Archives de catégorie : Évènements de l’APELA

AAC: Littératures africaines, transferts et appropriations culturelles

Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines

(APELA), Université de Strasbourg, Misha, 4-6 novembre 2025

Veuillez adresser vos propositions avant le 1er novembre 2024 à :

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des participants ou de leur laboratoire de recherche. La restauration sera prise en charge, en fonction des subventions obtenues.

Argumentaire

La notion d’appropriation culturelle, initialement développée aux États-Unis dans le cadre des revendications des droits des minorités, s’impose aujourd’hui en Europe et en Afrique dans de nombreux débats sur la culture, la littérature et les arts. Elle désigne généralement des phénomènes de transferts culturels effectués sous la pression d’une forme de domination, le dominant s’appropriant, sans droit ni légitimité, le patrimoine culturel de celui qu’il domine (voir entre autres Young 2010). De la réinterprétation du primitivisme (Le Quellec Cottier & Rodriguez, 2023) aux fictions d’identités scripturales étudiées par Christopher Miller (Miller 2018), les débats sur l’appropriation culturelle se sont multipliés ces dernières années.
Le « travail de mémoire » effectué sur le passé colonial de la France et, au niveau culturel, le débat sur la restitution du patrimoine africain (cf. Sarr / Savoy 2018) ont ouvert la voie à de nouveaux questionnements et mènent à un renouvellement des lectures et des interprétations, qui intègrent désormais une interrogation éthique sur la responsabilité de l’artiste ou de l’écrivain dans son rapport à la culture de l’autre ou du dominé. Dès lors, l’idée d’appropriation culturelle tend, dans certains cas extrêmes, à se substituer aux concepts d’intertextualité, de transfert culturel (Espagne 2013) ou de « branchements » (Amselle 2001), jusqu’à nourrir des discours critiques et politiques qui prétendent invalider les approches strictement esthétiques de certaines œuvres.
Ces nouvelles tendances trouvent un écho d’autant plus important que les identités se radicalisent (Amselle 2011, Bancel / Blanchard 2017, Dubreuil 2019). Par ailleurs, la contestation des modèles postcoloniaux (hybridité, mimétisme, créolisation, etc.) par l’émergence de formes radicales du décolonialisme, concevant culture et identité en termes d’authenticité, de propriété, de limites, d’espace clos, contribue à nourrir le débat sur la légitimité de la prise de parole culturelle, au risque parfois d’une atteinte à la liberté d’expression. Enfin, la marchandisation croissante de la culture dans nos sociétés globalisées pose le problème de la spoliation économique par la reproduction et commercialisation d’artefacts (voir également Root, 1996), comme le révèle entre autres le débat autour du boomerang de Chanel en 2017.

Ce congrès de l’APELA, organisé dans le cadre d’une coopération entre l’Université de Strasbourg et l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, portera sur les enjeux des définitions contemporaines de l’identité et de leurs relations à l’expression culturelle : l’authenticité peut-elle être une revendication ou un critère d’évaluation des œuvres ? Sur quoi reposerait-elle ? Quelle réception induit-elle ? Et quelles conséquences à terme sur la création ?
Les interventions pourront porter sur :

  • Des études de cas ;
  • Les constructions littéraires et artistiques de l’authenticité culturelle : pastiches, détournements, pseudonymies, postures et impostures ;
  • Des approches théoriques et critiques des notions d’appropriation, de transfert, d’authenticité
  • Les apports et les limites de la notion d’appropriation culturelle dans le domaine des études africaines
  • Les variations de la réception des œuvres en fonction des déplacements et des décalages contextuels ;
  • L’appropriation symbolique et la marchandisation, la critique de la « dérive capitaliste » ;
  • La relation entre éthique et esthétique. 

Bibliographie sélective

  • Amselle, Jean-Loup. Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.
  • Amselle, Jean-Loup. Critique de la raison animiste, San Giovanni, Mimésis, 2023.
  • Appiah, Kwame Anthony. The Ethics of Identity, Princeton, Princeton University Press, 2005.
  • Appiah, Kwame Anthony. Cosmopolitisme. Paris, Odile Jacob, 2008.
  • Ben Lakhdar, Khémaïs. L’appropriation culturelle : histoire, domination et création : aux origines d’un pillage occidental, Paris, Stock, 2024.
  • Blanchard, Pascal / Bancel, Nicolas / Thomas, Dominic (dir.). Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale, Paris, La Découverte, 2016.
  • Brown, Michael Fobes. Who Owns Native Culture ?, Cambridge, Harvard University Press, 2003.
  • Coleman, Elizabeth Burns. Aboriginal Art, Identity and Authenticity, Aldershot, Ashgate, 2005.
  • Dubreuil, Laurent. La dictature des identités, Paris, Gallimard, 2019.
  • Espagne, Michel. « La notion de transfert culturel », in Revue Sciences / Lettres 1, 2013, URL : http://journals.openedition.org/rsl/219
  • Hahn, Hans Peter. « Antinomien kultureller Aneignung: Eine Einführung », Zeitschrift für Ethnologie, 136, 2011, p. 11–26.
  • Hurka, Thomas. « Should Whites Write About Minorities? » in Hurka, Thomas (dir.): Principles: Short Essays on Ethics, Toronto: Harcourt Brace, 1994, p. 183-186.
  • Keeshing-Tobias, Lenore. « Stop Stealing Native Stories », in Ziff, Bruce, Rao, Pratima V. (dir.): Borrowed Power: Essays on Cultural Appropriation, New Brunswick, Rutgers University Press, 1997, p. 71-73.
  • Le Quellec Cottier, Christine et Rodriguez, Antonio (dir.). Le primitivisme des avant-gardes littéraires, Paris, Classiques Garnier, 2023.
  • L’Estoile, Benoît de. Le goût des autres. De l’exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, 2007.
  • Luste Boulbina, Seloua. Les miroirs vagabonds ou la décolonisation des savoirs (arts, littérature, philosophie), Paris, Les Presses du réel, 2018.
  • Miller, Christopher L. Impostors. Literary Hoaxes and Cultural Authenticity, Chicago, University of Chicago Press, 2018.
  • Root, Deborah. Cannibal Culture: Art, Appropriation, and the Commodification of Difference, Boulder, Westview Press, 1996.
  • Sarr, Felwine/ Savoy, Bénédicte. Restituer le patrimoine africain, Paris, Éditions Philippe Rey/ Éditions du Seuil, 2018.
  • Savoy, Bénédicte. Le long combat de l’Afrique pour son art : histoire d’une défaite postcoloniale. Paris, Éditions du Seuil, 2021.
  • Savoy, Bénédicte.  À qui appartient la beauté ? Paris, La Découverte, 2024.
  • Young, James O. Cultural Appropriation and the Arts, Oxford, Wiley- Blackwell, 2010.

Arts et activismes afroqueers

Littératures, images, performances

Éditions Karthala, coll. Lettres du Sud. ISBN 9782384092048. 288 p. Parution 20/06/2024

Penser le queer à partir de l’Afrique? Ce livre s’y attache en prenant comme point d’entrée la littérature (prose, théâtre et poésie), mais aussi la photographie et le cinéma d’Afrique et de sa diaspora, pour penser les expériences et les existences queers. Panorama allant de Dambudzo Marechera à Mohamed Mbougar Sarr, de Maryse Condé à Zanele Muholi, cet ouvrage veut ancrer les études queers dans le monde francophone, en faisant un important état des recherches tout en repensant les utopies queers depuis l’Afrique.

Dorothée Boulanger est chercheuse en littératures africaines à l’université d’Oxford. Elle travaille sur les littératures lusophones, les questions de genre et les perspectives écocritiques. Elle est l’autrice de Fiction as History. Resistance and Complicities in Angolan Postcolonial Literature (Legenda, 2022).

Susanne Gehrmann est professeure de littératures et cultures africaines à l’université Humboldt de Berlin. Ses recherches portent sur les littératures francophones, l’innovation des genres et l’intermédialité. Elle est l’autrice notamment de Autobiographik in Afrika. Literaturgeschichte und Genrevielfalt (WVT, 2021) et a dirigé, avec Dotsé Yigbe, Créativité intermédiatique au Togo et dans la diaspora togolaise (LIT, 2015).

Ont contribué à cet ouvrage : Julia Borst, Laurel Braddock, Sylvie Brodziak, Nadia Chonville, Marion Coste, Eric Damiba, Danae Gallo González, Xavier Garnier, Nicola Lo Calzo, Stéphanie Melyon-Reinette, Bernard De Meyer, Magali Nachtergael, Gibson Ncube, Hanane Raoui, Flora Roussel, Régis Samba-Kounzi, Françoise Ugochukwu.

Ce volume est issu du congrès virtuel 2021 de l’APELA, organisé à l’U. Humboldt de Berlin.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/accueil/3594-10099-arts-et-activismes-afroqueers.html#/22-ebook-papier

Approches socio-historiques des littératures des suds

État des lieux et perspectives

Colloque à l’Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Page de l’évènement sur le site de l’unité de recherche : https://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/colloques/approches-socio-historiques-des-litteratures-des-suds

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Le colloque entend ainsi contribuer à restituer le déploiement temporel et la constitution historique de ces littératures (leur histoire, les acteurs, les lieux, les institutions et les vecteurs qui les portent ; les crises qu’elles traversent, les échecs ou les freins qu’elles rencontrent ; les polémiques ; les conditions de possibilités et d’existence qui en résultent ; la tradition littéraire qui en découle…). Il s’intéressera aux phénomènes de domination et de hiérarchisations entre les littératures tant dans leur généalogie historique (le rapport au passé colonial et à la décolonisation par exemple) que dans leurs déploiements contemporains (modalités de consécration, rapport centre/périphéries, rapport au national…) ; sans négliger d’observer les pratiques concrètes et l’agentivité propre des écrivains et des autres acteurs concernés  : il s’agit de saisir la structuration d’ensemble du monde littéraire, dans ses aspects symboliques, économiques, politiques, en prêtant attention à tous les acteurs de la littérature (agents, éditeurs, critiques, traducteurs, publics…). Il entend enfin restituer la sédimentation textuelle de ces dynamiques historiques et sociales (intertextualités, autoréflexivités des auteurs…) et les pratiques littéraires passées ou présentes. La démarche sera donc également attentive aux approches sociocritiques au sens large, et notamment aux représentations sociales voire politiques, inscrites dans les textes selon différentes perspectives (nation, classe, genre, race…), faits de discours qui constituent autant de prises de position dans le champ social.

Les propositions d’intervention pourront viser à :

  1. dégager les enjeux méthodologiques, critiques, voire socio-politiques des approches de type matérialiste/sociales/historiques pour les littératures des Suds ;
  2. dresser un bilan de l’existant (travaux publiés, institutions, travaux en cours) ;
  3. problématiser les concepts et les méthodologies (champ littéraire, autonomie, système littéraire, méthodes quantitatives, sociocritique, etc.) ;
  4. illustrer les perspectives sociologiques par des études de cas, d’une portée générale aussi large que possible

Comité d’organisation

  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Comité scientifique

  • Elara Bertho (CNRS)
  • Virginie Brinker (Université de Bourgogne)
  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Paul Dirkx (Université de Lille)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valery-Montpellier)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Maëline Le Lay (CNRS)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)
  • David N’Goran (Université Houphouët-Boigny)
  • Elena di Pede (Université de Lorraine)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Programme JE jeunes chercheurs et chercheuses APELA

La journée jeunes chercheuses et chercheurs Littératures du Sud/APELA “Résistances des réécritures dans les littératures afro-caribéenes” se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Afin de respecter la capacité d’accueil de la salle, si vous souhaitez participer en présence nous vous invitons à nous contacter pour vous inscrire aux adresses suivantes :

Un lien de participation à distance peut aussi vous être fourni à votre demande.

Programme Journée d’étude jeunes chercheurs et chercheuses

« Littératures du Sud » (APELA)

Vendredi 9 février 2024

10h-10h30: Accueil des participant.e.s et introduction de la journée

Session 1. Réécriture d’un texte préexistant : pour une résistance face aux modèles occidentaux ou nationaux

10h30-12h / Modération : Léa Dumetier (UR 1337 – Université de Strasbourg)

10h30-11h : AMARCHIH Essadek (Université Côté d’Azur)
Robinson Crusoé de Daniel Defoe et contre-réécritures : Foe de John Maxwell Coetzee et L’Empreinte à Crusoé de Patrick Chamoiseau

11h – 11h30 : TRABELSI Eya (Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba)
Adaptations et résistances littéraires : l’œuvre de Senghor et Laferrière à la lumière de la réécriture

11h30-12h : BAL Amber (Université de Cornell)
La réécriture de la résistance aux chemins de fer impériaux dans Doomi Golo de Boris Boubacar Diop

12h-13h30 : Pause

Session 2. Subversion et transgression des formes littéraires : réécrire et remodeler pour une création hybride

13h30-15h/ Modération : Ismaël Koné (EA 3943 – Université de Lorraine)

13h30-14h : CROWELL Michelle (Université d’Orléans/Université de Tours)
Réécrire le folklore : le conte du bébé de goudron dans Tar Baby de Toni Morrison

14h-14h30 : REKDAI Jean Zamba (Université du Cap)
Scénographie de la rupture et réforme des imaginaires romanesques africains dans Les jours viennent et passent de Hemley Boum

14h30-15h : DE LA TAILLE Charlaine (Université de Strasbourg)
Zola, au son du blues et du jazz, dans Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila

15h-15h30 : Pause

Session 3. Personnages en résistance : reconstruction de représentations académiques

15h30-16h30 / Modération : Marie Pernice (UMR 7172 THALIM – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

15h30-16h : KOUADIO Nadège (Université de Bourgogne)
Fitina ou le nouveau modèle du personnage féminin dans le roman africain post-colonial.  

16h-16h30 : MAALAOUI Yassine (Université Côte d’Azur)
Réécriture de l’intermédiaire dans Rêves amers de Maryse Condé, Cannibales de Mahi Binebine et Loin de Douala de Max Lobé

16h30 : Mot de clôture

Le programme mis en page est aussi disponible au lien suivant : https://drive.google.com/file/d/1QwEhVvtz1npZPXKhO5aAiPLWyXGLkAI9/view?usp=sharing

AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Journée d’étude jeunes chercheurs & chercheuses « Littératures du Sud » (APELA)

09 février 2024, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

Organisation : Laboratoires Configurations littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg), Écritures (EA 3943, Université de Lorraine) et THALIM (UMR 7172, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), sous l’égide de l’APELA.

  • Léa Dumetier, Université de Strasbourg,
  • Ismaël Koné, Université de Lorraine,
  • Marie Pernice, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

La journée se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais 75005 Paris). S’il nous tient à cœur de proposer des échanges en présentiel qui permettent de tisser des liens, les communicant.e.s ne pouvant se déplacer auront toutefois la possibilité d’intervenir en visioconférence. Un déjeuner et des collations seront offerts aux personnes présentes sur place, mais les frais de déplacement et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge.
Nous invitons tout particulièrement les jeunes chercheurs et chercheuses qui souhaitent s’initier à la pratique de la communication scientifique à proposer une intervention : cette journée d’étude a aussi pour vocation d’offrir un cadre bienveillant à ceux et celles qui ne sont pas encore rompus à l’exercice. 

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 13 novembre 2023 aux trois adresses suivantes : ismael.kone@univ-lorraine.fr, lea.dumetier@etu.unistra.fr et marie.pernice@sorbonne-nouvelle.fr.
Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées à partir du 27 novembre 2023.

Argumentaire

Si l’œuvre littéraire naît toujours dans le bruissement de l’ensemble des textes antérieurs qui ont nourri son auteur, la pratique de la réécriture implique de revendiquer ouvertement le lien privilégié entretenu avec le corpus qui sert de base à la création. De la citation à l’adaptation, du pastiche à la parodie, la réécriture change ainsi de forme au gré de la distance que l’auteur prend par rapport à son modèle, tout autant que de l’attitude plus ou moins révérencieuse qu’il adopte à son égard. À travers ce choix complexe de la position depuis laquelle écrire, l’auteur se confronte à l’autorité des textes littéraires qu’il décide de retravailler. Comme le souligne Dominique Maingueneau dans L’Analyse du discours, la réécriture « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes. »[1] Réécrire offre dès lors l’occasion à l’auteur soit de chercher une forme de légitimité à travers la reconnaissance dont bénéficient les œuvres qu’il reprend, soit au contraire de questionner, voire de rejeter, le canon que celles-ci incarnent.

Appel à communication – Résistance des réécritures_Littératures du Sud_2024

Continuer la lecture de AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Des communautés aux communs

Musiques et littératures de l’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude de l’APELA

8 novembre 2024, Maison internationale de la recherche de Neuville-sur-Oise (95). 

Organisée par :

  • Francesca Aiuti (université de Rome)
  • Sylvie Brodziak (CY Cergy Paris Université)
  • Marion Coste (CY Cergy Paris Université)

Les propositions, d’une demi-page accompagnée d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer à

marion.coste@cyu.fr, sylvie.brodziak@cyu.fr, francesca.aiuti@uniroma3.it, avant le 1er novembre 2023.

Une réponse vous sera communiquée début décembre. 

Url de référence :
https://umrheritages.hypotheses.org

Argumentaire

L’association de la musique et de la littérature dans les arts d’Afrique et des diasporas africaines n’est plus à démontrer : outre les écrivains qui affirment l’importance de la musique dans leur écriture, à l’instar de Léonora Miano, Koffi Kwahulé ou Daniel Maximin, outre la prégnance des personnages de musiciens ou de mélomanes, dans Mirages de Paris d’Ousmane Socé,  Le Lys et le Flamboyant d’Henri Lopes ou La Polka de Kossi Efoui, force est de constater que les genres musicaux de l’Atlantique noir[1] entremêlent littérature et musique. 
Il est remarquable que la musique, telle qu’elle est présentée en littérature ou telle qu’elle s’autodéfinit dans le rap, apparaît souvent comme un moyen de renforcer, voire de fonder, les liens communautaires : pensons à Ady qui écoute de la musique antillaise à Paris pour renouer avec son île, dans Ady de Gisèle Pineau, ou à l’enterrement en musique de Kolélé au début du Lys et le Flamboyant d’Henri Lopes, à propos duquel le narrateur écrit « Comment lui savoir gré de nous avoir fait mesurer, à l’occasion de son départ, la taille de notre famille[2] ? »). Dans le rap, ce sont les différentes façons de nommer le groupe d’appartenance, à travers le lexique de la famille (la Fonky Family, ou toutes les mentions des frères/reufs ou de la famille/mifa), ou d’autres termes (« That’s my People » est un titre de NTM). 
Pourtant, Paul Gilroy a montré que la musique, telle qu’elle se construit dans l’Atlantique noir, est fondamentalement ouvertes à des influences multiples : il démontre, exemples issus du reggae, de la funk, du jazz ou du rap à l’appui, que les genres musicaux circulent et s’enrichissent au contact des cultures diverses de l’Altantique noir. Ainsi, la rumba congolaise, musique congolaise par excellence, reprend un rythme cubain ; l’album de jazz Afro blue de la chanteuse afro-américaine Dee Dee Bridgewater dans lequel elle met à l’honneur des instruments traditionnels africains et collabore avec des musiciens japonais ; le rap dakarois qui s’approprie certains sons afro-américains. Loin d’être un repli sur des traditions entérinées, la musique est toujours ouverture, et enrichissement par le contact avec l’Autre. En littérature, la musique permet souvent de traduire la rencontre des cultures et leur dialogue harmonieux : on pense par exemple au rôle du jazz dans la construction du territoire mental que Léonora Miano nomme « Afropéa », ou à l’air de jazz « Ishmaël », du jazzman sudafricain Dollar Brand, qui lie la méditerranéenne Ariel au guadeloupéen Adrien dans Soufrières
Pour résoudre ce paradoxe, nous voudrions, durant ce colloque, étudier la musique de l’Atlantique noir et les références musicales de la littérature de l’Afrique et de ses diasporas à l’aune du concept de « commun », compris ainsi : 
Par « communs », on entend donc un ensemble de pratiques instituantes et d’institutions constituées répondant au principe selon lequel un groupe plus ou moins étendu s’engage dans une activité collective productrice de biens tangibles ou intangibles mis à la disposition des commoners ou d’une collectivité plus large, selon des règles démocratiques d’auto-organisation[3]. 
En effet, penser la musique comme un commun, qui contribue à générer, d’après Christian Laval, une « autre économie » cherchant à défaire le néocapitalisme et à construire une société de la coopération, permettrait selon nous d’analyser les liens évidents qui unissent musique et constitution de communautés en évitant toute forme de figements. Ce serait aussi un moyen d’analyser la question de la tradition, et de la référence à des musiques traditionnelles, à l’aune de la création : la littérature révèlerait alors la façon dont la tradition musicale africaine, afro-américaine ou antillaise, est un commun, à la disposition de celles et ceux qui veulent s’en emparer pour l’enrichir par leur pratique créative. 
On pourrait aussi analyser les pratiques musicales collaboratives, qui défont l’opposition d’un public passif à un artiste actif pour considérer l’objet musical improvisé comme le résultat d’une coopération : ainsi les battles de rap confèrent un rôle important au public[4]; l’improvisation du jazz à plusieurs fait entendre un geste de création commun, qui est peut-être création d’un commun.  

Nous souhaiterions donc recevoir :

  • Des propositions portant sur les références musicales dans des œuvres romanesques, poétiques ou théâtrales de l’Afrique subsaharienne et de ses diasporas, qui montreraient comment la musique permet l’émergence ou la consolidation d’une communauté, comprise comme l’espace des coopérations multiples ;
  • Des propositions portant sur des genres musicaux, et particulièrement sur le rap, qui interrogeraient la façon dont la musique construit des communautés internationales et se nourrit d’influences multiples ;
  • Des propositions qui analyseraient les circulations à l’œuvre, par la musique ou par la référence à la musique en littérature, dans l’Atlantique noir, lesquelles contribuent à forger une communauté ouverte et inclusive.

Continuer la lecture de Des communautés aux communs