Tous les articles par editapela

Contemporary Congolese Literature as World Literature

Parution du numéro spécial de la revue Journal of World Literature sur Contemporary Congolese Literature as World Literature, par les soins de  Julien Jeusette et Silvia Riva (Special Issue, Volume 6 (2021): Issue 2, June 2021)
 
 

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
26-27-28 avril 2022

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 30 octobre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Les univers d’André et Simone Schwarz-Bart

Les Journées d’étude sur Simone et André Schwarz-Bart auront lieu à Lausanne (Unil) les 30 septembre et 1er octobre prochains :

Les univers d’André et Simone Schwarz-Bart – Sources et traces dans les textes et les avant-textes

Université de Lausanne – Château de Dorigny

Organisation

  • Anaïs Stampfli, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures et Section de français, Université de Lausanne
  • Éléonore Devevey, Département de langue et de littérature françaises modernes, Université de Genève
  • Jean-Pierre Orban et Claire Riffard, ITEM (CNRS/ENS-PSL)

avec le soutien de la fondation Jan Michalski.

JE_Schwarz-Bart-programme_juin

Théâtre sud-africain en Avignon

Visibilité et invisibilité du théâtre anglophone contemporain au Festival d’Avignon

Université d’Avignon, 9 juillet à 14h30

Salle 0E32

Dans le cadre du lancement d’un nouveau projet de recherche entre le laboratoire ICTT à Avignon Université et le laboratoire CAS à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès et en partenariat avec la BNF, Maison Jean Vilar, Emeline Jouve (MCF, HDR, CAS) et Cyrielle Garson (MCF, ICTT) ont le plaisir d’accueillir une première séance du séminaire itinérant du projet à Avignon Université avec Fanny Robles (MCF, LERMA) en lien avec la programmation 2021 du Festival d’Avignon et l’oeuvre de l’artiste sud-africain Brett Bailey.

Programme

14h30 Présentation du séminaire (Emeline Jouve et Cyrielle Garson)
14h50 Fanny Robles (LERMA, Aix-Marseille Université) « Brett Bailey ou les limites de l’expérience immersive en postcolonie »
15h40 Discussion
 
La séance aura lieu en présentiel uniquement, merci de vous inscrire avant le 8/07 (en raison des conditions sanitaires, la réservation est obligatoire) et d’indiquer si vous êtes membre de la communauté universitaire d’Avignon. 
 
 

René Maran et la guyanité

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1506

Colloque en ligne « René Maran et la guyanité », Brésil (UFAC, UFRN)

Le colloque « René Maran et la guyanité » est organisé par nos collègues universitaires brésiliens Danielle Grace (Universidade Federal do Rio Grande do Norte, UFRN) et Dennys Silva Reis (Universidade Federal do Acre, UFAC) en hommage aux cent ans de Batouala, « véritable roman nègre » qui fut récompensé par le Prix Goncourt mais qui fit scandale, notamment à cause de sa préface, en 1921.

Du mercredi 16 juin au vendredi 18 juin, des chercheurs de divers pays (dont la Guyane) aborderont l’oeuvre immense de l’écrivain né en 1887 et décédé en 1960, ancien fonctionnaire colonial, devenu prolifique et mémorable auteur. Il sera possible [en direct puis en différé] d’écouter les présentations en ligne, soit par YouTube via la page du CLEF (Colloque de littératures et études francophones) soit sur Facebook via la page de la Bibliothèque Manioc (https://www.facebook.com/manioc.org/) ou celle de l’Université de Guyane (https://fr-fr.facebook.com/univguyane/). 

Pour aller plus loin : 

  • le site créé par Bernard Michel, petit-fils de René Maran en hommage à son grand-père (pour une biographie et une bibliographie détaillée). 
  • l’exposition sur René Maran réalisée par Kristen Sarge et Boris Lama de la Collectivité territoriale de Guyane, visible à la CTG et à La Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane (MCMG) et bientôt à la Bibliothèque universitaire de Guyane. 
  • le livre à visée pédagogique René Maran de Monique Dorcy et Lydie Choucoutou Ho-Fon-Choy à paraître dans la collection Orénoque, aux Editions du Manguier.
  • le site « Manioc » à paraître sur René Maran sur le modèle du site consacré à Maryse Condé.
  • une intervention à l’approche féministe sur l’étude génétique d’Un homme pareil aux autres et de ses représentations féminines par Laura Gauthier Blasi (Université européenne de Madrid) et Tina Harpin (Université de Guyane)

La liane écoféministe de Suzanne Césaire

6ème séance du séminaire FEMPOCO 2020-21

Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire

Université de Guyane

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1501

La sixième séance du séminaire de recherche FEMPOCO de 2020-2021 consacré aux « femmes artistes et féminismes noirs de l’Afrique à ses diasporas » sera l’occasion de s’intéresser à Suzanne Césaire, née Roussi. Cette intellectuelle et professeure de lettres qui fut l’épouse d’Aimé Césaire est l’auteure d’une œuvre trop méconnue mais importante pour l’histoire littéraire antillaise et l’écocritique postcoloniale.

