Archives de catégorie : Appels à contributions

AAC: manifestes littéraires et artistiques

La revue French Studies in Southern Africa consacre, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’association AFSSA, un numéro spécial dédié aux manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne.
En pièce jointe l’appel à contributions : Appel Manifeste_AFSSA.
 
La date limite d’envoi des propositions est fixée au 27 mars 2020.

AAC: Langues, littératures et politiques

Appel à communication

pour le 26ème Congrès de l’AFSSA 2020

« Langues, Littératures & Politiques »

Université du Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud

1er, 2 et 3 septembre 2020

Date butoir pour l’envoi des propositions prorogée au 14 février 2020.

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Colloque du Cinquantenaire de l’Association
Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud.

AAC: Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain

Appel à communication

Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain

Journée d’études doctorales

Vendredi 27 mars 2020 à Paris III – Sorbonne Nouvelle

— Appel prolongé jusqu’au 31 janvier 2020 —


Organisée par THALIM (UMR 7172, Paris III – Sorbonne Nouvelle),
Centre Écritures (EA 3943, Université de Lorraine),
Configurations Littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg)

À l’heure où la question de la restitution des biens culturels africains est au centre de vifs débats politiques, il semble opportun d’envisager les dynamiques, plurielles et complexes, des rapports de force qui traversent l’espace littéraire africain francophone. Ces rapports sont pluridimensionnels et dépassent la simple dichotomie entre légitimité et illégitimité, ou entre domination et subordination. Cette journée d’études doctorales souhaite être l’occasion de les explorer de manière dialogique, en portant l’attention sur les négociations et les transferts, d’ordre esthétique, sociologique, linguistique, ou autres.
À l’image des œuvres d’Amadou Hampaté Bâ et de Birago Diop, les premières productions littéraires francophones ont pu afficher la volonté de défendre des traditions orales, en les présentant comme l’essence de la littérature africaine. Sous quelle forme et par quel biais les écrivains africains cherchent-ils à restituer ces traditions orales ? Quelles transformations la mise par écrit et la traduction font-elles subir à ces ethno-textes ? S’agit-il, par la valorisation du patrimoine littéraire traditionnel de contester ou de remplacer le discours de l’Occident sur l’Afrique ? À la lumière de la notion de « Contre-littératures » (Mouralis), comment rendre compte de façon dynamique de la pluralité des relations aux instances de légitimation de la production littéraire et de leur potentielle ambiguïté ? Nous pourrons aussi nous intéresser à l’institutionnalisation de cet espace littéraire, observable dans le processus de la fabrication de « classiques africains ». Ces analyses nous permettront d’illustrer le rapport entre production des œuvres littéraires et cristallisation du concept de patrimoine dans le domaine littéraire.
Sur le plan de la représentation romanesque, les romans nous semblent participer, tantôt par le choix du lieu géographique et du personnage, tantôt par le choix de la forme narrative ou structurale, à cette négociation dynamique des relations. Comment sont représentés les personnages d’interprète ou d’écrivain iconoclaste appartenant à d’autres cultures de l’écrit (alphabet arabe, autres systèmes scripturaux africains) ? Que nous disent les écritures méta-textuelles de vol de manuscrits et de plagiats ? Par ailleurs, les perspectives peuvent être différentes, selon que l’on se place sur le terrain de la littérature francophone ou sur celui des langues africaines. Ces questions peuvent de surcroît être appliquées à l’analyse des postures auctoriales et du lectorat visé : quelles stratégies mettent en œuvre les écrivains qui écrivent en plusieurs langues ou qui ont plusieurs publics (local / international) ? Note-t-on des changements importants dans leur rapport au patrimoine littéraire africain selon le type de lectorat projeté ? Nous pourrons aussi explorer les différentes manières dont les littératures africaines, europhones et africophones se sont saisies et se saisissent des enjeux de spoliation ou de restitution du patrimoine africain. Comment les productions littéraires représentent-elles le pillage des ressources culturelles du continent ?
Enfin, l’évolution des attitudes que manifestent les écrivains africains au sujet de la langue française peut également être révélatrice des relations qui s’instaurent dans cet espace littéraire. Quels discours produisent-ils au sujet du statut de la langue française ? Est-il possible de repérer la position de certains d’entre eux qui revendiquent l’appropriation de cette langue ? Quelles postures d’écrivain découlent de cette configuration particulière ? Les enjeux linguistiques (langue d’écriture, hétérolinguisme, traduction) sont révélateurs d’une volonté de refuser l’hégémonie des langues de la colonisation et de décentrer le point de vue sur la littérature. On pourra à cet égard s’intéresser au processus de décolonisation du corpus par la traduction en langues africaines (Ngũgĩ Wa Thiong’o). La question de la traduction pourra aussi être envisagée sous l’angle du « détournement de capital » (Casanova) ou de la « réparation » (Bandia). Par ailleurs, si les stratégies d’« indigénisation » (Zabus) de la langue sont mises en œuvre comme un moyen de subvertir les termes de l’appropriation culturelle, il serait toutefois légitime de questionner ces projets de subversion en prenant en considération la dépendance actuelle des écrivains africains vis-à-vis des maisons d’éditions françaises pour la diffusion de leurs œuvres.

La journée d’études est destinée à tous les doctorants en littérature. Les propositions de communication (300 mots environ) suivies d’une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer avant le 31 janvier aux adresses suivantes :

alicechdm [apud] gmail.com ; kimbohyun0203 [apud] gmail.com ; etonam69 [apud] gmail.com

AAC/CfP: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique / Literary and Artistic Perspectives on China in Africa (‘la Chinafrique’)

Journée d’étude de l’APELA 2020

Organisée en collaboration avec l’Observatoire des Écritures françaises et francophones contemporaines (CSLF, Paris-Nanterre)

Lieu : Université Paris-Nanterre
Date : 25 septembre 2020

/ One-day workshop, Paris-Nanterre University, 25 September 2020

Langues acceptées : français / english

Les propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser avant le 1er mars 2020 aux trois adresses suivantes : ninon.chavoz@gmail.com ; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

300 word summaries, as well as a short bio, should be sent before 1st March 2020 to ninon.chavoz@gmail.com; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

See english version below

Argumentaire

Si les relations commerciales entre la Chine et l’Afrique remontent au moins aux expéditions de l’amiral Zheng He (1371-1433), c’est véritablement dans les années 2000 que la présence chinoise sur le continent africain s’est développée de manière exponentielle. L’entrée remarquée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce en 2001 est ainsi précédée par la tenue à Pékin de la première édition du forum sur la coopération sino-africaine (octobre 2000). Qu’il soit perçu comme une forme d’entraide entre les pays du « Sud » ou au contraire comme un nouvel avatar de l’impérialisme[1], ce phénomène, souvent considéré comme l’indice d’une nouvelle phase de la mondialisation, a suscité une abondante couverture médiatique et une riche littérature spécialisée. Nombreux sont les travaux qui se sont attachés à mettre en lumière les termes d’un échange censé se révéler mutuellement bénéfique, puisque le drainage des matières premières africaines et l’investissement de nouveaux marchés serait consenti en échange de la construction d’infrastructures ou d’aides ciblées. Le néologisme « Chinafrique », construit sur le modèle de la « Françafrique », résume bien les enjeux de ces recherches contemporaines qui conjuguent perspectives économiques et géopolitiques.
Selon ces travaux récents, le recul des puissances européennes et l’estompement de la logique bipolaire qui prévalait durant la Guerre Froide auraient laissé place à l’avènement d’un véritable « Far West chinois[2] ». Recouvrant l’Afrique anglophone autant que francophone, celui-ci contribue au gommage des frontières coloniales tout en renouant avec des dynamiques impérialistes anciennes. L’intervention chinoise en Afrique suppose en effet à la fois l’entretien d’échanges asymétriques et la projection à plus ou moins long terme dans un destin commun, dont la représentation devient un sujet récurrent des romans de science-fiction[3]. Pour Ibrahima Soumah, ancien membre du gouvernement guinéen, la « chinisation » de l’Afrique est ainsi prétexte à l’écriture d’un « roman d’économie-fiction » qui met en scène l’exploitation économique et militaire du continent avant d’envisager l’issue heureuse qu’autorise la formation d’un couple mixte[4]. L’hypothèse littéraire d’un métissage sino-africain n’a à ce titre rien d’un hapax : elle intervient déjà dans Le Lys et le flamboyant d’Henri Lopes ou, sous la forme travestie d’une hantise de la reproduction, dans l’évocation que livre Dai Sijie des frasques chirurgicales de l’empereur Zheng De[5].
Au-delà de ces formes somme toute classiques de « branchement[6] », l’une des caractéristiques remarquables de la relation sino-africaine réside dans sa triangulation : non contente d’impliquer les deux partenaires de l’échange, elle met également en jeu les anciennes puissances coloniales, au premier rang desquelles se situe la France[7]. Elle nourrit à ce titre un discours diplomatique et scientifique, qui n’est exempt ni de jugements de valeur ni d’investissements affectifs face à l’inquiétante perspective d’un impérialisme d’un nouveau genre, volontiers présenté comme dépourvu de « limites mentales[8]». Là où l’Occident humanitaire serait demeuré prisonnier d’histoires « dérivées du Cœur des ténèbres [9]», le soft power chinois ouvrirait ainsi en Afrique une brèche de liberté, dont la matrice littéraire demeure en construction.
Il peut à ce titre paraître surprenant que les études publiées à ce jour n’aient accordé qu’une place congrue aux effets de la relation sino-africaine sur les imaginaires. En concentrant l’attention sur des productions littéraires, plastiques et cinématographiques, la présente journée se fixe comme objectif de pallier cette lacune. Les textes commentés pourront émaner aussi bien du champ de la littérature institutionnellement reconnue que de ce que Bernard Mouralis appelait dès 1975 les « contre-littératures[10] ».
Dans le souci de mettre en évidence des « regards croisés » sur la Chinafrique, seront en priorité retenues des propositions relatives à la vision de l’Afrique en Chine[11] et à la vision de la Chine et des Chinois en Afrique. La prise en compte de la triangulation de la relation sino-africaine, perçue depuis l’Europe ou l’Amérique, pourra également justifier le détour par des textes et des œuvres d’auteurs ou d’artistes européens et américains.

Trois axes de réflexion majeurs peuvent être dégagés :

  • Néocolonialisme et « littératures de l’extraction ». Comment la Chinafrique participe-t-elle d’une littérature mondiale, voire mondialisée ? Les textes récents consacrés à la relation sino-africaine, à l’exemple de Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane, font volontiers de la présence chinoise l’indice narratif et formel d’une circulation accrue des matériaux, des informations et des hommes. L’espace mondialisé de la Chinafrique peut cependant aussi se concentrer et se réduire au gouffre mortifère de la mine, photographiée, entre autres, par Sammy Baloji. Tidiane N’Diaye dans le domaine de l’essai, Fabrice Loi et Mukaka Chipanta dans le champ de la fiction, Hubert Sauper au cinéma, dénoncent ainsi une colonisation nouvelle. Celle-ci semble d’autant plus insoutenable qu’elle serait insidieuse et prédatrice pour l’environnement soumis à un extractivisme sans limite. Quel commentaire critique la littérature et les arts sont-ils en mesure d’offrir sur le nouvel ordre économique et écologique du monde ?
  • Imaginaires culturels : stéréotypes et empowerment. Dans quelle mesure la relation sino-africaine permet-elle l’émergence de nouvelles figures littéraires et artistiques ? En quoi la Chinafrique nourrit-elle le dépassement ou au contraire le renforcement des stéréotypes[12]? La relation sino-africaine pose indubitablement à nouveaux frais la question de la représentation de l’Autre : tandis qu’une publicité chinoise pour de la lessive reprenait fidèlement il y a peu des antiennes racistes bien connues en Europe[13], l’artiste Hua Jiming se livrait en 2010 à une performance remarquée, destinée à dénoncer les représentations récurrentes des Chinois en Afrique[14]. L’une des figures les plus remarquables dans cet imaginaire est sans doute celle du maître en arts martiaux, exemplairement incarné par Bruce Lee : portée à l’écran par un sosie dans un film du Camerounais Alphonse Beni, cette figure est évoquée entre autres par Dieudonné Niangouna[15] et Alain Mabanckou[16] dans leurs souvenirs d’enfance. Il ne fait aucun doute qu’une telle prédilection pour des héros non occidentaux contribue à la densification des circulations culturelles, voire à l’émergence de nouvelles formes plastiques et littéraires. Quel rôle assigner à ces figures aussi héroïques qu’exotiques ?
  • Du tiers-mondisme au futurisme : diachronie de la relation sino-africaine. Avant qu’elle ne se décline sous la forme capitaliste de la « Chinafrique », voire de la dystopie extractiviste, la relation sino-africaine a d’abord été conçue dans le cadre d’une solidarité tiers-mondiste. Si elle est aujourd’hui économique et volontiers tournée vers l’anticipation d’un futur plus ou moins lointain, cette relation a d’abord été diplomatique, inscrite dans le contexte historique de la conférence de Bandung et de l’émergence du Tiers-Monde. Son évocation littéraire revêt à ce titre une dimension mémorialiste et engagée, dont on trouve l’écho dans les textes contemporains. Comment la littérature et les arts contribuent-ils à inscrire la relation sino-africaine dans une temporalité longue, qui court de l’époque maoïste aux domaines plus ou moins lointains de la science-fiction ?

Continuer la lecture de AAC/CfP: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

AAC: Le devenir du Congo: savoirs, pratiques et imaginaires

Ve Colloque international du CONGO RESEARCH NETWORK
(Université de Milan, 15-16 Septembre 2020)

  • DL Panels: 15/02/2020
  • DL Communications: 29/02/2020

Le Congo Research Network (CRN) organise son cinquième colloque international à l’Université de Milan, les 15 et 16 septembre 2020. Le colloque a pour but de réunir des chercheurs débutants et confirmés dans le domaine des sciences humaines et sociales et qui partagent un intérêt commun pour la RDC. Le comité organisateur espère tout particulièrement encourager l’émergence de réflexions et d’analyses transdisciplinaires et comparatives, au sein et au-delà des études Congolaises.

Cette édition du CRN se concentre sur le concept du « devenir »: le devenir de la recherche sur/autour du Congo (nouvelles voies et nouveaux liens entre « savoirs/épistémologies » et agents—universitaires, artistes, écrivains, acteurs culturels, journalistes et blogueurs, activistes et autres) ; le devenir de la culture congolaise (nouveaux lieux de création et d’exhibition, nouvelles façons de partager/transmettre les savoirs et les pratiques culturelles) ; le devenir du pays et la problématique de la mobilité, non seulement au Congo, mais également en Afrique et dans le monde (changements climatiques et justice sociale). Tout ceci peut s’articuler dans une optique pluri ou transdisciplinaire selon les axes suivants :
– Renaissance africaine et congolaise : décolonisation des savoirs et des pratiques culturelles ;
– Frontières disciplinaires dans les études sur le Congo et stratégies de collaboration au-delà et au-dedans du monde académique ;
– Perspectives (dé)genrées au Congo et dans la diaspora, aujourd’hui et demain ;
– Trauma, résilience, transformation : représentations et négociations ;
– Transitions coloniales-postcoloniales dans le cadre de la mondialisation ;
– Changements climatiques, appropriation des terres et sciences humaines environnementales ;
– Mobilité des gens à l’intérieur et à l’extérieur du Congo (économique, climatique, conflictuelle, politique, etc.)
– « Mikilismes » et nouvelles classes sociales à l’intérieur et à l’extérieur du Congo : dynamiques et (auto)représentations
– Numérisation et culture médiatisée : plateformes, expressions visuelles, base de données, accessibilité aux Technologies de l’Information et de la Communication ;
– Futur des langues congolaises ;
– Congo en tant qu’utopie et dystopie ;
– Imagination des futurs du Congo par l’écriture, le cinéma et les arts visuels.

Les propositions de panel (titre et description, max. 750 mots) doivent être envoyées aux organisateurs par email à congoresearchnetwork@gmail.com avant le 15 février 2020. Les propositions de panel doivent comprendre au moins deux communications individuelles.
Les propositions de communications individuelles (titre et résumé, max. 400 mots) doivent être envoyées à la même adresse avant le 29 février 2020. Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais. Les participants seront informés le 20 mars 2020 sur l’acceptation de leur proposition.

Continuer la lecture de AAC: Le devenir du Congo: savoirs, pratiques et imaginaires

AAC JCEA 2020 à Marseille: L’Afrique en mouvement, en question

L’Afrique en mouvement, en question

Rencontre des Jeunes Chercheurs en Études Africaines 2020

Appel à communication

URL de référence : https://jcea2020.sciencesconf.org/

Modalités de participation :

Les propositions de communication doivent s’inscrire dans l’un des quatre axes identifiés ci-dessus (préciser l’axe choisi). Les résumés, en français, doivent comprendre au maximum 400 mots accompagnés de cinq mots-clés et être déposés sur la plateforme https://jcea2020.sciencesconf.org/ jusqu’au 31 décembre 2019, délai de rigueur. Les auteur.rice.s des propositions retenues seront informé.e.s par mail au plus tard le 15 mars 2020.

MàJ 28/12/2019 : appel prolongé jusqu’au 15 janvier 2020.

Argumentaire

L’Afrique veut construire son propre discours sur les problématiques et défis qui se présentent à elle au regard de son histoire plurielle et dynamique. L’Afrique bouge comme depuis toujours. Elle se fait et se refait sans cesse dans un monde qui semble prôner l’universalisme absolu, l’enjeu étant toutefois de promouvoir la diversité sans s’acculturer. L’Afrique est au cœur des agendas internationaux. À ce propos, la présente rencontre des jeunes chercheur.e.s africain.e.s/africanistes est une opportunité qui peut permettre de contribuer à lever le voile sur ses véritables potentialités. 

Les JCEA 2020 réuniront à Marseille du 07 au 10 juillet 2020 des jeunes chercheur.e.s sur l’Afrique et ses diasporas. Par une approche pluridisciplinaire, avec des sujets transversaux ancrés dans la réalité, ces rencontres, qui se tiendront en même temps que les REAF, proposent de mener une réflexion sur la construction de l’Afrique. Entre enjeux épistémologiques à tendance constructivistes et thématiques actuelles, leur objet questionne une Afrique en mouvement autour de quatre axes.

Axe 1 : Constructions

La question de l’amélioration de la qualité de vie en Afrique demeure une nécessité. Recouvrant les concepts d’« éducation » ou de « formation », la notion de « constructions » traverse l’ensemble des disciplines scientifiques. D’hier à aujourd’hui, l’idée de constructions a fait l’objet de plusieurs débats en Afrique. Pour Joseph Ki-Zerbo (2016 : 115) cette construction doit avoir pour socle les valeurs et initiatives endogènes car « on ne développe pas, on se développe ». Cela signifie que la véritable construction de l’Afrique passe par la mise en valeur de la culture, de la langue, des connaissances propres à l’Afrique et même celles relatives à l’identité africaine en construction.
Toutefois, pour Ahmadou Hampâté Bâ (1992), cette construction de l’Afrique ne devrait pas se faire en autarcie. Elle peut se réaliser dans une perspective hétérogène en prenant en compte les universalisables (Ki-Zerbo, 2016 : 117).  En effet, tout comme A. Hampâté Bâ, pour Axelle Kabou (1991), toutes les valeurs africaines ne sont pas bonnes à conserver, d’où la nécessité de procéder à un tri et de songer à un greffage fécond et succulent (A. Hampâté Bâ, 1992). 
L’intérêt de cet axe réside dans le fait qu’il permet d’interroger et d’évaluer les aspects internes et externes de la construction de l’Afrique, des décennies après les indépendances. Les réflexions de cet axe se focaliseront sur les domaines suivants : l’éducation et la formation, la communication médiatique (canaux et messages), le vivre-ensemble, la gouvernance, les questions économiques et sociales, les valeurs culturelles (langues, littératures, musique, musées, etc.), le monde en Afrique et l’Afrique dans le monde.
L’exigence méthodologique pourra ainsi permettre de revenir sur des questions récurrentes : comment l’Afrique utilise-t-elle “la natte des autres” pour bien se construire ? Le greffage au plan culturel, langagier, éducatif, social, économique, politique est-il une piste viable ? Comment se construit-elle de façon endogène sans s’isoler ?  Comment le continent se projette-t-il et se construit-il dans un contexte marqué par des intérêts géopolitiques et économiques divers ? Quelles sont les stratégies adoptées pour l’accès à “l’éducation pour tous”, afin de lever le déséquilibre régional, et quelle est leur efficacité ? Comment les individus arrivent-ils à se construire face à des situations conflictuelles, de tribalisme, de guerre et de migration ?

