Tous les articles par editapela

Ecotones #7 Reconfiguring, Repurposing the City: Urban ecotones in the Global South

After conferences at Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université de Poitiers and Université de La Réunion (France, 2015, 2016 and 2018), at the Centre for the Study of Social Sciences of Calcutta (Kolkata, India, 2018), Manhattanville College (NY, USA, 2019) and Concordia University (Montreal, Canada, 2019), this international scientific event at the University of Cape Town (UCT), South Africa, will be the 7th round of this conference cycle.

Site et programme du colloque

AAP: REAF 2022

Ouverture de l’appel à ateliers pour les 7es Rencontres des Études africaines en France

Elles se tiendront à Toulouse du 28 juin au 1er juillet 2022.
Une thématique transversale est proposée – « Circulations dans les Afriques, #Afriques en circulation » – ainsi que des ateliers ouverts aux actualités des recherches en études africaines
Date limite : 1er décembre 2021
Rendez-vous vite sur le site des REAF : https://reaf2022.sciencesconf.org/

Parution : René Maran

Parution du numéro de la revue Continents manuscrits consacré à René Maran

Agence Meurisse. Disponible sur Gallica

URL de référence : https://journals.openedition.org/coma/6969

Genèses

Parages littéraires de René Maran. Documents commentés

Nouveaux regards

Varia

Griffonner / Respirer

Un nouveau recueil poétique de Bernard Mouralis

Griffonner/Respirer regroupe des poèmes en vers et en prose écrits au cours des années 2020 et 2021. L’ensemble continue de graviter autour de la question de la Voix. Cette fois, cependant, il ne s’agit plus de dire les effets d’une voix décalée, comme dans Voix off suivi de ABC, paru en 2020, mais de cerner ce que peut dire une voix perturbée par un corps qui, depuis bien des années déjà, n’en fait qu’à sa tête. Écrits dans le vert et la lumière de la garrigue du sud de la Drôme, ces poèmes disent également une aventure intellectuelle et poétique que l’auteur résume par le mot architecture, « si beau dans sa simple volonté de dire, quelquefois contre toute probabilité, qu’il faut rester et résister ».

Bernard Mouralis est professeur émérite de l’université de Cergy-Pontoise. Il a enseigné auparavant à l’université de Lille III ainsi que dans plusieurs universités africaines (Abidjan, Lomé, Cotonou).

Griffonner Couverture

  • Date de publication : 11 octobre 2021
  • Broché – format : 13,5 x 21,5 cm • 78 pages
  • ISBN : 978-2-343-24414-3
  • EAN13 : 9782343244143
  • EAN PDF : 9782140192272
  • (Imprimé en France)

Page chez l’éditeur.

Carte blanche à Wole Soyinka

Grand entretien avec Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature

Marseille, MuCEM

Rencontre, lecture et musique

Rencontres-débats/Conférences

Lecture par Wole Soyinka de son poème inédit en français « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », traduit par Christiane Fioupou
Un entretien animé par Valérie Marin La Meslée (journaliste, Le Point)
Interprète : Valentine Leys

Vendredi 1 octobre 2021 à 18h30

Wole Soyinka se livrera à un grand entretien mené par Valérie Marin La Meslée au cours duquel seront abordés son regard sur le monde contemporain et le rôle de l’écrivain engagé. 

Ne serions-nous pas réellement endormis ? Mis
En congés de ce monde enragé ?
Pourquoi donc ces lamentations ? Chibok ? Dapchi ?
[…]
Leah, cette épreuve de ta jeunesse est cruelle,
Injuste. Tu vas fléchir mais, la honte est la mienne,
La nôtre, celle d’une nation et d’un monde assujettis à
Des religions mensongères. Nous devons te sembler morts.

Crédit : Wole Soyinka, « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », 2019. Traduction française Christiane Fioupou. 

