Archives par mot-clé : Bordeaux

Oralités francophones : Mady Sanfo

La Journée “Oralités Francophones autour du dramaturge burkinabè Mady Sanfo” se tiendra le jeudi 16 mai, à compter de 9h, à la Cité des Langues Etrangères, du Français et des Francophonies – CLEFF de l’Université Bordeaux Montaigne (arrêt de tram B Montaigne-Montesquieu). Salle 201, entrée libre et pour tout public.

Cette journée, co-organisée par le Département de Français Langue Etrangère (DEFLE – département rattaché à la CLEFF) et le Centre d’Études Linguistiques et littéraires Francophones et Africaines (CELFA/PLURIELLES), s’inscrit dans le cadre de la résidence artistique de Mady Sanfo, qui est soutenu par le Ministère de la culture et accueilli par le MC2a et la Villa Valmont.

Programme journée 16 mai 24 Oralités francophones Mady Sanfo

Echange littéraire avec Hemley Boum

Le vendredi 19 avril, la Chaire d’excellence DiANA T. aura le plaisir de recevoir à la Maison des Suds, la romancière Hemley Boum pour un échange autour de son dernier livre “Le rêve du pêcheur”.

Vendredi 19 avril à 14h30, sur le campus de l’Université Bordeaux Montaigne (Amphithéâtre de la Maison des Suds, Domaine Universitaire, 19, Esplanade des Antilles, Pessac) – [évènement gratuit, entrée libre]

Après plusieurs interventions de chercheurs autour des questions d’identités et d’interculturalités (enregistrements complets disponibles sur la playlist DiANA T de la chaîne YouTube @UBmontaigne), la Chaire Diasporas Africaines en Nouvelle-Aquitaine & Transculturalité (DiANA T.) a le plaisir de recevoir la romancière Hemley Boum pour un échange autour de son dernier livre Le rêve du pêcheur paru en janvier aux éditions Gallimard et qui traite de rêves, de transmissions, et d’exils.

Hemley Boum est une romancière camerounaise d’expression française résidant actuellement en région parisienne. Elle est l’auteure de cinq romans dont plusieurs ont été primés (prix Ahmadou Kourouma en 2020 pour Les jours viennent et passent).
Le Rêve du pêcheur interroge la question des pertes de repères et des déracinements pluriels, des quêtes d’ailleurs, identitaires ou géographiques, de Campo (Cameroun) à Paris en passant par Yaoundé, subis par trois générations d’une même famille camerounaise alors que leur environnement se trouve soudain bouleversé.

Les échanges seront introduits par Sylvère Mbondobari, professeur de littérature francophone à l’Université Bordeaux Montaigne et titulaire de la Chaire DiANA T. Ils se clôtureront autour d’un goûter convivial en présence de l’auteure.

240419_affiche Hemley Boum

Un brunch littéraire et musical au ChapitÔ de Bègles suivra, samedi 20 avril à 11h30. Plus d’infos sur le site de l’IdAf.

Places in African Literatures / Les lieux dans les littératures africaines

17 janvier 2024 Sciences po Bordeaux, salle Touchard

Places in African Literatures / Les lieux dans les littératures africaines

9h00 –12h00 Extension critique de l’«anthologie écopoétique située des littératures africaines»

Modération : Margaux Vidotto et Camille Lavoix

▪ Moussa Sagna (enseignant chercheur, UCAD, Dakar), Fa guy jaar gorkat ba, un livre contre l’appauvrissement durable

▪ Sara Buekens (chercheuse, Université de Gent), Modes de vie durable dans 2103, le retour de l’éléphant d’Abdelaziz Belkhodja (2005)

▪ Marie Pernice (doctorante Sorbonne Nouvelle/THALIM), Conséquences environnementales de l’extraction du cuivre à la frontière Zambie-Zimbabwe dans The Raw Man de George Makana Clark

▪ Dorothée Boulanger (Chercheuse, University of Oxford): Poésie de la pluie dans le sud angolais

▪ Marie Noussi (Linfield) – La monoculture arachidière dans la région du Sine au Sénégal

▪ Claire Dutrait (Doctorante en recherche-création, Université Aix-Marseille), De la qualité de l’air à la qualité de vie sur le front d’urbanisation de Dakar : deux œuvres ouvertes cherchant à instaurer des collectifs

▪ Joséphine Mulumba Tumba (Lecturer, Université de Munich) Nature déchainée. Les lieux écologiques dans Congo Inc. Le testament de Bismarck (2014) de In Koli Jean Bofane

14h00 – 18h00 Que font les lieux à la recherche sur les littératures africaines ?

Modération : Xavier Garnier et Elara Bertho

▪ Alice Desquilbet (Sorbonne Nouvelle) et Alice Chaudemanche (MCF, INALCO), Les ports de Ndayane et de Kribi

▪ Maëline Le Lay (Chercheuse, THALIM, Sorbonne Nouvelle), Dynamiques littéraires et théâtrales dans les Grands Lacs, approche réflexive

▪ Anachiara Raia (Lecturer, Leiden University), Une bibliothèque spéciale sur une île spécial. À propos du projet Ustadh Mau Digital Archive (UMADA), île de Lamu (Kenya)

▪ Anne Schneider (MCF HDR, Université de Caen Normandie), Senghor et Verson

▪ Iva Pesa et Anthony Chukwudumebi Obute (Assistant Professor, University of Groningen), Making sense of extractive places: Literature from Johannesburg, the Zambian Copperbelt and the Niger Delta

Utopies africaines / Afrodystopies

Représentations et discours littéraires, médiatiques et culturelles

Colloque international

28 juin – 1er juillet 2023, Université Bordeaux Montaigne, Maison des Suds

Ce colloque ne porte pas sur l’Afrique en soi, mais sur les représentations mythiques du continent africain que les Européens, les Afro-américains et surtout les Africains eux-mêmes ont forgé au fil des siècles. Les origines de la relation entre l’utopie et l’Afrique semblent remontées à cette période où circulent les configurations mythiques comme l’Eden et l’Eldorado, largement rattachés à la colonie. Pour Miller (1985), la transposition de cette perception euro-centrée de l’Afrique dans les images, les histoires et les mythes constitue le « discours africaniste » (Africanist discourse), qui se caractérise par une métaphore rêve/cauchemar itérative et permanente dans la description du continent africain. L’Afrique apparaît sous le signe de la colonie uniquement comme objet des discours soit sous la forme d’un conte de fées fascinant, de terres vierges et sauvages synonyme d’aventure et d’enrichissement personnel, soit sous la forme d’un lieu d’ensauvagement et de perte.
L’Afrique est à la fois le lieu de projections d’imaginaire et un espace générateur d’alternatives sociétales même si, de l’avis de nombreux observateurs, « l’Afrique nourrit plus les projections apocalyptiques et dystopiques que les anticipations utopiques » (Azarian/Fendler/Mbaye). Dans les littératures et les arts, l’utopie prend souvent la forme d’une réversibilité de l’Histoire où l’Afrique prospère devient le centre économique et intellectuel du monde et par-dessus tout, le lieu d’émigration des Européens. Ce lieu de tous les possibles est décrit par A. Waberi (Aux Etats-Unis d’Afrique), L. Miano (Rouge impératrice), Nnedi Okorafor (The Shadow Speaker). Le monde du cinéma en est également concerné par l’exploration des mondes socio-culturelles imaginés et reconstruits avec des cinéastes tels que Sylvestre Amoussou (Africa Paradis), Jean-Pierre Bekolo (Les Saignantes), Neill Blomkamp (District 9), Wanuri Kahiu (Pumzi). L’univers radiophonique regroupe des noms comme Lauren Beukes (Is Science-Fiction Coming to Africa ?) et Soro Solo (L’Afrique déchaînée). D’autres formes artistiques utilisent aussi des codes attestant d’un imaginaire futuriste. En témoignent les travaux des photographes Trevor Stuurman, avec sa collaboration au Festival One Source Live baptisé « Téléportation vers l’Afrique » et du Sénégalais Alun Be avec « Edification ». A cette Afrique-là, s’oppose une autre, qui dès la fin des années 60 avec Yambo Ouologuem (Le devoir de violence) se présente comme une contre-utopie ou une non-utopie. L’afrodystopie s’impose comme mode de représentation de l’Afrique postcoloniale d’une littérature et d’un art de crise qui atteint son paroxysme à partir des années 80 et 90 notamment avec Sony Labou Tansi (La vie et demie, L’Etat honteux), Alioum Fantouré (Le récit du cirque de la vallée des morts), Henri Lopes (Le Pleurer-rire), Emmanuel Dongala (Johnny chien méchantPhoto de groupe au bord du fleuve). Comme l’a si bien démontré Joseph Tonda, l’afrodystopie se lit également dans la musique congolaise (Tabu Ley, Franco et le TP Ok Jazz, Pepe Kale, etc.).

En se livrant à l’analyse des utopies et des dystopies africaines, on se voit emmené à prêter attention à l’Histoire et aux dynamiques culturelles, politiques et artistique du continent africain et de la diaspora africaine. Nous nous proposons d’étudier les formes, les discours et les modalités d’inscription des utopies et des dystopies africaines dans les représentations littéraires et artistiques.  Le colloque cherche à exploiter la richesse du sens de ces utopies et dystopies africaines qui se dégage de la multiplicité des approches disciplinaires pour mieux explorer les contours critiques, la diversité des registres et la complexité des angles de perception.

Programme 22.06.2023

URL de référence : https://www.mshbx.fr/2023/05/31/utopies-africaines-afrodystopies/#

Décolonial et universel : perspectives croisées

Séminaire « Décolonial et universel : perspectives croisées »

Michel Cahen (LAM, CNRS) et Elara Bertho (LAM, CNRS)
 
Ce séminaire de lectures de textes théoriques est collégial. Il sera centré sur les pensées contemporaines du décolonial, entendu comme processus continué de déprise de la colonialité du pouvoir. Quels univers, quels récits, quelles épistémologies se mettent en place pour renouveler la question de l’universel, du rapport trop facilement binaire centre/ périphérie, d’un dehors possible de la colonialité ?
Souleymane Bachir Diagne, Walter Mignolo, Lélia Gonzalez seront par exemple lus collégialement et présentés par l’un d’entre nous. Il s’agira à chaque fois de lire ensemble, d’interroger nos incompréhensions, nos désaccords ou au contraire nos enthousiasmes.
 
Jeudi, 10h-12h30, salle Jean Borde, MSH Bordeaux
– 10 novembre : Elara Bertho, lecture de Souleymane Bachir Diagne (l’universel latéral). Exceptionnellement dans l’amphithéâtre Papy de la MSH
– 1er décembre : Michel Cahen et Mélanie Denef, Lecture de Walter Mignolo (le décolonial de “A Manifesto” et sa réception universitaire)
– 15 décembre : Sylvère Mbondobari, lecture d’Antoine Litli (Hériter des lumières après Achille Mbembe)
 
2023 :
 
– 19 janvier : Ruth Guichard, Lecture de Leila Gonzales et Maria Lugones, pratiques militantes et décolonial
– 23 février : Natalia Guerellus, Lecture de Yuk Hui, un philosophe de la technique et sa réception au Brésil
– 23 mars : Sophie Chave Dartoen, Lecture de Amiria Salmond, ontologie maori et décolonial
 
Le séminaire est ouvert à tous et validable dans le cadre des formations doctorales.
S’inscrire en amont pour recevoir les textes lus ensemble à chaque séance.

AAC: Utopies africaines / Afrodystopie

Colloque international Utopies africaines / Afrodystopie. Représentations littéraires, médiatiques et culturelles

Université Bordeaux Montaigne, 28-30 juin 2023

U. Bordeaux Montaigne, U. Bayreuth, U. Lausanne

Les propositions de communication (en format Word) d’environ 400 mots maximum sont à envoyer avant le 30 novembre 2022 aux trois organisateurs :

  • Mbondobari Sylvère, Professeur, Université Bordeaux Montaigne (France). sylvere.mbondobari [apud] u-bordeaux-montaigne.fr
  • Fendler Ute, Professeure, Université de Bayreuth (Allemagne). Ute.Fendler [apud] uni-bayreuth.de
  • Ngadi Laude, Enseignant-chercheur, Université de Lausanne (Suisse). laudengadi [apud] gmail.com

Colloque_2022_Utopies_dystopies_Def