Archives de catégorie : Appels à contributions

AAC: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Journée d’étude de l’APELA 2020

Organisée en collaboration avec l’Observatoire des Écritures françaises et francophones contemporaines (CSLF, Paris-Nanterre)

Lieu : Université Paris-Nanterre
Date : 25 septembre 2020

Les propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser avant le 1er mars 2020 aux trois adresses suivantes : ninon.chavoz@gmail.com ; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

Argumentaire

Si les relations commerciales entre la Chine et l’Afrique remontent au moins aux expéditions de l’amiral Zheng He (1371-1433), c’est véritablement dans les années 2000 que la présence chinoise sur le continent africain s’est développée de manière exponentielle. L’entrée remarquée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce en 2001 est ainsi précédée par la tenue à Pékin de la première édition du forum sur la coopération sino-africaine (octobre 2000). Qu’il soit perçu comme une forme d’entraide entre les pays du « Sud » ou au contraire comme un nouvel avatar de l’impérialisme[1], ce phénomène, souvent considéré comme l’indice d’une nouvelle phase de la mondialisation, a suscité une abondante couverture médiatique et une riche littérature spécialisée. Nombreux sont les travaux qui se sont attachés à mettre en lumière les termes d’un échange censé se révéler mutuellement bénéfique, puisque le drainage des matières premières africaines et l’investissement de nouveaux marchés serait consenti en échange de la construction d’infrastructures ou d’aides ciblées. Le néologisme « Chinafrique », construit sur le modèle de la « Françafrique », résume bien les enjeux de ces recherches contemporaines qui conjuguent perspectives économiques et géopolitiques.
Selon ces travaux récents, le recul des puissances européennes et l’estompement de la logique bipolaire qui prévalait durant la Guerre Froide auraient laissé place à l’avènement d’un véritable « Far West chinois[2] ». Recouvrant l’Afrique anglophone autant que francophone, celui-ci contribue au gommage des frontières coloniales tout en renouant avec des dynamiques impérialistes anciennes. L’intervention chinoise en Afrique suppose en effet à la fois l’entretien d’échanges asymétriques et la projection à plus ou moins long terme dans un destin commun, dont la représentation devient un sujet récurrent des romans de science-fiction[3]. Pour Ibrahima Soumah, ancien membre du gouvernement guinéen, la « chinisation » de l’Afrique est ainsi prétexte à l’écriture d’un « roman d’économie-fiction » qui met en scène l’exploitation économique et militaire du continent avant d’envisager l’issue heureuse qu’autorise la formation d’un couple mixte[4]. L’hypothèse littéraire d’un métissage sino-africain n’a à ce titre rien d’un hapax : elle intervient déjà dans Le Lys et le flamboyant d’Henri Lopes ou, sous la forme travestie d’une hantise de la reproduction, dans l’évocation que livre Dai Sijie des frasques chirurgicales de l’empereur Zheng De[5].
Au-delà de ces formes somme toute classiques de « branchement[6] », l’une des caractéristiques remarquables de la relation sino-africaine réside dans sa triangulation : non contente d’impliquer les deux partenaires de l’échange, elle met également en jeu les anciennes puissances coloniales, au premier rang desquelles se situe la France[7]. Elle nourrit à ce titre un discours diplomatique et scientifique, qui n’est exempt ni de jugements de valeur ni d’investissements affectifs face à l’inquiétante perspective d’un impérialisme d’un nouveau genre, volontiers présenté comme dépourvu de « limites mentales[8]». Là où l’Occident humanitaire serait demeuré prisonnier d’histoires « dérivées du Cœur des ténèbres [9]», le soft power chinois ouvrirait ainsi en Afrique une brèche de liberté, dont la matrice littéraire demeure en construction.
Il peut à ce titre paraître surprenant que les études publiées à ce jour n’aient accordé qu’une place congrue aux effets de la relation sino-africaine sur les imaginaires. En concentrant l’attention sur des productions littéraires, plastiques et cinématographiques, la présente journée se fixe comme objectif de pallier cette lacune. Les textes commentés pourront émaner aussi bien du champ de la littérature institutionnellement reconnue que de ce que Bernard Mouralis appelait dès 1975 les « contre-littératures[10] ».
Dans le souci de mettre en évidence des « regards croisés » sur la Chinafrique, seront en priorité retenues des propositions relatives à la vision de l’Afrique en Chine[11] et à la vision de la Chine et des Chinois en Afrique. La prise en compte de la triangulation de la relation sino-africaine, perçue depuis l’Europe ou l’Amérique, pourra également justifier le détour par des textes et des œuvres d’auteurs ou d’artistes européens et américains.

