Pénélopes en révolte. Par Daniel Delas

Pénélopes en révolte, avec Winnie Mandela

Njabulo NDEBELE, Le lamento de Winnie Mandela, roman traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Georges Lory, Actes Sud, 218 p., 2019.

Traduit par Georges Lory, bon connaisseur de l’Afrique du Sud, le grand roman postapartheid de Njabulo NDEBELE paraît enfin en français. Publié en anglais en 2003 puis dans une version nouvelle en 2013, la traduction aujourd’hui de ce roman fera, espérons-le, mieux reconnaître en France l’importance de cet écrivain, par ailleurs vice-chancelier et directeur de l’Université du Cap. Un roman dont Nadine Gordimer a salué « l’extraordinaire originalité et la puissante imagination ».

L’originalité première de ce livre est de se focaliser non sur les aventures et les combats des hommes mais sur l’attente des femmes, l’attente de ces milliers de Sud-africaines séparées de leur homme soit par le système migratoire du travail, soit par l’exil politique, l’activisme et l’emprisonnement, soit par la veulerie de leur partenaire. Toutes ont vécu une interminable attente, une interminable absence. Attente et absence qui se sont progressivement de plus en plus souvent accompagnées d’un questionnement lancinant : « Qui suis-je ? dans quel monde ? que puis-je faire ? que dois-je faire ? » Ce vécu angoissé des Pénélopes sud-africaines est reconstitué par NDEBELE avec une singulière acuité à partir de l’évocation de l’attente spécifique de quatre femmes qui, après s’être interrogées ensemble puis l’une après l’autre sur le sens de leurs vies de Pénélopes, se tournent vers Winnie Mandela, « Mother of the Nation », icone de la femme mariée sans mari et de la femme en attente puisque Nelson Mandela resta 27 ans emprisonné. La référence mythologique du douloureux être-au-monde de ces femmes est la Pénélope d’Homère, éternel symbole de l’épouse fidèle enfermée dans un rôle créé par les hommes, sans échappatoire possible, quelles que soient les postures qu’elle adopte. Ce qui est la thèse sous-jacente de l’auteur.

Continuer la lecture de Pénélopes en révolte. Par Daniel Delas

Moratoire sur la LPPR

Le Conseil d’administration de l’APELA exprime à l’unanimité son opposition aux orientations des trois rapports préalables au futur projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche. Considérant les risques que présentent ces orientations pour le fonctionnement de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le CA de l’association rejoint la motion demandant la mise en place d’un moratoire sur la préparation de cette loi et demande donc que le ministère s’engage dans un véritable processus d’élaboration démocratique et qu’il s’engage à organiser des états généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur avec les acteurs concernés afin de fixer l’esprit d’une future loi.

A lire aussi : Soutien à la grève des revues en sciences humaines et sociales et à la mobilisation de nos collègues français·e·s, revue COnTEXTES.

AAC: manifestes littéraires et artistiques

La revue French Studies in Southern Africa consacre, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’association AFSSA, un numéro spécial dédié aux manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne.
En pièce jointe l’appel à contributions : Appel Manifeste_AFSSA.
 
La date limite d’envoi des propositions est fixée au 27 mars 2020.

Parution : Langues minorées

Revue Bibliodiversity

Dossier coordonné par Nathalie Carré (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Inalco) et Raphaël Thierry (chercheur indépendant).

Prix de vente (version papier) : 20 euros ; 30 dollars canadiens ; 20 francs suisses ; 12 000 francs CFA.
Format : 14,5 X 21 cm ; 188 pages
Numéro ISSN : 2650-0205

Prix de vente (version numérique – PDF) : 10 euros ; 15 dollars canadiens ; 10 francs suisses ; 6 000 francs CFA.
Numéro ISSN : 1775-3759

ISBN : 978-2-490855-03-2

Publication : janvier 2020
Bibliodiversity est coéditée par Double ponctuation et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.
Voir tous les autres numéros de la revue (« Les politiques publiques du livre », « L’Auto édition », « Édition et engagement »…).

Présentation
Plus de la moitié des langues parlées dans le monde sont menacées de disparition ; si rien n’est fait, l’Unesco estime que 90 % des langues auront disparu au cours du siècle. Élément essentiel de la culture d’un peuple, les langues sont pourtant bien plus qu’un simple outil de communication ; toutes proposent une description profondément unique du monde qui nous entoure et des êtres qui l’habitent. Que peut faire – et que fait déjà – le secteur de l’édition pour aider à conserver et à faire vivre ces langues minorées ? C’est à cette question que tente de répondre cet ouvrage, à travers des textes universitaires et des témoignages de professionnels du livre qui, ensemble, proposent une approche inédite du sujet.
Au regard de leurs publications, l’ouvrage analyse la situation de plusieurs langues minorées – créole haïtien, corse, innu, yiddish, kikuyu, basque, malgache, náhuatl, etc. – et montre que des solutions existent quand les acteurs de la chaîne du livre se mobilisent.

Sommaire du dossier

  • Publier en langues minorées. De la diversité des langues d’édition en contexte mondialisé, par Nathalie Carré, Inalco (France) et Raphaël Thierry, chercheur indépendant (France)
  • L’édition en créole en Haïti. Obstacles, initiatives et perspectives de développement, par Sandie Blaise, Duke University (États-Unis)
  • La diffusion de la poésie yiddish dans l’espace germanophone. Le cas des éditions bilingues, par Caroline Puaud, université Paris-Sorbonne (France)
  • Écrire et publier à Madagascar. Comment atteindre le monde ?, par Dominique Ranaivoson, université de Lorraine (France)
  • Faire dialoguer (en ligne) les langues minorées. L’exemple d’une collaboration intergénérationnelle en Afrique de l’Est, par Pierre Boizette, université Paris-Nanterre (France)
  • Normativité, diversité et dynamiques de création dans le champ littéraire basque contemporain. Étude de ses tendances de fonctionnement à travers la trajectoire littéraire d’Eñaut Etxamendi, par Itziar Madina Elguezabal, école doctorale Bordeaux-Montaigne (France)
  • Repérer, cataloguer, rendre visible. La place des langues minorées dans les collections de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), entretien avec Marine Defosse, Soline Lau-Suchet et Nicolas Pitsos, bibliothécaires à la BULAC (France)
  • « Tant que la langue circulera, nous aurons des livres à produire ». Publier en langue corse, entretien avec Bernard Biancarelli, éditions Albiana (Corse/France)
  • « L’édition doit grandir le monde ». Mémoire d’encrier et les langues du monde, entretien avec Rodney Saint-Éloi, éditions Mémoire d’encrier (Québec/Canada)
  • « Le sauvetage d’une langue est une tâche qui nous incombe à tous ». Publier de la littérature jeunesse en langues autochtones au Mexique, entretien avec María Yolanda Argüello Mendoza, éditions Magenta (Mexique)
  • Les politiques publiques du livre et de la lecture en faveur des langues autochtones au Chili. Intervention (réactualisée en 2020) au Parlement du livre et de la parole, par Paulo Slachevsky, Lom Ediciones (Chili)
  • Sauver, transmettre. Un exemple de transcription-traduction d’oeuvres de la littérature orale des peuples du Vietnam, par Mireille Gansel, traductrice, écrivaine (France)
  • L’engagement de PEN en faveur des droits linguistiques. L’importance d’écrire, de publier et de lire en langues marginalisées, entretien entre Peter McDonald, université d’Oxford (Royaume-Uni) et Carles Torner, PEN International (Catalogne/Espagne)

URL de référence : https://www.alliance-editeurs.org/langues-minorees-nathalie-carre-et,1392

Flyer DP Langues minorées sommaire

David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre

Interculturel Francophonies, n° 36, nov.-déc. 2019, David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre

sous la direction de Dominique Ranaivoson

Alliance Française Lecce, 2020.

EAN13 : 9788895343358.

Le n° 36, nov. déc. 2019 d’Interculturel Francophonies (168 pp., 15€), revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française publiée par l’Alliance Française de Lecce et dirigée par Andrea Calì, vient de sortir. Ce numéro, consacré à David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre, a été coordonné par Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine).

David Jaomanoro (1953-2014) a vécu à Madagascar puis à Mayotte. Il a laissé une œuvre en français traversée par les langues régionales qui évoque les hommes et les femmes pris entre les traditions inhumaines, les injustices familiales et les dures contraintes économiques. Passant de la poésie au théâtre et à la nouvelle, il était aussi un extraordinaire conteur du Nord de Madagascar, un animateur, un musicien et un modèle pour les jeunes de Madagascar, Zanzibar, la Tanzanie, le Mozambique et les Comores qu’il fédérait autour d’activités en français. Il a publié deux recueils de nouvelles et ses Œuvres complètes sont parues en 2017.
Le présent volume rassemble des analyses des divers aspects de ses textes et les témoignages de ses amis, collaborateurs, interprètes et traducteurs. Ils permettront de replacer cet écrivain resté éloigné des centres de reconnaissance dans son contexte culturel et de mieux comprendre une œuvre à la fois simple et nourrie de plusieurs traditions littéraires, comique et tragique.

Sommaire

Introduction

Dominique Ranaivoson, David Jaomanoro: la grande voix du Nord de Madagascar

I. David Jaomanoro dans son environnement

  • Ornella Cynthia Parfait, David Jaomanoro dans le paysage littéraire malgache et mahorais
  • Cerveau Kotoson, David Jaomanoro et Nassur Attoumani : amis et collaborateurs à Mayotte
  • Jean-Luc Raharimanana, David Jaomanoro, une œuvre inachevée?

II. David Jaomanoro et ses personnages: approches thématiques

  • Andrea Calì, Femmes violées, abusées, harcelées dans Pirogue sur le vide
  • Linda Rasoamanana, Résistance, coping, résilience et réactualisation dans les eaux et les mangroves mahoraises: Pierrot et Ndzaka Lapiné
  • Dominique Ranaivoson, David Jaomanoro, passeur de cultures ou hardi juge des traditions
  • Dominique Ranaivoson, Le théâtre de Jaomanoro: de la farce au drame

III. Circulation des textes

  • Cerveau Kotoson – Dominique Ranaivoson, Ils ont joué Jaomanoro. Entretien avec Cerveau Kotoson et sa troupe
  • Margaret Besser – Bret Maney, Traduire David Jaomanoro en anglais: deux expériences

Chrono-bio-bibliographie

Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

URL de référence : https://sites.google.com/view/alliancefrlecce

AAC: Langues, littératures et politiques

Appel à communication

pour le 26ème Congrès de l’AFSSA 2020

« Langues, Littératures & Politiques »

Université du Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud

1er, 2 et 3 septembre 2020

Date butoir pour l’envoi des propositions prorogée au 14 février 2020.

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Colloque du Cinquantenaire de l’Association
Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud.

AAC: Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain

Appel à communication

Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain

Journée d’études doctorales

Vendredi 27 mars 2020 à Paris III – Sorbonne Nouvelle

— Appel prolongé jusqu’au 31 janvier 2020 —


Organisée par THALIM (UMR 7172, Paris III – Sorbonne Nouvelle),
Centre Écritures (EA 3943, Université de Lorraine),
Configurations Littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg)

À l’heure où la question de la restitution des biens culturels africains est au centre de vifs débats politiques, il semble opportun d’envisager les dynamiques, plurielles et complexes, des rapports de force qui traversent l’espace littéraire africain francophone. Ces rapports sont pluridimensionnels et dépassent la simple dichotomie entre légitimité et illégitimité, ou entre domination et subordination. Cette journée d’études doctorales souhaite être l’occasion de les explorer de manière dialogique, en portant l’attention sur les négociations et les transferts, d’ordre esthétique, sociologique, linguistique, ou autres.
À l’image des œuvres d’Amadou Hampaté Bâ et de Birago Diop, les premières productions littéraires francophones ont pu afficher la volonté de défendre des traditions orales, en les présentant comme l’essence de la littérature africaine. Sous quelle forme et par quel biais les écrivains africains cherchent-ils à restituer ces traditions orales ? Quelles transformations la mise par écrit et la traduction font-elles subir à ces ethno-textes ? S’agit-il, par la valorisation du patrimoine littéraire traditionnel de contester ou de remplacer le discours de l’Occident sur l’Afrique ? À la lumière de la notion de « Contre-littératures » (Mouralis), comment rendre compte de façon dynamique de la pluralité des relations aux instances de légitimation de la production littéraire et de leur potentielle ambiguïté ? Nous pourrons aussi nous intéresser à l’institutionnalisation de cet espace littéraire, observable dans le processus de la fabrication de « classiques africains ». Ces analyses nous permettront d’illustrer le rapport entre production des œuvres littéraires et cristallisation du concept de patrimoine dans le domaine littéraire.
Sur le plan de la représentation romanesque, les romans nous semblent participer, tantôt par le choix du lieu géographique et du personnage, tantôt par le choix de la forme narrative ou structurale, à cette négociation dynamique des relations. Comment sont représentés les personnages d’interprète ou d’écrivain iconoclaste appartenant à d’autres cultures de l’écrit (alphabet arabe, autres systèmes scripturaux africains) ? Que nous disent les écritures méta-textuelles de vol de manuscrits et de plagiats ? Par ailleurs, les perspectives peuvent être différentes, selon que l’on se place sur le terrain de la littérature francophone ou sur celui des langues africaines. Ces questions peuvent de surcroît être appliquées à l’analyse des postures auctoriales et du lectorat visé : quelles stratégies mettent en œuvre les écrivains qui écrivent en plusieurs langues ou qui ont plusieurs publics (local / international) ? Note-t-on des changements importants dans leur rapport au patrimoine littéraire africain selon le type de lectorat projeté ? Nous pourrons aussi explorer les différentes manières dont les littératures africaines, europhones et africophones se sont saisies et se saisissent des enjeux de spoliation ou de restitution du patrimoine africain. Comment les productions littéraires représentent-elles le pillage des ressources culturelles du continent ?
Enfin, l’évolution des attitudes que manifestent les écrivains africains au sujet de la langue française peut également être révélatrice des relations qui s’instaurent dans cet espace littéraire. Quels discours produisent-ils au sujet du statut de la langue française ? Est-il possible de repérer la position de certains d’entre eux qui revendiquent l’appropriation de cette langue ? Quelles postures d’écrivain découlent de cette configuration particulière ? Les enjeux linguistiques (langue d’écriture, hétérolinguisme, traduction) sont révélateurs d’une volonté de refuser l’hégémonie des langues de la colonisation et de décentrer le point de vue sur la littérature. On pourra à cet égard s’intéresser au processus de décolonisation du corpus par la traduction en langues africaines (Ngũgĩ Wa Thiong’o). La question de la traduction pourra aussi être envisagée sous l’angle du « détournement de capital » (Casanova) ou de la « réparation » (Bandia). Par ailleurs, si les stratégies d’« indigénisation » (Zabus) de la langue sont mises en œuvre comme un moyen de subvertir les termes de l’appropriation culturelle, il serait toutefois légitime de questionner ces projets de subversion en prenant en considération la dépendance actuelle des écrivains africains vis-à-vis des maisons d’éditions françaises pour la diffusion de leurs œuvres.

La journée d’études est destinée à tous les doctorants en littérature. Les propositions de communication (300 mots environ) suivies d’une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer avant le 31 janvier aux adresses suivantes :

alicechdm [apud] gmail.com ; kimbohyun0203 [apud] gmail.com ; etonam69 [apud] gmail.com

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)