelle : les figurations de l’histoire et les mises en scène de la mémoire sont multiformes.
Au carrefour des disciplines, faisant dialoguer littérature, histoire et anthropologie, il s’agit d’interroger la place de l’archive en littérature, le rôle de sa dimension matérielle, tout autant que la manière dont la littérature reconfigure et réécrit la mémoire. Des grands héros aux « vies minuscules », tout un ensemble d’êtres de papiers prend ainsi vie, à la lisière du fait et de la fiction, entre les pages des livres et les dossiers d’archives.

AAC: Autour de Tierno Monénembo, écrivain

Colloque international
Autour de Tierno Monénembo, écrivain

ACFAS, Université Laval, du 9 au 13 mai 2022
Josias Semujanga (Université de Montréal)
Adama Togola (Université McGill)

Les propositions de communications (25 lignes maximum) accompagnées d’une brève notice bio- bibliographique seront envoyées à josias.semujanga@umontreal.ca et adama.togola@mail.mcgill.ca, au plus tard le 15 janvier 2022.

Lire l’appel à communications : Autour de Tierno Monénembo

Rencontre littéraire avec Max Lobe

22 septembre 2021
19:00 – 21:00

Le 22 septembre prochain, l’Institut français de Berlin vous invite à une rencontre littéraire avec l’écrivain Max Lobe, en partenariat avec l’Association pour l’étude des littératures africaines et l’université Humboldt qui organisent un congrès dédié aux activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines.

Né à Douala en 1986, Max Lobe est un écrivain queer d’origine camerounaise vivant en Suisse depuis l’âge de dix-huit ans.
Bercé par la littérature et les contes d’Afrique subsaharienne, il admire, entre autres, Aminata Sow Fall, Calixthe Béyala, Birago Diop, mais aussi Alain Mabanckou, Fatou Diome ou encore Sefi Atta. Il s’intéresse également à la littérature suisse et notamment aux textes de C.F. Ramuz qui constituent aujourd’hui une de ses sources d’inspiration.
Publiée aux éditions Zoé, son œuvre aborde les questions de l’identité, de la migration et de l’homosexualité dans une langue imagée et pleine d’humour. Son roman La Trinité bantoue a été traduit en allemand par Katharina Triebner aux éditions Austernbank Verlag.

La rencontre sera animée par Thorsten Dönges, responsable de la programmation littéraire et de l’Autor*innenwerkstatt Prosa au Literarisches Colloquium Berlin.

Pour pouvoir assister à la rencontre, il vous sera demandé de présenter un test négatif au coronavirus ou une preuve de guérison ou une preuve de vaccination complète. Le port du masque reste obligatoire.

Inscriptions : anmeldung.berlin@institutfrancais.de

(Re)lire les féminismes noirs. ELA 51 (2021)

(Re)lire les féminismes noirs

Textes réunis par Tina Harpin et Claudine Raynaud

Féminismes noirs afro-américains et africains : de la (re)lecture comme pratique critique (Tina Harpin et Claudine Raynaud)

Féminismes noirs américains : relectures (seconde vague)

  • Activiste, révolutionnaire, féministe : Angela Davis et le féminisme noir (Tina Harpin)
  • « Ce que je laisse derrière moi a une vie propre » : l’héritage
    intellectuel et militant d’Audre Lorde (Claudine Raynaud)
Féminismes africains : paroles pionnières
(seconde vague)
  • La Parole aux Négresses d’Awa Thiam : relecture d’une œuvre pionnière du féminisme africain (Coudy Kane)
  • « She was a remarkable woman » : l’héritage afro-féministe d’Efuru (1966) de Flora Nwapa dans Purple Hibiscus (2003) de Chimamanda Ngozi Adichie et Sky-High Flames (2005) d’Unoma Azuah (Cédric Courtois)
Féminismes noirs au XXIe  siècle : redéfinitions (troisième vague)
Aux États-Unis
  • Joan Morgan et le « féminisme hip-hop » : les enjeux d’une proposition pour son époque et pour la nôtre (Cyril Vettorato)
  • Bad Feminist ou l’éveil à la conscience de race et de genre chez
    Roxane Gay (Ahmed Mulla)
Au Brésil et en Afrique
  • Djamila Ribeiro et la place des féminismes noirs au Brésil (Giulia Manera)
  • Forms of Care: Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2014), Agency, and Decolonial Feminism (Fiona McCann)

