Archives par mot-clé : Arts

« D’où tu causes ? »

Discours situés et participations culturelles : quelles voix pour dépasser les discours de fracture ?

– Table ronde suivie d’un moment musical avec DJ Hipnoise aka Dynamike (en français)

organisée en collaboration avec le Pôle pour les Etudes Africaines de la faculté des Lettres de l’université de Lausanne et la Société Suisse d’Etudes Africaines

Jeudi 27 avril à 19h30, Pôle Sud

La dénonciation de la perpétuation d’un système structurel de domination envers des groupes de populations racialisées ou marginalisées, dans les sociétés occidentales, fonde différents types de discours. Les plus militants, à partir de critères intersectionnels, contestent la possibilité d’une « participation culturelle », impliquant coopération et collaboration. Cette polarisation des identités a des conséquences sociales, politiques et culturelles. De fait, elle questionne le statut de discours et d’initiatives, puisque leur légitimité s’évalue selon l’origine de leur énonciateur. « D’où tu causes ? » veut, au format d’une table ronde publique, faire entendre différents points de vue, en ciblant les liens entre Européens, Africains et Afropéens.

INVITÉ·E·S :

  • Ruedi Küng, journaliste, correspondant Afrique de la SRF
  • Anne Mayor, co-directrice de la Société suisse d’études africaines
  • Boniface Mongo Mboussa, co-directeur du Salon africain, Salon du Livre-Genève
  • Pamela Ohene-Nyako, fondatrice du site AfroLitt.com
  • Henri-Michel Yéré, poète et historien, Université de Bâle

MODÉRATION :

  • Christine Le Quellec Cottier (UNIL) et Michel Ndeze (RTS)

INFOS PRATIQUES :

Ouverture des portes et du bar à 19h

https://polesud.ch/evenement/dou-tu-causes-table-ronde/

https://rectoverso-sagw.ch/fr/agenda/detailseite/dou-tu-causes

I​maginaires afro-diasporiques dans la littérature et les arts visuels latino-américains (XXe-XXIe s.)

Le terme « négritude », qui définit le mouvement poétique et artistique qui s’articule autour des questions de race et d’identité noires, apparaît pour la première fois en 1935 dans le numéro 3 de la revue française « L’étudiant noir », plus précisément dans l’article du poète martiniquais Aimé Césaire intitulé « Conscience raciale et révolution sociale ». Par la suite, le terme apparaît également dans le poème fondamental du même poète intitulé Cahier d’un retour au pays natal, publié en 1939 à Paris, dans le numéro 20 de la revue « Volontés ». Rédigé dans un style libre, le poème condense, avec la cristallisation du terme « négritude », les manifestations diverses apparues dans des contextes variés, telles que celles issues du Harlem Renaissance aux États-Unis dans les années 1920, celles provenant de la littérature haïtienne Indigéniste et le négrisme cubain de Nicolas Guillén dans les années 30. Il faudrait aussi remarquer les écrits des sœurs martiniquaises Jeanne Nardal et Paulette Nardal, précurseurs de ce mouvement, notamment dans leurs essais publiés dans des revues comme La « dépêche Africaine » et « Le monde Noir », à la fin des années 1920 et au début des années 1930. L’avènement du terme a constitué une étape importante dans la prise de conscience de la condition de l’homme noir à travers la littérature et la culture de façon générale. Ainsi, il réunit les préoccupations et les problèmes présents chez plusieurs auteurs noirs, comme, par exemple, ceux que l’on retrouve dans les écrits des Haïtiens Jean Price-Mars (1876 – 1969) et Jacques Roumain (1907 -1944), chez les Américains Martin Robison Delany (1812 – 1885), “WEB.” Du Bois (1868 —1963) et James Mercer Langston Hughes (1902 – 1967), chez les Jamaïcains Claude McKay (1889 – 1948) et Marcus Garvey (1887-1940), chez le Cubain Nicolás Guillén (1902) – 1989), au Français Léon Damas (1912 –1978), au Sénégalais Léopold Sédar Senghor (1906 –2001), en plus d’Aimé Césaire lui-même (1913 – 2008). Continuer la lecture de I​maginaires afro-diasporiques dans la littérature et les arts visuels latino-américains (XXe-XXIe s.)

« L’Atlantique noir » du texte à la scène

« L’Atlantique noir » du texte à la scène

Modalités de représentation et mises en récit de l’histoire afro-caribéenne dans les arts du spectacle vivant contemporains d’expression française

Rencontres scientifiques

1er et 2 Décembre 2022

À l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Site St Charles – salle des colloques n°1

Organisé par Axel Arthéron (Univ. des Antilles) et Pénélope Dechaufour (RiRRa 21)

Consulter le programme détaillé

L’art est mon arme

Parution en librairie du dossier L’art est mon arme, en majeure de multitudes. Revue politique, artistique, philosophique, coordonné par Elara Bertho, Armelle Gaulier et Maëline Le Lay.

L’art engagé est devenu une posture. Pourtant, loin d’être désuète, la catégorie d’art engagé est de plus en plus mobilisée par les slameurs, les rappeurs, les écrivains ou encore les danseurs au Congo, au Niger, en Palestine entre autres exemples. Tandis que la parole politique souffre d’une crise de légitimité, l’art devient espace de fabrication de la citoyenneté, à bas bruit. Nouvel espace de rénovation démocratique, l’art engagé peut être une posture maniée par les artistes de manière stratégique mais dont les effets pragmatiques en termes de réception sont bien réels.

Consulter le sommaire et les articles : https://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/87-multitudes-87-ete-2022/ 

Ce dossier contient des articles sur des artistes d’Algérie, du Cameroun, du Niger, de RD Congo (entre autres). Il est également disponible sur la plateforme Cairn: https://www.cairn.info/revue-multitudes-2022-2.htm

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Ouvrage publié avec le soutien de l’université de Lausanne, du Département fédéral des affaires étrangères, de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, de la Société suisse d’études africaines et de la Société académique vaudoise
 

Directrices d’ouvrage : Valérie Cossy, Christine Le Quellec Cottier

Organisé en quatre parties consacrées à autant de formes de pouvoir déclinées au féminin, ce volume réunit trente chercheurs internationaux et écrivaines afin d’interroger les représentations de voix féminines subsahariennes et diasporiques à travers la littérature, les arts visuels et l’histoire.

539 p.
Parution le 18/05/2022.
Classiques Garnier, coll. Rencontres, série Francophonies, n° 2

Mots-clés: Afrique subsaharienne, francophonie, femmes, féminismes, littérature, arts, histoire, diaspora, intermédialité

URL de référence : https://classiques-garnier.com/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir.html

Présentation augmentée sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir-valerie-cossy_108223.php

De la Chinafrique. ELA 52 (2021)

Dossier : De la Chinafrique

Textes réunis par Ninon Chavoz, Pierre Leroux et Florence Paravy

  • Introduction (Ninon Chavoz)
  • Qui a peur de la Chinafrique ? « The Road Workers of Chalbi » de Dalle Abraham et « The Sale » de Tendai Huchu (Mingqing Yuan et Ninon Chavoz)
  • Sortir de la névrose coloniale avec Khadi Hane, Koffi Kwahulé et des figures de serial killers (Abdoulaye Imorou)
  • L’acrobatie ténébreuse de Confucius : lectures « intégrées » de Dai Sijie et de Paul Kawczak (Ninon Chavoz)
  • Fantasmagories : Henri Lopes et la Chine (Céline Gahungu)
  • « An eternal sea unites our people » : la Chinafrique par l’océan dans The Dragonfly Sea d’Yvonne Adhiambo Owuor (Aurélie Journo)
  • Héritages africains du « petit dragon » : réappropriations et réinterprétations du cinéma d’action hongkongais (Pierre Leroux)
  • De la matière et des trous : l’envers du décor de la coopération sino-congolaise contemporaine (Alice Desquilbet)

À propos de…

L’art contemporain africain : derniers inventaires

  • Huit trucs pour ne pas définir l’art contemporain africain : à partir de l’anthologie de textes rassemblés par Cédric Vincent (Ninon Chavoz)
  • Revue noire rediviva : à partir de l’anthologie Histoire, histoires (Anthony Mangeon)
  • Déambuler dans une « ville performance » : à partir du catalogue Kinshasa chroniques (Alice Desquilbet et Nicolas Martin-Granel)

Varias

  • À propos de l’intertexte biblique dans L’Œil le plus bleu de Toni Morrison et Les Aubes écarlates de Léonora Miano (Céline Élisa Ngo Mode)
  • Écriture grotesque et ambivalence de l’imaginaire de la crise dans Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez de Sony Labou Tansi et Za de Raharimanana (Marion Ott)
  • Les voix spectrales de Toussaint Louverture : pour une relecture de l’histoire dans les romans de Fabienne Pasquet et de Jean-Claude Fignolé (Léa Dumetier)

Comptes rendus

ELA_52_1-3

 

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
11-12-13 mai 2022

[calendrier modifié]

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 15 décembre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage