Archives par mot-clé : Auteur

Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain

Parution du n° 91 de la revue Présence Francophone

Le dossier dirigé par Kodjo Attikpoé et Josias Semujanga porte sur « Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain ».

Pour accéder au sommaire : http://college.holycross.edu/departments/mll/pf/somm91.htm

PF 91 page couv

AAC : Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Les Laboratoires 

  • d’Etudes et de Recherches sur l’Interculturel. LERIC. URAC 57 (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida),
  • Langues, Littératures, Arts et Cultures. LLAC. (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Mohammed V de Rabat),
  • Didactique, Littérature, Langage, Arts et Tice. DiLiLarTice (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Ibn Toufaïl de Kénitra)
  • l’Ecole de Gouvernance et d’Economie. EGE (Université Polytechnique Mohammaed VI )

organisent les 12, 13, 14 et 15 mars 2019 un colloque international sous le thème:

 Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Par ce colloque, les organisateurs veulent rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition.

Parce qu’il est né le jour de l’aïd-el-kébir, Khatibi se prénomme Abdelkébir. Entre la fête du sacrifice – ou la Grande Fête – et le sens qu’évoque son patronyme, il n’y pas de lien visible. C’est dans l’invisible, l’implicite ou la nécessité de la réinvention de soi que le jeune auteur flaire le lien. Il vouera toute sa vie à traquer le mystère dont il porte le sceau : un quêteur de signes qui, à son tour, laissera des empreintes de son passage, un penseur à la recherche d’une connexion avec le monde pour en saisir les sens, les significations et l’épaisseur anthropologique.
L’écriture plurale de Khatibi déroute, dérange, interpelle du fait qu’elle se situe entre « recherche sociale et création littéraire ». On l’a qualifiée de « giratoire », de « volatile », d’« oblique »… car elle est travaillée en profondeur par une quête continuelle et un infatigable questionnement. Elle est à la fois exigence, ascèse et jouissance. En effet, écrire pour le penseur de l’aimance, c’est vivre l’expérience de l’écart et du décentrement, c’est être dans le risque du langage, de l’inconnu des formes à faire advenir, de l’ailleurs de la pensée. Qu’il soit poétique, narratif ou essayistique, le geste scriptural de Khatibi investit en permanence l’interstice de l’intellect et de l’affect. Le lire aujourd’hui, suppose un cheminement intellectuel similaire au sien. Cela implique la mise en tension des modes et des codes, la poursuite des traces et des empreintes pour lier ensemble ce que les systèmes et les idéologies séparent, catégorisent et figent. L’auteur fait rencontrer ce qui, sans le travail de l’aimance ne peut jamais être uni. « L’étranger professionnel » qu’il est, effrite les identités figées, et dans un mouvement d’empathie crée de nouveaux liens.
Interroger Khatibi à partir de son écriture, de ses lieux de langage, de son imaginaire, c’est tenter d’appréhender les « forces de vie » qui l’animent. Approcher cet univers d’« images », de « signes », de « traces », de « lettres », et de « marques », c’est tenter de mettre en lumière ce qui les unit souterrainement et s’aventurer à re-découvrir le  cheminement de la pensée, de l’émotion et du dire d’un auteur polygraphe.
L’empreinte laisse entendre une présence qui fut et qui n’est probablement plus. Ce qui reste du passage d’un être après son départ. C’est le signe d’un manque et la marque d’une absence. Mais cette marque est aussi comme une griffe qui fonde certains parcours. C’est cette double figure qu’il faut retrouver aujourd’hui, réexaminer, éclairer de nouveau comme héritage silencieux, héritage sans testament.

Par ce colloque, nous voulons rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition. Les spécialistes et les jeunes chercheurs qui s’intéressent à son œuvre sont invités à présenter des interventions dans les champs – non limitatifs – suivants :

  1. Champs esthétiques : production et réception (arts; critique, littérature, …)
  2. Pluralité des voix (langues; spiritualité, …)
  3. Mutations et hybridité (société; corps; identité, …)
Les propositions de communication feront l’objet d’un résumé de 500 mots maximum permettant d’apprécier la problématique de la recherche et ses modalités de mise en œuvre, et seront accompagnées d’une bibliographie succincte. Elles seront soumises au comité scientifique qui se prononcera sur la pertinence et la rigueur scientifique des propositions de communication. à envoyer sur : Adresse du colloque https://kha2019.sciencesconf.org
  • Date limite de soumission des propositions de communication : 15 novembre 2018
  • Avis d’acceptation : 30 novembre 2018
  • Date limite de soumission des textes définitifs : 17 février 2019
  • Colloque : 12, 13, 14 et 15 mars  2019

URL de référence : https://kha2019.sciencesconf.org/

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Études rassemblées par Pierre Soubias, Catherine Mazauric, Marie-José Fourtanier, Guy Larroux et Delphine Rumeau

Presses Universitaires de Bordeaux, collection « Littératures des Afriques », #3, 2017.

 

  • ISBN : 979-10-300-0220-1
  • Nombre de pages : 376
  • Format : 16 x 24
  • Prix : 25€
  • Sortie nationale : 2018/01

L’œuvre de Patrick Chamoiseau, « auteur-carrefour » majeur au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, appelait un point substantiel sur la recherche qui lui est aujourd’hui consacrée. Vingt chercheurs d’Europe, d’Afrique et des Amériques montrent comment une œuvre multiforme et volontiers réflexive déploie une vision du « Tout-Monde » au-delà de la représentation de l’espace antillais. Ils font le pari d’analyser la production d’un « raconteur » de grande envergure à partir d’approches multiples et conjuguées relevant de la narratologie, de l’esthétique et de la poétique des genres, en y associant pour la première fois des lectures écocritique et écopoétique. Une nouvelle inédite de Patrick Chamoiseau, L’ultime sourire de l’Antillaise, ouvre le volume.

Pierre Soubias est Maître de conférences en Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Catherine Mazauric est Professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice du CIELAM à Aix-Marseille Université.
Marie-José Fourtanier est Professeure émérite de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Guy Larroux est Professeur de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Delphine Rumeau est Maître de conférences en Littératures comparées, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

Avec des contributions de : Noémie Auzas, Maria Celeste Biorda, Joscelin Bollut, Dominique Chancé, Jean-Louis Cornille, Corina Crainic, Hannes De Vriese, Aurélie Dinh Van, Marie-José Fourtanier, Lise Gauvin, Louise Hardwick, Samia Kassab-Charfi, Evelyne Lloze, Maeve Mc Cusker, Lorna Milne, Lydie Moudileno, Béatrice Nguessan Larroux, Oana Panaïté, Pierre Soubias, Anaïs Stampfli, Tomasz Swoboda.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/patrick-chamoiseau-et-la-mer-des-recits-4642.html

AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Colloque international de Toamasina
Université de Lorraine (Metz) & Université de Toamasina (Madagascar)
6 et 7 septembre 2018
Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Calendrier :
– Juin 2017 : lancement de l’appel à communications
– 31 octobre 2017 : Fin de la réception des propositions
– 1er décembre 2017 : Avis aux participants

Chaque communauté, nationale en particulier, se constitue à partir d’une mémoire partagée (Renan, Thiesse) constituée par diverses instances, institutionnelles (histoire officielle) ou non (la tradition et ses réécritures), et parfois par les acteurs invividuels eux-mêmes (entretiens, mémoires, littérature). Cette construction mémorielle, qui peut prendre la forme d’une « fabrication des héros », peut varier au fil du temps et des lieux, en fonction du climat politique, ou encore de la réception ou non des œuvres.
Le colloque international de Toamasina se propose d’examiner ces processus à propos du cas de Jacques Rabemananjara (1913-2005), natif de cette région de la Côte Est de Madagascar, qui fut à partir de 1945 député, puis, après l’indépendance, ministre et maire de la ville. Cette carrière politique fut menée en parallèle avec un engagement poétique.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

Devenir écrivain – Appel à contribution

Revue Continents Manuscrits n°10, mars 2018.

Continents Manuscrits est une revue semestrielle dont la vocation est de publier les travaux de recherche portant sur les manuscrits littéraires des Suds (Afrique, Caraïbe et diasporas africaines et caribéennes dans le monde, dans une perspective francophone et multilingue) et de faire le point sur l’actualité de ces recherches en France et à l’étranger.
Largement ouverte à la recherche internationale, aux doctorants et jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés, la revue accueille les travaux en langue française, anglaise et espagnole, après avis en “double aveugle” d’un comité scientifique constitué d’experts internationaux.
https://coma.revues.org/

Argumentaire

Dans le champ des études francophones, si essais, thèses et articles consacrent parfois quelques pages aux premiers pas littéraires des écrivains, il n’existe aucune recherche systématique sur leur entrée en littérature. Ce numéro de Continents Manuscrits a l’ambition de s’intéresser aux écrivains en devenir qui cheminent entre vocation et apprentissage, aspirations artistiques et contraintes du métier.

Les brouillons sont le lieu d’une formation : l’apprenti y invente son style, fabrique intrigues et personnages, opère des choix, bifurque et crée sa poétique. Un univers littéraire naît et se transforme, manifestant la lucidité de l’écrivain en mesure de distinguer ses réussites de ses échecs. Ce dossier s’ouvrira à d’autres approches théoriques que la génétique, notamment celles fondées sur le concept de scénographie (José-Luis Diaz). Le devenir‑écrivain ne se mesure pas uniquement à l’aune des balbutiements de la création littéraire ; il est perceptible dans l’« écrivain imaginaire » (José‑Luis Diaz 2007 : 18) dont la silhouette se dessine peu à peu dans les écrits. Cette double genèse de soi et de l’œuvre transparaît dans les brouillons eux‑mêmes : les signatures, « rêve[s] graphique[s] de l’écrivain en devenir » (Yvan Leclerc 2002 : 10), les pseudonymes et les préfaces matérialisent une intense autoréflexivité et sont les coulisses où se compose le personnage d’écrivain. La correspondance joue aussi un rôle important ; les lettres, qui évoquent pêle‑mêle projets, ambitions et naufrages, sont un miroir où l’épistolier se contemple en train d’écrire, commente sa pratique et prend la pose.

La gestation de l’écrivain et de son œuvre est au carrefour de multiples débats, raison pour laquelle notre numéro s’ouvrira également à des démarches attentives aux problématiques linguistiques et institutionnelles. L’analyse des processus sous-jacents à la création peut révéler un rapport complexe aux normes linguistiques « représentée[s] par Paris » (Georges‑André Vachon 1968 : 118). De même, l’écriture et les représentations de l’activité scripturaire sont susceptibles de se modifier dès lors qu’un nouvel acteur entre en jeu : l’éditeur, véritable « coproducteur » du texte (Jean-Pierre Orban 2015 : 27). Cette réalité de la professionnalisation s’impose à tous les écrivains, mais prend une nouvelle dimension lorsqu’il s’agit de novices inscrits dans les rapports centre/périphérie. Au fil des réécritures, des ajouts et des suppressions, les textes témoignent de cette réalité et de la nécessité, dans certains cas, de penser une « stratégie d’émergence » (Pierre Halen, 2001).

Continuer la lecture de AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits