Colloque Retentissements de la guerre (24-25 avril, ULB)

24 et 25 avril 2015, Colloque international Retentissements de la guerre : Les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux, Université libre de Bruxelles

Vendredi 24 (Local : K4.601)
9h 
Accueil 
9h30 Allocution inaugurale du directeur du Centre de recherche Philixte (Études philologiques, littéraires et textuelles), Claudio Gigante (ULB)
9h45 Introduction au colloque par les organisateurs
10h-11h Session I : Littérature et films de la Seconde Guerre : revisiter les « classiques » (Présidente : Justine Feyereisen, ULB)
• Abdoulaye Imorou (Université de KwaZulu-Natal, Afrique du Sud), Filmer la Seconde Guerre mondiale en pays libéré et en pays décolonisé : histoire partagée, mémoires nationales 
• Khady Fall Diagne (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), Du fait historique à l’anamnèse mythique dans l’œuvre littéraire et cinématographique francophone : les cas de Senghor, Sembène et Oyono

11h30-12h30 Session II : Du personnage historique à la figure littéraire : reconfigurations (Présidente : Sophie Milquet, ULB) 
• Nathalie Carré (INALCO), Le tirailleur, nègre historique et littéraire ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya
• Robert Fotsing (Université de Dschang, Cameroun), Devoir de mémoire et (re)construction narrative du tirailleur sénégalais dans Le Terroriste noir de Tierno Monénembo 
 

14h-16h Séance plénière : Patrice Nganang, Guerre mondiale et création contemporaine (Présidentes : Sabrina Parent, ULB et Nathalie Carré, INALCO) 

Patrice Nganang est à la fois écrivain et professeur de théorie littéraire à Stonybrook University (New York). Son talent d’écrivain se déploie tant en poésie (elobi, Apologie du vandale) que dans les genres narratifs (romans et nouvelles). Au nombre de ses romans, l’on compte : La Promesse des fleurs (1997), Temps de chien (1999), La Joie de vivre (2003), L’Invention du beau regard (2005), et plus récemment, Mont Plaisant (2011) et La Saison des prunes (2013). Temps de chien a, par ailleurs, été distingué par le prix Marguerite Yourcenar aux États-Unis en 2001 et par le Grand prix de la littérature de l’Afrique noire en 2002. En tant qu’universitaire, il étudie les ramifications de la violence, et est particulièrement intéressé par ce qui est communément appelé l’« archive coloniale » (photos, livres, etc.). Il a donné de nombreuses conférences et a publié profusément sur ce sujet ainsi que sur des problématiques liées à la littérature, au théâtre, au cinéma et, plus généralement, à la culture de l’Afrique postcoloniale (Manifeste d’une nouvelle littérature africaine, 2007 ; un essai comparatif entre les œuvres de Wole Soyinka et Bertolt Brecht, publié en allemand en 1998). 

 

Samedi 25 (local : salle Baugniet) 
9h Accueil 
9h30-10h30 Session III : Seconde Guerre mondiale et littératures africaines d’expressions française et arabe (Présidente : Sabrina Parent, ULB) 
• Anthony Mangeon (Université de Strasbourg), La Guerre et ce qui s’ensuivit 
• Xavier Luffin (ULB), La Seconde Guerre mondiale, la guerre de l’Autre ? Sa place dans le roman d’expression arabe érythréen et soudanais

11h-12h Session IV : Tributs antillais aux guerres mondiales (Présidente : Nathalie Carré, INALCO) 
• Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise), Le Bataillon créole ou la Grande guerre comme mise en abyme des violences historiques 
• Tina Harpin (CRTF, Cergy-Pontoise et THALIM, Paris III-Sorbonne), Menteries sur la patrie, violence et exils : la guerre dévoilée comme « folie, aller simple » par les narratrices de Gisèle Pineau dans L’Exil selon Julia et « Paroles de terres en larmes » 
12h-12h30 Conclusions (Sabrina Parent, ULB) 

Comités d’organisation et scientifique 
Sabrina Parent (F.R.S.-FNRS / ULB)
Xavier Luffin (ULB) 
Nathalie Carré (INALCO) 
Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) 
Bénédicte Ledent (Université de Liège) 

Entrée libre et gratuite pour tous, grâce aux subsides en provenance de : 
F.R.S.-FNRS
Faculté de Philosophie et Lettres 
Département Langues et Lettres 
Philixte 
Mondes modernes et contemporains 
Rectorat de l’ULB

Continuer la lecture de Colloque Retentissements de la guerre (24-25 avril, ULB)

AAP : Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

APPEL À CONTRIBUTIONS

Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun


Journée scientifique du GRIAD
Vendredi 5 juin 2015
CURELF, Campus C, Université de Buea
Université de Buea
GRIAD
Groupe de Recherche sur l’Imaginaire de l’Afrique et de la Diaspora
Directeur : Pr. Pierre FANDIO

Date limite: 30 avril 2015

Des travaux récents sur la littérature camerounaise constatent comment, de la fin de la première moitié du xxe siècle au début du XXIe siècle, se sont mis en place les jalons, certes fragiles mais essentiels, pour l’avènement possible d’un champ littéraire relativement autonome, si tant est qu’il puisse en exister. Des instances et des agents nouveaux (éditeurs, festivals, écrivains, libraires, salons, associations, ONG, prix littéraires, cercles littéraires, etc.) qui ont récemment émergé dans le champ, semblent repoussés à la périphérie par les instances et les agents institués (Fandio : 2012). La critique, elle-même, semble bien trop peu s’intéresser à ces nouveaux arrivants comme tels, sans doute à cause de leur « faible degré de codification » comme dirait Pierre Bourdieu (1991 :15).
En convenant avec l’auteur de Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques que pour tout agent dans un champ de pouvoir, « c’est déjà exister dans un champ que d’y produire des effets, fût-ce de simples réactions, de résistance ou d’exclusion » (1991 :15), la présente journée entend par « écriture émergente » les institutions et les agents apparus depuis la fin des années 90 dans le champ littéraire camerounais. Elle s’intéresse ainsi à ces « régions » périphériques du champ littéraire camerounais qui, de plus en plus, voient le jour, parfois à l’intérieur même des sous-champs qui se situent déjà, eux-mêmes, à la marge du main stream.

Continuer la lecture de AAP : Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

Pour le centenaire de la naissance de Paul Lomami-Tchibamba. Par Pierre Halen

A lire sur Acta Fabula, vol. 16, n°3,

le compte rendu par Pierre Halen de La Saga des Bagoyo Ngombé et autres récits, de Paul Lomami-Tchibamba, présentation et notes d’Antoine Tshitungu Kongolo, édition établie par Claire Riffard & Jean-Pierre Orban, avec la collaboration de Lyvia Afui & Wim Debondt, Paris : L’Harmattan, coll. « L’Afrique au cœur des lettres », 2014, 242 p., EAN 9782343047478.

[Pierre Halen, « Pour le centenaire de la naissance de Paul Lomami-Tchibamba », Acta fabula, vol. 16, n° 3, Éditions, rééditions, traductions, Mars 2015, URL : http://www.fabula.org/revue/document9206.php]

Sami Tchak, Ecriture et tabous

Vendredi 27 mars 2015
de 14h à 16h, à la Librairie Etudes du Mirail (Campus), Toulouse

Sami Tchak – Ecriture et tabous

photo extraite du blog de la librairie Etudes Mirail (dr)

Rencontre animée par Pierre Soubias
Spécialiste des littératures francophones
LLA-Créatis, UT2J Toulouse

Rencontre organisée en partenariat avec le Prix du Jeune Ecrivain 2015 dont Sami Tchak est membre du Jury.

Sami Tchak écrivain et essayiste, sociologue de formation, est né au Togo en 1960. C’est dans le cadre de ses activités de sociologue que le hasard le conduira à Cuba en 1996. La découverte du Mexique, puis de la Colombie par la suite vont influencer ses choix littéraires.
Depuis son roman Hermina en 2003, chez Gallimard, tous ses livres se passent dans une Amérique latine « imprécise » qui fait aussi beaucoup penser à l’Afrique. En 2004, il a gagné le Grand prix littéraire d’Afrique noire, pour l’ensemble de son œuvre.
La rencontre animée par Pierre Soubias s’attachera à retracer le chemin littéraire de Sami Tchak depuis Place des fêtes (Gallimard 2001) jusqu’à son dernier roman Al Capone le Malien (Mercure de France, 2011) en s’appuyant sur son dernier essai La couleur de l’écrivain (La Cheminante, 2014).
Seront également présents deux jeunes écrivains, finalistes du Prix du Jeune Ecrivains 2015 : Léa Cassagnau et Carl-Keven Korb.

URL de référence : http://blog.etudesmirail.com/rencontre-du-2703-sami-tchak-ecriture-et-tabous-animee-par-pierre-soubias/.

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Appel à communications

Association des études haïtiennes

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Du 21 au 24 octobre 2015 Université de Montréal Québec, Canada

Depuis la révolution haïtienne, la seule à promouvoir la liberté universelle, la présence d’Haïti sur la scène mondiale demeure gigantesque. Dès le début, elle crée un espace de refuge pour les opprimés avec la possibilité de citoyenneté pour toute personne d’origine africaine qui y arrive. Elle inspire la crainte chez ceux qui restent attachés au système esclavagiste. Plus tard, elle devient instrumentale dans la libération des pays de l’Amérique latine. Le pays joue un rôle décisif dans l’Union pan américaine, dans les Congrès panafricains, la Société des Nations, et plus tard, dans l’établissement de l’Organisation des Nations Unies. Au début du vingtième siècle, le pays souffre l’indignation d’une occupation américaine qui met en suspens sa souveraineté. Indignation qu’elle partage avec d’autres pays de la région. Au milieu du vingtième siècle, faisant face à une dictature brutale, elle se lance dans la coopération africaine. Les liens avec l’Amérique latine n’ont jamais été brisés, comme en témoigne la coopération avec le Venezuela et Cuba aujourd’hui. Ses rapports avec la République Dominicaine demeurent tumultueux, mais constants.

La présence haïtienne dans le monde n’est pas seulement politique. Son mouvement de l’indigénisme annonce la Négritude. On ne peut ignorer l’importance d’Haïti « où la Négritude se mit debout pour la première fois » pour Aimé Césaire ou encore Léopold Sédar Senghor. Son impact sur la littérature mondiale continue de se faire sentir. L’élection de Dany Laferrière à l’Académie Française est fortement significative en ce sens. La présence de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie ne fait que souligner l’importance symbolique et réelle d’Haïti pour cette institution et la francophonie comme concept, datant même d’avant la création d’une institution formelle avec les penseurs haïtiens du 19ème siècle. Haïti est le leader mondial en ce qui concerne la langue créole. La récente création de l’Académie du Créole Haïtien ne fait que le confirmer. Dans le domaine de la musique, Haïti a marqué de ses empreintes le paysage cubain et celui de la Nouvelle-Orléans, entre autres. Bassin du vaudou, le pays est aussi un centre religieux. La présence imposante d’Haïti dans le monde est incontestable.

Le 27ème colloque annuel de l’Association des études haïtiennes qui aura lieu du 21 au 24 octobre 2015 à l’Université de Montréal se propose de creuser cette présence d’Haïti dans le monde et de réfléchir sur les différentes façons dont les Haïtiens se représentent dans tous les domaines, ainsi sur les façons dont les Haïtiens et leur pays sont représentés par les autres.

Continuer la lecture de Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Les écritures migrantes (A. Coulibaly, Y. L. Konan, dir.)

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search