Archives par mot-clé : Afrique du Sud

AAC : André Brink dans l’espace francophone

Journée d’études

Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun)

28 avril 2016

Date limite: 10 décembre 2015

Journée d’études organisée par le Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua le 28 avril 2016 dans le cadre des activités du Laboratoire de Langues, Littératures et Études Comparées (LLEC).
Écrivain sud-africain descendant des Boers, André Brink est le chef de file des Sestigers, vaste mouvement littéraire ayant ambitionné d’affranchir la littérature sud-africaine des tabous longtemps imposés par l’Apartheid. Il a très tôt manifesté son amour pour la France où, dès 1959, il s’envole pour se former en Littérature Comparée à la Sorbonne. En y poursuivant les études, il apprend à aimer Camus, Sartre, Sarraute, le Nouveau Roman et les courants structuralistes et postructuralistes qui auréolent cette époque, sans oublier la fascination pour les libertés caractérisées par le célèbre mouvement de Mai 1968 auquel il assiste de la fenêtre de son appartement parisien. Si la critique s’accorde sur le fait que son œuvre est eurocentriste, et particulièrement tournée vers la France, on peut se demander quel regard porter sur la réception de sa foisonnante production littéraire dans l’espace francophone. Il faut se le rappeler, André Brink écrit son premier roman, L’Ambassadeur, au moment où partout dans le tiers-monde, les territoires sont en pleine guerre d’indépendance ; que ce soit en Afrique centrale, occidentale, en Algérie ou dans les Caraïbes. Même s’il a sympathisé avec son « maître à penser », Albert Camus, dont le combat pour la libération de l’Algérie ressemblait à plus d’un égard à celui de l’Afrique du sud, il faut reconnaître que l’espace francophone n’a pas profondément retenu l’attention du grand écrivain. Bien plus, le « vent d’est » qui a soufflé dans le monde des années 90 ainsi que la mobilisation des états francophones pour la libération de son ami Madiba (Mandela) n’ont pas été pour lui un motif suffisant d’inspiration. Comment peut-on expliquer cet arrêt subit, ce silence ? Cette posture a-t-elle influé sur la réception de son œuvre dans cette aire culturelle ? Pourtant, son œuvre littéraire a été favorablement accueilli dans l’espace francophone : en 1996 par exemple, son best-seller Une saison blanche et sèche fut inséré dans les programmes d’enseignement de littérature dans les lycées et collèges au Cameroun ; la même œuvre ayant été sept ans plus tôt adaptée avec succès au cinéma par le réalisateur martiniquais Euzhan Palcy. Par ailleurs, le nombre et la qualité des travaux de recherches sur son œuvre dans cet espace sont incalculables et très variés. Un hommage lui est rendu le 18 février 2015 à l’Université de Dschang organisée par le professeur Fotsing Mangoua au lendemain de sa mort, ainsi que plusieurs autres manifestations un peu partout dans le monde.

Continuer la lecture de AAC : André Brink dans l’espace francophone

Remembering the Struggle: Apartheid and After

Journée d’études “Remembering the Struggle: Apartheid and After”

Mémoire des luttes : Afrique du Sud, l’apartheid et après

Toulouse, vendredi 17 avril 2015

Université de Toulouse – Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la Recherche, salle F422.

organisée par le CAS EA 801 (Gary Baines, professeur à Rhodes University, invité au DEMA, Nathalie Dessens, et Mathilde Rogez) avec le soutien du Labex-SMS.

Avec le mouvement “Rhodes must go” de ces dernières semaines, cette journée d’études s’inscrit plus que jamais dans les débats actuels en Afrique du Sud.

Continuer la lecture de Remembering the Struggle: Apartheid and After

ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

chacjhhj Etudes Littéraires Africaines 38/2014

L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

South Africa and post-apartheid literature (1994-2014)

Les œuvres sud-africaines publiées après la fin de l’apartheid en 1994 se signalent par leur orientation critique affirmée. Elles remettent fondamentalement en cause l’aspect trompeur et lénifiant du discours de la nation « arc-en-ciel » dont s’était prévalu le pays pendant les années immédiatement après 1994. Les écrivains sud-africains, de Lauren Beukes à Zoë Wicomb, en passant par J. M. Coetzee, Achmat Dangor, Nadine Gordimer, Margie Orford, Henrietta Rose-Innes, Ivan Vladislavić, ont su identifier les frontières indécises et fluctuantes qui divisent encore le pays, qu’elles soient raciales, économiques, identitaires ou mémorielles. Ils révèlent dans leurs œuvres les ambiguïtés, les contradictions, les profondes incertitudes et les tensions qui tournent parfois à la violence.

La lecture de ce dossier confirme que seule la littérature est capable de sonder une société en profondeur, d’en révéler les aspects les plus sombres, les forces souterraines qui la minent, et, dans le cas de l’Afrique du Sud, de montrer les défis qu’un pays doit affronter pour essayer de mettre en pratique les principes éthiques qui sous-tendent son idéal politique.

Continuer la lecture de ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

Université de Dschang : Hommage à André Brink

L’écrivain sud-africain André Brink est mort dans la nuit du 6 février 2015 à bord d’un avion (Amsterdam-Le Cap) qui le ramenait de Belgique où il venait d’être fait Docteur Honoris causa de l’Université Catholique de Louvain. Il est l’auteur notamment de Une Saison blanche et sèche (1979), roman enseigné dans le programme de littérature des classes de première au Cameroun depuis l’année scolaire 1996-1997.
L’Équipe de Recherche en Littérature Comparée de l’Université de Dschang (Cameroun) lui rend un hommage mérité pour son talent et sa créativité littéraires (23 textes publiés, romans et essais confondus) pour son engagement en tant que homme et artiste du côté de la liberté et de la justice sans couleur, contre l’apartheid.

Continuer la lecture de Université de Dschang : Hommage à André Brink

Badilisha, l’essentiel de la poésie africaine en ligne

Information et article en lien partagés par Abdourahman A. Waberi :

La poésie africaine a désormais sa bibliothèque numérique. Le site Badilisha Poetry propose d’en écouter les œuvres les plus marquantes depuis un mobile.

Par Laurène Rimondi (Le Point Afrique)

La voix des plus grands poètes africains, en écoute depuis un mobile. C’est l’idée du site lancée par Badilisha X-Change, la plus grande bibliothèque d’enregistrements de poésie africaine au monde, qui rassemble plus de 350 poètes, originaires de 24 pays, déclamant leur prose en 14 langues. Une première africaine, mais aussi mondiale, qui reflète la multitude de rythmes, de rimes, d’inspirations et aspirations à l’œuvre sur le continent.

Des podcasts pour redonner vie à un art ancien

“Je titille le silence sur les grèves de la / mémoire / un ange par-dessus mon épaule / épie mon cahier suave / et / les mots se cachent dans les plis des / pages / de peur que je ne secoue les draps / par la fenêtre blanche / et s’envolent d’un coup d’aile / les secrets d’alcôve …”.  C’est ainsi que débute l’un des poèmes de Abdourahman Waberi, un auteur de Djibouti, primé pour son travail et traduit dans différentes langues, que l’on peut désormais lire et écouter sur site Badilisha Poetry.

Badilisha, d’abord un festival de poésie

Au départ, Badilisha est un festival de poésie lancé au Cap en 2008, qui met en lumière les artistes africains et issus de la diaspora. Quatre ans plus tard, le site naît d’une ambition : conserver ces œuvres via des enregistrements audio, mais aussi élargir l’audience d’un art ancestral méconnu…

Lire la suite sur Le Point Afrique.

Les manuscrits arabes d’Afrique, de Tombouctou à Cape Town

Conférence
Vendredi 27 février 2015 à 20h
Palais des Beaux-Arts / Studio (rue Ravenstein, 1000 Bruxelles)
Production: BOZAR | ULB (Université Libre de Bruxelles)

Il existe une riche tradition liée aux manuscrits arabes en Afrique, qui n’est pas limitée au Maghreb. Le professeur Xavier Luffin donnera une conférence passionnante sur ce patrimoine assez méconnu. Beaucoup pensent que l’écriture est arrivée en Afrique avec la colonisation européenne. C’est une erreur. Pensez par exemple à l’Éthiopie. Mais l’écriture arabe est aussi apparue ailleurs, surtout pour la transcription de langues locales. Tombouctou était l’une des principales villes où étaient rédigés et conservés des manuscrits arabes. On en trouve aussi au Sénégal, au Nigéria, au Ghana, au Libéria ainsi qu’en Afrique de l’Est, de la Somalie au Mozambique. Au Congo, l’écriture arabe est apparue plus tardivement. Au Cap, la communauté musulmane connaissait une tradition manuscrite arabe souvent oubliée, développée par les Indonésiens installés dans la ville dès le XVIIe siècle.

plus d’infos sur: http://www.bozar.be/activity.php?id=15756&lng=fr

André Brink en Belgique

L’écrivain sud-africain André Brink sera exceptionnellement en Belgique pour y recevoir le titre de docteur honoris causa attribué par l’UCL en février. Il participera à cette occasion à plusieurs débats et rencontres littéraires entre le 1er et le 5 février 2015. 

Né en 1935 en Afrique du Sud, André Brink est l’auteur d’une vingtaine de romans et essais dont Une saison blanche et sèche qui fut adapté au cinéma (1979) et pour lequel il a obtenu le prix Médicis étranger. Il est l’une des voix majeures de l’Afrique du Sud littéraire et politique de ces trente dernières années. Honoré à maintes reprises pour son engagement contre l’apartheid, André Brink est entre autres Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres et de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Rencontrez André Brink à l’occasion de… 
– 1er février – 15h30 : Débat à la librairie Filigranes à Bruxelles
– 2 février – 14h30 : “Pause-café” à la librairie Libris-Agora à Louvain-La-Neuve
– 5 février – 19h : Rencontre à Bozar à Bruxelles

MàJ : On apprend ce samedi 7 février 2015 le décès de l’écrivain, lors de son retour de Belgique. On peut écouter l’un de ses derniers entretiens, accordé au CEC, ici.