Archives par mot-clé : B. B. Diop

Formes de réflexivité sénégalaises

Littératures, voix et écritures

Journée d’étude – Montpellier, 19 mars 2024

Programme

9h Accueil

9h15 Présentation par Lambert Barthélémy et Steen Bille Jörgensen

9h30 Hans-Jürgen Lüsebrink (Saarbrücken) : Puissance des rumeurs, présence des médias, résistance de l’écrit et de l’imprimé – sur les rapports entre oralité et écriture dans l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr (De purs hommes, La plus secrète mémoire des hommes)

10 h15 Simon Hartling (Copenhague) : Africanité et francité – de Senghor à Fatou Diome

 11h Pause café

11h15 Nafissatou Dia Diouf (Paris) : Lecture/Intervention et questions du public

12 h Pause

14h Serigne Seye (UCAD Dakar) : Doomi Golo et Les Petits de la guenon de Boubacar Boris Diop : comment traduire et mettre en voix le métadiscours

14h45 Steen Bille Jørgensen (Aarhus) : Des espaces écrits et des voies insoupçonnées – La voix de Ken Bugul et les procédés d’écriture dans Rue Félix-Faure

15h30 Pause

15h45 Pape Samba Kane : Lecture/Intervention

16h30 Débat de clôture

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Susanne Gehrmann, Pepetual Mforbe Chiangong (eds.)

WVT, Trier, LuKA 15, 2022, 272 p.
ISBN 978-3-86821-934-0 € 35,00

This book constructs a platform for the critical exploration of Africa literatures written in a variety of African and European languages and goes beyond the mainstream in African literary and cultural studies by engaging multiple hermeneutic approaches to narratives, performance, and visual arts.
Putting emphasis on comparing cultural productions in at least two linguistic expressions, the book foregrounds the analytical strategies employed by the contributors to delve into the epistemologies of African social, cultural and political life, as critical assessments of the novel, short stories, music, drama, film, poetry, social media, festivals, and academic institutions become paramount. The contributions underscore the necessity to respond to trends and transformations that African literary genres and media have seen across time and space with interest in how these changes have been enriched by the different languages of expression.
Going beyond regional and linguistic boxes, in which African literatures, music, and film have often been encapsulated, the chapters in this book present a critical assessment of the ideological, aesthetic, thematic, and linguistic models that illustrate similarities, but also differences, that can be made visible through comparative approaches, and which underscore the innovative potential to put African narratives, lyrics, and discourses conveyed in more than one language in conversation with one another.

Contributions de Abdalla Uba Adamu, Anne M. Carovani, Gbandé Daré, Bernadette Desorbay, Susanne Gehrmann, Cullen Goldblatt, Ricarda de Haas, Miriam Maranga-Musonye, Pepetual Mforbe Chiangong, Oladipupo Oyeleye, Charlott Schönwetter, Isabel Schröder, Clarissa Vierke et Lucia Weiß.

Site de l’éditeur.

9783868219340_i.

U_LUKA_15.

Parution : l’œuvre de Boubacar Boris Diop

Revue Études françaises vol. 55, n°3

Presses de l’Université de Montréal, 2019.

Dossier coordonné par Josias Semujanga. Avec les contributions de Christian Uwe (Univ. du Minnesota), Josias Semujanga (Univ. de Montréal), Mbaye Diouf (Univ. McGill), Christiane Ndiaye (Univ. de Montréal), Cheikh Diop (Univ. de Ziguinchor) et Liana Nissim (Univ. de Milan).

