Entre rage et tendresse. Par Daniel Delas

René Depestre, Bonsoir tendresse.
Autobiographie,

préface de Marc Augé, avant-propos de Jean-Luc Bonniol, Odile Jacob, 2018, 242 pages

Si vous connaissez bien l’œuvre de Depestre, vous serez peut-être déçu de cette autobiographie car elle n’apporte pas d’éléments nouveaux et d’ailleurs, nombre des amis auxquels il rend hommage dans un dernier chapitre, Price-Mars, Jacques Roumain, Jacques-Stephen Alexis, Pierre Mabille, André Breton, Alfred Métraux, Michel Leiris, Louis Aragon, Jorge Luis Borges, Jean-Paul Sartre, Alioune Diop et Aimé Césaire, il a déjà parlé d’eux – et de bien d’autres puisqu’il semble avoir connu tous les intellectuels progressistes des années d’après-guerre ! – dans de précédents recueils comme Bonjour et adieu à la négritude (1980), Le métier à métisser (1998), Encore une mer à traverser (2005), voire sous forme de poèmes qu’on trouvera dans ses œuvres poétiques complètes réunies sous l’intitulé La rage de vivre (2006). Mais si vous ne le connaissez pas plus que ça, vous prendrez plaisir à ce livre autobiographique mis sous le signe de la tendresse.
Vous ferez connaissance avec un homme qui a fait le tour du monde progressiste et dialogué, en Europe et en Amérique latine principalement, avec les plus grands intellectuels de son temps, de 1946, date de l’arrivée du jeune Haïtien à Paris à 1986, date de sa retraite dans les Corbières où il accueille ses amis. Par l’intermédiaire de ses parrains politiques et affectifs, Pablo Neruda et Jorge Amado, il prit très tôt connaissance des crimes du stalinisme mais crut à la  possibilité d’un renouvellement du communisme à Cuba avant de retrouver là aussi une dérive mortifère du socialisme et de rompre avec la révolution cubaine en 1978. C’est ensuite en France qu’il s’installera et s’adonnera à l’écriture littéraire. Il a reçu en 1988 le prix Renaudot pour son roman Hadriana dans tous mes rêves.

Cette autobiographie n’en est une stricto sensu que par ses trois premiers chapitres qui suivent le déroulé chronologique de sa vie – « vertes années » d’enfance et d’adolescence, « L’hebdo La Ruche (1945-1946) », « Rideau de fer et château en Bohème » (1951-1952) – car ensuite les cinq autres chapitres qui suivent sont plutôt comme l’indiquent leurs titres (« Des clefs pour l’Amérique Latine », « Cuba : service après naufrage », « Le réveil indigéniste », « Haïti, une tragédie sans fin » et, pour finir, « Que peuvent les intelligentsias ? » qui contient des portraits de grands intellectuels) des essais. Des essais certes, des panoramas riches d’informations certes mais auxquels se mêle des anecdotes personnelles. Bref, on l’a compris, quand Depestre parle de lui, ce n’est jamais sur un mode solipsiste mais toujours dans un dialogue avec l’autre ; quand Depestre parle du monde, de son passé comme de son avenir, ce n’est jamais sur le mode dogmatique du dispensateur de vérité mais comme un homme à l’écoute. ‘Fraternité’ est d’ailleurs le mot de la conclusion, mais, dans l’esprit de dialogue à l’instant évoqué, le terme est doublement parrainé, d’une part directement par Jean-Paul Sartre, d’autre part, par le biais d’une référence appelée en note, par Milan Kundera citant Sartre :

Mon vieil d’âge d’homme demande à la parole de Jean-Paul Sartre d’alimenter ma tendresse et ma Real-utopie aux abois. Il faudrait tout mettre en œuvre pour « étendre l’idée de fraternité jusqu’à ce qu’elle devienne rapport unique et évident entre les hommes ».

Encore un mot sur une question qu’on ne peut pas ne pas se poser : « Pourquoi Depestre n’a-t-il pas rompu avec le PCF plus tôt ? ». La réponse qu’il avance (p.66) pour les années 50 est : « avant tout en raison des liens fraternels tissés les mois précédents avec des êtres de la qualité d’Amado et de Neruda ».  Certes mais ensuite ?
En pointillé derrière ces questions lancinantes, une belle écriture enflammée qui entraînera le lecteur chevronné de Depestre – le vieux magicien est toujours à la barre ! – comme le lecteur plus naïf, écriture dont voici un exemple (p. 189) :

Dans le désert des sens qu’était devenu l’héritage fraternel des premiers temps de la révolution d’Octobre, malgré le dénivellement évident quant à notre poids respectif dans la société, on forma, Sartre et moi, une sorte de pensée musicale plurielle. Le souvenir de l’Orphée noir revenait comme un leit-motiv, alors que notre partition tournait à bâtons rompus autour des abîmes communs que la fraternité et la terreur n’ont pas arrêté de creuser impitoyablement dans l’histoire des cultures et des civilisations.

Bonsoir et merci, René Depestre !

Note : Merci aussi à Jean-Luc Bonniol, anthropologue, professeur (em) à l’Université d’Aix-Marseille pour avoir établi le texte et l’avoir entouré d’un précieux appareil critique.

Pour citer cet article : Entre rage et tendresse. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 03/03/2018, https://apela.hypotheses.org/1835.

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/

REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Consulter la liste des panels :

MàJ 10/02/2018:

La liste des panels est maintenant en ligne !

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France

se tiendront du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université

Soutenue par le GIS Afrique, l’édition 2018 des Rencontres des Études Africaines en France est organisée par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Le Laboratoire Population – Environnement – Développement – (LPED -UMR 151, IRD-AMU)
  • L’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171 CNRS / UMR 241 IRD, AMU, Université Paris 1 Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Pratique des Hautes Etudes )
  • Le Centre Norbert Elias (CNE, UMR 8562, EHESS, CNRS, Université d’Avignon, AMU)
  • L’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS – UMR 205 IRD / UMR 8245 CNRS, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis, IRD, CNRS)
  • Le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, AMU).
  • L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-UMR 7310, CNRS, AMU)

En parallèle des REAF 2018 se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA).

 

Consignes :

– Le dépôt de la proposition de panel se fait en ligne sur le site des REAF : https://reaf2018.sciencesconf.org

– Un résumé de 500 mots maximum présentant le panel
– Choix d’une thématique unique pour « classer » la  proposition
– Le texte de 500 mots maximum sera soumis à deux évaluateurs. Ce texte est à rédiger directement sur le site. Il n’est pas nécessaire d’inclure la liste des références bibliographiques citées dans le texte.

Calendrier (MàJ 16/12/2017)

1 / Les propositions de panel sont attendues pour le 8 janvier 2018.
2 / Validation des propositions de panel par le comité scientifique pour le 30 janvier 2018.
3 / Mise en ligne de la liste des panels le 1er février 2018
4 / Date limite de soumission des communications individuelles pour le 28 février 2018
5 / Composition de leur atelier par les coordinateurs de panel et dépôt en ligne  le 13 mars 2018 .
6 / Validation  des ateliers complets par le Conseil Scientifique avant  le 23 mars
7 / Mise en ligne de la liste et de la composition finale des ateliers le 24 mars 

Préambule 

Le continent africain, avec plus d’un milliard d’habitants, sa jeunesse, l’importance de ses ressources naturelles, les grands aménagements qui s’y multiplient et la modernisation qui s’y accélère est souvent associé, dans les médias, aux nouveaux miracles économiques, aux innovations sociales, artistiques et culturelles.
Les politiques économiques et sociales déployées dans les mondes africains viennent rencontrer des enjeux locaux de valorisation et de préservation des pratiques culturelles comme des ressources naturelles alimentant tour à tour afro-pessimisme et afro-optimisme, enchantement et désenchantement, mythologies d’une africanité rimant avec authenticité et d’un développement économique rimant avec modernisation.
La capacité de résistance, de transformation et de résilience des sociétés africaines face aux dominations, aux violences et aux crises, interroge et fascine. Énergie des individus, dynamisme supposé des solidarités, communautés et familles, héroïsme au quotidien des femmes et des plus démunis, élan des mouvements sociaux, créativité religieuse, amplification des circulations licites et illicites, sont mis en avant comme des atouts propres à ce continent. Les versants plus sombres de ces dynamiques interpellent également : prosélytismes et radicalismes armés sur des bases religieuses, culturelles ou communautaires, mobilisation de la sorcellerie dans le champ des concurrences ou des conflictualités  sociales.
Ces illusions, projections, fantasmes et stéréotypes qui collent aux dynamiques plurielles du continent africain sont tenaces, et fondent en partie l’attraction et la séduction exercées par ce continent. Cependant les termes mêmes de domination, de tragédies mais aussi de résistances, d’indocilité ou de résilience, si souvent appliqués au continent africain, risquent d’éluder les rapports historiques, économiques, politiques et sociaux qui s’y jouent.

Les 5e Rencontres scientifiques des Études Africaines en France proposent de revenir sur les mécanismes de construction, de diffusion et d’instrumentalisation de ces représentations. Comment se sont-elles construites ? Comment, dans l’histoire du continent, l’enchantement et ces désenchantements ont-t-ils été fondateurs de multiples formes de convoitises et de dominations ? Qu’en est-il des formes « prolongées » de mises en dépendance héritées d’un passé lointain? Comment sont-elles entretenues ? Les mémoires et les pratiques anciennes ne se prolongent pas seulement dans le présent, et elles devront faire l’objet d’une interrogation en tant que telles. En quoi l’enchantement et ces désenchantements animent-ils des actions politiques nationales et internationales, mais aussi des discours littéraires, politiques, scientifiques et des mobilisations populaires ?

Des ateliers portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements récents de la recherche ou des thèmes comparatistes sont attendus. Des ateliers pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont également sollicités. Ils pourront mettre en avant  les thèmes suivants :

Continuer la lecture de REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Brumaire : la saga de la nouvelle poétique capverdienne

Arménio Vieira, Filinto Elísio et Márcia Souto

à la Fondation Gulbenkian

Quando

Seg, 12 fevereiro, 2018
18:30 até 20:00

Onde

Sala de conferências
39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Bilhetes

Entrada livre

À partir de la présentation des derniers livres de Arménio Vieira (Prix Camões 2009), Sequelas do Brumário, Fantasmas e Fantasias do Brumário et Silvenius – Antologia Poética, les conférenciers Filinto Elísio, poète, et Márcia
Souto, éditrice, mettront en valeur à la fois la singularité de la poétique de Vieira et les chemins esthétiques d’une nouvelle génération de poètes capverdiens. Ces derniers, dans son sillage, élaborent une poésie cosmopolite, existentialiste, très marquée par un profond et prolifique dialogue avec d’autres poètes du monde entier ainsi que par une intertextualité intense avec des oeuvres universelles, notamment françaises.

Cycle d´études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone, organisé par Maria-Benedita Basto, Olinda Kleiman, Agnès Levécot, Irene dos Santos et Egídia Souto (université Paris Sorbonne/CRIMIC – Centre de recherche sur les mondes ibériques et ibéro-américains contemporains; université Sorbonne Nouvelle/CREPAL – Centre de recherches sur les pays lusophones; CNRS), en partenariat avec Rosa Porcelana Editora.

Conférence en liaison avec la présentation du livre Cartas de Amilcar Cabral a Maria Helena: a outra face do Homem, dans le cadre d’une rencontre autour de la littérature cap-verdienne contemporaine, par Filinto Elísio Silva et Maria-Benedita Basto – 13 février, 18h, Ambassade du Cap Vert.

URL de référencehttps://gulbenkian.pt/paris/pt-pt/evento/armenio-vieira-filinto-elisio-marcia-souto/

Nigrita, ou le buste noir du Vatican. Par Daniel Delas

Wilfried N’Sondé, Un océan, deux mers, trois continents, roman, Actes Sud, 2018, 269 p.

Entreprenant de lire le récent roman de Wilfried N’Sondé pour cette chronique, je me renseigne d’abord sur l’auteur : né en 1968 au Congo, élevé en France, travailleur social à Berlin, quatre romans au compteur déjà depuis Le cœur des enfants léopards (2007) qui portait sur les jeunes des banlieues. Puis je rafraîchis ma mémoire sur le royaume de Kongo en sortant de ma bibliothèque mon précieux petit Balandier, Le royaume de Kongo du XVI° au XVIII° siècle (Hachette, 1965, rééd. 2009) : le héros du roman Nsako ne Vunda, alias dom Antonio Manuel (1583 – 1608) y figure bien (p. 63-64), c’est donc vraiment un personnage historique, prêtre dans le royaume du Kongo converti au catholicisme depuis le roi Afonso I (1506-1545), choisi par le roi Alvare II (1587-1614) pour porter au pape ses plaintes contre les colonisateurs portugais. Pourquoi ? Parce qu’un commerce que le premier roi avait conçu au départ comme permettant, à une petite échelle, d’acquérir des articles européens contre quelques bandits ou prisonniers de guerre, était devenu une entreprise de réduction en esclavage d’une population chrétienne par des chrétiens sous l’aiguillon de la cupidité des Portugais en besoin de main-d’œuvre pour le Brésil récemment découvert. L’ambassadeur aura pour mission de demander au pape d’interdire ce genre d’esclavage.

Bon, vous avez suivi ? Gardez-en la mémoire car le roman de Nsondé, secondé, dit-il, par son frère historien, traite de l’histoire du Kongo en quelques pages d’ouverture (40 premières pages) de la situation du héros de son roman historique qui va suivre, sans trop s’attarder.
Nsako ne Vunda – alias Antonio Manuel ne Vunda – est donc choisi par le roi Alvare II pour porter ses doléances au pape Clément VII (qu’aura remplacé Paul IV quand l’ambassadeur arrivera à Rome).
C’est alors que le roman de formation et d’aventures commence.

Continuer la lecture de Nigrita, ou le buste noir du Vatican. Par Daniel Delas

Le théâtre du Tarmac menacé

Le Tarmac réagit à l’annonce de sa disparition : “De quel projet francophone parlons-nous ?”

Les artistes se mobilisent et une pétition circule pour défendre le Tarmac suite au communiqué de Françoise Nyssen annonçant sa possible disparition. Le théâtre de la francophonie réagit…

Lire la suite et comprendre le fil des évènements : https://www.lesinrocks.com/2018/02/02/scenes/le-tarmac-reagit-lannonce-de-sa-disparition-de-quel-projet-francophone-parlons-nous-111041796/

(en bas de page, une lettre ouverte signée par, entre autres, Gustave Akakpo, Kidi Bebey, Ananda Devi, Gaël Faye, Achille Mbembe, Criss et Dieudonné Niangouna, Raharimanana, Véronique Tadjo… Rappelons que le théâtre du Tarmac contribue largement à la diffusion en France des dramaturgies africaines contemporaines : http://www.letarmac.fr/la-saison/traversees-africaines/ )

MàJ 07/02/2018 : soirée de soutien lundi 12 février à partir de 18h au Tarmac.

Rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Reprise du séminaire Afriques transversales : rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Le 26 janvier de 19h à 20h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris, salle Celan au rez-de-chaussée

Entrée libre

Afriques Transversales invite l’auteur d’origine ghanéenne Nii Ayikwei Parkes pour évoquer avec lui son « thriller paradoxal », Tail of the Blue Bird, paru en 2009, et traduit aux éditions Zulma en 2014 (Notre Quelque part, traduction de Sika Fakambi). Comment concilier les croyances d’un village de chasseurs avec le modèle d’investigation policière fourni par la série américaine Les Experts ? Quelle place pour la mise en scène de la corruption dans un polar africain ? Quelles stratégies de traduction adopter face à un texte écrit dans un anglais d’Afrique de l’Ouest et émaillé de termes twi, dont l’élucidation n’est pas fournie dans un glossaire ? Qu’est-ce qu’une littérature du spoken word ? Quel rôle et quelle enquête reviennent au lecteur dans ces conditions ? L’entretien sera également l’occasion de discuter avec l’auteur de sa production poétique et notamment du recueil The Makings of You, paru en 2010 et non traduit à ce jour.

Pour préparer la rencontre, vous pouvez consulter :

  • La page consacrée au roman de Nii Parkes par les éditions Zulma, comprenant une revue de presse, un lexique ainsi qu’une réflexion sur les enjeux de la traduction.
  • L’enregistrement d’une performance de l’auteur, à partir du poème « Men like me ».
  • Le texte de quelques poèmes de Nii Parkes : Hymn (Jazz Poetry), Our love is here to stay, une sélection de poèmes publiés dans The Makings of You, ainsi qu’une série de poèmes parue dans le magazine britannique Wasafiri, présenté comme un « journal de littérature postcoloniale ».
  • Un entretien avec l’auteur, consacré largement à ses propres travaux d’édition et à la création de la maison flipped eye.
  • Une présentation de Notre Quelque part par l’auteur, en français.
  • La page de la séance que nous avions consacrée aux « crimes et arnaques » dans le roman africain, en évoquant entre autres les œuvres de Janis Otsiemi.

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)