Archives par mot-clé : Afropolitanisme

AAC: Bessora : « auteur lunatique à géographie variable » ?

Modalités de soumission

Les propositions de contribution, sous forme d’un résumé et d’une brève notice biobibliographique de 300 mots au maximum, sont attendues  à l’adresse bessoracontributions@gmail.com

au plus tard le 30 mars 2024.

Les réponses seront données au plus tard le 15 avril 2024. Les textes définitifs sont attendus pour le 30 juin. La publication du volume est prévue pour l’année 2025 dans la revue Convergences Francophones (revue recensée dans le DOAJ et le CNU).

Coordinatrices du dossier

  • Stevellia Moussavou Nyama, Aix-Marseille Université
  • Fabiola Obame, Université Omar Bongo, Libreville

Résumé

Quand on pense aux autrices africaines d’expression française, le nom de Bessora n’est jamais bien loin. Née sous le nom de Nguema Nan Sandrine Bessora en 1968 d’un père gabonais et d’une mère suisse, une double ascendance — qu’elle revendique d’ailleurs elle-même — fait qu’on la classe parmi les auteur∙trice∙s métis∙ses. Bessora, qui se définit comme un « auteur lunatique à géographie variable » sur son blog, a grandi entre le Gabon et la Suisse, puis suivi une partie de ses études en France et aux États-Unis. Son parcours que nous qualifierons d’éclectique porte les marques de cette circulation eu égard à la diversité de ses œuvres. Ce dossier de Convergences francophones vise à rendre hommage à l’autrice en réfléchissant aux préoccupations éthiques et esthétiques présentes dans son écriture.

Appel à contribution Bessora_VF-pdf

Argumentaire

Quand on pense aux autrices africaines d’expression française, le nom de Bessora n’est jamais bien loin. Née sous le nom de Nguema Nan Sandrine Bessora en 1968 d’un père gabonais et d’une mère suisse, une double ascendance — qu’elle revendique d’ailleurs elle-même — fait qu’on la classe parmi les auteur∙trice∙s métis∙ses. Bessora, qui se définit comme un « auteur lunatique à géographie variable » sur son blog, a grandi entre le Gabon et la Suisse, puis suivi une partie de ses études en France et aux États-Unis. Son parcours que nous qualifierons d’éclectique porte les marques de cette circulation eu égard à la diversité de ses œuvres. Elle a principalement publié dans des maisons d’éditions européennes, notamment chez Le Serpent à Plumes, Gallimard ou plus récemment chez J-C Lattès pour ne citer que celles-là. Elle est marquée par une hétérogénéité et un multiculturalisme que l’on retrouve dans ses œuvres. C’est le cas de ses personnages, à l’exemple de Johann (La dynastie des boiteux. Zoomania) ; de Zara (53cm) ; ou de Yéno et Waura (Deux bébés et l’addition…) qui se présentent comme des êtres insaisissables aux identités complexes. La thématique du dédoublement et du traumatisme se retrouve ainsi insérée dans des récits de filiation enchevêtrée dans lesquels des personnages, psychologiquement torturés, se refusent à tout déterminisme et semblent être en quête de leurs histoires personnelles.
Mais Bessora est aussi considérée comme une autrice afropolitaine (De Meyer, 2009 ; Garnier, 2017). Même si l’Afrique reste centrale dans ses œuvres, elle s’inscrit dans la différence et le refus de tout déterminisme. Qui côtoie ses créations aura vite remarqué sa tendance à remettre en question et à déconstruire les assignations et les catégorisations. Son écriture explore souvent les complexités de l’identité, de la culture et des relations humaines. Bessora se décrit comme allergique « aux essentialismes, mythes aryens, féminins, négro-africains et compagnie » (Bessora, 2018). Autrement dit, elle refuse les assignations d’où qu’elles viennent et combat toutes les idées préconçues. Elle préfère aborder ces sujets avec une perspective nuancée qui fait croire qu’elle est en quête d’une ouverture que l’on ne peut trouver que dans l’étrangeté et la dissidence. Elle s’inscrirait alors dans cette façon d’être au monde que décrit Mbembe :

Au demeurant, notre manière d’être au monde, notre façon « d’être-monde », d’habiter le monde – tout cela s’est toujours effectué sous le signe sinon du métissage culturel, du moins de l’imbrication des mondes, dans une lente et parfois incohérente danse avec des signes que nous n’avons guère eu le loisir de choisir librement, mais que nous sommes parvenus, tant bien que mal, à domestiquer et à mettre à notre service. La conscience de cette imbrication de l’ici et de l’ailleurs, la présence de l’ailleurs dans l’ici et vice-versa, cette relativisation des racines et des appartenances primaires et cette manière d’embrasser, en toute connaissance de cause, l’étrange, l’étranger et le lointain, cette capacité de reconnaître sa face dans le visage de l’étranger et de valoriser les traces du lointain dans le proche, de domestiquer l’in-familier, de travailler avec ce qui a tout l’air des contraires – c’est cette sensibilité culturelle, historique et esthétique qu’indique bien le terme « afropolitanisme. » (2005)

Aussi est-il étonnant que malgré sa volonté de ne pas être réduite à une seule identité, les thématiques abordées dans ses œuvres font de façon à peine voilée allusion à l’Afrique, à son passé ou à son Histoire. Chez elle, l’espace textuel est aussi « le lieu de cohabitation de discours souvent antagonistes » (Mbondobari, 2012, p. 100). L’omniprésence du passé dans ses œuvres s’explique par sa formation d’anthropologue qui s’est achevée avec une thèse sur les mémoires pétrolières du Gabon. Ses romans, qui sont très documentés, s’appuient sur des sources historiques pour déconstruire certaines approches qu’on dirait simplistes pour souligner la complexité de ces expériences du passé. Le caractère iconoclaste de sa production littéraire repose beaucoup sur un style décalé, un fréquent recours à l’ironie et à l’humour. Son style raffiné, empreint de sensibilité, marque son lectorat. Elle engrange alors quelques prix, quoique dits « de second rang » (Bush et Ducournau 2015, p. 537), dont le Prix Fénéon en 2001 pour son roman Les taches d’encre et le Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire en 2007, pour Cueillez-moi jolis Messieurs…et en 2022, elle sera nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Le capital symbolique de Bessora demeure cependant insuffisant pour qu’elle soit considérée parmi les classiques littéraires africains ou qu’elle jouisse d’une « patrimonialisation littéraire » (Ducournau, 2017, 12) : ces consécrations littéraires et son parcours éditorial contrastent avec sa visibilité sur la scène internationale.

Continuer la lecture de AAC: Bessora : « auteur lunatique à géographie variable » ?

Poétiques afropolitaines et afrotopiques (FSSA 53)

French Studies in Southern Africa n° 53

Table des matières / Contents

  • Markus Arnold & Elara Bertho : Poétiques afropolitaines et afrotopiques : imaginer les possibles, recréer le monde
  • Louis Nana : Une utopie dans l’utopie : penser la question de l’africanité dans Rouge Impératrice de Léonora Miano
  • Astrid Starck-Adler : Rouge Impératrice de Léonora Miano ou l’utopie féminine au service de l’humain
  • Éloïse Brezault : Écologie et féminité dans La Prophétie de Fabrice Monteiro : les corps comme lieux afrotopiques pour repenser des territoires-monde
  • Elara Bertho : La poésie de Felwine Sarr : pour un tressage des lieux
  • Markus Arnold : Les tissages d’imaginaires et de possibles de Raharimanana : échos afrotopiques

Varias

  • Yves Clavaron : Reconfigurations littéraires de l’espace urbain colonial et postcolonial
  • Mohamed Semlali : Le Sommeil de l’esclave de Mahi Binebine : récit des origines et digenèse du conteur
  • Gerard Keubeung : Les Maquisards d’Hemley Boum et Confidences de Max Lobe ou la mise en fiction de l’histoire occultée de la guerre d’indépendance au Cameroun
  • Emmanuel Antier : Face au piège de l’approche neurolinguistique (ANL) : quelques pistes de réflexion pour la didactique du FLE au Japon
Comptes rendus

Africains… et américains ? ELA 44 (2017)

à nouveau disponible : Etudes Littéraires Africaines n°44 (2017)

Africains… et américains ?

Textes réunis par Anthony Mangeon et Claudine Raynaud

Comment, étant africain à l’origine, devient-on américain en intégrant le monde académique étatsunien ? Et quels rapports cet « africain américain » d’un nouveau type entretient-il avec ses « frères de couleur », dont les ancê­tres étaient arrivés à l’époque de l’esclavage ? Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui cet attrait des auteurs africains pour l’histoire des Noirs américains, ses moments clés et ses icônes ? Est-ce une nostalgie pour des temps de révolte, de prise de conscience et d’action politique ? Les écritures voire les réécritures valent-elles réappropriation et homma­ge ? Telles sont les questions qui ont motivé la conception de ce dossier dont l’une des ambitions est d’étudier les nouvelles constructions des identités noires contemporai­nes, entre miroirs et mirages, illusions et spécularités.

Sommaire du dossier :

  • Africains… et américains ? Miroirs et mirages de l’identité noire au XXIe siècle (2000-2016) (Anthony Mangeon et Claudine Raynaud)
  • Harlem, cœur mythique de l’Amérique noire, revisité dans Nègre de personne de Roland Brival (Charles Scheel)
  • Talking to James Baldwin. Alain Mabanckou’s Jimmy (Bill Schwarz)
  • Between the World and Black People : lire Ta-Nehisi Coates avec Alain Mabanckou et Marvel Comics (Abdoulaye Imorou)
  • Biofiction à la première personne : La Rose dans le bus jaune d’Eugène Ébodé (Claudine Raynaud)
  • Questions à Eugène Ébodé (Entretien avec Claudine Raynaud)
  • La Divine Chanson : les musiques funambules ou Papa Legba aux carrefours des continents (Jean-Christophe Delmeule)
  • African and American Selves: « Contact Zones » in All Our Names by Dinaw Mengestu (Corinne Duboin)
  • L’afropolitanisme au féminin : une déterritorialisation des lieux communs ? (Florian Alix)

À propos de…
Postcolonial Life Narratives : Testimonial Transactions
de Gillian Whitlock

Comptes rendus

Du côté des éditeurs

Dynamiques actuelles des littératures africaines

Dynamiques actuelles des littératures africaines : panafricanisme, cosmopolitisme, afropolitanisme

sous la direction de Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki et Xavier Garnier

Paris, Karthala, coll. Lettres du Sud, 22 juin 2018, 294 p.
ISBN 9782811119829

[ouvrage publié suite au colloque de l’APELA tenu à l’université de Bourgogne en septembre 2015]

Comment écrire et penser l’Afrique dans le monde ? Comment écrire et penser le monde depuis l’Afrique ? Par la mise à jour du dialogue, dynamique et complexe, entre trois notions de prime abord très différentes – le panafricanisme, le cosmopolitisme et l’afropolitanisme –, cet ouvrage interroge la participation des lettres africaines à la réinvention du monde contemporain.

Les écrivains qui se sont engagés dans le mouvement panafricain au cours du XXe siècle ont eu comme principale cible l’impérialisme colonial et le morcellement du continent auquel il a donné lieu. Réaliser l’unité africaine faisait alors écho à l’idéal cosmopolite dès lors qu’il s’agissait de desserrer l’étau des assignations identitaires. Au tournant du XXIe siècle, le mot-valise afropolitanisme est inventé pour contrer la tentation afrocentriste d’un repli identitaire du continent face aux dérives d’un nouvel impérialisme mondialisé.  L’afropolitanisme met l’Afrique en circulation dans une géographie planétaire pour porter une voix décentralisée. Le débat fructueux qui s’engage aujourd’hui entre les héritiers du mouvement panafricain et les tenants de l’afropolitanisme témoigne des préoccupations cosmopolitiques des littératures d’Afrique et de la diaspora.

Guillaume Bridet est professeur de littérature française des XXe et XXIe siècles à l’université de Bourgogne-Franche-Comté.
Virginie Brinker est maître de conférences en littératures francophones des XXe et XXIe siècles à l’université de Bourgogne-Franche-Comté.
Sarah Burnautzki est enseignante-chercheuse en littératures française, espagnole, francophones et latino-américaines à l’université de Mannheim (Allemagne).
Xavier Garnier est professeur de littératures francophones à l’université de la Sorbonne Nouvelle.
Ont également contribué à cet ouvrage : Aminata Aïdara, Elara Bertho, Amzat Boukari-Yabara, Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki, Victoria Famin, Susanne Gehrmann, Diana Haußmann, Abdoulaye Imorou, Aurélie Journo, Marc Kober, Anthony Mangeon, Catherine Mazauric, Bernard de Meyer, Cornelia Ruhe, Richard Samin, Cyril Vettorato.

Table des matières

Introduction

PREMIÈRE PARTIE : TROIS NOTIONS EN QUESTION

1. Le cosmopolitisme aujourd’hui : questions, débats, polémiques
Guillaume Bridet

2. Les transformations du panafricanisme
Amzat Boukari-Yabara

3. Du « moment panafricain » à « l’afropolitanisme » contemporain : lectures croisées de W.E.B. Du Bois, Joseph Casely Hayford, Alain Locke et Kwame Anthony Appiah
Anthony Mangeon

DEUXIÈME PARTIE : IMAGINAIRES PANAFRICANISTES

4. Le panafricanisme littéraire au Brésil : d’un cosmopolitisme à l’autre
Cyril Vettorato

5. Transferts de pratiques militantes et circulations littéraires des critiques black feminist dans le contexte francophone
Sarah Burnautzki

6. L’Égypte détachée du continent africain ? Entre cosmopolitisme européen et levantin
Marc Kober

7. Dynamiques d’inclusion et d’exclusion par le panafricanisme. Sur le panthéon panafricain imaginé dans la chanson sous Sékou Touré
Elara Bertho

TROISIÈME PARTIE : CONTROVERSES ET POÉTIQUES AFROPOLITAINES

8. Les enjeux littéraires d’un concept controversé : l’afropolitanisme
Susanne Gehrmann

9. The Danger of a Single Story : nouveaux discours sur les identités littéraires africaines anglophones
Aurélie Journo

10. Sous la pantoufle. Couper les cheveux en quatre avec Chimananda Ngozi Adichie et Taiye Selasi
Cornelia Ruhe

11. Afropea mise en scène : Écrits pour la parole de Léonora Miano
Diana Haußmann

12. Léonora Miano en Afropéa. Invitation dans un monde qui s’invente
Abdoulaye Imorou

13. D’afropolitain à francopolitain, ou comment habiter une langue : le cas d’Abdourahman A. Waberi
Bernard de Meyer

QUATRIÈME PARTIE : « AJOUTER DU MONDE AU MONDE » : ÉLARGIR LE COSMOPOLITISME

14. Penser l’africanité et l’afropolitanisme dans la Relation glissantienne
Victoria Famin

15. Cosmopolitisme et afropolitanisme vernaculaires au Sénégal
Catherine Mazauric

16. Une vision africaine du cosmopolitisme : Welcome to Our Hillbrow de Phaswane Mpe
Richard Samin

17. Les témoignages des jeunes afropéens du recueil Exister à bout de plume
Aminata Aïdara

18. Rap français : vers une poéthique cosmopolite ?
Virginie Brinker

Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

miano_imptransLéonora Miano, L’impératif transgressif, L’Arche, 2016, 183 p.

Ce volume est constitué de six conférences :

  • « Mélancolies créatrices, écritures subsahariennes de la catastrophe » ;
  • « Littératures subsahariennes : la conquête de soi » ;
  • « L’impératif transgressif , vers une pensée afrophonique » ;
  • « Toute littérature est politique » ;
  • « Sacrée marginale, posture des écrivaines francophones »
  • « Parole due ».

Les deux premières sont centrées sur les littératures subsahariennes et la tâche des écrivains africains. La première date de 2014 et part d’un thème proposé par les Assises internationales du roman, « Mémoires des mondes oubliés » en le critiquant vertement parce que pour Léonora Miano, de son point de vue d’écrivaine subsaharienne, il ne convient pas de parler d’oubli mais de relégation volontaire, de minoration délibérée. Pour elle, le jeu mémoriel, c’est-à-dire l’historicité de vécus antérieurs et l’oubli, si fortement mis au cœur de l’histoire par Paul Ricœur, a été accaparé par l’idéologie occidentale de sorte que l’histoire est à la limite une sorte de luxe inessentiel pour des peuples appelés à se reconstruire dans le présent. Pour illustrer ce point de vue, Miano montre comment les lectures qu’on a faites de Cheikh Hamidou Kane ou de Chinua Achebe étaient eurocentrées : non, ils ne disent pas que la vieille Afrique étant morte, il faut se tourner vers la modernité des Blancs ; non, ils ne disent pas non plus qu’il faut magnifier le passé africain, ils disent que

Le besoin de se confronter au visage des ancêtres, de retrouver leurs         individualités, n’est pas une célébration du passé mais un mouvement vers soi-même. Savoir de qui émanent les voix que l’on entend crier en soi, panser la plaie encore ouverte due à l’ébranlement de l’ancien monde et de ses valeurs. (p.34)

La seconde conférence, antérieure à la précédente (2013) mais mise à sa suite, sans doute parce qu’elle en prolonge la réflexion, est sous-titrée « la conquête de soi » et poursuit en effet l’idée que « l’oubli » des littératures francophones n’est pas imputable seulement à un rejet externe par l’Occident mais a des causes internes, ayant à voir « avec la vision de soi, la conscience de soi, le rapport à soi » (p.40). Sans s’attarder à la fausse bonne idée que le roman étant « une invention européenne », il faut trouver de nouvelles formes proprement africaines, elle va droit à la question de l’authenticité qu’elle définit comme « une fidélité à soi-même, un « enracinement de l’individu dans son vécu » (p.46), ce qu’elle met en premier, sans s’attarder à réfléchir à une poétique de l’écriture littéraire. Les trois conditions nécessaires selon elle pour libérer l’imaginaire : renoncer à tout essentialisme, permettre aux « langues ancestrales » de devenir des langues littéraires, faire exister des maisons d’édition africaines, ne font d’ailleurs aucune place à des propositions de type poétique.

Continuer la lecture de Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

imbolombueImbolo Mbue, Voici venir les rêveurs, traduit de l’anglais par Sarah Tardy,  Belfond, 2016, 420 p.

Pourquoi ne pas avoir traduit plus simplement le titre anglais de ce roman, Behold the dreamers, par Bonjour les rêveurs, avec un clin d’œil au Bonjour tristesse de Françoise Sagan qui annonçait « un sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent » et a signé une nouvelle génération ? Comme le fait le rêve américain des jeunes étudiants anglophones du continent africain ou le rêve français des jeunes francophones (voir entre autres Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique, éd. Anne Carrière, 2003, réédité en poche en 2005).
Quoi qu’il en soit, ce roman d’une écrivaine camerounaise de langue anglaise, née en 1982 à Limbe (anciennement Victoria),  a fait l’objet de notices socio-biographiques largement inspirées par l’envie quand on a appris que l’éditeur Random House avait préempté le texte pour la somme astronomique d’un million de dollars dès 2014, après avoir lu une centaine de pages. Waouh ! Un million de dollars pour le premier texte d’une jeune femme d’une trentaine d’années arrivée aux Etats-Unis à 17 ans ! L’anecdote est intéressante en ce qu’elle souligne l’intérêt grandissant des éditeurs américains pour ce genre de récits qu’on pourrait qualifier d’identitaires : comment trouver une identité entre au moins deux cultures, ce qui pour les Africains à peau noire « ordinaires », sans formation ni diplômes, est particulièrement difficile dans un pays où les inégalités sont immenses et le racisme toujours virulent ? Mais comme il arrive trop souvent dans les notices des medias, le scoop dispense de procéder à une lecture attentive pour se demander si l’écriture et la conception de l’ouvrage méritent ou ne méritent pas pareil traitement de faveur.
Un mot sur le récit avant de se demander à quelle poétique obéit son écriture.

Continuer la lecture de Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

arton1694-124b2Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

Auteur : Marjolaine UNTER ECKER

Presses Universitaires du Midi, collection Lettres et culture (dir. Olivier Guerrier et Philippe Ortel)

N° ISBN : 978-2-8107-0428-6
PRIX : 18.00 €
Format et nombre de pages : 14 x 19 cm – 190 p.

Dans plusieurs de ses œuvres, romans, nouvelles et écrits pour la scène, Léonora Miano interroge l’identité frontalière en donnant à lire les parcours divers de ses personnages afro-descendants qui vivent en Europe, principalement en France et à Paris.

Cet ouvrage se propose d’étudier comment s’écrit et comment se vit de l’intérieur cette identité qui naît et qui s’épanouit à la frontière de deux continents aux rapports complexes. L’apparence ou « l’identité physique » des personnages, qui se meuvent dans les décors urbains, cherche à se définir dans une société qui ne leur propose pas de modèles auxquels se référer. Leur « identité intime », qui est individuelle, se construit à partir de leur parcours existentiel et se déploie dans leurs relations à autrui. Enfin, « l’identité historique » de l’afrodescendant naît de son rapport à la mémoire du passé, de l’organisation du monde et de l’humanité.

Par ces trois figurations de l’identité, entremêlées les unes aux autres dans les récits de Léonora Miano, les personnages clament l’existence d’une identité nouvelle : celle d’être afropéens.

Marjolaine Unter Ecker a suivi ses études à l’université Toulouse – Jean-Jaurès. Elle est titulaire d’une licence de lettres modernes, d’un master II « métiers de la recherche » mention « lettres » et d’un CAPES de lettres modernes. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle prépare une thèse.

Année : 2016
Réf. : LEC 01

URL de référence : http://pum.univ-tlse2.fr/~Questions-identitaires-dans-les~.html, où l’on trouvera à lire l’Introduction et la Table des matières de l’ouvrage.