Archives de catégorie : News / Actualités

Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo

Dans le cadre d’ARIEL, la résidence d’auteur internationale à l’Université de Lorraine, IDEA (UR 2338) organise une série de séminaires autour de Mohale Mashigo, auteure sud-africaine invitée en Lorraine cette année (https://ariel.univ-lorraine.fr/mohale-mashigo/).
Cette série de séminaires, intitulée ‘Genèse, illustration, traduction et prix littéraires : Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo’, sera diffusée live, en streaming, sur la chaîne YouTube ARIEL (voir le lien ci-dessous), selon le calendrier suivant :

Séminaire 1 : jeudi 12 novembre 2020
Présidente de séance : Catherine Delesse (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Véronique Tadjo – ‘Afrique du Sud, Afrique de l’Ouest, regards croisés’
Véronique Tadjo est poétesse, romancière, auteure et illustratrice de livres pour la jeunesse. Elle est Professeure invitée à l’Université du Witwatersrand (Johannesburg).
18h15-18h45 Julie Chansel – ‘La bande-dessinée sud-africaine : une création d’une extraordinaire vitalité qui peine à trouver des débouchés’
Julie Chansel est journaliste indépendante, intervenante à l’École Supérieure de Journalisme de Montpellier (ESJ-Pro), auteure de L’effacement de Dulcie September – Enquête sur une séquence politique (à paraître au printemps 2021 aux Éditions Actes Sud), spécialiste de la BD sud-africaine.

Séminaire 2 : jeudi 19 novembre 2020
Président de séance : Cédric Courtois (Université de Lille)
17h30-18h00 Kathie Birat – ‘Through the lens of speculative fiction: Seeing South Africa through the short story in Mohale Mashigo’s Intruders
Kathie Birat est Professeure émérite, spécialiste de littérature post-coloniale.
18h15-18h45 Richard Samin – titre à préciser
Richard Samin est Professeur émérite, spécialiste de l’Afrique du Sud.

Séminaire 3 : jeudi 26 novembre 2020
Présidente de séance : Marilyne Brun (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Lorena Rizzo – ‘Women, photography and orature in 20th-century Namibia’
Lorena Rizzo est Maître de Conférences à l’Université de Bâle, Zentrum für Afrikastudien, spécialiste de la Namibie et de l’Afrique du Sud.
18h15-18h45 Cédric Courtois – ‘“Remember that others have walked this path before you”: Writing (about) Trauma in Yejide Kilanko’s Daughters Who Walk This Path (2012), Mohale Mashigo’s The Yearning (2016) and Una’s Becoming Unbecoming (2015)’
Cédric Courtois est Maître de Conférences à l’Université de Lille, spécialiste de littérature africaine subsaharienne.

Séminaire 4 : jeudi 3 décembre 2020
Présidente de séance : Monica Latham (Université de Lorraine)
17h30-18h15 Mohale Mashigo – ‘On the Genesis of my work: from inspiration to publication’
18h15-19h00 Conversation avec Mohale Mashigo, avec la participation de Richard Samin, Kathie Birat et Cédric Courtois

Séminaire 5 : jeudi 10 décembre 2020
Présidente de séance : Céline Sabiron (Université de Lorraine)
18h00-19h00 Barbara Schmidt, Noémie Didier et Hana Abdelsalam – ‘Traduire la culture africaine anglophone : enjeux et défis’
Barbara Schmidt est Maître de Conférences et traductrice, et directrice de la traduction collective pour ARIEL à l’Université de Lorraine. Noémie Didier et Hana Abdelsalam sont des étudiantes de Master 2 Bilangue-Biculture à l’Université de Lorraine.
19h00-19h30 Sylvie Ducas – titre à préciser (intervention sur les prix littéraires)
Sylvie Ducas est professeure de littérature française contemporaine à l’Université Paris Est-Créteil, spécialiste des instances de consécration littéraire et des médiations culturelles.

