Archives par mot-clé : Atelier

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Kosmos-Workshop

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Humboldt University, Berlin, October 8-12, 2018

In the past decades, African literary and cultural productions have predominantly explored the notions of duality, binarity, hybridity, alterity, in varied dimensions; centre-periphery, colonised-coloniser, orality–written literature etc., triggered by historical landmarks like slavery, colonialism, postcolonialism, and migration. Cultural productions and theoretical debates have, validly, not only echoed the complexities of these times with regards to ethnicity, class, gender, but have also critiqued the repercussions of these indelible historical moments and movements on language, culture, identity, local and diaspora communities, and individual/collective memory. However, much of the work that has been done, so far, still puts African literatures and cultural productions in regional and linguistic boxes. There is an evident lack in comparative research that would open up new critical horizons from the perspective of cross-language, cross-regional and cross-theoretical studies. Therefore, this workshop aims to move beyond the trend of comparing African literatures within the realms of just one language (Francophone, Lusophone, Anglophone, Arabic and the diverse Afriphone literatures) to inspire a comparative scholarship of African literatures that cuts across all languages and regions of the continent, including the traditional, yet artificial ‘boundary’ of the Sahara.  There is an urgent need to put different schools of thinking and paradigms of literary theory into dialogue in order to advance African literary and cultural studies. The major aim of the workshop is, therefore, to cross over language barriers, regional settings, disciplines and theories.

We invite scholars and PhD students from our African partner universities in Kenya, Nigeria, Senegal, South Africa, Tanzania and Togo as well as colleagues/PhD students based in Berlin to take up the challenge and contribute reflections on cultural production in more than one language, on hermeneutic dualities and multiplicities in African literatures, theatre, cinema and performance arts. A critical assessment of ideological, theoretical, aesthetic, thematic and linguistic models that invoke categories of difference, but also similarities, should be highlighted in ways that they could possibly be put in conversation with one another and critically evaluated across genres and disciplines.

The workhop is sponsored by HU-Berlin’s Kosmos programme and with further support by IAAW and KSBF. Speakers include guests from the universities of Nairobi, Ibadan, Stellenbosch, Lomé, Hannover, Mainz and FU Berlin.

URL de référence : https://www.iaaw.hu-berlin.de/de/region/afrika/afrika/literatur/mitarbeiter/prof-dr-susanne-gehrmann/test/crossings-and-comparisons-in-african-and-cultural-studies

Continuer la lecture de Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Fictions du futur, L’Afrique au futur

Séminaire « Fictions du futur, L’Afrique au futur »

CERIEL, Université de Strasbourg

Atelier animé par Anthony Mangeon et Ninon Chavoz

 

Jeudi 18 janvier 2018, 18h, Portique 412

Premier temps : présentation du projet de recherche mené par Anthony Mangeon au sein de l’USIAS (Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg), 2017-2019

Les croissances démographiques et économiques de nombreux pays africains sont aujourd’hui spectaculaires, dans un continent qui abritera bientôt un quart de la population active mondiale. La question des “futurs africains” est par conséquent un enjeu majeur, sur les plans géopolitiques et économiques, et qui est discuté en tant que tel par une très grande variété de discours. Économistes, historiens, philosophes, romanciers et artistes ont ainsi développé des manières innovantes d’imaginer, mettre en scène et raconter les futurs de l’Afrique, qui donnent lieu à autant d’utopies que de dystopies, selon qu’on privilégie un point de vue afro-optimiste ou afro-pessimiste.
Ces différents discours partagent souvent des images, des figures de pensée, des modalités narratives ou argumentatives qu’une analyse rhétorique ou narratologique peut mettre au jour pour dévoiler leurs communes hypothèses et manières de penser ou d’imaginer. Ce projet de recherche vise donc à explorer les nombreux chevauchements entre économie et littérature, prospective et fiction, histoire contrefactuelle et narration romanesque sur la question des futurs de l’Afrique.

Liens :

  • Lionel Zinsou, “Une vision optimiste de l’Afrique”, conférence à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 28 avril 2010
  • Alioune Sall, « Quels futurs possibles pour l’Afrique au Sud du Sahara ? »

Eventuellement :

  • Pumzi de Wanuri Kahiu (2009)
  • Sylvestre Amoussou, Africa Paradis (2007)

Second temps : présentation par Ninon Chavoz : « L’homme au casque de verre : perspectives de l’afronaute »

Qu’est-ce qu’un afronaute ? Le néologisme ne manquera pas d’évoquer le souvenir de nomenclatures déjà connues – astronautes, cosmonautes, spationautes, taïkonautes, partis successivement à la conquête de l’espace. L’afronaute, conçu comme un voyageur spatial africain et noir, demeure quant à lui une fiction, aussi irréalisée aujourd’hui que dans les années 1960, à l’époque où Edward Makuka Nkoloso entendait envoyer sur Mars une équipe d’afronautes zambiens. Circulant de textes en peintures, de photographies en films et en clips publicitaires, l’afronaute n’en présente pas moins une forme d’ubiquité qui fait de lui un figurant récurrent dans les représentations afrofuturistes contemporaines : à ce titre, il inspire des créateurs issus du continent africain aussi bien que des artistes européens comme la photographe espagnole Cristina de Middel. Porté par une mode qui va en se densifiant depuis les années 2000, l’afronaute oscille dès lors entre le simple motif, fondé sur un jeu de contraste entre primitivisme et technologie, et l’accession au rôle de figure historique, artistique et littéraire.

Liens :

  • « Judgment Day! » de Joe Orlando et Al Feldstein, « Weird Fantasy », EC Comics, 1953
  • L’afronaute historique, Edward Makuka Nkoloso
  • Le film de Cristina de Middel, The Afronauts

Eventuellement :

  • Vabvakure de Gerald Machon

Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg, et directeur de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires ».

Ninon Chavoz est ancienne élève de l’école normale supérieure ; agrégée de lettres modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Sa thèse, sous la direction du professeur Xavier Garnier, porte sur La Tentation encyclopédique dans les littératures francophones africaines : des documentations coloniales au glossaire contemporain

La Formule Ricard

« La Formule Ricard. Hommage à Alain Ricard (1945-2016) »

Cette rencontre internationale, ouverte à tou-te-s, se tiendra du mercredi 21 juin au jeudi 22 juin dans l’amphithéâtre de la Maison des Suds de Pessac (Université de Bordeaux).

Suite à la disparition, en août 2016, d’Alain Ricard, l’une des figures majeures de la recherche mondiale sur les littératures de l’Afrique, ses collègues du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde) et de l’APELA (Association pour l’Etude des Littératures A f r i c a i n e s ) entendent rendre hommage à son oeuvre et à sa personne au cours d’un colloque qui se tiendra à la Maison des Suds (CNRS/LAM) de Pessac les 21 et 22 juin 2017.

Programme : programme ricard v5 BD-1

URL de référence : http://lam.sciencespobordeaux.fr

Atelier de création littéraire avec In-Koli Jean Bofane: Au-delà de l’introspection

L’atelier de création littéraire se tiendra dans les locaux du Séminaire d’Etudes françaises, université de Bâle (Suisse), Maiengasse 51, de 9 à 16h, les 1er et 5 octobre 2016, salle 005 (rez-de-chaussée)

L’atelier de création littéraire est dirigé par le romancier congolais In-Koli Jean Bofane, auteur de Congo Inc., Le Testament de Bismarck et de Mathématiques congolaises. Ses ouvrages ont été couronnés de nombreux prix dont le Prix des 5 Continents de la Francophonie, le Grand Prix Littéraire d’Afrique noire, le Grand Prix du roman Métis, le Prix Transfuge.

Le kasala est un mécanisme traditionnel du Congo, imaginé pour rétablir l’équilibre entre la collectivité et l’individu en passant par la louange et l’autoglorification. L’autolouange se caractérise par l’audace de dire « je, je suis, moi… » ; elle est une expression du désir de gloire et d’immortalité, des désirs universels et nécessaires. Le kasala est un récit qui se focalise sur la biographie ou un fragment de biographie mais où une dimension romanesque y est ajoutée. Le héros d’aujourd’hui ne lutte plus contre des guerriers, des monstres ou contre des êtres surnaturels, il est confronté à l’indifférence, à la stigmatisation, au fatalisme, bref il a à lutter contre le mal-être et la difficulté d’occuper sa réelle place. À travers le kasala, ce personnage s’efforcera d’acquérir la connaissance, la reconnaissance, la libération, afin de reconquérir cette place légitime parmi les humains.
Si l’écriture permet de se mouvoir dans des univers qui peuvent nous être étrangers, la vision du kasala permet à travers un atelier de création littéraire de se mouvoir à travers soi ou à travers un personnage en examinant la mémoire ou des projections du futurs pour, peut-être, comprendre les sentiments qui nous animent et rechercher l’équilibre car l’équilibre est la condition essentielle pour que le récit puisse tenir debout.
Pour pouvoir rédiger un texte littéraire, le participant – après un débat sur un thème choisi – devra parvenir à explorer un univers singulier en passant par ses propres émotions. De là, l’élaboration d’un scénario sera possible. Pour enfin arriver à la rédaction du texte, le participant sera dirigé à chaque étape de ce processus d’écriture.

Prix : 300.- CHF (Etudiants : 200.- CHF)

Nombre de participants : entre 6 et 10 participants

Inscription : jusqu’au 25 septembre auprès de arteskript-at-gmail.com

URL de référence : https://franz.unibas.ch/aktuelles/newseintrag/article/4424/atelier-decriture-avec-lecrivain-in-koli-jean-bofane-au-dela-de-lintrospection-1/

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/

Lectures : fêlures et réparations en Afrique

Atelier Lectures : fêlures et réparations

Prochaine séance (4) le vendredi 18 mars 2016, 9h-12h30

Université Toulouse Jean Jaurès, Nouvelle Maison de la Recherche, salle E111

  • Maëline LE LAY (LAM-CNRS, Bordeaux) : Les pratiques d’écriture créative et de lecture oralisée dans l’Afrique des Grands Lacs : « une tentative de réparation envers les morts à l’usage des vivants » ?
  • Sabrina MEDOUDA (LLA-Créatis, Toulouse) : Quand lire panse, ou la mise en abyme du lecteur dans la littérature féminine ivoirienne

Résumés des communications et présentations des chercheures dans le programme joint : Programme_séance4_LEFERE_diffusion

La présentation de cette séance est disponible sur cette page du carnet de MemoCris. Le programme complet de l’atelier peut être consulté sous ce lien.

LEFERE est l’un des ateliers du séminaire MemoCris (Mémoires dominées et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques). LEFERE est porté par

  • Anne Coignard (ERRaPHiS),
  • Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis),
  • Catherine Mazauric (CIELAM et LLA-Créatis),
  • Létitia Mouze (ERRaPHiS).