Trois axes de réflexion majeurs peuvent être dégagés :

  • Néocolonialisme et « littératures de l’extraction ». Comment la Chinafrique participe-t-elle d’une littérature mondiale, voire mondialisée ? Les textes récents consacrés à la relation sino-africaine, à l’exemple de Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane, font volontiers de la présence chinoise l’indice narratif et formel d’une circulation accrue des matériaux, des informations et des hommes. L’espace mondialisé de la Chinafrique peut cependant aussi se concentrer et se réduire au gouffre mortifère de la mine, photographiée, entre autres, par Sammy Baloji. Tidiane N’Diaye dans le domaine de l’essai, Fabrice Loi et Mukaka Chipanta dans le champ de la fiction, Hubert Sauper au cinéma, dénoncent ainsi une colonisation nouvelle. Celle-ci semble d’autant plus insoutenable qu’elle serait insidieuse et prédatrice pour l’environnement soumis à un extractivisme sans limite. Quel commentaire critique la littérature et les arts sont-ils en mesure d’offrir sur le nouvel ordre économique et écologique du monde ?
  • Imaginaires culturels : stéréotypes et empowerment. Dans quelle mesure la relation sino-africaine permet-elle l’émergence de nouvelles figures littéraires et artistiques ? En quoi la Chinafrique nourrit-elle le dépassement ou au contraire le renforcement des stéréotypes[12]? La relation sino-africaine pose indubitablement à nouveaux frais la question de la représentation de l’Autre : tandis qu’une publicité chinoise pour de la lessive reprenait fidèlement il y a peu des antiennes racistes bien connues en Europe[13], l’artiste Hua Jiming se livrait en 2010 à une performance remarquée, destinée à dénoncer les représentations récurrentes des Chinois en Afrique[14]. L’une des figures les plus remarquables dans cet imaginaire est sans doute celle du maître en arts martiaux, exemplairement incarné par Bruce Lee : portée à l’écran par un sosie dans un film du Camerounais Alphonse Beni, cette figure est évoquée entre autres par Dieudonné Niangouna[15] et Alain Mabanckou[16] dans leurs souvenirs d’enfance. Il ne fait aucun doute qu’une telle prédilection pour des héros non occidentaux contribue à la densification des circulations culturelles, voire à l’émergence de nouvelles formes plastiques et littéraires. Quel rôle assigner à ces figures aussi héroïques qu’exotiques ?
  • Du tiers-mondisme au futurisme : diachronie de la relation sino-africaine. Avant qu’elle ne se décline sous la forme capitaliste de la « Chinafrique », voire de la dystopie extractiviste, la relation sino-africaine a d’abord été conçue dans le cadre d’une solidarité tiers-mondiste. Si elle est aujourd’hui économique et volontiers tournée vers l’anticipation d’un futur plus ou moins lointain, cette relation a d’abord été diplomatique, inscrite dans le contexte historique de la conférence de Bandung et de l’émergence du Tiers-Monde. Son évocation littéraire revêt à ce titre une dimension mémorialiste et engagée, dont on trouve l’écho dans les textes contemporains. Comment la littérature et les arts contribuent-ils à inscrire la relation sino-africaine dans une temporalité longue, qui court de l’époque maoïste aux domaines plus ou moins lointains de la science-fiction ?

Continuer la lecture de AAC: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Colloque du centenaire Mohammed Dib

2020 sera l’année du centenaire de la naissance de Mohammed Dib, et à cette occasion plusieurs manifestations auront lieu des deux côtés de la Méditerranée, particulièrement deux grands colloques associés l’un à l’autre par des membres communs des équipes d’organisation, l’un à Alger en avril 2020, et l’autre du 1er au 5 septembre 2020 dans le prestigieux château de Cerisy la Salle, en Normandie, château qui a accueilli depuis un siècle la plupart des grands écrivains et philosophes français, et consacré déjà deux colloques à la culture algérienne.

Modalités de l’inscription et calendrier

Si vous comptez proposer une communication, veuillez envoyer un titre provisoire, accompagné d’un résumé de 8 à 15 lignes, avant le 11 octobre 2019, à l’adresse mail bonn.charles@gmail.com. La communication proposée devra être fidèle à l’argumentaire du colloque. Le Comité scientifique refusera toute proposition ne répondant pas à ce critère.

Les inscriptions proprement dites au CCIC (pour les contributeurs comme pour les auditeurs libres) seront ouvertes le 15 mars 2020 au moyen du Bulletin d’inscription que vous trouverez sur le site web de Cerisy (www.ccic-cerisy.asso.fr) et sur le programme papier qui vous sera adressé. Il conviendra alors d’adhérer à l’Association, le paiement du séjour sera à faire un mois avant le colloque.

Portrait de Mohammed Dib, tous droits réservés.

Argumentaire

Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées (des formes stylisées dans une esthétique de l’abstraction) que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou dans ce même roman au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires.
Ce colloque s’intéressera donc à trois théâtralisations majeures dans l’œuvre de Mohammed Dib qui s’organisent autour des ambiguïtés du mot « genre ». Théâtralisation du face à face entre les deux significations de ce mot, mais surtout théâtralisation pour chacune de ces significations, des différents objets qu’elles désignent, et là encore autant dans leurs définitions, souvent perverties, que dans leur face à face.

*

Pour ce qui est des genres littéraires, objet principal de ce colloque, l’œuvre de Mohammed Dib est connue d’abord pour ses romans, qui en forment certes le volume le plus important. Pourtant Mohammed Dib lui-même se considérait comme « essentiellement poète » et ses recueils poétiques étaient pour lui ses livres les plus vitaux, même s’ils sont nettement moins traités par les critiques. Il a de plus écrit plusieurs recueils de contes pour enfants, qui sont probablement la partie la moins étudiée de son œuvre, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles. Et dans cette œuvre d’une grande diversité de formes, il ne faut pas oublier le théâtre, ni la photographie, à laquelle la critique commence enfin à rendre justice, ni les textes théoriques qui livrent des informations précieuses sur les intentions esthétiques de l’auteur.
Si ces modes d’expression divers apparaissent dans des recueils différents, ils coexistent souvent au sein d’une même œuvre. Les insertions de poèmes ou d’épisodes théâtraux dans les romans sont nombreux, et de plus ces romans alternent souvent les passages en écriture romaine et ceux en italiques, développant ainsi deux « voix » (deux circuits du sens) différentes et complémentaires. Ils introduisent parfois aussi une mise à distance de certains passages grâce à un style théâtralisé qui va les inscrire dans des registres différents dont nous sommes implicitement invités à questionner le rapport avec le registre romanesque attendu.
Par ailleurs, tout au long de son parcours littéraire, Mohammed Dib a conduit une réflexion sur les formes littéraires, réflexion qui s’intègre au geste même par lequel il cherche sa forme propre. On peut aussi constater qu’à mesure que l’œuvre s’élabore, les frontières génériques s’effacent jusqu’à donner lieu à des livres inclassables. Autant dire que cette pluralité et cette hétérogénéité génériques interrogent la notion même de genre littéraire tel que mis en place au cours de l’histoire littéraire européenne.
Aussi cette particularité de l’œuvre dibienne se présente-t-elle comme une théâtralisation de la diversité générique et une mise en relations intergénérique productrice de sens. De ce fait, elle attire notre attention sur l’écriture elle-même, et derrière l’écriture, sur la parole et ses pouvoirs dont on sait qu’ils constituent une obsession de l’écrivain.

Continuer la lecture de AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

2020 Annual International Conference of the African Theatre Association (AfTA)

Ageing, Old age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

The Department of African Studies, Institute of Asian and African Studies,
Humboldt University Berlin, Germany
23rd-25th July 2020

Appel à communications de l’African Theatre Association dont le congrès annuel se tiendra du 23 au 29 juillet 2020 à la HU-Berlin.
La langue de travail est l’anglais, mais des contributions sur les oeuvres dans toutes les langues littéraires d’Afrique et de sa diaspora sont bienvenues.

Call for Papers and Performances

Researchers, scholars, performing artists and theatre activists are invited to submit an abstract of 300 words and 150 words biography to: conferences@africantheatreassociation.org 

For questions and inquiries about the conference, please contact the conference convener, Dr. Pepetual Mforbe Chiangong, using the above conference email address.

Abstract submission deadline is 14th February 2020. 

Critics of performing arts in Africa and its diaspora have engaged with a wide range of topics in their writing, but there is limited critical engagement with ageing, old age, and disability. It is this dearth of critical discourses and debates on old age in African literary and theatre studies that has inspired the theme of the 2020 annual African Theatre Association Conference. The conference invites scholars, practitioners and activists of performance to focus their contributions on three areas which are mutually exclusive, yet incredibly inclusive, namely: ageing, old age—age(able)ism embodied—and disability. AfTA 2020 aims to create a platform on which these contributions will reflect critically on the role, representation, status and significance of elderly people in performing arts (theatre, oral performance, community theatre, drama, spoken word, epics, films, festivals, dance, music etc…) that are connected to Africa and its diaspora. Further, the conference invites contributions that investigate how ageing is entangled with elderly characters, performers, play directors/directing, dramatists and audiences in the debate of ageism, old age and disability in a bid to explore our understanding of performance, its production and reception. Further, the conference aims to engage critical discussions based on varied understandings, perceptions and definitions of old age, ageing and disability, as well as whether there should be any intersection between these categories in African performances, film and festivals. Employing old age, ageing and disability as conceptual frameworks, the conference will provoke debates on how performances articulate these subjects at critical moments of artistic production and performance. The conference seeks to ask questions including: what are the nuances that either shadow or empower the production of performance based on ageing, old age and disability? What are the cultural and transcultural underpinnings espoused when subjects related to ageing, old age and disability are evoked in the performance culture? How do class, sexuality, gender, ethnicity and nationality affect our understanding of these classifications in the context of performance, film and festival? What are the theoretical and methodological conceptualisations that one might draw from to provoke scholarly debates related to ageing, old age and disability in performance, film and festival?

Continuer la lecture de CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Appel à communications

Littérature de jeunesse et savoirs

27 et 28 mai 2020, Université Norbert ZONGO (Koudougou, Burkina Faso)    

 
Les propositions de communication (environ 250 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer, avant le 30 décembre 2019, à l’adresse suivante : colloquelitjeunesse2020@gmail.com

Colloque international
Littérature de jeunesse et savoirs
27 et 28 mai 2020
Université Norbert ZONGO
(Koudougou, Burkina Faso)


L’Université Norbert Zongo et l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland (Canada) et la Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) de l’Université Hassan II de Rabat, organisent un colloque international intitulé Littérature de jeunesse et savoirs les 27 et 28 mai 2020 à l’Université Norbert Zongo à Koudougou au Burkina Faso.

