Archives par mot-clé : Afrique du Sud

Inceste, “race” et pouvoir dans le roman étatsunien et sud-africain

Parution, aux Classiques Garnier, de l’ouvrage de Tina Harpin :
 

ISBN : 978-2-406-16475-3

Cette étude d’une dizaine de romans écrits entre 1929 et 2005 aux États-Unis et en Afrique du Sud est une réflexion sur l’histoire littéraire de l’écriture de l’inceste et sur la façon dont les créations romanesques ont contribué à lever le voile sur l’intrication des politiques racistes et sexistes et de la culture de l’inceste.
 
On peut consulter l’avant-propos en ligne sur le site des éditions Classiques Garnier. 

Antjie Krog, A Figure at the Crossroads

Lundi 27 novembre 2023

Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle E412

A l’occasion de la venue de Antjie Krog à Toulouse et de la sortie de résidence de Claire Rengade, dont elle est l’invitée, elle participera, avec son traducteur Georges Lory, à une journée d’étude organisée par le Centre for Anglophone Studies (CAS EA 801) dans le cadre des travaux de la Structure collaborative de recherches en études africaines et en collaboration avec la Cave Poésie.

14h: Antjie Krog (Extraordinary Professor, University of the Western Cape) and Georges Lory (translator): Njabulo Ndebele’s The Cry of Winnie Mandela
15h: Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne, TIL): Geographies of identity: generic hybridity in Antjie Krog’s works
15h30: Mathilde Rogez (Université de Toulouse, CAS): Body of evidence: representing reconciliation in South African literature
16h: questions
16h15: tea/coffee (F422)
16h30: Antjie Krog: The Africa Pulse Translation Project & translation workshop
19h30: bilingual reading at the Cave Poésie
 

AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue FSSA (French Studies in Southern Africa)

Les propositions de contribution en français ou en anglais de 300 mots environ sont à envoyer à resiliencesfeminines24@gmail.com.  

Calendrier

  • Soumission des propositions : avant le 15 octobre 2023 
  • Notification des auteurs : le 15 décembre 2023 
  • Soumission des articles (33 000 – 40 000 caractères espaces compris) : avant le 15 mars 2024 
  • Notification des auteurs : le 15 mai 2024 
  • Envoi de l’article final en français : avant le 15 juin 2024 
  • Date de publication du numéro spécial : Fin 2024

Argumentaire

Questionner les résiliences féminines revient à (re)considérer la place du sujet féminin dans un monde confronté plus que jamais aux désastres aussi bien humains, sociaux qu’environnementaux. Fragilisées par les inégalités intersectionnelles – liées au genre, à la race et à la classe -, soumises à ce que la sociologue Jules Falquet propose d’appeler une « guerre de basse intensité » (Falquet, [1997] 2016, 25), les femmes sont exposées de plein fouet aux bouleversements du monde. Elles sont amenées dès lors à développer des stratégies de résilience pour tenter de renaître après divers traumatismes. Le sujet féminin devient ainsi le personnage clé des processus de résilience dorénavant perceptibles partout dans le monde.
Du latin re-salire, la résilience est utilisée en sciences physiques pour désigner la résistance des matériaux ; elle a servi de métaphore en psychologie pour parler de la capacité de l’être humain à faire face au traumatisme et à redémarrer une nouvelle vie. Boris Cyrulnik définit la résilience comme un « processus biologique, psychoaffectif, social et culturel qui permet un nouveau développement après un traumatisme physique » (Cyrulnik, Jorland, 2012, 8). Considérée comme une réaction nécessaire face aux différents désastres mondiaux, la résilience est au centre des préoccupations de plusieurs domaines essentiellement l’écologie au vu de l’urgence climatique.  

Le présent appel à contributions vient interroger la littérature et la résilience. Le concept de résilience est associé à la notion de (cultural) trauma studies qui permet de « “lire la blessure” à l’aide de la littérature » (Hartman, 1995, 537). Il est aussi appréhendé avec les théories d’empowerment et agency, apparues comme cadre théorique en études littéraires anglophones durant des années 1990, qui mettent l’accent sur l’agentivité du sujet confronté aux expériences débilitantes. Ces concepts font référence à la capacité de l’individu (et parfois aussi du collectif) d’améliorer sa propre situation par l’action. L’empowerment et l’agency contestent donc l’impuissance souvent associée aux groupes minoritaires qui subissent la domination. La résistance aux oppressions participe ainsi du processus de résilience des sujets dominés. Le concept de la résilience féminine (tout comme ceux d’empowerment et agency) est néanmoins très complexe et nécessite de la circonspection. Vue d’une perspective féministe engagée, la résilience risque de devenir une nouvelle « image de contrôle » (Collins, 2000, 69) qui prendrait part aux schémas de domination en naturalisant l’oppression et l’inégalité des femmes. Comme le trope de la Strong Black Woman, ou encore celui de la femme poto mitan répandu aux Antilles, celui de la femme noire résiliente pourrait agir comme une image stéréotypée de la femme noire, une injonction sociale coûteuse, qui justifierait les codes de domination au lieu de les remettre en question.

Continuer la lecture de AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

Journalisme littéraire et Afrique du Sud

Ecole d’été Journalisme littéraire et Afrique du Sud – De la guerre des Boers jusqu’à la période post-apartheid

Nancy, du 30 mai au 3 juin

organisée par John Bak (IDEA)

Ouverture des inscriptions

Les inscriptions à l’école d’été portant sur le journalisme littéraire et l’Afrique du Sud sont désormais ouvertes et accessibles en cliquant sur ce lien : https://jorlitsaf.event.univ-lorraine.fr/

Vous trouverez ci-dessous le programme de la semaine, disponible en version détaillée depuis le lien vers les inscriptions.

Literary journalism – or journalism as literature – is journalistic writing that reads like fiction but which is based entirely on immersive research, eyewitness accounts and verifiable facts as closely scrutinized as possible. Situated comfortably between two axes of media pedagogy and research, literary journalism (journalisme littéraire in French, literarische Reportage in German, literaire journalistiek in Dutch) represents a form of written communication that is both literary and journalistic in form and aesthetic but which informs and educates the public, provides detailed historical and cultural contexts and editorial commentaries and, potentially, alters socio-political policy and opinion.
The third Summer School of the ReportAGES research project, a five-day graduate course for Master’s and PhD students – throughout Europe and, potentially, South Africa – of Journalism, Communications, Media Studies, English, German, or French Literature, Cultural Studies or Government Policy, will explore how historical trends in narrative literary journalism in France, Germany, England and the Netherlands from the Anglo-Boer War to post apartheid reshaped the media landscape of each country, distinguishing a European development of the genre not just from its Anglo-American cousins but also from each other.
Following morning and afternoon workshops and lectures on nine principal themes treated in literary journalism (e.g., the Anglo-Boer War, documentary aesthetics, concentration camps, colonialism, the popular press, apartheid, Afrofuturism, etc), students (Master’s, doctoral and postdoctoral) and interested faculty members will be introduced to the historical and cultural motivations behind the current popularity of literary journalism in South Africa, France, and other nations.
At the end of the course, students will be required to develop their own pedagogical unit (modeled after one of the nine themes presented or based on an entirely different theme not addressed during the course) and present it orally in English, French or German.

The Summer School is recognized by the Erasmus+Mobility/Staff Training.

Futurs africains. ELA 54 (2022)

Sortie de presse : 10 mars 2023
Ce numéro sera envoyé dans la foulée aux membres cotisants (2022) de l’Association ainsi qu’aux abonnés.

C’est le bon moment pour renouveler votre cotisation 2023 (si ce n’est pas encore fait !).

Futurs africains : utopies et dystopies

Textes réunis par Ninon Chavoz et Anthony Mangeon

  • Où va l’Afrique ? Narrer les futurs africains, entre prospective et science-fiction (Ninon Chavoz et Anthony Mangeon)
  • Écologie et technologie dans les fictions d’épidémie : l’Afrique du futur entre dystopie et utopie chez Paul McAuley, Lauren Beukes, Deon Meyer et Namwali Serpell (Francesca Cassinadri)
  • L’Afrique au risque de la fiction : représentations de la menace djihadiste chez Jean-Marc Ligny, Deji Bryce Olukotun et Gavin Chait
    (Vittoria Dell’Aira)
  • Lueurs utopiques dans les dystopies climatiques africaines d’Ayerdhal, Jean-Marc Ligny, Wanuri Kahiu et Nick Wood (Khadr Hamza)
  • Une « soif de lendemain »: le futur dans le premier théâtre de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)
  • Le lien animal : utopies et dystopies de la science-fiction contemporaine (Elara Bertho)
  • Rejets de l’utopie, retours en dystopie : ambiguïtés semi-périphériques et discontinuités génériques dans la trilogie Rosewater de Tade Thompson (Peter J. Maurits)
  • Rouge impératrice de Léonora Miano : invitation et convocation des « métaphores du futur » (Mélissa Buecher-Nelson)
  • Temporalités et subjectivité post-apocalyptiques dans Les Écailles du ciel de Tierno Monénembo (Susanne Goumegou)

À propos… de l’afrofuturisme

2022, année afrofuturiste ? (comptes rendus)

Futurs africains : dialogue entre Frédéric Neyrat et Anthony Mangeon

  • Une Afrique renversante : à propos de L’Afrique au futur : le renversement des mondes d’Anthony Mangeon (Frédéric Neyrat)
  • Des anges noirs et des porcs-épics : à propos de L’Ange noir de l’Histoire : cosmos et technique de l’Afrofuturisme de Frédéric Neyrat
    (Anthony Mangeon)

Entretiens

  • « Infuser des avenirs désirables » : entretien avec Michael Roch à propos de Tè Mawon (Ninon Chavoz et Anthony Mangeon)
  • Saga familiale, éthique et science-fiction : entretien avec Annie Lulu
    (Ninon Chavoz et Anthony Mangeon)
  • Que faire ? ou le dilemme du thé et du café : entretien avec Gavin Chait (Ninon Chavoz, Vittoria Dell’Aira et Anthony Mangeon)

Comptes rendus

CFP: Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation

CFP Commonwealth Essays and Studies 46.1 (Spring 2023)

Special issue: ‘Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation’

Proposals should be sent by 31 July 2022 to the editors of the issue: Mélanie Joseph-Vilain (melanie.joseph-vilain@u-bourgogne.fr) and Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr. Articles will be due by 31 October 2022.

In an article provocatively entitled ‘“In a Country where You couldn’t Make this Shit up”?: Literary Non‐Fiction in South Africa’, Hedley Twidle examines the relationship between fiction and non-fiction in South Africa and reaches the conclusion that ‘one is left with the paradox that the centuries-old opposition of “the novel” and “history” can hardly be abandoned. Provoking the complex play of responsibility and irresponsibility that lies at the heart of reading the literary (non-fictional or otherwise), this binary remains – such is the complexity of apprehending texts, and the sheer volume of narratives that must be processed in a digital world – both inhibiting and energizing; inadequate and indispensable.’ (Twidle 2012: 25) Such works as J. M. Coetzee’s ‘autrebiographies’ or Antjie Krog’s A Change of Tongue, for instance, paradoxically challenge this binary while simultaneously reasserting its existence, thus calling into question not only the relationship between ‘reality’ and ‘fiction,’ but also the very validity of the concept of literary genres. Of course, one should not fall into the trap of thinking ‘that history equals “nonfiction,” which would also produce the reverse equation that non-fiction equals history’ because ‘such an equals sign would be (and has been) extraordinarily limiting, constraining the kind of writing that can be done, whether fiction, non-fiction, or history,’ as Stephen Clingman rightly points out in his answer to Twidle’s article (Clingman 2012: 54). Yet, it seems that the South African literary landscape has always been, and can still be, defined through this prism.
In relation to this, a remarkable evolution has been the rise of crime narratives, either fictional, like the novels written by Deon Meyer, Margie Orford, or Jassy MacKenzie, to mention just a few examples, or non-fictional, as shown by the rise of ‘true crime’ – a trend which, Leon de Kock contends, testifies to the fact that ‘postapartheid literature is inescapably bound to the time of before’ (De Kock 2016: 58) and to what could be described as an archeological impulse.

This call for papers invites proposals for an issue entitled ‘Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation’ which will aim to examine what is at stake in the distinction between fiction and non-fiction, but also, more generally, in the fluidity of boundaries between genres in South African literature. We invite contributions on South African literary works which show an awareness of the shifting boundaries between fiction and nonfiction (true crime, new journalism…), but also, possibly, between prose and poetry or between realism and fantasy.

References:

Clingman, Stephen (2012). “Writing Spaces: Fiction and Non-Fiction in South Africa” Safundi 13.1-2, 51-58.
De Kock, Leon (2016). Losing the Plot. Crime, Reality and Fiction in Postapartheid Writing. Johannesburg: Wits University Press.
Twidle, Hedley (2012). “‘In a Country where You couldn’t Make this Shit up’?: Literary Non‐Fiction in South Africa” Safundi 13.1-2, 5-28.

Journal website: https://journals.openedition.org/ces/

Link to the stylesheet: https://journals.openedition.org/ces/455