Tous les articles par editapela

AAC: Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps

COLLOQUE INTERNATIONAL

Sépultures, deuils et incarnations : la question du  corps, d’Antigone à Covid-19, une approche inter/trans disciplinaire

2, 3 et 4 décembre 2020 à Lomé

(Université de Lomé, Université de Bourgogne Franche-Comté)

Organisé par les équipes et laboratoires : I.M.A.F – CoDIReL,  ELLIADD,  CURIO 

Date-limite d’envoi des propositions de communication : 30 juillet 2020

Argumentaire

L’idée de ce colloque est née d’un projet théâtral intitulé « Antigone ou la tragédie des corps dispersés. » Un metteur en scène (Gaëtan Noussouglo, doctorant à l’Université de Franche-Comté) et un auteur dramatique (Kossi Efoui, Prix des cinq continents, Prix Ahmadou Kourouma, Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire) décident ensemble de relire Antigone sous l’angle particulier de la question des corps dispersés, privés de sépultures.

Antigone cherche à enterrer Polynice, et soulève par-là, la question du droit des morts et de celui des vivants, la question fondamentale du rituel sur les cadavres qui leur permet d’amorcer le voyage dans l’au-delà. En se révoltant contre le roi Créon, Antigone célèbre la liberté individuelle, la loi de la conscience contre la loi de l’Homme ou des dieux. Le projet n’est pas une réécriture d’Antigone, mais une appropriation, un détournement de la figure d’Antigone pour raconter la tragédie des corps dispersés. On pense, par exemple, à ces femmes que l’on voit remuer le désert de l’Atacama pour exhumer les restes de leurs proches démembrés[1] , ces Hereros et ces Namas pendant la colonisation, ou encore toutes ces familles privées de deuils, de sépultures dans les dictatures. Si le geste est à l’inverse de celui d’Antigone, c’est que celle-ci a affaire à une présence effrayante du corps mort, alors que les chiliennes du film ont affaire à une absence effrayante de corps, mais la question est la même. Qu’est-ce qu’une paix fondée sur le refus de l’acte où s’origine toute l’humanité : le rituel funéraire?

Partant de ces considérations, nous voudrions ouvrir une série de questionnements en lien avec les traitements et considérations que réservent  les sociétés humaines à la question de la mort et aux défunts. Dans un monde récemment en proie au Covid-19, une interdiction douloureuse et une restriction des funérailles reposent avec acuité la question de la dureté de la loi même si elle se déclare protectrice des habitants. Faire le deuil est primordial dans la reconstruction de l’identité d’un individu, d’une société. La notion de corps fait entrer en jeu celle d’autopsie pris dans le sens étymologique du terme : « une démarche mystique qui permettrait de contempler les  dieux et de participer à leur puissance ». Ce qui se distingue de la nécropsie, l’examen médical des cadavres.
Le corps est aussi un matériau indispensable, un outil de travail au théâtre et en danse, en génétique, autant que dans les sciences médico-légales…. Dans le domaine juridique, sans corps il n’y a souvent pas de crime, par conséquent pas de procès. Sur le plan social, sans corps il n’y a pas de deuil non plus. Dans le domaine théâtral et rituel, le corps conducteur et réceptacle est une jonction entre les univers invisibles et visibles. Quelles sépultures donner aux corps des rois arrachés à leur peuple pendant la colonisation ou l’esclavage ? Quels traitements donner aux restes des corps des résistants à la colonisation, de la dépouille du roi dahoméen, aux crânes des insurgés Hereros, Namas ou Maoris conservés dans les musées occidentaux. Qu’en est-il des morts du Covid-19 ou des cadavres donnés à la science ? Que deviennent tous ces corps disparus en Méditerranée ou enlevés et dispersés pendant les guerres ou les grandes dictatures qu’a connues le monde ? A-t-on le droit de punir un mort ou de lui refuser une sépulture ?
Dans cette inquiétante mutation, s’interroger sur le personnage d’Antigone, c’est réinterroger les notions d’ordre, de mort, de rituel, de funérailles et de deuils. C’est aussi retourner à l’esprit des lois, aux pratiques rituelles, à l’essence même du théâtre et à la question fondamentale du cadavre. Qu’est-ce le théâtre ? N’est-ce pas un art vivant qui traduit une relation du vivant au vivant, qui se parle du (des) corps à corps et qui induit des interactions et des interpénétrations ? Faire du théâtre virtuel, sans corps présents, est-ce encore du théâtre?  Pourquoi le théâtre ? Qu’est-ce le corps ? Que représente l’absent dans le présent, son influence sur l’identité du vivant ? La question du théâtre est aussi liée à cette problématique du corps vivant, mort, manipulé. Que fait-on d’un corps ? Toute réponse à la question s’avère, au final, transdisciplinaire.

Continuer la lecture de AAC: Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps

« La Déterreuse ». Par Mohamed Aït-Aarab

Compte-rendu : Hervé ÉVEILLARD, Nawal. Paris : L’Harmattan, « Lettres de l’océan Indien », 2019

Comment dire une réalité – historique, sociologique, culturelle, politique – aussi complexe que celle de Mayotte en 2020 ? Sans doute en utilisant le truchement de la littérature, et plus précisément le théâtre. Certains écrivains de Mayotte, et non des moindres (Nassur Attoumani, Alain-Kamal Martial) ont opté pour cette voie. Hervé Éveillard s’y engage à son tour.

Après un premier ouvrage, à mi-chemin du roman et de l’essai, L’Histoire des îles de l’archipel des Comores, ça va beaucoup mieux en la lisant ! (Menaibuc, 2015), l’auteur propose, aux éditions de L’Harmattan, Nawal, un texte théâtral en dix tableaux, un épilogue et une clausule intitulée « Nuit ».
Nawal, le personnage principal, avocate à Moroni, jeune veuve mère de deux enfants, se rend à Mayotte pour réaliser la promesse faite à sa mère mourante : retrouver l’homme qui l’a violée lorsqu’elle était jeune fille. Et s’il n’est plus de ce monde, recommande la vieille femme, « profane sa tombe, qu’aucune fleur ne pousse jamais à cet endroit. Sème le poison sur sa mémoire, sali [sic] son nom à tout jamais. » (15)
Étrangement, Nawal choisit de se rendre clandestinement à Mayotte, à bord d’un kwasakwasa. Ce voyage, au cours duquel elle « défi[e] la mort » (20), constitue un passage, un moment initiatique qui va lui donner la force pour « affronter toute l’injustice du monde » (20). Car Nawal devient, au fil de ses rencontres – avec sa sœur Faizina, avec Kevin, un jeune en rupture de ban, avec le Sénateur, etc.- une déterreuse d’(H)histoire et de vérité. À l’image du personnage éponyme du roman de Mohamed Khaïr-Eddine (Le Déterreur, Le Seuil, 1973), Nawal, par sa volonté de libérer la parole (n’est-elle pas avocate ?), subvertit un univers rongé par le mutisme, une société à « la mémoire […] bien cadenassée » (68).

Histoire (de l’archipel des Comores) et histoires (de Nawal, de sa mère, de sa sœur, etc.) s’entrechoquent, dans un souci de dire ce qui es tu, ce qui, pour des raisons multiples, relève de l’indicible. Les scènes de confrontation, entre Nawal et ma-Kamardine (cousine de la mère défunte) ou entre Nawal et le Sénateur, mettent en évidence les « fonctions exploratoires » (M. Kundera) de la fiction. En effet, bien que les événements mis en scène se déroulent au XXIe siècle, le texte renvoie, comme le soulignent les notes initiales de l’auteur, à des épisodes datant de 1975 ; année où, après la proclamation de l’indépendance de l’archipel par Ahmed Abdallah, l’affrontement entre sorodas (partisans du maintien de Mayotte dans la république française) et les “serrez-la-main” (favorables à l’indépendance dans le cadre comorien) prend une tournure dramatique.
Éveillard, en prenant pour cadre de sa pièce ce moment clé de l’histoire de Mayotte – et des Comores – ne déterre pas de vieilles fables plus ou moins oubliées. Il pointe, au contraire, le projecteur sur des faits qui, aujourd’hui encore, sont au cœur du mal-être mahorais. Fin 2017, Mayotte Hebdo consacrait d’ailleurs son débat de la semaine à « la rivalité sorodas/serrez-la-main, oubliée ou toujours d’actualité ? »
La position particulière de l’auteur, son extranéité, lui permettent la distance, le pas de côté, pour appréhender la situation d’une île, Mayotte, et d’un pays, les Comores, qui, en dépit d’un riche héritage civilisationnel swahili, demeurent malheureusement trop méconnus. À cette qualité première, s’associe la capacité heuristique de la littérature qui permet, si l’on suit Ivan Jablonka (L’Histoire est une littérature contemporaine), de mieux penser le monde qui est le nôtre.

On pourra regretter, certes, quelque passage (p. 76) au didactisme peu convaincant ; tout comme l’on peut s’interroger sur la fonction du tableau final (« Nuit »), et surtout sa place dans l’économie globale de la pièce. Ces restrictions mises à part, Hervé Éveillard a le mérite de donner à lire un texte ramassé, vif, brulant, d’une incontestable actualité, et qui permet de mieux saisir, au-delà des clichés journalistiques ou des affirmations péremptoires, toute la complexité d’un territoire dont il reste tant à découvrir et à comprendre.

