Archives de catégorie : Appels à contributions

AAP: REAF 2022

Ouverture de l’appel à ateliers pour les 7es Rencontres des Études africaines en France

Elles se tiendront à Toulouse du 28 juin au 1er juillet 2022.
Une thématique transversale est proposée – « Circulations dans les Afriques, #Afriques en circulation » – ainsi que des ateliers ouverts aux actualités des recherches en études africaines
Date limite : 1er décembre 2021
Rendez-vous vite sur le site des REAF : https://reaf2022.sciencesconf.org/

AAC: Autour de Tierno Monénembo, écrivain

Colloque international
Autour de Tierno Monénembo, écrivain

ACFAS, Université Laval, du 9 au 13 mai 2022
Josias Semujanga (Université de Montréal)
Adama Togola (Université McGill)

Les propositions de communications (25 lignes maximum) accompagnées d’une brève notice bio- bibliographique seront envoyées à josias.semujanga@umontreal.ca et adama.togola@mail.mcgill.ca, au plus tard le 15 janvier 2022.

Lire l’appel à communications : Autour de Tierno Monénembo

AAP: Langues, littératures et politiques

Appel à communications pour le Congrès de l’AFSSA (Association for French Studies in Southern Africa)

qui se tiendra (en présentiel et en ligne) à l’Université du Witwatersrand, Johannesburg les 1,2, et 3 décembre 2021.

La date limite pour l’envoi des propositions a été prorogée au 15 septembre 2021.

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesbourg, Afrique du Sud

les 1, 2 et 3 décembre 2021

Argumentaire :


La montée de mouvements nationalistes en Europe, l’augmentation des flux migratoires, la crise écologique et les inégalités sociales croissantes, sont parmi des préoccupations pressantes qu’on connait aujourd’hui. Elles se situent au centre des débats qui augurent une nouvelle ère dans les engagements politiques et les reconfigurations idéologiques. Ces positionnements invitent à une réflexion renouvelée sur les liens entre littératures, langues et politiques. Le présent colloque, qui se décline selon les axes « littératures » et « langues » conformes aux études francophones, tente de réfléchir aux nouvelles formes d’engagement dans le domaine des études littéraires, de la sociolinguistique, de la didactique et de la traduction.

Continuer la lecture de AAP: Langues, littératures et politiques

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
26-27-28 avril 2022

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 30 octobre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

AAC: Anthologies mondiales et littératures africaines

Appel à contributions pour un ouvrage collectif

Anthologies de littérature mondiale en français et littératures africaines

Les propositions en français de 400 mots maximum, accompagnées d’une brève notice biobibliographique (150 mots maximum), sont à envoyer à ngadimaissa [at] outlook.com avant le 30 mai 2021. Notification de l’acceptation : 15 juillet 2021. Les articles définitifs (d’une longueur de 6000 mots maximum) seront à remettre avant le 10 décembre 2021.
Les articles seront soumis à une évaluation en double aveugle.

Consulter l’appel à contributions (pdf) : AAC-Anthologies de littérature mondiale en francais

AAC: L’œuvre d’Ananda Devi entre l’Orient et l’Occident

L’œuvre d’Ananda Devi entre l’Orient et l’Occident

Appel à contribution

Revue Romanica Silesiana, 2022 : no 1 (21)

  • Les propositions de contribution d’environ 300 mots (en français ou en anglais) accompagnées d’une courte notice biographique devront être envoyées avant le 15 mai 2021 aux adresses suivantes : (jarosz.km@gmail.com et andrzej.rabsztyn@us.edu.pl)
  • La réponse du comité de lecture sera communiquée à toutes les personnes intéressées avant le 22 mai 2021.
  • Délai final du dépôt de textes dont l’ampleur ne dépassera pas 25000 signes (espaces compris) : 23 août 2021.

En publiant sous le nom d’Ananda Devi, Ananda Devi Anenden est devenue, au cours de trois dernières décennies, le plus grand écrivain de l’Île Maurice, son pays d’origine, ainsi que de toute une partie sud-ouest de l’Océan Indien, immense région dans laquelle se croisaient autrefois les influences politiques et culturelles hollandaise, française et anglaise, en se superposant à – et parfois même en se laissant submerger par – un substrat africain, malgache, indien et chinois et en créant par là des amalgames linguistiques, culturels, culinaires et ethniques d’une grande originalité et richesse.
Lauréate de maints prix prestigieux pour son œuvre fort appréciée et étudiée au monde entier, depuis 1989, Ananda Devi vit à Ferney-Voltaire en France. Pendant ces trente dernières années, tout en travaillant comme traductrice à Genève, l’écrivaine construisait son univers imaginaire reconnaissable entre tous, en publiant, surtout en France, une douzaine de romans, trois recueils de poèmes et quatre recueils de nouvelles.
Plusieurs de ses romans sont accessibles en anglais, hindi, slovène, roumain, bulgare, portugais, polonais, allemand, espagnol, italien, suédois et en d’autres langues vers lesquelles on ne cesse de les traduire.

Continuer la lecture de AAC: L’œuvre d’Ananda Devi entre l’Orient et l’Occident