Archives de catégorie : Billets

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

Les jeudis du GED : Sorcières, tyrans, héros

Les jeudis du GED

Le jeudi 10 octobre 2019 à 18 heures

Elara Bertho présente

Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains. Honoré Champion, 2019

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Discutante : Odile Goerg

Point d’accueil temporaire du GED Hors les murs
Rez-de-jardin de la MSH-Paris nord.
20, avenue George Sand, Saint-Denis La Plaine.
Métro Front Populaire

L’Afrique dans les romans pour la jeunesse

Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne (1991-2010)

Les pièges de la bonne intention

Élodie Malanda

     
Collection Francophonies N°12
1 vol., 584 p., broché, 15,5 x 23,5 cm. 
ISBN 978-2-7453-5071-8.60 

Quels regards les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne portent-ils sur l’Afrique subsaharienne ? Cinquante ans après les indépendances ces romans affichent souvent leur volonté de se distancer de l’héritage colonialiste. Or, cette « bonne intention » se heurte régulièrement à des limites. En résulte un écart entre les valeurs explicitement défendues par les textes et celles qu’ils véhiculent de fait. En s’appuyant sur plus de 130 romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne parus en France et en Allemagne entre 1991 et 2010, Élodie Malanda identifie les manifestations de cet écart et explore des pistes narratologiques pour le réduire. Étude fine et engagée, L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne. 1991-2010. Les pièges de la bonne intention s’inscrit dans le tournant éthique des études littéraires et ouvre de nouvelles perspectives pour la nécessaire décolonisation de la littérature de jeunesse.
 

Élodie Malanda est docteure en littérature comparée de l’Université Sorbonne Nouvelle. Elle travaille actuellement à la Stiftung Internationale Jugendbibliothek.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/champion/11020-book-08535071-9782745350718.html

Genèse de La Mulâtresse Solitude

Prochaine séance du séminaire Schwarz-Bart 2018-19,

coordonné par Jean-Pierre Orban dans le cadre des travaux de l’équipe “Manuscrits francophones” :

Samedi 15 juin 

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Pavillon Pasteur (1er étage)

10h30 – 12h30
 
Catherine RoveraGenèse et sources de La mulâtresse Solitude d’André Schwarz-Bart 


Avant d’être le roman paru sous ce nom en 1972, La mulâtresse Solitude est un cycle romanesque dont l’idée originelle remonte à 1955. Initialement conçu en 7 volumes, ce cycle aurait fait l’objet de 19 tentatives entre 1960 et 1965 et totalisé jusqu’à 1800-1900 pages. Le roman succède à Un plat de porc aux bananes vertesmais est signé d’André Schwarz-Bart seul. Il est lui-même le fruit d’une genèse longue et sinueuse, comme en atteste l’avant-texte, si fragmentaire soit-il. Ce sont certains moments-clés de cette genèse complexe que nous tenterons de mettre au jour grâce à l’analyse des documents d’archives, à savoir : le manuscrit autographe (et en partie calligraphié) du roman, les brouillons et les notes de travail afférentes mais aussi le paratexte, et notamment la correspondance de l’auteur avec les éditions du Seuil. Il sera par ailleurs question d’exogenèse, car nous nous interrogerons sur le travail documentaire effectué en amont par l’auteur, afin de voir si certaines des sources historiques qu’il revendique sont décelables dans l’avant-texte. Cette étude à la fois macro- et micro-génétique permettra de suivre l’évolution du projet esthétique d’André Schwarz-Bart au fil de la composition de l’œuvre, et nous pourrons alors nous demander si le processus créatif de La mulâtresse Solitudeprocède du même élan que celui du Dernier des justes. En d’autres termes n’y aurait-il pas, en sus d’une évidente contiguïté, une profonde continuité dans le processus créatif de l’œuvre juive et du cycle noir ?

Catherine Rovera est maître de conférences en langue et littérature anglaise à l’Université Paris-Dauphine et responsable depuis 2015 de l’équipe “Joyce et le Modernisme Anglophone” à l’Institut des textes et manuscrits modernes. Ses recherches portent sur les manuscrits d’auteurs modernistes (Jean Rhys, Virginia Woolf, James Joyce). Elle a collaboré à la publication de plusieurs carnets de Finnegans Wake de Joyce et est l’auteur d’une monographie sur la genèse du dernier roman de Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, intitulée Genèses d’une folie créole: Jean Rhys et Jane Eyre (Hermann, 2015). Elle travaille actuellement à une édition génétique des carnets de lecture de Woolf. En parallèle, depuis plus récemment, elle s’intéresse au fonds Simone et André Schwarz-Bart et plus spécifiquement à la genèse du cycle antillais.

*
14h30 à 16h30 
 
Fanny Margras La réception de l’œuvre des Schwarz-Bart aux Antilles 
 
Si l’accueil réservé aux œuvres des Schwarz-Bart à Paris dans les années 60-70 a déjà été longuement étudié, celui qui leur fut réservé aux Antilles, et plus particulièrement en Guadeloupe, n’a encore été que brièvement survolé.
Or, bien souvent, l’entrée en silence d’André Schwarz-Bart, qui cesse de publier dès la sortie de La Mulâtresse Solitude en 1972, est dite motivée par la polémique que le roman a suscitée dans la société antillaise, alors marquée par des luttes politiques et indépendantistes violentes. Ces luttes, vécues de plein fouet par les époux Schwarz-Bart qui vivent en Guadeloupe entre 1963 et 1965, puis y séjournent très régulièrement jusqu’à leur installation définitive en 1978, auraient précipité l’auteur dans une « terrible mélancolie », et l’arrêt de la publication de ce que la critique nomme aujourd’hui « le cycle antillais » et « le cycle juif ».
Peu de témoignages subsistent cependant de cette époque politiquement tourmentée, qui confirment ou infirment cette hypothèse. Nous essayerons cependant, par l’étude des archives de journaux conservées aux Archives Départementales de la Guadeloupe, et une série d’entretiens réalisés entre septembre 2018 et juin 2019, de parcourir la réception immédiate qui fut celle des premiers écrits d’André et de Simone Schwarz-Bart, du Dernier des Justes, 1959, à La Mulâtresse Solitude, 1972, notamment dans les milieux lettrés et influents de l’île.

Fanny Margras est détentrice d’un master de lettres de l’Université Lyon 2-Lyon 3, spécialité « francophonie littéraire », qu’elle a consacré principalement aux écritures caribéennes (« Subvertirle féminin pour subvertir l’écriture. Etude de L’Homme au bâton d’Ernest Pépin et de Hadriana dans tous mes rêves de René Depestre » et « Concilier la tradition et le contemporain : El Obsceno pájaro de la noche de José Donoso et L’homme aux sept noms et des poussières de Xavier Orville, en quête de nouveaux codes romanesques. »). Bi-admissible à l’agrégation de Lettres Modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle. Sa thèse porte sur la collaboration littéraire entre André et Simone Schwarz-Bart (dir. Pr. CARLAT D., Université de Lyon, co-encadr. Mme CASSIN L., Université des Antilles). Elle est l’auteure de deux articles : « L’écriture carnavalesque – étude de la section VI de Parole prise, parole donnée, Mohammed Hmoudane. », Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili Tullon, décembre 2012 Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo) et « Le thème de l’errance : étude comparée de Parole prise, parole donnée (Mohammed Hmoudane) et Le livre de l’hospitalité (Edmond Jabès).», Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili-Tullon, décembre 2012 (Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo).

Atelier du Pipeline for Emerging African Studies Scholars

Relayé à partir de : Congo Research Network

Atelier du Pipeline for Emerging African Studies Scholars (PEASS) d’African Studies Review (ASR)


organisé en collaboration avec l’Institut d’Études Africaines de Dakar

Jeudi 4 juillet 2019, Dakar, Sénégal

L’atelier vise à encourager des chercheurs émergents en études africaines  à soumettre des textes non encore publiés, écrits en francais, et à les aider à en faire des propositions d’articles de haute qualité. Les chercheuses et chercheurs éligibles pour soumettre une demande de participation à l’atelier sont, idéalement, les chercheurs postdoctoraux, les tous nouveaux titulaires du doctorat, et les doctorants qui sont proches de soutenir leur thèse. Les participants sélectionnés pour prendre part à l’atelier auront l’opportunité de travailler directement avec des spécialistes reconnus, pour retravailler leurs projets d’articles qu’ils auront soumis avant l’atelier. Cet atelier sera exclusivement en français.

Les objectifs généraux de l’atelier sont les suivants:

1. Augmenter le nombre d’articles soumis par les chercheuses et chercheurs émergents aux comités de lecture des revues de premier rang, en particulier ASR ;

2. Améliorer la qualité des propositions soumises par les chercheuses et chercheurs émergents ;

3. Améliorer l’accès des chercheuses et chercheurs émergents à ASR;

4. Augmenter le taux de participation des chercheuses et chercheurs émergents dans le processus d’évaluation des articles de revues scientifiques ;

5. Améliorer les opportunités de contacts et de collaboration entre universitaires partageant les mêmes idées.

L’atelier se déroulera de 8h00 à 18h00, et comprendra des discussions en groupes, petits et larges, mais aussi des séances de mentorat entre les participants et leurs mentors.

Pour plus de détails, cliquez sur le lien suivant https://africanstudies.org/wp-content/uploads/2017/08/ASR-PEASS-Dakar-Call-FR.pdf

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Buata B. Malela

préface de Jean Bessière

Paris, Anibwe, coll. Liziba poche, 2019, 320p ISBN : 9782916121192

PRÉSENTATION extrait préface Jean Bessière (professeur ém. Université Paris 3 Sorbonne)

À partir de l’exemple d’Aimé Césaire, Buata Malela propose une mise en situation des écrivains antillais et africains qui ont dominé la scène littéraire francophone depuis la seconde guerre mondiale et une relecture de leurs œuvres. Il ne propose ni biographies, ni monographies des uns et des autres, ni des lectures directes de leur abondante production romanesque, poétique, dramatique. […] Son propos relève d’une sociologie de la littérature, entendue de manière spécifique : écrivains et œuvres se comprennent selon leurs positions comparées au regard des faits du pouvoir colonial et de l’aliénation, et selon les rapports d’accord, de désaccord, manifeste ou implicites, qu’ils entretiennent entre eux et à travers leurs idéologies et leurs œuvres.

URL de référence : https://www.anibwe.com/produit/buata-b-malela-aime-cesaire-et-la-relecture-de-la-colonialite-du-pouvoir-2/

“Focus Rwanda” à Nairobi

Theatre, memory and reparation in Rwanda

With: Dalila Boitaud, stage director, Cie Uz et coutûmes, Uzeste (Gironde, France), Assumpta Mugiraneza (social psychologist, Iriba Center, Kigali), Ariane Zaytzeff (Assistant Professor in French and Francophone Literature at University of Toulouse-le-Mirail). Facilitators : Maëline Le Lay (CNRS/IFRA-Nairobi) and Armelle Gaulier (LAM Bordeaux).

How to make art, and more specifically performing arts, about the Rwandan genocide? What are the stakes and the goals of such performances in contemporary Rwanda, in times of official calls for reconciliation and reparation ? How does theatre address issues such as the trauma’s heritage and the future?

French stage director, Dalila Boitaud, Rwandan social psychologist Assumpta Mugiraneza and French lecturer Ariane Zaytzeff will discuss these issues, confronting their views and experiences of making art in Rwanda and organizing workshops about arts & (post)memory.

Venue: IFRA
Date: 1st February 2019
Time: 4-6pm

http://ifra-nairobi.net/event/roundtable-theatre-memory-and-reparation-in-rwanda

Readings on Petit pays by Gaël Faye

With : Assumpta Mugiraneza (social psychologist, Iriba Center, Kigali), Ariane Zaytzeff (Assistant Professor in French and Francophone Literature at University of Toulouse-le-Mirail), Maëline Le Lay (CNRS/IFRA-Nairobi), Armelle Gaulier (LAM Bordeaux) and the Alliance française Reading club.

Rwandan social psychologist Assumpta Mugiraneza, French lecturers and researchers Ariane Zaytzeff, Armelle Gaulier and Maëline Le Lay will tell us about Gaël Faye’s musical and literary trajectory and will seek to ponder about the reasons of such a success by analyzing Petit Pays within the corpus of Rwandan genocide literature. Eventually the issue of the novel’s translation in Kinyarwanda and English in 2018 will be addressed.

Venue: Alliance Française de Nairobi
Date: 31st January 2019
Time: 5-7pm

http://ifra-nairobi.net/event/readings-on-petit-pays-rencontre-autour-de-petit-pays

These two seminars will be held in French.

focus rwanda (1) new (1)

Roundtable Theatre, memory and reparation

Readings on Petit Pays _ Rencontre autour de Petit Pays_ 31st Jan (Seminar in French)-1