Archives par mot-clé : Burundi

Écrire en français ici ou là en Afrique. Par Daniel Delas

Chroniques des Grands Lacs – RD Congo – Rwanda – Burundi

nouvelles présentées et sélectionnées par Dominique Ranaivoson et Maëline Le Lay, Sépia, 2019, 182 p.

La faible réception des écrivain.e.s africain.e.s est liée à l’ignorance des dirigeants germanopratins des grandes maisons d’édition françaises à l’égard  des littératures francophones et à la faiblesse des quelques éditeurs africains existants. C’est dans ce contexte que de petits éditeurs s’efforcent de modifier ce qu’on peut appeler le nombrilisme littéraire français. Sépia est l’un d’entre eux ; éditions créées en 1986 par Patrick Mérand qui s’orientent principalement vers l’Afrique et les DOM/TOM, Sépia a rejoint en 2016 le groupe Harmattan dont les options ‘tiersmondistes’ sont bien connues.
C’est chez cet éditeur que Dominique Ranaivoson anime une série de Chroniques, réunissant des nouvelles de jeunes écrivain.e.s d’Afrique : Chroniques du Katanga en 2007, Chroniques du Congo en 2012, Chroniques des îles sous le vent en 2018 et en 2019 (associée à Maëline Le Lay) ce Chroniques des Grands Lacs –RD Congo, Rwanda, Burundi.

Pourquoi est-il important de parler de ce petit volume constitué de nouvelles d’écrivains souvent très jeunes et dont la prose n’est pas toujours bien dégrossie des ateliers d’écriture organisés par les Instituts Français, d’où beaucoup d’entre eux sortent ? Parce qu’ils ne continueront pas à faire vivre leurs langues maternelles et leur langue véhiculaire (le français)  si aucun écho ne leur est offert.  La région des Grands Lacs n’est connue que par des récits forts (de témoignage et/ou de fiction) reliés directement au génocide rwandais de 1995 : Scholastique Mukasonga et Beata Umumbyeyi-Mairesse  par exemple (que nous avons chroniquées ici l’une et l’autre), écrivaines très talentueuses, installées désormais en Europe. Visions du monde toutefois partielles, un peu comme si on ne connaissait l’Allemagne que par ce que les survivants de la Shoah ont écrit !
Le français dans ces régions aux cultures séculaires (rappelons le titre de l’ouvrage pionnier de Jean-Pierre Chrétien, L’Afrique des Grands Lacs,2000 ans d’histoire, réed Aubier 2000), est en équilibre instable avec l’anglais (au Rwanda en particulier). La publication par les éditions Métailié du roman (de langue anglaise) de l’écrivaine ougandaise Jennifer Nansubuga Makumbi, Kintu (2019, 467 p) comble un peu, elle aussi l’ignorance abyssale de la critique française sur les productions littéraires d’Afrique Centrale. Est-ce parce que, comme le dit Alain Mabanckou ,« L’Afrique centrale reste une sorte de « cœur des ténèbres » dont on évite de parler » ?
Si je bavarde avec mon voisin et lui parle du Lichtenstein, il connait, plus ou moins. Mais si je lui parle de l’Ouganda ou du Burundi, il me dit « Mais c’est où l’Ouganda ? Mais c’est où le Burundi ? ».

L’anthologie que proposent les deux auteures est modeste, peut-être discutable (on ne sait rien de leurs critères de sélection) mais (p.17) elle ouvre « le lecteur francophone… à se déprendre de ses traditions romanesques, de ses références esthétiques pour réaliser qu’il est l’étranger, l’‘exote’ disait Segalen … »
Ce qui va dans le bon sens.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Écrire en français ici ou là en Afrique. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 13/01/2020, https://apela.hypotheses.org/3875.

Chroniques des Grands Lacs

Parution : Chroniques des Grands Lacs

RD Congo – Rwanda – Burundi

Nouvelles présentées et sélectionnées par Dominique Ranaivoson, Maëline Le Lay

Sépia

Cet ouvrage collectif présente une sélection de nouvelles de la région des Grands Lacs : Rwanda, Burundi ainsi que les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Bien que cette région ait en partage plusieurs langues (swahili, kirundi, kinyarwanda, anglais), l’usage du français continue de nourrir la production littéraire. Ces jeunes écrivains entendent exprimer aussi bien leurs positions personnelles que l’état de leur pays ou la culture de leur société. Ils écrivent pour se guérir, pour dénoncer, pour exalter leurs valeurs, enfin et surtout, pour exister face au monde.

  • Broché – format : 11 x 18 cm
  • ISBN : 979-10-334-0187-2 • 4 décembre 2019 • 184 pages
  • EAN13 : 9791033401872
  • EAN PDF : 9782140137167

Dominique Ranaivoson est enseignant-chercheur à l’université de Lorraine et Maëline Le Lay est chargée de recherche au CNRS à l’IFRA-Nairobi. Cette dernière mène une recherche sur la création littéraire et théâtrale dans la région des Grands Lacs.

URL de référence : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64642

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2

Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Ce colloque international en deux volets, organisé à l’Université de Lubumbashi les 10-11 novembre 2015 puis à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016, portera sur  Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations.

Colloque international en deux volets :
– UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
– ISP – Institut Supérieur Pédagogique – Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
– CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
– UNILU, Université de Lubumbashi
– CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

  • Comité d’organisation
    Fabien Kabeya Mukamba (École de Théâtre de Lubumbashi/UNILU/UPL)
    Maëline Le Lay (CNRS/Les Afriques dans le monde – UMR 5115 – IEP Bordeaux)
    Jean-Claude Makomo Makita (ISP Bukavu/Sembura)
  • Comité scientifique
    Maurice Amuri, U. de Lubumbashi/CELTRAM, Lubumbashi
    Ananda Breed, U. of East London, Londres
    Pierre Halen, U. de Lorraine, Metz
    Mukala Kadima-Nzuji, U. Marien Ngouabi/CELIBECO, Brazzaville
    Jean-Marie Vianney Kayishema, U. du Rwanda, Kigali
    Juvénal Ngorwanubusa, U. du Burundi, Bujumbura
    Marc Quaghebeur, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles
    Yoka Lye Mudaba, INA – Institut National des Arts – Kinshasa

Procédure

Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
– Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
– Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
– Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

Continuer la lecture de Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations