Archives de catégorie : La revue

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 46 (2018) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

1899 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons des deux dernières années (2017 et 2018) ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les numéros les plus récents, il faut soit disposer d’un accès en ligne via son établissement, soit être membre cotisant de l’Apela (revue “papier”), soit… attendre deux ans.

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018)

Qui a peur de la littérature wolof ?

Textes réunis par Rémi Tchokothe

Ce dossier met en avant la production croissante de Boubacar Boris Diop en wolof et son rôle de promoteur de « la langue maternelle », longtemps symboliquement étouffée par ce qu’il appelle « la langue de cérémonie, langue du dimanche ». Les réflexions des chercheurs basés au Sénégal, en France et aux États-Unis montrent que le wolof, qui s’enrichit de la traduction d’œuvres désormais classiques comme Une saison au Congo et Une si longue lettre, peut aussi être le matériau dans lequel s’écrivent des textes postmodernes. En associant les fonctions de traducteur, de médiateur et d’auteur, Boris Diop réalise, en amont, un travail patient sur la langue et, en aval, constitue un corpus littéraire. Ce faisant, il lance un défi aux chercheurs qui doutent de la capacité des littératures en langues africaines à se développer sur le marché de la reconnaissance internationale.


**

  • Présentation (Rémi Armand Tchokothe)
  • Introduction à l’œuvre littéraire de B. B. Diop : du français au wolof (Papa Samba Diop)
  • Bàmmeelu Kocc Barma de B.B. Diop ou comment écrire un roman postmoderne en wolof  (Serigne Seye)
  • Peut-on se baigner deux fois dans le même fleuve ? À propos de l’auto-traduction de Doomi golo par B.B. Diop (Ousmane Ngom)
  • Une saison en wolof (Alice Chaudemanche)
  • B. B. Diop et ses publics, entre français et wolof, ancrage local et internationalisation de l’œuvre (Nathalie Carré)
  • « Mettre sa langue à la première place ! » : entretien de B. B. Diop
    avec Fatoumata Seck
  • « L’Histoire est un éternel recommencement et presque toujours pour le pire » : entretien de B. B. Diop avec Rémi Armand Tchokothe

À propos de
Lilyan Kesteloot

À propos de
La Fabrique des classiques africains de Claire Ducournau

Varias

Antigone sous les soleils d’Afrique : trois exemples d’adaptation
(Donato Lacirignola)
« Rira bien, tu riras le damné » : jeu de mots et enjeu des mots dans Za de Raharimanana (Guillaume Sofo)

Comptes rendus

ELA_46_ couverture

Henri Lopes, lectures façon façon-là. ELA 45 (2018)

Prochaine sortie de presse du n°45 ! (envoi durant l’été 2018 aux membres de l’APELA, le numéro peut aussi être commandé à l’exemplaire)

Henri Lopes, lectures façon façon-là

Etudes Littéraires africaines n°45 (2018)

Textes réunis par Anthony Mangeon

Henri Lopes a cinquante ans de littérature derrière lui, et il garde plusieurs longueurs d’avance sur ses contemporains. Considéré très tôt comme un « classique africain », il demeure l’un des écrivains les plus lus dans les pays de langue française. L’étude de son œuvre mérite dès lors d’être abordée comme un corps à corps, au plus près d’elle et dans l’exploration de tous ses sens. En épousant ses rythmes, en suivant ses parcours internes, en lui emboîtant le pas, ces « lectures façon façon-là » veulent rendre justice à la manière si particulière dont Henri Lopes, depuis plus d’un demi-siècle, fait entrer son lecteur dans la danse, que ce soit celle de l’histoire, de l’écriture ou de la vie, ou plutôt celle de leur puissante conjonction.

Sommaire du dossier :

  • Henri Lopes a cinquante ans ! (Anthony Mangeon)
  • Un art du roman démocratique ? Effets de miroir et lieux communs dans l’œuvre d’Henri Lopes (Anthony Mangeon)
  • Mobilités de l’œuvre : exils, errances et retours
    (Catherine Mazauric)
  • L’histoire et son traitement dans l’œuvre d’Henri Lopes
    (Bernard Mouralis)
  • Esthétique, politique et éthique du personnage :
    le métis dans l’œuvre romanesque d’Henri Lopes
    (Sylvère Mbondobari )
  • Henri Lopes, anti-« parrain » de la phratrie congolaise
    (Céline Gahungu)
  • Sculpter la matière, écrire le monde : entretien avec
    Henri Lopes (entretien réalisé par Céline Gahungu)
  • Extrait des carnets de Sony Labou Tansi
  • Femmes congolaises et subterfuges d’une vie sur
    l’autre rive (Réassi Ouabonzi alias Laréus Gangoueus)
  • Le Méridional, un roman hanté par la génétique
    (Nicolas Martin-Granel)
  • Bibliographie (constituée par Bo-Hyun Kim)

À propos du décolonial

  • La formation de la pensée décoloniale
    (Adélia da Silva Mathias)
  • Quelques observations critiques (Sarah Burnautzki)

Varias

  • (Re)cartographies poétiques et imaginaire diasporique :
    une lecture de l’Atlantique noir à partir d’un Arc-en-ciel
    pour l’Occident chrétien
    , Changó el gran putas et The Salt
    Roads
    (Marine Cellier)
  • Écriture, voyage et (con)quête dans Dahij de
    Felwine Sarr (Alioune Diaw)

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2017

ELA_45_couv_C1_C4

Africains… et américains ? ELA 44 (2017)

à nouveau disponible : Etudes Littéraires Africaines n°44 (2017)

Africains… et américains ?

Textes réunis par Anthony Mangeon et Claudine Raynaud

Comment, étant africain à l’origine, devient-on américain en intégrant le monde académique étatsunien ? Et quels rapports cet « africain américain » d’un nouveau type entretient-il avec ses « frères de couleur », dont les ancê­tres étaient arrivés à l’époque de l’esclavage ? Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui cet attrait des auteurs africains pour l’histoire des Noirs américains, ses moments clés et ses icônes ? Est-ce une nostalgie pour des temps de révolte, de prise de conscience et d’action politique ? Les écritures voire les réécritures valent-elles réappropriation et homma­ge ? Telles sont les questions qui ont motivé la conception de ce dossier dont l’une des ambitions est d’étudier les nouvelles constructions des identités noires contemporai­nes, entre miroirs et mirages, illusions et spécularités.

Sommaire du dossier :

  • Africains… et américains ? Miroirs et mirages de l’identité noire au XXIe siècle (2000-2016) (Anthony Mangeon et Claudine Raynaud)
  • Harlem, cœur mythique de l’Amérique noire, revisité dans Nègre de personne de Roland Brival (Charles Scheel)
  • Talking to James Baldwin. Alain Mabanckou’s Jimmy (Bill Schwarz)
  • Between the World and Black People : lire Ta-Nehisi Coates avec Alain Mabanckou et Marvel Comics (Abdoulaye Imorou)
  • Biofiction à la première personne : La Rose dans le bus jaune d’Eugène Ébodé (Claudine Raynaud)
  • Questions à Eugène Ébodé (Entretien avec Claudine Raynaud)
  • La Divine Chanson : les musiques funambules ou Papa Legba aux carrefours des continents (Jean-Christophe Delmeule)
  • African and American Selves: « Contact Zones » in All Our Names by Dinaw Mengestu (Corinne Duboin)
  • L’afropolitanisme au féminin : une déterritorialisation des lieux communs ? (Florian Alix)

À propos de…
Postcolonial Life Narratives : Testimonial Transactions
de Gillian Whitlock

Comptes rendus

Du côté des éditeurs

Approche génétique des écrits littéraires africains

Approche génétique des écrits littéraires africains. Le cas du Congo

Etudes littéraires africaines 15, 2003

Sous la direction de Nicolas Martin-Granel et Gréta Rodriguez-Antoniotti

Grâce à la contribution matérielle de l’Association pour l’Etude des littératures africaines (APELA), de l’Université de Lorraine et du centre de recherches ECRITURES, la mise en ligne rétroactive de la revue Etudes littéraires africaines (numéros antérieurs au n°23) a commencé. Le numéro 15, 2003

Approche génétique des écrits littéraires africains : le cas du Congo
est en ligne à l’adresse

https://www.erudit.org/fr/revues/ela/2003-n15-ela03237/

La mise en ligne des autres numéros antérieurs au n°23 se fera progressivement.

Afrique – Brésil – ELA 43

Dossier : Afrique – Brésil

Textes réunis par Daniel Delas

La traite des esclaves et l’histoire de leur vie sociale et culturelle ont été vues en France à partir de la France ; et, comme l’esclavage en tant que tel n’a pas existé sur le territoire hexagonal, le regard est resté extérieur. Ce dossier « Afrique / Brésil » propose un autre angle d’approche, provenant d’un pays à la fois colonisé et colonisateur, où les afrodescendants des esclaves ont développé et développent une culture originale. Est évoquée en parallèle la relation avec le Brésil de quelques écrivains francophones importants, antillais comme africains.
Salut au Brésil !

Présentation (Daniel Delas)

La littérature afro-brésilienne
Antonio Olinto et le négrisme brésilien (Luiz Henrique Silva de Oliveira)
Le roman afro-brésilien, hier et aujourd’hui (Eduardo de Assis Duarte)
Deux romancières afro-brésiliennes : Conceição Evaristo et Ana Maria Gonçalves (Ineke Phaf-Rheinberger)

La littérature afro-française et le Brésil
Tierno Monénembo, ou la filiation littéraire (Sami Tchak)
Ouidah – Bahia : de la postmémoire au théâtre mémoriel (Yves Chemla)

Brésil rêvé – Brésil réel
Écrivains voyageurs français du 20e siècle au Brésil (Daniel Delas)
Césaire et le Brésil (Daniel Delas)
Damas et le Brésil (Lilian Pestre de Almeida)
Saudades : le Brésil de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)
La Guerre des anges de José Eduardo Agualusa : une espérance désillusionnée (Anne Begenat-Neuschaefer)

À propos de
Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui

  • Répétition générale (Anthony Mangeon)
  • Le nouveau discours africain, version bêta
    (Abdoulaye Imorou)
  • Le « vaillant petit tailleur » : hallali et haute couture
    au Collège de France (Ninon Chavoz)

Comptes rendus

Revues

Notes bibliographiques

Thèses soutenues en 2015

Télécharger le sommaire complet en pdf : ELA_43_sommaire_def

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2017 Bulletin_d_adhesion_2017_n
Formulaire de commande au numéro : Bulletin_de commande_2017