Tous les articles par editapela

(Dé)colonialité des savoirs : perspectives féminines

(Dé)colonialité des savoirs : perspectives féminines à travers les aires culturelles

Table ronde proposée par Liliane Hodieb, PLIDAM-INALCO

24 avril, 17h30-19h30

Inscription obligatoire : liliane.hodieb@inalco.fr
PROKOPIOU-Taytu_imperatrice_ethiopie © https://commons.m.wikimedia.org/wiki/File:PROKOPIOU-TAITOY.jpg#mw-jump-to-license‎

Traditionnellement perçu comme une conséquence de la modernité, le colonialisme en tant que modèle de pouvoir, est, du point de vue des études décoloniales, constitutif de celle-ci. Les études décoloniales, tout comme les études postcoloniales et en particulier les subaltern studies (ou études subalternes), proposent une prise en compte de l’histoire en partant d’un lieu d’énonciation différent, celui des sujets dominés (Quiroz, 2019). Prenant sa source dans la colonisation, la subalternité / colonialité est définie comme une forme de domination dépassant aujourd’hui le clivage entre colonisateur et colonisé (L’Heuillet, 2017) et, parce que protéiforme ne saurait être limitée à une situation en particulier. Ici, notre objet est la colonialité du savoir ; celle-ci consiste dans la qualification de la pensée produite dans les colonies ou, plus généralement par les subalternes, comme non-valide.
Cette invalidation, invisibilisation, ou subalternisation, lorsque ces productions émanent de femmes, est double. D’où le titre de l’essai de Gayatri Spivak, l’une des figures de proue des études subalternes, paru en 1985 : Can the subaltern speak ? En effet, selon Spivak, « [s]i, dans le contexte de la production coloniale, les subalternes n’ont pas d’histoire et ne peuvent pas parler, les subalternes en tant que femmes sont encore plus profondément dans l’ombre » (Traduction française de Spivak (1988) : Les Subalternes peuvent-elles parler ?). Dans l’histoire, les voix féminines sont étouffées, leurs rôles passés sous silence. Comment se traduit cette double subalternité à travers l’histoire, les textes, les discours, et dans la transmission du savoir ? À quels enjeux identitaires font-elles face dans une telle position ? Quelles médiations sont possibles en vue d’une « décolonialité féminine » – et non nécessairement féministes – ? Pour débattre de ces questions, un regard transaréal est de mise.

Intervenantes :

  • Christina Alexopoulos de Girard, docteure HDR, PLIDAM-INALCO, SuLiSoM-Université de Strasbourg
  • Capucine Boidin, PU, Université Sorbonne Nouvelle
  • Frosa Bouchereau, PU, INALCO-PLIDAM
  • Naomi Davidson, PU, Université de Chicago (Paris)
  • Kathleen Gyssels, PU, Université d’Anvers

Modératrice : Liliane Hodieb, docteure, INALCO-PLIDAM

URL de référence : https://www.inalco.fr/evenements/decolonialite-des-savoirs-perspectives-feminines-travers-les-aires-culturelles

Zombis, dorlis, soukounyan

Figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Les prochaines rencontres de CARACOL-Observatoire des littératures caribéennes se tiendront les 25 et 26 avril 2024 à Aix en Provence – 29 avenue Robert Schuman, Pôle Multimédia.

L’Assemblée générale de l’association se tiendra pendant ces rencontres, le jeudi 25 avril de 16h à 18h, en mode hybride. Elle est ouverte à toute personne intéressée et permettra de déterminer le sujet des prochaines rencontres 2025, de renouveler ou enrichir les fonctions du bureau et d’établir un bilan et des perspectives pour les autres activités (webinaire, atelier de traduction etc).

L’événement sera également accessible en ligne: demandez le lien de connexion à caracol.olc@gmail.com.

BAT2-PRINT-Programme Zombis

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/865

Echange littéraire avec Hemley Boum

Le vendredi 19 avril, la Chaire d’excellence DiANA T. aura le plaisir de recevoir à la Maison des Suds, la romancière Hemley Boum pour un échange autour de son dernier livre “Le rêve du pêcheur”.

Vendredi 19 avril à 14h30, sur le campus de l’Université Bordeaux Montaigne (Amphithéâtre de la Maison des Suds, Domaine Universitaire, 19, Esplanade des Antilles, Pessac) – [évènement gratuit, entrée libre]

Après plusieurs interventions de chercheurs autour des questions d’identités et d’interculturalités (enregistrements complets disponibles sur la playlist DiANA T de la chaîne YouTube @UBmontaigne), la Chaire Diasporas Africaines en Nouvelle-Aquitaine & Transculturalité (DiANA T.) a le plaisir de recevoir la romancière Hemley Boum pour un échange autour de son dernier livre Le rêve du pêcheur paru en janvier aux éditions Gallimard et qui traite de rêves, de transmissions, et d’exils.

Hemley Boum est une romancière camerounaise d’expression française résidant actuellement en région parisienne. Elle est l’auteure de cinq romans dont plusieurs ont été primés (prix Ahmadou Kourouma en 2020 pour Les jours viennent et passent).
Le Rêve du pêcheur interroge la question des pertes de repères et des déracinements pluriels, des quêtes d’ailleurs, identitaires ou géographiques, de Campo (Cameroun) à Paris en passant par Yaoundé, subis par trois générations d’une même famille camerounaise alors que leur environnement se trouve soudain bouleversé.

Les échanges seront introduits par Sylvère Mbondobari, professeur de littérature francophone à l’Université Bordeaux Montaigne et titulaire de la Chaire DiANA T. Ils se clôtureront autour d’un goûter convivial en présence de l’auteure.

240419_affiche Hemley Boum

Un brunch littéraire et musical au ChapitÔ de Bègles suivra, samedi 20 avril à 11h30. Plus d’infos sur le site de l’IdAf.

Inceste, “race” et pouvoir dans le roman étatsunien et sud-africain

Parution, aux Classiques Garnier, de l’ouvrage de Tina Harpin :
 

ISBN : 978-2-406-16475-3

Cette étude d’une dizaine de romans écrits entre 1929 et 2005 aux États-Unis et en Afrique du Sud est une réflexion sur l’histoire littéraire de l’écriture de l’inceste et sur la façon dont les créations romanesques ont contribué à lever le voile sur l’intrication des politiques racistes et sexistes et de la culture de l’inceste.
 
On peut consulter l’avant-propos en ligne sur le site des éditions Classiques Garnier. 

Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène

Présence francophone n°100 (2023)

Parution du n°100 (2023) de la revue Présence Francophone consacré aux « Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène ». Codirigé par Mbaye Diouf et Edoardo Cagnan, le volume est produit en hommage au centenaire de la naissance de l’écrivain et cinéaste sénégalais et fait le bilan critique d’une œuvre multiforme et pionnière, marquée par la trajectoire sociale atypique d’une figure tout aussi atypique des lettres et du cinéma panafricain. 
 
Le volume compte les importantes contributions de Gabrielle Chomentowsky, Gesine Drews-Sylla, Louis Ndong, Claude Forest, Pierre Ndemby Mamfoumby, Assane Ndiaye, Léthicia Obono Ngou-Milama, Abdoulaye Sall, Florence Leca Mercier, Mbaye Diouf, Bocar Aly Pam, Carina Yervasi et Edoardo Cagnan.
 
Pour se le procurer, s’adresser à Jean Ouedraogo (ojean [chez] holycross.edu) ou à Mbaye Diouf (mbaye.diouf [chez] mcgill.ca).