Archives de catégorie : Actualités des membres

Épopées et guerres coloniales : histoires connectées

Parution du quatrième volume de la revue Recueil ouvert, dirigée par Florence Goyet :

Le Recueil Ouvert : “Épopées et guerres coloniales : histoires connectées”

Université Grenoble Alpes, 2018

EAN13 : 24965731

Sous la direction de Elara Bertho et Aude Plagnard

*

PROJET ÉPOPÉE – Recueil ouvert

Volume 2018 : “Épopées et guerres coloniales : histoires connectées”

Elara Bertho (CNRS) et Aude Plagnard (Université de Montpellier) ont le plaisir de présenter le 4e volume du Recueil ouvert.

Le Recueil ouvert est, avec la Bibliographie comparatiste et ses 500 titres en six langues, une réalisation du Projet Épopée hébergé par l’UMR 5316 Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes. Suivant le principe général retenu pour le Recueil, les articles viennent enrichir les rubriques permanentes, de façon à constituer au fil du temps des ouvrages de référence.

Le présent volume s’intéresse à ce que Nathan Wachtel a appelé, à propos des Incas, la “vision des vaincus” – cette bascule narrative entre les continents et entre les époques : un même événement, la guerre coloniale, donne lieu à des récits aux orientations diamétralement opposées. Ainsi, les résistants africains à la colonisation deviennent les héros d’épopées nationales en construction ; Pablo Neruda, lui, fait d’Alonso de Ercilla, premier auteur d’une épopée coloniale espagnole, l’“inventeur du Chili”. Nous proposons d’appliquer cette “histoire à parts égales” (Romain Bertrand) à la littérature : comment se dit la colonisation de part et d’autre de l’océan Atlantique ? Comment les motifs migrent-ils ? L’on touche là à une question proprement littéraire, celle de la resémantisation d’un même motif : une même figure peut générer plusieurs récits contradictoires, avec plusieurs significations qui se construisent différemment selon les lieux et les circonstances de productions. Montrer la pluralité des représentations de la guerre coloniale ; étudier la façon dont elles sont réinvesties et resémantisées en contexte post-colonial ; prendre en compte, dans ce nouveau souffle épique, les apports du romanesque ; telles sont les pistes explorées par ce volume. Cette réflexion collective prend résolument parti pour une histoire connectée des littératures.

Url de référence : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/291-epopees-et-guerres-coloniales-histoires-connectees

L’Algérie, traversées

L’Algérie, traversées

LÉVY Ghyslain, MAZAURIC Catherine, ROCHE Anne (dir.)

Paris, éd. Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2018

ISBN 9782705697679

15 x 23 cm, 376 pages.
4 illustrations
Parution : 29 Août 2018

Le projet de L’Algérie, traversées s’est formulé autour d’une question partagée : l’heure n’est-elle pas venue en Algérie d’un véritable renouveau apporté par les œuvres de culture ? La vitalité, la diversité, l’impertinence de ces dernières en témoignent. Elles débouchent sur une nouvelle page en train de s’écrire, non seulement en Algérie mais aussi au cœur de la relation complexe entre l’Algérie et la France.
Les différentes générations d’écrivains, d’artistes, de psychanalystes, de chercheurs en littératures, en anthropologie ou en histoire réunies à l’occasion d’un colloque de Cerisy ont concouru à une rupture avec les versions convenues de l’Histoire, avec les mémoires encore enfermées dans des clivages post-traumatiques et des fixations nostalgiques.
Cet ouvrage rend compte de leurs travaux, avec l’enthousiasme et la passion des échanges entre celles et ceux qui savent combien le passé s’écrit toujours au futur, car il est riche de possibles à faire advenir.
Traverser, c’est multiplier les voies du sens et de l’interprétation, chercher des chemins de biais ; traverser, c’est traduire pour accéder à d’autres formes d’altérité. L’esprit des traversées anime ce livre, depuis le pouvoir créateur de la métaphore, afin de dire autrement l’Algérie et sa réalité présente et à venir.

Contributeurs : Zineb ALI-BENALI, Stéphane BAQUEY, Sabrinelle BEDRANE, Amina Azza BEKKAT, Charles BONN, Catherine BRUN, Giulia FABBIANO, Jacques FERRANDEZ, Claude de la GENARDIÈRE, Sarah KOUIDER RABAH, Amina LAMGHARI, Karima LAZALI, Tristan LEPERLIER, Élisabeth LEUVREY, Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC, Mustapha MESLEM, Anne ROCHE, Hervé SANSON, Leïla SEBBAR, Keltoum STAALI, Habib TENGOUR, Meriem ZEHARAOUI

Consulter le sommaire détaillé : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/algerieTM18.html

URL de référence : http://www.editions-hermann.fr/5374-l-algerie-traversees.html

C.PL’Algérie, traversées

Bon Souscription brochéL’Algérie, traversées

 

La question de l’intime. Génétique et biographie

Vient de paraître :

La Question de l’intime – Génétique et biographie

Daniel Delas (dir.) – 2018

L’intime est ce lieu profond de l’être humain où dorment des sentiments dont on ne parle ni n’écrit. C’est pourtant là que puise le désir autobiographique. Pourquoi ? Comment ?
Une équipe de critiques généticiens de l’Item (CNRS – « Manuscrits francophones ») a analysé la relation à l’intime de quelques écrivains francophones notoires : Flaubert, Mertens, Sony Labou Tansi et Memmi.

Sommaire :

De l’intime (Daniel Delas)

I – Questions d’ensemble

Le Manuscrit cannibale. Biographie, intertextualité, genèse (Pierre-Marc de Biasi)

Notes sur le traître comme figure du biographe, du généticien et… de l’écrivain (Jean-Pierre Orban)

II – À partir de Sony Labou Tansi et Albert Memmi

Performer l’intime (Jean-Michel Devésa)

Plonger sa plume « jusque dans son propre sang ». L’intime dans les premières œuvres  de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Pour une architecture de l’intime. Lecture d’un extrait de lettre de Sony Labou Tansi  à Françoise Ligier (Xavier Garnier)

« Eh la vie » Questions sur l’art et la vie de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)

Albert Memmi, de l’intime à l’œuvre polymorphe (Guy Dugas)

Collection L’un et l’autre en français
Année de publication 2018
Langue Français
ISBN10 2-84287-789-7
ISBN13 9782842877897
Format Livre broché
Pages 115
Discipline Francophonie
Prix 15€

URL de référence : http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=909

Dynamiques actuelles des littératures africaines

Dynamiques actuelles des littératures africaines : panafricanisme, cosmopolitisme, afropolitanisme

sous la direction de Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki et Xavier Garnier

Paris, Karthala, coll. Lettres du Sud, 22 juin 2018, 294 p.
ISBN 9782811119829

[ouvrage publié suite au colloque de l’APELA tenu à l’université de Bourgogne en septembre 2015]

Comment écrire et penser l’Afrique dans le monde ? Comment écrire et penser le monde depuis l’Afrique ? Par la mise à jour du dialogue, dynamique et complexe, entre trois notions de prime abord très différentes – le panafricanisme, le cosmopolitisme et l’afropolitanisme –, cet ouvrage interroge la participation des lettres africaines à la réinvention du monde contemporain.

Les écrivains qui se sont engagés dans le mouvement panafricain au cours du XXe siècle ont eu comme principale cible l’impérialisme colonial et le morcellement du continent auquel il a donné lieu. Réaliser l’unité africaine faisait alors écho à l’idéal cosmopolite dès lors qu’il s’agissait de desserrer l’étau des assignations identitaires. Au tournant du XXIe siècle, le mot-valise afropolitanisme est inventé pour contrer la tentation afrocentriste d’un repli identitaire du continent face aux dérives d’un nouvel impérialisme mondialisé.  L’afropolitanisme met l’Afrique en circulation dans une géographie planétaire pour porter une voix décentralisée. Le débat fructueux qui s’engage aujourd’hui entre les héritiers du mouvement panafricain et les tenants de l’afropolitanisme témoigne des préoccupations cosmopolitiques des littératures d’Afrique et de la diaspora.

Guillaume Bridet est professeur de littérature française des XXe et XXIe siècles à l’université de Bourgogne-Franche-Comté.
Virginie Brinker est maître de conférences en littératures francophones des XXe et XXIe siècles à l’université de Bourgogne-Franche-Comté.
Sarah Burnautzki est enseignante-chercheuse en littératures française, espagnole, francophones et latino-américaines à l’université de Mannheim (Allemagne).
Xavier Garnier est professeur de littératures francophones à l’université de la Sorbonne Nouvelle.
Ont également contribué à cet ouvrage : Aminata Aïdara, Elara Bertho, Amzat Boukari-Yabara, Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki, Victoria Famin, Susanne Gehrmann, Diana Haußmann, Abdoulaye Imorou, Aurélie Journo, Marc Kober, Anthony Mangeon, Catherine Mazauric, Bernard de Meyer, Cornelia Ruhe, Richard Samin, Cyril Vettorato.

Table des matières

Introduction

PREMIÈRE PARTIE : TROIS NOTIONS EN QUESTION

1. Le cosmopolitisme aujourd’hui : questions, débats, polémiques
Guillaume Bridet

2. Les transformations du panafricanisme
Amzat Boukari-Yabara

3. Du « moment panafricain » à « l’afropolitanisme » contemporain : lectures croisées de W.E.B. Du Bois, Joseph Casely Hayford, Alain Locke et Kwame Anthony Appiah
Anthony Mangeon

DEUXIÈME PARTIE : IMAGINAIRES PANAFRICANISTES

4. Le panafricanisme littéraire au Brésil : d’un cosmopolitisme à l’autre
Cyril Vettorato

5. Transferts de pratiques militantes et circulations littéraires des critiques black feminist dans le contexte francophone
Sarah Burnautzki

6. L’Égypte détachée du continent africain ? Entre cosmopolitisme européen et levantin
Marc Kober

7. Dynamiques d’inclusion et d’exclusion par le panafricanisme. Sur le panthéon panafricain imaginé dans la chanson sous Sékou Touré
Elara Bertho

TROISIÈME PARTIE : CONTROVERSES ET POÉTIQUES AFROPOLITAINES

8. Les enjeux littéraires d’un concept controversé : l’afropolitanisme
Susanne Gehrmann

9. The Danger of a Single Story : nouveaux discours sur les identités littéraires africaines anglophones
Aurélie Journo

10. Sous la pantoufle. Couper les cheveux en quatre avec Chimananda Ngozi Adichie et Taiye Selasi
Cornelia Ruhe

11. Afropea mise en scène : Écrits pour la parole de Léonora Miano
Diana Haußmann

12. Léonora Miano en Afropéa. Invitation dans un monde qui s’invente
Abdoulaye Imorou

13. D’afropolitain à francopolitain, ou comment habiter une langue : le cas d’Abdourahman A. Waberi
Bernard de Meyer

QUATRIÈME PARTIE : « AJOUTER DU MONDE AU MONDE » : ÉLARGIR LE COSMOPOLITISME

14. Penser l’africanité et l’afropolitanisme dans la Relation glissantienne
Victoria Famin

15. Cosmopolitisme et afropolitanisme vernaculaires au Sénégal
Catherine Mazauric

16. Une vision africaine du cosmopolitisme : Welcome to Our Hillbrow de Phaswane Mpe
Richard Samin

17. Les témoignages des jeunes afropéens du recueil Exister à bout de plume
Aminata Aïdara

18. Rap français : vers une poéthique cosmopolite ?
Virginie Brinker

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2

Écrire le fleuve Congo après Conrad

Écrire le fleuve Congo après Conrad (Musée du Quai Branly, Paris)

Salon de lecture, Musée du quai Branly, Paris, 9 juin 2018

Rencontre et table ronde (14h-18H30) et projection de film (18H30).

Dans le sillage de la parution en 2017 des œuvres complètes de Joseph Conrad en Pléiade et, la même année, de l’inscription au programme de l’agrégation de lettres et des classes préparatoires littéraires de son roman le plus célèbre, Au Cœur des ténèbres, cette demi-journée entend proposer un dialogue transdisciplinaire sur l’héritage de Conrad dans les discours et les œuvres inspirées par l’Afrique. Plus particulièrement, il s’agira d’examiner la façon dont l’écriture du Fleuve Congo (ici pris au double sens du terme, géographique et métonymique) continue de mobiliser ou non des motifs conradiens.
Partant de l’hypothèse selon laquelle la réception de Conrad aujourd’hui en Europe ne fait rien d’autre que de questionner notre rapport à l’Afrique, cette demi-journée sera l’occasion de confronter cette hypothèse avec des témoignages de l’expérience du fleuve Congo et la vision tant de créateurs que de chercheurs africains et européens.

Avec Maëline Le Lay, chargée de recherche au LAM (CNRS, Bordeaux), Jean-Pierre Orban, écrivain, chercheur associé à l’ITEM (CNRS-ENS, Paris), Marc Porée (ENS, Paris, dir. de l’édition Joseph Conrad dans la Pléiade), Pierre Halen (Université de Metz), Andrew Griffiths (University of Plymouth) et Frits Andersen (Aarhus Universitet).

Table-ronde : Blaise Ndala (Sans capote ni kalachnikov, Montréal, Mémoire d’encrier, 2017), Joëlle Sambi (Slam et Le Monde est Gueule de Chèvre, éditions Biliki, 2007), etThomas Mpoyi-Buatu (La re-production, L’Harmattan, 1986).

L’ensemble de la rencontre sera placé sous le regard critique de Boniface Mongo-Mboussa (écrivain, critique littéraire).

Lectures par Sara Darmayan et Daddy Moanda Kamono d’Au coeur des ténèbres et d’extraits du scénario inédit tiré de l’oeuvre par Orson Welles.

A 18h30 : projection du film Un avant-poste du progrès, adapté de Joseph Conrad, réalisé par Hugo Vieira da Silva, 2017.

Entrée libre et gratuite.

Avec le soutien des laboratoires ITEM (CNRS-ENS) et Les Afriques dans le monde (LAM-CNRS)

URL de référencehttp://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/actualite-de-ledition-et-de-la-recherche/details-de-levenement/e/ecrire-le-fleuve-congo-apres-conrad-37914/, http://www.item.ens.fr/conrad/ et https://kouroumanus.hypotheses.org/1119

Télécharger le programme détaillé en pdf sur le site de LAM : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/sites/lam/files/2018-06-09_ecrire_le_fleuve_congo.pdf

JE Formes fixes et identités noires

Journée d’Études internationale – Universités Paris 3 – SPC et Paris 13 – SPC

Samedi 16 juin 2018 – Paris

Formes fixes et Identités noires

Salle 310, Université Paris 3 – SPC
13 rue de Santeuil, 75005 Paris
Métro Censier-Daubenton (ligne 7)

9h30 : Accueil des participants et café
9h45 : Mot d’accueil – Liess Benlalli, Pierre Leroux & Thomas Vuong

10h : Formes fixes et négritude : origines et héritages – présidence Pierre Leroux

  • Alioune Sow (Universita degli Studi, Bologne) : « “Le verset des fleuves” de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? »
  • Dorgelès Roméo Houessou (Université Alassane Ouattara, Bouaké) : « Le Paradoxe négritudien dans les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures »

11h : pause-café

11h30 : Deux poètes malgaches, avant et pendant la négritude – présidence Thomas Vuong

  • Xavier Luce (Université Paris -Sorbonne) : « Rabearivelo Chatterton tropical, mises en scène poétiques d’un écrivain dandy et indigène »
  • Tumba Shango Lokoho (Université Paris 3) : « Jacques Rabemananjara, le sonnet et la “malgachitude” »

12h30 : pause déjeuner

13h30 : Identités noires des Amériques : rédéfinitions perpétuelles – présidence Frédéric Sylvanise (Université Paris 13)

  • Thomas Vuong (Université Paris 13) : « Native Guard de Natasha Trethewey, une exploration de l’histoire noire-américaine »
  • Cyril Vettorato (ENS Lyon) : « Ce que les “formes fixes” font à l’histoire littéraire : le sonnet et la poésie afro-brésilienne de Cruz e Sousa à Eduardo de Oliveira »
  • Alain Obame (Université Cergy-Pontoise) : « Frankétienne, l’écriture spiralaire ou l’écriture de la révolte »

15h : pause

15h30 : Formes orales, formes écrites : vitalités contemporaines de la poésie africaine – présidence Liess Benlalli

  • Christiane Seydou (C.N.R.S.) : « Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique. »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Le poète en “trickster” : folklore urbain et poésie contemporaine kenyane »

16h30 : Conclusions scientifiques – Liess Benlalli

Lire l’argumentaire sur Calenda.