Archives de catégorie : Billets

Lilyan Kesteloot n’est plus (1931-2018)


Lilyan Kesteloot dans son logement parisien à l’automne 2017
© Jean-Pierre Orban / Jean-Pierre Orban

Lilyan Kesteloot nous a quittés le 28 février de cette année. Née le 5 février 1931 à Bruxelles, elle partageait son temps entre Dakar, où elle avait été successivement Professeur à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), puis directrice de recherches à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), et Paris, où elle était chargée de cours à la Sorbonne. Elle était pour nous une collègue et une amie.

Son amour de l’Afrique était né de sa jeunesse passée au Congo. Sa thèse de doctorat sur Les écrivains noirs de langue française : naissance d’une littérature, soutenue en 1961 à Bruxelles, publiée en 1963 et régulièrement rééditée depuis lors, marqua le début d’une longue et fructueuse carrière d’enseignante-chercheur.  Invitée par Senghor à la Faculté de Lettres de l’Université de Dakar au début des années 1970, elle y fit sa carrière, inspirant toute une génération d’étudiants et encadrant de nombreux enseignants-chercheurs.

Lilyan était mondialement connue, d’abord pour son Anthologie négro-africaine publiée en 1967, mais plus généralement pour sa contribution à l’histoire des littératures africaines francophones et ses publications sur la négritude, Senghor et Césaire, et pour ses travaux sur les littératures orales d’Afrique subsaharienne (Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire et Burkina Faso en particulier) et sur l’épopée en particulier. Elle était restée très active, et avait notamment participé à la journée d’étude de l’APELA, Tranches d’histoire : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines à l’université Paris-Est Créteil le 19 septembre 2014, au cours de laquelle elle s’était entretenue avec Papa Samba Diop sur “Comment on écrit l’histoire”. Un ouvrage d’hommage lui a été consacré en 2013 : Au carrefour des littératures Afrique-Europe: Hommage à Lilyan Kesteloot (Abdoulaye Keita, Karthala).

Françoise Ugochukwu
Présidente de l’APELA

A lire :

Décès de Claude Wauthier (1923-2018)

Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès, le 22 février dernier à l’âge de 94 ans, de celui qui fut le premier président de l’APELA, Claude Wauthier.

Né le 23 août 1923, licencié en droit et en lettres, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il entra en 1952 à l’Agence France-Presse où il fit toute sa carrière. Particulièrement intéressé par le monde africain, il occupa successivement les postes de directeur des bureaux régionaux de Lomé (entre 1956 et 1958), Tunis (1961-62), Alger (1963-1965) et Johannesburg (1966-68). Rentré en France, il fut nommé rédacteur en chef adjoint puis rédacteur en chef de l’AFP.

Il était l’auteur d’ouvrages importants qui resteront des ouvrages de références : L’Afrique des Africains, inventaire de la Négritude (1964 ; rééd. 1977), Anatomie de l’apartheid (sous le pseudonyme de Walter Limp, 1972), Les 50 Afriques (en collaboration avec Hervé Bourges, 1979), Quatre présidents et l’Afrique (1995), Guy Penne, Mémoires d’Afrique (entretiens avec Claude Wauthier, 1999), Sectes et prophètes d’Afrique noire (2007).
Outre de nombreux articles et conférences dans lesquelles il faisait preuve d’une érudition exemplaire, il a joué un grand rôle dans l’introduction en France d’auteurs de langue anglaise : André Brink dont il préfaça Au plus noir de la nuit (1977), Edward W. Said dont il  traduisit la postface de l’auteur à l’édition française de Orientalism (1997), Nadine Gordimer dont, seul ou en collaboration, il traduisit de nombreux titres.

Lorsque, au début des années 1980, Alain Ricard, Denyse de Saivre, Virginia Coulon et moi-même avons envisagé de créer l’APELA, tout de suite nous en parlâmes à Claude Wauthier qui accepta d’entrer dans le Bureau de l’association et de se présenter comme président lors la première assemblée générale en 1983.
Le rôle de Claude Wauthier fut déterminant pour plusieurs raisons. Ses responsabilités à l’agence France Presse montraient d’abord que l’APELA n’entendait pas se limiter au monde universitaire. Par ailleurs, sa vaste connaissance de la diversité du continent africain indiquait une volonté de sortir de l’espace « francophone ». Enfin, son intelligence, souvent teintée d’humour et de drôlerie, des milieux politiques africains et français faisait apparaître une complexité et, souvent même, une imprévisibilité des situations qui allaient bien au-delà de l’éclairage qu’est censée apporter la notion, si peu opératoire en définitive, de « France-Afrique ». Cette justesse de ton qui le caractérisait lui permit d’intervenir avec efficacité en faveur des écrivains africains victimes de l’arbitraire (Soyinka, Ambroise Kom, etc.) : dans sa brièveté lapidaire, une dépêche signée Wauthier ou inspirée par lui perçait toujours le défaut de l’armure et, de plus, elle pouvait être facilement reproduite.
Bref, il y avait, dans tous les sens du terme, un style Wauthier et je crois que l’APELA en profita largement tout au long de ces années où il en assura la présidence. Et elle continue d’en bénéficier en restant fidèle au principe, si souvent oublié ailleurs, qui fait sa force et son originalité : on ne peut étudier les littératures africaines qu’à la condition de les considérer d’abord dans leurs pluralité. Pluralité des langues, des pratiques littéraires et culturelles, des modes de production, de transmission et de réception des textes. Pluralité aussi des genres, des chercheurs, des méthodes.

Personnellement, je perds un ami de longue date que j’ai d’abord connu en lisant lors de sa parution L’Afrique des Africains et que j’ai eu ensuite la chance de rencontrer régulièrement dans le cadre des activités de l’APELA.

Au nom de toutes celles et ceux qui l’ont connu à l’APELA, je voudrais simplement adresser à sa famille l’expression de notre profonde sympathie.

Bernard Mouralis
Ancien Secrétaire général de l’APELA

Brumaire : la saga de la nouvelle poétique capverdienne

Arménio Vieira, Filinto Elísio et Márcia Souto

à la Fondation Gulbenkian

Quando

Seg, 12 fevereiro, 2018
18:30 até 20:00

Onde

Sala de conferências
39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Bilhetes

Entrada livre

À partir de la présentation des derniers livres de Arménio Vieira (Prix Camões 2009), Sequelas do Brumário, Fantasmas e Fantasias do Brumário et Silvenius – Antologia Poética, les conférenciers Filinto Elísio, poète, et Márcia
Souto, éditrice, mettront en valeur à la fois la singularité de la poétique de Vieira et les chemins esthétiques d’une nouvelle génération de poètes capverdiens. Ces derniers, dans son sillage, élaborent une poésie cosmopolite, existentialiste, très marquée par un profond et prolifique dialogue avec d’autres poètes du monde entier ainsi que par une intertextualité intense avec des oeuvres universelles, notamment françaises.

Cycle d´études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone, organisé par Maria-Benedita Basto, Olinda Kleiman, Agnès Levécot, Irene dos Santos et Egídia Souto (université Paris Sorbonne/CRIMIC – Centre de recherche sur les mondes ibériques et ibéro-américains contemporains; université Sorbonne Nouvelle/CREPAL – Centre de recherches sur les pays lusophones; CNRS), en partenariat avec Rosa Porcelana Editora.

Conférence en liaison avec la présentation du livre Cartas de Amilcar Cabral a Maria Helena: a outra face do Homem, dans le cadre d’une rencontre autour de la littérature cap-verdienne contemporaine, par Filinto Elísio Silva et Maria-Benedita Basto – 13 février, 18h, Ambassade du Cap Vert.

URL de référencehttps://gulbenkian.pt/paris/pt-pt/evento/armenio-vieira-filinto-elisio-marcia-souto/

Nuit de la lecture : Mia Couto

Balade littéraire pour la 2° édition de la Nuit de la Lecture

Le 20 janvier 2018 à Toulouse

La Cave Poésie René-Gouzenne et cinq librairies du centre de Toulouse se sont rassemblées pour proposer un itinéraire inédit de lectures à travers la ville.
En cette soirée du 20 janvier elles nous ouvriront leurs portes pour faire honneur aux littératures en tous genres…

Librairie Floury Frères : Le Fil des Missangas de Mia Couto

A 18h00

Mia Couto est sans doute un écrivain majeur du continent africain. Auteur de romans, de nouvelles et de contes, son univers puise aux sources d’un langage unique, d’une rare poésie, africain et universel.
Le fil des Missangas est un recueil de 29 fables, contes qui tous ancrées dans un quotidien basculent subitement dans l’extraordinaire, l’extravagant, le fabuleux afin de dire la vie de femmes face à la dureté des temps, les blessures de vies mais également des désirs inaccomplis, des joies inespérées ….

Lu par Murex, tandem de poésie à deux voix : Nathalie Pagnac pour les cordes vocales et Ernest Barbery pour la partie musicale.