Les questions posées sur la chaîne YouTube seront relayées par un modérateur sur les comptes Facebook et Twitter d’ARIEL (voir ci-dessous). 
Vous pouvez suivre toute l’actualité de cette troisième édition d’ARIEL sur le blog de la résidence : https://ariel.univ-lorraine.fr/.

Le programme complet de la résidence est disponible à : https://ariel.univ-lorraine.fr/programme-2020-21/. Il est mis à jour régulièrement au fur et à mesure des précisions reçues sur la tenue des divers événements en fonction de l’évolution du contexte sanitaire.

Vous pouvez également suivre ARIEL sur les réseaux sociaux :

Parution: Léon-Gontran Damas

Vient de paraître :

Dalhousie French Studies, n° 116 (2020) : Léon-Gontran Damas

Sous la direction de Kathleen Gyssels

Dalhousie University, 2020 :

EAN13 : ISSN:25628704.

A la veille du centenaire du premier Goncourt jamais attribué à un écrivain de couleur, il convient de revisiter l’œuvre d’un autre Cayennais, Léon-Gontran Damas. Dans ce numéro 116 (été 2020) de Dalhousie French Studies, les auteurs s’engagent à revisiter l’oeuvre damassienne. Car l’on est passé trop vite sur le “troisième homme de la Négritude” et sur sa parole poétique. Pour qui veut y prêter l’oreille, de troublantes sonorités, des échos détonants y vibrent. Daniel Maximin lui rend hommage, ainsi qu’un proche de la famille, Dominique Achille. Quelques partitions de poétrie par « Frasques et Cie » s’ajoutent aux lectures de Kevin Meehan, de Sandrine et David Bédouret, Michael Reyes, Kathleen Gyssels.  Un entretien entre Damas et Alan Warhaftig (en anglais) est partiellement reproduit.

Sommaire, articles et fichiers audio (accès libre ou sous abonnement) : https://ojs.library.dal.ca/dfs/issue/view/927/showToc

Parution : Aimer, selon Véronique Tadjo

Editions Museo, Collection Paradisier

AIMER

selon Véronique Tadjo

Quel sens faut-il donner à l’Amour ? Est-il le même partout et peut-il traverser les frontières ? Dans un monde en pleine transformation, Eloka et Aimée se rencontrent à travers les continents et décident de lier leurs destins. Dans une succession de tableaux  de leur quotidien, parfois sublimes, souvent bouleversants, mais jamais innocents, se dessine  le visage d’une Afrique contemporaine  pétrie de souffrance et d’espoir. L’exigence d’un amour qui se veut absolu dans son désir de tout étreindre,  les pousse à s’engager de plus en plus profondément dans leur nouvelle réalité.  C’est à un parcours initiatique, un récit lyrique à la frontière du surréalisme que les lecteurs sont conviés. Voyage empreint de poésie et menant à la renaissance de ces êtres grâce aux ressources inépuisables, cycliques et régénératrices, des rapports humains et de la nature.

Véronique Tadjo

Véronique Tadjo est romancière, poète, peintre et universitaire. Née à Paris d’un père ivoirien et d’une mère française, elle a passé son enfance et fait l’essentiel de ses études à Abidjan. Après un doctorat en Civilisation noire américaine à la Sorbonne-Paris IV, elle reçoit plusieurs prix littéraires dont le Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son récit Reine Pokou, concerto pour un sacrifice (Actes Sud, 2005). Une partie de son œuvre est consacrée à la jeunesse. Grande voyageuse, elle navigue entre l’Afrique, l’Europe et les États-Unis et se fixe pendant quatorze ans à Johannesbourg où elle dirige le département de français de l’université du Witwatersrand. Elle partage désormais son temps entre Londres et Abidjan. Son roman, En compagnie des hommes (Don Quichotte, 2017) a pour thème l’épidémie d’Ebola de 2014. Son dernier livre, Le Voyage de Yao (Seuil Jeunesse, 2019) est une adaptation du scénario du film Yao de Philippe Godeau avec Omar Sy dans le rôle principal. Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues.

