Archives de catégorie : Billets

Hommage à Musanji Ngalasso-Mwatha

A l’occasion de ses 50 ans de carrière universitaire, l’Université de Bordeaux Montaigne et le laboratoire CELFA-CLARE (EA 4593) organisent, en hommage au Pr. ém. Musanji Ngalasso-Mwatha, un colloque international, les 18 et 19 novembre 2021 : Regards croisés sur le français et ses usages dans l’espace francophone : créativités langagières et identités socio-discursives.

Programme Colloque CELFA 18-19 nov 21

JCEA 2022

Les 27 et 29 juin 2022 se tiendra la sixième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Le(s) Afrique(s) face aux crises ? Ruptures et continuités ». L’évènement se déroulera sur le campus de l’université Toulouse Jean-Jaurès, en parallèle aux septièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF), tous deux organisés par le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS).

Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA  aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.

La thématique choisie pour cette édition : « Le(s) Afrique(s) face aux crises ? Ruptures et continuités » se veut englobante et la notion de crise peut être comprise de façon diverse : crise économique, sanitaire, sociale, identitaire, environnementale etc. 

https://jcea2022.sciencesconf.org/

Rencontre littéraire avec Max Lobe

22 septembre 2021
19:00 – 21:00

Le 22 septembre prochain, l’Institut français de Berlin vous invite à une rencontre littéraire avec l’écrivain Max Lobe, en partenariat avec l’Association pour l’étude des littératures africaines et l’université Humboldt qui organisent un congrès dédié aux activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines.

Né à Douala en 1986, Max Lobe est un écrivain queer d’origine camerounaise vivant en Suisse depuis l’âge de dix-huit ans.
Bercé par la littérature et les contes d’Afrique subsaharienne, il admire, entre autres, Aminata Sow Fall, Calixthe Béyala, Birago Diop, mais aussi Alain Mabanckou, Fatou Diome ou encore Sefi Atta. Il s’intéresse également à la littérature suisse et notamment aux textes de C.F. Ramuz qui constituent aujourd’hui une de ses sources d’inspiration.
Publiée aux éditions Zoé, son œuvre aborde les questions de l’identité, de la migration et de l’homosexualité dans une langue imagée et pleine d’humour. Son roman La Trinité bantoue a été traduit en allemand par Katharina Triebner aux éditions Austernbank Verlag.

La rencontre sera animée par Thorsten Dönges, responsable de la programmation littéraire et de l’Autor*innenwerkstatt Prosa au Literarisches Colloquium Berlin.

Pour pouvoir assister à la rencontre, il vous sera demandé de présenter un test négatif au coronavirus ou une preuve de guérison ou une preuve de vaccination complète. Le port du masque reste obligatoire.

Inscriptions : anmeldung.berlin@institutfrancais.de

Contemporary Congolese Literature as World Literature

Parution du numéro spécial de la revue Journal of World Literature sur Contemporary Congolese Literature as World Literature, par les soins de  Julien Jeusette et Silvia Riva (Special Issue, Volume 6 (2021): Issue 2, June 2021)
 
 

La liane écoféministe de Suzanne Césaire

6ème séance du séminaire FEMPOCO 2020-21

Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire

Université de Guyane

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1501

La sixième séance du séminaire de recherche FEMPOCO de 2020-2021 consacré aux « femmes artistes et féminismes noirs de l’Afrique à ses diasporas » sera l’occasion de s’intéresser à Suzanne Césaire, née Roussi. Cette intellectuelle et professeure de lettres qui fut l’épouse d’Aimé Césaire est l’auteure d’une œuvre trop méconnue mais importante pour l’histoire littéraire antillaise et l’écocritique postcoloniale.

L’intervenante Anny-Dominique Curtius, enseignante-chercheure en études francophones et en théorie culturelle à l’Université d’Iowa (États-Unis), auteure de Suzanne Césaire, Archéologie littéraire et artistique d’une mémoire empêchée (Paris, Karthala, 2020), proposera une intervention sur « Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire ». Elle analysera le texte intitulé « Le grand camouflage » paru dans Tropiques à l’instar des autres textes de Suzanne Césaire (tous republiés dans Le grand camouflage: écrits de dissidence, 1941-1945, édition établie par Daniel Maximin, Paris, Seuil, 2009).
Dans son poème-hommage « Suzanne Césaire, ma mère », Ina Césaire écrit : « Ma mère active féministe avant la lettre, attentive à chaque progrès de la libération des femmes ». Comment faudrait-il interpréter cette déclaration et comment déceler les manifestations concrètes de ce féminisme dans l’éventail conceptuel que Suzanne Césaire nous propose ?
Dans « Le grand camouflage » le personnage féminin Bergilde, danseuse bèlè et paysanne, condense et synthétise une émancipation esthétique que l’on peut identifier comme un écoféminisme spécifique qu’elle articule dans la revue Tropiques (1941-1945). Bergilde est aussi l’ancêtre littéraire de plusieurs figures féminines libres et subversives dans les littératures caribéennes. Cet écoféminisme s’inscrit dans la pensée multidimensionnelle de Suzanne Césaire qu’Anny-Dominique Curtius appelle une « lianedialectique », et le corps dansant et souffrant de Bergilde est une « lianecept » plutôt qu’un concept. Puisque le malaise civilisationnel que Suzanne Césaire analyse prend sa source dans la déshumanisation de populations transbordées puis esclavisées, ce sont les empêchements et les déstabilisations des corps qu’il est urgent d’interroger, d’où le rééquilibrage des corps féminins ancrés dans des réalités socio-économiques subalternes. À travers Bergilde, elle annule donc l’iconographie édénique des Tropiques magnifiques et des femmes-doudou séductrices et insouciantes. Il s’agira donc de lire la danse de Bergilde et ses hanches cataclysmiques comme une déclaration écoféministe d’existence culturelle, politique et civilisationnelle par laquelle Suzanne Césaire exorcise une histoire douloureuse dont le corps de Bergilde porte les traces.

La séance se déroulera le mardi 25 mai à 14h (heure de Cayenne) à l’Université de Guyane, en salle F002 pour le personnel et les étudiants de l’Université. La répondante de la séance sera Tina Harpin, maître de conférences en Littérature Comparée à l’Université de Guyane, contributrice sur l’écoféminisme dans le récent numéro de la revue Littérature (vol. 201, n°1, mars 2021, https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021) pour le dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle » dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/). 

Il sera possible de suivre le séminaire en live sur la page Facebook de l’Université de Guyane ou sur Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/84153519694?pwd=U0wvTkMrY2FFWUE1T2xIdmpzaW0wdz09.