Librairie Floury Frères
36 Rue de la Colombette, 31000 Toulouse
05 61 63 44 15

Toutes les représentations sont gratuites, et durent environ 45 minutes chacune.

Evènement soutenu par le Ministère de la Culture et la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles)

Rencontre avec James Noël

Université Rennes 2, lundi 4 décembre 2017

Suite à la Journée d’étude « Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent : Savoir politique des arts face aux crises du contemporain« , organisée par Emmanuel Bouju, Audrey Giboux, Charline Pluvinet et Yolaine Parisot à l’Université Rennes 2 le lundI 4 décembre 2017:

Rencontre à 18h avec l’écrivain James Noël autour de son roman Belle Merveille (Zulma, 2017) à la librairie Le Failler (8 rue Saint-Georges, Rennes).

Né à Hinche (Haïti), ancien pensionnaire de la Villa Médicis, James Noël, poète et comédien, est l’auteur de plus d’une dizaine de recueils poétiques dont Le Sang visible du vitrier, La Migration des murs et Le Pyromane adolescent. Au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010, il fonde, avec la plasticienne Pascale Monnin, la revue littéraire et artistique IntranQu’illités, assortie d’une résidence d’écriture. On lui doit également l’Anthologie de poésie haïtienne, publiée aux éditions du Seuil, en 2015. Son premier roman, Belle Merveille, fait partie de la rentrée littéraire de cet automne. James Noël est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent

« Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent : savoir politique des arts face aux crises du contemporain »

lundi 4 décembre 2017, espace recherche UFR ALC, Université Rennes 2

Journée d’étude organisée par

Emmanuel Bouju, Audrey Giboux, Charline Pluvinet (Cellam, Université Rennes 2) et Yolaine Parisot (LIS, Université Paris Est-Créteil), avec le soutien de l’IDA – R

Programme :

  • 11h15 – Accueil des participants
  • 11h30 – Introduction, Yolaine Parisot, Université Paris-Est Créteil
  • 11h45 – Sylvie Servoise, Le Mans Université, « L’écrivain contemporain ou le “maître ignorant” : les ambiguïtés du “parler pour” »
  • 12h30 – Discussion
  • 13h – Déjeuner
  • 14h30 – Maëline Le Lay, LAM – UMR 5115 Sciences Po Bordeaux / CNRS, « Les usages des notions de performance et performativité dans le paysage artistique de l’Afrique des Grands Lacs »
  • 15h15 – Flavia Bujor, Université Bretagne-Sud, « Dire les corps séropositifs : du savoir de l’autofiction au témoignage fictif »
  • 16h – Cyril Vettorato, ENS de Lyon, « Daddy, you do not do? Ambivalences de la figure paternelle chez quelques poétesses de la Caraïbe (Goodison, Kanor, Lorde, Morejón, Saldaña) »
  • 16h45 – Discussion

18h – Rencontre avec l’écrivain James Noël, Librairie Le Failler (8 rue Saint-Georges, Rennes), autour de son roman Belle Merveille, éditions Zulma, 2017.

Télécharger le programme de la journée en pdf : Programme Journée d’étude

Affiche de la JE en pdf : affiche JE

Ce que l’art fait à la citoyenneté : rencontre avec Emmanuel Dongala

La prochaine séance du séminaire « Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques » se tiendra le jeudi 16 novembre 2017 à la Bibliothèque Universitaire de Lettres de BordeauxMontaigne, de 10h30 à 12h (3è étage, rayon littérature).

Pour cette septième séance du second cycle intitulé « Ce que l’art fait à la citoyenneté », en partenariat avec Lettres du Monde – « Rêve général ! », 14è édition du festival des littératures du monde, et avec la Licence Babel de l’Université Bordeaux-Montaigne, nous aurons le plaisir de recevoir Emmanuel Dongala, romancier pour une séance sur le thème suivant :

« Photos de luttes d’une rive à l’autre »

Romancier prolixe, Emmanuel Dongala poursuit depuis plus de quarante ans une œuvre singulière qui, tout en brassant des thématiques variées – les enfants-soldats dans Johnny chien méchant, la violence socio-économique du capitalisme dans Photo de groupe au bord du fleuve – reste innervée par un motif constant : celui de la lutte sociale. Si la plupart de ses romans se déroulent en Afrique, le dernier, La Sonate à Bridgetower (2017), nous promène dans l’Europe du XVIIIe siècle qui bruisse des cris de la Révolution française et qui voit se craqueler son système esclavagiste.

Flyer de l’évènement : 20171109 S2.7 mail DEF R

Page du séminaire : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques

Page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/