Archives de catégorie : Actualités des membres

Quels langues et langages pour écrire et dire l’Afrique d’aujourd’hui ?

Institut français de Goma « La Halle des volcans », 11-12 juin 2019 & Pole Institute, 8 juin.

  • Table ronde : Autour de la pensée de Ngugi wa Thiong’o – 12 juin, 15h-17h30, Institut français de Goma.

Ngugi wa Thiong’o est un écrivain et essayiste kényan, connu pour ses essais portant sur la condition de l’écrivain en régime non-démocratique et dans une société fraîchement décolonisée. Dans les années 1980, Ngugi cessa de composer son œuvre littéraire en anglais et n’écrira plus qu’en gikuyu, une langue kényane. C’est dans Decolonising the mind. The politics of language in African literatures (1986) qu’il fera officiellement ses « adieux » à l’anglais pour exhorter les écrivains africains à en faire de même et à opter pour les langues africaines.

Les intervenants de la table ronde aborderont le contexte de l’œuvre de Ngugi wa Thiong’o et reviendront sur ses partis pris et sur son idéologie politique comme sur son esthétique littéraire.

Intervenants :

  • Pierre Boizette (littérature comparée, Université de Nanterre-Paris 10) ;
  • Kä Mana (philosophe, fondateur et animateur de l’Université alternative à Pole Institute de Goma) ;
  • Jean-Pierre Orban (chercheur à l’ITEM Paris et écrivain, voir ci-dessous) ;
  • Alex Wanjala Nelungo (littérature africaine, University of Nairobi).

Modérateurs : Ben Kamuntu (slameur du collectif Goma Slam Session et militant de la LUCHA) & Maëline Le Lay (chercheuse CNRS à l’IFRA-Nairobi). Avec la participation du collectif Goma Slam Session.

  • Représentation théâtrale, « Le Soliloque du roi Léopold », d’après la satire de Mark Twain (1905) – 11 juin, 18h, Institut français de Goma.

Traduit et adapté au théâtre par Jean-Pierre Orban, mis en scène par Patrick Zézé, interprété par Espoir Bulangalire et William Sham Weteshe. Musique d’Yves Ndagano.

À l’instar de Ngugi qui en appelle à l’essor d’une littérature autonomisée en assumant les langues et langages qui lui sont propres, l’équipe artistique cherchera, à travers la pratique théâtrale, à s’approprier ce texte et la figure du Roi Léopold II. Le Soliloque du Roi Léopold était certes conçu en son temps comme un pamphlet dénonçant, via la satire du personnage de Léopold II, les atrocités du régime léopoldien, mais il n’en demeure pas moins un texte de son temps, dans lequel les Africains restent cantonnés au triste sort de victimes tragiques.

Calendrier

  • 8 juin : atelier de lecture préparatoire à la table ronde (à partir d’extraits de Décoloniser l’esprit de Ngugi wa Thiong’o) – Université alternative de Pole Institute, 14h-17h.
  • 11 juin : représentation théâtrale, Le Soliloque du Roi Léopold de Mark Twain – Institut français, 18h.
  • 12 juin : table ronde à l’Institut français – 15h-17h30.

☼ À NOTER : Les deux essais de Ngugi traduits en français – Décoloniser l’esprit et Pour une Afrique libre – sont disponibles à la lecture à l’Institut français de Goma (consultation sur place).

Contact :

Maëline Le Lay : mlelay@ifra-nairobi.net
Institut français de Goma : diradj.ifgoma@gmail.com

Entrée libre et gratuite

Autour de Ngugi_doc de comm Goma_juin 2019

Affiche table ronde

Au-dessous du volcan. Rencontres littéraires de Goma

Parution, chez Sépia éditions, de Au-dessous du volcan. Rencontres littéraires de Goma

le livre tiré des rencontres éponymes organisées à Goma en juin 2018.

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm
ISBN : 979-10-334-0177-3 • 28 mai 2019 • 260 pages
EAN13 : 9791033401773
EAN PDF : 9782140122699

« Au-dessous du volcan » est le nom des rencontres littéraires dont la première édition s’est tenue à l’Institut français de Goma (Nord-Kivu, RD Congo) en juin 2018. Trois jours durant, des auteurs de la région, mais aussi de Belgique, de France ou du Canada, s’y sont rassemblés pour discuter de l’« écriture du conflit ». Six écrivains reconnus (Guillaume Jan, Blaise Ndala, Jean-Pierre Orban, Élise Rida Musomandera, Roland Rugero et Joëlle Sambi) sont venus présenter leurs oeuvres et débattre dans le cadre de quatre tables rondes retranscrites dans cet ouvrage. Douze auteurs “en herbe” ont participé à des ateliers d’écriture pour y retravailler leurs textes, qui paraissent ici dans leur version définitive.

Dans ce livre :

  • 12 textes d’auteur·es de la région des Grands Lacs (RD Congo, Rwanda, Burundi) ;
  •  3 nouvelles inédites de certains des auteurs invités  ;
  • 4 tables rondes de discussions littéraires ;
  • 1 préface du professeur Yoka Lye Mudaba de l’Institut national des arts (INA) de Kinshasa ;
  • 1 introduction d’Alexandre Mirlesse et Maëline Le Lay ;
  • 2 photographies de la région par Emmanuel Katya de Goma (1e de couverture) et Landry Nshimiye de Bujumbura (4e de couverture).

URL de référence : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63147

au dessous du volcan FP pdf 1

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

L’Œuvre de Yambo Ouologuem

L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018)

Colloque en ligne

La plateforme Fabula, libre et gratuite, vient de mettre en ligne les actes du colloque L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018), organisé à l’Université de Lausanne les 18 et 19 mai 2018, avec la collaboration de l’Université de Strasbourg.
Vous y découvrirez les interventions de Joël Bertrand, Sarah Burnautzki, Ninon Chavoz, Jehanne Denogent, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu, Christine Le Quellec Cottier, Anthony Mangeon, Bernard Mouralis, Jean-Pierre Orban, Bacary Sarr et Christopher Wise.

Un demi-siècle après ses débuts, l’œuvre singulière et passionnante de l’écrivain malien Yambo Ouologuem a fait couler beaucoup d’encre, mais elle demeure aujourd’hui paradoxalement méconnue. Organisé quelques mois après la disparition de l’auteur, et simultanément à la réédition de son roman Le Devoir de violence, Prix Renaudot 1968, le colloque de Lausanne envisageait les multiples aspects d’une production romanesque et critique qui a marqué un tournant dans l’histoire littéraire francophone, en particulier pour le domaine africain : qu’il s’agisse de ses relations avec la littérature européenne ou de sa situation dans l’espace littéraire français, tant du point de vue de la création que de la réception, il y a et il restera un avant et un après Ouologuem. ll suffisait de le reconnaître. Dont actes. Le présent sommaire est formé de trois ensembles : les contributions de S. Burnautzki, B. Mouralis, J.-P. Orban et J. Bertrand traitent de l’histoire littéraire et éditoriale de l’œuvre de Ouologuem ; les essais de Ch. Wise, A. Mangeon, R. Fonkoua et B. Sarr s’attachent aux politiques de la littérature ; les textes de Ch. Le Quellec Cottier, J. Denogent, N. Chavoz, C. Gahungu observent les poétiques à l’œuvre.

Colloque en lignehttp://www.fabula.org/colloques/index.php?id=5979

Parution : Écrire le fleuve Congo après Conrad

Revue Continents Manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraïbe, diaspora, 11/2018

Dossier «Écrire le fleuve Congo après Conrad» coordonné par Maëline Le Lay et Jean-Pierre Orban

L’introduction des coordinateurs (« Interroger le paradigme conradien ») en précise les enjeux et présente les questions qui structurent ce numéro.
Les articles de Marc Porée (« La fabrique d’un fleuve »), d’Andrew Griffiths (« Seeking the Sources of Heart of Darkness : the African Narratives of late-Victorian Explorers and Journalists »),  de Pierre Halen (« À propos de la tradition conradienne du Cœur des ténèbres comme archive internationale ») et de Frits Andersen (« Virunga National Park, the heart of darkness as UNESCO World Heritage ») s’interrogent sur la complexité et les ressorts d’un texte qui, depuis sa publication, a nourri bien des œuvres et des discours.
Placée sous le regard de Boniface Mongo-Mboussa, une table-ronde rassemble les interventions  des écrivains et artistes Blaise Ndala (« Au cœur des ténèbres, une œuvre ambiguë »), Joëlle Sambi (« Hors Conrad : Congo Eza ») et Christian Tundula (« Heart of Darkness, exposition ») qui discutent de la portée de Conrad sur leur imaginaire et leurs productions.
Nicolas Martin-Granel a réuni un choix de textes et de photographies intitulé « Le Fleuve commence ici »  : y apparaissent, de part et d’autre des rives du Congo, des écritures congolaises du fleuve.

La rubrique Inédits présente quelques pages extraites d’un scénario d’Orson Welles traduites de l’anglais par Jean-Pierre Orban (« Heart of Darkness, extraits du scénario d’Orson Welles »).

À lire, dans la rubrique Varia, un article d’Hervé Sanson consacré à l’écriture-palimpseste de Mohammed Dib (« Tlemcen ou la source des sources »). Il sera question de la littérature  haïtienne dans l’article d’Yves Chemla à paraître prochainement (« Voyage dans le nord d’Hayti ou Révélations des lieux et des monuments historiques d’Hérard Dumesle, un hypotexte fondateur »).

Consulter le sommaire et lire la revue :
https://journals.openedition.org/coma/1278

Journée « Écrire le fleuve Congo après Conrad » :
https://apela.hypotheses.org/1946

Algérie, Les écrivains dans la décennie noire

Algérie, les écrivains dans la décennie noire

Tristan Leperlier

CNRS éditions
Publication date :
11/10/2018
ISBN : 978-2-271-12075-5
Format : 15.0 x 23.0 cm
Reliure : Broché
Pagination : 344

Il y a trente ans, en octobre 1988, le monde arabe connaissait son premier «Printemps » en Algérie, suivi d’une guerre civile d’une rare violence qui saigna le pays, par l’assassinat ou par l’exil, d’une grande partie de son intelligentsia. L’une des premières victimes, le poète et journaliste de langue française Tahar Djaout tomba, en 1993, sous les balles de djihadistes islamistes.
Entre études littéraires et sociologie des intellectuels, ce livre montre les conséquences de cette crise politique sur les écrivains algériens. Cette guerre civile a-t-elle été une guerre des langues, opposant anti-islamistes francophones soutenus par la France, et pro-islamistes arabophones, choc de civilisations qu’un certain discours de l’époque s’est plu à diffuser ? Il est vrai que l’ancienne puissance coloniale est redevenue à l’occasion de cette «décennie noire » un espace central pour l’exil, le débat politique, et la reconnaissance littéraire des Algériens. C’est plus largement la place de ces écrivains dans les sociétés algérienne et française qui est interrogée.

Exceptionnelle par l’ampleur et la diversité de ses sources, cette étude s’adresse aux lecteurs curieux de découvrir une littérature à la fois si proche et lointaine (de langue française ou arabe : Rachid Boudjedra, Mohammed Dib, Assia Djebar, Tahar Ouettar…) ; et qu’intéressent les enjeux particulièrement actuels de l’engagement politique en période de censure religieuse, de migrations intellectuelles, et d’identités postcoloniales à l’heure de la mondialisation.

Normalien et docteur en sociologie et littérature, Tristan Leperlier est chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique (EHESS-CNRS) et au laboratoire Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris III-CNRS).

Présentation Leperlier_ Algérie Les écrivains dans la décennie noire

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/societe/7677-algerie-les-ecrivains-de-la-decennie-noire.html

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Kosmos-Workshop

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Humboldt University, Berlin, October 8-12, 2018

In the past decades, African literary and cultural productions have predominantly explored the notions of duality, binarity, hybridity, alterity, in varied dimensions; centre-periphery, colonised-coloniser, orality–written literature etc., triggered by historical landmarks like slavery, colonialism, postcolonialism, and migration. Cultural productions and theoretical debates have, validly, not only echoed the complexities of these times with regards to ethnicity, class, gender, but have also critiqued the repercussions of these indelible historical moments and movements on language, culture, identity, local and diaspora communities, and individual/collective memory. However, much of the work that has been done, so far, still puts African literatures and cultural productions in regional and linguistic boxes. There is an evident lack in comparative research that would open up new critical horizons from the perspective of cross-language, cross-regional and cross-theoretical studies. Therefore, this workshop aims to move beyond the trend of comparing African literatures within the realms of just one language (Francophone, Lusophone, Anglophone, Arabic and the diverse Afriphone literatures) to inspire a comparative scholarship of African literatures that cuts across all languages and regions of the continent, including the traditional, yet artificial ‘boundary’ of the Sahara.  There is an urgent need to put different schools of thinking and paradigms of literary theory into dialogue in order to advance African literary and cultural studies. The major aim of the workshop is, therefore, to cross over language barriers, regional settings, disciplines and theories.

We invite scholars and PhD students from our African partner universities in Kenya, Nigeria, Senegal, South Africa, Tanzania and Togo as well as colleagues/PhD students based in Berlin to take up the challenge and contribute reflections on cultural production in more than one language, on hermeneutic dualities and multiplicities in African literatures, theatre, cinema and performance arts. A critical assessment of ideological, theoretical, aesthetic, thematic and linguistic models that invoke categories of difference, but also similarities, should be highlighted in ways that they could possibly be put in conversation with one another and critically evaluated across genres and disciplines.

The workhop is sponsored by HU-Berlin’s Kosmos programme and with further support by IAAW and KSBF. Speakers include guests from the universities of Nairobi, Ibadan, Stellenbosch, Lomé, Hannover, Mainz and FU Berlin.

URL de référence : https://www.iaaw.hu-berlin.de/de/region/afrika/afrika/literatur/mitarbeiter/prof-dr-susanne-gehrmann/test/crossings-and-comparisons-in-african-and-cultural-studies

Continuer la lecture de Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies