Archives de catégorie : Billets

Sadafricain

Sadafricain
Sade au miroir des littératures africaines francophones
Érotisme, violence et obscénité

Colloque international

Sorbonne Université, Faculté des Lettres, 23-24 janvier 2020

CIEF – CELLF  EA 1337 – CONFIGURATIONS LITTÉRAIRES ITEM/CNRS

Jeudi 23 janvier 2020

Amphithéâtre GEORGES MOLINIÉ (rue Serpente)

09h00  Accueil des participants

09h30  Ouverture du colloque par Jean-Christophe Abramovici, Romuald Fonkoua et Céline Gahungu (SorbonneUniversité) 

Session 1

Les Afriques de Sade
Avers et revers : quels échos dans les littératures africaines ?

Présidence de séance : Jean-Christophe Abramovici (Sorbonne Université)

  • 10h00-10h45  Patrick Graille (Wesleyan University à Paris) : « La légende des boucheries de chair humaine. Autour d’une allusion de Sade dans Aline et Valcour »
  • 10h45-11h30 Michel Delon (Sorbonne Université) : « Paradoxe de la syllepse »
  • 11h30-12h15  Jean-Michel Devésa (Université de Limoges) :  « De quel désir (de violence) Sadafricain est-il le nom ? »

Pause déjeuner 

Session 2 

Phantasiologies : autour de Sami Tchak

Présidence de séance : Anthony Mangeon  (Université de Strasbourg)

  • 14h00-14h45 Acif Membourou Adoka (Université Omar Bongo) : « L’écriture de l’obscène : essai de filiation entre Tchak et Sade »
  • 14h45-15h30  Analyse Kimpolo (Sorbonne Université) : « Corps, entre sensualité débridée et violence transgressive dans Hermina et La Place des fêtes de Sami Tchak »
  • 15h30-16h15 Céline Gahungu (Sorbonne Université) : « Corps des mots, goût des livres : les Arts d’aimer de Sami Tchak » 

Pause café

 (16h30-17h30)

Rencontre littéraire avec Sami Tchak animée par Romuald Fonkoua  

VENDREDI 24 janvier 2020

Amphithéâtre GEORGES MOLINIÉ (rue Serpente)

Session 3 

Sadien, sadique, sadisme : dans l’Enfer de l’écriture

Présidence de séance : Jean-Michel Devésa (Université de Limoges)

  • 9h00-9h45   Noël Bertrand Boundzanga (Université Omar Bongo) : « Le corps alité de Marthe et sa rature. Joseph Tonda contre Sade ? »
  • 9h45-10h30    Lydia Vázquez et Juan Manuel Ibeas-Altamira (Universidad del País Vasco) : « La Vie lente et sadienne d’Abdellah Taïa »
  • 10h30-11h15  Alice Desquilbet (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) : « Les ravages sadiens de “ma hernie” dans Machin la Hernie de Sony Labou Tansi » 

Session 4 

Impulsions, circulations, disséminations

 Présidence de séance : Marzia Caporale (University of Scranton) 

  • 11h30-12h15  Ninon Chavoz (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) : « Le “Décaméron Noir”, héritages érotiques de Leo Frobenius »
  • 12h15-13h00 Lynda-Nawel Tebbani (Université de Lorraine) : « Le vocabulaire érotique dans le roman algérien contemporain »

Pause déjeuner 

Session 5 

Performer l’obscène

Présidence de séance : Noël Bertrand Boundzanga (Université Omar Bongo)

  • 14h00-14h45  Sylvie Chalaye (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) : « Dramaturgies afro-contemporaines : le sexe au bout de la langue »
  • 14h45-15h30  Sonia Le Moigne-Euzenot (CNRS/ITEM), « X. L’obscénité de la reformulation de soi »

Pause café

Session 6 

Transgressions, subversions : construire une érotique « féminine » ?

Présidence de séance :Sylvie Chalaye (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) 

  • 15h45-16h30  Marzia Caporale (University of Scranton) : « Écrire Sade à l’africaine : érotisme, transgression et enjeux politiques dans Femme nue femme noire de Calixthe Beyala »
  • 16h30-17h15  Rocío Munguía Aguilar (Université de Strasbourg) : « Érotisme et plaisir féminin : contre-disciplines de l’intime dans Crépuscule du tourment 1 de Léonora Miano »

17h30 

Clôture du colloque

 (18h30-20h00)

Salle des Actes (17, rue de la Sorbonne)

Projection des Saignantes de Jean-Pierre Bekolo

Parution : l’œuvre de Boubacar Boris Diop

Revue Études françaises vol. 55, n°3

Presses de l’Université de Montréal, 2019.

Dossier coordonné par Josias Semujanga. Avec les contributions de Christian Uwe (Univ. du Minnesota), Josias Semujanga (Univ. de Montréal), Mbaye Diouf (Univ. McGill), Christiane Ndiaye (Univ. de Montréal), Cheikh Diop (Univ. de Ziguinchor) et Liana Nissim (Univ. de Milan).

Cette livraison d’Études françaises rend hommage à l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop, qui a reçu en 2000 le Grand prix littéraire d’Afrique noire, et trace de nouvelles voies critiques pour son œuvre dont le premier roman, Le temps de Tamango, a paru en 1981. Les études réunies dans ce dossier analysent l’œuvre de Boubacar Boris Diop à partir de deux perspectives. Certains articles privilégient les rapports entre les romans et l’histoire de l’Afrique contemporaine – la colonisation, les indépendances, la période d’après la Guerre froide –, tandis que d’autres insistent davantage sur les formes artistiques et littéraires des récits. Ainsi des fonctions de la métalepse dans la plupart des romans de Diop dont plusieurs narrateurs, tout en racontant des anecdotes sur le monde, évoquent l’activité de l’écrivain en train d’écrire. Un tel choix renvoie-t-il à l’anxiété de l’auteur quant au statut de l’écrivain africain dans sa société de référence, en proie aux doutes existentiels depuis le désenchantement des indépendances ? Est-ce pour cela que Boubacar Boris Diop décide, au tournant de l’an 2000, d’écrire aussi bien en français qu’en wolof, sa langue maternelle, pour élargir son lectorat ? À ces questions tentent de répondre les collaborateurs de ce numéro qui constitue un apport majeur non seulement à la compréhension de l’œuvre de Diop, mais également aux nouvelles pistes de la critique : celle de la poétique de l’auto-traduction et celle de l’œuvre bilingue dans les littératures francophones, et tout particulièrement celle d’Afrique.

Présentation du dossier par Josias Semujanga

Pour se procurer la revue, écrire par courriel à revue@etfra.umontreal.ca.

URL de référence : http://revue-etudesfrancaises.umontreal.ca/ligne-texte-de-presentation-volume-55-no-3-loeuvre-de-boris-diop/

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

Les jeudis du GED : Sorcières, tyrans, héros

Les jeudis du GED

Le jeudi 10 octobre 2019 à 18 heures

Elara Bertho présente

Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains. Honoré Champion, 2019

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Discutante : Odile Goerg

Point d’accueil temporaire du GED Hors les murs
Rez-de-jardin de la MSH-Paris nord.
20, avenue George Sand, Saint-Denis La Plaine.
Métro Front Populaire

L’Afrique dans les romans pour la jeunesse

Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne (1991-2010)

Les pièges de la bonne intention

Élodie Malanda

     
Collection Francophonies N°12
1 vol., 584 p., broché, 15,5 x 23,5 cm. 
ISBN 978-2-7453-5071-8.60 

Quels regards les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne portent-ils sur l’Afrique subsaharienne ? Cinquante ans après les indépendances ces romans affichent souvent leur volonté de se distancer de l’héritage colonialiste. Or, cette « bonne intention » se heurte régulièrement à des limites. En résulte un écart entre les valeurs explicitement défendues par les textes et celles qu’ils véhiculent de fait. En s’appuyant sur plus de 130 romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne parus en France et en Allemagne entre 1991 et 2010, Élodie Malanda identifie les manifestations de cet écart et explore des pistes narratologiques pour le réduire. Étude fine et engagée, L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne. 1991-2010. Les pièges de la bonne intention s’inscrit dans le tournant éthique des études littéraires et ouvre de nouvelles perspectives pour la nécessaire décolonisation de la littérature de jeunesse.
 

Élodie Malanda est docteure en littérature comparée de l’Université Sorbonne Nouvelle. Elle travaille actuellement à la Stiftung Internationale Jugendbibliothek.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/champion/11020-book-08535071-9782745350718.html

Genèse de La Mulâtresse Solitude

Prochaine séance du séminaire Schwarz-Bart 2018-19,

coordonné par Jean-Pierre Orban dans le cadre des travaux de l’équipe “Manuscrits francophones” :

Samedi 15 juin 

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris. Pavillon Pasteur (1er étage)

10h30 – 12h30
 
Catherine RoveraGenèse et sources de La mulâtresse Solitude d’André Schwarz-Bart 


Avant d’être le roman paru sous ce nom en 1972, La mulâtresse Solitude est un cycle romanesque dont l’idée originelle remonte à 1955. Initialement conçu en 7 volumes, ce cycle aurait fait l’objet de 19 tentatives entre 1960 et 1965 et totalisé jusqu’à 1800-1900 pages. Le roman succède à Un plat de porc aux bananes vertesmais est signé d’André Schwarz-Bart seul. Il est lui-même le fruit d’une genèse longue et sinueuse, comme en atteste l’avant-texte, si fragmentaire soit-il. Ce sont certains moments-clés de cette genèse complexe que nous tenterons de mettre au jour grâce à l’analyse des documents d’archives, à savoir : le manuscrit autographe (et en partie calligraphié) du roman, les brouillons et les notes de travail afférentes mais aussi le paratexte, et notamment la correspondance de l’auteur avec les éditions du Seuil. Il sera par ailleurs question d’exogenèse, car nous nous interrogerons sur le travail documentaire effectué en amont par l’auteur, afin de voir si certaines des sources historiques qu’il revendique sont décelables dans l’avant-texte. Cette étude à la fois macro- et micro-génétique permettra de suivre l’évolution du projet esthétique d’André Schwarz-Bart au fil de la composition de l’œuvre, et nous pourrons alors nous demander si le processus créatif de La mulâtresse Solitudeprocède du même élan que celui du Dernier des justes. En d’autres termes n’y aurait-il pas, en sus d’une évidente contiguïté, une profonde continuité dans le processus créatif de l’œuvre juive et du cycle noir ?

Catherine Rovera est maître de conférences en langue et littérature anglaise à l’Université Paris-Dauphine et responsable depuis 2015 de l’équipe “Joyce et le Modernisme Anglophone” à l’Institut des textes et manuscrits modernes. Ses recherches portent sur les manuscrits d’auteurs modernistes (Jean Rhys, Virginia Woolf, James Joyce). Elle a collaboré à la publication de plusieurs carnets de Finnegans Wake de Joyce et est l’auteur d’une monographie sur la genèse du dernier roman de Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, intitulée Genèses d’une folie créole: Jean Rhys et Jane Eyre (Hermann, 2015). Elle travaille actuellement à une édition génétique des carnets de lecture de Woolf. En parallèle, depuis plus récemment, elle s’intéresse au fonds Simone et André Schwarz-Bart et plus spécifiquement à la genèse du cycle antillais.

*
14h30 à 16h30 
 
Fanny Margras La réception de l’œuvre des Schwarz-Bart aux Antilles 
 
Si l’accueil réservé aux œuvres des Schwarz-Bart à Paris dans les années 60-70 a déjà été longuement étudié, celui qui leur fut réservé aux Antilles, et plus particulièrement en Guadeloupe, n’a encore été que brièvement survolé.
Or, bien souvent, l’entrée en silence d’André Schwarz-Bart, qui cesse de publier dès la sortie de La Mulâtresse Solitude en 1972, est dite motivée par la polémique que le roman a suscitée dans la société antillaise, alors marquée par des luttes politiques et indépendantistes violentes. Ces luttes, vécues de plein fouet par les époux Schwarz-Bart qui vivent en Guadeloupe entre 1963 et 1965, puis y séjournent très régulièrement jusqu’à leur installation définitive en 1978, auraient précipité l’auteur dans une « terrible mélancolie », et l’arrêt de la publication de ce que la critique nomme aujourd’hui « le cycle antillais » et « le cycle juif ».
Peu de témoignages subsistent cependant de cette époque politiquement tourmentée, qui confirment ou infirment cette hypothèse. Nous essayerons cependant, par l’étude des archives de journaux conservées aux Archives Départementales de la Guadeloupe, et une série d’entretiens réalisés entre septembre 2018 et juin 2019, de parcourir la réception immédiate qui fut celle des premiers écrits d’André et de Simone Schwarz-Bart, du Dernier des Justes, 1959, à La Mulâtresse Solitude, 1972, notamment dans les milieux lettrés et influents de l’île.

Fanny Margras est détentrice d’un master de lettres de l’Université Lyon 2-Lyon 3, spécialité « francophonie littéraire », qu’elle a consacré principalement aux écritures caribéennes (« Subvertirle féminin pour subvertir l’écriture. Etude de L’Homme au bâton d’Ernest Pépin et de Hadriana dans tous mes rêves de René Depestre » et « Concilier la tradition et le contemporain : El Obsceno pájaro de la noche de José Donoso et L’homme aux sept noms et des poussières de Xavier Orville, en quête de nouveaux codes romanesques. »). Bi-admissible à l’agrégation de Lettres Modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle. Sa thèse porte sur la collaboration littéraire entre André et Simone Schwarz-Bart (dir. Pr. CARLAT D., Université de Lyon, co-encadr. Mme CASSIN L., Université des Antilles). Elle est l’auteure de deux articles : « L’écriture carnavalesque – étude de la section VI de Parole prise, parole donnée, Mohammed Hmoudane. », Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili Tullon, décembre 2012 Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo) et « Le thème de l’errance : étude comparée de Parole prise, parole donnée (Mohammed Hmoudane) et Le livre de l’hospitalité (Edmond Jabès).», Mohamed Hmoudane : entre marges et passages, dossier coordonné par Touriya Fili-Tullon, décembre 2012 (Limag.org : http://bit.ly/2ne5LNo).