Archives de catégorie : Appels à contributions

AAC: Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle

La revue Études littéraires lance un appel à contributions sur le thème : Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle.

Consacré à Moussa Konaté, ce dossier vise à explorer les multiples dimensions de l’œuvre de cet écrivain africain francophone émérite. Mort le 30 novembre 2013 à Limoges, Konaté s’était, depuis les années 1990, imposé comme l’un des écrivains africains les plus productifs dans le domaine du polar. Né en 1951 à Kita, au Mali, il fait partie d’une génération de romanciers africains dont l’écriture s’inscrit dans la mouvance que Séwanou Dabla appelle les « romanciers de la seconde génération », une génération dont le discours ne se contente « plus si facilement de l’obsession du victimaire occidental et ses imprécations lancinantes contre l’histoire », mais se « porte maintenant sur l’Africain dont il s’agit de cerner la psychologie pour comprendre son drame et ses renoncements[1] ».
De cette génération, Konaté apparaît, dans une large mesure, comme celui dont l’œuvre couvre tous les genres (sauf la poésie) – roman, essai, théâtre, nouvelle, conte, polar, roman pour la jeunesse – et examine des thèmes historiques, culturels, politiques et sociaux. Autrement dit, Moussa Konaté pratique une écriture où se manifeste, sous plusieurs formes, une Afrique plurielle. Premier romancier africain de la « littérature majusculée » (pour reprendre l’expression de Georges Simenon) à sortir le polar africain de la marge, Konaté propose des textes qui véhiculent un discours d’interprétation des sociétés africaines contemporaines. Ainsi, de ses romans à teneur sociale (Le Fils du chaos [1986] et Goorgi [1998]) à ses pièces de théâtre (Khasso [2005], Un appel de nuit [1995], Un monde immobile [1994]) en passant par ses polars (L’Empreinte du renard [2006], L’Honneur des Kéita [2002], La Malédiction du Lamantin [2009], Meurtre à Tombouctou [2014], etc.) et son essai polémique L’Afrique noire est-elle maudite ? (2010), l’on remarque que son projet littéraire semble marqué par une ambition « progressiste », celle qui consiste à trouver un équilibre entre la quête des formes littéraires adéquates dans le contexte africain actuel et l’engagement culturel (dont témoignent ses activités d’éditeur) et social, manifeste dans son intérêt pour l’enseignement et les thèmes récurrents de ses œuvres de création.
Bien que ses romans pour adultes, pour la jeunesse, ses polars, son essai et ses pièces de théâtre soient construits différemment sur le plan narratif, ils forment un univers cohérent dont l’unité sémantique s’élabore autour des personnages en constante mobilité. Ainsi, une lecture attentive de ses différents textes permet de montrer, par exemple, que les frontières entre les deux champs – littérature populaire et littéraire dite lettrée– paraissent, à bien des égards, assez difficiles à tracer. Car chacun de ses textes interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et puise dans la bibliothèque de la littérature africaine et mondiale, dès son premier roman, Le Prix de l’âme (1981), qui s’inscrit en même temps dans la foulée des romans africains des années 1970-80.
Comme pour d’autres écrivains africains contemporains qui privilégient une écriture hybride, la véritable originalité de l’œuvre de Konaté réside dans le traitement des thèmes (la pluralité des visions du monde, le rôle des religions, les injustices et abus de pouvoir, l’éducation et les valeurs de la jeunesse, etc.) qui créent un réseau cohérent mais multiforme, étayé d’un tissage constant d’inter/intratextualités. Les multiples portraits que ses textes brossent, par exemple, du savant et du sage, des jeunes, du justicier, du vengeur et des figures de la violence (des criminels), etc., font non seulement de ces personnages un lieu d’articulation où se joignent les faisceaux du politique et de l’esthétique, mais permettent aussi d’approcher de plus près la réalité des sociétés africaines actuelles.
Par ailleurs, lors de ses différents entretiens[2], Konaté défend l’édition en Afrique. Professeur au lycée pendant plusieurs années, il démissionne au début des années 1990 de son poste de professeur de français pour se consacrer entièrement à l’édition et à l’écriture. Il deviendra d’abord conseiller littéraire chez Jamana, édition créée en 1986 par Alpha Oumar Konaré et sa femme Adame Ba Konaré, avant de fonder en 1997, à Bamako, sa propre maison d’édition, Le Figuier[3], qui publie des livres en langues maliennes. La création de cette maison d’édition traduit non seulement une volonté culturelle, mais vise aussi à mettre à la disposition des jeunes du Mali des livres qui parlent de leur quotidien. Se confirme ainsi, concrètement, la visée didactique qui se dégage des œuvres de création de Konaté et le caractère innovateur du polar africain.
En effet, alors que le discours de la critique tend encore bien souvent à stigmatiser les genres populaires comme frivoles ou même aliénants, Konaté (et d’autres auteurs africains de polars) leur confère une fonction d’éducation publique et d’espace de rencontre susceptible d’alimenter les débats d’actualité. Et la dimension transculturelle de ses textes (dans les formes et les thématiques) y participe : tandis que, en guise d’études transculturelles, la critique ne retient le plus souvent que la « trans »-culturation entre l’Occident et l’Afrique, l’écriture de Konaté illustre la transculturalité vécue au quotidien, en Afrique, depuis les temps les plus anciens, complexifiée par la rencontre avec la modernité occidentale. À travers l’œuvre d’imagination de Konaté, se décline ainsi, parmi d’autres, une didactique de la tolérance dans un contexte où les conflits ethniques et religieux perdurent. L’heure n’est plus au panafricanisme idéalisant : à chaque nation, chaque peuple, chaque communauté de gérer ses propres diversités.

