Archives par mot-clé : Afrique du Sud

Pénélopes en révolte. Par Daniel Delas

Pénélopes en révolte, avec Winnie Mandela

Njabulo NDEBELE, Le lamento de Winnie Mandela, roman traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Georges Lory, Actes Sud, 218 p., 2019.

Traduit par Georges Lory, bon connaisseur de l’Afrique du Sud, le grand roman postapartheid de Njabulo NDEBELE paraît enfin en français. Publié en anglais en 2003 puis dans une version nouvelle en 2013, la traduction aujourd’hui de ce roman fera, espérons-le, mieux reconnaître en France l’importance de cet écrivain, par ailleurs vice-chancelier et directeur de l’Université du Cap. Un roman dont Nadine Gordimer a salué « l’extraordinaire originalité et la puissante imagination ».

L’originalité première de ce livre est de se focaliser non sur les aventures et les combats des hommes mais sur l’attente des femmes, l’attente de ces milliers de Sud-africaines séparées de leur homme soit par le système migratoire du travail, soit par l’exil politique, l’activisme et l’emprisonnement, soit par la veulerie de leur partenaire. Toutes ont vécu une interminable attente, une interminable absence. Attente et absence qui se sont progressivement de plus en plus souvent accompagnées d’un questionnement lancinant : « Qui suis-je ? dans quel monde ? que puis-je faire ? que dois-je faire ? » Ce vécu angoissé des Pénélopes sud-africaines est reconstitué par NDEBELE avec une singulière acuité à partir de l’évocation de l’attente spécifique de quatre femmes qui, après s’être interrogées ensemble puis l’une après l’autre sur le sens de leurs vies de Pénélopes, se tournent vers Winnie Mandela, « Mother of the Nation », icone de la femme mariée sans mari et de la femme en attente puisque Nelson Mandela resta 27 ans emprisonné. La référence mythologique du douloureux être-au-monde de ces femmes est la Pénélope d’Homère, éternel symbole de l’épouse fidèle enfermée dans un rôle créé par les hommes, sans échappatoire possible, quelles que soient les postures qu’elle adopte. Ce qui est la thèse sous-jacente de l’auteur.

Continuer la lecture de Pénélopes en révolte. Par Daniel Delas

AAC: manifestes littéraires et artistiques

La revue French Studies in Southern Africa consacre, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’association AFSSA, un numéro spécial dédié aux manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne.
En pièce jointe l’appel à contributions : Appel Manifeste_AFSSA.
 
La date limite d’envoi des propositions est fixée au 27 mars 2020.

AAC: Langues, littératures et politiques

Appel à communication

pour le 26ème Congrès de l’AFSSA 2020

« Langues, Littératures & Politiques »

Université du Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud

1er, 2 et 3 septembre 2020

Date butoir pour l’envoi des propositions prorogée au 14 février 2020.

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Colloque du Cinquantenaire de l’Association
Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud.

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

AAC: Langues, Littératures et Politiques

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique Australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud, les 1, 2 et 3 septembre 2020

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer avant vendredi le 29 novembre 2019 à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Argumentaire et autres informations : Appel AFSSA WITS 2020

Quand un historien passe à la fiction… Par Daniel Delas

Quand un historien passe à la fiction…

Tidiane N’Diaye
L’appel de la lune, roman, « Continents noirs », Gallimard, 2017, 225 p.

Une lecture en trois temps

(Premier temps)

Au départ, un rejet instinctif devant le montage harlequinien du récit : une belle histoire d’amour entre un blanc descendant de huguenots français en Afrique du Sud et une bellissime princesse zouloue, quasi esclavagisée dans une famille boer et sauvée du déshonneur par le jeune Marc passant  par là. Roucoulades et érotisme mènent vers un mariage ‘mixte’, entre un blanc et une noire, mariage très rare dont la description occupe la moitié du roman,  peu avant le déclenchement des hostilités entre Anglais et Zoulous, au début des années 1870. Vocabulaire ultra simplifié, irénisme des relations familiales, ‘topos’ un peu lourds, historiques ou ethnologiques, rappelant les manières d’écrire du roman colonial simplement inversées : les noirs sont les civilisés, les Boers et les Anglais les sauvages.

(Deuxième temps)

Peu à peu toutefois, on se laisse prendre et la guimauve sentimentale semble se transmuer en une sorte de fraîcheur populaire. Comment expliquer ce revirement ?
Tidiane N’Diaye est connu comme historien, un historien africain novateur, prenant à contre-courant les récits européo-centrés qui évoquent le passé de ce continent à l’aune de Stanley, en insistant par exemple sur la richesse culturelle des juifs africains (les falachas) et l’importance de la traite arabo-musulmane (Le génocide voilé, Gallimard). Il a aussi montré dans L’empire de Chaka zoulou qu’il ne s’agissait pas d’un pouvoir exercé par la seule violence mais qu’il s’appuyait sur une organisation rationnelle et moderne. Il est donc, à 65 ans, un historien reconnu qui aujourd’hui s’essaie au roman.
Pourquoi pas ?
Se pose néanmoins la question du choix d’une manière d’écrire : quelle écriture assumera ce désir de raconter ?

(Troisième temps)

Tidiane N’Diaye a choisi d’écrire une histoire sentimentale simple, brochée sur fond d’histoire. Il la situera à l’époque où, en Afrique du Sud, vont s’affronter les cultures des peuples africains autochtones et celle des envahisseurs occidentaux. Avec bien entendu la ferme volonté de dénoncer la violence prédatrice des colonisateurs et la destruction des cultures noires. Ce qui le mène à combiner deux régimes fictionnels :
1/ un régime ‘populaire’ de narration et de description mis en musique par des mots simples adaptés à des êtres supposés purs et naïfs :

Posée sur un petit feu de bois, une cafetière en émail reçoit dans son eau bouillante   une belle pincée de kinkeliba pour le plus grand plaisir des voyageurs. Cette boisson fait l’unanimité. Reesa se demande si une telle merveille de plante pousserait dans cette région ? Après tout, elle pourrait en faire une source de revenus. L’idée lui plaît bien. (p.110)

2/ des développements historiques supposés instructifs comme celui sur le mariage zoulou quelques pages plus loin (p.114) :

Dans la famille zouloue aussi le mariage est une alliance, non pas seulement entre     deux personnes qui s’aiment, mais entre deux lignages ou deux clans. Le guide du clan, qui joue un rôle important, est désigné parmi les hommes les plus âgés de la plus ancienne génération pour l’annoncer au chef. Dans le système matrilinéaire, par exemple, c’est l’oncle maternel qui assume cette responsabilité. Il exerce son autorité sur les enfants de sa sœur, aussi sur les enfants des filles de sa sœur, et éventuellement sur les enfants des filles de ces filles.

Et puis, c’est parti ! On ajoute un zeste de piment érotique pour évoquer les étreintes du héros huguenot et de sa belle princesse zouloue au clair de la lune ou les amours brutales et homosexuelles des officiers anglais, et hop ! avec la complicité de Red-Lady, la jument philosophe de Marc à qui il se confie, comme Lucky Luke le fait avec Jolly Jumper, c’est parti vers un final magnifiquement trompeté sur l’émergence, un jour proche, d’une vraie nation arc-en-ciel, éclairée de l’esprit de la France des Lumières.
On aura compris qu’à mes yeux l’essai n’est pas transformé. Certes la lecture du roman  de Tidiane N’Diaye n’est pas déplaisante, on peut recommander le livre à des ados curieux et ouverts, on pourrait aussi en tirer un très bon texte pour une BD (ce qui n’est nullement un jugement négatif de ma part) mais ni les personnages ni l’histoire n’ont cette épaisseur de vérité qu’on attend d’un roman.

Une littérature ‘populaire ‘ doit-elle s’astreindre à la pauvreté du vocabulaire et d’une syntaxe minimaliste ?

Lectures complémentaires :
– L’empire de Chaka zoulou, L’Harmattan, 2002, 218p.
– Les falachas, nègres errants du peuple juif, « Continents noirs », Gallimard, 2004
– Le génocide voilé, « Continents noirs », Gallimard, 2008, 253 p.
Pour citer cet article : Quand un historien passe à la fiction… Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 26/02/2017, https://apela.hypotheses.org/1387.

Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc. Par Daniel Delas

toubabesseLouis-Ferdinand Despreez, La toubabesse, roman, éditions de la Différence, 2016, 288 p.

Les griots maliens, noblement drapés dans leurs grands boubous bleus ne rigolent guère et sont bien entendu d’un beau noir d’encre. Louis-Ferdinand Despreez est certes africain mais il est tout ce qu’il y a de plus blanc, descendant des huguenots français venus s’installer via Amsterdam dans la région du Cap en 1688, après la révocation de l’édit de Nantes. Au fil d’une vie aventureuse et engagée aux côtés des militants anti-apartheid de l’ANC, il a été « le Blanc personnel de quelques grottos noirs » (p.13), mi-barbouze mi-homme de confiance. C’est de cette expérience sur laquelle il reste très discret que sort ce récit qu’il désire mener comme « un griot blanc », un peu comme un pahouin albinos, assis sous le ventilateur de mon apatam, jamais pressé », nous prévenant qu’il lui arrivera donc « de digresser, souvent même » (p. 22-23).
Et franchement il est bon, ce griot blanc ! Il nous fait énormément rire, non tant par les péripéties politiques de la « tragédie comique en quinze actes » qu’il raconte et qui ne sont qu’à moitié drôles (crimes, corruption, cynisme, etc.) que par la manière désopilante de parler-écrire tout ça. Ce toubab sudaf maîtrise de manière étonnante le génie du français populaire ouest-africain, pas seulement par son vocabulaire mais aussi par son art de mener la phrase à saut et rebondissement. Par exemple dans ce portrait d’un chauffeur :

Le chauffeur obédient, donc, qui peinait à soulever sa valise avec ses doigts décharnés et crochus, la conduisit dans ses appartements, comme il disait d’un air important qui lui remplissait la bouche où il y avait beaucoup de place libre vu qu’il n’y restait que deux incisives jaunies par le tabac de traite, le gros noir en carottes acheté chez le bana-bana du carrefour au quartier ou le Libanais dans le centre-ville, près de la paierie des anciens combattants de quatorze et quarante. (p.84)

Phrase qui comme beaucoup d’autres rebondit de marche en marche, sans vous laisser le temps de reprendre souffle. Comique – on le voit et on l’entend – moins érudit que celui du Kourouma d’Allah n’est pas obligé qui ne se sépare jamais de ses gros dictionnaires mais nourri du même amour de la parlure « authentique ». Authentique quoiqu’inventée  comme l’a martelé l’autre Louis-Ferdinand, qui est évidemment le parrain littéraire de notre griot sud-africain francophone.

Continuer la lecture de Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc. Par Daniel Delas