Dans le long poème « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah » publié en 2019 et traduit en français pour cette invitation au Mucem, Wole Soyinka continue de dénoncer les forces destructrices, politiques et religieuses, qui déséquilibrent l’Afrique et le monde. Il y fustige la violence et les fondamentalismes religieux de tous bords qui ne cessent de s’amplifier au Nigéria et à l’échelle du monde. 
De Chibok où 276 lycéennes ont été enlevées au nord-est du Nigéria en avril 2014 par le groupe islamiste Boko Haram, à Dapchi, à 200 kilomètres de là, où 110 élèves d’une école ont été kidnappées en février 2018, le poète s’adresse à Leah Sharibu, jeune fille de 15 ans, aujourd’hui encore prisonnière de Boko Haram pour avoir refusé d’abjurer sa foi. 
En ouverture et en clôture, Raphaël Imbert accompagnera des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille pour une création collective, mouvante et itinérante : Le Tigré Créole ! 
Ou le jazz comme chant de traverse entre la pensée de Soyinka et celle de Glissant, entre musique et littérature, entre écriture et oralité, résonnant des mélodies de Mingus, Archie Shepp, Coltrane, Ellington, Manu Dibango, et des improvisations spontanées de la nouvelle génération du jazz phocéen.

Valérie Marin La Meslée est journaliste littéraire au service culture du Point et collaboratrice du site LePoint Afrique, notamment pour ses Causeries (podcast). Les mondes culturels afro-caribéens sont ses terrains de prédilection (reportages culturels, hors-série du Point sur « La pensée noire » et « L’âme de l’Afrique »), documentaires radio (France Culture). Ses derniers livres racontent les capitales d’Haïti et du Mali au prisme de la création contemporaine : Chérir Port-au-Prince (Philippe Rey, Mémoire d’encrier, 2016) et Novembre à Bamako (avec les photos de Christine Fleurent, Le Bec en l’air, Cauris, 2010). Elle est aussi l’auteure de Confidences de gargouille avec Béatrix Beck (Grasset 1998), et de Stupeur dans la civilisation avec Jean-Pierre Winter (Pauvert, 2002).

Mucem, J4 – Auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Une programmation conçue en collaboration avec Annie Terrier (Les Écritures croisées).

Le Mucem invite l’écrivain et metteur en scène nigérian Wole Soyinka pour deux journées de rencontres, lectures et concerts dédiés à son œuvre éclectique et engagée. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1986, il est le premier auteur africain à en avoir été honoré. Artiste prolifique, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, des récits autobiographiques, des recueils de poèmes, des nouvelles, des romans, ainsi que des essais politiques et littéraires.
Lors d’un grand entretien, le public pourra découvrir son parcours et entendre la force de sa poésie à travers un texte inédit en français, puis l’écouter dialoguer avec Christiane Taubira pour un hommage à Édouard Glissant et à la Déclaration sur la traite négrière et l’esclavage.
Raphaël Imbert et des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille accompagneront ces rencontres aux sons d’une création collective, mouvante et itinérante, de Mingus, à Ellington et Manu Dibango.

Manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne

Les manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne : formes et enjeux

Numéro spécial de French Studies in Southern Africa (FSSA, 51.1 – 2021)

Sous la direction de Laude Ngadi Maïssa, Markus Arnold, Bernard De Meyer & Emmanuel Mbégane Ndour

Ce numéro spécial examine les dynamiques manifestaires et programmatiques dans l’espace littéraire francophone africain dans la suite des débats politico-culturels autour de la Négritude. Les contributions portent sur des phénomènes de créolisation et d’afrotopie, abordent le genre manifestaire sous le prisme des positions esthétiques, examinent les postures engagées qui révèlent l’ethos de l’« écrivain-manifeste », s’intéressent aux procédés intertextuels qui inscrivent des auteurs africains dans la continuité de leurs pairs français. De plus, l’étude des régimes inédits à travers lesquels les manifestes se présentent aujourd’hui revient à voir comment le critère temporel autorise une lecture contemporaine qui réhabilite des textes littéraires occultés. Quelle est la place qu’occupent les festivals panafricains dans la pensée et le discours patrimonial anticolonialiste ? Par quelles dynamiques conceptuelles les notions d’intersectionnalité et d’empowerment rendent-elles possible l’émergence d’un féminisme afropéen et décolonial ? Comment l’introduction et la mise en scène de nouvelles épistémès contribuent-elles à restituer le sujet africain dans notre contemporanéité postcoloniale ? Ce sont autant de questions qui préoccupent les auteurs de ce numéro et illustrent l’actualité des interrogations autour du manifeste. Une section de comptes rendus ressemble une variété de textes manifestaires et programmatiques sur des problématiques afropéennes ainsi que sur des réflexions fondatrices d’une épistémologie décoloniale des « Suds » africain et caribéen.