Tous les articles par danieldelas

Professeur (em) de l'Université de Cergy-Pontoise. Chercheur associé CNRS et co-animateur de l'équipe Manuscrits francophones du Sud (ITEM) Membre du Comité de Rédaction des Etudes Littéraires Africaines

Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

imbolombueImbolo Mbue, Voici venir les rêveurs, traduit de l’anglais par Sarah Tardy,  Belfond, 2016, 420 p.

Pourquoi ne pas avoir traduit plus simplement le titre anglais de ce roman, Behold the dreamers, par Bonjour les rêveurs, avec un clin d’œil au Bonjour tristesse de Françoise Sagan qui annonçait « un sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent » et a signé une nouvelle génération ? Comme le fait le rêve américain des jeunes étudiants anglophones du continent africain ou le rêve français des jeunes francophones (voir entre autres Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique, éd. Anne Carrière, 2003, réédité en poche en 2005).
Quoi qu’il en soit, ce roman d’une écrivaine camerounaise de langue anglaise, née en 1982 à Limbe (anciennement Victoria),  a fait l’objet de notices socio-biographiques largement inspirées par l’envie quand on a appris que l’éditeur Random House avait préempté le texte pour la somme astronomique d’un million de dollars dès 2014, après avoir lu une centaine de pages. Waouh ! Un million de dollars pour le premier texte d’une jeune femme d’une trentaine d’années arrivée aux Etats-Unis à 17 ans ! L’anecdote est intéressante en ce qu’elle souligne l’intérêt grandissant des éditeurs américains pour ce genre de récits qu’on pourrait qualifier d’identitaires : comment trouver une identité entre au moins deux cultures, ce qui pour les Africains à peau noire « ordinaires », sans formation ni diplômes, est particulièrement difficile dans un pays où les inégalités sont immenses et le racisme toujours virulent ? Mais comme il arrive trop souvent dans les notices des medias, le scoop dispense de procéder à une lecture attentive pour se demander si l’écriture et la conception de l’ouvrage méritent ou ne méritent pas pareil traitement de faveur.
Un mot sur le récit avant de se demander à quelle poétique obéit son écriture.

Continuer la lecture de Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, un critique sapeur et voyageur

lettresnoiresLettres noires : des ténèbres à la lumière, Collège de France / Fayard, 75 p. , 2016. Le monde est mon langage, Grasset, 319 p., 2016.

Deux publications en 2016 témoignent de l’activité réflexive dans le champ littéraire africain d’Alain Mabanckou qui est devenu aujourd’hui une référence incontournable dans la vie intellectuelle franco-africaine. Qui ne l’a vu à la télé ou sur les réseaux, avec ses grosses lunettes blanches et sa veste brillante, en sa tenue de sapeur ?
Sapeur quesaco ? Un dandy congolais dont l’élégance crée une belle ambiance en réaction à un monde de laideur.

Ouvrons ces deux bouquins.
Le premier, très mince, contient le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou (17 mars 2016) au Collège de France, institution prestigieuse où l’écrivain congolais a été invité pour un an à la chaire de création artistique, à l’initiative d’Antoine Compagnon. Intitulée Lettres noires : des ténèbres à la lumière,  ce qui semble teinter son propos d’une sombre dramaticité conradienne, cette leçon brille pourtant par son charme séduisant et son aisance. L’introduction en particulier. Elu en 2016, Mabanckou s’amuse pour son exposé à partir un siècle plus tôt, de 1916, date plus ou moins précise de l’invention du fameux “slogan dévastateur” « Y’a bon Banania » pour descendre de 6 en 6 (par exemple, 1956, le Congrès des écrivains et artistes noirs, 1968 (un peu raté ! à deux ans près !) le prix Renaudot de Yambo Ouologuem et sa propre date de naissance à lui Mabanckou (1966), 1996 le prix de l’Académie Française de Calixthe Beyala,  2006, date de son prix Renaudot et de la leçon inaugurale d’Antoine Compagnon, son parrain au Collège de France) avant d’en arriver, en une chute impeccable, à son propre portrait en 2016 : « qui suis-je au fond ? ». Pour répondre à cette question Mabanckou remonte encore plus haut sur le grand plongeoir de l’historicité, cette fois jusqu’en 1530, année de la création du Collège de France, pour s’y élancer dans un série de figures sur ses ancêtres esclavagisés, le symbolisme du noir, « cousu de fil blanc », les clichés les plus obscurantistes qui habitent encore les esprits mais que certains combattent, dont bien entendu «  les illustres membres de votre institution » : « En un mot, je suis fier et heureux d’être ici, parmi vous, avec vous… ». L’artiste retombe sur ses pieds et salue le public admiratif.

