Archives par mot-clé : Arts

AAC: Sénégal & jeunesse

Revue RIVENEUVE CONTINENTS n°31 – été 2021

Titres retenus : « Sénégal : Jeunesse des Lettres, l’être de la jeunesse »
« Sénégal : Lettres et temps des jeunes »

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

Quand un pays a une population dont plus de la moitié a moins de 30 ans, comment s’étonner que la jeunesse s’invite à la table des débats
multiformes de la société, en plein jour ou dans l’ombre intimidante des réseaux sociaux ? Ce constat valant pour tout le continent africain, quelles formes prennent ces débats dans la société sénégalaise ?
Et quand l’histoire, le présent, l’ancien monde, le nouveau, le local et
le global, toutes les incertitudes de l’avenir s’emmêlent, c’est tout un
pays qui est à la croisée des chemins. Quel horizon pour la jeunesse,
quand les boussoles s’affolent, que la déconstruction décoloniale
entraîne la déconstruction patriarcale mais qu’en même temps l’espace d’expression semble se restreindre, le projet social s’effriter, que la citoyenneté se cherche, que les identités s’ouvrent ou se ferment, … la société apparaît bloquée, comme victime de l’expression accaparée ?
Certains expriment leur mécontentement, appellent au dégagisme, d’autres réclament des comptes sur la gestion des ressources, le fonctionnement de la démocratie, rêvent d’utopie panafricaine ; d’autres migrent en pirogue, en avion ou par voie de terre, pour ne plus revenir ou pour rencontrer les pires difficultés à revenir et se réinvestir. D’autres encore – à moins que ce soient les mêmes ? – glissent sur la vague des start-ups et des technologies du web, entre rage et énergie, au croisement des cultures urbaines et de l’académisme. Crise des valeurs et du modèle sénégalais ?
Crise de l’emploi ? Crise de l’éducation ? Crise des repères ethniques
et religieux ? C’est peut-être là que s’ancre la singularité sénégalaise
: le partage quasi-unanime d’un héritage spirituel traditionnel
omniprésent, rarement remis en cause, et l’aspiration à appartenir au monde moderne et irrévérencieux. Ceux qui apportaient des réponses aux questions des jeunes semblent n’être plus là, dans leur vécu quotidien ; les réponses seraient-elles dans les livres pratiques qu’on trouve en librairies, dans les slams des rappeurs, dans les romans des écrivains, sur les sites des bloggeurs, sur les statuts et les murs de profil ou dans nos imaginaires reconstitués ?

Pour ce numéro de la revue, l’équipe de Riveneuve Continents et ses
relais à Saint-Louis et à Dakar se lancent dans une quête. Elles
entreprennent de traquer l’expression de la jeunesse autant que les mots qui l’analysent, réinventent la société et la culture, interrogent
l’histoire et la géographie, racontent les migrations dans un sens ou
dans l’autre, les engagements et les créations chez les écrivains
confirmés comme chez les novices, dans la rue, sur les murs et les
portes de la blogosphère, les carnets de voyages, les carnets de notes, les journaux intimes, les affiches, les graffitis éphémères et les posts sur les réseaux sociaux.

Nous vous invitons à nous rejoindre et à nous aider dans notre quête.
Ouvrez vos carnets, joignez vos contacts, vos réseaux et aidez-nous à réunir ces textes complets ou ces fragments ; textes d’analyse ou textes de création (poésie, chanson, nouvelle, essai, journal intime, fragments d’échanges sur réseaux sociaux ou de blogs… entre 1500 et 15000 signes), non encore publiés dans un livre en français ou en traduction, qui parlent des aspirations et des ancrages… de la jeunesse sénégalaise d’aujourd’hui.

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

https://www.riveneuve.com/categorie-catalogue/litterature/revue/
https://www.riveneuve.com/la-maison/

Études africaines : nouvelles approches, nouveaux enjeux

Acta Fabula, dossier critique n°59, novembre 2020 (volume 21, numéro 10)

