Archives de catégorie : Appels à contributions

AAC: Autour de Tierno Monénembo, écrivain

Colloque international

Autour de Tierno Monénembo, écrivain

ACFAS, Université de Montréal, du 8 au 12 mai 2023

Josias Semujanga (Université de Montréal)
Adama Togola (Université McGill)

Les propositions de communications (25 lignes maximum) accompagnées d’une brève notice bio- bibliographique seront envoyées à josias.semujanga [apud] umontreal.ca et adama.togola [apud] mail.mcgill.ca, au plus tard le 15 janvier 2023.

Appel Autour de Tierno Monénembo

CfP: social media and Afrophone literatures

Social Media as New Canvas, Space and Channel for Afrophone Literatures

Organized by Uta ReusterJahn (Hamburg University), Umma Aliyu Musa (Hamburg University), Abdalla Uba Adamu (Bayero University, Kano, Nigeria), Stephanie Bosch Santana (UCLA, USA)

The symposium will take place online, from 2224 February 2023.
Participants are asked to provide rerecorded presentations of 20 min length before the symposium.

Deadlines

  • Submission of Abstract: September 15, 2022
  • Notification of acceptance: October 15, 2022
  • Deadline for submission of papers and presentations: January 15, 2023

Please send your abstract to afrodigit2022@gmail.com

CfP-Afrophone literatures & social media-July 2022

AAC/CFP: Humains et non-humains dans les arts de la parole en Afrique

Narrativités et poétiques environnementales à l’aube de la crise climatique

14e Colloque d’ISOLA (International Society for the Oral Literatures of Africa)

Paris, France, 4-8 juillet 2023

ISOLA s’engage à la promotion de l’excellence académique. Les communications et panels proposés devront défendre une thèse bien définie, montrer leur familiarité avec les axes de recherches en cours, traiter du thème de la conférence et porter sur l’Afrique ou la diaspora africaine. Les langues de travail sont l’anglais et le français.

Les résumés, comptant 500 mots maximum, complétés du nom de l’auteur(e), de l’institution à laquelle il/elle est affilié(e), d’une adresse email et d’une brève biographie, devront être déposés dans les deux langues sur le site du colloque : https://isola14.sciencesconf.org
Date limite de réception des résumés : 15 décembre 2022

CFP ISOLA 2023 frs

CFP ISOLA 2023 en final

AAC/CFP: Amos Tutuola, une œuvre à ressaisir

« Writer, Scrawler and Blunderer » : Amos Tutuola (1920-1997), une œuvre à ressaisir

Tours, 16 et/ou 17 novembre 2023

  • Organisation : Guillaume Cingal, Sylvie Humbert-Mougin, Yannick Séité
  • Comité scientifique : Guillaume Cingal, Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne), Mathilde Rogez (Université de Toulouse Jean-Jaurès)

Les propositions de communication (résumés de 300 mots environ, avec courte biographie / affiliation institutionnelle) doivent être envoyées avant le 31 octobre 2022 à Guillaume Cingal : cingal [apud] univ-tours.fr

Le titre de cette journée d’études se fonde sur une réécriture par paronymie du titre du dernier roman paru du vivant d’Amos Tutuola (Pauper, Brawler and Slanderer) : c’est là une invitation à se ressaisir de cette œuvre dans le contexte d’une critique post-coloniale qui n’a cessé de s’enrichir et de se diversifier au cours de ces deux dernières décennies (décolonial, écoféminisme, queer theory…).
Il semble donc nécessaire de reconsidérer l’ensemble des textes de Tutuola, en tenant particulièrement compte de sa postérité et de ses ambivalences.
Voici donc quelques pistes de réflexion, tout en soulignant que le comité scientifique sera particulièrement attentif à des propositions relatives à des livres de Tutuola peu étudiés (dont certains sont inédits en-dehors de l’anglais) :
• 70 ans après The Palm-Wine Drinkard (1952) et sa traduction française par Queneau (L’Ivrogne dans la brousse, 1953) : un statut à part dans le corpus et dans la littérature nigériane
• une œuvre au carrefour : comparatismes et influences de Tutuola en Europe
• traduire Tutuola : la question de l’agrammaticalité ; doublons ; inédits ; étrangéïté et étrangèreté
• quelle postérité pour l’œuvre de Tutuola ? résurgences et crispations – comment se situent les écrivain·es africain·es (et même non africain·es) contemporain·es par rapport à cette figure singulière et problématique ?
• les liens entre les textes de Tutuola et le réalisme magique, l’afrofuturisme et l'”Africanfuturism”
• intermédialités et interculturalité : prolongements vers l’afrofuturisme nord-américain, les expressions du fait religieux et surnaturel dans la Caraïbe, la “reprise” musicale de textes de Tutuola
• identités et genres : l’écriture de Tutuola est-elle non-binaire et queer ?

AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

Colloque en ligne

15-16 décembre 2022

NaKaN. Revue d’études culturelles

En partenariat avec le Centre Universitaire de Mayotte

Processus de sélection et calendrier :

  • 15 septembre 2022 : envoi des abstracts et notices biobibliographiques

Les propositions de contribution devront comporter un titre et un résumé d’environ 400 mots maximum (en français ou en anglais). Elles devront être assorties d’une brève notice biobibliographique, n’excédant pas 150 mots.

  • 15 octobre 2022 : notification d’acceptation ou de refus des propositions aux auteurs
  • 15-16 décembre 2022 : Colloque en ligne

Contact

Les propositions de résumés, assorties d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer au 15 septembre 2022 à nakandecolonial@gmail.com Pour toute information nécessaire, merci d’adresser un email à nakanjournal@gmail.com.

Argumentaire et axes

Les inquiétudes sur les dégradations environnementales jouent un rôle majeur dans la pensée contemporaine, tant dans la prise en considération du futur des écosystèmes que tant dans la nécessité de sortir du paradigme eurocentriste, car l’écologie est bien l’affaire de tous.  C’est pourquoi le concept d’écologie décoloniale s’attèle à renverser ce paradigme, tout en soutenant la possibilité d’une action collective apte à pa/enser la fracture du vivre ensemble en vue de préserver le monde naturel. De ce fait, le chercheur martiniquais Malcolm Ferdinand s’est consacré à penser l’écologie depuis le monde caribéen, car « par ses imaginaires créoles de résistance et ses expériences de lutte (post)coloniales, la Caraïbe permet une conceptualisation de la crise écologique associée à la quête d’un monde défait de ses esclavages, de ses violences sociales et de ses injustices politiques (Ferdinand 2019, 13). Cette écologie décoloniale se construit sur le constat d’une double fracture coloniale et environnementale logée au cœur de la modernité, laquelle a trop longtemps dissocié la question écologique de la question coloniale, en ignorant les injustices sociales, politiques et raciales. En effet, les différents discours des colonisés, leurs récits et leurs penseurs ont souvent déconstruit la domination coloniale au détriment de la question environnementale et animale. La thèse de Ferdinand peut cependant être nuancée grâce à l’émergence d’intellectuels, notamment africains, qui mènent depuis plusieurs années une réflexion sur cette double articulation. À cet égard, le penseur sénégalais Felwine Sarr, dans son essai Habiter le monde (2017), critique les politiques destructrices du monde qui, selon l’historien politologue camerounais, Achille Mbembe, prennent tantôt la forme de « politiques de l’inimitié » (2016), tantôt celle de « brutalisme » (2020). Face à la rhétorique guerrière, égoïste et cynique du politique, note Sarr, se développent dans les marges des relations faites de solidarité et de réciprocité. Or, le défi posé à l’heure actuelle est précisément de construire un monde inclusif qui repose sur de nouvelles relations entre les humains et des interactions plus positives entre les humains et le monde naturel.

Continuer la lecture de AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

AAC: Utopies africaines / Afrodystopie

Colloque international Utopies africaines / Afrodystopie. Représentations littéraires, médiatiques et culturelles

Université Bordeaux Montaigne, 28-30 juin 2023

U. Bordeaux Montaigne, U. Bayreuth, U. Lausanne

Les propositions de communication (en format Word) d’environ 400 mots maximum sont à envoyer avant le 30 novembre 2022 aux trois organisateurs :

  • Mbondobari Sylvère, Professeur, Université Bordeaux Montaigne (France). sylvere.mbondobari [apud] u-bordeaux-montaigne.fr
  • Fendler Ute, Professeure, Université de Bayreuth (Allemagne). Ute.Fendler [apud] uni-bayreuth.de
  • Ngadi Laude, Enseignant-chercheur, Université de Lausanne (Suisse). laudengadi [apud] gmail.com

Colloque_2022_Utopies_dystopies_Def

CFP: ECAS 2023 African Futures

ECAS9 2023, 31 May – 3 June 2023

University of Cologne “African Futures” aims to explore the continent’s critical engagements with the past, present, and future of Africa’s global entanglements. 

Dear Colleagues

We are happy to announce that the Call for Panels is now open for ECAS2023 ‘African Futures’ conference in Cologne, Germany and will close on 3 October 2022. All panel proposals must be submitted via the online form: we do not accept proposals made by email!
Please read the theme, then all the instructions on the Call for Panels page and submit your proposal. The Call for Papers will open once the panels have been selected on 12 December 2022.

See you in Cologne next summer!
ECAS2023 conference organisers

African Futures

“African Futures” aims to explore the continent’s critical engagements with the past, present, and future of Africa’s global entanglements. The continent has been characterized as a laboratory of the future, as the last frontier of capitalism, with living realities based on concepts and practices of multiplicity, circulation, and flexibility. While the West appears to be self-provincializing, Africa is expanding. Africa is on the move – it always has been.
Grand narratives about Africa have always been characterized by controversial visions of its future. The current optimistic outlook that celebrates “Africa rising,” and the emergence of new African middle-classes, is countered by warnings of a new scramble for Africa. Local modernist visions are presented as expressions of renewed African self-confidence, but also denounced as utopian dreamscapes that tend to ignore complex contemporary realities. Increasingly, the continent is perceived as an experimental field for global tomorrows.
Future-making projects impact contemporary Africa’s ecologies, economies, and societies, capturing the imaginations across multiple social positionalities. A key conceptual question in need of empirically grounded answers is: What constitutes the future? While Africa is intimately bound up with central narratives about the future, critical new questions have arisen about whose future is being referred to and how these visions are to be put into practice.
The conference theme thus invites reflections on the role of contingency in the world, including current and past notions of imagination, emergence, projection, vision, and speculation. The topic bears a paradox: The future is ambiguous because it is uncertain, unknown, and open; but the future is not completely contingent, as it emerges out of specific pathways, past and present. While some futures appear to be more likely than others, alternative futures compete to shape the present. Elaborate visions of time – past, present and future – may occur in art or politics, or embodied in the minutiae of everyday life.
Questions about how futures are made, imagined, and negotiated variously refers to materialities, discourses, and social practices that link the present to both past and future. What the future should look like is subject to fierce negotiation and contestation, within academia and beyond. Whereas the hard sciences primarily study how a “future of probabilities” is anticipated through different forms of calculation, measurement, and modelling, the humanities and social sciences also take into account how a “future of possibilities” takes shape through visions and imaginaries. These futures are produced through an interplay of numerous actors, interests, and institutional settings across manifold scales.
The last two years have been characterized by the Covid-19 pandemic and more recently the Ukraine War is already showing its global effects. Whereas the catastrophic consequences of the pandemic experts forecasted for the African continent fortunately failed to materialise, the effects of the war on the European continent are feared to be disastrous at least for parts of Africa. On a global scale the entanglements mentioned above become obvious in a very impressive and serious way and illustrate how flexible ideas for the future must be.

“African Futures” invites contributions from a broad range of disciplines that conceptualize the future in various ways, resembling the ambiguity of the future itself. Contributions explore practices and processes, discourses and imaginings, policies and speculations about future-making in and about Africa, by Africans and others beyond, working across different time frames and spatial dimensions. Contributions may explore expressions of agency as well as consequences of structural forces shaping future trajectories, aspirations, visions, and dreams in historical and contemporary perspective.

Important dates

Call for Panels opens: mid July 2022
Call for Panels closes: 03/10/22
Call for Papers opens: 31/10/22
Call for Papers closes 12/12/22
Early-bird registration opens: 30/01/23
Early-bird registration closes: 13/03/23

https://ecasconference.org/2023/