Archives par mot-clé : Arts

AAC: Littératures africaines, transferts et appropriations culturelles

Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines

(APELA), Université de Strasbourg, Misha, 4-6 novembre 2025

Veuillez adresser vos propositions avant le 1er novembre 2024 à :

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des participants ou de leur laboratoire de recherche. La restauration sera prise en charge, en fonction des subventions obtenues.

Argumentaire

La notion d’appropriation culturelle, initialement développée aux États-Unis dans le cadre des revendications des droits des minorités, s’impose aujourd’hui en Europe et en Afrique dans de nombreux débats sur la culture, la littérature et les arts. Elle désigne généralement des phénomènes de transferts culturels effectués sous la pression d’une forme de domination, le dominant s’appropriant, sans droit ni légitimité, le patrimoine culturel de celui qu’il domine (voir entre autres Young 2010). De la réinterprétation du primitivisme (Le Quellec Cottier & Rodriguez, 2023) aux fictions d’identités scripturales étudiées par Christopher Miller (Miller 2018), les débats sur l’appropriation culturelle se sont multipliés ces dernières années.
Le « travail de mémoire » effectué sur le passé colonial de la France et, au niveau culturel, le débat sur la restitution du patrimoine africain (cf. Sarr / Savoy 2018) ont ouvert la voie à de nouveaux questionnements et mènent à un renouvellement des lectures et des interprétations, qui intègrent désormais une interrogation éthique sur la responsabilité de l’artiste ou de l’écrivain dans son rapport à la culture de l’autre ou du dominé. Dès lors, l’idée d’appropriation culturelle tend, dans certains cas extrêmes, à se substituer aux concepts d’intertextualité, de transfert culturel (Espagne 2013) ou de « branchements » (Amselle 2001), jusqu’à nourrir des discours critiques et politiques qui prétendent invalider les approches strictement esthétiques de certaines œuvres.
Ces nouvelles tendances trouvent un écho d’autant plus important que les identités se radicalisent (Amselle 2011, Bancel / Blanchard 2017, Dubreuil 2019). Par ailleurs, la contestation des modèles postcoloniaux (hybridité, mimétisme, créolisation, etc.) par l’émergence de formes radicales du décolonialisme, concevant culture et identité en termes d’authenticité, de propriété, de limites, d’espace clos, contribue à nourrir le débat sur la légitimité de la prise de parole culturelle, au risque parfois d’une atteinte à la liberté d’expression. Enfin, la marchandisation croissante de la culture dans nos sociétés globalisées pose le problème de la spoliation économique par la reproduction et commercialisation d’artefacts (voir également Root, 1996), comme le révèle entre autres le débat autour du boomerang de Chanel en 2017.

Ce congrès de l’APELA, organisé dans le cadre d’une coopération entre l’Université de Strasbourg et l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, portera sur les enjeux des définitions contemporaines de l’identité et de leurs relations à l’expression culturelle : l’authenticité peut-elle être une revendication ou un critère d’évaluation des œuvres ? Sur quoi reposerait-elle ? Quelle réception induit-elle ? Et quelles conséquences à terme sur la création ?
Les interventions pourront porter sur :

  • Des études de cas ;
  • Les constructions littéraires et artistiques de l’authenticité culturelle : pastiches, détournements, pseudonymies, postures et impostures ;
  • Des approches théoriques et critiques des notions d’appropriation, de transfert, d’authenticité
  • Les apports et les limites de la notion d’appropriation culturelle dans le domaine des études africaines
  • Les variations de la réception des œuvres en fonction des déplacements et des décalages contextuels ;
  • L’appropriation symbolique et la marchandisation, la critique de la « dérive capitaliste » ;
  • La relation entre éthique et esthétique. 

