Archives par mot-clé : Afrofuturisme

Utopies africaines / Afrodystopies

Représentations et discours littéraires, médiatiques et culturelles

Colloque international

28 juin – 1er juillet 2023, Université Bordeaux Montaigne, Maison des Suds

Ce colloque ne porte pas sur l’Afrique en soi, mais sur les représentations mythiques du continent africain que les Européens, les Afro-américains et surtout les Africains eux-mêmes ont forgé au fil des siècles. Les origines de la relation entre l’utopie et l’Afrique semblent remontées à cette période où circulent les configurations mythiques comme l’Eden et l’Eldorado, largement rattachés à la colonie. Pour Miller (1985), la transposition de cette perception euro-centrée de l’Afrique dans les images, les histoires et les mythes constitue le « discours africaniste » (Africanist discourse), qui se caractérise par une métaphore rêve/cauchemar itérative et permanente dans la description du continent africain. L’Afrique apparaît sous le signe de la colonie uniquement comme objet des discours soit sous la forme d’un conte de fées fascinant, de terres vierges et sauvages synonyme d’aventure et d’enrichissement personnel, soit sous la forme d’un lieu d’ensauvagement et de perte.
L’Afrique est à la fois le lieu de projections d’imaginaire et un espace générateur d’alternatives sociétales même si, de l’avis de nombreux observateurs, « l’Afrique nourrit plus les projections apocalyptiques et dystopiques que les anticipations utopiques » (Azarian/Fendler/Mbaye). Dans les littératures et les arts, l’utopie prend souvent la forme d’une réversibilité de l’Histoire où l’Afrique prospère devient le centre économique et intellectuel du monde et par-dessus tout, le lieu d’émigration des Européens. Ce lieu de tous les possibles est décrit par A. Waberi (Aux Etats-Unis d’Afrique), L. Miano (Rouge impératrice), Nnedi Okorafor (The Shadow Speaker). Le monde du cinéma en est également concerné par l’exploration des mondes socio-culturelles imaginés et reconstruits avec des cinéastes tels que Sylvestre Amoussou (Africa Paradis), Jean-Pierre Bekolo (Les Saignantes), Neill Blomkamp (District 9), Wanuri Kahiu (Pumzi). L’univers radiophonique regroupe des noms comme Lauren Beukes (Is Science-Fiction Coming to Africa ?) et Soro Solo (L’Afrique déchaînée). D’autres formes artistiques utilisent aussi des codes attestant d’un imaginaire futuriste. En témoignent les travaux des photographes Trevor Stuurman, avec sa collaboration au Festival One Source Live baptisé « Téléportation vers l’Afrique » et du Sénégalais Alun Be avec « Edification ». A cette Afrique-là, s’oppose une autre, qui dès la fin des années 60 avec Yambo Ouologuem (Le devoir de violence) se présente comme une contre-utopie ou une non-utopie. L’afrodystopie s’impose comme mode de représentation de l’Afrique postcoloniale d’une littérature et d’un art de crise qui atteint son paroxysme à partir des années 80 et 90 notamment avec Sony Labou Tansi (La vie et demie, L’Etat honteux), Alioum Fantouré (Le récit du cirque de la vallée des morts), Henri Lopes (Le Pleurer-rire), Emmanuel Dongala (Johnny chien méchantPhoto de groupe au bord du fleuve). Comme l’a si bien démontré Joseph Tonda, l’afrodystopie se lit également dans la musique congolaise (Tabu Ley, Franco et le TP Ok Jazz, Pepe Kale, etc.).

En se livrant à l’analyse des utopies et des dystopies africaines, on se voit emmené à prêter attention à l’Histoire et aux dynamiques culturelles, politiques et artistique du continent africain et de la diaspora africaine. Nous nous proposons d’étudier les formes, les discours et les modalités d’inscription des utopies et des dystopies africaines dans les représentations littéraires et artistiques.  Le colloque cherche à exploiter la richesse du sens de ces utopies et dystopies africaines qui se dégage de la multiplicité des approches disciplinaires pour mieux explorer les contours critiques, la diversité des registres et la complexité des angles de perception.

Programme 22.06.2023

URL de référence : https://www.mshbx.fr/2023/05/31/utopies-africaines-afrodystopies/#

Futurs africains. ELA 54 (2022)

Sortie de presse : 10 mars 2023
Ce numéro sera envoyé dans la foulée aux membres cotisants (2022) de l’Association ainsi qu’aux abonnés.

C’est le bon moment pour renouveler votre cotisation 2023 (si ce n’est pas encore fait !).

Futurs africains : utopies et dystopies

Textes réunis par Ninon Chavoz et Anthony Mangeon

  • Où va l’Afrique ? Narrer les futurs africains, entre prospective et science-fiction (Ninon Chavoz et Anthony Mangeon)
  • Écologie et technologie dans les fictions d’épidémie : l’Afrique du futur entre dystopie et utopie chez Paul McAuley, Lauren Beukes, Deon Meyer et Namwali Serpell (Francesca Cassinadri)
  • L’Afrique au risque de la fiction : représentations de la menace djihadiste chez Jean-Marc Ligny, Deji Bryce Olukotun et Gavin Chait
    (Vittoria Dell’Aira)
  • Lueurs utopiques dans les dystopies climatiques africaines d’Ayerdhal, Jean-Marc Ligny, Wanuri Kahiu et Nick Wood (Khadr Hamza)
  • Une « soif de lendemain »: le futur dans le premier théâtre de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)
  • Le lien animal : utopies et dystopies de la science-fiction contemporaine (Elara Bertho)
  • Rejets de l’utopie, retours en dystopie : ambiguïtés semi-périphériques et discontinuités génériques dans la trilogie Rosewater de Tade Thompson (Peter J. Maurits)
  • Rouge impératrice de Léonora Miano : invitation et convocation des « métaphores du futur » (Mélissa Buecher-Nelson)
  • Temporalités et subjectivité post-apocalyptiques dans Les Écailles du ciel de Tierno Monénembo (Susanne Goumegou)

À propos… de l’afrofuturisme

2022, année afrofuturiste ? (comptes rendus)

Futurs africains : dialogue entre Frédéric Neyrat et Anthony Mangeon

  • Une Afrique renversante : à propos de L’Afrique au futur : le renversement des mondes d’Anthony Mangeon (Frédéric Neyrat)
  • Des anges noirs et des porcs-épics : à propos de L’Ange noir de l’Histoire : cosmos et technique de l’Afrofuturisme de Frédéric Neyrat
    (Anthony Mangeon)

Entretiens

  • « Infuser des avenirs désirables » : entretien avec Michael Roch à propos de Tè Mawon (Ninon Chavoz et Anthony Mangeon)
  • Saga familiale, éthique et science-fiction : entretien avec Annie Lulu
    (Ninon Chavoz et Anthony Mangeon)
  • Que faire ? ou le dilemme du thé et du café : entretien avec Gavin Chait (Ninon Chavoz, Vittoria Dell’Aira et Anthony Mangeon)

Comptes rendus

CFP: ECAS – African literature panels

Dear all, 

 
In case you aren’t already aware, the ECAS 2023 organisers have announced the list of panels accepted for next year’s conference and the call for papers is now open. The call can be found here:
 
The various exciting literature panels are listed there on the programme:
At the bottom of each page, you will also find a tab titled ‘Propose paper’ through which you can propose a paper for a panel. We would love to hear from you!

Futurs africains

Journée d’études 2022 de l’APELA

Futurs africains

 
Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine de la journée d’études de notre association, qui sera consacrée à la question des « Futurs africains », abordés sous l’angle de l’utopie et de la dystopie.
Nous nous retrouverons le mercredi 16 novembre à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle (4 rue des Irlandais 75005 Paris) pour le programme suivant :
 
  • 9h-11h15 : Présentation du numéro 54 de la revue Etudes Littéraires Africaines « Futurs africains » par les contributeurs du dossier (en présence d’Elara Bertho, Melissa Buecher-Nelson, Francesca Cassinadri, Vittoria Dell’Aira, Céline Gahungu, Khadr Hamza, Peter Maurits)
  • 11h30-12h15 : Entretien avec Gavin Chait mené par Ninon Chavoz, Vittoria Dell’Aira et Anthony Mangeon

Pause déjeuner

  • 14h30-15h15 : Entretien avec Annie Lulu mené par Ninon Chavoz et Anthony Mangeon
Pour les membres de l’association, ces discussions scientifiques seront suivies par une assemblée générale, qui se tiendra dans les mêmes locaux. 
Dans la mesure du possible, la journée sera diffusée en ligne (lien Zoom diffusé sur la liste Apela).

AAC/CFP: Amos Tutuola, une œuvre à ressaisir

« Writer, Scrawler and Blunderer » : Amos Tutuola (1920-1997), une œuvre à ressaisir

Tours, 16 et/ou 17 novembre 2023

  • Organisation : Guillaume Cingal, Sylvie Humbert-Mougin, Yannick Séité
  • Comité scientifique : Guillaume Cingal, Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne), Mathilde Rogez (Université de Toulouse Jean-Jaurès)

Les propositions de communication (résumés de 300 mots environ, avec courte biographie / affiliation institutionnelle) doivent être envoyées avant le 31 octobre 2022 à Guillaume Cingal : cingal [apud] univ-tours.fr

Le titre de cette journée d’études se fonde sur une réécriture par paronymie du titre du dernier roman paru du vivant d’Amos Tutuola (Pauper, Brawler and Slanderer) : c’est là une invitation à se ressaisir de cette œuvre dans le contexte d’une critique post-coloniale qui n’a cessé de s’enrichir et de se diversifier au cours de ces deux dernières décennies (décolonial, écoféminisme, queer theory…).
Il semble donc nécessaire de reconsidérer l’ensemble des textes de Tutuola, en tenant particulièrement compte de sa postérité et de ses ambivalences.
Voici donc quelques pistes de réflexion, tout en soulignant que le comité scientifique sera particulièrement attentif à des propositions relatives à des livres de Tutuola peu étudiés (dont certains sont inédits en-dehors de l’anglais) :
• 70 ans après The Palm-Wine Drinkard (1952) et sa traduction française par Queneau (L’Ivrogne dans la brousse, 1953) : un statut à part dans le corpus et dans la littérature nigériane
• une œuvre au carrefour : comparatismes et influences de Tutuola en Europe
• traduire Tutuola : la question de l’agrammaticalité ; doublons ; inédits ; étrangéïté et étrangèreté
• quelle postérité pour l’œuvre de Tutuola ? résurgences et crispations – comment se situent les écrivain·es africain·es (et même non africain·es) contemporain·es par rapport à cette figure singulière et problématique ?
• les liens entre les textes de Tutuola et le réalisme magique, l’afrofuturisme et l'”Africanfuturism”
• intermédialités et interculturalité : prolongements vers l’afrofuturisme nord-américain, les expressions du fait religieux et surnaturel dans la Caraïbe, la “reprise” musicale de textes de Tutuola
• identités et genres : l’écriture de Tutuola est-elle non-binaire et queer ?

L’Afrique au Futur

L’Afrique au futur. Le renversement des mondes

Anthony Mangeon

ISBN : 9791037015013 ; 288 pages
Ed. Hermann – Collection : Fictions pensantes
Thématique : Langues et littératures

Un nouveau catéchisme médiatique s’impose aujourd’hui, qui veut que le XXIe siècle soit celui de l’Afrique, où se jouera bientôt l’avenir de l’humanité. Mais quelles formes prendront les futurs africains  ? Faut-il espérer l’éden, ou plutôt craindre l’enfer  ? Et où les études savantes et les fictions qui s’en emparent trouvent-elles leurs sources  ?
En revisitant un siècle et demi de productions africaines, américaines et européennes, des années 1880 à nos jours, nous pouvons établir un double constat  : dans leurs scénarios d’anticipation, qu’il s’agisse d’ouvrages de géopolitique, de prospective ou de fictions du futur, les auteurs contemporains réactivent souvent, paradoxalement, des imaginaires du passé. Ces derniers remontent, à tout le moins, à la fin du xixe siècle, et ils ont en commun de s’être figuré, de diverses manières, les possibilités d’un renversement des mondes.

Parution prochaine de L’Afrique au futur. Le renversement des mondes, premier volume d’une trilogie critique due à Anthony Mangeon, dont la suite devrait être publiée en 2023 et 2024, dans la collection « Fictions pensantes » des éditions Hermann. En voici la table des matières ; l’introduction peut aussi être lue ici.
Une première présentation de l’ouvrage aura lieu le 8 mars 2022  dans le séminaire « Désécrire et décoloniser les imaginaires sur la scène contemporaine » organisé par Pénélope Dechaufour, et dans le cadre des « Rendez-vous de la francophonie » coordonnés à l’Université Paul-Valéry par Maxime Del Fiol.  
Les personnes intéressées peuvent se procurer l’ouvrage à tarif réduit (et franco de port pour la France) en renvoyant ce bon de souscription aux éditions Hermann avant le 2 mars, date de parution.
 

Fictions du futur, L’Afrique au futur

Séminaire « Fictions du futur, L’Afrique au futur »

CERIEL, Université de Strasbourg

Atelier animé par Anthony Mangeon et Ninon Chavoz

 

Jeudi 18 janvier 2018, 18h, Portique 412

Premier temps : présentation du projet de recherche mené par Anthony Mangeon au sein de l’USIAS (Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg), 2017-2019

Les croissances démographiques et économiques de nombreux pays africains sont aujourd’hui spectaculaires, dans un continent qui abritera bientôt un quart de la population active mondiale. La question des “futurs africains” est par conséquent un enjeu majeur, sur les plans géopolitiques et économiques, et qui est discuté en tant que tel par une très grande variété de discours. Économistes, historiens, philosophes, romanciers et artistes ont ainsi développé des manières innovantes d’imaginer, mettre en scène et raconter les futurs de l’Afrique, qui donnent lieu à autant d’utopies que de dystopies, selon qu’on privilégie un point de vue afro-optimiste ou afro-pessimiste.
Ces différents discours partagent souvent des images, des figures de pensée, des modalités narratives ou argumentatives qu’une analyse rhétorique ou narratologique peut mettre au jour pour dévoiler leurs communes hypothèses et manières de penser ou d’imaginer. Ce projet de recherche vise donc à explorer les nombreux chevauchements entre économie et littérature, prospective et fiction, histoire contrefactuelle et narration romanesque sur la question des futurs de l’Afrique.

Liens :

  • Lionel Zinsou, “Une vision optimiste de l’Afrique”, conférence à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 28 avril 2010
  • Alioune Sall, « Quels futurs possibles pour l’Afrique au Sud du Sahara ? »

Eventuellement :

  • Pumzi de Wanuri Kahiu (2009)
  • Sylvestre Amoussou, Africa Paradis (2007)

Second temps : présentation par Ninon Chavoz : « L’homme au casque de verre : perspectives de l’afronaute »

Qu’est-ce qu’un afronaute ? Le néologisme ne manquera pas d’évoquer le souvenir de nomenclatures déjà connues – astronautes, cosmonautes, spationautes, taïkonautes, partis successivement à la conquête de l’espace. L’afronaute, conçu comme un voyageur spatial africain et noir, demeure quant à lui une fiction, aussi irréalisée aujourd’hui que dans les années 1960, à l’époque où Edward Makuka Nkoloso entendait envoyer sur Mars une équipe d’afronautes zambiens. Circulant de textes en peintures, de photographies en films et en clips publicitaires, l’afronaute n’en présente pas moins une forme d’ubiquité qui fait de lui un figurant récurrent dans les représentations afrofuturistes contemporaines : à ce titre, il inspire des créateurs issus du continent africain aussi bien que des artistes européens comme la photographe espagnole Cristina de Middel. Porté par une mode qui va en se densifiant depuis les années 2000, l’afronaute oscille dès lors entre le simple motif, fondé sur un jeu de contraste entre primitivisme et technologie, et l’accession au rôle de figure historique, artistique et littéraire.

Liens :

  • « Judgment Day! » de Joe Orlando et Al Feldstein, « Weird Fantasy », EC Comics, 1953
  • L’afronaute historique, Edward Makuka Nkoloso
  • Le film de Cristina de Middel, The Afronauts

Eventuellement :

  • Vabvakure de Gerald Machon

Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg, et directeur de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires ».

Ninon Chavoz est ancienne élève de l’école normale supérieure ; agrégée de lettres modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Sa thèse, sous la direction du professeur Xavier Garnier, porte sur La Tentation encyclopédique dans les littératures francophones africaines : des documentations coloniales au glossaire contemporain