Archives de catégorie : News / Actualités

Migrer d’une langue à l’autre ?

Migrer d’une langue à l’autre ?

Présence des langues africaines en France

Mercredi 8 décembre 2021 de 10h à 18h

Musée national de l’histoire de l’immigration

Paris, Porte Dorée

Cette journée met l’accent sur la présence en France des langues africaines, notamment dans le domaine culturel. Des personnalités issues de domaines divers viendront dialoguer et réfléchir aux pratiques liées à ces langues, à leur place sur les scènes culturelles et artistiques contemporaines et à leur hybridation avec le français.

Programme de la journée

10h : Accueil par Pap Ndiaye, Directeur général de l’EPPPD

10h10 – 10h30 : Séance d’ouverture sur les enjeux liés à la présence des langues africaines en France

  • Paul de Sinety, DGLFLF,
  • Laurent Roturier, DRAC Ile-de-France,
  • Nivine Khaled, Directrice de la Langue française et de la Diversité des Cultures francophones à l’OIF. 

10h30 – 12h30 : Les langues africaines entre pratiques et représentations

  • Alexandrine Barontini, Inalco,
  • Fabienne Leconte, sociolinguiste, université de Rouen-Normandie,  
  • Manon Reynaud, association Causons,
  • Nabil Wakim, journaliste au Monde,
  • Anne Zribi Hertz, grammairienne.

14h – 15h30 : Des expressions artistiques en toutes langues : théâtre et musique

  • Hassane Kassi Kouyaté, directeur du « Festival Les Francophonies » et Zébrures d’automne (sous réserve),
  • François Bensignor, journaliste spécialisé dans les musiques du monde,
  • Naïma Huber-Yahi, directrice-adjointe du Festival Villes des musiques du monde,
  • Manoute Seri, directeur de L’Afrique Festival à Strasbourg.
  • Dominique Caubet, Inalco

16h – 17h : La part des mots de l’Afrique – les Glossaires de l’administration française et le Dictionnaire des francophones

  • Danièle Wozny, Maison de la sagesse
  • Mona Laroussi, directrice de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar.

17h – 18h : Vitalité de la littérature africaine en France

  • Abigail Assor, (Aussi riche que le roi, Gallimard, 2021),
  • Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et de littérature à l’université Columbia de New York,
  • Souleyman Diamanka, (Habitant de nulle part, originaire de partout, Editions Points, 2021)
  • Mohamed Mbougar Sarr, écrivain lauréat 2021 du prix Goncourt pour La plus secrète mémoire des hommes, Philippe Rey/Jimsaan (sous réserve).

En direct depuis le Musée : émission « De vive(s) voix » avec Pascal Paradou (Radio France International)

URL de référence : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-11/migrer-d-une-langue-l-autre

Des Maliennes en résistance

Jeudi du Genre : « Des Maliennes en résistance : écrits et musiques »

Jeudi 2 décembre 2021, 17h-19h

Aix-Marseille Université, ALLSH, site Schuman,
Maison de la recherche
Salle de colloque 2, Pôle Multimédia

avec Cheryl Toman

La Pr. Cheryl TOMAN est en accueil au CIELAM (Aix Marseille Université, ALLSH) dans le cadre de la Chaire 2021 de l’Institut du Genre.

Discutante : Catherine ATLAN (UMR 8171 IMAf), spécialiste de l’histoire de l’Afrique
Modération : Susanne Böhmisch (UR 4236 ÉCHANGES, responsable des Jeudis du genre AMU) et Catherine Mazauric (UR 4235 CIELAM)

Impossible de connaître la littérature et la musique maliennes sans les contributions des femmes. Leurs textes et chansons dénoncent toutes formes de violences faites aux femmes tout en soulignant qu’hommes et femmes vivent différemment les conflits et les violences associées. Avec un répertoire anti-guerre et anti-violence pour unifier tous les Maliens, ces créatrices transmettent un message fort en soutien aux victimes de violences sexuelles, défendent les droits des femmes, critiquent leurs sociétés, réclament de véritables changements.

Projet de recherche de Cheryl Toman : La philosophe Tanella Boni analyse la violence contre la femme africaine en identifiant de multiples responsables : le colonialisme, la tradition, l’homme, et parfois la femme elle-même. Au Mali, l’écriture féminine et le genre musical du Wassoulou (région Sud-ouest du pays) sont les outils que certaines Maliennes non-initiées utilisent pour s’exprimer contre les injustices qu’elles subissent. Le livre que Cheryl Toman prépare actuellement est une étude comparée de la littérature féminine et du Wassoulou sound au Mali. Le projet de recherches en cours, extrait de chapitres de l’ouvrage, se concentre sur des textes et des paroles des chansons Wassoulou qui abordent le sujet des conflits politiques et des attentats au Mali.

Carte blanche à Wole Soyinka

Grand entretien avec Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature

Marseille, MuCEM

Rencontre, lecture et musique

Rencontres-débats/Conférences

Lecture par Wole Soyinka de son poème inédit en français « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », traduit par Christiane Fioupou
Un entretien animé par Valérie Marin La Meslée (journaliste, Le Point)
Interprète : Valentine Leys

Vendredi 1 octobre 2021 à 18h30

Wole Soyinka se livrera à un grand entretien mené par Valérie Marin La Meslée au cours duquel seront abordés son regard sur le monde contemporain et le rôle de l’écrivain engagé. 

Ne serions-nous pas réellement endormis ? Mis
En congés de ce monde enragé ?
Pourquoi donc ces lamentations ? Chibok ? Dapchi ?
[…]
Leah, cette épreuve de ta jeunesse est cruelle,
Injuste. Tu vas fléchir mais, la honte est la mienne,
La nôtre, celle d’une nation et d’un monde assujettis à
Des religions mensongères. Nous devons te sembler morts.

Crédit : Wole Soyinka, « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », 2019. Traduction française Christiane Fioupou. 

Dans le long poème « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah » publié en 2019 et traduit en français pour cette invitation au Mucem, Wole Soyinka continue de dénoncer les forces destructrices, politiques et religieuses, qui déséquilibrent l’Afrique et le monde. Il y fustige la violence et les fondamentalismes religieux de tous bords qui ne cessent de s’amplifier au Nigéria et à l’échelle du monde. 
De Chibok où 276 lycéennes ont été enlevées au nord-est du Nigéria en avril 2014 par le groupe islamiste Boko Haram, à Dapchi, à 200 kilomètres de là, où 110 élèves d’une école ont été kidnappées en février 2018, le poète s’adresse à Leah Sharibu, jeune fille de 15 ans, aujourd’hui encore prisonnière de Boko Haram pour avoir refusé d’abjurer sa foi. 
En ouverture et en clôture, Raphaël Imbert accompagnera des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille pour une création collective, mouvante et itinérante : Le Tigré Créole ! 
Ou le jazz comme chant de traverse entre la pensée de Soyinka et celle de Glissant, entre musique et littérature, entre écriture et oralité, résonnant des mélodies de Mingus, Archie Shepp, Coltrane, Ellington, Manu Dibango, et des improvisations spontanées de la nouvelle génération du jazz phocéen.

Valérie Marin La Meslée est journaliste littéraire au service culture du Point et collaboratrice du site LePoint Afrique, notamment pour ses Causeries (podcast). Les mondes culturels afro-caribéens sont ses terrains de prédilection (reportages culturels, hors-série du Point sur « La pensée noire » et « L’âme de l’Afrique »), documentaires radio (France Culture). Ses derniers livres racontent les capitales d’Haïti et du Mali au prisme de la création contemporaine : Chérir Port-au-Prince (Philippe Rey, Mémoire d’encrier, 2016) et Novembre à Bamako (avec les photos de Christine Fleurent, Le Bec en l’air, Cauris, 2010). Elle est aussi l’auteure de Confidences de gargouille avec Béatrix Beck (Grasset 1998), et de Stupeur dans la civilisation avec Jean-Pierre Winter (Pauvert, 2002).

Mucem, J4 – Auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Une programmation conçue en collaboration avec Annie Terrier (Les Écritures croisées).

Le Mucem invite l’écrivain et metteur en scène nigérian Wole Soyinka pour deux journées de rencontres, lectures et concerts dédiés à son œuvre éclectique et engagée. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1986, il est le premier auteur africain à en avoir été honoré. Artiste prolifique, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, des récits autobiographiques, des recueils de poèmes, des nouvelles, des romans, ainsi que des essais politiques et littéraires.
Lors d’un grand entretien, le public pourra découvrir son parcours et entendre la force de sa poésie à travers un texte inédit en français, puis l’écouter dialoguer avec Christiane Taubira pour un hommage à Édouard Glissant et à la Déclaration sur la traite négrière et l’esclavage.
Raphaël Imbert et des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille accompagneront ces rencontres aux sons d’une création collective, mouvante et itinérante, de Mingus, à Ellington et Manu Dibango.

René Maran et la guyanité

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1506

Colloque en ligne « René Maran et la guyanité », Brésil (UFAC, UFRN)

Le colloque « René Maran et la guyanité » est organisé par nos collègues universitaires brésiliens Danielle Grace (Universidade Federal do Rio Grande do Norte, UFRN) et Dennys Silva Reis (Universidade Federal do Acre, UFAC) en hommage aux cent ans de Batouala, « véritable roman nègre » qui fut récompensé par le Prix Goncourt mais qui fit scandale, notamment à cause de sa préface, en 1921.

Du mercredi 16 juin au vendredi 18 juin, des chercheurs de divers pays (dont la Guyane) aborderont l’oeuvre immense de l’écrivain né en 1887 et décédé en 1960, ancien fonctionnaire colonial, devenu prolifique et mémorable auteur. Il sera possible [en direct puis en différé] d’écouter les présentations en ligne, soit par YouTube via la page du CLEF (Colloque de littératures et études francophones) soit sur Facebook via la page de la Bibliothèque Manioc (https://www.facebook.com/manioc.org/) ou celle de l’Université de Guyane (https://fr-fr.facebook.com/univguyane/). 

Pour aller plus loin : 

  • le site créé par Bernard Michel, petit-fils de René Maran en hommage à son grand-père (pour une biographie et une bibliographie détaillée). 
  • l’exposition sur René Maran réalisée par Kristen Sarge et Boris Lama de la Collectivité territoriale de Guyane, visible à la CTG et à La Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane (MCMG) et bientôt à la Bibliothèque universitaire de Guyane. 
  • le livre à visée pédagogique René Maran de Monique Dorcy et Lydie Choucoutou Ho-Fon-Choy à paraître dans la collection Orénoque, aux Editions du Manguier.
  • le site « Manioc » à paraître sur René Maran sur le modèle du site consacré à Maryse Condé.
  • une intervention à l’approche féministe sur l’étude génétique d’Un homme pareil aux autres et de ses représentations féminines par Laura Gauthier Blasi (Université européenne de Madrid) et Tina Harpin (Université de Guyane)

ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Deadline: The closing date for applications is 21 June 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 6 July 2021. The candidate will be expected to start their doctoral programme in October 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk  with ‘ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres’ in the subject heading.  

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in October 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy (led by Professor Alena Rettová, University of Bayreuth) and will be supervised by Professor Rettová and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick): Team (uni-bayreuth.de). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of genres in eight languages from several regions in Africa. Although other proposals will be considered, the successful candidate will ideally work on Wolof literature within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of African literatures across languages.  In addition to working on their doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.  

The successful candidate will be expected to reflect on the dissemination of modern and contemporary West African thought through a variety of genres and languages. They will adopt a transcultural approach, ideally explore Wolof literature in its different generic manifestations (theatre, poetry, or novel) and examine the transnational and translational factors that have contributed to its expansion in West Africa throughout history.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Carte blanche à Gauz [en ligne, Africa2020]

Les médiathèques de la Ville de Nanterre et la bibliothèque universitaire de l’Université Paris Nanterre donnent carte blanche à l’auteur et artiste Gauz’ dans le cadre de la saison nationale Africa2020. Initialement prévue de juin à décembre 2020 et mise en œuvre par l’Institut français, Africa2020 est une programmation pluridisciplinaire qui entend présenter les points de vue de la société civile africaine du continent et de sa diaspora récente et valoriser la créativité et l’innovation du continent africain.

« Une carte blanche pour badigeonner médiathèques, Université, rues de Nanterre de l’imaginaire noir d’une Afrique si proche et si loin, une Afrique si absente pourtant si culturellement présente, une Afrique qui a déjà insidieusement commencé une reconquête, une recolonisation par… la beauté du geste artistique. » (Gauz’)

L’ensemble de ces événements se tient en ligne et en direct sur YouTube https://www.youtube.com/channel/UCk13fh-1y7uH67WNFKqy3lA et Facebook https://www.facebook.com/BUNanterre/

Le programme :

  • La restitution des biens culturels africains
    Discussion entre Véronique Rieffel, galeriste à Grand Bassam, commissaire d’exposition et critique d’arts spécialisée dans les arts contemporains du Moyen Orient et de l’Afrique, Gauz’ et Ghislaine Glasson-Deschaumes, cheffe de Projet Labex Les passés dans le présent / Université Paris Nanterre et membre associée Institut des sciences sociales du politique (UMR7220), autour de la question de la restitution des biens culturels africains. Cette discussion est accompagnée de la projection du film de la performance d’Amina Meliane Bamba, dite « Amee » (slameuse) et de Gérard Bango (sculpteur). Le film d’Alain Resnais et Chris Marker, Les statues meurent aussi, point de départ de cette réflexion, sera disponible le jeudi 25 mars à 20h sur la WebTV de l’Université Paris Nanterre. En savoir plus
  • La fabrique des classiques africains
    Qu’entend-t-on par “classique africain” ? C’est tout l’enjeu de cette soirée qui, au fil des dialogues avec Claire Ducournau, nous éclairera sur cette thématique.  En savoir plus
  • La bibliothèque idéale de…
    Pour cet évènement, Gauz’ convie trois écrivains, un chercheur et une chercheuse, tous issus de milieux différents mais ayant en commun la littérature africaine, pour nous parler de leur bibliothèque idéale et ainsi, nous partager leur point de vue sur des questions actuelles.  En savoir plus
  • Clôture : la couleur de la “Carte Blanche”
    Comme toutes bonnes choses ont un fin, Gauz’ clôturera sa carte blanche le jeudi 15 avril après plusieurs semaines riches en évènements. La fermeture sera l’occasion d’un discours consacré à “La couleur de la carte Blanche”. En savoir plus
  • Exposition de photographies de Gauz’
    “Bazouam, galerie sur route” est une exposition photo et un film documentaire montrés en 2017 au sein du village d’artistes-artisans de Grand-Bassam. Bazouam (qui a donné Bassam) signifie “aide moi à porter ma charge”. Restant dans cet esprit de solidarité, l’exposition met en lumière le travail des artisans et pose la question des frontières entre art et artisanat. En savoir plus