Avec le soutien d’Occitanie Livre & Lecture – Programme soutenu par la Région Occitanie

URL de référence : https://www.museo-editions.com/aimer-selon-veronique-tadjo?cid=7fb79119-e919-42ed-8bc9-8a435f1c3fb1

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée

Sort de presse en ce mois de décembre :

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016)

par Sandra FEDERICI

Après des débuts souvent précaires dans leurs pays d’origine, certains auteurs africains de bande dessinée sont arrivés à publier en Europe et, pour quelques-uns, à y bénéficier d’une solide reconnaissance. Mais si les conditions de départ semblent être similaires pour tous les auteurs, pourquoi certains arrivent-ils à publier dans les maisons d’édition qui ont un rayonnement international, alors que d’autres restent dépendant des commandes du secteur associatif, des fanzines ou des publications confidentielles à l’enseigne des « micro-éditeurs » ? L’approche sociologique permet ici une analyse rigoureuse des conditions de production, de circulation et de réception du neuvième art africain.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse soutenue en cotutelle internationale (Un. Lorraine / Un. Statale di Milano)

Référence : Federici, Sandra. L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016). Préface de Pierre Halen et Silvia Riva. Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales – Études culturelles, 2019, 360 p. – ISBN : 978-2-343-15925-6.

Page de l’éditeur : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64733

La « renaissance littéraire » africaine en débat

2019-1 | 2019
La « renaissance littéraire » africaine en débat

Interrogating the African Literary “Renaissance”
Sous la direction de Wilfried Idiatha, Aurélie Journo et Magali Nachtergael
Itinéraires. Littérature, textes, cultures 2019-1
 
Informations sur cette image
Crédits : Couvertures de Kwani? 2003-2012 © Kwani Trust.

De nombreux auteurs africains ont connu une visibilité accrue sur la scène littéraire internationale au tournant du xxie siècle tandis que sur le continent ont émergé des revues littéraires, des maisons d’édition locales ou des collectifs d’écrivains qui semblent témoigner d’une vitalité littéraire et créatrice retrouvée. Ces phénomènes ont été relayés dans les médias et par les critiques à travers les expressions de « renaissance » ou de renouveau (« renewal ») littéraires. Si le thème de la migration occupe une place toujours importante, de nouveaux thèmes ont fait leur apparition et des genres souvent sous-représentés ou considérés comme mineurs, science-fiction, roman sentimental ou roman policier, se sont vus réinvestis par de nombreux écrivains. Ce numéro explore les diverses facettes de la production littéraire africaine anglophone et francophone du début du xxie siècle en vue de mettre au jour ce que l’expression de « renaissance littéraire » recouvre.

Notes de la rédaction

La rédaction d’Itinéraires. Littérature, textes, cultures dédie ce numéro à Binyavanga Wainaina, fondateur et premier rédacteur en chef de Kwani?, disparu le 21 mai 2019.

Lire le numéro en ligne.

Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Programme complet et définitif à consulter sur la page Europhilosophie :

URL de référence : https://europhilomem.hypotheses.org/4352

FESTIVAL – COLLOQUE

Toulouse, 25 octobre – 09 novembre 2018

Présentation de l’événement

PROGRAMME

 25/10/18 – Prélude

18h00 - Présentation de Black Lives Matter. Le renouveau de la révolte noire américaine de Keeanga-Yamahtta Taylor (Marseille, Agone, 2017, traduit de l’américain par Celia Izoard) par Norman Ajari
Lieu : librairie Terra Nova (18 rue Léon Gambetta)
- Projection de Whose Streets de Sabaah Folayan (2017) 
Lieu : American Cosmograph (24 rue Montardy)

27/10/18 –  Journée d’ouverture du festival

15h00 - Performance de Zora Snake, « Transfrontalier » - Place du Capitole
18h00 - Entretien de Zora Snake avec Muriel Plana (UT2J) et Chloé Dubost (UT2J, ENS) autour de la poétique du corps politique comme point de vue Lieu : librairie Ombres Blanches (3, rue Mirepoix)

Continuer la lecture de Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Le programme est en ligne !

REAF_JCEA_2018_Programme_court_0706

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France se tiennent du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université

Soutenue par le GIS Afrique, l’édition 2018 des Rencontres des Études Africaines en France est organisée par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Le Laboratoire Population – Environnement – Développement – (LPED -UMR 151, IRD-AMU)
  • L’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171 CNRS / UMR 241 IRD, AMU, Université Paris 1 Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Pratique des Hautes Etudes )
  • Le Centre Norbert Elias (CNE, UMR 8562, EHESS, CNRS, Université d’Avignon, AMU)
  • L’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS – UMR 205 IRD / UMR 8245 CNRS, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis, IRD, CNRS)
  • Le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, AMU).
  • L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-UMR 7310, CNRS, AMU)

En parallèle des REAF 2018 se tiendra la quatrième édition, sur le thème « Les Afriques en débat », des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA)

Liste des panels des REAF

Programme des REAF

Préambule 

Le continent africain, avec plus d’un milliard d’habitants, sa jeunesse, l’importance de ses ressources naturelles, les grands aménagements qui s’y multiplient et la modernisation qui s’y accélère est souvent associé, dans les médias, aux nouveaux miracles économiques, aux innovations sociales, artistiques et culturelles.
Les politiques économiques et sociales déployées dans les mondes africains viennent rencontrer des enjeux locaux de valorisation et de préservation des pratiques culturelles comme des ressources naturelles alimentant tour à tour afro-pessimisme et afro-optimisme, enchantement et désenchantement, mythologies d’une africanité rimant avec authenticité et d’un développement économique rimant avec modernisation.
La capacité de résistance, de transformation et de résilience des sociétés africaines face aux dominations, aux violences et aux crises, interroge et fascine. Énergie des individus, dynamisme supposé des solidarités, communautés et familles, héroïsme au quotidien des femmes et des plus démunis, élan des mouvements sociaux, créativité religieuse, amplification des circulations licites et illicites, sont mis en avant comme des atouts propres à ce continent. Les versants plus sombres de ces dynamiques interpellent également : prosélytismes et radicalismes armés sur des bases religieuses, culturelles ou communautaires, mobilisation de la sorcellerie dans le champ des concurrences ou des conflictualités  sociales.
Ces illusions, projections, fantasmes et stéréotypes qui collent aux dynamiques plurielles du continent africain sont tenaces, et fondent en partie l’attraction et la séduction exercées par ce continent. Cependant les termes mêmes de domination, de tragédies mais aussi de résistances, d’indocilité ou de résilience, si souvent appliqués au continent africain, risquent d’éluder les rapports historiques, économiques, politiques et sociaux qui s’y jouent.

Les 5e Rencontres scientifiques des Études Africaines en France proposent de revenir sur les mécanismes de construction, de diffusion et d’instrumentalisation de ces représentations. Comment se sont-elles construites ? Comment, dans l’histoire du continent, l’enchantement et ces désenchantements ont-t-ils été fondateurs de multiples formes de convoitises et de dominations ? Qu’en est-il des formes « prolongées » de mises en dépendance héritées d’un passé lointain? Comment sont-elles entretenues ? Les mémoires et les pratiques anciennes ne se prolongent pas seulement dans le présent, et elles devront faire l’objet d’une interrogation en tant que telles. En quoi l’enchantement et ces désenchantements animent-ils des actions politiques nationales et internationales, mais aussi des discours littéraires, politiques, scientifiques et des mobilisations populaires ?

Des ateliers portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements récents de la recherche ou des thèmes comparatistes sont attendus. Des ateliers pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont également sollicités. Ils pourront mettre en avant  les thèmes suivants :

Continuer la lecture de REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers