Archives par mot-clé : Burkina Faso

Pourquoi philosopher en langue africaine

Session en ligne autour du livre en mooré du Professeur Savadogo, ce jeudi 8 décembre 2022, 18h-20h GMT.
 
Cette activité fait suite au Book Friday du 30 septembre organisé par l’Association caribéenne de philosophie dirigée par Professeure Hanétha Vété-Congolo. 
 
Le Département de philosophie et le Laboratoire Société Individu Culture (LaSIC) de l’université Félix Houphouët-Boigny présentent l’ouvrage de Karen-saamb-kasenga Savadogo Mahamadé
 

Bangrã yidgr ne tõnd buudã goamã yõod yaa bo?  

dont le sujet est  Pourquoi philosopher en langue africaine.
 
L’intervention se fera en français, mais avec la présence significative du mooré, la langue dans laquelle se déploie la réflexion du Professeur Savadogo dans le cadre de l’ouvrage.
 
Le lien de connexion est : https://meet.google.com/ddk-ktuq-tnu

Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap

Musicalizing language: flow and voice in rap music

Programme

Programme téléchargeable

Vendredi 18 novembre / Friday 18 November

 Journée en présentiel / On-site day

 Salles 682 C (matin) et 677 C (après-midi), Grands Moulins (bâtiment C)

10h : accueil des intervenant.e.s et du public.
10h30 : présentation du colloque
11h : Flows et voix du rap français

Présidente de session : Marion Coste (CY Cergy Paris Université)

  • Juliette Hubert (Université Polytechnique des Hauts-de-France), « Le flow “gang” selon Niska : comment faire de la trap qui fait “danser les gars” ».
  • Francesca Aiuti (Université Degli Studi Roma Tre), « “Vol 99 pour Neptune” : le flow afro-futuriste de Youssoupha ».
  • Hector Jenni (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), « Le flow qui surine : violence de la performance rappée chez Booba ».
  • Garance Bressaud (EHESS), « Réceptions et usages de l’Auto-Tune dans le rap français amateur aujourd’hui ».

13h : pause déjeuner

14h30 : Approches genrées du flow

Présidente de session : Virginie Brinker (Université de Bourgogne)

  • Sara Federico (Université de Sassari), « “Je suis qu’une nana/ dégun, niet, makach, walou, nada” : les voix et les flows des rappeuses de Marseille ».
  • Marion Coste (Université Cergy-Pontoise), « Le flow liquide de Lala &ce ».

15h45 : Le flow au carrefour des oralités

Présidente de session : Virginie Brinker (Université de Bourgogne)

  • Jomal Jose (National Institute of Science Education and Research, An OCC of Homi Bhabha National Institute, Bhubaneswar), « Arivu’s sonic mimesis: Dalit Rap that flows from folk music ».
  • Cyril Vettorato (Université Paris Cité), « Ce que l’axé fait au flow : présence des oralités rituelles du candomblé et de l’umbanda dans le rap brésilien ».

17h : pause café
17h30 : table ronde : comment parler du flow ?

Table ronde animée par Emmanuelle Carinos (CRESPPA).

Invité.e.s : Tristan Chacé, rédacteur à l’Abcdr du Son, Ouafae Mameche, journaliste et éditrice, et Yérim Sar, journaliste indépendant.

18h30 : fin de la première journée du colloque.

Samedi 19 novembre / Saturday 19 November

Journée en hybride présentiel et distanciel / Both on site and remote day

Salle 677 C, Grands Moulins (bâtiment C)

9h : accueil des intervenant.e.s et du public.
9h30 : Flows anglophones

Présidente de session : Camille Bloomfield (Université Paris Cité)

  • Wanda Canton (University of Brighton), « UK Drill as the new DADA? ».
  • Thomas Seraille (Univ. Paris-Cité), « Projeter sa voix comme une image : le flow de Kendrick Lamar ».

10h30 : pause café
11h : À l’écoute du rap africain

Présidente de session : Alice Desquilbet (THALIM)

  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop), « Mise en scène et thématisation du flow dans le rap sénégalais : un point de vue esthético-historique ».
  • Alice Chaudemanche (INALCO) & Babacar Thiam (INALCO), « Langues, rythme et egotrip dans VQ de Gaston Bandimic : contribution à l’étude du flow dans le rap galsen ».
  • Wendmy Désiré Garba (Université Joseph Ki-Zerbo), « Le flow du rappeur burkinabè Smarty dans “Tends-moi la main” : de la mélancolie aux pleurs ».

12h30 : pause déjeuner

14h : Approches musicologiques du flow

Président de session : Cyril Vettorato (Université Paris Cité)

  • Olivier Migliore (Université Montpellier 3), « Pour une analyse musicale du flow : paramètres et enjeux ».
  • Kyle Adams (Indiana University Jacobs School of Music), « Of DOOM and Dilla: Abstract Flow as Musical Meaning ».
  • Ben Duinker (McGill University), « MF DOOM as high-art hip hop ».
  • Leah Amarosa (University of Cincinnati), « Juxtaposing Flow in 2Pac and The Notorious B.I.G.’s Top Singles ».

16h : pause café

16h30 : Écriture, oralité, improvisation

Président de session : Hector Jenni (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle)

  • Sarah Houle (Université de Montréal), « Écrire le flow : la voix comme modalité structurante des textes de rap ».
  • Da Titcha (rappeur et coach artistique), « L’énergie freestyle ou rapper comme impro ».
  • Tiffane Levick (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Beyond Standardisation and Substitution : Harnessing Flow to Translate Slang ».

18h : fin de la deuxième journée du colloque.

Informations pratiques

Université Paris Cité, bâtiment « Les Grands Moulins », 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris
Accès par le RER C ou par le métro ligne 14, arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Les personnes souhaitant assister à la deuxième journée du colloque à distance sont priées d’adresser une demande par email à cyril.vettorato@u-paris.fr en précisant leur nom et affiliation institutionnelle afin d’obtenir un lien de connexion.

URL de référence : https://u-paris.fr/cerilac/colloque-musicaliser-la-langue-le-flow-et-la-voix-dans-le-rap/

Conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou

Le prochain séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu le vendredi 7 mai de 14h à 16h30.

Nous y écouterons Aurore Desgranges, doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou, dont la communication en avril a dû être différée, et échangerons avec elle autour du thème suivant :

“Les conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou”.

Le séminaire a lieu sur ZOOM.

Pour y participer, veuillez contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous retrouver ou vous rencontrer !

Prochain séminaire ASOHLIS

Le prochain séminaire du groupe de recherche ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu vendredi 2 avril de 14h à 16h30/17h.

Aurore Desgranges (doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou) y proposera une communication intitulée :

« Les conditions d’émergence des auteurs dramatiques à Ouagadougou»

Le séminaire a lieu sur ZOOM.

Pour y participer, n’hésitez pas à contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous y retrouver ou rencontrer !

Séminaire ASOHLIS

Séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds)

Vendredi 5 février 2021 – 14h-17h30 sur Zoom

  • Faire émerger le réseau littéraire francophone haïtien à l’ère du numérique
    Par Anaïs Chambat (ENS), Inès Burri (université de Lyon 3), Célian Ringwald (université Lumière Lyon 2)

Vendredi 19 mars 2021 – 14h-17h30

  • À propos du Théâtre international de langue française et du festival des Francophonies en Limousin
    Par Amélie Theresine (Institut de Recherche en Études Théâtrales (IRET), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) & Pascale Goetschel (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Vendredi 2 avril2021 – 14h-17h30

  • Les auteurs dramatiques burkinabè à la croisée des espaces de consécration
    Par Aurore Desgranges (doctorante à l’Université de Lyon 2 en cotutelle avec l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou) 

Inscriptions préalables auprès de Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Appel à communications

Littérature de jeunesse et savoirs

27 et 28 mai 2020, Université Norbert ZONGO (Koudougou, Burkina Faso)    

 
Les propositions de communication (environ 250 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer, avant le 30 décembre 2019, à l’adresse suivante : colloquelitjeunesse2020@gmail.com

Colloque international
Littérature de jeunesse et savoirs
27 et 28 mai 2020
Université Norbert ZONGO
(Koudougou, Burkina Faso)


L’Université Norbert Zongo et l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland (Canada) et la Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) de l’Université Hassan II de Rabat, organisent un colloque international intitulé Littérature de jeunesse et savoirs les 27 et 28 mai 2020 à l’Université Norbert Zongo à Koudougou au Burkina Faso.

Argumentaire


La littérature entretient, sans conteste, une étroite relation avec l’univers des savoirs, embrassant des domaines aussi variés que la science, les arts, les médias, l’environnement, l’histoire, la religion, la philosophie, etc. Cet univers se veut total en ce sens qu’il ne fait l’impasse sur aucun pan des conditions idéelles et matérielles de l’existence. Aussi la littérature déploie-t-elle différents modes d’appropriation, de recyclage, de réécriture des éléments puisés dans le champ des savoirs, construisant ainsi son propre ordre épistémique.
Dans une perspective épistémocritique, le discours critique s’attache à explorer les « savoirs à l’oeuvre » dans le texte. Dans Savoirs à l’oeuvre. Essais d’épistémocritique (1990), Michel Pierssens soulève quelques interrogations essentielles liées à la rencontre entre texte et savoir : « Que sait un texte ? […] comment le texte fait-il de son propre déploiement la réponse à cette question sur quoi il joue son existence et son sens, en visant à nouer de nouveaux noeuds dans la langue, les figures, les discours, les sujets ? » (p. 14)
 
La littérature de jeunesse, qu’elle soit perçue comme « partie intégrante de la Littérature » (Escarpit 2008, p. 5) ou comme espace minusculé, se présente aussi comme un « orage de savoirs » (Pierssens, p. 16). En effet, elle participe, à différents degrés, de l’ordre épistémique, de l’échange dialogique entre fiction et savoir. Ici, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’inscription des figures ou éléments épistémiques dans la fiction pour la jeunesse peut avoir, certes, des points communs avec celle à l’oeuvre dans la littérature générale, mais qu’elle s’articule aussi de manière spécifique (en vertu des traits propres à la littérature de jeunesse).
Dans les pays d’Europe occidentale – qui ont une longue tradition littéraire – la littérature de jeunesse participe, depuis longtemps, de l’histoire de l’évolution des idées et des mentalités (Ganna Ottevaere-van-Praag, La littérature pour la jeunesse en Europe Occidentale (1750-1925). Histoire sociale et courants d’idées, 1987). Pour ce qui est de la production littéraire pour les jeunes lecteurs des pays dits du Sud, l’ordre épistémique revêt sans doute des formes beaucoup plus complexes en raison des conditions historiques, ce qui implique, par exemple, une diversité de perspectives (extérieures/ intérieures), de savoirs (endogènes, exogènes).

Le but du présent colloque est d’explorer les divers modes d’inscription des savoirs dans la littérature de jeunesse. Il s’agira, de toute évidence, d’aller au-delà du savoir pédagogique inhérent à cette littérature. Comment la littérature de jeunesse travaille-t-elle les objets empruntés au monde des savoirs ? Comment construit-elle les figures épistémiques ? Quel sens revêtent les figures épistémiques ? Quel(s) type(s) de savoirs chaque genre (documentaire, roman, album, théâtre etc.) met-il en avant ? Comment s’exprime cette question de savoirs tant au niveau de la production qu’au niveau de la réception de la littérature de jeunesse ?

Continuer la lecture de AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Être ou ne pas être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui. Par Daniel Delas

Monique Ilboudo, Si loin de ma vie
Le Serpent à plumes, 2018, 136 p.

Le mythe de la pureté du bon sauvage a mené la vision coloniale des missionnaires blancs  à dénier toute existence à l’homosexualité en Afrique de l’Ouest. C’est un aveuglement qui va à l’encontre des enseignements de la sociologie et de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest, tels qu’on commence à en connaître les grandes lignes : les travaux du professeur camerounais Charles Guebago montrent sur des bases scientifiques que de nombreuses populations (peuples angolais, Ashanti, Haoussa, par exemple) ont reconnu l’existence sociale et culturelle de l’homosexualité et lui ont accordé une fonction sociale (voir son article « L’homosexualité en Afrique. Sens et variation d’hier à aujourd’hui »). Ce qui ne veut malheureusement pas dire que la société civile africaine d’aujourd’hui soit tolérante et ouverte dans ce domaine. Monique Ilboudo a reçu une formation de juriste (elle enseigne le droit à l’Université de Ouagadougou), a été secrétaire d’Etat à la Promotion des droits humains. Elle a publié deux romans (Le mal de peau, 2001 et Murekatete, 2000) dont le deuxième a pour cadre le Rwanda et pour héroïnes des femmes rwandaises victimes indirectes du génocide, tandis que le premier se centre sur deux femmes burkinabé (mère et fille métisse),  victimes de violences sexuelles. Les critiques s’accordent à reconnaître à Monique Ilboudo sensibilité et sobriété.

Son dernier roman opère un retour net à son pays natal (elle est née à Ouagadougou en 1959) et choisit d’affronter le sujet de l’homosexualité. Pourquoi et Comment Jean-Philippe devient-il homosexuel ? La réponse globale de Si loin de ma vie (titre étrange de ce court roman de 137 p. sur lequel on reviendra) est que Jean-Philippe ne ferait pas son coming out si la pression socio-économique ne l’y contraignait.
Quelle pression ?
Jean-Philippe est un jeune burkinabe comme tant d’autres : parents aux ressources modestes (père ancien combattant), études inachevées, mort d’un ami cher

Je compris combien la vie était volatile. Je décidai d’en cueillir ce qui pouvait l’être tout de suite. L’école, le bureau climatisé et tout le reste, c’était trop long et trop compliqué. (p.10)
Je me mis à traîner avec de mauvais garçons et dérivai peu à peu. (…- J’étais prêt à travailler dur. Sous le soleil ardent. Mais personne ne voulait de mes bras de jeune nègre vigoureux (p.11)

Durant trois ans cependant ce joli garçon va survivre du petit boulot d’écrivain public et connaître une quiétude relative malgré les regards ‘sales’ de certains blancs croisés dans les rues de Ouagany (Ouagadougou ?). Mais un jour son travail périclite, il broie du noir, «prêt à tout pour sortir de ma galère » (p.31), et décide alors de partir en Europe

J’ai pris mon destin par les cornes. Je l’ai regardé droit dans les yeux et j’ai commandé. Advienne que pourra ! Mon plan était simple ! Un : quitter au plus tôt ce trou à rats. Deux : aller faire fortune en Europe ou mieux, au pays de l’oncle Sam (p.33)

Mais il échoue à franchir les barbelés de Ceuta et Melilla. De retour en Afrique, il fait la connaissance d’un Blanc, certes vieux et homosexuel, mais réservé et désireux d’être utile aux jeunes Africains dans le cadre d’une ONG. Il accepte sa proposition de devenir son ami et son assistant. Le jour où Elgep désireux de rentrer en France lui fait des confidences écrites sur son homosexualité (p.68) « Ma sexualité n’a rien à voir avec mon engagement caritatif » (ibid.), il ouvre les yeux, confronté à ce choix définitif :  s’enfoncer dans la misère ou accepter de s’expatrier en Europe : « Après tout, pourquoi pas ?  Que vaut un petit cul de nègre face à la misère ? Si le mien pouvait me servir de passeport pour l’Europe, pourquoi pas ? » (p. 78). Durant de nombreuses années, marié avec Elgep, il vit une belle vie intelligente et généreuse qui engendre en lui le désir d’être fidèle à ses années de jeunesse en créant un lieu d’accueil, la Goutte d’or,  pour aider des jeunes  à la dérive. Son initiative réussit pleinement mais la voix de la bêtise et de l’homophobie rode autour de lui et il meurt finalement sous les coups d’une foule en colère contre ce ‘pédophile’.

C’est un pédophile ! reprit quelqu’un derrière moi. De qui parlait-il ? Le mot parcourut la foule, suscitant des questions, beaucoup ignorant sa signification. Un violeur d’enfant ! expliqua la même voix forte. Cette fois, tout le monde avait compris. Je fus ceinturé sans autre forme de procès…. (p. 131).

                                                                       *

Le roman de Monique Ilboudo n’a pas la puissance des œuvres des grands écrivains africains et n’est pas soutenu par un travail d’écriture qui le ferait briller en France. L’auteure, dans l’idée que nous portons tous des germes gays mais que ceux-ci se développent ou non selon les circonstances, accorde plus d’importance à faire vivre cette société burkinabe toujours bloquée en profondeur qui va contraindre Jean-Philippe à se prostituer qu’à affiner son portrait d’homosexuel en tant que tel. Aucune recherche d’écriture franco-française à la manière de Mabanckou.
Son livre vaut pourtant par le cachet de sincérité que lui donnent ses maladresses mêmes comme récit simple et sans affèterie d’un destin ordinaire, et se lit comme tel malgré son titre inutilement mystérieux. « Si loin de ma vie » veut-il dire que Jeanphi s’est éloigné trop loin de la vie médiocre qu’il aurait normalement dû vivre et qu’il en est mort ? Ce que dit aussi une phrase située au tout début : 

«  [La vie] m’ouvre le monde et je paie comptant. La vie est dure en affaires. Je paie cher, très cher » (p.11)

Peut-être. Un roman un peu gauche mais d’une grande sincérité d’expression.

Daniel Delas