Archives de catégorie : Théâtre, Performance, Cinéma

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor

Photo CM

Cycle de lectures commentées à l’ENS, rue d’Ulm : soirée de lectures de poèmes de Léopold Sédar Senghor par Etienne Minoungou avec accompagnement musical de Simon Winsé et un commentaire de Xavier Garnier (Professeur à Paris III-Sorbonne nouvelle).

Le lundi 21 novembre 2016 à 20h30, Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

Programme :

  • « Tout le long du jour… » (Chants d’ombre)
  • « Nuit de Sine » (Chants d’ombre)
  • « Le totem » (Chants d’ombre)
  • « A la mort » (Chants d’ombre)
  • « Messages (Guimm pour kôra) à Cheik Yaba Diop, chef de province » (Ethiopiques)
  • « Chants pour Signare » – « Ton visage… » (Nocturnes)
  • « Elégie pour Martin Luther King » I (Elégies majeures)
  • « Elégie pour Martin Luther King » III (Elégies majeures)
  • « Elégie des Alizés » (Elégies majeures)

novembre-21-2016-affiche-voix-dun-texte

URL de référence : http://savoirs.ens.fr

Projection : autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h, Afriques transversales (séminaire à l’ENS d’Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, en salle Dussane) vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Bibliographie complémentaire sur le carnet Hypothèses d’Afriques transversales.

Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

9e669f7d5bd1aebc54139e0fcccf966bles Lectures vagabondes à la Comédie-Française
Sony Labou Tansi, Gustave Akakpo, Julien Mabiala Bissila, Hakim Bah

Lecture vagabonde #1
La Résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette

de Sony Labou Tansi

samedi 10 octobre 2015 à 15h au Théâtre du Vieux-Colombier

La première édition de ces Lectures vagabondes nous conduira en Afrique subsaharienne, où la dramaturgie francophone œuvre, depuis plusieurs générations maintenant, à explorer les liens féconds entre langage et identité. Dans le cadre de la commémoration organisée à l’occasion des 20 ans de sa disparition, la Comédie-Française rend hommage à l’auteur congolais Sony Labou Tansi.

« Cette adaptation de Roméo et Juliette est une lettre confidentielle à tous ceux qui veulent rester humains dans un monde de plus en plus ensauvagé. » Sony Labou Tansi metteur en voix Gustave Akakpo
avec la troupe de la Comédie-Française
Catherine Sauval, Martine Chevallier, Alain Lenglet, Jérôme Pouly, Stéphane Varupenne, Gilles David, Noam Morgensztern, Anna Cervinka et Laurent Muhleisen
Prochaines Lectures vagabondes
5 décembre 2015 | Crabe rouge de Julien Mabiala Bissila
6 février 2016 | Gustave Akakpo (texte en cours)
28 mai 2016 | La nuit porte caleçon de Hakim Bah

Continuer la lecture de Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

Le Corps liquide, de Kossi Efoui, mise en scène Koffi Kwahulé

corps-liquide-2015-160215 (5)11e édition des Frankolorés
 
Mardi 10 Mars  – Théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie)
 
18h30 Rencontre autour de l’écriture de Kossi Efoui animée par Selim Rauer avec Pénélope Dechaufour et Marie-Julie Chalu.
 
20h30 Représentation exceptionnelle du spectacle “Le Corps Liquide” de Kossi Efoui, mise en scène Koffi Kwahulé (assisté de Marie-Julie Chalu) avec Roselaine Bicep (Une production Compagnie Aventhurine) suivi d’un bord de scène animé par Sylvie Chalaye
10933822_902054203168018_9161256844759419952_n

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Extrait “The Nine Muses” (2010) de Johh Akomfrah (courtoisie)

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire “Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique”  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent parfois – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?

Continuer la lecture de L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas