Archives de catégorie : Billets

Atelier du Pipeline for Emerging African Studies Scholars

Relayé à partir de : Congo Research Network

Atelier du Pipeline for Emerging African Studies Scholars (PEASS) d’African Studies Review (ASR)


organisé en collaboration avec l’Institut d’Études Africaines de Dakar

Jeudi 4 juillet 2019, Dakar, Sénégal

L’atelier vise à encourager des chercheurs émergents en études africaines  à soumettre des textes non encore publiés, écrits en francais, et à les aider à en faire des propositions d’articles de haute qualité. Les chercheuses et chercheurs éligibles pour soumettre une demande de participation à l’atelier sont, idéalement, les chercheurs postdoctoraux, les tous nouveaux titulaires du doctorat, et les doctorants qui sont proches de soutenir leur thèse. Les participants sélectionnés pour prendre part à l’atelier auront l’opportunité de travailler directement avec des spécialistes reconnus, pour retravailler leurs projets d’articles qu’ils auront soumis avant l’atelier. Cet atelier sera exclusivement en français.

Les objectifs généraux de l’atelier sont les suivants:

1. Augmenter le nombre d’articles soumis par les chercheuses et chercheurs émergents aux comités de lecture des revues de premier rang, en particulier ASR ;

2. Améliorer la qualité des propositions soumises par les chercheuses et chercheurs émergents ;

3. Améliorer l’accès des chercheuses et chercheurs émergents à ASR;

4. Augmenter le taux de participation des chercheuses et chercheurs émergents dans le processus d’évaluation des articles de revues scientifiques ;

5. Améliorer les opportunités de contacts et de collaboration entre universitaires partageant les mêmes idées.

L’atelier se déroulera de 8h00 à 18h00, et comprendra des discussions en groupes, petits et larges, mais aussi des séances de mentorat entre les participants et leurs mentors.

Pour plus de détails, cliquez sur le lien suivant https://africanstudies.org/wp-content/uploads/2017/08/ASR-PEASS-Dakar-Call-FR.pdf

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Buata B. Malela

préface de Jean Bessière

Paris, Anibwe, coll. Liziba poche, 2019, 320p ISBN : 9782916121192

PRÉSENTATION extrait préface Jean Bessière (professeur ém. Université Paris 3 Sorbonne)

À partir de l’exemple d’Aimé Césaire, Buata Malela propose une mise en situation des écrivains antillais et africains qui ont dominé la scène littéraire francophone depuis la seconde guerre mondiale et une relecture de leurs œuvres. Il ne propose ni biographies, ni monographies des uns et des autres, ni des lectures directes de leur abondante production romanesque, poétique, dramatique. […] Son propos relève d’une sociologie de la littérature, entendue de manière spécifique : écrivains et œuvres se comprennent selon leurs positions comparées au regard des faits du pouvoir colonial et de l’aliénation, et selon les rapports d’accord, de désaccord, manifeste ou implicites, qu’ils entretiennent entre eux et à travers leurs idéologies et leurs œuvres.

URL de référence : https://www.anibwe.com/produit/buata-b-malela-aime-cesaire-et-la-relecture-de-la-colonialite-du-pouvoir-2/

“Focus Rwanda” à Nairobi

Theatre, memory and reparation in Rwanda

With: Dalila Boitaud, stage director, Cie Uz et coutûmes, Uzeste (Gironde, France), Assumpta Mugiraneza (social psychologist, Iriba Center, Kigali), Ariane Zaytzeff (Assistant Professor in French and Francophone Literature at University of Toulouse-le-Mirail). Facilitators : Maëline Le Lay (CNRS/IFRA-Nairobi) and Armelle Gaulier (LAM Bordeaux).

How to make art, and more specifically performing arts, about the Rwandan genocide? What are the stakes and the goals of such performances in contemporary Rwanda, in times of official calls for reconciliation and reparation ? How does theatre address issues such as the trauma’s heritage and the future?

French stage director, Dalila Boitaud, Rwandan social psychologist Assumpta Mugiraneza and French lecturer Ariane Zaytzeff will discuss these issues, confronting their views and experiences of making art in Rwanda and organizing workshops about arts & (post)memory.

Venue: IFRA
Date: 1st February 2019
Time: 4-6pm

http://ifra-nairobi.net/event/roundtable-theatre-memory-and-reparation-in-rwanda

Readings on Petit pays by Gaël Faye

With : Assumpta Mugiraneza (social psychologist, Iriba Center, Kigali), Ariane Zaytzeff (Assistant Professor in French and Francophone Literature at University of Toulouse-le-Mirail), Maëline Le Lay (CNRS/IFRA-Nairobi), Armelle Gaulier (LAM Bordeaux) and the Alliance française Reading club.

Rwandan social psychologist Assumpta Mugiraneza, French lecturers and researchers Ariane Zaytzeff, Armelle Gaulier and Maëline Le Lay will tell us about Gaël Faye’s musical and literary trajectory and will seek to ponder about the reasons of such a success by analyzing Petit Pays within the corpus of Rwandan genocide literature. Eventually the issue of the novel’s translation in Kinyarwanda and English in 2018 will be addressed.

Venue: Alliance Française de Nairobi
Date: 31st January 2019
Time: 5-7pm

http://ifra-nairobi.net/event/readings-on-petit-pays-rencontre-autour-de-petit-pays

These two seminars will be held in French.

focus rwanda (1) new (1)

Roundtable Theatre, memory and reparation

Readings on Petit Pays _ Rencontre autour de Petit Pays_ 31st Jan (Seminar in French)-1

Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain

Parution du n° 91 de la revue Présence Francophone

Le dossier dirigé par Kodjo Attikpoé et Josias Semujanga porte sur « Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain ».

Pour accéder au sommaire : http://college.holycross.edu/departments/mll/pf/somm91.htm

PF 91 page couv

Sony Labou Tansi, naissance d’un écrivain

Sony Labou Tansi – Naissance d’un écrivain
Céline GAHUNGU

CNRS éditions

Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.

Céline GAHUNGU

Agrégée, docteure de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université où elle est chargée de cours, Céline Gahungu est chercheuse associée à l’ITEM/CNRS et y co-dirige l’équipe « Manuscrits francophones ». Ses recherches portent sur les archives des littératures africaines.

Flyer_Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7718-sony-labou-tansi.html

In Koli Jean Bofane, La belle de Casa. Par Daniel Delas

In Koli Jean Bofane, La belle de Casa, roman, Actes Sud, 2018, 204 p.

Récompensé par de nombreux prix pour ses deux premiers romans (Mathématiques congolaises, 2008 et Congo inc., le testament de Bismarck, 2014), l’écrivain congolais (né en RDC en 1954) nous livre aujourd’hui un roman qui, pour n’être guère à proprement parler un bon roman avec une intrigue qui file du bon fil classique, n’en est pas moins un livre fort intéressant.
Pourquoi ? Eh bien d’abord parce qu’est un roman purement francophone. C’est-à-dire qu’il est écrit en français mais baigne dans un contexte qui ne fait aucune référence à la culture française. Un grand écrivain cité, elle est algérienne, c’est Assia Djebar ; une référence musicale de la culture populaire, c’est Booba dans Garde la pêche

Si t’es sérieux, t’es mon prisonnier, handek
Sinon t’es ma pute
Périlleuse est la street
J’ai un gun dans mon fut’, handek

Le dialogue de rencontre traditionnel en Afrique est lui aussi modernisé et déconstruit de sorte que si vous ne le connaissez pas, la référence vous manque pour goûter le sel ironique  d’un échange comme celui-ci :

– Comment vas-tu, Sese ? A la maison, ça va ?
– Pas mal.
– Et la santé ?
– Nickel
– Hamdoulilah. Et Lahla Saida, elle va bien ?
– Super.
– Hamdoulilah. Et les enfants ?
– Au top
– Hamdoulilah (p.121)

Avec ici de nombreuses références à la culture arabo-maghrébine, puisque le héros, Sese, est un jeune Congolais, naïf et souriant, une sorte de Candide pour un lecteur de culture française, avec ce prénom emprunté par son père aux multiples prénoms du ‘maréchal’ Mobutu. Parti du Congo pour la Normandie, il se retrouve débarqué dans une petite crique du Maroc, près de Casablanca, mégalopole proche aujourd’hui des 4 millions d’habitants. Débrouillard, souriant, il gagne vite sa vie en parlant « un sabir fait de français, d’arabe et d’un peu de darija ». Son travail ? « Brouteur » (cyber séducteur ) et « shayeur » (pratiquant l’arnaque au compte bancaire), il n’a pas le sentiment d’être un escroc ; il n’y a pas de travail officiel pour les migrants au Maroc qui vivent dans la crainte. Alors… Il écrit aussi des poèmes aussi naïfs que lui-même et qui reflètent sa culture et non celle de l’école française :

Mon amie, je dis, hein, tu ne me parles pas ?
On t’invite à un njoka et toi, tu fais le style ?
Je wanda sur toi, hein
Mon amie, il y a quoi ?

Avec un héros de ce genre, il est abusif, comme le fait la 4e de couverture, de dire qu’il s’agit d’un livre de dénonciation, il y a simplement à Casablanca comme ailleurs de la corruption immobilière, de la précarité pour les migrants et un statut méprisé pour les femmes. (p. 25)

Par sa gentillesse et sa pureté, Sese se fait une amie qui est aussi une sorte d’ovni dans le paysage marocain, la belle Ichrak, qui rend coup pour coup aux dragueurs en tous genres, avec une virulence qu’on ne voit guère au Maroc. Ichrak est assassinée. Le commissaire de police Daoudi, salopard retors qui a tenté de violer la jeune femme, est sinon l’auteur, du moins l’instigateur du forfait. Par qui exactement et pourquoi ? tout le roman sera hanté par cette question à laquelle il n’est pas répondu, ce qui est frustrant pour celui qui voudrait lire ce livre comme un roman policier. Voici le dernier passage (presqu’à la fin du livre, p. 202), curieusement marqué d’un violent lyrisme consacré à la fin de Daoudi

Les jnouns qui attisaient des braises dans sa cage thoracique l’obligeaient aussi à déployer des efforts inouïs pour juguler le hurlement qui se pressait à sa gorge comme un torrent de feu et qui lui faisait mal à s’en arracher la poitrine. A défaut de ne pouvoir accomplir cela, qu’au moins le cri puisse l’étouffer jusqu’au bout, pour en finir, et que ça s’arrête. (p.202)

Le ton de ce passage contraste avec la tonalité générale du récit, ironique et fluide. Cette hétérogénéité de ton nuit à une lecture suivie ainsi qu’à l’unité de ce prétendu « roman ».

*

Imparfait, on l’a dit, ce roman qui n’est guère qu’une chronique, ou disons plutôt une docu-fiction, une galerie de personnages dont les actions ne sont reliées entre elles que par le vent du désert, Chergui, ce qui est un peu artificiel même si, en donnant un intitulé météorologique à chaque chapitre, il suggère que les hommes sont emportés par les désirs animaux qu’apporte et emporte le vent. Fiction rendue cependant lumineuse par le sourire naïf et l’amour simple de Sese, le petit Congolais malin, « à qui on donnerait le bon Dieu sans confession » (p.192).

Daniel Delas

Pour citer cet article : In Koli Jean Bofane, La belle de Casa. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 15/12/2018, https://apela.hypotheses.org/2858.

Humanités numériques et « Verba Africana »

Colloque international / International Conference

Organisation : Daniela Merolla
LACNAD, Langues et Cultures du Nord de l’Afrique et Diasporas
en collaboration avec l’Université de Leyde (Pays-Bas)
Contacts :
  • daniela.merolla@inalco.fr
  • ouzna.ouaksel@inalco.fr

Humanités numériques et «Verba Africana»:
oralité, médias, et partage du savoir scientifique

Lieux :
Jeudi 20 décembre 2018, 14h à 18h30
Bulac, Salle RJ. 24,
65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
 
Vendredi 21 décembre 2018, 10h à 18h
Salons de la Maison de la recherche de
l’Inalco
2 rue de Lille, 75007 Paris
 
 
Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique répond aux questionnements posés par les études les plus récentes sur la recherche des littératures orales africaines et les multimédias (voir Merolla et Turin 2017, Merolla D., J. Jansen et K. Naït-Zerrad 2012 ; Bell et Turin 2012, Baumgardt et Garnier 2014-2017, Baumgardt et Derive 2011, Geismar 2013, Jansen 2012, Stockinger 2011). Cette rencontre internationale portera sur deux aspects de la thématique générale : la réflexion incontournable aujourd’hui sur les outils multimédias dans l’étude de l’oralité et l’interrogation sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales.
 
 
Le colloque nous permettra d’interroger, dans une perspective pluridisciplinaire, l’apport et les contraintes des nouveaux médias à la recherche en littérature orale. Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique présente les interrogations dérivées des nouveaux volumes multimédias de la série Verba Africana intégrant les documents écrits et audiovisuels dans la recherche, l’enseignement et l’apprentissage des langues et des littératures africaines orales (Iraqw – Tanzania, Lubà – Congo, Berbère– Algérie). Le colloque a également pour objectif de réfléchir sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales. Adoptant une approche innovante, ce colloque explore l’idée du partage comme modèle pour construire et diffuser la connaissance du patrimoine littéraire avec les personnes qui y sont représentées.