Continuer la lecture de Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Lecture de Bled, de Tierno Monénembo. Par Daniel Delas

bledTierno Monénembo, Bled, roman, Seuil, 2016, 199 p.

ISBN 2021088960
Lisant Bled, le lecteur ne comprend guère l’histoire chaotique de Zoubida. Certes dès la première page est annoncé qu’une étoile brillant sur son front l’auréole de la gloire de la fameuse Nedjma : elle est donc une rebelle qui va affronter de grands dangers et s’en sortir glorieusement comme l’héroïne de Kateb Yacine (cité en exergue du roman). Mais plongé dans le labyrinthe des épisodes qui relancent sans cesse une narration non chronologique et surtout dans la prolixité de dialogues souvent brutaux et elliptiques tenus par des personnages peu identifiés, ledit lecteur est en quelque sorte en immersion dans les petites histoires que dans ce ‘bled’, ce ‘patelin’, « un trou perdu, un trou sans nom et sans âme » chacun connaît… sauf le lecteur. Alors, ce livre, lisez-le sans vous arrêter car si vous vous en éloignez un jour ou deux, vous ne comprendrez plus rien en le reprenant, qui parle à qui, de quoi, à quelle époque, quelle est le background de chacun, etc, rien de cela n’ayant été dit sinon par des allusions ténues, perdues dans un bavardage sans fin.
Si vous lisez ou relisez le tout (le roman n’est pas tellement long !) de manière continue, de ce monde algérien grouillant, pénétrés des souvenirs de la guerre d’indépendance émergera, dans une douloureuse parturition, la figure de Zoubida-Nedjma, son enfance dans les dernières années de la guerre d’indépendance, le couple malheureux de ses parents Hassan et Asma, sa soif d’identité (qui est-elle ?) et d’indépendance (partir, quitter ce monde étouffant) impossible à concrétiser dans une Algérie ligotée par une tradition islamique qui enferme et opprime les femmes, ne leur laissant de choix qu’entre pute ou esclave recluse, sa liaison rageuse (et orageuse) avec un pied-noir français dont elle conçoit un enfant (sans autre nom que Bébé), sa capture par une sorte de proxénète qu’elle finit par poignarder, son arrestation, sa condamnation et, au bout de ce calvaire, son ascension progressive vers une sorte de paradis, mariée à un bel homme du désert rencontré en prison, riche, rieur et cultivé, qui l’emmène vivre dans un oasis enchanteur.
Résumer l’histoire de Zoubida-Nedjma est donc possible. Elle se déroule en trois temps subdivisés chacun en 6 ou 7 courts chapitres montés selon une alternance faulknerienne : une histoire se déroule en 1/3/5 tandis qu’une autre court en 2/4/6. Ainsi se tresse de manière très construite une sombre fresque historique de l’Algérie des années 1980, ce qui correspond aux années que Tierno Monénembo a vécues au Maroc et en Algérie comme enseignant de 1979 à 1983. Le romancier guinéen n’a pourtant pas cherché à faire vivre le monde de son héroïne algérienne d’une manière réaliste. La fonction du montage évoqué à l’instant est certes d’abord de donner réalité au tramage douloureux de l’histoire et de la mémoire algériennes et françaises, mais aussi d’être à l’écoute des gens ordinaires de permettre que s’élève, sortant du concert confus des bavardages, une voix singulière et pure, celle d’une femme résistante qui confie ses cauchemars et ses rêves à son fidèle ami, Alfred (alias Tierno ?), un Africain du Sud, bantou camerounais.
Le paradis de l’oasis évoqué (et atteint) dans la troisième et dernière partie rééquilibre l’enfer du bled où nous ont plongé les deux premières. Rêve ? Foi retrouvée ? Ecoutons (p.197) Zoubida rebaptisée désormais Taderfit (liberté en berbère) :

Je m’apprête à devenir une femme libre, Alfred, une femme véridique. J’ai bien fait de suivre Lilia. Dieu, il sait ce qu’il fait. Je suis rentrée en initiation. Je suis sur le chemin. Dans l’obscurité, je pars chercher la lumière. Maintenant, je comprends pourquoi toutes ces épreuves. Je médite, je m’élève, je m’exerce à la quiétude et à l’indulgence. Avec un sourire amusé, je regarde le passé.

Un livre majeur.

A signaler : Retour au Bled, Entretien avec Tierno Monénembo par Elara Bertho, sur l’excellente revue Diacritik (11 janvier 2017).