Argumentaire


La littérature entretient, sans conteste, une étroite relation avec l’univers des savoirs, embrassant des domaines aussi variés que la science, les arts, les médias, l’environnement, l’histoire, la religion, la philosophie, etc. Cet univers se veut total en ce sens qu’il ne fait l’impasse sur aucun pan des conditions idéelles et matérielles de l’existence. Aussi la littérature déploie-t-elle différents modes d’appropriation, de recyclage, de réécriture des éléments puisés dans le champ des savoirs, construisant ainsi son propre ordre épistémique.
Dans une perspective épistémocritique, le discours critique s’attache à explorer les « savoirs à l’oeuvre » dans le texte. Dans Savoirs à l’oeuvre. Essais d’épistémocritique (1990), Michel Pierssens soulève quelques interrogations essentielles liées à la rencontre entre texte et savoir : « Que sait un texte ? […] comment le texte fait-il de son propre déploiement la réponse à cette question sur quoi il joue son existence et son sens, en visant à nouer de nouveaux noeuds dans la langue, les figures, les discours, les sujets ? » (p. 14)
 
La littérature de jeunesse, qu’elle soit perçue comme « partie intégrante de la Littérature » (Escarpit 2008, p. 5) ou comme espace minusculé, se présente aussi comme un « orage de savoirs » (Pierssens, p. 16). En effet, elle participe, à différents degrés, de l’ordre épistémique, de l’échange dialogique entre fiction et savoir. Ici, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’inscription des figures ou éléments épistémiques dans la fiction pour la jeunesse peut avoir, certes, des points communs avec celle à l’oeuvre dans la littérature générale, mais qu’elle s’articule aussi de manière spécifique (en vertu des traits propres à la littérature de jeunesse).
Dans les pays d’Europe occidentale – qui ont une longue tradition littéraire – la littérature de jeunesse participe, depuis longtemps, de l’histoire de l’évolution des idées et des mentalités (Ganna Ottevaere-van-Praag, La littérature pour la jeunesse en Europe Occidentale (1750-1925). Histoire sociale et courants d’idées, 1987). Pour ce qui est de la production littéraire pour les jeunes lecteurs des pays dits du Sud, l’ordre épistémique revêt sans doute des formes beaucoup plus complexes en raison des conditions historiques, ce qui implique, par exemple, une diversité de perspectives (extérieures/ intérieures), de savoirs (endogènes, exogènes).

Le but du présent colloque est d’explorer les divers modes d’inscription des savoirs dans la littérature de jeunesse. Il s’agira, de toute évidence, d’aller au-delà du savoir pédagogique inhérent à cette littérature. Comment la littérature de jeunesse travaille-t-elle les objets empruntés au monde des savoirs ? Comment construit-elle les figures épistémiques ? Quel sens revêtent les figures épistémiques ? Quel(s) type(s) de savoirs chaque genre (documentaire, roman, album, théâtre etc.) met-il en avant ? Comment s’exprime cette question de savoirs tant au niveau de la production qu’au niveau de la réception de la littérature de jeunesse ?

Continuer la lecture de AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

AAC : Théâtre et éducation

COLLOQUE INTERNATIONAL

Théâtre et éducation : la place et l’importance du théâtre comme vecteur d’apprentissage

2, 3, 4 février 2020

(Université de Lomé/Université de Rostock)

Organisé par les équipes et laboratoires LIGA/CoDIReL/CEROCE

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 30 Septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes :

koku.nonoa@uni.lu et kcalemdjrodo@univ-lome.tg

Argumentaire

A l’ère de la mondialisation et de la digitalisation du savoir et des activités culturelles et artistiques, l’interaction théâtre et recherches scientifiques/artistiques, théâtre, éducation et société devient primordiale dans le monde académique, éducatif et artistique afin de répondre aux défis dans le domaine socioculturel, économique et politique. De surcroît, en partant du constat que les rencontres culturelles et leurs interactions ont aussi lieu dans le monde digital et virtuel, l’Université de Lomé, à travers son nouveau programme de Master professionnel dénommé « Théâtre et Éducation », voudrait apporter une réponse adéquate aux nouveaux défis susmentionnés : il s’agit notamment de mettre sur pied des stratégies orientées vers l’interaction et le renforcement des échanges réciproques entre le monde universitaire, les milieux culturels et artistiques à travers la problématique théâtre et éducation.