Mohamed AÏT-AARAB
Université de la Réunion / E.A. DIRE (https://dire.univ-reunion.fr/)

Pour citer cet article : « La Déterreuse ». Par Mohamed Aït-Aarab, in Carnets de littératures africaines, 19/05/2020, https://apela.hypotheses.org/4221.

Parution : Aimer, selon Véronique Tadjo

Editions Museo, Collection Paradisier

AIMER

selon Véronique Tadjo

Quel sens faut-il donner à l’Amour ? Est-il le même partout et peut-il traverser les frontières ? Dans un monde en pleine transformation, Eloka et Aimée se rencontrent à travers les continents et décident de lier leurs destins. Dans une succession de tableaux  de leur quotidien, parfois sublimes, souvent bouleversants, mais jamais innocents, se dessine  le visage d’une Afrique contemporaine  pétrie de souffrance et d’espoir. L’exigence d’un amour qui se veut absolu dans son désir de tout étreindre,  les pousse à s’engager de plus en plus profondément dans leur nouvelle réalité.  C’est à un parcours initiatique, un récit lyrique à la frontière du surréalisme que les lecteurs sont conviés. Voyage empreint de poésie et menant à la renaissance de ces êtres grâce aux ressources inépuisables, cycliques et régénératrices, des rapports humains et de la nature.

Véronique Tadjo

Véronique Tadjo est romancière, poète, peintre et universitaire. Née à Paris d’un père ivoirien et d’une mère française, elle a passé son enfance et fait l’essentiel de ses études à Abidjan. Après un doctorat en Civilisation noire américaine à la Sorbonne-Paris IV, elle reçoit plusieurs prix littéraires dont le Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son récit Reine Pokou, concerto pour un sacrifice (Actes Sud, 2005). Une partie de son œuvre est consacrée à la jeunesse. Grande voyageuse, elle navigue entre l’Afrique, l’Europe et les États-Unis et se fixe pendant quatorze ans à Johannesbourg où elle dirige le département de français de l’université du Witwatersrand. Elle partage désormais son temps entre Londres et Abidjan. Son roman, En compagnie des hommes (Don Quichotte, 2017) a pour thème l’épidémie d’Ebola de 2014. Son dernier livre, Le Voyage de Yao (Seuil Jeunesse, 2019) est une adaptation du scénario du film Yao de Philippe Godeau avec Omar Sy dans le rôle principal. Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues.

Avec le soutien d’Occitanie Livre & Lecture – Programme soutenu par la Région Occitanie

URL de référence : https://www.museo-editions.com/aimer-selon-veronique-tadjo?cid=7fb79119-e919-42ed-8bc9-8a435f1c3fb1

Des Italiens du Congo aux Italiens au Congo

Des Italiens du Congo aux Italiens du Congo

Aspects d’une globalité

Daniel Comberiati, Pierre Halen, Rosaria Iounes-Vona

Libye, Somalie, Éthiopie : ce sont les pays auxquels on se réfère lorsqu’on aborde les relations entre l’Italie et l’Afrique. Sortant des sentiers battus, cet ouvrage invite le lecteur à explorer les multiples liens qui se sont noués entre la République italienne et la République Démocratique du Congo. Ils vont à la rencontre d’écrivains, de missionnaires et d’explorateurs, mais aussi de cinéastes italiens qui, par leur oeuvre, produite en particulier au XIXe et au XXe siècle, offrent du Congo une image captivante.

  • Broché – format : 15,5 x 24 cm
  • ISBN : 978-2-343-19072-3 • 4 mars 2020 • 366 pages
  • EAN13 : 9782343190723
  • EAN PDF : 9782140144516

URL de référence : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65396

Lire un extrait sur le site de l’éditeur : http://liseuse.harmattan.fr/978-2-343-19072-3

Moratoire sur la LPPR

Le Conseil d’administration de l’APELA exprime à l’unanimité son opposition aux orientations des trois rapports préalables au futur projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. Considérant les risques que présentent ces orientations pour le fonctionnement de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le CA de l’association rejoint la motion demandant la mise en place d’un moratoire sur la préparation de cette loi et demande donc que le ministère s’engage dans un véritable processus d’élaboration démocratique et qu’il s’engage à organiser des états généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur avec les acteurs concernés afin de fixer l’esprit d’une future loi.

A lire aussi : Soutien à la grève des revues en sciences humaines et sociales et à la mobilisation de nos collègues français·e·s, revue COnTEXTES.

AAC: manifestes littéraires et artistiques

La revue French Studies in Southern Africa consacre, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’association AFSSA, un numéro spécial dédié aux manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne.
En pièce jointe l’appel à contributions : Appel Manifeste_AFSSA.
 
La date limite d’envoi des propositions est fixée au 27 mars 2020.

Parution : Langues minorées

Revue Bibliodiversity

Dossier coordonné par Nathalie Carré (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Inalco) et Raphaël Thierry (chercheur indépendant).

Prix de vente (version papier) : 20 euros ; 30 dollars canadiens ; 20 francs suisses ; 12 000 francs CFA.
Format : 14,5 X 21 cm ; 188 pages
Numéro ISSN : 2650-0205

Prix de vente (version numérique – PDF) : 10 euros ; 15 dollars canadiens ; 10 francs suisses ; 6 000 francs CFA.
Numéro ISSN : 1775-3759

ISBN : 978-2-490855-03-2

Publication : janvier 2020
Bibliodiversity est coéditée par Double ponctuation et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.
Voir tous les autres numéros de la revue (« Les politiques publiques du livre », « L’Auto édition », « Édition et engagement »…).

Présentation
Plus de la moitié des langues parlées dans le monde sont menacées de disparition ; si rien n’est fait, l’Unesco estime que 90 % des langues auront disparu au cours du siècle. Élément essentiel de la culture d’un peuple, les langues sont pourtant bien plus qu’un simple outil de communication ; toutes proposent une description profondément unique du monde qui nous entoure et des êtres qui l’habitent. Que peut faire – et que fait déjà – le secteur de l’édition pour aider à conserver et à faire vivre ces langues minorées ? C’est à cette question que tente de répondre cet ouvrage, à travers des textes universitaires et des témoignages de professionnels du livre qui, ensemble, proposent une approche inédite du sujet.
Au regard de leurs publications, l’ouvrage analyse la situation de plusieurs langues minorées – créole haïtien, corse, innu, yiddish, kikuyu, basque, malgache, náhuatl, etc. – et montre que des solutions existent quand les acteurs de la chaîne du livre se mobilisent.

Sommaire du dossier

  • Publier en langues minorées. De la diversité des langues d’édition en contexte mondialisé, par Nathalie Carré, Inalco (France) et Raphaël Thierry, chercheur indépendant (France)
  • L’édition en créole en Haïti. Obstacles, initiatives et perspectives de développement, par Sandie Blaise, Duke University (États-Unis)
  • La diffusion de la poésie yiddish dans l’espace germanophone. Le cas des éditions bilingues, par Caroline Puaud, université Paris-Sorbonne (France)
  • Écrire et publier à Madagascar. Comment atteindre le monde ?, par Dominique Ranaivoson, université de Lorraine (France)
  • Faire dialoguer (en ligne) les langues minorées. L’exemple d’une collaboration intergénérationnelle en Afrique de l’Est, par Pierre Boizette, université Paris-Nanterre (France)
  • Normativité, diversité et dynamiques de création dans le champ littéraire basque contemporain. Étude de ses tendances de fonctionnement à travers la trajectoire littéraire d’Eñaut Etxamendi, par Itziar Madina Elguezabal, école doctorale Bordeaux-Montaigne (France)
  • Repérer, cataloguer, rendre visible. La place des langues minorées dans les collections de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), entretien avec Marine Defosse, Soline Lau-Suchet et Nicolas Pitsos, bibliothécaires à la BULAC (France)
  • « Tant que la langue circulera, nous aurons des livres à produire ». Publier en langue corse, entretien avec Bernard Biancarelli, éditions Albiana (Corse/France)
  • « L’édition doit grandir le monde ». Mémoire d’encrier et les langues du monde, entretien avec Rodney Saint-Éloi, éditions Mémoire d’encrier (Québec/Canada)
  • « Le sauvetage d’une langue est une tâche qui nous incombe à tous ». Publier de la littérature jeunesse en langues autochtones au Mexique, entretien avec María Yolanda Argüello Mendoza, éditions Magenta (Mexique)
  • Les politiques publiques du livre et de la lecture en faveur des langues autochtones au Chili. Intervention (réactualisée en 2020) au Parlement du livre et de la parole, par Paulo Slachevsky, Lom Ediciones (Chili)
  • Sauver, transmettre. Un exemple de transcription-traduction d’oeuvres de la littérature orale des peuples du Vietnam, par Mireille Gansel, traductrice, écrivaine (France)
  • L’engagement de PEN en faveur des droits linguistiques. L’importance d’écrire, de publier et de lire en langues marginalisées, entretien entre Peter McDonald, université d’Oxford (Royaume-Uni) et Carles Torner, PEN International (Catalogne/Espagne)

URL de référence : https://www.alliance-editeurs.org/langues-minorees-nathalie-carre-et,1392

Flyer DP Langues minorées sommaire