Archives par mot-clé : Afrique du Sud

ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

chacjhhj Etudes Littéraires Africaines 38/2014

L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

South Africa and post-apartheid literature (1994-2014)

Les œuvres sud-africaines publiées après la fin de l’apartheid en 1994 se signalent par leur orientation critique affirmée. Elles remettent fondamentalement en cause l’aspect trompeur et lénifiant du discours de la nation « arc-en-ciel » dont s’était prévalu le pays pendant les années immédiatement après 1994. Les écrivains sud-africains, de Lauren Beukes à Zoë Wicomb, en passant par J. M. Coetzee, Achmat Dangor, Nadine Gordimer, Margie Orford, Henrietta Rose-Innes, Ivan Vladislavić, ont su identifier les frontières indécises et fluctuantes qui divisent encore le pays, qu’elles soient raciales, économiques, identitaires ou mémorielles. Ils révèlent dans leurs œuvres les ambiguïtés, les contradictions, les profondes incertitudes et les tensions qui tournent parfois à la violence.

La lecture de ce dossier confirme que seule la littérature est capable de sonder une société en profondeur, d’en révéler les aspects les plus sombres, les forces souterraines qui la minent, et, dans le cas de l’Afrique du Sud, de montrer les défis qu’un pays doit affronter pour essayer de mettre en pratique les principes éthiques qui sous-tendent son idéal politique.

Continuer la lecture de ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

Université de Dschang : Hommage à André Brink

L’écrivain sud-africain André Brink est mort dans la nuit du 6 février 2015 à bord d’un avion (Amsterdam-Le Cap) qui le ramenait de Belgique où il venait d’être fait Docteur Honoris causa de l’Université Catholique de Louvain. Il est l’auteur notamment de Une Saison blanche et sèche (1979), roman enseigné dans le programme de littérature des classes de première au Cameroun depuis l’année scolaire 1996-1997.
L’Équipe de Recherche en Littérature Comparée de l’Université de Dschang (Cameroun) lui rend un hommage mérité pour son talent et sa créativité littéraires (23 textes publiés, romans et essais confondus) pour son engagement en tant que homme et artiste du côté de la liberté et de la justice sans couleur, contre l’apartheid.

Continuer la lecture de Université de Dschang : Hommage à André Brink

Badilisha, l’essentiel de la poésie africaine en ligne

Information et article en lien partagés par Abdourahman A. Waberi :

La poésie africaine a désormais sa bibliothèque numérique. Le site Badilisha Poetry propose d’en écouter les œuvres les plus marquantes depuis un mobile.

Par Laurène Rimondi (Le Point Afrique)

La voix des plus grands poètes africains, en écoute depuis un mobile. C’est l’idée du site lancée par Badilisha X-Change, la plus grande bibliothèque d’enregistrements de poésie africaine au monde, qui rassemble plus de 350 poètes, originaires de 24 pays, déclamant leur prose en 14 langues. Une première africaine, mais aussi mondiale, qui reflète la multitude de rythmes, de rimes, d’inspirations et aspirations à l’œuvre sur le continent.

Des podcasts pour redonner vie à un art ancien

“Je titille le silence sur les grèves de la / mémoire / un ange par-dessus mon épaule / épie mon cahier suave / et / les mots se cachent dans les plis des / pages / de peur que je ne secoue les draps / par la fenêtre blanche / et s’envolent d’un coup d’aile / les secrets d’alcôve …”.  C’est ainsi que débute l’un des poèmes de Abdourahman Waberi, un auteur de Djibouti, primé pour son travail et traduit dans différentes langues, que l’on peut désormais lire et écouter sur site Badilisha Poetry.

Badilisha, d’abord un festival de poésie

Au départ, Badilisha est un festival de poésie lancé au Cap en 2008, qui met en lumière les artistes africains et issus de la diaspora. Quatre ans plus tard, le site naît d’une ambition : conserver ces œuvres via des enregistrements audio, mais aussi élargir l’audience d’un art ancestral méconnu…

Lire la suite sur Le Point Afrique.

Les manuscrits arabes d’Afrique, de Tombouctou à Cape Town

Conférence
Vendredi 27 février 2015 à 20h
Palais des Beaux-Arts / Studio (rue Ravenstein, 1000 Bruxelles)
Production: BOZAR | ULB (Université Libre de Bruxelles)

Il existe une riche tradition liée aux manuscrits arabes en Afrique, qui n’est pas limitée au Maghreb. Le professeur Xavier Luffin donnera une conférence passionnante sur ce patrimoine assez méconnu. Beaucoup pensent que l’écriture est arrivée en Afrique avec la colonisation européenne. C’est une erreur. Pensez par exemple à l’Éthiopie. Mais l’écriture arabe est aussi apparue ailleurs, surtout pour la transcription de langues locales. Tombouctou était l’une des principales villes où étaient rédigés et conservés des manuscrits arabes. On en trouve aussi au Sénégal, au Nigéria, au Ghana, au Libéria ainsi qu’en Afrique de l’Est, de la Somalie au Mozambique. Au Congo, l’écriture arabe est apparue plus tardivement. Au Cap, la communauté musulmane connaissait une tradition manuscrite arabe souvent oubliée, développée par les Indonésiens installés dans la ville dès le XVIIe siècle.

plus d’infos sur: http://www.bozar.be/activity.php?id=15756&lng=fr

André Brink en Belgique

L’écrivain sud-africain André Brink sera exceptionnellement en Belgique pour y recevoir le titre de docteur honoris causa attribué par l’UCL en février. Il participera à cette occasion à plusieurs débats et rencontres littéraires entre le 1er et le 5 février 2015. 

Né en 1935 en Afrique du Sud, André Brink est l’auteur d’une vingtaine de romans et essais dont Une saison blanche et sèche qui fut adapté au cinéma (1979) et pour lequel il a obtenu le prix Médicis étranger. Il est l’une des voix majeures de l’Afrique du Sud littéraire et politique de ces trente dernières années. Honoré à maintes reprises pour son engagement contre l’apartheid, André Brink est entre autres Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres et de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Rencontrez André Brink à l’occasion de… 
– 1er février – 15h30 : Débat à la librairie Filigranes à Bruxelles
– 2 février – 14h30 : “Pause-café” à la librairie Libris-Agora à Louvain-La-Neuve
– 5 février – 19h : Rencontre à Bozar à Bruxelles

MàJ : On apprend ce samedi 7 février 2015 le décès de l’écrivain, lors de son retour de Belgique. On peut écouter l’un de ses derniers entretiens, accordé au CEC, ici.

CFP : Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After

Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After
Journée d’étude / One-day conference
17 avril 2015 – 17th April 2015

Propositions de contribution avant le 10 décembre 2014 / Proposals for papers before 10 December 2014

Organisers: Gary Baines (Rhodes University), Nathalie Dessens (UT2J), Mathilde Rogez (UT2J)

Université Toulouse Jean Jaurès

(please scroll down for English version)

Version française

Cette journée d’étude se propose de revenir d’une part sur la question de la mémoire des conflits et des traumatismes en Afrique du Sud, en particulier, mais sans s’y limiter, autour de la lutte contre le régime d’apartheid et les vingt premières années de démocratie dans la nouvelle «nation arc-en-ciel», et d’autre part sur la représentation de cette mémoire, sa mise en récit et sa patrimonialisation, comme sa mise en question, autour des enjeux de la relation entre l’individu et le collectif. On pourra jouer sur le terme anglais de «remembering», acte de la mémoration et du remembrement, c’est-à-dire aussi du collage, de l’assemblage d’éléments de figuration qui peuvent aussi discorder avec un récit officiel. Continuer la lecture de CFP : Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After

“Pulsations” dans le coup de fil de La Dispute, sur France Culture

 Jean-Pierre Orban présente dans le coup de fil d’émission La Dispute (France Culture) la collection qu’il co-dirige chez Vents d’ailleurs, « Pulsations » et son premier titre, La sourde violence des rêves de Sello Duiker.

Une émission à écouter ici sur le site de France Culture (à partir de la minute 51:06) : http://bit.ly/1deZ3LO
Elle est disponible en podcast.