Aussi ce numéro s’intéressera-t-il, à travers des approches variées, à l’analyse de cette œuvre riche et dense qui n’a jusqu’à ce jour fait l’objet d’aucune étude critique majeure. Outre les formes de continuité, les analyses se consacreront aux aspects thématiques et esthétiques de l’œuvre : intertextualités, poétique des genres, constructions thématiques, configuration des personnages, géopoétique, textualisations du discours social, inscription du savoir culturel dans la fiction, etc., pour mieux saisir la construction de cet imaginaire de l’Afrique plurielle chez Konaté. Ainsi, ces analyses permettront non seulement de combler une lacune, mais chercheront aussi à baliser l’ensemble de l’œuvre de Konaté.

Les intéressés sont priés d’envoyer leur proposition d’une longueur de 250 à 300 mots suivie d’une notice bio-bibliographique à l’adresse suivante : revueel@lit.ulaval.ca

Date limite pour les propositions d’articles : 30 août 2019

Date limite pour la soumission des articles : 15 août 2020

[1] Séwanou Dabla, Les Nouvelles Écritures africaines : les romanciers de la seconde génération, Paris,  L’Harmattan, 1986, p. 49.

[2] Voir Philippe Mangeot, « Le choix africain. Entretien avec Moussa Konaté », Vacarme, n° 16 (2001), p. 68-69 ; Tirtbankar Chanda,  « Entretien avec Moussa Konaté, écrivain-éditeur », Notre librairie, n° 135 (1998), p. 35-40.

[3] De 2001 à 2011, Konaté a codirigé, avec Michel Le Bris, le festival littéraire et culturel « Étonnants voyageurs ». Il a également créé à Limoges, en France, une autre maison d’édition, Hivernage, qui diffuse ses livres publiés chez Figuier en France et en Europe.

Revue Études littéraires
Département de littérature, théâtre et cinéma
Pavillon Louis-Jacques-Casault
1055 avenue du Séminaire
Université Laval, Québec (Québec)
Canada G1V 0A6
revueel@lit.ulaval.ca
(418) 656-2131 poste 7844 https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/
www.etudes-litteraires.ulaval.ca
facebook.com/etudeslitt

AAC: Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Du 4 au 6 mai 2020, l’Université de Lausanne (Suisse), par sa Faculté des lettres, accueillera le colloque international et interdisciplinaire : Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir.

Délai d’envoi des propositions : 6 septembre 2019.

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

A l’heure où les questions de parité et de représentation féminines occupent le devant de la scène sociale et politique, à l’heure où les stéréotypes de genre sont dénoncés au niveau planétaire, il paraît essentiel de questionner les discours portant sur les représentations des voix et des personnages féminins subsahariens. Ce colloque international « Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir » entend fédérer plusieurs types de savoirs touchant aux humanités, tels que le pratiquent les Studies (littérature, genre, histoire, philosophie, cinéma, anthropologie, …). Le titre « Africana » est conçu comme une invitation transversale afin de réfléchir sur un ensemble de représentations et de savoirs touchant autant des systèmes de pensée, des événements ou des actes esthétiques impliquant des Africaines vivant sur le continent ou issues d’une diaspora.
La littérature est un des lieux où se pense le monde réel ; elle crée, grâce à des subjectivités, des actions et des temporalités, la possibilité de questionner le monde. Ce pouvoir de la fiction motive notre volonté de mettre en évidence des « figures de femmes et des formes de pouvoir » à l’œuvre dans la littérature qui met en scène l’Afrique et ses diasporas féminines. Très dynamiques, les fictions récupèrent des stéréotypes de genre et leurs auteur.e.s s’impliquent souvent par un discours social et politique touchant autant à des pratiques locales, traditionnelles qu’aux conséquences de la migration. Ces choix concernent de nombreuses littératures dites de « subalternes », mais il nous importe de mettre en évidence comment des processus d’émancipation et de résistance se sont joués et se jouent à travers des personnages placés sur le continent africain ou parmi ses diasporas.

Les réflexions s’articulent donc à partir de nos champs de recherche dont le développement est relativement récent en Suisse, tout en bénéficiant de liens directs, depuis plus de dix ans, avec des partenaires africain.e.s dont les apports théoriques, sociétaux et expérimentaux sont fondamentaux. L’origine du projet impose de reconnaître des catégories hégémoniques européennes par rapport auxquelles s’élaborent les fictions et les discours de façon plus ou moins subversive, qu’il s’agisse de la « fétichisation » de la femme africaine ou de la façon d’aborder l’« héritage colonial » au féminin (langue, scolarisation, …). Il importe aussi de prendre en compte de nouvelles formes de pouvoir, telles la maternité et le rapport au corps, placés sous le signe de l’expérience, de l’autonomie et du choix de la filiation.
Le pouvoir est un objet aux formes multiples et nous voulons relativiser sa représentation articulée entre une soi-disant sphère publique et une autre privée : en cela, les concepts d’empowerment et d’éthique du care pourront être des relais stratégiques pour envisager les représentations – fictionnelles et matérielles – qui vont nourrir le cœur de la conférence internationale et interdisciplinaire pensée pour marquer l’importance et le développement d’un champ d’étude incontournable. La rencontre va questionner divers types de mise en récit, portant autant sur des faits concrets que des représentations symboliques. L’articulation de ces modalités de représentations permettra de définir les forces à l’œuvre quant à de nouvelles figures de femmes, soit dans notre monde contemporain, soit en créant des liens avec des époques considérées comme révolues.

Axes de réflexion

– Mises en perspective de représentations du « féminin » dans des discours – fictionnels ou non – mettant en scène l’Afrique subsaharienne et/ou ses diasporas.  
– Histoire et fictions : représentations et expériences.
– La fiction, souvent, déconstruit des stéréotypes féminins et se joue des représentations genrées ; quelles sont les stratégies mises en place ? comment la langue et les voix fictionnelles portent-elle des choix alternatifs ? Formes du « féminin » en tant que Sujet et non pas Objet. Enjeux ? Echos ? Cet intérêt peut être élargi à d’autres domaines des Humanités
– Cadrages sur des « figures de femmes » et relations – nouvelles – à diverses formes de pouvoir : qu’il soit régalien ou autre. Il s’agira d’inclure à la réflexion les usages de l’empowerment et de l’éthique du care (en tant que reconnaissance affective qui n’est pas une charité mais du politique).
– Envisager des formes alternatives d’engagement par le biais de la résistance. Imbrication sexe-race-classe.

Mots clefs

 Esthétique – Poétique – Fiction (roman, poésie, théâtre, vidéo, …) – Histoire – Colonialisme – Scolarisation – Subaltern studiesPostcolonial studiesDecolonial studies Gender studiesAreas studies – Arts vivants (performances) – Arts (photographie, peinture, …)  Afrique – Europe – Diaspora – Altérité – Hybridité – Résistance – Féminismes – Postféminisme – Empowerment – Ethique du care.

******************

Merci de soumettre votre proposition en français (titre et descriptif de 500 mots maximum, format pdf), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, d’ici au 6 septembre 2019. Elle doit être envoyée aux responsables de l’organisation à l’adresse courriel : peall@unil.ch

Le comité scientifique rendra réponse en novembre 2019. L’organisation prendra en charge le séjour des intervenants durant le colloque, mais il est nécessaire de chercher un financement auprès de son institution de rattachement pour le déplacement en Suisse.

Comité scientifique :

  • Prof. Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne)
  • Prof. Valérie Cossy (Université de Lausanne)
  • Prof. Catherine Mazauric (Université Aix-Marseille)
  • Prof. Coudy Kane (Université Cheikh Anta Diop, Dakar)
  • Prof. Koutchoukalo Tchassim (Université de Lomé)
  • Prof. Xavier Garnier (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
& Pôle pour les études africaines de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) :  https://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines    

AAC: Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques

Colloque International: “Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques”

30 octobre – 1 novembre 2019

Howard University – Washington, DC

Conférencière principale: Dr. Dellita Martin-Ogunsola

Invité-e-s: Shirley Campbell (Costa Rica), Marie Célie Agnant (Haiti/Québec), Ángela Nzambi (Guinée Équatoriale), Cristina Cabral (Uruguay/USA), Erik O. Rubio (Peintre afro-cubain)

Propositions (en français, anglais, espagnol et portugais) à envoyer à: howardconference2019@gmail.com

Date limite d’envoi: 15 juin 2019

 Contact: Dr. Clément A. Akassi, Président du Comité d’Organisation, cakassi@howard.edu

Pour plus détails sur les propositions de communication, veuillez consulter/visiter notre site web, https://cakassi.wixsite.com/howardconference et cliquer sur “Call for Papers”

CALL FOR PAPERS FLYER FRENCH UPDATED

AAC: La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

COLLOQUE INTERNATIONAL

La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

Université de Lomé, 29, 30 et 31 janvier 2020

——-

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 15 septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes : codirel@hotmail.com et codirel@univ-lome.tg

Le présent colloque se veut une rencontre d’échanges et un bilan général de la littérature togolaise, à l’instar des journées d’étude organisées par le CoDIReL en 2013, 2014, 2015 et 2016, qui ont abouti à la publication de Littérature togolaise. Discours et figures d’autorité (2018, Éditions Continents).
L’objectif du colloque est de cerner de plus près les productions littéraires nationales et d’ouvrir des pistes pour un accompagnement théorique, critique et éditorial efficient de celles-ci. Nous optons pour un dépassement des polémiques qui ont agité la réflexion exégétique au sujet de la reterritorialisation des littératures africaines, pour concevoir chaque littérature nationale comme une sous-entité entretenant un rapport, non plus d’opposition, mais d’inclusion avec d’autres littératures nationales et l’entité fédératrice (littérature africaine). Ainsi le concept de « littérature nationale » acquiert une dimension pragmatique,en ce sens qu’il permet la prise en charge d’un corpus d’œuvres situées ou non dans un même espace géographique et partageant, sur la base de la quête de valeurs et d’aventures esthétiques, un fonds d’imaginaire social et psychologique lié à l’origine commune des auteurs.
À ce titre, la littérature togolaise, comme champ de recherche académique,nécessite une approche rigoureuse. La léthargie qui a souvent prévalu sur ce chantier – en dépit de quelques initiatives appréciables – est fondamentalement liée au caractère épars ou hétérogène du répertoire, et au déficit d’études critiques. On peut envisager ces deux problèmes tant du point de vue quantitatif que qualitatif.Quel que soit l’aspect considéré, la question qui resurgit est celle de savoir quels liens existent entre la conscience nationale et l’imaginaire collectif tel qu’il se reflète dans les œuvres littéraires. On assiste depuis deux décennies à un regain d’enthousiasme – réel quoique mitigé – dans la prise en charge de cette littérature. Cet éveils’observe chez tous les acteurs de la chaîne du livre (auteurs, lecteurs, éditeurs, promoteurs, mécènes, libraires, critiques, etc.) Au-delà du constat, il importe d’orienter la réflexion vers la recherche de solutions pratiques visant à harmoniser des dynamiques, afin de soutenir l’engouement autour de l’objet livre et de la création littéraire.

Les contributions devront s’inscrire dans les axes suivants :

Axe 1 : L’histoire littéraire

Les réflexions inscrites dans cet axe porteront sur la taxonomie, la périodisation, la question des supports du livre,l’évolution historique des genres et des formes littéraires, la problématique genre et l’expression littéraire féminine, les relations entre la littérature et l’histoire, les rapports de pouvoir et d’influence témoignant de l’existence d’un champ littéraire, etc. Quelques réflexions appréciables ont pu jeter des bases sur chacune de ces orientations thématiques. Le besoin d’un travail plus approfondi se fait cependant ressentir. Il s’agira, entre autres tâches, de capitaliser l’existant à partir d’une bibliographie quasi-exhaustive, de réaliser une critique serrée des sources, d’opérer des choix méthodologiques pertinents et d’élaborer une histoire littéraire cohérente.

Axe 2 : La poétique                                                                

Autant l’histoire littéraire vise à faire ressortir les forces et les faiblesses de la littérature existante, autant la poétique peut en tirer des orientations pour la littérature vivante, celle qui continue de s’écrire. Le but de la poétique est de saisir les harmoniques du discours, de révéler au texte littéraire sa beauté et sa pertinence historique, mais aussi d’interroger ses limites thématiques et esthétiques.On pourrait également s’intéresser à d’autres champs de la poétique comme la poétique des valeurs, la géopoétique, etc.

Continuer la lecture de AAC: La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

CFP: European Peripheries in the Postcolonial Literary Imagination

European Peripheries in the Postcolonial Literary Imagination

Call for Articles
for a special issue ofJournal of Postcolonial Writing (spring 2021)
ed. by Janine Hauthal & Anna-Leena Toivanen

(deadline for extended abstracts: 30 April 2019; for articles: 1 Dec 2019)

For the special issue publication we ask contributions of no more than 7,000 words in English. The deadline for articles is 1 December 2019. Please send an extended abstract of 500 words and a 100-word author bio to Janine Hauthal (janine.hauthal@vub.be) and Anna-Leena Toivanen (anna-leena.toivanen@uef.fi) by 30 April 2019. Potential contributors should bear in mind that submitting the special issue to the peer-reviewed Journal of Postcolonial Writing will result in a two-stage review process for full essays, first by the editors of the special issue (Hauthal & Toivanen) and then by external reviewers.

European metropolises such as London and Paris have played a prominent role in the production and critical evaluation of postcolonial writing in recent decades (see e.g. McLeod 2004; Adesanmi 2005; Kuietche Fonkou 2010; De Souza & Murdoch 2013; Perfect 2014; Amine 2018). From The Lonely Londoners to Brick Lane and Londonstani, and from Mirages de Paris to Le paradis du nord and Le petit prince de Belleville, postcolonial subjects have inscribed themselves into the literary imagination by rewriting European cityscapes from a migrant/diasporic perspective, and thus have drawn attention to the ways in which Europe itself is postcolonial (Schulze-Engler 2013). However, as postcolonial mobilities keep diversifying, non-metropolitan locations in the UK and France, cities in countries with no direct involvement in colonialism, rural areas, or islands situated on the fringes of Europe have increasingly found their way into the postcolonial literary imaginary.

Examples of such an engagement with peripheral spaces include, for instance, the Scottish countryside in Leila Aboulela’s The Kindness of Enemies, the Portuguese village of Mamarrosa in Monica Ali’s Alentejo Blue, Edinburgh in Tendai Huchu’s The Maestro, the Magistrate and the Mathematician, Lyon in Tierno Monénembo’s Un rêve utile, the Spanish enclaves in Marie NDiaye’s Trois femmes puissantes as well as the British North in Caryl Phillips’s The Lost Child. Contesting postcolonial in/visibilities in peripheral locations and, in some cases, challenging the evaluative stance which associates peripheral spaces with backwardness, stagnation, and neglect, these examples show that the portrayal of European peripheries by postcolonial authors can widen our understanding of ‘postcolonial Europe’ by drawing attention to the ways in which the continent that postcolonial theories regularly conceive as a centre is internally divided into centres and peripheries. Therefore, this special issue aims 1) not just to complement the predominantly urban focus of postcolonial criticism but 2) also to re-think the notion of periphery in postcolonial theory.

Periphery – as a spatial location and socio-cultural formation – is a concept that relies not only on the idea of unequal power structures between centres and margins, but also on that of connectivity and relatedness (Peeren, Stuit, & Van Weyenberg 2016; Ameel, Finch, & Salmela 2015). This conceptual complexity shows for instance in the way in which peripheries’ relations to centres are often marked by a mixture of admiration and hostility. Peripheries are constructed and valued through their relations to centres. While central metropolitan settings are frequently seen as sites of transculturation and cosmopolitanization, the concept of periphery easily evokes the concept of provincialism. Milan Kundera (2007) defines provincialism as an “inability (or the refusal) to see one’s own culture in the large context.” As such, provincialism can be understood as an anti-cosmopolitan attitude which is also closely linked to postcolonial amnesia. Yet, while peripheral spaces are often informed by their uneasy relations with centres, it should be acknowledged that they “emerge from specific contexts or encounters and can therefore neither be understood as necessarily nostalgic or reactionary nor as inherently progressive” (Peeren, Stuit, & Van Weyenberg 2016, 3).

Continuer la lecture de CFP: European Peripheries in the Postcolonial Literary Imagination

AAC : Migrations, traversées et intégrations

Revue Éthiopiques

Appel à communications pour le n°102, 1er semestre 2019

Le prochain numéro d’Éthiopiques dont le thème est Migrations, traversées et intégrations, a pour objectif de susciter des réflexions multidisciplinaires sur les enjeux et les conséquences des phénomènes migratoires contemporains depuis les logiques sociales qui produisent l’émigration, aux formes de recomposition des collectifs remettant en jeu les questions d’appartenance, de frontières et d’intégrations, en passant par la traversée et ses périples. Les échanges, les migrations, les déplacements de population – qu’ils fussent volontaires ou forcés – ont de tout temps marqué la construction du monde, mais elles se sont développées sous une forme spécifique avec la naissance et le développement du capitalisme.
Les migrations, qui ont toujours existé au cours de l’histoire de l’humanité sont devenues une réalité structurelle dans un monde globalisé. Bien qu’elles concernent aujourd’hui une personne sur sept sur Terre et sont de plus en plus diversifiées, multiples et complexes, tant par leurs motifs et leurs origines que par leurs trajectoires, elles restent pourtant mal comprises, volontiers caricaturées, et surtout souvent réprimées, tant au Nord qu’au Sud, si bien qu’aujourd’hui, la réalité dans laquelle nous vivons – dans ce premier quart du vingt-et-unième siècle – est marquée par la tragédie de la migration, comme résultante de la globalisation du monde, de ses conflits, de sa misère et de sa pauvreté. Loin de conduire les États concernés à repenser leurs modalités d’accueil et de gestion des flux, les frontières se sont « renforcées ». La multiplication des dispositifs de contrôle enserre l’expérience des personnes concernées générant, à toutes les étapes de leurs parcours, des situations de blocage et d’immobilité sociale et spatiale. Le migrant dérange, inquiète, oblige à construire des murs, à repenser les frontières, à réveiller les pires fantômes de l’histoire.

Dans ce contexte d’une dramatisation sociopolitique des phénomènes de mobilité, les migrations sont présentées comme autant de déclencheurs de crises sociétales, engendrant une exacerbation des tensions entre les « établis » et les groupes et individus nouvellement arrivés.
La criminalisation du migrant, dans les faits et dans l’opinion, encourage les traites clandestines, les réseaux d’exploitation et exacerbe les difficultés d’intégration. Face à la complexité, au Nord comme au Sud, des causes et des effets culturels, socio-économiques et politiques des déplacements de populations (dont l’essentiel a lieu entre pays du Sud), leur appréhension requiert de profonds changements de perspective dans l’approche du fait migratoire comme réalité socio-historique et thématique scientifique. Le phénomène migratoire , comme recomposition spatiale et sociale des relations individuelles et collectives, implique la mise en question des références et des appartenances, des ancrages et des ambitions, et conduit à interroger la gestion des relations interpersonnelles, à différentes échelles, intimes, familiales, collectives, voire communautaires, et à questionner les dispositifs politiques nationaux et internationaux chargés de contrôler et d’encadrer ces mobilités.

Ce numéro d’Éthiopiques a comme ambition de promouvoir divers angles d’approche afin de radiographier sous toutes ses faces le fait migratoire par un examen en amont comme en aval des circonstances de départ dans les pays d’origine, des motifs qui poussent à partir, mais aussi des réactions des Etats et des sociétés d’accueil, et des difficultés d’intégration.
Il importe d’examiner quels imaginaires migratoires précèdent les voyages et quelles motivations animent les familles à entreprendre la migration de leurs enfants, mais également comment s’ancrent et s’organisent les politiques publiques d’accueil et d’intégration, et enfin comment les trajectoires des migrants sont elles aussi modelées selon les origines, les parcours antérieurs à la migration, le sexe, l’âge, le contexte de l’arrivée, la culture, les facteurs économiques, etc. Les flux migratoires, liés à des réalités géopolitiques et sociales, défient ou restructurent les frontières politiques, linguistiques et historiques entre pays d’accueil et pays d’origine, et appellent un renouvellement des approches prenant en compte la diversification et la complexification des phénomènes actuels de mobilité humaine.

Axes d’analyse

  1. Littérature et art

-Représentation de la migration et du migrant dans la littérature, les arts et le cinéma
– Stratégies et formes narratives du récit migratoire
– La mise en fiction romanesque ou cinématographique de la traversée (mer, désert, barbelé)
– Caractéristiques narratives et spatio-temporelles des fictions portant sur la migration
– La migration et sa mise en scène : télévision, cinéma, musique, photographie, arts visuels, techniques du corps.
– Récit de la post-migration : tracasseries policières – misère – crainte de l’expulsion
– Mise en fiction des questions d’exclusion et d’intégration, des phénomènes communautaristes et diasporiques.
– La migration en héritage.
– Mise en scène d’identités dynamiques des jeunesses actuelles infléchies par la migration des générations antérieures.

  1. Philosophie, anthropologie

– Intégration – exclusion et processus identitaires.
– Initiatives associatives et politiques publiques d’accueil et d’intégration.
– Inter culturalité, diversité et communautarisme.
– Clivages raciaux, culturels et religieux, conflits, violences et radicalisation.
– Libération et progrès humain, construction de soi, espérance, résilience.
– Globalisation et souveraineté
– Développement solidaire, développement durable
– Insécurité, djihadisme, terrorisme

Envoyer votre article à : senghorf@orange.sn

L’article ne doit pas dépasser 25000 signes.

Date limite : le 31 mars 2019

AAC: World Literatures and the Global South 2019

Annonce publiée par le Bulletin du CIEF

APPEL À COMMUNICATIONS

Annonce envoyée par *Darren The School of Languages and Cultures World Literatures and the Global South 2019
Lieu: The University of Sydney, Australia
Date butoir pour envoyer les propositions : 11/02/2019
Date butoir pour envoyer les articles:
Ces articles doivent être envoyés à Svanfelds, Darren, world-literatures.conference@sydney.edu.au

World Literatures and the Global South 2019 – Call for Papers 23–25 August 2019

The School of Languages and Cultures at the University of Sydney, the Australian Studies Centre at Peking University and the World Literature Association jointly call for contributions to the third international congress of the World Literature Association under the title: “World Literatures and the Global South”, to be hosted at the University of Sydney from 23 August to 25 August 2019.

World literature studies have been defined as the exploration of a ‘global system of literary production, dissemination, and evaluation beyond Europe and its former colonies’ (Park and Habjan, 2017). Acknowledging the existence and consequences of a Eurocentric focus in national and comparative literary studies, world literary studies examine literary productions globally, alongside the networks, platforms (including digital) and market forces that drive or hinder their dissemination. Yet world literature studies still face constraints imposed by a tendency to place English and the Anglophone world at the centre of literary networks and afford them the most academic prestige. This international conference seeks to engage with literatures in their own languages as well as in translation.

Through its focus on the ‘Global South’, and on the transnational and postcolonial perspectives implied by the term, it will bring together writers and academics, giving equal billing to streams in English, Chinese, Arabic, French, Indonesian/Malay and Spanish. We invite contributions about literary production on/from the Global South and on the concepts of world literature(s) and the Global South, two widely discussed notions that – far from having fixed and universally accepted definitions — are continuously being debated and re-defined. Australia, shaped by its colonial history and by its multiethnic, multilingual and transnational population, bears an ambiguous relationship to the Global South, making it an ideal location to explore and interrogate these two unsettled terms.

Proposal themes Contributions should focus on the following questions and themes:

1. Imagining the Global South/Writing from the Global South What are the dominant past and present representations and narratives from and of the Global South? How do literary productions from the Global South participate in renewing and challenging existing Western and Eurocentric representations? What world views and perspectives on world issues, including Western societies, emerge from literatures of the Global South?

• (Re)Inventing the Global South

• Self-representations of the Global South

• Representations of the ‘West’ and the ‘North’ in literatures from the Global South

• Global perspectives on/from the South

• Real and imagined spaces

2. Transnational literatures How do world literatures move away from a nation-based understanding of literary production and what models do they assert in its place? What are the historic and emerging modes and methodologies for acknowledging, assessing and exploring transnational literatures?

• Travel, translation and translatability of cultures

• Multilingual writers

• Exophonic writing

• Diasporic literatures

• Literary migrations and networks

3. The Global South, world literatures and global market forces In what ways are world literatures enriched and/or affected by globalisation in its various forms, notably political, cultural, financial, social, environmental? How is the present surge of nationalism and populism across the globe represented in contemporary world literatures? What is the place of world literatures from the Global South in an increasingly digital world?

• Ecocriticism from the Global South

• Science fiction from the Global South

• New media in the Global South

• Digital platforms, new genres and world literatures

4. Beyond world literatures What dialogues, interactions and conflicts characterise relationships between world literatures from the Global South and other art forms (e.g. film, visual art, music, dance, etc.)? How do these productions participate in challenging traditional understandings of genres and forms? What are potential new generic and formal avenues offered by contemporary literatures from the Global South?

• Global South and film adaptations of literary texts

• The Global South through iconotexts

• Global South across disciplines

Submission of proposal is open now and will close on 11 February 2019

You can send your abstracts to the following email address: world-literatures.conference@sydney.edu.au

Registrations opening soon

Conference sponsors Sydney Southeast Asia Centre University of Sydney China Studies Centre

For all enquiries, contact us: world-literatures.conference@sydney.edu.au