Archives de catégorie : Appels à contributions

Senghor et la promotion de la négritude

Journée d’étude

AIELCEF / ITEM / UCAD

Format hybride : en ligne / Paris, ENS-Ulm

Samedi 21 septembre 2024 

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars : acceptation des propositions
  • 2 septembre 2024 : envoi de la première version orale de la communication
  • 21 septembre 2024 : déroulement de la journée d’étude avec un format hybride, en ligne et à l’ENS-Ulm (Paris).
  • 31 janvier 2025 : réception des articles issus des communications
  • 1er semestre 2026 : publication des actes dans la revue électronique Recherches Francophones (AIELCEF, U. McGill) : https://recherchesfrancophones.library.mcgill.ca/

Argumentaire

Qu’il y ait eu un mouvement de la négritude et que celui-ci ait été fondé à Paris au début des années 1930 autour des personnalités de Césaire, Senghor et Damas apparaît comme un acquis pour l’histoire littéraire et l’histoire des idées. Néanmoins, si l’on se penche sur les textes, les revues, les archives et les réseaux intellectuels, les origines et les confins de ce mouvement s’avèrent quelque peu flous. Il semblerait même que cette idée, somme toute, unitaire du mouvement de la négritude soit le produit d’une construction discursive et institutionnelle rétrospective. Cette journée d’étude — qui se déroulera avec un format hybride, en ligne et en présence (à l’ENS-Ulm de Paris) — souhaite examiner la manière dont Senghor, poète, président et théoricien, au cœur du champ politique et du champ littéraire, a su jouer un rôle crucial dans cette promotion de la négritude.

Continuer la lecture de Senghor et la promotion de la négritude

AAC: REAF 2024

L’appel à communications individuelles par ateliers aux REAF 2024 (Université Côte d’Azur Nice, 1er-4 juillet 2024) est à présent ouvert.

Rendez-vous sur le site des REAF 2024 pour y trouver les propositions d’ateliers retenues (cliquer sur le titre pour lire la proposition complète).

Pour proposer une communication, contacter la/le coordinateur·ice du panel à l’adresse mail renseignée.

Panels accueillant, dans l’interdisciplinarité, des contributions littéraires, et/ou proposés par des membres de l’APELA :

  • Dakar, ville-refuge (Elara Bertho et Ophélie Rillon)
  • Poets of Panglobal Pluridentities: African Diasporic Writers in Austria and Spain (Rémi-Armand Tchokothe)
  • Contemporary African Historical Fiction in English: ‘Contested Pasts’ and ‘Potential History’ (Indiana Lods et Cédrice Courtois)
  • Regards croisés sur le Récadère de Behanzin (Dahomey, 1917) et sur une presse africaine contestataire (Claire Ducournau, Cécile Van den Avenne)
  • Saillance d’un lieu : le port dans la littérature et les arts (Alice Desquilbet, Alice Chaudemanche)
  • Saying the Unspeakable in East Africa (Marguerite Crémoux-Le Roux)

…et des panels concernant les (récits de) migration, le genre…

Les panels doivent être constitués au plus tard pour le 1er décembre 2023 (se renseigner auprès des responsables de panel pour connaître la DL du panel souhaité).

CfP: Filiations and Affiliations

The 49th Annual Meeting of the African Literature Association

Filiations and Affiliations

Bonds, Entanglements, and Social Networks in African Literatures and Cultures

University of Louisville, KY, USA — May 23-25, 2024

Drawing its inspiration from Edward Said’s discussion of the ways in which texts become ‘worldly’ through a series of filiations and affiliations, the ALA invites papers and panels that address such relations in all their forms. What are the filial structures that a text brings to its readers? What kind of affiliative readings might a critic bring to the text to disrupt the filial ties? What are the stakes in engaging in the traffic between filiative and affiliative readings? Beyond considerations of (a)ffiliated critical practice, how do literary and other cultural texts represent filiations and affiliations and in what ways do they constitute such relations? How do the practices of writing, reciting and performing in a variety of expressive forms help consolidate or disrupt filiative or affiliative ties? We invite papers and panels on all aspects of social relationships – filial and affilial as they manifest themselves in African literary and cultural texts.

