Archives de catégorie : La revue

Tierno Monénembo : écrire par « excès d’exil ». ELA 49 (2020)

Tierno Monénembo : écrire par « excès d’exil »

Textes réunis par Cécile Van den Avenne

  • Introduction (Cécile Van den Avenne)
  • La consécration à bas bruit d’un moissonneur de mémoire (Claire Ducournau)
  • Du fou romanesque à la « folle » écriture de Tierno Monénembo (Adama Coulibaly)
  • Les parentés narratives dans l’œuvre de Tierno Monénembo (Anthony Mangeon)
  • Transmettre le génocide des Tutsis au Rwanda : l’efficacité de la fiction dans L’Aîné des orphelins (Virginie Brinker)
  • « Il devint un Romaincourtien » : histoire coloniale et histoire régionale (Lydie Moudileno)
  • La Tribu des gonzesses : le théâtre d’un romancier,
    une expérience marginale ?
    (Ramcy Kabuya)
  • « Il n’y a pas aventure plus improbable que la littérature » : entretien avec Tierno Monénembo
    (Cécile Van den Avenne et Elara Bertho)

Varias

  • Ousmane Sembène, 1956-1966 : s’octroyer une place
    dans le champ littéraire
    (Edoardo Cagnan)
  • Les sept solitudes de l’encyclopédiste : propositions
    sur la polymathie en contexte francophone africain
    (Ninon Chavoz)
  • Médecins et maladies dans les romans africains
    de Paule Constant
    (Corinne Grenouillet)
  • Rewriting Antiquity : Saint Augustine as Mnemonic Figure in Francophone Texts of the Maghreb (Cl. Gronemann)
  • « Deux moi dissociées » : la folie comme espace de négociation dans Pagli d’Ananda Devi (Alexandra Stewart)

À propos…

… des Écrits politiques d’Aimé Césaire
(Daniel Delas, Manuel Norvat)

Comptes rendus

HD_000_couv_49_dos16mn_Q_v3

Presse et littérature africaine. ELA 48 (2019)

Presse et littérature africaine

Textes réunis par Claire Ducournau


Introduction : des relations multiformes aux chantiers de recherche (Claire Ducournau)

Le Bulletin de l’enseignement de l’AOF : contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial (Hans-Jürgen Lüsebrink)

Du disciple à l’écrivain : Paul Hazoumé dans La Reconnaissance africaine de Francis Aupiais (Kusum Aggarwal)

World Literature, Kampala 1961-1968 : Literary Circulation in Transition (Erik Falk)

Brouiller les frontières génériques et bousculer les hiérarchies littéraires au Kenya : la revue Kwani? entre presse et littérature (Aurélie Journo)

Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar (Dominique Ranaivoson)

In Search of « Camerounité » : On the Reappropriation of Emigrant Authors in the Cameroonian Press (Clara Schumann)

Presse et théâtre au Bénin : dynamiques relationnelles et répercussions scripturales (Fernand Nouwligbèto)

Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine (Serigne Seye)

Varias


Adaora Ulasi : le pidgin nigérian pour un dialogue de sourds (Françoise Ugochukwu)

La mondialité de la langue française dans les manifestes «francophones » (Laude Ngadi Maïssa)

Les écrivain.e.s nigérian.e.s de la troisième génération et la construction identitaire (Bildung) : panorama du roman nigérian depuis les années 2000 (Cédric Courtois)

À propos…

des Hussards noirs de la colonie (Alice Chaudemanche, Ophélie Rillon, Cécile van den Avenne)

Comptes rendus

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 47 (2019) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

Près de 2000 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons des deux dernières années (2018 et 2019) ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les numéros les plus récents, il faut soit disposer d’un accès en ligne à Erudit via son établissement, soit être membre cotisant de l’Apela (revue « papier »), soit… attendre deux ans.

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018)

Qui a peur de la littérature wolof ?

Textes réunis par Rémi Tchokothe

Ce dossier met en avant la production croissante de Boubacar Boris Diop en wolof et son rôle de promoteur de « la langue maternelle », longtemps symboliquement étouffée par ce qu’il appelle « la langue de cérémonie, langue du dimanche ». Les réflexions des chercheurs basés au Sénégal, en France et aux États-Unis montrent que le wolof, qui s’enrichit de la traduction d’œuvres désormais classiques comme Une saison au Congo et Une si longue lettre, peut aussi être le matériau dans lequel s’écrivent des textes postmodernes. En associant les fonctions de traducteur, de médiateur et d’auteur, Boris Diop réalise, en amont, un travail patient sur la langue et, en aval, constitue un corpus littéraire. Ce faisant, il lance un défi aux chercheurs qui doutent de la capacité des littératures en langues africaines à se développer sur le marché de la reconnaissance internationale.


**

  • Présentation (Rémi Armand Tchokothe)
  • Introduction à l’œuvre littéraire de B. B. Diop : du français au wolof (Papa Samba Diop)
  • Bàmmeelu Kocc Barma de B.B. Diop ou comment écrire un roman postmoderne en wolof  (Serigne Seye)
  • Peut-on se baigner deux fois dans le même fleuve ? À propos de l’auto-traduction de Doomi golo par B.B. Diop (Ousmane Ngom)
  • Une saison en wolof (Alice Chaudemanche)
  • B. B. Diop et ses publics, entre français et wolof, ancrage local et internationalisation de l’œuvre (Nathalie Carré)
  • « Mettre sa langue à la première place ! » : entretien de B. B. Diop
    avec Fatoumata Seck
  • « L’Histoire est un éternel recommencement et presque toujours pour le pire » : entretien de B. B. Diop avec Rémi Armand Tchokothe

À propos de
Lilyan Kesteloot

À propos de
La Fabrique des classiques africains de Claire Ducournau

Varias

Antigone sous les soleils d’Afrique : trois exemples d’adaptation
(Donato Lacirignola)
« Rira bien, tu riras le damné » : jeu de mots et enjeu des mots dans Za de Raharimanana (Guillaume Sofo)

Comptes rendus

ELA_46_ couverture

Henri Lopes, lectures façon façon-là. ELA 45 (2018)

Prochaine sortie de presse du n°45 ! (envoi durant l’été 2018 aux membres de l’APELA, le numéro peut aussi être commandé à l’exemplaire)

Henri Lopes, lectures façon façon-là

Etudes Littéraires africaines n°45 (2018)

Textes réunis par Anthony Mangeon

Henri Lopes a cinquante ans de littérature derrière lui, et il garde plusieurs longueurs d’avance sur ses contemporains. Considéré très tôt comme un « classique africain », il demeure l’un des écrivains les plus lus dans les pays de langue française. L’étude de son œuvre mérite dès lors d’être abordée comme un corps à corps, au plus près d’elle et dans l’exploration de tous ses sens. En épousant ses rythmes, en suivant ses parcours internes, en lui emboîtant le pas, ces « lectures façon façon-là » veulent rendre justice à la manière si particulière dont Henri Lopes, depuis plus d’un demi-siècle, fait entrer son lecteur dans la danse, que ce soit celle de l’histoire, de l’écriture ou de la vie, ou plutôt celle de leur puissante conjonction.

Sommaire du dossier :

  • Henri Lopes a cinquante ans ! (Anthony Mangeon)
  • Un art du roman démocratique ? Effets de miroir et lieux communs dans l’œuvre d’Henri Lopes (Anthony Mangeon)
  • Mobilités de l’œuvre : exils, errances et retours
    (Catherine Mazauric)
  • L’histoire et son traitement dans l’œuvre d’Henri Lopes
    (Bernard Mouralis)
  • Esthétique, politique et éthique du personnage :
    le métis dans l’œuvre romanesque d’Henri Lopes
    (Sylvère Mbondobari )
  • Henri Lopes, anti-« parrain » de la phratrie congolaise
    (Céline Gahungu)
  • Sculpter la matière, écrire le monde : entretien avec
    Henri Lopes (entretien réalisé par Céline Gahungu)
  • Extrait des carnets de Sony Labou Tansi
  • Femmes congolaises et subterfuges d’une vie sur
    l’autre rive (Réassi Ouabonzi alias Laréus Gangoueus)
  • Le Méridional, un roman hanté par la génétique
    (Nicolas Martin-Granel)
  • Bibliographie (constituée par Bo-Hyun Kim)

À propos du décolonial

  • La formation de la pensée décoloniale
    (Adélia da Silva Mathias)
  • Quelques observations critiques (Sarah Burnautzki)

Varias

  • (Re)cartographies poétiques et imaginaire diasporique :
    une lecture de l’Atlantique noir à partir d’un Arc-en-ciel
    pour l’Occident chrétien
    , Changó el gran putas et The Salt
    Roads
    (Marine Cellier)
  • Écriture, voyage et (con)quête dans Dahij de
    Felwine Sarr (Alioune Diaw)

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2017

ELA_45_couv_C1_C4

Africains… et américains ? ELA 44 (2017)

à nouveau disponible : Etudes Littéraires Africaines n°44 (2017)

Africains… et américains ?

Textes réunis par Anthony Mangeon et Claudine Raynaud

Comment, étant africain à l’origine, devient-on américain en intégrant le monde académique étatsunien ? Et quels rapports cet « africain américain » d’un nouveau type entretient-il avec ses « frères de couleur », dont les ancê­tres étaient arrivés à l’époque de l’esclavage ? Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui cet attrait des auteurs africains pour l’histoire des Noirs américains, ses moments clés et ses icônes ? Est-ce une nostalgie pour des temps de révolte, de prise de conscience et d’action politique ? Les écritures voire les réécritures valent-elles réappropriation et homma­ge ? Telles sont les questions qui ont motivé la conception de ce dossier dont l’une des ambitions est d’étudier les nouvelles constructions des identités noires contemporai­nes, entre miroirs et mirages, illusions et spécularités.

Sommaire du dossier :

  • Africains… et américains ? Miroirs et mirages de l’identité noire au XXIe siècle (2000-2016) (Anthony Mangeon et Claudine Raynaud)
  • Harlem, cœur mythique de l’Amérique noire, revisité dans Nègre de personne de Roland Brival (Charles Scheel)
  • Talking to James Baldwin. Alain Mabanckou’s Jimmy (Bill Schwarz)
  • Between the World and Black People : lire Ta-Nehisi Coates avec Alain Mabanckou et Marvel Comics (Abdoulaye Imorou)
  • Biofiction à la première personne : La Rose dans le bus jaune d’Eugène Ébodé (Claudine Raynaud)
  • Questions à Eugène Ébodé (Entretien avec Claudine Raynaud)
  • La Divine Chanson : les musiques funambules ou Papa Legba aux carrefours des continents (Jean-Christophe Delmeule)
  • African and American Selves: « Contact Zones » in All Our Names by Dinaw Mengestu (Corinne Duboin)
  • L’afropolitanisme au féminin : une déterritorialisation des lieux communs ? (Florian Alix)

À propos de…
Postcolonial Life Narratives : Testimonial Transactions
de Gillian Whitlock

Comptes rendus

Du côté des éditeurs