Hommage à Daniel Delas et à François Guiyoba

Varias

  • Amadou Hampâté Bâ (1901-1991) and Mohandas
    Karamchand Gandhi (1869-1948): Two Apostles of
    Tolerance (Kussum Aggarwal)
  • Le « Sud » face à ses clichés : un regard du Brésil sur
    l’Afrique (Mirella Botaro)
  • La situation paratopique de deux écrivaines : Fatou Diome
    (Impossible de grandir) et Fabienne Kanor (Je ne suis pas
    un homme qui pleure) (Stéphanie Rebeix)
  • La figure d’ogbanje entre monstruosité métamorphosée et
    métamorphose monstrueuse : une lecture postcoloniale du
    genre hybride dans Freshwater d’Akwaeke Emezi (Flora Roussel)

Comptes rendus

———-

Le n°51 des Etudes littéraires africaines sort de presse.
Il sera envoyé durant l’été aux membres de l’association en ordre de cotisation pour 2021.
C’est donc le moment, pour les retardataires et les nouveaux adhérents ! N’hésitez pas à prendre contact avec le trésorier ou avec le trésorier adjoint en cas de doute.
– Pierre Halen : pierre.halen [apud] univ-lorraine.fr 
– Pierre Leroux : pierr.leroux [apud] gmail.com

Les varias pour le n°52 peuvent être envoyés dès à présent, les comptes rendus aussi.
Voir : http://www.apela.fr/la-revue/publier-dans-les-ela/

Bulletin_d_adhesion_2021

ELA51_couv

Henri Lopes. Un art du roman démocratique

Anthony Mangeon,

Henri Lopes. Un art du roman démocratique

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Plurial, n° 30, 2021

EAN13 : 9782753582279 — 272 p. 

En Occident, l’essor du roman est allé de pair avec celui de la démocratie : mais qu’en est-il en Afrique ? Comment la forme romanesque s’y est-elle liée à cet horizon politique, au point d’en dénoncer les déroutes comme les dérives, de l’ère coloniale aux temps postcoloniaux ? Inversement, quelles poétiques particulières cette exigence démocratique a-t-elle suscitées ? L’oeuvre d’Henri Lopes, écrivain et homme politique congolais de premier plan, peut se lire comme un véritable art du roman démocratique, particulièrement propice au traitement de ces questions. Elle est en effet le récit, sous couvert de fiction, des aventures de la démocratie en Afrique, de ses débuts glorieux à ses déboires récents. Elle est surtout un espace mettant en abyme, à travers toute une série de lieux, de circulations et de supports de diffusion (la presse, le livre imprimé, la radio et le cinéma), la réalité dialogique et parfois polémique qui caractérise ce régime au quotidien. Le roman démocratique est enfin, avec Henri Lopes, un certain art de conter et de mimer, qui privilégie les connivences avec son public et recourt aux modalités complémentaires du récit-confession et de l’enquête, puisant aussi bien aux sources du roman policier qu’à celles du récit ethnographique et du récit de filiation. Le tout au rythme d’une écriture francophone singulière, qui se joue souvent des codes littéraires – au risque de s’assumer parfois plagiaire.

Introduction

Table des matières

Henri Lopes : coups doubles

Sous la direction d’Anthony Mangeon

Paris, Sépia, coll. Etudes littéraires africaines, n°2, 2021

348 p. — EAN13 : 9791033401643.

Durant cinquante ans, Henri Lopes a mené une double carrière, politique et littéraire, de premier plan. Il est aussi devenu l’auteur d’une oeuvre double, d’abord par ses lieux de publication (l’Afrique et la France), ensuite par ses orientations esthétiques, marquées par un certain « réalisme socialiste » puis par une pratique plus autoréflexive de « l’écriture métisse ». Ses romans abondent eux-mêmes en doubles de l’écrivain, en répliques trompeuses et en effets de miroir. Face à ces jeux de dédoublements multiples, le présent ouvrage se veut à son tour un coup double critique, où chacun des huit contributeurs (Ninon Chavoz, Céline Gahungu, Bo-Hyun Kim, Anthony Mangeon, Nicolas Martin-Granel, Catherine Mazauric, Sylvère Mbondobari, Bernard Mouralis) revient à deux reprises aux récits lopésiens, de Tribaliques (1971) à Il est déjà demain (2018). Aux analyses de l’oeuvre dans son ensemble (« coups de filet ») succèdent ainsi des lectures de détail, qui s’attachent à des figures récurrentes (« coups de projecteur ») ou à un roman en particulier (« coups de sonde »). L’ouvrage se conclut sur l’étude des « coups de maître », qui font d’ores et déjà d’Henri Lopes un « classique africain ».

Lire l’introduction…

Voir le livre sur le site de l’éditeur…