Archives de catégorie : Théâtre, Performance, Cinéma

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

Le Corps liquide, de Kossi Efoui, mise en scène Koffi Kwahulé

corps-liquide-2015-160215 (5)11e édition des Frankolorés
 
Mardi 10 Mars  – Théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie)
 
18h30 Rencontre autour de l’écriture de Kossi Efoui animée par Selim Rauer avec Pénélope Dechaufour et Marie-Julie Chalu.
 
20h30 Représentation exceptionnelle du spectacle “Le Corps Liquide” de Kossi Efoui, mise en scène Koffi Kwahulé (assisté de Marie-Julie Chalu) avec Roselaine Bicep (Une production Compagnie Aventhurine) suivi d’un bord de scène animé par Sylvie Chalaye
10933822_902054203168018_9161256844759419952_n

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Extrait “The Nine Muses” (2010) de Johh Akomfrah (courtoisie)

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire “Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique”  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent parfois – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?

Continuer la lecture de L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Samedi Détente, Dorothée Munyaneza & Cie Kadidi

Théâtre, Danse, Production au théâtre Garonne, Avenue du Château d’Eau, 31300 Toulouse, du 11 au 14 février 2015

11 > 14 février durée : 1h00 env création m11 j12 v13 s14 > 20:30

COMMENT PARLER DU DÉPART D’UN LIEU QU’ON A AIMÉ ? DES CIRCONSTANCES DURANT LESQUELLES ON A DÛ QUITTER LE NID DE L’ENFANCE, UN JOUR, EN CACHETTE, SUR LES ROUTES PARSEMÉES DE CORPS, DE SANG ET DE SILENCE ? (…) COMMENT RACONTER LA FUITE AU CLAIR DE LUNE DANS LES CHAMPS DE CAFÉ ? COMMENT RACONTER LES RIRES ? COMMENT RACONTER LES CHANSONS ? COMMENT RACONTER LES PSAUMES ET LES DANSES ? DOROTHÉE MUNYANEZA

https://www.youtube.com/watch?v=D6vXVbPOld8

Dorothée Munyaneza a quitté le Rwanda à l’âge de douze ans au lendemain du génocide. Elle est aujourd’hui chanteuse, auteur, chorégraphe et a travaillé entre autres pour François Verret, Nan Goldin, Robyn Orlin, Alain Buffard. Elle a décidé d’affronter l’indicible en partageant la parole de ceux qui y étaient, en parlant à travers les yeux qui ont vu, comme elle, il y a 20 ans. Samedi Détente était alors un rendez-vous radiophonique incontournable qui diffusait, non des slogans de haine, mais des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gamins dansaient et chantaient dans la cour de l’école, sans forcément comprendre les paroles ; une sorte de compète de danse made in Rwanda qui prit fin le 6 avril 1994 : “Il m’arrive de réentendre des chansons et tout me revient, je revois mes amis, je revois mon quartier, je revis la musique et mon corps se met à bouger“. Elle dansera avec, à ses côtés, la danseuse ivoirienne Nadia Beugré et le musicien Alain Mahé, qui improvise comme personne avec des cailloux et des ordinateurs : “Samedi Détente parlera de ces instants de paix avant la guerre, de ces instants de vie avant la mort, de ces instants de rires avant les larmes…

http://www.theatregaronne.com/saison.php?itemid=25&idevent=496

Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

texte Bernard Magnier, mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
avec Marcel Mankita, Criss Niangouna

Le Tarmac, La scène internationale francophone
du 11 au 14 février 2015 mercredi, vendredi à 20h, jeudi à 14h30 & 20h, samedi à 16h
Avec ses pièces enfiévrées, d’abord créées à Brazzaville par sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, ensuite livrées sur les scènes de Paris, Bruxelles ou New York, en passant par les capitales africaines, avec sa langue subversive et attentive aux injustices, avec ses romans iconoclastes, Sony Labou Tansi est l’une des voix majeures du continent africain.
Ce spectacle souhaite rendre compte de la destinée de ce créateur météore né en 1947 et décédé en 1995.
Deux comédiens. L’un sera Sony Labou Tansi et portera sa parole. L’autre, un lecteur, passeur, qui feuillettera l’œuvre de l’écrivain, relatera sa destinée, retracera son itinéraire de création, son attachement à la terre africaine, son ancrage au Congo et sa volonté de s’adresser au monde. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de ses pièces.
Dans la mise en scène d’Hassane Kassi Kouyaté, extraits de l’œuvre, musique, documents sonores et vidéos se mêleront pour donner à entendre un talent immense d’une urgente actualité. Sony Congo ou la destinée singulière d’un créateur.
jeudi 12 février, à l’issue de la représentation du soir, rencontre En Écho animée par Valérie Baran, avec Bernard Magnier & Hassane Kassi Kouyaté

lumière Cyril Mulon   vidéo Florian Berutti   décor Mahamoudou Papa Kouyaté   costumes Anuncia Blas
Production Compagnie Deux Temps Trois Mouvements / Coproduction Le TARMAC – La scène internationale francophone, ARTMATAN (Association réunissant tout le milieu d’art plastique à Toussiana et les artisans novateurs), EPCC Atrium Martinique

Plus d’infos, réservation de places : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-sony-congo-ou-la-chouette-petite-vie-bien-osee-de-sony-labou-tansi/spectacle-74/.