Suggested topics include:

  • Literary Affiliations: Pan Africanism and Negritude Movements  
  • Autobiography as Affiliative Literary Form  
  • Films, Novels, Plays: Linkages and Departures
  • Trafficking in Texts: Literary, Visual, Social
  • Africanisms, Mythology, and Folklore: Charting African Diasporic Affiliations and Entanglements  
  • Afrofuturism and the Art of Affiliative (Dis)entanglement
  • Affiliative Critiques and the Immigrant Writer  
  • Affiliative Quests: Cultural and Heritage Tourism in African and African Diasporic Literatures  
  • Technological Entanglements: AI and African Literature Futures
  • Institutional Affiliations (professional associations/ writing programs)
  • Writing in/as solidarity
  • Writers’ Associations/Mentors and Protege(e)s
  • Nationalism as Affiliation
  • The Anti-affiliation of Boycotts

Proposals for individual papers (2000 characters in length) and/or proposals for complete panels, roundtables, and seminars (with individual paper abstracts of 2000 characters each) are invited by November 15th, 2023

Click Here to Submit a Proposal

This conference will be held in person only. There are no options for virtual participation.

Please note that participants will eventually need to both be active members and register for the conference.

For inquiries: ALAConf2024@gmail.com

Places in African Literatures / Les lieux dans les littératures africaines

Voici un appel à communication du Collaborative Research Group – African Literatures, les résumés sont attendus pour le 1er décembre 2023.

Atelier Places in African Literatures / Les lieux dans les littératures africaines – 17 /01/ 2023

CRG African Literature

January 17th 2024

Matin (10h – 13h)

Extension critique de l’« anthologie écopoétique située des littératures africaines »

Le projet d’« anthologie écopoétique située des arts et des littératures » propose une cartographie en ligne des lieux écologiquement menacés sur le continent africain et de leur prise en considération littéraire et artistique. Il s’agit à la fois de rendre compte de l’ampleur et de la variété des agressions écologiques en cours (effets du réchauffement climatique, grands projets miniers ou industriels, pressions hydrologiques, etc.) et de la diversité des réponses culturelles et sociales qui sont apportées à ces défis.
L’objectif est de cartographier les pratiques artistiques et littéraires en faveur de la défense de l’environnement en différents endroits du continent africain. Le parti pris est d’appréhender la crise environnementale au niveau local, là où elle est éprouvée par des populations. Cela peut se traduire par une prise en charge littéraire et artistique qui recense, constate, condamne les dégradations environnementales, etc. Une telle cartographie montre que les dynamiques locales sont des points d’appui pour esquisser une cosmopolitique des lieux.
L’objectif élargi de ce projet sera de regrouper, pour nous chercheur.euses en littérature africaine et/ou en humanités environnementales, les références critiques, littéraires, artistiques, écologiques du continent. Cela pourrait constituer une base de données spécifiques que nous pourrions alimenter au fur et à mesure.

Les participant.e.s pourront ajouter un point sur la carte en présentant brièvement l’œuvre et le contexte écologique des œuvres. Toutes les langues sont absolument bienvenues pour enrichir ce projet. Nous suggérons de venir avec un point en tête, c’est à dire une œuvre correspondant à un problème écologique, et de pouvoir le présenter brièvement (maximum 15 minutes) aux autres participant.e.s. Pour toute question, n’hésitez pas à écrire aux coordinatrices de la matinée, Camille Lavoix camille.lavoix@uni-wuerzburg.de et Margaux Vidotto margauxvidotto@orange.fr.

Après-midi (14h30- 16h30)

Que font les lieux à la recherche sur les littératures africaines ?

La référence de plus en plus fréquente à des lieux précis dans les études littéraires africaines a des effets sur les méthodologies de recherche que nous voudrions interroger au cours de cette journée d’étude. Il s’agira d’échanger nos expériences sur la question de l’articulation entre les textes que nous étudions, les lieux où ils sont rédigés, archivés ou publiés et les lieux dont ils parlent. Y a-t-il un sens à prendre en compte une territorialité des textes littéraires et des archives ? Quelle place donnons-nous au terrain dans notre travail de recherche ? Comment peut-on parler d’un attachement au lieu ? La prise en compte des lieux est-elle la condition d’une recherche située ? Autant de questions dont nous voudrions discuter à partir de quelques exemples de recherches en cours. Nous prévoyons d’écouter 4 présentations suivis de discussions.

Merci d’envoyer vos propositions (pour une présentation de maximum 20 minutes) aux coordinateurs de l’après-midi, Xavier Garnier xavier.garnier@sorbonne-nouvelle.fr et Elara Bertho elara.bertho@gmail.com .

