Tous les articles par editapela

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

AAC JCEA 2020 à Marseille: L’Afrique en mouvement, en question

L’Afrique en mouvement, en question

Rencontre des Jeunes Chercheurs en Études Africaines 2020

Appel à communication

URL de référence : https://jcea2020.sciencesconf.org/

Modalités de participation :

Les propositions de communication doivent s’inscrire dans l’un des quatre axes identifiés ci-dessus (préciser l’axe choisi). Les résumés, en français, doivent comprendre au maximum 400 mots accompagnés de cinq mots-clés et être déposés sur la plateforme https://jcea2020.sciencesconf.org/ jusqu’au 31 décembre 2019, délai de rigueur. Les auteur.rice.s des propositions retenues seront informé.e.s par mail au plus tard le 15 mars 2020.

Argumentaire

L’Afrique veut construire son propre discours sur les problématiques et défis qui se présentent à elle au regard de son histoire plurielle et dynamique. L’Afrique bouge comme depuis toujours. Elle se fait et se refait sans cesse dans un monde qui semble prôner l’universalisme absolu, l’enjeu étant toutefois de promouvoir la diversité sans s’acculturer. L’Afrique est au cœur des agendas internationaux. À ce propos, la présente rencontre des jeunes chercheur.e.s africain.e.s/africanistes est une opportunité qui peut permettre de contribuer à lever le voile sur ses véritables potentialités. 

Les JCEA 2020 réuniront à Marseille du 07 au 10 juillet 2020 des jeunes chercheur.e.s sur l’Afrique et ses diasporas. Par une approche pluridisciplinaire, avec des sujets transversaux ancrés dans la réalité, ces rencontres, qui se tiendront en même temps que les REAF, proposent de mener une réflexion sur la construction de l’Afrique. Entre enjeux épistémologiques à tendance constructivistes et thématiques actuelles, leur objet questionne une Afrique en mouvement autour de quatre axes.

Axe 1 : Constructions

La question de l’amélioration de la qualité de vie en Afrique demeure une nécessité. Recouvrant les concepts d’« éducation » ou de « formation », la notion de « constructions » traverse l’ensemble des disciplines scientifiques. D’hier à aujourd’hui, l’idée de constructions a fait l’objet de plusieurs débats en Afrique. Pour Joseph Ki-Zerbo (2016 : 115) cette construction doit avoir pour socle les valeurs et initiatives endogènes car « on ne développe pas, on se développe ». Cela signifie que la véritable construction de l’Afrique passe par la mise en valeur de la culture, de la langue, des connaissances propres à l’Afrique et même celles relatives à l’identité africaine en construction.
Toutefois, pour Ahmadou Hampâté Bâ (1992), cette construction de l’Afrique ne devrait pas se faire en autarcie. Elle peut se réaliser dans une perspective hétérogène en prenant en compte les universalisables (Ki-Zerbo, 2016 : 117).  En effet, tout comme A. Hampâté Bâ, pour Axelle Kabou (1991), toutes les valeurs africaines ne sont pas bonnes à conserver, d’où la nécessité de procéder à un tri et de songer à un greffage fécond et succulent (A. Hampâté Bâ, 1992). 
L’intérêt de cet axe réside dans le fait qu’il permet d’interroger et d’évaluer les aspects internes et externes de la construction de l’Afrique, des décennies après les indépendances. Les réflexions de cet axe se focaliseront sur les domaines suivants : l’éducation et la formation, la communication médiatique (canaux et messages), le vivre-ensemble, la gouvernance, les questions économiques et sociales, les valeurs culturelles (langues, littératures, musique, musées, etc.), le monde en Afrique et l’Afrique dans le monde.
L’exigence méthodologique pourra ainsi permettre de revenir sur des questions récurrentes : comment l’Afrique utilise-t-elle “la natte des autres” pour bien se construire ? Le greffage au plan culturel, langagier, éducatif, social, économique, politique est-il une piste viable ? Comment se construit-elle de façon endogène sans s’isoler ?  Comment le continent se projette-t-il et se construit-il dans un contexte marqué par des intérêts géopolitiques et économiques divers ? Quelles sont les stratégies adoptées pour l’accès à “l’éducation pour tous”, afin de lever le déséquilibre régional, et quelle est leur efficacité ? Comment les individus arrivent-ils à se construire face à des situations conflictuelles, de tribalisme, de guerre et de migration ?

Axe 2 : Épistémologies

De nombreux débats scientifiques sont actuellement centrés sur le besoin de “décoloniser la pensée” dans la recherche en Afrique. S’il ne s’agit pas de réfléchir sur une manière africaine d’aborder la recherche, il est question de l’applicabilité de paradigmes pertinents et surtout cohérents dans la recherche en contexte africain.
Cet axe souhaite apporter une réflexion sur ce discours scientifique, la production des savoirs et les savoirs produits dans le cadre des études africaines. Il s’agira, entre autres, de s’interroger sur les paradigmes de recherche, leur construction, “l’écologie de la connaissance” (De Souza Santos, 2014), c’est-à-dire la prise en compte de l’environnement géopolitique dans lequel les savoirs sur les Afriques sont produits.
Quels paradigmes adaptés aux réalités/contextes africains ont été formulés jusqu’ici ? Quelles dynamiques instaurent-ils au sein de la recherche à l’échelle africaine et mondiale ? Comment les institutions se positionnent-elles par rapport à ces dynamiques ? Comment les jeunes chercheur.e.s en études africaines mobilisent-ils ces paradigmes ? Quelles perspectives ceux-ci ouvrent-ils dans leurs pratiques de recherche ?
Sans s’y limiter, l’axe propose de mener une réflexion approfondie autour de la décolonisation des savoirs, des arts et des institutions. Il s’agira de voir en quels termes celle-ci se pose dans le continent et dans la diaspora ; comment elle s’inscrit, par exemple, dans la définition des programmes, dans les pratiques d’enseignement, de recherche et de diffusion, dans le fonctionnement des institutions, dans l’économie du savoir, etc. Par ailleurs, il sera question de mettre en lumière les choix épistémologiques actuels qui n’enferment pas le/la chercheur.e dans des cadres académiques et épistémologiques usuels.

Continuer la lecture de AAC JCEA 2020 à Marseille: L’Afrique en mouvement, en question

Parution: Le Prêtre, le traître et le rebelle

Le Prêtre, le traître et le rebelle

Figure christique et messianisme dans les œuvres de Dambudzo Marechera etTchicaya U Tam’si

Pierre LEROUX

WVT (Wissenschaftlicher Verlag Trier), coll. LuKA – Literaturen und Kunst Afrikas, Band 11

ISBN 978-3-86821-808-4, 234 S., kt., € 30,00 (2019)

Pour Dambudzo Marechera (1952-1987) comme pour Tchicaya U Tam’si (1931-1988) la légende littéraire et biographique tend parfois à prendre le pas sur la lecture des textes. Le premier, au Zimbabwe, voit son image d’alcoolique et d’anarchiste lui coller à la peau. Le second, au Congo, devient prophète aux yeux de son compatriote Sony Labou Tansi, qui l’appelle « père de notre rêve ». Dans les deux cas, face à des représentations souvent contradictoires, il apparait essentiel de réexaminer les ouvres de ces deux auteurs majeurs.
Dans cet ouvrage, Pierre Leroux, qui est aussi traducteur de Marechera, prend comme prisme la figure christique qui se retrouve sous diverses formes dans toute la littérature du continent pour proposer une véritable étude comparatiste. Les ouvres francophones et anglophones sont en effet trop souvent considérées séparément en dépit de leurs nombreux points communs. La confrontation de ces deux auteurs et de ces deux espaces permet donc d’adopter une vision plus large et plus cohérente de ces productions. Le Christ, dans cette perspective, témoigne de l’héritage culturel lié à l’Occident – le prêtre – du rapport complexe aux anciens colons et aux nouveaux maîtres – le traître – mais aussi de l’espoir et des dynamiques nouvelles – le rebelle.
Représentation en creux construite par des discours multiples, le Christ de Marechera et Tchicaya est donc à la fois ou successivement un révolutionnaire qui se bat contre l’impérialisme romain ou un collaborateur qui rend à César ce qui lui appartient. Au travers de ces différents visages, il constitue donc assurément un pivot pour examiner les relations entre le littéraire, le religieux et le politique, enjeu essentiel des études coloniales et post-coloniales.

AAC: Langues, Littératures et Politiques

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique Australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud, les 1, 2 et 3 septembre 2020

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer avant vendredi le 29 novembre 2019 à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Argumentaire et autres informations : Appel AFSSA WITS 2020

Les Rencontres d’Afriques Transversales

Les Rencontres d’Afriques Transversales : 

entretiens littéraires à l’École Normale Supérieure 

(2016-2018)

Maintenant en ligne sur Fabula.

Huit écrivains et plasticiens ont répondu à l’invitation du séminaire « Afriques Transversales » organisé à l’ENS entre 2016 à 2018 pour débattre de la place de l’Afrique dans les discours littéraires et les pratiques artistiques contemporaines. Le présent dossier offre une transcription de ces rencontres avec Omar Victor Diop, Sami Tchak, Abdourahman Waberi, In Koli Jean Bofane, Hemley Boum, Marie Darrieussecq, Sylvain Prudhomme et Hassan Musa.

Comment parler d’Afrique aujourd’hui ? Quels clichés et stéréotypes informent les représentations de l’Afrique ? Comment l’artiste devient-il enquêteur ? Quelles relations la littérature entretient-elle avec les sciences humaines ? Chacun à leur manière, les huit artistes et écrivains apportent des réponses à ces questions.

Textes réunis par Elara Bertho (Cnrs-LAM) et Ninon Chavoz (Johannes-Gutenberg Universität de Mainz)

avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Parution: Le Terroriste noir de T. Monénembo

Parution d’un essai de Christine Le Quellec Cottier, Le Terroriste noir de Tierno Monénembo.

Editions Infolio, Collection Le cippe

ISBN 978-2-88474-320-4
12 × 18 cm
I 136 pages I 15 CHF

https://www.infolio.ch/livre/le-terroriste-noir-de-tierno-monenembo.htm

https://www.infolio.ch/collection/le-cippe.htm

Table

Une citoyenneté aux grandes jambes 

  • Exhumer l’Histoire 
  • Une vie en mouvement, une écriture de l’exil 
  • L’avenir se trouve dans le roman… 
Je vous raconterai plus tard comment 
  • Discours et tradition orale 
  • Une cartographie insaisissable 
  • Portraits diffractés 
  • Germaine Tergoresse et Addi Bâ
  • Le village et ses fantômes 
Temps de guerre et des colonies 
  • Un étranger venu des colonies 
  • Un tirailleur, qu’est-ce que c’est ? 
  • Un « nègre » dans le bois… 
Une époque de fatras 
  • Faits et fiction 
  • Trois ans de vie partagée
  • Un siècle pour mémoire 
Une littérature africaine ? 
  • Littérature francophone et littérature-monde 
  • Piste alternative 
  • Voix dispersées 
Tierno Monénembo, quelques repères 
Bibliographie partielle 
  • Œuvres de Tierno Monénembo 
  • Livres et articles critiques 
  • Ressources en ligne et audiovisuelles 
Remerciements

Présentation de l’ouvrage

Couronné du Prix Ahmadou Kourouma, du Prix Erckmann-Chatrian, du Prix Palatine du roman historique ainsi que du Prix du roman métis, Le Terroriste noir, paru en 2012, est un roman subtil, qui offre des temporalités multiples. Il propose une double lecture, grâce à un regard rétrospectif qui met au jour les oubliés de l’Histoire. Tierno Monénembo nous y fait découvrir la figure bien réelle du tirailleur Addi Bâ, évadé puis dissimulé pendant trois ans dans un village des Vosges durant la Seconde Guerre mondiale. Et se révèle alors le discours d’autorité que l’Occident a tenu sur l’Afrique. À travers la mémoire de Germaine Tergoresse, c’est un siècle de liens et de déchirures qui se tissent et se froissent. Et sous la plume agile de Tierno Monénembo, ce sont bien les appartenances et les identités figées que Le Terroriste noir questionne avec originalité et humour.

Christine Le Quellec Cottier est professeure titulaire à l’Université de Lausanne où ses recherches se concentrent depuis plus de dix ans sur le domaine des littératures francophones. Elle dirige par ailleurs le Centre d’Études Blaise Cendrars à la Bibliothèque nationale suisse et a collaboré à l’édition des œuvres autobiographiques et romanesques de Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade. À l’intersection de ses deux orientations de recherche, elle codirige le projet du Fonds National Suisse «Le Primitivisme littéraire au cœur des avant-gardes. 1898-1924».

Les jeudis du GED : Sorcières, tyrans, héros

Les jeudis du GED

Le jeudi 10 octobre 2019 à 18 heures

Elara Bertho présente

Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains. Honoré Champion, 2019

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Discutante : Odile Goerg

Point d’accueil temporaire du GED Hors les murs
Rez-de-jardin de la MSH-Paris nord.
20, avenue George Sand, Saint-Denis La Plaine.
Métro Front Populaire