Axe 2 : Épistémologies

De nombreux débats scientifiques sont actuellement centrés sur le besoin de “décoloniser la pensée” dans la recherche en Afrique. S’il ne s’agit pas de réfléchir sur une manière africaine d’aborder la recherche, il est question de l’applicabilité de paradigmes pertinents et surtout cohérents dans la recherche en contexte africain.
Cet axe souhaite apporter une réflexion sur ce discours scientifique, la production des savoirs et les savoirs produits dans le cadre des études africaines. Il s’agira, entre autres, de s’interroger sur les paradigmes de recherche, leur construction, “l’écologie de la connaissance” (De Souza Santos, 2014), c’est-à-dire la prise en compte de l’environnement géopolitique dans lequel les savoirs sur les Afriques sont produits.
Quels paradigmes adaptés aux réalités/contextes africains ont été formulés jusqu’ici ? Quelles dynamiques instaurent-ils au sein de la recherche à l’échelle africaine et mondiale ? Comment les institutions se positionnent-elles par rapport à ces dynamiques ? Comment les jeunes chercheur.e.s en études africaines mobilisent-ils ces paradigmes ? Quelles perspectives ceux-ci ouvrent-ils dans leurs pratiques de recherche ?
Sans s’y limiter, l’axe propose de mener une réflexion approfondie autour de la décolonisation des savoirs, des arts et des institutions. Il s’agira de voir en quels termes celle-ci se pose dans le continent et dans la diaspora ; comment elle s’inscrit, par exemple, dans la définition des programmes, dans les pratiques d’enseignement, de recherche et de diffusion, dans le fonctionnement des institutions, dans l’économie du savoir, etc. Par ailleurs, il sera question de mettre en lumière les choix épistémologiques actuels qui n’enferment pas le/la chercheur.e dans des cadres académiques et épistémologiques usuels.

Continuer la lecture de AAC JCEA 2020 à Marseille: L’Afrique en mouvement, en question

AAC : Regards africains sur la diaspora noire

Regards africains sur la diaspora noire

Appel à contribution pour un ouvrage collectif

Les propositions de contributions (en français ou en anglais) d’une longueur maximale de 15 pages (Times New Roman, Interligne 1,5), accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer au plus tard le 31 mars 2020 à l’adresse regardsdiaspora19@yahoo.com

Comité scientifique :

Marie-Rose Abomo-Maurin (Université de Yaoundé I), Clément Akassi (Howard University),  Mohamed Camara (Howard University), Mbaye Cham (Howard University), Adama Coulibaly (Université Félix Houphouët-Boigny), Perpétue Dah (Université Allassane Ouattara), Bi Kacou Parfait Diandué (Université Félix Houphouët-Boigny), Papa Samba Diop (Université Paris-Est Créteil), Selom Komlan Gbanou (Université de Calgary), Martin Gbenouga (Université de Lomé), Leontine Troh Gueyes (Université Félix Houphouët-Boigny), David N’Goran (Université Félix Houphouët-Boigny), Abdoulaye Imorou (University of Ghana, Legon), Léon Koffi (Université Félix Houphouët-Boigny), Dago Gérard Lezou (Université Félix Houphouët-Boigny), Benjamin Ngong (Dickinson College), Adama Samaké (Université Félix-Houphouët-Boigny), Dominique Traoré (Université Félix-Houphouët-Boigny), Lacina Yéo (Université Félix Houphouët-Boigny).

Coordinatrice : A. Mia Élise Adjoumani (Université Félix Houphouët-Boigny) / Contact : a.elise1@yahoo.fr

Argumentaire

Que la diaspora, dans ses représentations de l’origine cherche à établir et maintenir les liens avec la patrie de rêve n’a rien de surprenant car tout porte à penser que le lieu quitté, volontairement ou suivant des contingences politiques, historiques voire naturelles, ne quitte pas le sujet diasporique. Confrontée à une situation de l’entre-deux, son travail de création articule des identités différentes, des cultures qui s’opposent et une mémoire diffuse de l’origine.  Mais comment cette origine pense-t-elle et représente-t-elle sa diaspora ? Telle est la question au centre de cet ouvrage collectif, essentiellement consacrée à l’Afrique.

La perception africaine de la diaspora noire suscite des interrogations car, pendant longtemps, les démarches qui ont visé à instaurer le dialogue entre l’Afrique et sa diaspora se sont faites à l’instigation de cette dernière.
Ainsi en est-il des projets de retour d’Africains à la « terre mère » aux XIX et XXe siècles. Sous la houlette de figures de proue telles que Martin Delany et Marcus Garvey, ces entreprises ont marqué l’histoire du nationalisme noir aux États-Unis. Le suivi des relations avec l’Afrique se réalise, par ailleurs, à travers des manifestations culturelles telles que le Kwanzaa[1] dédié, entre autres objectifs, à la célébration de l’héritage africain. Des démarches individuelles, et/ou collectives, visant à découvrir l’Afrique, à y aller en pèlerinage, à en faire le « pays rêvé » se multiplient à travers des mouvements de retours réels ou fictionnels.
En outre, le rêve panafricain né sur le continent américain aux tournants des XIXe et XXe siècles, avec pour objectif, selon St Clair Drake (1993, 453) « d’accroître les contacts culturels entre [les] différentes composantes [du monde noir] et de les unir dans la poursuite d’intérêts communs », a été concrétisé grâce à des initiatives de personnes issues de la diaspora noire. Au nombre des personnalités qui ont conduit les premiers congrès panafricains, on compte, notamment, le Trinidadien Henry S. Williams et l’Africain Américain William E. B. Du Bois.

Cet élan d’une diaspora noire tournée vers l’Afrique trouve, surtout, sa traduction dans la littérature. À travers des récits tels que Racines d’Alex Haley (1977), Un billet d’Avion pour l’Afrique de Maya Angelou (2011) et La maison d’eau (1973) d’Antonio Olinto, transparaît l’attrait irrésistible que le continent des origines, mythifié et longtemps imaginé, exerce sur une part de la population diasporique.
Parallèlement à cet engouement pour la terre des ancêtres, on note la récente émergence, du côté de l’Afrique, d’un mouvement inverse. Dans le domaine littéraire se signalent des voix qui traduisent une attention de plus en plus accrue portée aux descendants d’Africains dispersés de par le monde du fait de l’histoire de l’esclavage transatlantique, des clivages sociaux instaurés en Afrique par la conférence de Berlin en 1944, des guerres civiles en Afrique, des problèmes socio-économiques, etc. Tierno Monénembo (dans Pelourinho (1995), Les coqs cubains chantent à minuit (2015)), Léonora Miano (La saison de l’ombre (2013)), Florent Couao-Zotti (Les Fantômes du Brésil (2006)), Kangni Alem (Esclaves (2009) ), etc., illustrent une démarche visant à équilibrer les rapports de l’Afrique et de sa diaspora.

Continuer la lecture de AAC : Regards africains sur la diaspora noire