Bibliographie sélective

  • Amselle, Jean-Loup. Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.
  • Amselle, Jean-Loup. Critique de la raison animiste, San Giovanni, Mimésis, 2023.
  • Appiah, Kwame Anthony. The Ethics of Identity, Princeton, Princeton University Press, 2005.
  • Appiah, Kwame Anthony. Cosmopolitisme. Paris, Odile Jacob, 2008.
  • Ben Lakhdar, Khémaïs. L’appropriation culturelle : histoire, domination et création : aux origines d’un pillage occidental, Paris, Stock, 2024.
  • Blanchard, Pascal / Bancel, Nicolas / Thomas, Dominic (dir.). Vers la guerre des identités ? De la fracture coloniale à la révolution ultranationale, Paris, La Découverte, 2016.
  • Brown, Michael Fobes. Who Owns Native Culture ?, Cambridge, Harvard University Press, 2003.
  • Coleman, Elizabeth Burns. Aboriginal Art, Identity and Authenticity, Aldershot, Ashgate, 2005.
  • Dubreuil, Laurent. La dictature des identités, Paris, Gallimard, 2019.
  • Espagne, Michel. « La notion de transfert culturel », in Revue Sciences / Lettres 1, 2013, URL : http://journals.openedition.org/rsl/219
  • Hahn, Hans Peter. « Antinomien kultureller Aneignung: Eine Einführung », Zeitschrift für Ethnologie, 136, 2011, p. 11–26.
  • Hurka, Thomas. « Should Whites Write About Minorities? » in Hurka, Thomas (dir.): Principles: Short Essays on Ethics, Toronto: Harcourt Brace, 1994, p. 183-186.
  • Keeshing-Tobias, Lenore. « Stop Stealing Native Stories », in Ziff, Bruce, Rao, Pratima V. (dir.): Borrowed Power: Essays on Cultural Appropriation, New Brunswick, Rutgers University Press, 1997, p. 71-73.
  • Le Quellec Cottier, Christine et Rodriguez, Antonio (dir.). Le primitivisme des avant-gardes littéraires, Paris, Classiques Garnier, 2023.
  • L’Estoile, Benoît de. Le goût des autres. De l’exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, 2007.
  • Luste Boulbina, Seloua. Les miroirs vagabonds ou la décolonisation des savoirs (arts, littérature, philosophie), Paris, Les Presses du réel, 2018.
  • Miller, Christopher L. Impostors. Literary Hoaxes and Cultural Authenticity, Chicago, University of Chicago Press, 2018.
  • Root, Deborah. Cannibal Culture: Art, Appropriation, and the Commodification of Difference, Boulder, Westview Press, 1996.
  • Sarr, Felwine/ Savoy, Bénédicte. Restituer le patrimoine africain, Paris, Éditions Philippe Rey/ Éditions du Seuil, 2018.
  • Savoy, Bénédicte. Le long combat de l’Afrique pour son art : histoire d’une défaite postcoloniale. Paris, Éditions du Seuil, 2021.
  • Savoy, Bénédicte.  À qui appartient la beauté ? Paris, La Découverte, 2024.
  • Young, James O. Cultural Appropriation and the Arts, Oxford, Wiley- Blackwell, 2010.

Le campus sous toutes ses formes

Journal of African Cultural Studies, Volume 36, Issue 2 (2024)

Nous sommes ravis d’annoncer la publication d’un numéro spécial, entièrement bilingue (Fr-Ang), de la revue Journal of African Cultural Studies qui porte sur les expressions et les vies créatives des campus universitaires à Dakar, Abidjan, Abomey-Calavi et Yaoundé. Il est disponible ici : https://www.tandfonline.com/toc/cjac20/36/2.

Les articles de ce numéro spécial abordent un éventail de thèmes connexes : la liberté et la censure académiques, le harcèlement sexuel, et les temporalités panafricaines et décoloniales. Ils examinent la capacité qu’a l’art (visuel, littéraire, performatif, filmique) de donner une forme imaginative, et parfois transformatrice, à de telles réalités.

Arts et activismes afroqueers

Littératures, images, performances

Éditions Karthala, coll. Lettres du Sud. ISBN 9782384092048. 288 p. Parution 20/06/2024

Penser le queer à partir de l’Afrique? Ce livre s’y attache en prenant comme point d’entrée la littérature (prose, théâtre et poésie), mais aussi la photographie et le cinéma d’Afrique et de sa diaspora, pour penser les expériences et les existences queers. Panorama allant de Dambudzo Marechera à Mohamed Mbougar Sarr, de Maryse Condé à Zanele Muholi, cet ouvrage veut ancrer les études queers dans le monde francophone, en faisant un important état des recherches tout en repensant les utopies queers depuis l’Afrique.

Dorothée Boulanger est chercheuse en littératures africaines à l’université d’Oxford. Elle travaille sur les littératures lusophones, les questions de genre et les perspectives écocritiques. Elle est l’autrice de Fiction as History. Resistance and Complicities in Angolan Postcolonial Literature (Legenda, 2022).

Susanne Gehrmann est professeure de littératures et cultures africaines à l’université Humboldt de Berlin. Ses recherches portent sur les littératures francophones, l’innovation des genres et l’intermédialité. Elle est l’autrice notamment de Autobiographik in Afrika. Literaturgeschichte und Genrevielfalt (WVT, 2021) et a dirigé, avec Dotsé Yigbe, Créativité intermédiatique au Togo et dans la diaspora togolaise (LIT, 2015).

Ont contribué à cet ouvrage : Julia Borst, Laurel Braddock, Sylvie Brodziak, Nadia Chonville, Marion Coste, Eric Damiba, Danae Gallo González, Xavier Garnier, Nicola Lo Calzo, Stéphanie Melyon-Reinette, Bernard De Meyer, Magali Nachtergael, Gibson Ncube, Hanane Raoui, Flora Roussel, Régis Samba-Kounzi, Françoise Ugochukwu.

Ce volume est issu du congrès virtuel 2021 de l’APELA, organisé à l’U. Humboldt de Berlin.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/accueil/3594-10099-arts-et-activismes-afroqueers.html#/22-ebook-papier

Séminaire Senghor 2024/1

La prochaine séance du séminaire Senghor se déroulera en visioconférence ce jeudi 11 janvier 2024 à partir de 15h GMT (16h Paris).

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès des coordinateurs Sébastien Heiniger et Alioune Diaw : (senghor.item.ucad@gmail.com).

Jehanne Denogent (Université de Cape Town), « Publier les arts verbaux africains. Junod, Cendrars, Senghor : enjeux d’une mise en circulation »

Cette communication souhaite s’intéresser au geste de publication d’arts verbaux africains en mettant en regard trois perspectives : celle de missionnaires ayant transcrit des récits oraux dans une visée scientifique ou pédagogique, celle d’un écrivain d’avant-garde, qui s’y intéresse d’un point de vue poétique et enfin celle de Senghor traducteur.

Jehanne Denogent est docteure de l’Université de Lausanne (Suisse) où elle a consacré sa thèse au primitivisme littéraire. Ses recherches portent plus largement sur les phénomènes de circulations culturelles. Elle a publié plusieurs articles sur l’œuvre de Blaise Cendrars, de Tristan Tzara ou sur la littérature francophone africaine. Depuis 2023, elle effectue un postdoctorat à l’Université de Cape Town (Afrique du Sud).

Abdoulaye Sall (UCAD), « Entre beauté, perfection, difformité et meurtrissures, les représentations du corps chez Léopold Sédar Senghor »

Il s’agit, pour nous, de voir, lire, déchiffrer les multiples inscriptions de la beauté, de la perfection, de l’histoire, de la difformité, des meurtrissures, de la vie, du deuil sur le corps dans la poésie de Senghor.

Abdoulaye Sall est enseignant-chercheur en littérature africaine écrite au Département de Lettres Modernes de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ses recherches portent essentiellement sur les œuvres littéraires et cinématographiques de Sembène Ousmane, le corps et l’intermédialité. Parmi ses publications récentes figurent : « Rencontre avec « cette Afrique méridionale de la France » dans Le Docker noir de Sembène Ousmane », The Journal of African and Postcolonial Studies, Issue Number 2, Migration, Literature and Society, The Laboratory of African and Postcolonial Studies, ARCIV, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, juillet 2020, p. 255-269 et « De l’expression intermédiale dans L’Automobile de Moustapha Kâ », Terroir des mots, territoire des langues.Mélanges offerts au Professeur Diamé Signaté, Revue Sénégalaise de Langues et de Littérature, Nouvelle série, n° 15, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 2021, p. 305-313.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2773

Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor

Rencontre avec Sébastien Heiniger

autour de son livre Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor publié chez Classiques Garnier

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, jeudi 28 septembre de 18h à 19h30

Dans le cadre de l’exposition Senghor et les arts

Reconstruisant la vision projective que Léopold Sédar Senghor avait des avenirs possibles de l’Afrique française aux instants clés de la décolonisation, cet ouvrage propose de comprendre la poésie et la théorie de la négritude à la lumière de son projet de République fédérale française.

Sébastien Heiniger est docteur ès lettres de l’Université de Genève. Après un mémoire de master portant sur Patrick Chamoiseau, il a poursuivi ses recherches dans le domaine des littératures francophones, avant de se concentrer sur la poésie et les essais de Léopold Sédar Senghor. Ses recherches actuelles prennent pour objet la « littérature africaine » telle qu’elle a été pensée pendant la décolonisation de l’Afrique française au sein du réseau créé par Alioune Diop autour de la revue et de la maison d’édition Présence Africaine.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/details-de-levenement/e/decolonisation-federalisme-et-poesie-chez-leopold-sedar-senghor-39916

Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé

Dans le prolongement de l’exposition “Senghor et les arts. Réinventer l’universel”, le Musée du Quai Branly programme un cycle de cinéma mettant en perspective la pensée et l’action de Léopold Sédar Senghor.

Rendez-vous samedi 24 juin, de 14h à 16h, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac pour assister à la projection Léopold Sédar Senghor, un long poème rythmé en présence de la réalisatrice, Béatrice Soulé.

Dans ce beau film où s’entrechoquent images, couleurs, musiques et mots, Béatrice Soulé offre à Leopold Sedar Senghor ce qu’il a promis au Sénégal : Il est temps que nous te rendions ton visage de jeunesse. Comme un long poème rythmé par les évocations sonores de l’œuvre de Léopold Sedar Senghor, à la voix du poète qui restitue les temps forts de sa vie sur des images d’archives, s’entremêlent ses textes et ses mots lus avec grâce, naturel et vitalité par le jeune rappeur sénégalais, Amadou Barry et son groupe Positive Black Soul. Dirigée par Bernard Rapp, la collection Un siècle d’écrivains s’est donné comme objectif de faire le portrait des écrivains qui ont marqué le XXème Siècle. La série n’exclut aucun genre, courant ou culture, dans ce tour du monde des lettres internationales en 260 portraits.

Depuis 1981, Béatrice Soulé produit et réalise des documentaires musicaux. Elle crée aussi des événements télévisuels dont elle assure la production. : “le premier rêve de l’arche ” à la Défense pour le bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/cinema/details-de-levenement/e/leopold-sedar-senghor-un-long-poeme-rythme-39809

Séminaire Senghor 2023/5

17/05/2023, Salle 311, site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, et visioconférence. 15h GMT (17h Paris)

Alice Chaudemanche et Serigne Seye :

Senghor dans la création littéraire et artistique sénégalaise contemporaine

Docteure en Littérature générale et comparée et agrégée de Lettres Modernes, Alice Chaudemanche est actuellement maîtresse de conférence en langue et littérature wolof à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO). Ses recherches portent sur la création littéraire en wolof (poétique des genres ; traduction et adaptation ; pratique d’écriture plurilingue ; imaginaire des langues dans le texte littéraire ; circulation oral/écrit). Sa communication, « Ana Seŋoor ? (Où est Senghor ?) Le poète-président dans la poésie en wolof : rejet politique, rejet poétique ? » posera la question de savoir quelle est la place de Senghor dans la poésie écrite en wolof. La poésie militante des années 1970 s’est construite autour du rejet de sa politique, l’érigeant en repoussoir. Encore aujourd’hui, c’est Cheikh Anta Diop et non Senghor que célèbrent les poètes en wolof. Au rejet politique s’ajoute un apparent rejet poétique : la poésie écrite en wolof en alphabet latin ne revendique pas l’héritage du verset senghorien mais celui des woy traditionnels et de la poésie wolofal. Afin de mettre en perspective ce qui sépare la poétique du poème senghorien et celle de la poésie wolof, nous nous pencherons sur deux traductions en wolof de la première strophe du poème « Femme noire ».

Serigne Seye est enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il enseigne la littérature africaine, les exercices et les théories littéraires. Ses recherches portent essentiellement sur l’œuvre de Boubacar Boris Diop, les rapports entre littérature et musique urbaine qu’il étudie essentiellement sous les angles de l’intermédialité, des théories postcoloniales, de la génétique et de l’écopoétique. Sa communication, « Vive Senghor ! (le poète) À bas Senghor ! (le président) : réception et perception de Senghor dans quelques œuvres musicales et filmiques sénégalaises », reviendra sur les échos de la création littéraire de Senghor et de son œuvre politique dans quelques chansons et films sénégalais. Elle visera à décrire l’image contrastée que les artistes sénégalais des années 1980 à maintenant donnent du Président-poète dans leurs œuvres.

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2639