Archives de catégorie : Appels à contributions

AAC: Le devenir du Congo: collaborer, imaginer, changer

Le devenir du Congo: collaborer, imaginer, changer / The Becoming of the Congo: Collaborating, Imagining, Changing

Le Congo Research Network (CRN) organise son cinquième colloque international à l’Université de Milan, du 13 au 15 septembre 2022.

Les propositions d’intervention (titre et résumé, max. 400 mots) doivent être envoyées aux organisateurs par email à congoresearchnetwork@gmail.com et à silvia.riva@unimi.it avant le 15 juin 2022.
Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais.
Les participants seront informés le 30 juin 2022 sur l’acceptation de leur proposition.

Le colloque a pour but de réunir des chercheurs débutants et confirmés dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales qui partagent un intérêt commun pour la République Démocratique du Congo et l’Afrique. Le comité scientifique et organisateur espère tout particulièrement encourager l’émergence de réflexions et d’analyses transdisciplinaires et comparatives, au sein et au-delà des études Congolaises.

Cette nouvelle édition du CRN, qui a lieu après un long délai dû à la pandémie, se concentre sur le concept du « devenir » :

  • le devenir de la recherche sur/autour du Congo (nouvelles voies et nouveaux liens entre savoirs et épistémologies, moyens de communication nouveaux (TIC, nouveaux médias, vidéos) et agents -universitaires, artistes, écrivains, acteurs culturels, journalistes et blogueurs, activistes et autres) ;
  • le devenir de la culture congolaise (nouveaux lieux de création et d’exhibition, nouvelles façons de partager/transmettre les savoirs et les pratiques culturelles) ;
  • le devenir du pays et les dynamiques de la mobilité et de la stabilité non seulement au Congo, mais également en Afrique et dans le monde (changements anthropologiques, climatiques, justice épistémique, sociale, sanitaire, économique) ;
  • le devenir de la politique, entre trauma, mémoire et résilience.

Le colloque se déroulera sur trois journées articulées selon trois mots-clés : Collaborer, Imaginer, Changer.

Les journées seront divisées en sessions plénières comprenant des allocutions par d’éminents spécialistes.

Chaque session (panel) comptera un maximum de 4 participants ou groupes de participants (de préférence en
modalité présentielle ; une connexion Teams est toutefois prévue).

URL de référence : https://congoresearchnetwork.com/

NEW_Appel_CRN_Milan_2022_EN_PDF

NEW_Appel_CRN_Milan_2022_FR_PDF

AAC: Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap

Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap

Colloque international, 18 et 19 novembre 2022, Université Paris Cité (Grands Moulins)

Les propositions de communication (appel en pj), de 300 mots environ, en français ou en anglais, suivi d’une notice biobibliographique, sont à envoyer avant le 1er juin 2022 à marion.coste [apud] cyu.fr,
hector.jenni@sorbonnenouvelle.fr
et cyril.vettorato [apud] uparis.fr.
Le personnes dont les propositions auront été retenues seront informées le 1 er juillet 2022.

Colloque organisé par Marion Coste (Héritages, Cergy Paris Université), Hector Jenni (Thalim, Université Sorbonne Nouvelle) et Cyril Vettorato (CERILAC, Université Paris Cité).

Colloque_flow

AAC: Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr

Colloque international

Université de Mannheim, 15-16 mai 2023

organisé par Sarah Burnautzki, Abdoulaye Imorou et Cornelia Ruhe

Les propositions d’environ 300 mots en français ou en anglais accompagnées d’une brève notice biobibliographique devront parvenir par courriel aux responsables du colloque avant le  31 mai 2022 (sarah.burnautzki@rose.uniheidelberg.de, aimorou@ug.edu.gh, ruhe@phil.unimannheim.de).

Argumentaire :

Le Prix Goncourt 2021 pour La plus secrète mémoire des hommes ne fait que confirmer ce que savent déjà les personnes qui suivent la carrière impressionnante de Mohamed Mbougar Sarr depuis ses débuts en 2014: c’est un auteur au talent exceptionnel, d’une grande érudition et qui ne recule pas devant les sujets à envergure politique.
Depuis ses débuts avec la nouvelle « La Cale », qui ose la descente dans une cale de bateau négrier et qui a obtenu le Prix StéphaneHessel, les textes de Mohamed Mbougar Sarr connaissent un succès qui ne se dément pas auprès du public et de la presse. Son premier roman, Terre ceinte, publié en 2015, inspiré dun fait réel, la lapidation dun jeune couple par des fondamentalistes religieux à Tombouctou, est tissé dune histoire de violence, de résistance et de liberté. Le deuxième, Silence du chœur, sorti en 2017 évoque l’immigration africaine en Europe à travers le prisme dun roman qui multiplie et entrelace les perspectives et les récits. Les deux romans ont remporté des prix littéraires de grand renom (le Prix AhmadouKourouma, le Grand prix du roman métis et le prix du roman métis des lycéens pour Terre ceinte ; le Prix du roman métis des lecteurs, le Prix littéraire de la Porte Dorée et le Prix Littératuremonde pour Silence du chœur), tandis que son troisième roman De purs hommes, qui traite de l’homophobie au Sénégal, a suscité une vive polémique dans le pays d’origine de l’auteur certains ont cru bon d’annoncer sur les réseaux sociaux qu’ils retireraient leurs félicitations au Goncourt en raison de son « apologie de l’homosexualité ». Terre ceinte a déjà été traduit en anglais et italien, et les droits de traduction de La plus secrète mémoire des hommes ont été vendus (à un prix élevé) dans plusieurs pays quelques semaines avant la remise définitive du Goncourt. Enfin, en 2021, le jury du prix Goncourt, chargé de récompenser le « meilleur ouvrage d’imagination en prose », a choisi La plus secrète mémoire des hommes, un roman inspiré par l’ascension littéraire extraordinaire de lécrivain malien Yambo Ouologuem, surpassée seulement par sa chute littéraire désormais légendaire et qui offre une métaréflexion littéraire subtile, détaillée et lucide sur lhistoire de la littérature africaine ainsi que sur le milieu littéraire parisien.

Audelà des romans, Mohamed Mbougar Sarr intervient également de façon remarquable dans des blogs, la presse écrite ou encore des ouvrages collectifs. On se souvient du blog Choses
Revues qu’il a animé dès 2010 et dans lequel il a fait ses armes et du collectif Politisezvous il participait à la redéfinition de l’engagement politique.
Malgré ces succès incontestables, l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr n’a, à ce jour, pas encore retenu toute l’attention de la critique universitaire à laquelle notamment le dernier roman fait pourtant de nombreux clins d’œil. Nourris d’un savoir académique auquel ils rendent hommage, les romans de Mbougar Sarr sont accessibles à différents niveaux : ils abordent les thèmes suivants :

  • La résistance à et l’engagement contre des régimes totalitaires, des idéologies oppressantes,
  • La question de l’exil,
  • La problématique du champ littéraire francophone,
  • Le rôle de l’auteur,
  • Le rapport entre le réel et la fiction.

Au cours de ces journées, nous chercherons à comprendre les modalités narratives qui permettent à l’auteur de transformer le politique en littérature, mais aussi à situer son œuvre dans un contexte littéraire actuel qui semble s’ouvrir à l’histoire.

Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr. Colloque international, Mannheim, mai 2023

AAC: Littératures africaines et écologie

Congrès de l’APELA

Université Cheikh Anta Diop (Dakar)

2, 3 et 4 novembre 2023

Littératures africaines et écologie

Modalités de participation :

Les propositions de panels (quatre communications rassemblées au maximum) ou de communications (titre et résumé d’une page maximum) sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom, affiliation et contact électronique. La langue principale du congrès sera le français, toutefois il est possible de proposer des communications et panels en anglais.

