Archives par mot-clé : Anthropologie

AAC: Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps

COLLOQUE INTERNATIONAL

Sépultures, deuils et incarnations : la question du  corps, d’Antigone à Covid-19, une approche inter/trans disciplinaire

2, 3 et 4 décembre 2020 à Lomé

(Université de Lomé, Université de Bourgogne Franche-Comté)

Organisé par les équipes et laboratoires : I.M.A.F – CoDIReL,  ELLIADD,  CURIO 

Date-limite d’envoi des propositions de communication : 30 juillet 2020

Argumentaire

L’idée de ce colloque est née d’un projet théâtral intitulé « Antigone ou la tragédie des corps dispersés. » Un metteur en scène (Gaëtan Noussouglo, doctorant à l’Université de Franche-Comté) et un auteur dramatique (Kossi Efoui, Prix des cinq continents, Prix Ahmadou Kourouma, Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire) décident ensemble de relire Antigone sous l’angle particulier de la question des corps dispersés, privés de sépultures.

Antigone cherche à enterrer Polynice, et soulève par-là, la question du droit des morts et de celui des vivants, la question fondamentale du rituel sur les cadavres qui leur permet d’amorcer le voyage dans l’au-delà. En se révoltant contre le roi Créon, Antigone célèbre la liberté individuelle, la loi de la conscience contre la loi de l’Homme ou des dieux. Le projet n’est pas une réécriture d’Antigone, mais une appropriation, un détournement de la figure d’Antigone pour raconter la tragédie des corps dispersés. On pense, par exemple, à ces femmes que l’on voit remuer le désert de l’Atacama pour exhumer les restes de leurs proches démembrés[1] , ces Hereros et ces Namas pendant la colonisation, ou encore toutes ces familles privées de deuils, de sépultures dans les dictatures. Si le geste est à l’inverse de celui d’Antigone, c’est que celle-ci a affaire à une présence effrayante du corps mort, alors que les chiliennes du film ont affaire à une absence effrayante de corps, mais la question est la même. Qu’est-ce qu’une paix fondée sur le refus de l’acte où s’origine toute l’humanité : le rituel funéraire?

Partant de ces considérations, nous voudrions ouvrir une série de questionnements en lien avec les traitements et considérations que réservent  les sociétés humaines à la question de la mort et aux défunts. Dans un monde récemment en proie au Covid-19, une interdiction douloureuse et une restriction des funérailles reposent avec acuité la question de la dureté de la loi même si elle se déclare protectrice des habitants. Faire le deuil est primordial dans la reconstruction de l’identité d’un individu, d’une société. La notion de corps fait entrer en jeu celle d’autopsie pris dans le sens étymologique du terme : « une démarche mystique qui permettrait de contempler les  dieux et de participer à leur puissance ». Ce qui se distingue de la nécropsie, l’examen médical des cadavres.
Le corps est aussi un matériau indispensable, un outil de travail au théâtre et en danse, en génétique, autant que dans les sciences médico-légales…. Dans le domaine juridique, sans corps il n’y a souvent pas de crime, par conséquent pas de procès. Sur le plan social, sans corps il n’y a pas de deuil non plus. Dans le domaine théâtral et rituel, le corps conducteur et réceptacle est une jonction entre les univers invisibles et visibles. Quelles sépultures donner aux corps des rois arrachés à leur peuple pendant la colonisation ou l’esclavage ? Quels traitements donner aux restes des corps des résistants à la colonisation, de la dépouille du roi dahoméen, aux crânes des insurgés Hereros, Namas ou Maoris conservés dans les musées occidentaux. Qu’en est-il des morts du Covid-19 ou des cadavres donnés à la science ? Que deviennent tous ces corps disparus en Méditerranée ou enlevés et dispersés pendant les guerres ou les grandes dictatures qu’a connues le monde ? A-t-on le droit de punir un mort ou de lui refuser une sépulture ?
Dans cette inquiétante mutation, s’interroger sur le personnage d’Antigone, c’est réinterroger les notions d’ordre, de mort, de rituel, de funérailles et de deuils. C’est aussi retourner à l’esprit des lois, aux pratiques rituelles, à l’essence même du théâtre et à la question fondamentale du cadavre. Qu’est-ce le théâtre ? N’est-ce pas un art vivant qui traduit une relation du vivant au vivant, qui se parle du (des) corps à corps et qui induit des interactions et des interpénétrations ? Faire du théâtre virtuel, sans corps présents, est-ce encore du théâtre?  Pourquoi le théâtre ? Qu’est-ce le corps ? Que représente l’absent dans le présent, son influence sur l’identité du vivant ? La question du théâtre est aussi liée à cette problématique du corps vivant, mort, manipulé. Que fait-on d’un corps ? Toute réponse à la question s’avère, au final, transdisciplinaire.

Continuer la lecture de AAC: Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps

AAC : Migrations, traversées et intégrations

Revue Éthiopiques

Appel à communications pour le n°102, 1er semestre 2019

Le prochain numéro d’Éthiopiques dont le thème est Migrations, traversées et intégrations, a pour objectif de susciter des réflexions multidisciplinaires sur les enjeux et les conséquences des phénomènes migratoires contemporains depuis les logiques sociales qui produisent l’émigration, aux formes de recomposition des collectifs remettant en jeu les questions d’appartenance, de frontières et d’intégrations, en passant par la traversée et ses périples. Les échanges, les migrations, les déplacements de population – qu’ils fussent volontaires ou forcés – ont de tout temps marqué la construction du monde, mais elles se sont développées sous une forme spécifique avec la naissance et le développement du capitalisme.
Les migrations, qui ont toujours existé au cours de l’histoire de l’humanité sont devenues une réalité structurelle dans un monde globalisé. Bien qu’elles concernent aujourd’hui une personne sur sept sur Terre et sont de plus en plus diversifiées, multiples et complexes, tant par leurs motifs et leurs origines que par leurs trajectoires, elles restent pourtant mal comprises, volontiers caricaturées, et surtout souvent réprimées, tant au Nord qu’au Sud, si bien qu’aujourd’hui, la réalité dans laquelle nous vivons – dans ce premier quart du vingt-et-unième siècle – est marquée par la tragédie de la migration, comme résultante de la globalisation du monde, de ses conflits, de sa misère et de sa pauvreté. Loin de conduire les États concernés à repenser leurs modalités d’accueil et de gestion des flux, les frontières se sont « renforcées ». La multiplication des dispositifs de contrôle enserre l’expérience des personnes concernées générant, à toutes les étapes de leurs parcours, des situations de blocage et d’immobilité sociale et spatiale. Le migrant dérange, inquiète, oblige à construire des murs, à repenser les frontières, à réveiller les pires fantômes de l’histoire.

Dans ce contexte d’une dramatisation sociopolitique des phénomènes de mobilité, les migrations sont présentées comme autant de déclencheurs de crises sociétales, engendrant une exacerbation des tensions entre les « établis » et les groupes et individus nouvellement arrivés.
La criminalisation du migrant, dans les faits et dans l’opinion, encourage les traites clandestines, les réseaux d’exploitation et exacerbe les difficultés d’intégration. Face à la complexité, au Nord comme au Sud, des causes et des effets culturels, socio-économiques et politiques des déplacements de populations (dont l’essentiel a lieu entre pays du Sud), leur appréhension requiert de profonds changements de perspective dans l’approche du fait migratoire comme réalité socio-historique et thématique scientifique. Le phénomène migratoire , comme recomposition spatiale et sociale des relations individuelles et collectives, implique la mise en question des références et des appartenances, des ancrages et des ambitions, et conduit à interroger la gestion des relations interpersonnelles, à différentes échelles, intimes, familiales, collectives, voire communautaires, et à questionner les dispositifs politiques nationaux et internationaux chargés de contrôler et d’encadrer ces mobilités.

Ce numéro d’Éthiopiques a comme ambition de promouvoir divers angles d’approche afin de radiographier sous toutes ses faces le fait migratoire par un examen en amont comme en aval des circonstances de départ dans les pays d’origine, des motifs qui poussent à partir, mais aussi des réactions des Etats et des sociétés d’accueil, et des difficultés d’intégration.
Il importe d’examiner quels imaginaires migratoires précèdent les voyages et quelles motivations animent les familles à entreprendre la migration de leurs enfants, mais également comment s’ancrent et s’organisent les politiques publiques d’accueil et d’intégration, et enfin comment les trajectoires des migrants sont elles aussi modelées selon les origines, les parcours antérieurs à la migration, le sexe, l’âge, le contexte de l’arrivée, la culture, les facteurs économiques, etc. Les flux migratoires, liés à des réalités géopolitiques et sociales, défient ou restructurent les frontières politiques, linguistiques et historiques entre pays d’accueil et pays d’origine, et appellent un renouvellement des approches prenant en compte la diversification et la complexification des phénomènes actuels de mobilité humaine.

Axes d’analyse

  1. Littérature et art

-Représentation de la migration et du migrant dans la littérature, les arts et le cinéma
– Stratégies et formes narratives du récit migratoire
– La mise en fiction romanesque ou cinématographique de la traversée (mer, désert, barbelé)
– Caractéristiques narratives et spatio-temporelles des fictions portant sur la migration
– La migration et sa mise en scène : télévision, cinéma, musique, photographie, arts visuels, techniques du corps.
– Récit de la post-migration : tracasseries policières – misère – crainte de l’expulsion
– Mise en fiction des questions d’exclusion et d’intégration, des phénomènes communautaristes et diasporiques.
– La migration en héritage.
– Mise en scène d’identités dynamiques des jeunesses actuelles infléchies par la migration des générations antérieures.

  1. Philosophie, anthropologie

– Intégration – exclusion et processus identitaires.
– Initiatives associatives et politiques publiques d’accueil et d’intégration.
– Inter culturalité, diversité et communautarisme.
– Clivages raciaux, culturels et religieux, conflits, violences et radicalisation.
– Libération et progrès humain, construction de soi, espérance, résilience.
– Globalisation et souveraineté
– Développement solidaire, développement durable
– Insécurité, djihadisme, terrorisme

Envoyer votre article à : senghorf@orange.sn

L’article ne doit pas dépasser 25000 signes.

Date limite : le 31 mars 2019

Afriques transversales

Séminaire d’élèves à l’ENS d’Ulm sur l’Afrique : 

Cristina de Middel, The Afronauts http://www.lademiddel.com/the-afronauts-1.html

Afriques transversales” se propose d’interroger les discours sur l’Afrique, en convoquant une pluralité de textes et de disciplines. Les organisatrices ont un pied en histoire, l’autre en littérature, avec quelques notions d’histoire de l’art et d’anthropologie. Toutes les spécialités, toutes les expériences sont bienvenues ! Le séminaire entend fonctionner comme une initiation, un lieu d’investigation autour des sujets africains, mais aussi comme un espace de rencontre, de lecture et de discussion.

Comment parler d’Afrique aujourd’hui ? Quels prismes, quels écueils pour le discours sur un espace aussi vaste que méconnu en France ? Comment tout simplement approcher l’Afrique, souvent laissée à l’écart des cursus classiques ? Comment les débats théoriques sur l’Afrique constituent-ils des voies d’accès à la recherche contemporaine sur la postcolonie, le genre, le nationalisme, l’imaginaire collectif ? Ces questions se posent avec une acuité sans cesse renouvelée. En 1993, Edward Saïd publiait Culture et impérialisme, interrogeant les rapports de domination et de modélisation de l’altérité – plus de vingt après, où en sommes-nous ? Quels textes théoriques peuvent aujourd’hui éclairer le chercheur et comment interagissent-ils avec la réalité des pratiques artistiques contemporaines ? En multipliant les angles d’approche, “Afriques transversales” entend balayer les pistes de réponse possibles. Que vous soyez déjà spécialisé en études africaines, passionné ou simplement rêveur d’Afrique, nous espérons vous offrir, à travers ce séminaire, un espace de débat et de réflexion. Chaque séance sera consacrée à un thème autour duquel se concentrent les problématiques propres au discours des études africaines, permettant d’investiger une notion à définir ou à remettre en cause. Nous aborderons ainsi la question du continuum entre tradition et modernité, l’impérialisme et la subjectivation, l’ethnie et la nation, le statut de l’oralité et des langues africaines. Chaque séance prendra appui sur un corpus de textes, sur un support visuel, éventuellement sur l’intervention d’un invité. Nous avons choisi une heure un peu tardive pour permettre au plus grand nombre de venir, et nous pourrons prolonger les séances autour d’un verre pour ceux qui le souhaitent.

Tous les participants sont les bienvenus : n’hésitez pas à écrire à Florence Wenzek (florence.wenzek@ens.fr) pour toute question ou pour être tenu informé des actualités du séminaire.

Le calendrier :

  • Le lundi 22/02 de 18h00 à 19h30, en salle Beckett
  • Le mercredi 16/03 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le mercredi 20/04 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le mercredi 11/05 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le lundi 30/05 de 18h00 à 19h30, en salle Beckett

Elara Bertho (ancienne élève de l’ENS Lyon, doctorante en littératures comparées à Paris 3)

Ninon Chavoz (élève au département littérature et langages, doctorante en littératures comparées à Paris 3)

Florence Wenzek (élève au département d’histoire)

URL de référence : https://cat.hypotheses.org/a-propos

AAC : Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité

Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité : l’œuvre à l’épreuve du contemporain

(ENS Abidjan)

Colloque pluridisciplinaire

Abidjan, les 13 et 14 mai 2016,

à l’occasion du 25e anniversaire de la disparition d’Amadou Hampâté Bâ.

Date-limite d’envoi des propositions : 31 décembre 2015.

L’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ  est continûment traversée par l’idée de fraternité qui s’y traduit à l’aune de la tolérance et de l’altérité d’un autrui qui est toujours à comprendre, à écouter voire à saisir pour être en harmonie avec lui.  C’est-à-dire à con-naître. Et donc à ne pas dire par celui qui le perçoit et l’appréhende. L’herméneutique proposée par l’auteur et qui s’en dégage, est, ici, une herméneutique fondée sur un autrui qui n’est jamais appréhendé ni à appréhender en tant qu’objet par la personne tiers qui vient à son contact ; autrui (anthropomorphe ou non, culture, civilisation, objet…) est, tout au contraire, sujet en propre, sujet, sujet de sa vérité, de la vérité de lui-même et n’a pas à être dit par un autre que lui-même en conséquence : c’est lui le sujet que l’autre écoute en fait. Disons, d’un mot qu’il est sujet de parole et non pas objet de parole.  Il s’agit donc en fait d’un discours qui se construit sur le mode d’un cheminement vers cet autre que moi qui l’écoute et qui l’observe en quelque sorte. C’est un véritable parcours de connaissance que cette œuvre a ainsi tracé et laissé à notre mémoire collective comme un traité de philosophie de l’altérité qui débouche nécessairement sur un principe de tolérance sans contrainte. Cette dernière porte l’œuvre et se situe, en arrière-plan, telle une ombre (justement) portée sur ce support qui transporte son information : ce spectre d’amour, de fraternité et de tolérance est donc la condition de l’œuvre. […]

Axes de lecture envisagés :

  • Les images éclatées de la tolérance
  • Les configurations de l’ouverture et de l’altérité
  • Les figures de la rencontre
  • La poétique de la connaissance…
  • Lecteur aveugle vs lecteur initié

Consulter la suite de l’argumentaire, d’autres informations et le formulaire de soumission des propositions sur le site de Fabula.