Archives par mot-clé : Bessora

AAC: Bessora : « auteur lunatique à géographie variable » ?

Modalités de soumission

Les propositions de contribution, sous forme d’un résumé et d’une brève notice biobibliographique de 300 mots au maximum, sont attendues  à l’adresse bessoracontributions@gmail.com

au plus tard le 30 mars 2024.

Les réponses seront données au plus tard le 15 avril 2024. Les textes définitifs sont attendus pour le 30 juin. La publication du volume est prévue pour l’année 2025 dans la revue Convergences Francophones (revue recensée dans le DOAJ et le CNU).

Coordinatrices du dossier

  • Stevellia Moussavou Nyama, Aix-Marseille Université
  • Fabiola Obame, Université Omar Bongo, Libreville

Résumé

Quand on pense aux autrices africaines d’expression française, le nom de Bessora n’est jamais bien loin. Née sous le nom de Nguema Nan Sandrine Bessora en 1968 d’un père gabonais et d’une mère suisse, une double ascendance — qu’elle revendique d’ailleurs elle-même — fait qu’on la classe parmi les auteur∙trice∙s métis∙ses. Bessora, qui se définit comme un « auteur lunatique à géographie variable » sur son blog, a grandi entre le Gabon et la Suisse, puis suivi une partie de ses études en France et aux États-Unis. Son parcours que nous qualifierons d’éclectique porte les marques de cette circulation eu égard à la diversité de ses œuvres. Ce dossier de Convergences francophones vise à rendre hommage à l’autrice en réfléchissant aux préoccupations éthiques et esthétiques présentes dans son écriture.

Appel à contribution Bessora_VF-pdf

Argumentaire

Quand on pense aux autrices africaines d’expression française, le nom de Bessora n’est jamais bien loin. Née sous le nom de Nguema Nan Sandrine Bessora en 1968 d’un père gabonais et d’une mère suisse, une double ascendance — qu’elle revendique d’ailleurs elle-même — fait qu’on la classe parmi les auteur∙trice∙s métis∙ses. Bessora, qui se définit comme un « auteur lunatique à géographie variable » sur son blog, a grandi entre le Gabon et la Suisse, puis suivi une partie de ses études en France et aux États-Unis. Son parcours que nous qualifierons d’éclectique porte les marques de cette circulation eu égard à la diversité de ses œuvres. Elle a principalement publié dans des maisons d’éditions européennes, notamment chez Le Serpent à Plumes, Gallimard ou plus récemment chez J-C Lattès pour ne citer que celles-là. Elle est marquée par une hétérogénéité et un multiculturalisme que l’on retrouve dans ses œuvres. C’est le cas de ses personnages, à l’exemple de Johann (La dynastie des boiteux. Zoomania) ; de Zara (53cm) ; ou de Yéno et Waura (Deux bébés et l’addition…) qui se présentent comme des êtres insaisissables aux identités complexes. La thématique du dédoublement et du traumatisme se retrouve ainsi insérée dans des récits de filiation enchevêtrée dans lesquels des personnages, psychologiquement torturés, se refusent à tout déterminisme et semblent être en quête de leurs histoires personnelles.
Mais Bessora est aussi considérée comme une autrice afropolitaine (De Meyer, 2009 ; Garnier, 2017). Même si l’Afrique reste centrale dans ses œuvres, elle s’inscrit dans la différence et le refus de tout déterminisme. Qui côtoie ses créations aura vite remarqué sa tendance à remettre en question et à déconstruire les assignations et les catégorisations. Son écriture explore souvent les complexités de l’identité, de la culture et des relations humaines. Bessora se décrit comme allergique « aux essentialismes, mythes aryens, féminins, négro-africains et compagnie » (Bessora, 2018). Autrement dit, elle refuse les assignations d’où qu’elles viennent et combat toutes les idées préconçues. Elle préfère aborder ces sujets avec une perspective nuancée qui fait croire qu’elle est en quête d’une ouverture que l’on ne peut trouver que dans l’étrangeté et la dissidence. Elle s’inscrirait alors dans cette façon d’être au monde que décrit Mbembe :

Au demeurant, notre manière d’être au monde, notre façon « d’être-monde », d’habiter le monde – tout cela s’est toujours effectué sous le signe sinon du métissage culturel, du moins de l’imbrication des mondes, dans une lente et parfois incohérente danse avec des signes que nous n’avons guère eu le loisir de choisir librement, mais que nous sommes parvenus, tant bien que mal, à domestiquer et à mettre à notre service. La conscience de cette imbrication de l’ici et de l’ailleurs, la présence de l’ailleurs dans l’ici et vice-versa, cette relativisation des racines et des appartenances primaires et cette manière d’embrasser, en toute connaissance de cause, l’étrange, l’étranger et le lointain, cette capacité de reconnaître sa face dans le visage de l’étranger et de valoriser les traces du lointain dans le proche, de domestiquer l’in-familier, de travailler avec ce qui a tout l’air des contraires – c’est cette sensibilité culturelle, historique et esthétique qu’indique bien le terme « afropolitanisme. » (2005)

Aussi est-il étonnant que malgré sa volonté de ne pas être réduite à une seule identité, les thématiques abordées dans ses œuvres font de façon à peine voilée allusion à l’Afrique, à son passé ou à son Histoire. Chez elle, l’espace textuel est aussi « le lieu de cohabitation de discours souvent antagonistes » (Mbondobari, 2012, p. 100). L’omniprésence du passé dans ses œuvres s’explique par sa formation d’anthropologue qui s’est achevée avec une thèse sur les mémoires pétrolières du Gabon. Ses romans, qui sont très documentés, s’appuient sur des sources historiques pour déconstruire certaines approches qu’on dirait simplistes pour souligner la complexité de ces expériences du passé. Le caractère iconoclaste de sa production littéraire repose beaucoup sur un style décalé, un fréquent recours à l’ironie et à l’humour. Son style raffiné, empreint de sensibilité, marque son lectorat. Elle engrange alors quelques prix, quoique dits « de second rang » (Bush et Ducournau 2015, p. 537), dont le Prix Fénéon en 2001 pour son roman Les taches d’encre et le Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire en 2007, pour Cueillez-moi jolis Messieurs…et en 2022, elle sera nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Le capital symbolique de Bessora demeure cependant insuffisant pour qu’elle soit considérée parmi les classiques littéraires africains ou qu’elle jouisse d’une « patrimonialisation littéraire » (Ducournau, 2017, 12) : ces consécrations littéraires et son parcours éditorial contrastent avec sa visibilité sur la scène internationale.

Continuer la lecture de AAC: Bessora : « auteur lunatique à géographie variable » ?

Écopoétique des profonds. ELA 55 (2023)

Sous la direction d’Alice Desquilbet et Xavier Garnier

Sommaire

Dossier

  • Introduction. Alice Desquilbet et Xavier Garnier
  • Petroleum de Bessora : de la fossile-fiction à l’herméneutique des profonds. Pauline Hachette
  • Le piège Kariba : une lecture écopoétique du fleuve Zambèze. Margaux Vidotto

À propos… des Écopoétiques africaines

  • À l’écoute des textes et des lieux. Maëline Le Lay
  • Énergie combative. Justine Feyereisen

À propos… d’une nouvelle conception de la francophonie

  • Vers une francophonie transnationale. Ninon Chavoz
  • Entretien avec Maxime Del Fiol. Ninon Chavoz

Varias

  • L’écriture végétale de Jean-Joseph Rabearivelo : proposition de lecture écopoétique. Xavier Garnier
  • Recueillir les épopées en Afrique de l’Ouest : entretien avec Christiane Seydou

Note critique

Berry l’Ancien, ancêtre exemplaire de la modernité congolaise, ou les vertus de la mémoire narrative. Pierre Halen

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2022

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Ouvrage publié avec le soutien de l’université de Lausanne, du Département fédéral des affaires étrangères, de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, de la Société suisse d’études africaines et de la Société académique vaudoise
 

Directrices d’ouvrage : Valérie Cossy, Christine Le Quellec Cottier

Organisé en quatre parties consacrées à autant de formes de pouvoir déclinées au féminin, ce volume réunit trente chercheurs internationaux et écrivaines afin d’interroger les représentations de voix féminines subsahariennes et diasporiques à travers la littérature, les arts visuels et l’histoire.

539 p.
Parution le 18/05/2022.
Classiques Garnier, coll. Rencontres, série Francophonies, n° 2

Mots-clés: Afrique subsaharienne, francophonie, femmes, féminismes, littérature, arts, histoire, diaspora, intermédialité

URL de référence : https://classiques-garnier.com/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir.html

Présentation augmentée sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir-valerie-cossy_108223.php