La notion de Théâtre Education, en anglais DIE (Drama in Education) appelle quelques éclaircissements. Ce concept met l’accent sur l’importance de l’expressivité personnelle,  et davantage sur  la place de l’imagination et des sensations dans l’approche de tout apprentissage. Tous les publics sont concernés, au-delà des élèves d’âge scolaire ; tous les thèmes et sujets peuvent  s’exprimer au travers d’une pratique théâtrale menée avec des professionnels. Si les deux termes « art dramatique » et « théâtre » sont indifféremment utilisés, des nuances s’imposent cependant : en effet, « l’art dramatique » signifie  que les participants créent leurs propres scénarios et travaillent au sein d’ateliers centrés sur le développement de la créativité, de la prise de risque et de la confiance en soi, quelle que soit  la discipline envisagée (O’Hara, M. 2001. Drama in Education: A Curriculum Dilemma: Theory into Practice, vol. 23, n°4). Ainsi conçu, l’art dramatique est un medium au service d’autres  domaines ou disciplines, de l’énoncé de règles mathématiques à l’apprentissage de vocabulaire. Il découle de cette approche du théâtre, l’idée simple et confirmée que cet art, tout comme le sport, devrait être enseigné à tous les niveaux de l’éducation nationale, à tous les niveaux professionnels et à tous les âges. Plusieurs chercheurs ont souligné par ailleurs que, quel que soit la discipline enseignée, l’enseignant, qu’il le veuille ou non,  assume dans la classe le rôle du metteur en scène et qu’une pièce commence à chaque fois qu’un enseignant entre dans sa classe. Les activités menées en Théâtre Education soulignent d’ailleurs la richesse des échanges entre les enseignants et les comédiens. On le voit donc, l’histoire du Théâtre Education s’ancre dans celle des « environnements d’apprentissage », et conduit à l’invention des pratiques théâtrales ou sociales propres à chaque pays ; l’émergence de questions nouvelles et leurs résolutions par l’art dramatique.

Continuer la lecture de AAC : Théâtre et éducation

AAC : Sadafricain

Colloque international

Sorbonne Université, Faculté des Lettres

23-25 janvier 2020

  • CIEF – CELLF
  • ITEM/CNRS
  • EA 1337 – CONFIGURATIONS LITTÉRAIRES  

Responsables

Jean-Christophe Abramovici, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu

Sadafricain

Sade au miroir des littératures africaines francophones

Érotisme, violence et obscénité

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université accueillera, du 23 au 25 janvier 2020, le colloque « Sadafricain. Sade au miroir des littératures africaines francophones. Érotisme, violence et obscénité »

Modalités de participation :
Envoi des propositions de communication : au plus tard le 15 septembre 2019 
Les propositions (titre et résumé : 500 mots) et un bref CV doivent être envoyés aux adresses suivantes :

  • Jean-Christophe Abramovici : jean-christophe.abramovici@sorbonne-universite.fr
  • Romuald Fonkoua : romualdfonkoua@yahoo.com
  • Céline Gahungu : cgahungu@hotmail.fr  

Réponse du comité : 15 octobre 2019
Dates du colloque : 23-25 janvier 2020

Argumentaire

Lorsqu’on considère les processus transtextuels à l’œuvre dans les littératures africaines francophones, évoquer Sade ne peut manquer de susciter l’étonnement. Longtemps réputée illisible, vouée, en France, à une circulation souterraine jusqu’au début des années soixante, l’œuvre de Sade semble à contretemps des réalités qui ont animé les littératures francophones, et singulièrement africaines. La quête de légitimation dans laquelle se sont lancées les premières générations d’écrivains a interdit tout écho avec une œuvre où s’entremêlent sensualisme radical et poétique de l’ultra-violence, du moins dans sa partie clandestine. Qu’elles soient liées aux représentations fantasmatiques de sociétés africaines « traditionnelles », à l’attente d’une littérature de combat ou à des impératifs religieux (Pierre Halen, Florence Paravy 2016), les normes et demandes formulées d’une maison d’édition à l’autre ont rendu difficile l’amorce d’un dialogue transtextuel. Sur le versant de l’extrême contemporain, la circonspection s’impose également : au sein de la plupart des États d’Afrique francophone, le marché du livre demeure fragile et Sade ne fait pas partie des classiques que les lecteurs – les écrivains, au premier chef – sont susceptibles de se procurer. Sur le continent ou dans les diasporas, les écritures africaines actuelles sont le lieu de dynamiques transtextuelles qui, souvent ouvertes à une littérature mondiale, semblent ignorer Sade. Parfois perçu comme l’expression d’une violence occidentale dont la colonisation et ses avatars seraient l’illustration, l’univers sadien paraît donc échapper aux relations étroites tissées entre la littérature française et les littératures africaines (Corinne Grenouillet, Anthony Mangeon 2017).

