Tous les articles par editapela

African, Afropean, Afropolitan

European Conference on African Studies

Prague, June 25-28, 2025

ECAS 2025 : Ouverture de l’appel à propositions de panel.
La 10ème édition de la conférence européenne en études africaines aura lieu à Prague du 25 au 28 août 2025. L’appel à propositions de panels est ouvert jusqu’au 7 septembre 2024.
Retrouvez toutes les informations sur le site : https://www.ecasconference.org
 

Call for Panels

Important Dates

Le campus sous toutes ses formes

Journal of African Cultural Studies, Volume 36, Issue 2 (2024)

Nous sommes ravis d’annoncer la publication d’un numéro spécial, entièrement bilingue (Fr-Ang), de la revue Journal of African Cultural Studies qui porte sur les expressions et les vies créatives des campus universitaires à Dakar, Abidjan, Abomey-Calavi et Yaoundé. Il est disponible ici : https://www.tandfonline.com/toc/cjac20/36/2.

Les articles de ce numéro spécial abordent un éventail de thèmes connexes : la liberté et la censure académiques, le harcèlement sexuel, et les temporalités panafricaines et décoloniales. Ils examinent la capacité qu’a l’art (visuel, littéraire, performatif, filmique) de donner une forme imaginative, et parfois transformatrice, à de telles réalités.

Léopold Sédar Senghor : genèse d’une œuvre

La journée d’étude Léopold Sédar Senghor: genèse d’une œuvre se tiendra le jeudi 27 juin dans la salle des conférences de la BnF-Richelieu à Paris (5, rue Vivienne – 2e arrondissement).

Cette journée s’inscrit dans les travaux collectifs du groupe de recherche international L. S. Senghor (ITEM/UCAD) et développera une approche génétique des textes senghoriens.

La BnF conserve la plus riche collection de manuscrits littéraires de Senghor, mais ce fonds – issu de deux donations – gagne à être mis en relation avec d’autres archives en France, au Sénégal et dans le monde. Encore peu étudiés, ces fonds peuvent changer notre perception de l’œuvre senghorienne, qui mérite une analyse attentive des phénomènes stylistiques, des réseaux intellectuels et de sa réception internationale. La BnF et le groupe de recherche international L. S. Senghor (ITEM/UCAD) invitent les chercheuses et les chercheurs à entrer dans l’atelier des concepts et des textes senghoriens. Qu’est-ce que les manuscrits, les tapuscrits, les versions préoriginales et les correspondances peuvent nous apprendre du processus d’écriture, du style, de la langue et de la pensée de Senghor ?

URL de référence et programme détaillé : https://kouroumanus.hypotheses.org/2889

Approches socio-historiques des littératures des suds

État des lieux et perspectives

Colloque à l’Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Page de l’évènement sur le site de l’unité de recherche : https://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/colloques/approches-socio-historiques-des-litteratures-des-suds

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Le colloque entend ainsi contribuer à restituer le déploiement temporel et la constitution historique de ces littératures (leur histoire, les acteurs, les lieux, les institutions et les vecteurs qui les portent ; les crises qu’elles traversent, les échecs ou les freins qu’elles rencontrent ; les polémiques ; les conditions de possibilités et d’existence qui en résultent ; la tradition littéraire qui en découle…). Il s’intéressera aux phénomènes de domination et de hiérarchisations entre les littératures tant dans leur généalogie historique (le rapport au passé colonial et à la décolonisation par exemple) que dans leurs déploiements contemporains (modalités de consécration, rapport centre/périphéries, rapport au national…) ; sans négliger d’observer les pratiques concrètes et l’agentivité propre des écrivains et des autres acteurs concernés  : il s’agit de saisir la structuration d’ensemble du monde littéraire, dans ses aspects symboliques, économiques, politiques, en prêtant attention à tous les acteurs de la littérature (agents, éditeurs, critiques, traducteurs, publics…). Il entend enfin restituer la sédimentation textuelle de ces dynamiques historiques et sociales (intertextualités, autoréflexivités des auteurs…) et les pratiques littéraires passées ou présentes. La démarche sera donc également attentive aux approches sociocritiques au sens large, et notamment aux représentations sociales voire politiques, inscrites dans les textes selon différentes perspectives (nation, classe, genre, race…), faits de discours qui constituent autant de prises de position dans le champ social.