La journée se déroulera en hybride, avec une forte préférence pour l’accueil en présentiel. Une aide financière pourra être accordée aux jeunes chercheurs ; se rapprocher dans ce cas du comité d’organisation.

Les présentations en français devront être accompagnées d’un powerpoint résumant le propos en anglais.

In English – CRG African Lit Workshop

In French -CRG African Literature Workshop

AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Journée d’étude jeunes chercheurs & chercheuses « Littératures du Sud » (APELA)

09 février 2024, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

Organisation : Laboratoires Configurations littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg), Écritures (EA 3943, Université de Lorraine) et THALIM (UMR 7172, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), sous l’égide de l’APELA.

  • Léa Dumetier, Université de Strasbourg,
  • Ismaël Koné, Université de Lorraine,
  • Marie Pernice, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

La journée se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais 75005 Paris). S’il nous tient à cœur de proposer des échanges en présentiel qui permettent de tisser des liens, les communicant.e.s ne pouvant se déplacer auront toutefois la possibilité d’intervenir en visioconférence. Un déjeuner et des collations seront offerts aux personnes présentes sur place, mais les frais de déplacement et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge.
Nous invitons tout particulièrement les jeunes chercheurs et chercheuses qui souhaitent s’initier à la pratique de la communication scientifique à proposer une intervention : cette journée d’étude a aussi pour vocation d’offrir un cadre bienveillant à ceux et celles qui ne sont pas encore rompus à l’exercice. 

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 13 novembre 2023 aux trois adresses suivantes : ismael.kone@univ-lorraine.fr, lea.dumetier@etu.unistra.fr et marie.pernice@sorbonne-nouvelle.fr.
Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées à partir du 27 novembre 2023.

Argumentaire

Si l’œuvre littéraire naît toujours dans le bruissement de l’ensemble des textes antérieurs qui ont nourri son auteur, la pratique de la réécriture implique de revendiquer ouvertement le lien privilégié entretenu avec le corpus qui sert de base à la création. De la citation à l’adaptation, du pastiche à la parodie, la réécriture change ainsi de forme au gré de la distance que l’auteur prend par rapport à son modèle, tout autant que de l’attitude plus ou moins révérencieuse qu’il adopte à son égard. À travers ce choix complexe de la position depuis laquelle écrire, l’auteur se confronte à l’autorité des textes littéraires qu’il décide de retravailler. Comme le souligne Dominique Maingueneau dans L’Analyse du discours, la réécriture « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes. »[1] Réécrire offre dès lors l’occasion à l’auteur soit de chercher une forme de légitimité à travers la reconnaissance dont bénéficient les œuvres qu’il reprend, soit au contraire de questionner, voire de rejeter, le canon que celles-ci incarnent.

Appel à communication – Résistance des réécritures_Littératures du Sud_2024

Continuer la lecture de AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Léopold Sédar Senghor : genèse d’une œuvre

Journée d’étude à la BnF Richelieu

vendredi 20 juin 2024

La BnF conserve le fonds de manuscrits littéraires de Senghor le plus riche au monde. Il est constitué de deux legs successifs, celui du poète-président lui-même en 1979 (trois volumes, côtes 17884-17886) et celui de son épouse en 2006 (deux volumes, côtes 28103 1 et 2). À cela s’ajoutent les nombreuses lettres conservées dans les fonds d’autres auteur·rice·s, des éditions/rééditions rares, ainsi que des enregistrements sonores et audiovisuels, qui montrent le dialogue entre le poète et les artistes : voir le catalogue général (ici) et le catalogue « Archives et manuscrits » (ici).
Puisque, jusqu’à présent, peu d’études ont été consacrées au processus d’écriture du poète-président, la BnF et le groupe de recherche international L. S. Senghor souhaitent mettre en valeur ce patrimoine manuscrit et, par la même occasion, développer les études senghoriennes à partir d’une approche génétique de ses œuvres littéraires et de ses textes théoriques ou politiques. Que nous apprennent les manuscrits et les archives au sujet du style et de la langue de Senghor, de la composition de ses poèmes et de ses recueils, de ses traductions des langues africaines et de l’anglais, des liens intertextuels et des rapports intersémiotiques, ou encore des sociabilités littéraires et du milieu intellectuel et éditorial dans lequel l’œuvre a pris place ?
Loin de se limiter au fonds de la BnF, les communications pourront mobiliser d’autres archives de/sur Senghor à travers le monde. Elles pourront s’appuyer également sur les versions préoriginales parues dans des revues ou des ouvrages collectifs. Elles pourront, enfin, élargir la réflexion génétique aux domaines de l’intersémiotique et de l’intertextualité en considérant certains écrits senghoriens comme des avant-textes d’adaptations sonores et audiovisuelles, ou encore des avant-textes d’œuvres d’autres auteur·rice·s.

Direction scientifique

Edoardo Cagnan (ENS-BnF) et Claire Riffard (ITEM)

Calendrier prévisionnel
  • 8 décembre 2023 : envoi des propositions de communication (500 mots max.) et des notices bio-bibliographiques à l’adresse edoardo.cagnan@sorbonne-universite.fr
  • 22 décembre 2023 : notification aux auteur·rice·s des propositions retenues.
  • 1er juin 2024 : réception d’une première version orale de la communication.
  • 20 juin 2024 : déroulement de la journée d’étude.
  • 26 juillet 2024 : réception des articles.
  • 15 octobre 2024 : publication du numéro thématique dans la revue Continents manuscrits (ici).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2669

CfP: Back to Africa

Back to Africa: Literary Representations of Return in African Literatures

One-day International Conference 

Campus Condorcet

Paris, 25th October 2023

The French University Sorbonne Paris Nord, in collaboration with the Italian University of Bologna, is organising a one-day International Conference devoted to postgraduate students and early researchers on the topos of return in African literatures.

Aim

This one-day conference aims to investigate how the different forms of return to the African continent are represented in African literatures. We hope to welcome a wide variety of contributions from postgraduate and early-career researchers that do not exclusively focus on the Global North – Global South axis but also on infra-continental patterns of migration as well as understudied migratory axes within the Global South. While, for pragmatic reasons, contributions will be delivered in English, we hope they will tackle narratives of return from different African countries and in a variety of languages, both local and national.

Individual or joint papers will be allotted 20 minutes, followed by a discussion at the end of each panel.

Submission Guidelines

Calendrier révisé : Les contributeurs potentiels sont invités à envoyer leur résumé à backtoafrica.condorcet@gmail.com avant le 16 août 2023. Les notifications d’acceptation seront envoyées le 30 août 2023.

We invite proposals for individual papers that address these and related topics. Proposals should include an abstract of around 250 words, a brief biographical statement and contact information. 

Prospective contributors should send their abstracts to backtoafrica.condorcet@gmail.com by July 30, 2023. Notifications of acceptance will be sent by August 30, 2023.

We look forward to receiving your proposal and to a productive conference.

Call for papers-Back to Africa_Condorcet

Context

After years spent in the USA as a migrant, Ifemelu, the protagonist of Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2013), realises that her home country, Nigeria, “became where she was supposed to be, the only place she could sink her roots in without the constant urge to tug them out and shake off the soil.” This “gravitational pull,” as Maximilian Feldner (2019) calls it, has been perceptible in African literatures throughout the years so much so as to represent one of its constitutive features.
In the still ongoing “age of the refugee, the displaced person, mass migration” (Said 1984), the need to return found in African Literatures seems, at first glance, to be at odds with the postcolonial debates around hybridity, cosmopolitanism, and rootlessness or route-oriented belonging. As Salman Rushdie (1983) declared, “roots […] are a conservative myth, designed to keep us in our places.” On a similar note, drawing from the Igbo knowledge system, Chinua Achebe (1994) employs the concept of rootlessness as a metaphor for writing: “If you’re rooted to a spot, you miss a lot of the grace. So you keep moving, and this is the way I think the world’s stories should be told — from many different perspectives,” he argued. Thus, how can return be tackled without mooring it to discourses imbued with essentialism, nationalism, and exclusion, all of which could potentially be derived from rootedness? 
Perhaps, however, it is the very tension between routes and roots that should be overcome. It is what James Clifford (1997) attempted to do in his work Routes: Travels and Translation in the Late Twentieth Century. With the return, the homonymic opposition is resolved because coming back to one’s roots involves the act of travelling – routes. But can one ever come back home? As beautifully shown by the novel On Black Sisters’ Street (2011), originally written in Dutch by Nigerian writer Chika Unigwe, migrants, while abroad, might experience a kind of nostalgia. After their return, however, this nostalgia might morph into disillusion and even alienation, as shown by Obi, the protagonist of Chinua Achebe’s No Longer at Ease (1960).

Continuer la lecture de CfP: Back to Africa