Tous les articles par editapela

Lumières – Essais sur une vie

Lumières – Essais sur une vie

de Bernard Mouralis

éd. Présence africaine,
9782708709881

Dans ce texte autobiographique, Bernard Mouralis revient sur trois moments de son existence : son enfance et ses études dans la lumière du paysage de Nyons, en Drôme provençale, ses années d’étudiant en lettres classiques à Grenoble, ses débuts professionnels au Lycée El Hadj Malick Sy de Thiès (Sénégal) et sa première expérience du monde africain, entre 1965 et 1968.
Pour l’auteur, le fil conducteur réside non seulement dans le souci de révéler les éléments qui constituent une pensée – hasards, rencontres, lectures, échecs, souffrances -, mais également dans la nécessité d’échapper à la séduction de l’Être, cet « opium mortel », pour se laisser emporter dans les flots tumultueux du Devenir.

Bernard Mouralis est professeur émérite à l’Université de Cergy-Pontoise. Il a enseigné à l’Université de Lille III ainsi que dans plusieurs universités africaines (Abidjan, Lomé, Cotonou). Ses publications portent sur les littératures de langue française en Afrique subsaharienne, les relations entre littératures et cultures du Nord et du Sud, la théorie de la littérature. Dans ces trois domaines, il a publié une vingtaine d’ouvrages.

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Africa 2020: Artistic, Digital, and Political Creation

Africa 2020: Artistic, Digital, and Political Creation in English-Speaking African Countries

Parution du dernier numéro de la revue e-Rea (revue électronique d’études sur le monde anglophone) consacré à la création africaine anglophone contemporaine.

Le numéro comprend une série d’articles universitaires, suivie d’une série d’entretiens avec des artistes qui se sont produits au Festival de Marseille ces dernières années. Il est complété par deux  longs entretiens de Christiane Fioupou et de Jean-Pierre Durix, qui reviennent sur leur parcours d’enseignants-chercheurs.

Consulter le sommaire détaillé et lire le numéro : https://journals.openedition.org/erea/12649

Autobiographik in Afrika

Vient de paraître :

Autobiographik in Afrika – Literaturgeschichte und Genrevielfalt

Susanne Gehrmann

ISBN 978-3-86821-925-8, 231 S., € 32,50 (2021)

LuKA – Literaturen und Kunst Afrikas, vol. 14


Cette monographie combine l’histoire littéraire des narrations autobiographiques en Afrique subsaharienne avec une approche théorique des genres. Réfutant des suppositions eurocentristes basées sur un concept étroit de l’autobiographie, l’auteure explique la diversité générique qui permet de parler de soi et d’écrire sur soi en Afrique ; de la période précoloniale à la période coloniale, de l’époque postcoloniale extrêmement productive au présent post-postcolonial.
Susanne Gehrmann présente des formes telles que l’auto-louange, les récits d’esclaves, les anthologies, les autobiographies d’enfance, les mémoires politiques, les essais autobiographiques, les témoignages ainsi que les écritures autobiographiques et autofictionnelles en série. Elle analyse ces formes dans le contexte historique en évaluant leurs esthétiques spécifiques, le public visé ainsi que les implications politiques et sociales.
Amadou Hampâté Bâ, Ken Bugul, Manthia Diawara, Buchi Emecheta, Cheikh Hamidou Kane, Antjie Krog, Camara Laye, V.Y. Mudimbe, Ngugi wa Thiong’o, Wole Soyinka et Binyavanga Wainaina sont parmi les auteurs dont l’œuvre autobiographique est analysée.

Diese Monographie vermittelt gattungstheoretisches und literaturhistorisches Überblickswissen zur Autobiographik in Subsaharaafrika, die als ein weitverzweigtes Feld selbstreferenzieller literarischer Diskursformen verstanden wird. Eurozentristische Prämissen widerlegend, die von einem enggefassten Autobiographiebegriff ausgehen, wird die Vielfalt des Genrespektrums eines autobiographischen Kontinuums in Afrika seit der vorkolonialen Epoche über die Kolonialzeit und äußerst produktive postkoloniale Epoche bis hin zur post-postkolonialen Gegenwart aufgezeigt und an exemplarischen close readings verdeutlicht.
Susanne Gehrmann stellt Formen und Funktionen von u.a. Selbstpreis, slave narratives, Anthologien, Kindheitsautobiographien, politischen Memoiren, autobiographischen Essays, Zeugnistexten sowie seriellem autobiographischen und autofiktionalen Schreiben vor und evaluiert diese im Hinblick auf ihren historischen Entstehungs- und Referenzkontext, ihre je spezifische Ästhetik und Adressierung sowie den politischen und sozialen Impetus. Analysiert werden Texte von u.a. Amadou Hampâté Bâ, Ken Bugul, Manthia Diawara, Buchi Emecheta, Cheikh Hamidou Kane, Antjie Krog, Camara Laye, V.Y. Mudimbe, Ngugi wa Thiong’o, Wole Soyinka und Binyavanga Wainaina.

URL de référence : http://www.wvttrier.de/top/Beschreibungen/ID1783.html

French Studies in Southern Africa n° 51.2

*Nouvelle parution*

Table des matières / Contents

  • Yaya Mountapmbémé P. Njoya : « Bien plus proche qu’étranger » : Quête et rencontre de l’Autre dans la poésie d’Andrée Chedid
  • Nevine El Nossery : Le démantèlement des frontières du ‘chez-soi’ chez Fatima Mernissi et Malika Mokeddem
  • Jacques Leenhardt : Le discours antillais d’Édouard Glissant : remarques sur l’épaisseur d’un livre singulier
  • Emmanuel Mbégane Ndour : Rose déluge d’Edem Awumey : entre marronnage et métaspora
  • Karel Plaiche : Écritures de dépossession et figures de l’aliénation dans quelques romans africains francophones sur les guerres en Afrique contemporaine
  • Roger Fopa Kuete : Culture de l’indocilité et crise de la culture politique dans Empreintes de crabe de Patrice Nganang
  • Peter Ndemby Mamfoumby : Mathématique et fiction. Ouvroir et analyse potentielle de L’Anomalie de Hervé Le Tellier
  • Raymonde Moussavou & Karen Ferreira-Meyers : E-learning en contexte de Covid-19 : Quels enjeux pour une mutualisation des pratiques numériques au sein de TICE Afrique ?
  • René Ehouman Koffi & Dorgelès Houessou : De l’épreuve de dictée à la dictée de soi : choix et déterminisme stylistiques pour un questionnement d’un genre scolaire
  • Cédric Belec : L’utilisation du e-learning pour le développement de la compréhension orale du français en contexte universitaire japonais
  • Bernard De Meyer : French Studies in Southern Africa : un demi-siècle de croissance

Comptes rendus & In memoriam

AAC: Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr

Colloque international

Université de Mannheim, 15-16 mai 2023

organisé par Sarah Burnautzki, Abdoulaye Imorou et Cornelia Ruhe

Les propositions d’environ 300 mots en français ou en anglais accompagnées d’une brève notice biobibliographique devront parvenir par courriel aux responsables du colloque avant le  31 mai 2022 (sarah.burnautzki@rose.uniheidelberg.de, aimorou@ug.edu.gh, ruhe@phil.unimannheim.de).

Argumentaire :

Le Prix Goncourt 2021 pour La plus secrète mémoire des hommes ne fait que confirmer ce que savent déjà les personnes qui suivent la carrière impressionnante de Mohamed Mbougar Sarr depuis ses débuts en 2014: c’est un auteur au talent exceptionnel, d’une grande érudition et qui ne recule pas devant les sujets à envergure politique.
Depuis ses débuts avec la nouvelle « La Cale », qui ose la descente dans une cale de bateau négrier et qui a obtenu le Prix StéphaneHessel, les textes de Mohamed Mbougar Sarr connaissent un succès qui ne se dément pas auprès du public et de la presse. Son premier roman, Terre ceinte, publié en 2015, inspiré dun fait réel, la lapidation dun jeune couple par des fondamentalistes religieux à Tombouctou, est tissé dune histoire de violence, de résistance et de liberté. Le deuxième, Silence du chœur, sorti en 2017 évoque l’immigration africaine en Europe à travers le prisme dun roman qui multiplie et entrelace les perspectives et les récits. Les deux romans ont remporté des prix littéraires de grand renom (le Prix AhmadouKourouma, le Grand prix du roman métis et le prix du roman métis des lycéens pour Terre ceinte ; le Prix du roman métis des lecteurs, le Prix littéraire de la Porte Dorée et le Prix Littératuremonde pour Silence du chœur), tandis que son troisième roman De purs hommes, qui traite de l’homophobie au Sénégal, a suscité une vive polémique dans le pays d’origine de l’auteur certains ont cru bon d’annoncer sur les réseaux sociaux qu’ils retireraient leurs félicitations au Goncourt en raison de son « apologie de l’homosexualité ». Terre ceinte a déjà été traduit en anglais et italien, et les droits de traduction de La plus secrète mémoire des hommes ont été vendus (à un prix élevé) dans plusieurs pays quelques semaines avant la remise définitive du Goncourt. Enfin, en 2021, le jury du prix Goncourt, chargé de récompenser le « meilleur ouvrage d’imagination en prose », a choisi La plus secrète mémoire des hommes, un roman inspiré par l’ascension littéraire extraordinaire de lécrivain malien Yambo Ouologuem, surpassée seulement par sa chute littéraire désormais légendaire et qui offre une métaréflexion littéraire subtile, détaillée et lucide sur lhistoire de la littérature africaine ainsi que sur le milieu littéraire parisien.