Les propositions d’intervention pourront viser à :

  1. dégager les enjeux méthodologiques, critiques, voire socio-politiques des approches de type matérialiste/sociales/historiques pour les littératures des Suds ;
  2. dresser un bilan de l’existant (travaux publiés, institutions, travaux en cours) ;
  3. problématiser les concepts et les méthodologies (champ littéraire, autonomie, système littéraire, méthodes quantitatives, sociocritique, etc.) ;
  4. illustrer les perspectives sociologiques par des études de cas, d’une portée générale aussi large que possible

Comité d’organisation

  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Comité scientifique

  • Elara Bertho (CNRS)
  • Virginie Brinker (Université de Bourgogne)
  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Paul Dirkx (Université de Lille)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valery-Montpellier)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Maëline Le Lay (CNRS)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)
  • David N’Goran (Université Houphouët-Boigny)
  • Elena di Pede (Université de Lorraine)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Journées d’études décoloniales

MSH Bordeaux, 5-7 juin 2024

Comment faire dialoguer les penseurs d’Amérique du Sud du « décolonial » avec les recherches en (et sur l’)Afrique ? Que
peuvent nous apprendre les remises en cause, par le « Sud global », des épistémès hégémoniques ? Comment relier les continents et les bibliographies ? L’universalisme, tel qu’il était conçu dans l’Europe des Lumières, est attaqué de toutes parts pour son eurocentrisme. Comment prendre acte de ces gestes de décentrement sans renoncer pour autant à un « universel », que nous aurions à construire ensemble, par exemple dans la lignée des travaux de Souleymane Bachir Diagne ?

Ces deux journées organisées conjointement par Elara Bertho, Michel Cahen et Sylvère Mbondobari entendent réunir des chercheuses et chercheurs issu·e·s de plusieurs continents et d’orientations diverses pour discuter de ces croisements possibles. La première journée sera consacrée à ce que le décolonial
fait à nos pratiques de la recherche, très concrètement, en
interrogeant nos modes d’éditions, en proposant des pistes
de co-construction des données ou encore en questionnant
nos méthodes. La deuxième journée sera consacrée à la place
de l’Afrique dans la réception des études décoloniales et au
dialogue possible avec l’Amérique du Sud.

Journées d’études décoloniales

René Maran. Entre poétique du sujet et discours colonial

Buata B. Malela. René Maran. Entre poétique du sujet et discours colonial

Préface de Christophe Premat.
Paris, Hermann, coll. “Savoir lettres”, 29 mai 2024, 424p. 

EAN : 9791037038616

Présentation

Être écrivain français durant l’ère coloniale s’insère dans l’ordre social et le questionnement du sujet. Le parcours, la poésie, les fictions et essais de René Maran en témoignent. Son discours sur l’intériorité fait état de la désillusion ontologique qui, à partir de la Belle Époque, donne à voir une manière d’être poète-écrivain. Ce dernier constitue l’authenticité en mantra esthétique et politique à même de se formaliser dans des combustions affectives.
Son discours sur l’extériorité problématise le souci de la vérité et de la sincérité à travers l’esthétique vériste. Celle-ci aide à l’examen de sa représentation de l’écosystème et de la géoculture coloniales. Comment cette double part, intérieure et extérieure, se ­figure-t-elle dans sa posture d’écrivain français, dans sa ­poétique du sujet et son discours colonial, tout en participant à la bibliothèque coloniale ?
C’est cette question qui, dans ce livre, commande l’approche relationnelle de l’interprétation de ­l’ensemble de l’œuvre de René Maran en fonction de son contexte ­d’énonciation.

Buata B. Malela est professeur de littératures francophones à l’Université de Mayotte. Ses recherches portent sur les discours littéraires francophones (Afrique, Antilles, océan Indien), sur la sociologie de la littérature et sur la pop musique urbaine contemporaine.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.editions-hermann.fr/livre/rene-maran-buata-b-malela

Consulter la table des matières et la préface sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/120920/buata-b-malela-dir-rene-maran-entre-poetique-du-sujet-et-discours-colonial.html