Archives de catégorie : Évènements de l’APELA

Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Programme JE jeunes chercheurs et chercheuses APELA

La journée jeunes chercheuses et chercheurs Littératures du Sud/APELA “Résistances des réécritures dans les littératures afro-caribéenes” se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Afin de respecter la capacité d’accueil de la salle, si vous souhaitez participer en présence nous vous invitons à nous contacter pour vous inscrire aux adresses suivantes :

Un lien de participation à distance peut aussi vous être fourni à votre demande.

Programme Journée d’étude jeunes chercheurs et chercheuses

« Littératures du Sud » (APELA)

Vendredi 9 février 2024

10h-10h30: Accueil des participant.e.s et introduction de la journée

Session 1. Réécriture d’un texte préexistant : pour une résistance face aux modèles occidentaux ou nationaux

10h30-12h / Modération : Léa Dumetier (UR 1337 – Université de Strasbourg)

10h30-11h : AMARCHIH Essadek (Université Côté d’Azur)
Robinson Crusoé de Daniel Defoe et contre-réécritures : Foe de John Maxwell Coetzee et L’Empreinte à Crusoé de Patrick Chamoiseau

11h – 11h30 : TRABELSI Eya (Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba)
Adaptations et résistances littéraires : l’œuvre de Senghor et Laferrière à la lumière de la réécriture

11h30-12h : BAL Amber (Université de Cornell)
La réécriture de la résistance aux chemins de fer impériaux dans Doomi Golo de Boris Boubacar Diop

12h-13h30 : Pause

Session 2. Subversion et transgression des formes littéraires : réécrire et remodeler pour une création hybride

13h30-15h/ Modération : Ismaël Koné (EA 3943 – Université de Lorraine)

13h30-14h : CROWELL Michelle (Université d’Orléans/Université de Tours)
Réécrire le folklore : le conte du bébé de goudron dans Tar Baby de Toni Morrison

14h-14h30 : REKDAI Jean Zamba (Université du Cap)
Scénographie de la rupture et réforme des imaginaires romanesques africains dans Les jours viennent et passent de Hemley Boum

14h30-15h : DE LA TAILLE Charlaine (Université de Strasbourg)
Zola, au son du blues et du jazz, dans Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila

15h-15h30 : Pause

Session 3. Personnages en résistance : reconstruction de représentations académiques

15h30-16h30 / Modération : Marie Pernice (UMR 7172 THALIM – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

15h30-16h : KOUADIO Nadège (Université de Bourgogne)
Fitina ou le nouveau modèle du personnage féminin dans le roman africain post-colonial.  

16h-16h30 : MAALAOUI Yassine (Université Côte d’Azur)
Réécriture de l’intermédiaire dans Rêves amers de Maryse Condé, Cannibales de Mahi Binebine et Loin de Douala de Max Lobé

16h30 : Mot de clôture

Le programme mis en page est aussi disponible au lien suivant : https://drive.google.com/file/d/1QwEhVvtz1npZPXKhO5aAiPLWyXGLkAI9/view?usp=sharing

AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Journée d’étude jeunes chercheurs & chercheuses « Littératures du Sud » (APELA)

09 février 2024, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

Organisation : Laboratoires Configurations littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg), Écritures (EA 3943, Université de Lorraine) et THALIM (UMR 7172, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), sous l’égide de l’APELA.

  • Léa Dumetier, Université de Strasbourg,
  • Ismaël Koné, Université de Lorraine,
  • Marie Pernice, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

La journée se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais 75005 Paris). S’il nous tient à cœur de proposer des échanges en présentiel qui permettent de tisser des liens, les communicant.e.s ne pouvant se déplacer auront toutefois la possibilité d’intervenir en visioconférence. Un déjeuner et des collations seront offerts aux personnes présentes sur place, mais les frais de déplacement et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge.
Nous invitons tout particulièrement les jeunes chercheurs et chercheuses qui souhaitent s’initier à la pratique de la communication scientifique à proposer une intervention : cette journée d’étude a aussi pour vocation d’offrir un cadre bienveillant à ceux et celles qui ne sont pas encore rompus à l’exercice. 

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 13 novembre 2023 aux trois adresses suivantes : ismael.kone@univ-lorraine.fr, lea.dumetier@etu.unistra.fr et marie.pernice@sorbonne-nouvelle.fr.
Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées à partir du 27 novembre 2023.

Argumentaire

Si l’œuvre littéraire naît toujours dans le bruissement de l’ensemble des textes antérieurs qui ont nourri son auteur, la pratique de la réécriture implique de revendiquer ouvertement le lien privilégié entretenu avec le corpus qui sert de base à la création. De la citation à l’adaptation, du pastiche à la parodie, la réécriture change ainsi de forme au gré de la distance que l’auteur prend par rapport à son modèle, tout autant que de l’attitude plus ou moins révérencieuse qu’il adopte à son égard. À travers ce choix complexe de la position depuis laquelle écrire, l’auteur se confronte à l’autorité des textes littéraires qu’il décide de retravailler. Comme le souligne Dominique Maingueneau dans L’Analyse du discours, la réécriture « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes. »[1] Réécrire offre dès lors l’occasion à l’auteur soit de chercher une forme de légitimité à travers la reconnaissance dont bénéficient les œuvres qu’il reprend, soit au contraire de questionner, voire de rejeter, le canon que celles-ci incarnent.

Appel à communication – Résistance des réécritures_Littératures du Sud_2024

Continuer la lecture de AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Des communautés aux communs

Musiques et littératures de l’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude de l’APELA

8 novembre 2024, Maison internationale de la recherche de Neuville-sur-Oise (95). 

Organisée par :

  • Francesca Aiuti (université de Rome)
  • Sylvie Brodziak (CY Cergy Paris Université)
  • Marion Coste (CY Cergy Paris Université)

Les propositions, d’une demi-page accompagnée d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer à

marion.coste@cyu.fr, sylvie.brodziak@cyu.fr, francesca.aiuti@uniroma3.it, avant le 1er novembre 2023.

Une réponse vous sera communiquée début décembre. 

Url de référence :
https://umrheritages.hypotheses.org

Argumentaire

L’association de la musique et de la littérature dans les arts d’Afrique et des diasporas africaines n’est plus à démontrer : outre les écrivains qui affirment l’importance de la musique dans leur écriture, à l’instar de Léonora Miano, Koffi Kwahulé ou Daniel Maximin, outre la prégnance des personnages de musiciens ou de mélomanes, dans Mirages de Paris d’Ousmane Socé,  Le Lys et le Flamboyant d’Henri Lopes ou La Polka de Kossi Efoui, force est de constater que les genres musicaux de l’Atlantique noir[1] entremêlent littérature et musique. 
Il est remarquable que la musique, telle qu’elle est présentée en littérature ou telle qu’elle s’autodéfinit dans le rap, apparaît souvent comme un moyen de renforcer, voire de fonder, les liens communautaires : pensons à Ady qui écoute de la musique antillaise à Paris pour renouer avec son île, dans Ady de Gisèle Pineau, ou à l’enterrement en musique de Kolélé au début du Lys et le Flamboyant d’Henri Lopes, à propos duquel le narrateur écrit « Comment lui savoir gré de nous avoir fait mesurer, à l’occasion de son départ, la taille de notre famille[2] ? »). Dans le rap, ce sont les différentes façons de nommer le groupe d’appartenance, à travers le lexique de la famille (la Fonky Family, ou toutes les mentions des frères/reufs ou de la famille/mifa), ou d’autres termes (« That’s my People » est un titre de NTM). 
Pourtant, Paul Gilroy a montré que la musique, telle qu’elle se construit dans l’Atlantique noir, est fondamentalement ouvertes à des influences multiples : il démontre, exemples issus du reggae, de la funk, du jazz ou du rap à l’appui, que les genres musicaux circulent et s’enrichissent au contact des cultures diverses de l’Altantique noir. Ainsi, la rumba congolaise, musique congolaise par excellence, reprend un rythme cubain ; l’album de jazz Afro blue de la chanteuse afro-américaine Dee Dee Bridgewater dans lequel elle met à l’honneur des instruments traditionnels africains et collabore avec des musiciens japonais ; le rap dakarois qui s’approprie certains sons afro-américains. Loin d’être un repli sur des traditions entérinées, la musique est toujours ouverture, et enrichissement par le contact avec l’Autre. En littérature, la musique permet souvent de traduire la rencontre des cultures et leur dialogue harmonieux : on pense par exemple au rôle du jazz dans la construction du territoire mental que Léonora Miano nomme « Afropéa », ou à l’air de jazz « Ishmaël », du jazzman sudafricain Dollar Brand, qui lie la méditerranéenne Ariel au guadeloupéen Adrien dans Soufrières
Pour résoudre ce paradoxe, nous voudrions, durant ce colloque, étudier la musique de l’Atlantique noir et les références musicales de la littérature de l’Afrique et de ses diasporas à l’aune du concept de « commun », compris ainsi : 
Par « communs », on entend donc un ensemble de pratiques instituantes et d’institutions constituées répondant au principe selon lequel un groupe plus ou moins étendu s’engage dans une activité collective productrice de biens tangibles ou intangibles mis à la disposition des commoners ou d’une collectivité plus large, selon des règles démocratiques d’auto-organisation[3]. 
En effet, penser la musique comme un commun, qui contribue à générer, d’après Christian Laval, une « autre économie » cherchant à défaire le néocapitalisme et à construire une société de la coopération, permettrait selon nous d’analyser les liens évidents qui unissent musique et constitution de communautés en évitant toute forme de figements. Ce serait aussi un moyen d’analyser la question de la tradition, et de la référence à des musiques traditionnelles, à l’aune de la création : la littérature révèlerait alors la façon dont la tradition musicale africaine, afro-américaine ou antillaise, est un commun, à la disposition de celles et ceux qui veulent s’en emparer pour l’enrichir par leur pratique créative. 
On pourrait aussi analyser les pratiques musicales collaboratives, qui défont l’opposition d’un public passif à un artiste actif pour considérer l’objet musical improvisé comme le résultat d’une coopération : ainsi les battles de rap confèrent un rôle important au public[4]; l’improvisation du jazz à plusieurs fait entendre un geste de création commun, qui est peut-être création d’un commun.  

Nous souhaiterions donc recevoir :

  • Des propositions portant sur les références musicales dans des œuvres romanesques, poétiques ou théâtrales de l’Afrique subsaharienne et de ses diasporas, qui montreraient comment la musique permet l’émergence ou la consolidation d’une communauté, comprise comme l’espace des coopérations multiples ;
  • Des propositions portant sur des genres musicaux, et particulièrement sur le rap, qui interrogeraient la façon dont la musique construit des communautés internationales et se nourrit d’influences multiples ;
  • Des propositions qui analyseraient les circulations à l’œuvre, par la musique ou par la référence à la musique en littérature, dans l’Atlantique noir, lesquelles contribuent à forger une communauté ouverte et inclusive.

Continuer la lecture de Des communautés aux communs

Arts et textes en Afrique

Vous les cherchiez depuis longtemps ! ils ont été retrouvés grâce à Michel Naumann et sont désormais accessibles en ligne : les actes du colloque Arts et textes en Afrique.

Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p.

Le volume intégral [pdf] peut être téléchargé sur Mukanda : https://mukanda.univ-lorraine.fr/s/mukanda/item/83592

Sommaire détaillé et liens de téléchargement des articles

Wynchank, Anny. Textes et septième art : de l’écrit à l’écran chez Sembène Ousmane. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.9-17.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/1ddb3eba439b5197734f6edaeee6f1cd3c723441.pdf

Lang, Georges. L’art photographique de Roger Dorsinville. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.18-25.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/362f48f7052163d3c4c87cd8659181d1413dbc94.pdf

Cingal, Guillaume. Du pareil au même : Les aquarelles et les proses poétiques de All One Horse [de Breyten Breytenbach]. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.26-38.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/5e0047dca39f60d78f57f72cd0230a4e4804cbf1.pdf

Whyte, Philip. La photographie dans The Famished Road de Ben Okri. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.39-48.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/ee983ee0758967bb2b3249550994e1d6eee36bc3.pdf

Naumann, Michel. Musiques et rythme dans l’oeuvre d’Okigbo. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.49-55.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/916f86d31087d6956361ff2455dd1bd667ed78d3.pdf

Martin-Granel, Nicolas. (Auto)portrait de Sony en artiste. In : Cingal (Guillaume) et Naumann (Michel), éd., Arts et textes en Afrique. APELA [Actes de la journée d’études du 22/09/00], Paris : APELA / Daniel Delas, 2000, 97 p. ; pp.56-71.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/f211bc3ba4969318e7d2b7c45df0ba5776c701b9.pdf

Mongo-Mboussa, Boniface. Produire en Afrique : l’aventure ambigüe de Chéri Samba et Sony Labou Tansi, entre dépendance, ruse, insolence et autonomie. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.73-81.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/2752f0885ca63144f007cfbfe04e7d332073e2f4.pdf

Diallo, Mamadou Bani. Senghor, du poète au griot. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.82-92.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/66cae0471a6188821535c852b216a7eb44ad06f9.pdf

Hawkins, Peter. La synthèse des arts dans le théâtre multiculturel d’inspiration africaine : le Ki-Yi de Werewere Liking et le Théâtre Talipot de Philippe Pelen Baldini. In : Cingal, Guillaume ; Naumann, Michel (éd.). Arts et textes en Afrique [Actes de la journée d’études du 22/09/2000]. Paris : Daniel Delas ; APELA, 2000, 97 p. ; p.93-97.
https://mukanda.univ-lorraine.fr/files/original/c2d95d69124d63b9cc5c60897ee43e2b3269ab36.pdf

AAC: Fragment et fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises

Fragment & fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises : formes, enjeux et représentations

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 10 mai au plus tard aux trois adresses suivantes :  charlene.walther@etu.unistra.fr, margaux.vidotto@sorbonne-nouvelle.fr et marion.ott@univ-lorraine.fr.

Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées le 15 mai.

 Organisation :
Marion Ott, Université de Lorraine
Margaux Vidotto, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle
Charlène Walther, Université de Strasbourg

Argumentaire

La notion de fragment n’est pas aisée à définir, car son sens réside dans son hétérogénéité. De manière générale, elle procède tout à la fois d’une éthique, d’une rhétorique et d’une esthétique. Le fragment est ainsi l’apanage d’un genre, participant de l’écriture de l’aphorisme, de la maxime ou encore du journal intime ou de la poésie. Mais il est aussi présent dans le roman et le récit qui sont divisés, éclatés, autrement dit fragmentés en différents morceaux plus ou moins (in)dépendants les uns des autres. Enfin, il peut être thématisé dans les œuvres et visé à désigner une fragmentation du monde ou du sujet. De ce fait, « le choix d’une écriture fragmentaire […] apparaît [à Richard Ripoll] comme un geste décisif de désintégration des genres. Et de désintégration du Moi. » (2002 [en ligne])
Étymologiquement, le fragment (frangere, « briser ») est un morceau qui a été cassé, brisé, séparé de son tout. Il contient donc l’idée de la désintégration, parfois violente, d’un discours, d’une norme, d’une idéologie, d’un genre. Mais cette désintégration se mue – parfois paradoxalement – en (ré-)intégration d’éléments disparates, permettant de produire une pensée nouvelle, décentrée, réfléchissant à et reformulant certains principes présentés auparavant comme immuables. Le fragment est ainsi pour l’écrivain un espace de liberté, dans lequel il peut exprimer sa subjectivité et composer un nouvel ordre. C’est ainsi que le présente Roland Barthes : « Écrire par fragments : les fragments sont alors des pierres sur le pourtour du cercle : je m’étale en rond : tout mon univers part en miettes ; au centre, quoi ? » (1975, p. 116-117) Le fragment porte le sceau d’une désintégration, voire d’une perte, d’une annihilation menaçante, mais se révèle aussi porteur d’infinies possibilités. Françoise Susini-Anastopoulos prend en considération cette dualité dans sa définition du fragment :

l’écriture en fragments […] peut se définir globalement comme un espace conflictuel, un lieu de tensions et un champ de forces, où s’affrontent et se combinent courants négatifs de déconstruction et pratiques positives d’ouverture et de redéfinition, confirmant ainsi son statut général d’écriture d’intersection, tant au niveau esthétique et générique, que logique et gnoséologique. […] [L]a discontinuité fragmentaire ne manque pas de faire se lever le fantasme d’une non-pensée, chichement dispensée dans les « temps en sous-œuvre ». Si le savoir fragmentaire est au mieux selon la formule d’Adorno, une « science triste » et encourt, à la limite, le risque du non-sens ou de la « folie », il faut alors convenir que la reconnaissance et la pratique du fragment, pour relever de la lucidité et de l’honnêteté, n’en sonnent pas moins le glas d’un certain attachement à l’idée, ou au mythe, de l’exception créatrice (1997, p. 258-259)

Plusieurs chercheurs ont récemment étudié la question du fragmentaire dans les littératures francophones, en particulier africaines. Le plus souvent, ils lient l’écriture fragmentaire à un morcellement du monde et du sujet (Traoré 2013 ; Bédé et Coulibaly (dir.) 2015, p. 13). Sélom Komlan Gbanou postule ainsi que

le fragmentaire se fait de plus en plus le reflet de l’individu délocalisé, dépersonnalisé et désespéré qui cherche à recoudre rêves, souvenirs, altérité de soi, angoisse identitaire, exigences d’un nouvel horizon d’attente, etc., dans un univers textuel qui cherche à affirmer sa propre autorité. (2004, p. 81)

Bidy Cyprien Bodo parle quant à lui d’une « permanence de l’écriture fragmentaire dans le texte africain. » (Bédé et Coulibaly (dir.) 2015, p. 99)
Les études ne sont pas si nombreuses et si systématiques du côté des littératures antillaises. Jean-Christophe Martin relie, dans l’œuvre d’Édouard Glissant, la poétique du fragment à la « pensée de la trace » : selon lui, leur tissage permet l’avènement d’un nouveau logos et permettant de façonner une histoire collective et une nouvelle manière de penser : 

si, dans la Relation, « Quand tu parles pour le monde, ta voix est un morceau de la voix d’alentour. Pas toute la voix d’alentour, tu entends, mais un morceau cassé, qui un jour va s’assembler », le langage est alors, dans ses plus infimes parties, dans ses plus humbles manifestations, un lent et laborieux tissage auquel chaque homme participe. (Ripoll (dir.) 2002 [en ligne])

Ainsi, si la mise en rapport du fragment et des littératures africaines et antillaises renvoie assez immédiatement pour la critique à la représentation d’une réalité vécue sous le prisme du morcèlement, nous invitons les participant.e.s à s’interroger également sur les possibilités poétiques, éthiques et épistémiques que recèle le fragment, ainsi que sur les modalités proprement littéraires de son inscription au sein des textes. Car pour reprendre les mots d’Amin Maalouf, « l’identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par plages cloisonnées. Je n’ai pas plusieurs identités, j’en ai une seule, faite de tous les éléments qui l’ont façonnée […]. » (1998, p. 5)

Cette journée d’études jeunes chercheurs se donne ainsi pour objectif général d’explorer les formes, les pratiques et les représentations du fragment et du fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises selon des approches qui peuvent être multiples. Il s’agira également, en prenant en compte leur inscription dans une tension entre éclatement et recomposition, de s’interroger sur les différents enjeux (éthiques, esthétiques, épistémiques, etc.) qui sous-tendent de telles écritures. Si la littérature constitue le cœur de notre programme, la mise en dialogue des textes avec d’autres arts est la bienvenue. Continuer la lecture de AAC: Fragment et fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises

Futurs africains

Journée d’études 2022 de l’APELA

Futurs africains

 
Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine de la journée d’études de notre association, qui sera consacrée à la question des « Futurs africains », abordés sous l’angle de l’utopie et de la dystopie.
Nous nous retrouverons le mercredi 16 novembre à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle (4 rue des Irlandais 75005 Paris) pour le programme suivant :
 
  • 9h-11h15 : Présentation du numéro 54 de la revue Etudes Littéraires Africaines « Futurs africains » par les contributeurs du dossier (en présence d’Elara Bertho, Melissa Buecher-Nelson, Francesca Cassinadri, Vittoria Dell’Aira, Céline Gahungu, Khadr Hamza, Peter Maurits)
  • 11h30-12h15 : Entretien avec Gavin Chait mené par Ninon Chavoz, Vittoria Dell’Aira et Anthony Mangeon

Pause déjeuner

  • 14h30-15h15 : Entretien avec Annie Lulu mené par Ninon Chavoz et Anthony Mangeon
Pour les membres de l’association, ces discussions scientifiques seront suivies par une assemblée générale, qui se tiendra dans les mêmes locaux. 
Dans la mesure du possible, la journée sera diffusée en ligne (lien Zoom diffusé sur la liste Apela).