Audelà des romans, Mohamed Mbougar Sarr intervient également de façon remarquable dans des blogs, la presse écrite ou encore des ouvrages collectifs. On se souvient du blog Choses
Revues qu’il a animé dès 2010 et dans lequel il a fait ses armes et du collectif Politisezvous il participait à la redéfinition de l’engagement politique.
Malgré ces succès incontestables, l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr n’a, à ce jour, pas encore retenu toute l’attention de la critique universitaire à laquelle notamment le dernier roman fait pourtant de nombreux clins d’œil. Nourris d’un savoir académique auquel ils rendent hommage, les romans de Mbougar Sarr sont accessibles à différents niveaux : ils abordent les thèmes suivants :

  • La résistance à et l’engagement contre des régimes totalitaires, des idéologies oppressantes,
  • La question de l’exil,
  • La problématique du champ littéraire francophone,
  • Le rôle de l’auteur,
  • Le rapport entre le réel et la fiction.

Au cours de ces journées, nous chercherons à comprendre les modalités narratives qui permettent à l’auteur de transformer le politique en littérature, mais aussi à situer son œuvre dans un contexte littéraire actuel qui semble s’ouvrir à l’histoire.

Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr. Colloque international, Mannheim, mai 2023

Migrer d’une langue à l’autre ?

Migrer d’une langue à l’autre ?

Présence des langues africaines en France

Mercredi 8 décembre 2021 de 10h à 18h

Musée national de l’histoire de l’immigration

Paris, Porte Dorée

Cette journée met l’accent sur la présence en France des langues africaines, notamment dans le domaine culturel. Des personnalités issues de domaines divers viendront dialoguer et réfléchir aux pratiques liées à ces langues, à leur place sur les scènes culturelles et artistiques contemporaines et à leur hybridation avec le français.

Programme de la journée

10h : Accueil par Pap Ndiaye, Directeur général de l’EPPPD

10h10 – 10h30 : Séance d’ouverture sur les enjeux liés à la présence des langues africaines en France

  • Paul de Sinety, DGLFLF,
  • Laurent Roturier, DRAC Ile-de-France,
  • Nivine Khaled, Directrice de la Langue française et de la Diversité des Cultures francophones à l’OIF. 

10h30 – 12h30 : Les langues africaines entre pratiques et représentations

  • Alexandrine Barontini, Inalco,
  • Fabienne Leconte, sociolinguiste, université de Rouen-Normandie,  
  • Manon Reynaud, association Causons,
  • Nabil Wakim, journaliste au Monde,
  • Anne Zribi Hertz, grammairienne.

14h – 15h30 : Des expressions artistiques en toutes langues : théâtre et musique

  • Hassane Kassi Kouyaté, directeur du « Festival Les Francophonies » et Zébrures d’automne (sous réserve),
  • François Bensignor, journaliste spécialisé dans les musiques du monde,
  • Naïma Huber-Yahi, directrice-adjointe du Festival Villes des musiques du monde,
  • Manoute Seri, directeur de L’Afrique Festival à Strasbourg.
  • Dominique Caubet, Inalco

16h – 17h : La part des mots de l’Afrique – les Glossaires de l’administration française et le Dictionnaire des francophones

  • Danièle Wozny, Maison de la sagesse
  • Mona Laroussi, directrice de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar.

17h – 18h : Vitalité de la littérature africaine en France

  • Abigail Assor, (Aussi riche que le roi, Gallimard, 2021),
  • Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et de littérature à l’université Columbia de New York,
  • Souleyman Diamanka, (Habitant de nulle part, originaire de partout, Editions Points, 2021)
  • Mohamed Mbougar Sarr, écrivain lauréat 2021 du prix Goncourt pour La plus secrète mémoire des hommes, Philippe Rey/Jimsaan (sous réserve).

En direct depuis le Musée : émission « De vive(s) voix » avec Pascal Paradou (Radio France International)

URL de référence : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-11/migrer-d-une-langue-l-autre