Archives par mot-clé : Amadou Hampâté Bâ

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

H. K. Kouyaté /B. Magnier

du 3 au 13 avril au théâtre du Tarmac

« En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Souvent reprise, parfois tronquée ou attribuée à la tradition, cette phrase a pourtant bien été prononcée en 1960 par Amadou Hampâté Bâ.

De la falaise dogon au Mali où il est né en 1900 aux assemblées de l’Unesco, des bureaux de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) à Dakar aux pupitres des conférences internationales, des correspondances échangées de par le monde aux audiences accordées dans sa résidence d’Abidjan jusqu’à la fin de sa vie en 1991, Amadou Hampâté Bâ a connu une destinée exceptionnelle dont son œuvre porte la trace.

Il s’est saisi de tous les genres littéraires : contes et légendes, bien sûr, mais aussi récits aux accents romanesques, poèmes, essais, livres pour enfants et, publiés juste après sa mort, deux volumes de mémoires, Amkoullel l’enfant peul et Oui, mon Commandant. Profondément attaché à sa culture traditionnelle comme à sa religion, il a fait de l’une et de l’autre une lecture tolérante, à l’écoute de l’Autre.

Nourri de citations puisées dans l’œuvre de l’écrivain et sur une trame resituant l’auteur dans le contexte géopolitique, ce spectacle met en lumière cette personnalité remarquable et son œuvre accessible, d’une grande sagesse, teintée d’humour et d’un extraordinaire sens de la formule qui s’avère aujourd’hui d’une urgente et immédiate actualité.

distribution

  • Texte Bernard Magnier
  • Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
  • Assistante à la mise en scène : Astrid Mercier
  • Avec Habib Dembélé, Tom Diakité (chant, multi-instruments)
  • Lumières Cyril Mulon
  • Costumes Anuncia Blas 

URL de référence : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-le-fabuleux-destin-d-amadou-hampate-ba/spectacle-149/

Lefabuleuxdestin-flyer

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Littératures des Afriques”

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

AAC : Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité

Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité : l’œuvre à l’épreuve du contemporain

(ENS Abidjan)

Colloque pluridisciplinaire

Abidjan, les 13 et 14 mai 2016,

à l’occasion du 25e anniversaire de la disparition d’Amadou Hampâté Bâ.

Date-limite d’envoi des propositions : 31 décembre 2015.

L’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ  est continûment traversée par l’idée de fraternité qui s’y traduit à l’aune de la tolérance et de l’altérité d’un autrui qui est toujours à comprendre, à écouter voire à saisir pour être en harmonie avec lui.  C’est-à-dire à con-naître. Et donc à ne pas dire par celui qui le perçoit et l’appréhende. L’herméneutique proposée par l’auteur et qui s’en dégage, est, ici, une herméneutique fondée sur un autrui qui n’est jamais appréhendé ni à appréhender en tant qu’objet par la personne tiers qui vient à son contact ; autrui (anthropomorphe ou non, culture, civilisation, objet…) est, tout au contraire, sujet en propre, sujet, sujet de sa vérité, de la vérité de lui-même et n’a pas à être dit par un autre que lui-même en conséquence : c’est lui le sujet que l’autre écoute en fait. Disons, d’un mot qu’il est sujet de parole et non pas objet de parole.  Il s’agit donc en fait d’un discours qui se construit sur le mode d’un cheminement vers cet autre que moi qui l’écoute et qui l’observe en quelque sorte. C’est un véritable parcours de connaissance que cette œuvre a ainsi tracé et laissé à notre mémoire collective comme un traité de philosophie de l’altérité qui débouche nécessairement sur un principe de tolérance sans contrainte. Cette dernière porte l’œuvre et se situe, en arrière-plan, telle une ombre (justement) portée sur ce support qui transporte son information : ce spectre d’amour, de fraternité et de tolérance est donc la condition de l’œuvre. […]

Axes de lecture envisagés :

  • Les images éclatées de la tolérance
  • Les configurations de l’ouverture et de l’altérité
  • Les figures de la rencontre
  • La poétique de la connaissance…
  • Lecteur aveugle vs lecteur initié

Consulter la suite de l’argumentaire, d’autres informations et le formulaire de soumission des propositions sur le site de Fabula.