L’intervenante Anny-Dominique Curtius, enseignante-chercheure en études francophones et en théorie culturelle à l’Université d’Iowa (États-Unis), auteure de Suzanne Césaire, Archéologie littéraire et artistique d’une mémoire empêchée (Paris, Karthala, 2020), proposera une intervention sur « Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire ». Elle analysera le texte intitulé « Le grand camouflage » paru dans Tropiques à l’instar des autres textes de Suzanne Césaire (tous republiés dans Le grand camouflage: écrits de dissidence, 1941-1945, édition établie par Daniel Maximin, Paris, Seuil, 2009).
Dans son poème-hommage « Suzanne Césaire, ma mère », Ina Césaire écrit : « Ma mère active féministe avant la lettre, attentive à chaque progrès de la libération des femmes ». Comment faudrait-il interpréter cette déclaration et comment déceler les manifestations concrètes de ce féminisme dans l’éventail conceptuel que Suzanne Césaire nous propose ?
Dans « Le grand camouflage » le personnage féminin Bergilde, danseuse bèlè et paysanne, condense et synthétise une émancipation esthétique que l’on peut identifier comme un écoféminisme spécifique qu’elle articule dans la revue Tropiques (1941-1945). Bergilde est aussi l’ancêtre littéraire de plusieurs figures féminines libres et subversives dans les littératures caribéennes. Cet écoféminisme s’inscrit dans la pensée multidimensionnelle de Suzanne Césaire qu’Anny-Dominique Curtius appelle une « lianedialectique », et le corps dansant et souffrant de Bergilde est une « lianecept » plutôt qu’un concept. Puisque le malaise civilisationnel que Suzanne Césaire analyse prend sa source dans la déshumanisation de populations transbordées puis esclavisées, ce sont les empêchements et les déstabilisations des corps qu’il est urgent d’interroger, d’où le rééquilibrage des corps féminins ancrés dans des réalités socio-économiques subalternes. À travers Bergilde, elle annule donc l’iconographie édénique des Tropiques magnifiques et des femmes-doudou séductrices et insouciantes. Il s’agira donc de lire la danse de Bergilde et ses hanches cataclysmiques comme une déclaration écoféministe d’existence culturelle, politique et civilisationnelle par laquelle Suzanne Césaire exorcise une histoire douloureuse dont le corps de Bergilde porte les traces.

La séance se déroulera le mardi 25 mai à 14h (heure de Cayenne) à l’Université de Guyane, en salle F002 pour le personnel et les étudiants de l’Université. La répondante de la séance sera Tina Harpin, maître de conférences en Littérature Comparée à l’Université de Guyane, contributrice sur l’écoféminisme dans le récent numéro de la revue Littérature (vol. 201, n°1, mars 2021, https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021) pour le dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle » dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/). 

Il sera possible de suivre le séminaire en live sur la page Facebook de l’Université de Guyane ou sur Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/84153519694?pwd=U0wvTkMrY2FFWUE1T2xIdmpzaW0wdz09.

Hommage à Lilyan Kesteloot

L’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer de Belgique (ARSOM) organise, à l’initiative du Professeur Kathleen Gyssels de l’Universiteit Antwerpen, membre de la Classe des Sciences humaines de l’ARSOM, une journée virtuelle en hommage au Professeur Lilyan Kesteloot le vendredi 25 juin 2021.

Lilyan Kesteloot (1931-2018) était une figure marquante de l’histoire de la littérature africaine et franco-caribéenne. Elle a eu un impact et une influence remarquables sur des générations de professeurs, d’universitaires, de lecteurs et d’artistes de la diaspora africaine à travers le monde. Une description succincte de la vie et de l’œuvre de Lilyan Kesteloot se trouve en annexe.

affiche-KESTELOOT_21-04-01-A3

Programme

Plus d’informations disponibles sur
http://www.kaowarsom.be/fr/conferences
Inscription à confirmer avant le 21 juin 2021 via le lien suivant :
www.hommage-kesteloot.org

De la part de : Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, Belgique.

A signaler également, la parution

de Lilyan Kesteloot, femme au coeur de la négritude, d’Ari Gounongbé.

LK_couverture_finale_2

Page sur le site de l’éditeur

Site de l’auteur