Cette livraison d’Études françaises rend hommage à l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop, qui a reçu en 2000 le Grand prix littéraire d’Afrique noire, et trace de nouvelles voies critiques pour son œuvre dont le premier roman, Le temps de Tamango, a paru en 1981. Les études réunies dans ce dossier analysent l’œuvre de Boubacar Boris Diop à partir de deux perspectives. Certains articles privilégient les rapports entre les romans et l’histoire de l’Afrique contemporaine – la colonisation, les indépendances, la période d’après la Guerre froide –, tandis que d’autres insistent davantage sur les formes artistiques et littéraires des récits. Ainsi des fonctions de la métalepse dans la plupart des romans de Diop dont plusieurs narrateurs, tout en racontant des anecdotes sur le monde, évoquent l’activité de l’écrivain en train d’écrire. Un tel choix renvoie-t-il à l’anxiété de l’auteur quant au statut de l’écrivain africain dans sa société de référence, en proie aux doutes existentiels depuis le désenchantement des indépendances ? Est-ce pour cela que Boubacar Boris Diop décide, au tournant de l’an 2000, d’écrire aussi bien en français qu’en wolof, sa langue maternelle, pour élargir son lectorat ? À ces questions tentent de répondre les collaborateurs de ce numéro qui constitue un apport majeur non seulement à la compréhension de l’œuvre de Diop, mais également aux nouvelles pistes de la critique : celle de la poétique de l’auto-traduction et celle de l’œuvre bilingue dans les littératures francophones, et tout particulièrement celle d’Afrique.

Présentation du dossier par Josias Semujanga

Pour se procurer la revue, écrire par courriel à revue@etfra.umontreal.ca.

URL de référence : http://revue-etudesfrancaises.umontreal.ca/ligne-texte-de-presentation-volume-55-no-3-loeuvre-de-boris-diop/

Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018)

Qui a peur de la littérature wolof ?

Textes réunis par Rémi Tchokothe

Ce dossier met en avant la production croissante de Boubacar Boris Diop en wolof et son rôle de promoteur de « la langue maternelle », longtemps symboliquement étouffée par ce qu’il appelle « la langue de cérémonie, langue du dimanche ». Les réflexions des chercheurs basés au Sénégal, en France et aux États-Unis montrent que le wolof, qui s’enrichit de la traduction d’œuvres désormais classiques comme Une saison au Congo et Une si longue lettre, peut aussi être le matériau dans lequel s’écrivent des textes postmodernes. En associant les fonctions de traducteur, de médiateur et d’auteur, Boris Diop réalise, en amont, un travail patient sur la langue et, en aval, constitue un corpus littéraire. Ce faisant, il lance un défi aux chercheurs qui doutent de la capacité des littératures en langues africaines à se développer sur le marché de la reconnaissance internationale.


**

  • Présentation (Rémi Armand Tchokothe)
  • Introduction à l’œuvre littéraire de B. B. Diop : du français au wolof (Papa Samba Diop)
  • Bàmmeelu Kocc Barma de B.B. Diop ou comment écrire un roman postmoderne en wolof  (Serigne Seye)
  • Peut-on se baigner deux fois dans le même fleuve ? À propos de l’auto-traduction de Doomi golo par B.B. Diop (Ousmane Ngom)
  • Une saison en wolof (Alice Chaudemanche)
  • B. B. Diop et ses publics, entre français et wolof, ancrage local et internationalisation de l’œuvre (Nathalie Carré)
  • « Mettre sa langue à la première place ! » : entretien de B. B. Diop
    avec Fatoumata Seck
  • « L’Histoire est un éternel recommencement et presque toujours pour le pire » : entretien de B. B. Diop avec Rémi Armand Tchokothe

À propos de
Lilyan Kesteloot

À propos de
La Fabrique des classiques africains de Claire Ducournau

Varias

Antigone sous les soleils d’Afrique : trois exemples d’adaptation
(Donato Lacirignola)
« Rira bien, tu riras le damné » : jeu de mots et enjeu des mots dans Za de Raharimanana (Guillaume Sofo)

Comptes rendus

ELA_46_ couverture

Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain

Parution du n° 91 de la revue Présence Francophone

Le dossier dirigé par Kodjo Attikpoé et Josias Semujanga porte sur « Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain ».

Pour accéder au sommaire : http://college.holycross.edu/departments/mll/pf/somm91.htm

PF 91 page couv

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/