Archives de catégorie : Actualités des membres

Léopold Sédar Senghor : genèse d’une œuvre

La journée d’étude Léopold Sédar Senghor: genèse d’une œuvre se tiendra le jeudi 27 juin dans la salle des conférences de la BnF-Richelieu à Paris (5, rue Vivienne – 2e arrondissement).

Cette journée s’inscrit dans les travaux collectifs du groupe de recherche international L. S. Senghor (ITEM/UCAD) et développera une approche génétique des textes senghoriens.

La BnF conserve la plus riche collection de manuscrits littéraires de Senghor, mais ce fonds – issu de deux donations – gagne à être mis en relation avec d’autres archives en France, au Sénégal et dans le monde. Encore peu étudiés, ces fonds peuvent changer notre perception de l’œuvre senghorienne, qui mérite une analyse attentive des phénomènes stylistiques, des réseaux intellectuels et de sa réception internationale. La BnF et le groupe de recherche international L. S. Senghor (ITEM/UCAD) invitent les chercheuses et les chercheurs à entrer dans l’atelier des concepts et des textes senghoriens. Qu’est-ce que les manuscrits, les tapuscrits, les versions préoriginales et les correspondances peuvent nous apprendre du processus d’écriture, du style, de la langue et de la pensée de Senghor ?

URL de référence et programme détaillé : https://kouroumanus.hypotheses.org/2889

Approches socio-historiques des littératures des suds

État des lieux et perspectives

Colloque à l’Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Page de l’évènement sur le site de l’unité de recherche : https://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/colloques/approches-socio-historiques-des-litteratures-des-suds

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Le colloque entend ainsi contribuer à restituer le déploiement temporel et la constitution historique de ces littératures (leur histoire, les acteurs, les lieux, les institutions et les vecteurs qui les portent ; les crises qu’elles traversent, les échecs ou les freins qu’elles rencontrent ; les polémiques ; les conditions de possibilités et d’existence qui en résultent ; la tradition littéraire qui en découle…). Il s’intéressera aux phénomènes de domination et de hiérarchisations entre les littératures tant dans leur généalogie historique (le rapport au passé colonial et à la décolonisation par exemple) que dans leurs déploiements contemporains (modalités de consécration, rapport centre/périphéries, rapport au national…) ; sans négliger d’observer les pratiques concrètes et l’agentivité propre des écrivains et des autres acteurs concernés  : il s’agit de saisir la structuration d’ensemble du monde littéraire, dans ses aspects symboliques, économiques, politiques, en prêtant attention à tous les acteurs de la littérature (agents, éditeurs, critiques, traducteurs, publics…). Il entend enfin restituer la sédimentation textuelle de ces dynamiques historiques et sociales (intertextualités, autoréflexivités des auteurs…) et les pratiques littéraires passées ou présentes. La démarche sera donc également attentive aux approches sociocritiques au sens large, et notamment aux représentations sociales voire politiques, inscrites dans les textes selon différentes perspectives (nation, classe, genre, race…), faits de discours qui constituent autant de prises de position dans le champ social.

Les propositions d’intervention pourront viser à :

  1. dégager les enjeux méthodologiques, critiques, voire socio-politiques des approches de type matérialiste/sociales/historiques pour les littératures des Suds ;
  2. dresser un bilan de l’existant (travaux publiés, institutions, travaux en cours) ;
  3. problématiser les concepts et les méthodologies (champ littéraire, autonomie, système littéraire, méthodes quantitatives, sociocritique, etc.) ;
  4. illustrer les perspectives sociologiques par des études de cas, d’une portée générale aussi large que possible

Comité d’organisation

  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Comité scientifique

  • Elara Bertho (CNRS)
  • Virginie Brinker (Université de Bourgogne)
  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Paul Dirkx (Université de Lille)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valery-Montpellier)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Maëline Le Lay (CNRS)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)
  • David N’Goran (Université Houphouët-Boigny)
  • Elena di Pede (Université de Lorraine)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Journées d’études décoloniales

MSH Bordeaux, 5-7 juin 2024

Comment faire dialoguer les penseurs d’Amérique du Sud du « décolonial » avec les recherches en (et sur l’)Afrique ? Que
peuvent nous apprendre les remises en cause, par le « Sud global », des épistémès hégémoniques ? Comment relier les continents et les bibliographies ? L’universalisme, tel qu’il était conçu dans l’Europe des Lumières, est attaqué de toutes parts pour son eurocentrisme. Comment prendre acte de ces gestes de décentrement sans renoncer pour autant à un « universel », que nous aurions à construire ensemble, par exemple dans la lignée des travaux de Souleymane Bachir Diagne ?

Ces deux journées organisées conjointement par Elara Bertho, Michel Cahen et Sylvère Mbondobari entendent réunir des chercheuses et chercheurs issu·e·s de plusieurs continents et d’orientations diverses pour discuter de ces croisements possibles. La première journée sera consacrée à ce que le décolonial
fait à nos pratiques de la recherche, très concrètement, en
interrogeant nos modes d’éditions, en proposant des pistes
de co-construction des données ou encore en questionnant
nos méthodes. La deuxième journée sera consacrée à la place
de l’Afrique dans la réception des études décoloniales et au
dialogue possible avec l’Amérique du Sud.

Journées d’études décoloniales

(Re)traduire les classiques africains

Les retraductions à l’épreuve des textualités d’Afrique

Journée d’études

Paris Nanterre, 13 mai 2024

Org. Pierre Leroux, Stefania Cubeddu-Proux, Carole Boidin, Nathalie Carré, Alice Chaudemanche

Programme

09h Accueil / Introduction par l’équipe d’organisation

Les retraductions à l’épreuve des textualités afrophones

09h30 : Elisabeth Beauvallet (Université Paris Nanterre) Les traductions anglaises du Chaka (1925) de Thomas Mofolo : des missions britanniques aux luttes sud-africaines.

10h : Nathalie Carré (INALCO) Le voyage en Russie et en Sibérie de Selim bin Abakari, un texte et ses (re)traductions pris entre « plusieurs originaux ».

10h45 : Pause

Poétiques et politiques de la retraduction des littératures africaines anglophones

11h : Gérard Adzalo (Université Polytechnique Hauts de France) Les différents enjeux liés à la retraduction de Things Fall Apart (1958) de Chinua Achebe.

11h30 : Guillaume Cingal (Université de Tours) From a Crooked Rib (1970) de Nuruddin Farah et ses deux traductions françaises : retraduction ou itinéraires parallèles ?

12.30 : Déjeuner

La retraduction et les tensions dans la langue cible : le cas de l’arabe et de sa diglossie

14h30 : Émilie Picherot (Université de Lille) Les retraductions vers l’arabe d’Orientalism d’Edward Saïd.

15h : Samira Agrade (INALCO) Les retraductions de L’Étranger de Camus en Afrique du Nord.

15h45 : Pause

Retraduction, autotraduction, cotraduction, entre geste individuel et politiques éditoriales

16h : Aurélie Journo (Université Sorbonne Paris Nord) De Wer pa Lawino (Okot p’Bitek) 1969 à The Defense of Lawino (Taban Lo Liyong) : de l’auto-traduction à la retraduction.

16h30 : Antoine Kauffer (IFRA de Nairobi) L’African Writers Series et ses doubles : dérivations, reconfigurations et réappropriations contemporaines du fonds d’une collection mythique.

17H15 : Discussion et conclusions

Zombis, dorlis, soukounyan

Figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Les prochaines rencontres de CARACOL-Observatoire des littératures caribéennes se tiendront les 25 et 26 avril 2024 à Aix en Provence – 29 avenue Robert Schuman, Pôle Multimédia.

L’Assemblée générale de l’association se tiendra pendant ces rencontres, le jeudi 25 avril de 16h à 18h, en mode hybride. Elle est ouverte à toute personne intéressée et permettra de déterminer le sujet des prochaines rencontres 2025, de renouveler ou enrichir les fonctions du bureau et d’établir un bilan et des perspectives pour les autres activités (webinaire, atelier de traduction etc).

L’événement sera également accessible en ligne: demandez le lien de connexion à caracol.olc@gmail.com.

BAT2-PRINT-Programme Zombis

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/865

Inceste, “race” et pouvoir dans le roman étatsunien et sud-africain

Parution, aux Classiques Garnier, de l’ouvrage de Tina Harpin :
 

ISBN : 978-2-406-16475-3

Cette étude d’une dizaine de romans écrits entre 1929 et 2005 aux États-Unis et en Afrique du Sud est une réflexion sur l’histoire littéraire de l’écriture de l’inceste et sur la façon dont les créations romanesques ont contribué à lever le voile sur l’intrication des politiques racistes et sexistes et de la culture de l’inceste.
 
On peut consulter l’avant-propos en ligne sur le site des éditions Classiques Garnier.