Continuer la lecture de AAC : Sadafricain

AAC : Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

Colloque organisé par Pierre Boizette (Paris Nanterre) avec le soutien de l’École doctorale 138 et du centre de recherche LIPO (Littérature et Poétiques Comparées).

Les propositions de communications (en anglais ou en français) d’une longueur maximum de 300 mots ainsi qu’une présentation de l’auteur (100 mots maximum) sont à envoyer au plus tard le 10 septembre 2019 à l’adresse circulationsafroasiatiques@gmail.com. Les réponses seront données à partir du 20 octobre et le colloque se tiendra les 6 et 7 décembre à l’Université Paris – Nanterre.

En mai 2015, dans un article du quotidien Le Monde, Abdourahman Waberi se demandait « Comment dit-on “roman africain” en japonais ? » Présent au Japon à l’occasion de la traduction de trois de ses ouvrages, il y faisait la liste des rares auteur.e.s du continent africain à avoir connu cet honneur. La parution de Balbala, Transit et Passage des larmes est à mettre en lien avec un projet plus vaste émanant de la diplomatie culturelle pour permettre le rayonnement de la francophonie littéraire en Asie. En témoignent la remise chaque année du Prix Fu Lei de la traduction et de l’édition créé en 2009 à l’initiative de l’Ambassade de France en Chine ou encore la liste des « 30 auteurs francophones à traduire » diffusée par l’Institut français du Japon. Parmi ces derniers figuraient, entre autres, Sony Labou Tansi, Mongo Beti, Ferdinand Oyono ou encore Aminata Sow Fall, autant d’écrivain.e.s que l’institution désirait faire connaître en soutenant financièrement les traducteurs intéressés.
L’exemple d’Abdourahman Waberi rend compte d’un phénomène mal connu, celui des circulations littéraires et intellectuelles contemporaines entre l’Asie et l’Afrique. Si le développement des liens commerciaux entre la Chine et de nombreux pays subsahariens a donné lieu à un grand nombre de publications récentes, il n’en a pas été de même concernant le domaine de la culture. Pourtant, plusieurs initiatives témoignent de la vitalité de ces échanges. Ainsi, en 2015, la maison d’édition Twaweza Communications faisait paraître en kiswahili un recueil du poète yi Jidi Majia tandis que la China Translation and Publishing Corporation sortait l’année dernière une traduction de Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou. De même, la revue panafricaine en ligne Jalada accueillait dans les pages de son numéro 4 des contributions d’Aryanil Mukherjee ou de Linda Ashok, tous deux originaires du sous-continent indien. Les œuvres ne sont néanmoins pas les seules à circuler, les artistes et universitaires participent eux aussi directement à cette mobilité entre les deux espaces comme le prouvent les exemples de Biodun Jeyifo et de Femi Osofisan, qui ont animé ces dernières années des séminaires sur le théâtre africain à l’Université de Pékin, ou encore d’Arundathi Roy faisant la promotion en Afrique du Sud de son dernier titre, The Ministry of Utmost Happiness. Enfin, citons la réception du Prix Park Kyung-ni par Ngũgĩ wa Thiong’o en 2016, dernière étape d’un compagnonnage de l’auteur kényan avec la Corée du Sud amorcé dès les années 1980, époque où il prit la défense du poète Kim Chi Ha.

Continuer la lecture de AAC : Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung