Archives par mot-clé : Allemagne

AAC : Théâtre et éducation

COLLOQUE INTERNATIONAL

Théâtre et éducation : la place et l’importance du théâtre comme vecteur d’apprentissage

2, 3, 4 février 2020

(Université de Lomé/Université de Rostock)

Organisé par les équipes et laboratoires LIGA/CoDIReL/CEROCE

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 30 Septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes :

koku.nonoa@uni.lu et kcalemdjrodo@univ-lome.tg

Argumentaire

A l’ère de la mondialisation et de la digitalisation du savoir et des activités culturelles et artistiques, l’interaction théâtre et recherches scientifiques/artistiques, théâtre, éducation et société devient primordiale dans le monde académique, éducatif et artistique afin de répondre aux défis dans le domaine socioculturel, économique et politique. De surcroît, en partant du constat que les rencontres culturelles et leurs interactions ont aussi lieu dans le monde digital et virtuel, l’Université de Lomé, à travers son nouveau programme de Master professionnel dénommé « Théâtre et Éducation », voudrait apporter une réponse adéquate aux nouveaux défis susmentionnés : il s’agit notamment de mettre sur pied des stratégies orientées vers l’interaction et le renforcement des échanges réciproques entre le monde universitaire, les milieux culturels et artistiques à travers la problématique théâtre et éducation.

La notion de Théâtre Education, en anglais DIE (Drama in Education) appelle quelques éclaircissements. Ce concept met l’accent sur l’importance de l’expressivité personnelle,  et davantage sur  la place de l’imagination et des sensations dans l’approche de tout apprentissage. Tous les publics sont concernés, au-delà des élèves d’âge scolaire ; tous les thèmes et sujets peuvent  s’exprimer au travers d’une pratique théâtrale menée avec des professionnels. Si les deux termes « art dramatique » et « théâtre » sont indifféremment utilisés, des nuances s’imposent cependant : en effet, « l’art dramatique » signifie  que les participants créent leurs propres scénarios et travaillent au sein d’ateliers centrés sur le développement de la créativité, de la prise de risque et de la confiance en soi, quelle que soit  la discipline envisagée (O’Hara, M. 2001. Drama in Education: A Curriculum Dilemma: Theory into Practice, vol. 23, n°4). Ainsi conçu, l’art dramatique est un medium au service d’autres  domaines ou disciplines, de l’énoncé de règles mathématiques à l’apprentissage de vocabulaire. Il découle de cette approche du théâtre, l’idée simple et confirmée que cet art, tout comme le sport, devrait être enseigné à tous les niveaux de l’éducation nationale, à tous les niveaux professionnels et à tous les âges. Plusieurs chercheurs ont souligné par ailleurs que, quel que soit la discipline enseignée, l’enseignant, qu’il le veuille ou non,  assume dans la classe le rôle du metteur en scène et qu’une pièce commence à chaque fois qu’un enseignant entre dans sa classe. Les activités menées en Théâtre Education soulignent d’ailleurs la richesse des échanges entre les enseignants et les comédiens. On le voit donc, l’histoire du Théâtre Education s’ancre dans celle des « environnements d’apprentissage », et conduit à l’invention des pratiques théâtrales ou sociales propres à chaque pays ; l’émergence de questions nouvelles et leurs résolutions par l’art dramatique.

Continuer la lecture de AAC : Théâtre et éducation

L’Afrique dans les romans pour la jeunesse

Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne (1991-2010)

Les pièges de la bonne intention

Élodie Malanda

     
Collection Francophonies N°12
1 vol., 584 p., broché, 15,5 x 23,5 cm. 
ISBN 978-2-7453-5071-8.60 

Quels regards les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne portent-ils sur l’Afrique subsaharienne ? Cinquante ans après les indépendances ces romans affichent souvent leur volonté de se distancer de l’héritage colonialiste. Or, cette « bonne intention » se heurte régulièrement à des limites. En résulte un écart entre les valeurs explicitement défendues par les textes et celles qu’ils véhiculent de fait. En s’appuyant sur plus de 130 romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne parus en France et en Allemagne entre 1991 et 2010, Élodie Malanda identifie les manifestations de cet écart et explore des pistes narratologiques pour le réduire. Étude fine et engagée, L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne. 1991-2010. Les pièges de la bonne intention s’inscrit dans le tournant éthique des études littéraires et ouvre de nouvelles perspectives pour la nécessaire décolonisation de la littérature de jeunesse.
 

Élodie Malanda est docteure en littérature comparée de l’Université Sorbonne Nouvelle. Elle travaille actuellement à la Stiftung Internationale Jugendbibliothek.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/champion/11020-book-08535071-9782745350718.html

Guinéenne, Française, Allemande ? Par Daniel Delas

DIALLO Elisa, Fille de France, Climats (Flammarion), 2019, 195 p.

Ce livre d’Elisa Diallo est original en cela qu’il raconte pourquoi et comment une jeune femme métisse, née en France d’un couple ‘domino’, (comme on disait alors), père guinéen-mère française, en vient à choisir l’Allemagne plutôt que la France comme lieu de résidence et de travail.
Pourquoi ? Parce que, selon elle,  les Français ont une conception fantasmée et absolutiste de leur francité, avec le résultat que tout étranger reste étranger et, a fortiori si l’on peut dire, tout africain noir reste nègre africain :

Existe-t-il des Français enfants d’Africains capables de dire sans hésiter « je suis français » sans la moindre réserve, sans un léger tremblement de l’âme, ce court moment où l’on attend d’être contredit ou au moins questionné, Je rêvais parfois de ne plus me sentir fille de France, fille mal aimée (p.11)

De sorte qu’au-delà des discours enflammés exaltant une France terre de liberté, héritière des idéaux révolutionnaires, les gens y restent racistes, sans même s’en rendre compte.  La petite fille noire se heurte dès l’enfance (dans les années 70) et dans toutes sortes de circonstances à des propos insidieusement racistes,

Ce genre de réflexions lancées sur un ton débonnaire par des gens qui se croient tout permis quand ils sont face à des gens comme moi, des anciens des colonies. Je ne sais pas combien de fois j’ai été blessée depuis l’enfance par de telles paroles. Pour n’en citer que quelques-unes, en dehors du classique « Tu viens d’où… non, je veux dire, tu viens d’où vraiment », des réflexions «pas méchantes » faites en parfaite innocence : « Tu sais sûrement bien danser, tu as ça dans la peau » ; « Tu ne peux pas te plaindre de la chaleur, il fait bien plus chaud là d’où tu viens », «Tu  ressembles comme deux gouttes d’eau à Whoopi Goldberg» ou variante, « Tu ressembles vachement à Naomi Campbell »… etc., etc. (p. 141)

La jeune Elisa, enfant sensible et affectueuse, est ‘blessée’, ‘mortifiée’, ‘tétanisée’, par ce refus constant, banal parce qu’inconscient,  d’être considérée comme une égale ; c’est son grief fondamental à l’égard des Français. En second lieu, la jeune femme est choquée par les décisions  politiques hostiles aux étrangers, – décisions aussi bien socialistes (vote de la loi sur la déchéance de nationalité en 2015) que macronistes (refus de la France de laisser accoster l’Aquarius en2018) – , cependant qu’elle admire la généreuse politique d’accueil des émigrés mise en place par la chancelière allemande Angela Merkel (« wir schaffen das », « on y arrivera ») qui accepte la pluriethnicité.  Tant et si bien qu’après un séjour décevant aux Pays-Bas où le passé colonial est tabou, la jeune femme, dotée de solides titres universitaires acquis à Paris, choisit de s’installer en Allemagne,  à Mannheim, où elle travaille dans l’édition. Elle y trouve un dialogue apaisé et décide de demander la nationalité allemande (sans perdre pour autant sa nationalité française selon une loi allemande récente).

Elisa n’est pas devenue malgré cette évolution une militante agressive ou violente, elle reste au plus près d’un vécu chargé d’émotivité (larmes,  colères) sans jouer à l’intellectuelle surplombant le débat. Certes elle est cultivée, issue de parents eux-mêmes cultivés (ils se sont connus à Sciences Po !) dont elle raconte la vie par fragments. Certes l’Allemagne n’est pas un paradis pour les immigrés et la bureaucratie germanique gère avec une lourdeur pointilleuse sa demande de naturalisation.  Par exemple sur le document fourni à son père par les autorités guinéennes, il est écrit à la rubrique ‘date de naissance’, « vers 1941 ». Stupeur indignée de la bureaucrate du Service des Etrangers de Mannheim ! ‘Vers’, on ne peut pas mettre ça dans un document allemand officiel ! Mais comment obtenir des précisions sur ce point certes de détail mais qui bloque la procédure ? Mais c’est plus du bureaucratisme que de la mauvaise volonté et sa demande finira par aboutir.

Cette ‘histoire’ qui reste entre l’autobiographie et le récit de vie est attachante dans son désordre même (la composition semble partir de la vie plus que de la logique historique). Elle incite à la réflexion : l’Allemagne, rendue humble par l’acceptation réfléchie des crimes nazis, serait-elle plus terre d’accueil de la « misère du monde » que la France arrogante ou les Pays-Bas, vivant dans le déni de leur passé colonial ?   Elisa Diallo le pense, concluant son ouvrage en ces termes :

Oui, l’Allemagne est en phase de profonde transformation. Elle l’est en fait depuis l’après-guerre, le démantèlement du fascisme, l’apprentissage de la démocratie, la réunification, le multiculturalisme. Comment ce pays pouvait-il nous paraître aussi ringard quand nous étions jeunes ? Il y a aujourd’hui quelque chose à créer en Allemagne et, pourquoi pas, dans cet ancien laboratoire du pire, un avenir européen, véritablement  multiethnique, où le cosmopolitisme, la diversité et la complexité seraient à nouveau des valeurs positives. Je ne vois pas à l’heure actuelle, de raisons de ne pas y croire. Alors j’y crois.    (p.193-194)

*

Pourquoi inciter à la lecture de ce récit qui n’appartient pas directement à la littérature ? Parce qu’il déconstruit le discours de l’envahissement que tient l’extrême-droite. Les migrants ou les originaires des anciennes colonies ne ciblent pas seulement la France parce qu’ils aiment sa langue, sa Sécurité Sociale ou son amour de la liberté. Ils désirent certes le mieux-être mais ne le dissocient pas d’une demande de dialogue entre hommes et femmes ouverts également au monde. C’est alors vient vite la déception. Multiethnique la France ?  Dans les mots et les discours oui mais pas dans les comportements, pas dans les têtes. La fameuse arrogance française souvent dénoncée,  charrie une indéracinable racisme.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Guinéenne, Française, Allemande ? Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/05/2019, https://apela.hypotheses.org/3209.

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Kosmos-Workshop

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Humboldt University, Berlin, October 8-12, 2018

In the past decades, African literary and cultural productions have predominantly explored the notions of duality, binarity, hybridity, alterity, in varied dimensions; centre-periphery, colonised-coloniser, orality–written literature etc., triggered by historical landmarks like slavery, colonialism, postcolonialism, and migration. Cultural productions and theoretical debates have, validly, not only echoed the complexities of these times with regards to ethnicity, class, gender, but have also critiqued the repercussions of these indelible historical moments and movements on language, culture, identity, local and diaspora communities, and individual/collective memory. However, much of the work that has been done, so far, still puts African literatures and cultural productions in regional and linguistic boxes. There is an evident lack in comparative research that would open up new critical horizons from the perspective of cross-language, cross-regional and cross-theoretical studies. Therefore, this workshop aims to move beyond the trend of comparing African literatures within the realms of just one language (Francophone, Lusophone, Anglophone, Arabic and the diverse Afriphone literatures) to inspire a comparative scholarship of African literatures that cuts across all languages and regions of the continent, including the traditional, yet artificial ‘boundary’ of the Sahara.  There is an urgent need to put different schools of thinking and paradigms of literary theory into dialogue in order to advance African literary and cultural studies. The major aim of the workshop is, therefore, to cross over language barriers, regional settings, disciplines and theories.

We invite scholars and PhD students from our African partner universities in Kenya, Nigeria, Senegal, South Africa, Tanzania and Togo as well as colleagues/PhD students based in Berlin to take up the challenge and contribute reflections on cultural production in more than one language, on hermeneutic dualities and multiplicities in African literatures, theatre, cinema and performance arts. A critical assessment of ideological, theoretical, aesthetic, thematic and linguistic models that invoke categories of difference, but also similarities, should be highlighted in ways that they could possibly be put in conversation with one another and critically evaluated across genres and disciplines.

The workhop is sponsored by HU-Berlin’s Kosmos programme and with further support by IAAW and KSBF. Speakers include guests from the universities of Nairobi, Ibadan, Stellenbosch, Lomé, Hannover, Mainz and FU Berlin.

URL de référence : https://www.iaaw.hu-berlin.de/de/region/afrika/afrika/literatur/mitarbeiter/prof-dr-susanne-gehrmann/test/crossings-and-comparisons-in-african-and-cultural-studies

Continuer la lecture de Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Dambudzo Marechera Archive at Humboldt University Berlin

Copyright: Ernst Schade https://rs.cms.hu-berlin.de/marecheraarchive/pages/view.php?ref=418&search=%21collection39&order_by=relevance&sort=&offset=0&archive=&k=&curpos=16&restypes=
Copyright: Ernst Schade
https://rs.cms.hu-berlin.de/marecheraarchive/pages/view.php?ref=418&search=%21collection39&order_by=relevance&sort=&offset=0&archive=&k=&curpos=16&restypes=

A comprehensive archive of Dambudzo Marechera’s estate has been established at Humboldt University in Berlin. It was handed over by the
late Zimbabwean writer’s literary executor and biographer, Flora Veit-Wild, professor  of African literature at Humboldt up to 2012.

The archive comprises all the manuscripts which Marechera left behind at the time of his death in 1987, as well as a multitude of documents and
photographs relating to his life and work, such as transcripts of
interviews, letters, school records, Veit-Wild’s research notebook and many more. As the original documents were deposited at the National Archives of Zimbabwe in 1992, most of the written corpus in Berlin consists of photocopies.

The total of 23 folders and boxes are held at the departmental library
of Asian and African Studies of Humboldt University and can be searched for under “Dambudzo Marechera Archive” through the university library’s electronic catalogue. Researchers can request access to the physical material in the Rara collection. The library also houses a complete, open-access collection of all of Marechera’s published works, including translations into German, French, Spanish, Dutch, and Swedish and all the different editions of his first book,  The House of Hunger.

In addition to the physical archive, a digital Dambudzo Marechera Media Repository has been established, which includes scans of the majority of documents and photographs and in addition, full versions of all the audio and video material featuring Marechera or related to this life and work, such as the Chris Austin “House of Hunger” film of the early 1980s.

The physical archive together with the digital repository and the
collection of all published Marechera editions represents a unique
fundus for research on a writer who during his short life radically
changed the literary landscape of Africa and remains up to today a
legendary inspiration for masses of worldwide followers.

To access the media repository please CLICK HERE
[1] https://rs.cms.hu-berlin.de/marecheraarchive/pages/home.php?login=true

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français