Archives de catégorie : ASOHLIS

Approches socio-historiques des littératures du Sud

Approches socio-historiques des littératures des suds

État des lieux et perspectives

Colloque à l’Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Page de l’évènement sur le site de l’unité de recherche : https://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/colloques/approches-socio-historiques-des-litteratures-des-suds

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Le colloque entend ainsi contribuer à restituer le déploiement temporel et la constitution historique de ces littératures (leur histoire, les acteurs, les lieux, les institutions et les vecteurs qui les portent ; les crises qu’elles traversent, les échecs ou les freins qu’elles rencontrent ; les polémiques ; les conditions de possibilités et d’existence qui en résultent ; la tradition littéraire qui en découle…). Il s’intéressera aux phénomènes de domination et de hiérarchisations entre les littératures tant dans leur généalogie historique (le rapport au passé colonial et à la décolonisation par exemple) que dans leurs déploiements contemporains (modalités de consécration, rapport centre/périphéries, rapport au national…) ; sans négliger d’observer les pratiques concrètes et l’agentivité propre des écrivains et des autres acteurs concernés  : il s’agit de saisir la structuration d’ensemble du monde littéraire, dans ses aspects symboliques, économiques, politiques, en prêtant attention à tous les acteurs de la littérature (agents, éditeurs, critiques, traducteurs, publics…). Il entend enfin restituer la sédimentation textuelle de ces dynamiques historiques et sociales (intertextualités, autoréflexivités des auteurs…) et les pratiques littéraires passées ou présentes. La démarche sera donc également attentive aux approches sociocritiques au sens large, et notamment aux représentations sociales voire politiques, inscrites dans les textes selon différentes perspectives (nation, classe, genre, race…), faits de discours qui constituent autant de prises de position dans le champ social.

Les propositions d’intervention pourront viser à :

  1. dégager les enjeux méthodologiques, critiques, voire socio-politiques des approches de type matérialiste/sociales/historiques pour les littératures des Suds ;
  2. dresser un bilan de l’existant (travaux publiés, institutions, travaux en cours) ;
  3. problématiser les concepts et les méthodologies (champ littéraire, autonomie, système littéraire, méthodes quantitatives, sociocritique, etc.) ;
  4. illustrer les perspectives sociologiques par des études de cas, d’une portée générale aussi large que possible

Comité d’organisation

  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Comité scientifique

  • Elara Bertho (CNRS)
  • Virginie Brinker (Université de Bourgogne)
  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Paul Dirkx (Université de Lille)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valery-Montpellier)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Maëline Le Lay (CNRS)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)
  • David N’Goran (Université Houphouët-Boigny)
  • Elena di Pede (Université de Lorraine)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Approches sociologiques des littératures de jeunesse

Séminaire ASOHLIS

Lundi 9 mai – 14h-17h  

Pauline Franchini, « La littérature de jeunesse afro-brésilienne contemporaine comme territoire de résistance »

Au Brésil, la littérature afro-descendante, et a fortiori celle destinée à la jeunesse, s’est inventée et se développe en dehors des grands circuits nationaux de diffusion et de consécration. Cette communication se propose de décrire cet espace littéraire brésilien peu ouvert à la diversité, ainsi que les stratégies des auteurs, autrices et maisons d’éditions spécialisées pour exister en marge des réseaux légitimés du monde des Lettres, en revendiquant une auto-identification au paradigme du marronnage et de la résistance culturelle. Le cas brésilien sera comparé au cas de la littérature young adult des États-Unis, où les voix des minorités se font de plus en plus entendre.

Pauline Franchini est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature générale et comparée de l’Université de Bourgogne. Sa thèse, soutenue le 8 décembre 2021, s’intitule La littérature de jeunesse contemporaine des Amériques à la croisée des minorités (Brésil, Caraïbe, États-Unis). Elle est actuellement ATER à l’Université d’Aix-Marseille.

Delia Guijarro Arribas, « Sociologie de l’édition jeunesse : une comparaison France, Espagne, Belgique »

La production des livres jeunesse se caractérise par une importante fragmentation à plusieurs niveaux : catégories génériques, tranches d’âge, livres divertissants ou éducatifs, avec ou sans textes, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché, adoptant des formats divers, ciblant filles ou garçons. A partir d’une étude croisée et comparée de trois pays, la France, la Belgique et l’Espagne, il est possible d’analyser l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Notre intervention vise précisément d’une part à interroger comment mener à bien cette comparaison, à partir de quelles sources et avec quel cadre théorique. Et d’autre part, elle veut rendre compte des apports méthodologiques de ladite comparaison dans le cas particulier de l’édition jeunesse.

Delia Guijarro Arribas est docteure en sociologie par l’EHESS. Actuellement elle mène en parallèle deux projets de recherche en post-doctorat : un intitulé « Editer pour la jeunesse en Belgique » au sein du FNRS et l’Université de Liège, l’autre « Pour une nouvelle histoire de Bayard » au sein de l’Université de Bordeaux.

Séminaire en visioconférence sur Teams 

Inscription : Virginie.Brinker@u-bourgogne.fr

Assia Djebar et Boualem Sansal dans le champ littéraire

Dans le cadre du séminaire ASOHLIS, Ricarda Knauf, doctorante en Lettres à l’Université de Bourgogne, présentera le lundi 21 mars de 14h à 16h une communication intitulée :

“Internationalité (con)textuelle et déconstruction nationaliste : Assia Djebar et Boualem Sansal dans le champ littéraire”

Cette étude de cas portera sur l’internationalité de Djebar et de Sansal dans le champ littéraire mondial, et ce d’un point de vue à la fois textuel et contextuel, ainsi que sur la déconstruction du principe nationaliste qui peut l’accompagner. Le corpus d’étude est constitué par Les Nuits de Strasbourg (Djebar, 1997) et Le Village de l’Allemand ou le journal des frères Schiller (Sansal, 2008). 

Le séminaire est accessible en visio via Teams.

Inscriptions : virginie.brinker@u-bourgogne.fr

Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude 22 juin 2021

Université de Lorraine, Metz

UFR Arts Lettres et Langues (Ile du Saulcy)

Groupe de recherche ASOHLIS / ECRITURES EA 3943

 Journée d’étude en format « hybride ». Inscription à la séance sur « Teams » sur demande.

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », font l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Coordination Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Tristan Leperlier (tristan.leperlier@gmail.com)

Comité scientifique : Groupe ASOHLIS (Approches socio-historiques des littératures des Suds).

Continuer la lecture de Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou

Le prochain séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu le vendredi 7 mai de 14h à 16h30.

Nous y écouterons Aurore Desgranges, doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou, dont la communication en avril a dû être différée, et échangerons avec elle autour du thème suivant :

“Les conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou”.

Le séminaire a lieu sur ZOOM.

Pour y participer, veuillez contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer !

Journée d’étude ASOHLIS

Journée d’étude ASOHLIS du mardi 22 juin à Metz

Quelles approches socio-historiques des littératures des Suds ?

Coordination : Pierre Halen & Tristan Leperlier

Participants : groupe de recherche ASOHLIS, mais il reste des possibilités pour présenter une intervention

Mode hybride : participations en présence et à distance (via Zoom)

Argument

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures du Sud ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », fait l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, ou à mettre à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Déclaration d’intérêt à communiquer dès que possible.

Titre, argument et plan sommaire de communication à soumettre avant le 15.04.2021

Le programme sera communiqué au plus tard le 01.05.2021.

Inscriptions préalables auprès de Tristan Leperlier : tristan.leperlier@gmail.com & Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr

Comité scientifique : Groupe Asohlis

Prochain séminaire ASOHLIS

Le prochain séminaire du groupe de recherche ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu vendredi 2 avril de 14h à 16h30/17h.

Aurore Desgranges (doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou) y proposera une communication intitulée :

« Les conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou»

Le séminaire a lieu sur ZOOM.

Pour y participer, n’hésitez pas à contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous y retrouver ou rencontrer !