Veuillez adresser vos propositions à : apeladakar2023@gmail.com (Réponse le 15 septembre 2022)

Argumentaire :

Les questions environnementales sont un enjeu discret mais persistant du développement des littératures africaines depuis le début de l’époque coloniale. Les menaces écologiques qui pèsent sur le continent, à la suite du réchauffement climatique, des prédations extractivistes ainsi que des conséquences des conflits armés, trouvent des répercussions fortes sur le plan littéraire. Il s’agira au cours de ce congrès, qui se déroulera pour la première fois depuis la création de l’APELA sur le continent africain, de montrer la pertinence des préoccupations environnementalistes des littératures africaines en lien avec les grands défis contemporains à l’échelle mondiale.
L’imaginaire géographique qui accompagne depuis le XVIIIe siècle la pénétration européenne du continent africain a donné lieu à un héritage critique partagé entre l’Europe et l’Afrique pour appréhen- der les littératures du continent, dans leur versant oral comme écrit. Les études sur les littératures coloniales ont très largement contribué à la prise en compte des enjeux spatiaux à propos de textes qui font une large place aux paysages africains. Depuis une dizaine d’années, plusieurs colloques et journées d’étude de l’APELA ont porté sur des questions spatiales, dans une optique géocritique. Le congrès de 2009 à Bayonne, sur « Littératures africaines et territoires » (publié chez Karthala en 2011), la journée d’études « La question du paysage dans les littératures africaines » (dossier publié en 2015 dans la revue Études Littéraires Africaines, n°39), ont permis d’aborder, de façon oblique, la question environnementale. Le fait que cette problématique a surtout été abordée de biais nous invite à nous interroger sur ce qui gêne l’émergence d’un discours écocritique pour le continent africain. L’assignation « primitiviste » des peuples colonisés à leur milieu naturel dans l’idéologie coloniale en est peut-être une des raisons. Il est à cet égard révélateur que si peu de travaux de recherche, qui se sont pourtant inscrits dans la mouvance de la négritude, se soient intéressés aux poétiques générées par la revendication senghorienne d’une civilisation nègre caractérisée par un grand respect de la nature. L’ambition du colloque est donc de promouvoir une lecture des littératures africaines qui interroge le rapport au lieu et au vivant sous toutes ses formes dans le contexte d’une prise de conscience de l’urgence écologique.

Continuer la lecture de AAC: Littératures africaines et écologie

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
11-12-13 mai 2022

[calendrier modifié]

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 15 décembre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

AAP: REAF 2022

Ouverture de l’appel à ateliers pour les 7es Rencontres des Études africaines en France

La septième édition des Rencontres des Études Africaines en France (REAF) aura lieu cette année à Toulouse, du 28 juin au 1er juillet 2022. Elle fera l’objet d’une thématique transversale (« Circulations dans les Afriques, Afriques en circulation ») et d’ateliers hors thématique.

Les REAF visent à renforcer les échanges entre chercheur·e·s travaillant sur les Afriques et leurs diasporas, dans différentes disciplines relevant des sciences humaines et sociales, de la littérature et de la philosophie, des sciences de l’environnement, des sciences économiques, etc. Elles s’adressent tout autant aux jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s et docteur·e·s sans poste) qu’aux chercheur·e·s.titulaires.
L’appel à ateliers pour la septième édition est ouvert jusqu’au 1er décembre. Les ateliers sélectionnés feront ensuite l’objet d’un appel à communications qui sera ouvert du 31 janvier au 18 mars. Vous trouverez tous les détails sur l’événement à ce lien : https://reaf2022.sciencesconf.org/

En parallèle, le 27 et le 29 juin, se tiendra la sixième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur·e·s en Études Africaines (JCEA). Plus de précisions sont disponibles à cette autre adresse: https://jcea2022.sciencesconf.org/