Textes réunis par Christine Le Quellec Cottier et Simona Sala

Questionner aujourd’hui la production critique sur les « études africaines » stimule des réflexions qui mettent en réseau des espaces, des temporalités, des sensibilités et des formes. Le dossier proposé par Acta fabula, en collaboration avec le Pôle pour les études africaines de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) met en lumière un renouveau des lectures critiques, souvent parce que les propositions sont interdisciplinaires et envisagent un continent connecté, partenaire d’autres parties du monde : il ne s’agit pas – ou plus – d’affirmer une spécificité soi-disant manifeste, mais de faire connaître des créations et des initiatives qui résonnent sur des plans similaires, chacune à sa façon.
Ainsi, les textes peuvent interroger des points de vue – africains, européens, nord‑américains, … –, mettre en parallèle des productions contemporaines et leur relecture des plus anciennes, évoquer des destins singuliers et des œuvres protéiformes, en évitant l’écueil désormais trop fréquent de l’expérience personnelle du chercheur : comment résumer une capacité de réflexion et d’analyse à une origine biologique, à une couleur de peau ? Être décolonial, dans notre monde contemporain, ne peut signifier réduire l’existence de chacun à une « expérience » (… ne peut écrire sur l’Afrique qu’un Africain ; ne peut interpréter un LGBT qu’un LGBT, ne peut parler de Platon qu’un Grec …) et le dossier proposé rend compte – s’il le fallait – des apports des lectures croisées et des connivences tissées. Les lectures critiques ne font donc pas l’impasse sur des problèmes sociétaux majeurs, mais au contraire participent à leur résolution en mettant en évidence des capacités d’interactions propres au « vivre ensemble ».
La réflexion sur la littérature et le pouvoir de la langue est un domaine fructueux nourri d’imaginaires en constant devenir, où les personnages et les intrigues ne sont jamais limités à un calque du réel. Le dossier d’Acta fabula est un acteur de cette relecture active du champ des littératures mettant en scène un univers africain – continental ou diasporique – impliquant autant l’histoire littéraire, des formes singulières que le temps de l’Histoire.

A consulter et lire sur Fabula : https://www.fabula.org/revue/sommaire13221.php

AAC: colloque Werewere Liking

Un colloque en hommage à Werewere Liking sera organisé en Côte d’Ivoire à l’Université Félix Houphouet Boigny les 9-10 et 11 juin 2021. Fruit d’une collaboration entre l’Observatoire National de la Vie et du Discours Politiques et le Département des Arts de ladite université, ce colloque questionnera les pratiques discursives artistique, philosophique et militante de la fondatrice du Village Ki-Yi. 
 
Les communications attendues sont au croisement des sciences de l’artistisation et des sciences sociales pour passer en revue les 50 ans de poésie, de peinture, d’arts de la scène et d’engagement féministe de cette icône.
 
 

AAC: Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines

Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines

Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA)

Humboldt-Universität zu Berlin 22-24 septembre 2021

Les propositions de panels (quatre communications rassemblées au maximum) ou de communications (titre et résumé d’une page maximum) sont attendues pour le 30 novembre 2020 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom, affiliation et contact électronique.
La langue principale du congrès sera le français, toutefois il est possible de proposer des communications et panels en anglais. Veuillez adresser vos propositions à :
iaaw.queer.apela@hu-berlin.de

Appel à communication


Depuis une vingtaine d’années, on constate une visibilité grandissante des représentations des sexualités et plus généralement des identités non hétéronormées dans les littératures africaines, ainsi que dans les arts et le cinéma d’Afrique. L’inscription d’un désir homosexuel dans l’histoire littéraire africaine précède toutefois largement les productions contemporaines, comme en atteste la monographie de Chantal Zabus Out in Africa. Same Sex Desire in Sub-Saharan Literatures and Cultures (2013). Dans un contexte où l’homophobie grandissant dans certains pays africains se traduit par une répression pénale exacerbée, tandis que d’autres au contraire abolissent des lois discriminatoires, il n’est pas surprenant que la thématique produise un corpus à la fois esthétique et activiste, partant de deux perspectives différentes pour approcher les conflits mentionnés. Avec les récents projets collectifs de témoignage tels que Stories of Our Lives. Queer Narratives from Kenya (2015) ou encore She called Me Women. Nigeria’s Queer Women Speak (2018), le concept de queer d’origine politique aux États-Unis, fait de plus en plus son entrée dans le vocabulaire activiste en Afrique.
L’activisme et la pensée queer ont surgi aux États-Unis au tout début des années 1990, au moment où la pandémie du SIDA frappait durement la communauté homosexuelle et exacerbait encore plus l’homophobie latente. Reprenant une insulte homophobe récurrente forgée à partir d’un terme qui désigne le bizarre, l’atypique, le hors-norme, le mouvement « queer » s’est distingué très tôt par son mode d’action festif et transgressif. Cherchant à penser ensemble genres, sexes et sexualités, et inspirées par les travaux de Michel Foucault, Judith Butler et Eve Sedgwick, les théories et études queer se sont rapidement développées dans les pays anglo-saxons. Elles se caractérisent par le refus d’une posture identitaire stable, plus particulièrement binaire hétéro/homo et homme/femme, pour penser au contraire les processus émancipatoires et utopiques charriés par des pratiques et des corps défiant les normes, les institutions et les catégories caractérisant l’ordre patriarcal.
Utilisée dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales, de la philosophie aux études de genre en passant par l’histoire et la littérature, souvent appliquée comme une méthode particulière de critique et de déconstruction des textes ou des sources (en anglais, « to queer » devient alors un verbe, et « queering » une action) les études queer sont aussi régulièrement critiquées pour leur dimension occidentale, masculine, élitiste et blanche et sa difficulté à s’articuler aux autres luttes contre les discriminations, notamment raciales.
À un moment où s’expriment de nouvelles exigences pour la décolonisation des institutions de savoir, des méthodes de recherche et des curricula scolaires et universitaires, quels peuvent être les apports des théories queer dans la lecture et l’analyse des littératures africaines ? La généalogie américaine et ‘blanche’ du mouvement queer peut-elle être contestée par une attention plus grande portée aux discours élaborés et aux luttes menées à la fois par et sur les représentants du continent africain et par les diasporas africaines du monde entier? À partir, mais aussi au-delà des questions de non-conformité des identités de genre et des pratiques sexuelles telles qu’évoquées dans les littératures africaines (mais également dans la photographie, la peinture, et le cinéma), quelles sont les possibilités ouvertes par la pensée queer pour évoquer à la fois les processus disciplinaires forgeant les corps, les désirs et l’intime et leurs transgressions de la norme dans les sociétés africaines ?
Ce congrès propose une exploration des littératures, du cinéma et des arts performatifs africains de toutes les langues et de toutes les régions d’Afrique y compris le Maghreb et les diasporas, au prisme des théories, activismes et esthétiques queer. Il s’agira tout autant d’aborder un corpus encore peu usité dans la recherche francophone, que d’analyser le lien entre esthétique, savoir et activisme dans le contexte des luttes pour la reconnaissance des homo- et transsexuels et d’autres minorités sexuelles et de genre en Afrique.

Congrès APELA 2021 appel à communication

Continuer la lecture de AAC: Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines

AAC: Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps

COLLOQUE INTERNATIONAL

Sépultures, deuils et incarnations : la question du  corps, d’Antigone à Covid-19, une approche inter/trans disciplinaire

2, 3 et 4 décembre 2020 à Lomé

(Université de Lomé, Université de Bourgogne Franche-Comté)

Organisé par les équipes et laboratoires : I.M.A.F – CoDIReL,  ELLIADD,  CURIO 

Date-limite d’envoi des propositions de communication : 30 juillet 2020

Argumentaire

L’idée de ce colloque est née d’un projet théâtral intitulé « Antigone ou la tragédie des corps dispersés. » Un metteur en scène (Gaëtan Noussouglo, doctorant à l’Université de Franche-Comté) et un auteur dramatique (Kossi Efoui, Prix des cinq continents, Prix Ahmadou Kourouma, Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire) décident ensemble de relire Antigone sous l’angle particulier de la question des corps dispersés, privés de sépultures.

Antigone cherche à enterrer Polynice, et soulève par-là, la question du droit des morts et de celui des vivants, la question fondamentale du rituel sur les cadavres qui leur permet d’amorcer le voyage dans l’au-delà. En se révoltant contre le roi Créon, Antigone célèbre la liberté individuelle, la loi de la conscience contre la loi de l’Homme ou des dieux. Le projet n’est pas une réécriture d’Antigone, mais une appropriation, un détournement de la figure d’Antigone pour raconter la tragédie des corps dispersés. On pense, par exemple, à ces femmes que l’on voit remuer le désert de l’Atacama pour exhumer les restes de leurs proches démembrés[1] , ces Hereros et ces Namas pendant la colonisation, ou encore toutes ces familles privées de deuils, de sépultures dans les dictatures. Si le geste est à l’inverse de celui d’Antigone, c’est que celle-ci a affaire à une présence effrayante du corps mort, alors que les chiliennes du film ont affaire à une absence effrayante de corps, mais la question est la même. Qu’est-ce qu’une paix fondée sur le refus de l’acte où s’origine toute l’humanité : le rituel funéraire?

Partant de ces considérations, nous voudrions ouvrir une série de questionnements en lien avec les traitements et considérations que réservent  les sociétés humaines à la question de la mort et aux défunts. Dans un monde récemment en proie au Covid-19, une interdiction douloureuse et une restriction des funérailles reposent avec acuité la question de la dureté de la loi même si elle se déclare protectrice des habitants. Faire le deuil est primordial dans la reconstruction de l’identité d’un individu, d’une société. La notion de corps fait entrer en jeu celle d’autopsie pris dans le sens étymologique du terme : « une démarche mystique qui permettrait de contempler les  dieux et de participer à leur puissance ». Ce qui se distingue de la nécropsie, l’examen médical des cadavres.
Le corps est aussi un matériau indispensable, un outil de travail au théâtre et en danse, en génétique, autant que dans les sciences médico-légales…. Dans le domaine juridique, sans corps il n’y a souvent pas de crime, par conséquent pas de procès. Sur le plan social, sans corps il n’y a pas de deuil non plus. Dans le domaine théâtral et rituel, le corps conducteur et réceptacle est une jonction entre les univers invisibles et visibles. Quelles sépultures donner aux corps des rois arrachés à leur peuple pendant la colonisation ou l’esclavage ? Quels traitements donner aux restes des corps des résistants à la colonisation, de la dépouille du roi dahoméen, aux crânes des insurgés Hereros, Namas ou Maoris conservés dans les musées occidentaux. Qu’en est-il des morts du Covid-19 ou des cadavres donnés à la science ? Que deviennent tous ces corps disparus en Méditerranée ou enlevés et dispersés pendant les guerres ou les grandes dictatures qu’a connues le monde ? A-t-on le droit de punir un mort ou de lui refuser une sépulture ?
Dans cette inquiétante mutation, s’interroger sur le personnage d’Antigone, c’est réinterroger les notions d’ordre, de mort, de rituel, de funérailles et de deuils. C’est aussi retourner à l’esprit des lois, aux pratiques rituelles, à l’essence même du théâtre et à la question fondamentale du cadavre. Qu’est-ce le théâtre ? N’est-ce pas un art vivant qui traduit une relation du vivant au vivant, qui se parle du (des) corps à corps et qui induit des interactions et des interpénétrations ? Faire du théâtre virtuel, sans corps présents, est-ce encore du théâtre?  Pourquoi le théâtre ? Qu’est-ce le corps ? Que représente l’absent dans le présent, son influence sur l’identité du vivant ? La question du théâtre est aussi liée à cette problématique du corps vivant, mort, manipulé. Que fait-on d’un corps ? Toute réponse à la question s’avère, au final, transdisciplinaire.

Continuer la lecture de AAC: Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Claire RIFFARD
Céline GAHUNGU

Nouveau séminaire « Afriques – Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques » co-organisé par l’équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM et des collègues historiens, géographes et politistes à l’ENS Ulm, dans le cadre de l’EUR Translitterae.

Vendredi 31 janvier 2020 | 16h-18h | salle de réunion, Pavillon Pasteur | Pauline Guinard (ENS) & Jean-Baptiste Lanne
« Saisir la ville : l’art et la manière. Expériences croisées Johannesburg et Nairobi »

Jeudi 27 février 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Nicolas Martin-Granel & Céline Gahungu (ITEM, ENS-CNRS)
« Génétique du théâtre de Sony Labou Tansi (Congo, 1947-1995) »

Jeudi 19 mars 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jean-Pierre Bat (École des chartes)
« Le Commencement de la fin : approche archivistique, historique et littéraire d’un manuscrit censuré (Centrafrique, 1973) »

Jeudi 23 avril 2020 | 18h-20h salle IHMC | Rym Khene (ITEM/Paris 3)
« Photographie et révolution en Algérie (1954-2019) »

Jeudi 28 mai 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jann Pasler (University of California)
« Le Son de l’Empire : repenser l’histoire par la musique »

Afriques-vf6

URL de référence : https://www.translitterae.psl.eu/actualites-agenda/seminaires/afriques/

Thinking Africa with Mudimbe

Après les activités conjointes portées par l’IFRA-Nairobi et l’IF Goma portant sur la pensée de Ngugi wa Thiong’o organisées à Goma en juin 2019, voici la session Mudimbe organisée à Nairobi la semaine du 16 décembre 2019.

Il s’agit d’une table ronde organisée à l’Alliance française de Nairobi le 16 décembre, d’un symposium organisé à University of Nairobi le 17 décembre, ainsi que du dispositif vidéo de Sammy Baloji, « Tales of a Copper Grass Garder » qui sera installé à l’Alliance française du 13 au 17 décembre : http://alliancefrnairobi.org/event/sammy-baloji/

Y seront accueillis

  • Salim Abdelmadjid (U. Toulouse Jean-Jaurès),
  • Sammy Baloji (plasticien, Bruxelles/Lubumbashi),
  • Pierre Boizette (IFRA-Nairobi),
  • Pierre-Philippe Fraiture (U. Warwick),
  • Kai Kresse (ZMO Berlin),
  • Oriare Nyarwath (University of Nairobi),
  • Reginald Oduor (UoN),
  • Francis E.A. Owakah (UoN).

Mudimbe 3_poster intégral

Mudimbe-17Dec-SymposiumUoN