Archives par mot-clé : Cameroun

Dans les arcanes camerounais. Par Daniel Delas

Pierre FANDIO, La promesse de Malingo, Clé, 2019, 268 p.

Le roman de Pierre Fandio est une œuvre vraiment camerounaise. Ce n’est pas simplement un récit dont l’action se passerait au Cameroun, écrit par un auteur de nationalité camerounaise et dont l’action se passerait au Cameroun, auteur formé à l’écriture française et dont le texte aurait été plus ou moins rewrité par un éditeur parisien en fonction de supposés critères de qualité littéraire.  Non, camerounais au plein sens du terme, pris dans la culture africaine et dans la réalité sociale de ce pays. L’éditeur (CLE) de ce livre est d’ailleurs installé depuis longtemps à Yaoundé et l’auteur dont c’est, la cinquantaine venue, la première publication littéraire est universitaire, professeur de culture africaine et de littérature francophone à l’Université de Buéa. Bien entendu il a publié auparavant de savants écrits de type socio-littéraire mais il s’aventure ici dans ce qu’on a coutume d’appeler un roman de formation, un Bildungsroman, qui prend ici la forme fictionnelle ici d’un journal autobiographique qu’aurait tenu une jeune femme, nommée Joy. Il s’agit donc d’une fiction mais qui fait sans doute appel à des souvenirs personnels de l’auteur. La quatrième de couverture résume ainsi l’action : 

Lum Joy Abongwa alias Joyceline Luma alias Malingo. Telles sont quelques-unes des identités meurtries de la jeune héroïne d’une fresque picaresque qui rappelle l’histoire de bien des pays africains contemporains. Le patronyme, le lieu de naissance et bien d’autres « accidents de l’histoire » y sont susceptibles de condamner ou de sauver, irrémédiablement. L’histoire de la vie « bouleversée, cabossée et abimée » de Malingo qui nous promène sur trois continents hostiles, postule une jeunesse africaine téméraire mais pas casse-cou. Quelquefois naïve, mais toujours pleine de dignité et de vie.

Huit carnets organisent les complexes tribulations de la vie de Joy au Cameroun, d’abord en ville dans la proximité de Yaoundé, puis au village après le départ de sa mère puis dans la région de Buéa, l’ancienne capitale du Cameroun à l’époque de la colonisation allemande. Le neuvième carnet est consacré à sa vie à Dubaï, où cette jeune fille désireuse de réussir pense se constituer un pécule en travaillant dur et ainsi échapper aux complications inextricables de la vie camerounaise. Hélas elle ne trouve dans les principautés arabes que pratiques esclavagistes d’une nature encore pire que celle du Cameroun décrit dans les huit premiers carnets !

                                                           *

Joy est née dans une famille désaccordée avec un père distant et distrait et une mère rageuse qui trouve l’occasion de faire exploser son ressentiment à l’occasion de l’acte de naissance de sa fille, dont le nom a été mal transmis par le déclarant. Ce détail (dont le récit occupe plusieurs dizaines de pages !) déclenche une rage terrible chez la mère de Joy parce que dans le choix des (pré)noms illustrant la filiation, c’est sa famille à elle qui a été effacée. Dans une scène d’une grande violence, elle accable le père

Tu vas me tuer aussi ! Tue-moi seulement ! oui ! Tue-moi aujourd’hui ! Comme mes enfants ! Abongwa ! Je t’ai fait quoi pour que tu me tues mes enfants comme ça ? Hein, Abongwa eheheh ? Mes enfanrs t’ont fait quoi ? Hein, Abongwa eheheh ? Abongwa, tu ne sais pas qu’au Cameroun, le nom d’une personne c’est sa vie ? Hein, Abongwa ehehehehehe ? (p.56)

Après cet épisode dramatique, la mère disparaît. Resté seul le père confie ses enfants à un premier ‘oncle’  au village (sixième carnet) puis lorsque la M’a du village meurt ( l’enfant atteint alors les dix ans), à un autre ’oncle’ bienveillant, oncle Ndeh,  qui vit à Buea, au Cameroun anglophone,  au pied du mont Cameroun. La petite s’acharne à décrocher son bac malgré les innombrables obstacles bureaucratiques et financiers qui sont opposés aux jeunes gens courageux et à leurs parents (frais d’écolage, frais de manuels, frais d’uniformes, etc…) mais constate qu’une fois diplômé un jeune ne trouve pas pour autant de travail. Les bonnes places sont réservées aux cousins-cousines des puissants du monde corrompu du Cameroun francophone. Joy, ainsi que son petit ami Marco ne trouvent pas de travail digne de ce nom et sont poussés à l’exil. Marco part le premier et on n’a plus de nouvelles de lui, Joy part à son tour comme employée de maison à Dubaï où le traitement auquel elle est soumise rappelle (un siècle auparavant !) le martyre de Bakhti, la petite esclave du roman de Véronique Olmi).

Le roman de Pierre Fandio, malgré la tristesse de son constat, n’est nullement larmoyant ni chargé d’imprécations. Il s’attache à suivre son héroïne dans les arcanes terriblement embrouillés de la scolarité camerounaise pour ceux qui ne sont pas liés aux puissants de ce pays. Pierre Fandio y excelle et livre un document précieux. Son récit n’est certes pas toujours facile à suivre dans la forêt des sigles qui balisent et bloquent la société camerounaise mais il mérite un effort de lecture.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Dans les arcanes camerounais. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/07/2019, https://apela.hypotheses.org/3302.

Écrivain noir, écrivain blanc, écrivain kamer. Par Daniel Delas

Nicolas Fargues, Attache le cœur, instantanés camerounais, P.O.L., 2018

Cette chronique est consacrée aux écrivains africains francophones, quelle que soit leur nationalité. Pourquoi venir nous parler aujourd’hui d’un écrivain français et blanc, Nicolas Fargues ?
Eh bien, c’est que les temps ont changé et la littérature dite africaine (francophone) aussi. Finies les revendications messianiques d’une négritude porteuse d’une grandiose identité historique, finie aussi avec les écrivains de la deuxième génération (celle des indépendances) l’attention exclusive à l’affirmation d’une identité noire proprement africaine, – je pense à Kourouma -, la littérature africaine d’aujourd’hui, celle qu’écrivent de jeunes écrivains de la troisième génération  (nés dans les années 70-80) est plurielle, disons plus précisément ouverte à la pluralité, partie prenante du Tout-Monde aurait dit Edouard Glissant, cosmopolite si l’on préfère le vocabulaire usuel. Africaine ? Bof ! Nombreux sont ceux qui se rangent derrière Kossi Efoui affirmant que l’Afrique n’existe pas.

Une majorité d’Africains habitant les villes aujourd’hui ont des frères et sœurs, des cousins et des cousines établis qui en Europe, qui en Amérique, avec lesquels ils communiquent par portable, rêvant souvent d’aller les retrouver mais si cela se fait, se plaisant à revenir au pays.
Le pays ici c’est le Cameroun et les personnes sont désignées par le terme Kamer, adjectif qui n’est pas seulement un mode familier de désignation d’un·e Camerounais·e mais, comme il est dit dès la première page (p. 13)

Rien ne vaut le Kamer. O.K., on a Popaul, on a la corruption, l’injustice, l’intimidation, l’impunité, la pauvreté les maladies, les catastrophes, la jalousie, la sorcellerie, la galère, tout ça. Mais tout ça, c’est même quoi à côté de tout ce qu’eux, là-bas, n’ont pas ?

Le monologue d’Honoré, le premier des quinze « instantanés camerounais » de ce bouquin au titre mystérieux (on y reviendra), sept femmes, huit hommes, donne le ton du travail mimétique (au sens qu’a mimésis chez Auerbach) de Nicolas Fargues : représenter la réalité d’une socio-culture (celle d’un·e Kamer) par le seul biais de l’oral, du monologue, en immersion dans le flux des clichés auto-représentatifs, avec leurs rancœurs et leurs petits bonheurs, de ceux et celles vivant là-bas, y partant-y séjournant ou en revenant, blanc ou noir ou métis « fudge doré » comme dit l’un d’entre eux (p. 37).
Les blancs kamer, Fargues ne les aime guère. Soit ce sont de vieux croûtons moisis (à l’instar de ceux qu’il avait cruellement épinglés à Madagascar (Rade terminus, 2004), comme René (pp. 76-84), soit de vieilles responsables d’ONG, des « Blanches à nègres » comme il est dit de Catherine (« Honoré », p. 37-45). Les noirs kamers, Fargues se glisse sous leur peau, dans leur parlure à l’occasion d’une multitude de petits événements de la vie de tous les jours.
On peut dire qu’il excelle à cet exercice. Pourquoi et comment ?

L’écriture de Fargues est toute d’imprégnation, tantôt fluide et bavarde comme dans l’instantané « Sandra » (p. 46-58) : une jeune fille noire étourdie vivant à l’aise en France, mais heureuse de revenir retrouver ses cousines kamer auxquelles elle apporte quelques cadeaux, sauf que… quelques jours avant son retour en Europe, elle trouve un truc de magie noire dans sa valise, certainement déposé par ses cousines kamer jalouses. Une anecdote parmi cent. Cette écriture ne nous donne pas d’interprétation surplombante de la société kamer, elle la croque (dans tous les sens du mot) joyeusement pour souvent notre plus grand bonheur mais de temps à autre, avec des plaintes coléreuses ou rentrées.
Je (DD) lisais par hasard en même temps que le livre de Fargues un recueil de nouvelles de Daniel Bersot[1] de l’époque coloniale – il situe ses récits à l’époque de l’Etat indépendant du Congo de Léopold II, 1885-1908 – pour dénoncer les violences inouïes, lourdement sexualisées, perpétrées alors avec l’aval des hautes autorités belges sur les travailleurs forcés congolais. L’écriture de Bersot est pleine, lourde, à la manière de celle des écrivains européens dits naturalistes :

La nature aujourd’hui est extraordinairement tourmentée, ce qui n’est point pour me rasséréner. Il fait aussi sombre en moi qu’en mon âme. Une tornade fond sur nous avec son concert terrifiant et son habituel accompagnement de manifestations chaotiques. Le ciel d’encre, bas et lourd, est embrasé d’éclairs, zigzagants d’abord, puis rayonnants, tels les soleils d’un feu d’artifice… (p. 43)

Et la description se poursuit sur le même ton sur toute une page.
Aucune description de ce ton chez Fargues qui reste centré sur la parlure kamer de chacun. Il écoute, semble seulement écouter et restituer une sorte de Weltanschauung spécifique :

Dégoûté je suis. Ce gars, franchement, qu’est-ce qu’il de plus que moi. Déjà, niveau beau gosse, il n’y a pas cliché : mon mètre quatre-vingt-dix-huit contre son nabotisme, mes pecs et mon pack de six contre son plexus de poisson séché…. (p. 37)

Si l’écriture africaine a en quelque sorte commencé de se désafricaniser, c’est parce que la manière de penser des Africains cultivés d’aujourd’hui s’est elle-même décentrée. Décrire un monde centré autour d’un seul individu semble d’une autre époque et donc d’une conception vieillie de la littérature.
Aucune description de paysages donc, rien chez Fargues sur l’implication biographique de l’auteur, rien sur les petits événements de la vie quotidienne qui font l’histoire. Les individus kamers saisis dans leur oralité singulière (par exemple leur emploi du camfranglais) constituent ensemble, par et dans leur diversité, un sujet kamer singulier. Le meilleur de ces instantanés n’est pas dans les plus véhéments (dénonciation des pratiques de Camsky (« Jean-fils », 103-114) ou portraits au vitriol de Blancs comme « René » (76-84) ou « Julien » (91-102), non, le meilleur à mon avis est dans le choix très réussi surtout au début du livre, du ‘bavardage’ d’une écriture orale qui permet à un sujet de s’ouvrir au monde.
Fargues participe alors pleinement de ce temps nouveau de la littérature francophone africaine[2]. Blanc ou Noir, peu importe, Kamer avant tout.

Daniel Delas

[1] Daniel Bersot, Sous la chicote. Nouvelles congolaises, présentation de Patrice Yengo, coll. « Autrement mêmes », L’Harmattan, 2019.

[2] J’avais promis de revenir sur le titre Attache le cœur. Inutilement énigmatique à mes yeux ; il dit tout simplement je pense que le Cameroun reste au fond du cœur de tout kamer dès qu’il l’a quitté, noir ou blanc.

Pour citer cet article : Écrivain noir, écrivain blanc, écrivain kamer. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 16/04/2019, https://apela.hypotheses.org/3173.

Sur les routes du Cameroun. Par Daniel Delas

Max Lobe, Loin de Douala, éd. Zoe, 2018, 173 p.

À la mort du père à Douala, son fils se sauve du foyer familial pour – rêve-t-il – devenir en Europe une star du ballon rond ; il tente boza, l’aventure en prenant le chemin du Nord du pays.

Boza chez nous n’a rien à voir avec la boisson, la boza turque. D’après notre dictionnaire français du Cameroun, c’est un mot nouveau qui dérive de certains dialectes ouest-africains. Il signifierait « victoire ». Lorsqu’après des mois, voire des années de risques pris sur des chemins tortueux, on foule enfin le sol européen, on crie, Boza ! Victoire ! (p. 31)

Son petit frère est chargé par sa mère éplorée de le retrouver.
Et nous voilà partis avec son ami Simon vers Ngaoundéré via Yaoundé, route habituelle des migrants vers l’Europe.
Ni roman ni chronique, le récit vaut assurément par sa modestie et sa bonne humeur et surtout par une écoute souriante et bienveillante de petits incidents dont toute vie est faite. Un extrait entre mille :

Le vacarme est monstrueux. On s’invective : « – Hey toi là-bas, tu ne peux pas faire la queue comme tout le monde ? Qui t’a même donné ton permis de conduire ? – Le cul de ta mère ! Tu te prends pour qui toi ? Imbécile au carré ! » Un troisième, un quatrième, un nième s’en mêlent et la joute verbale s’allonge. Tout est bloqué. (p. 44).

D’éminents critiques diront : « Sympathique certes, mais ce n’est pas de la littérature ! », en songeant aux “grandsˮ romanciers de l’Afrique subsaharienne : Mongo Beti, Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, engagés dans une vision poétique et politique forte. Peut-être le temps des grandes espérances et des amères désillusions apparaît-il aujourd’hui comme lointain et déjà empoussiéré. Mais pourquoi les écrivains du vécu, du grouillement de la vie quotidienne n’auraient-ils pas droit eux aussi au nom d’écrivain ? Domaine où Max Lobe excelle plutôt que dans son analyse des méandres de la psychologie affective des deux adolescents.

Profitons-en pour poser une question importante. Faut-il distinguer nettement journalisme et Littérature (avec un grand L !!) ? À mon avis, c’est à la fois impossible et inutile.
Boileau, classique entre les classiques français nous fait revivre Les embarras de Paris au dix-septième siècle ; pourquoi Max Lobe ne serait-il pas un écrivain parce qu’il raconte les embouteillages de la Nationale III Douala-Yaoundé ? D’ailleurs au dix-neuvième siècle, presque tous les écrivains (avec un grand E !) ont pondu des récits de voyage plus ou moins pittoresques.
L’écrivain serait-il aujourd’hui plus tourné vers l’intime et/ou le politique ? Voire…

Quel extrait choisir pour illustrer la « manière » de Max Lobe ? À dominante sociale : « Une adolescente au visage criblé de boutons tient dans ses bras un bébé morveux dont elle est probablement la mère. » (p. 133). Truculente ? : « Le cul de vos mères ! Entendu ! Le gros cul de vos mères au carré ! ».
Mais, après tout, ami lecteur, à toi de choisir !

Daniel Delas

Max Lobe est né à Douala en 1986. Il est précédemment l’auteur de trois romans : 39, rue de Berne (2013), La trinité bantoue (2014), Confidences (2016).

Pour citer cet article : Sur les routes du Cameroun. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/11/2018, https://apela.hypotheses.org/2739.

À l’écoute des peuples opprimés. Par Daniel Delas

À l’écoute des peuples opprimés. Rumeur et histoire au Cameroun

Patrice Nganang, Empreintes de crabe

roman, JC Lattès, 2018, 510 p.

 

Parution : 22/08/2018

Patrice Nganang, né à Yaoundé en 1970, dans une famille bamiléké installée dans la capitale à la suite de la guerre civile (voir La joie de vivre, 2003), a quitté le Cameroun vers 1990 pour poursuivre des études doctorales en Allemagne (thèse soutenue à Francfort en allemand sur Soyinka et Brecht) puis il a fait carrière aux Etats-Unis (il enseigne aujourd’hui à Princeton). Lors de son dernier retour au pays en 2017, son engagement contre la « dictature » du président Biya (Contre Biya. Procès d’un tyran, édition assemblage, 2011) lui a valu de rester incarcéré dix-sept jours pour injures envers le chef de l’Etat. Il a le français comme langue acquise et c’est en français qu’il écrit ses romans mais il s’exprime aussi en allemand et de plus en plus en anglais, ceci sans compter sa connaissance des parlures bamiléké (il n’y a pas moins de onze langues bamiléké !). Cette situation linguistique n’est pas extraordinaire au Cameroun puisque cette région ouest fut, rappelons-le, d’abord colonie allemande (jusqu’en 1918) puis protectorat britannique ou français (selon les régions) avant de passer par un stade fédéral de 1960 à 1972 et être intégré dans la République Unie du Cameroun en mai 1972, Etat théoriquement bilingue mais en fait dominé par des francophones du Nord ou du Sud, à l’instar de ses deux présidents successifs, Ahmadou Ahidjo, d’origine peule, et Paul Biya, d’origine béti.
Le premier roman de Patrice Nganang, écrit en Allemagne de 1996 à 1999, Temps de chien, évoque les habitants des quartiers pauvres de Yaoundé, les maquis comme on dit : Mbankolo, Mokolo et surtout Madagascar (dont le cœur est le bar Le client est roi). Très réussie, avec beaucoup de drôlerie et de verve, cette « chronique animale » – ainsi dénommée parce que Mboudjak qui joue le rôle du philosophe humaniste est un chien – n’en fait pas moins entendre la voix des gens d’« en-bas », la « parole convulsive de la rue » et, plus encore, le grondement menaçant que transporte la rumeur dans cette communauté hybridisée par l‘appartenance à plusieurs cultures, et en ce sens enrichie de ce qui semble l’affaiblir. En voici un échantillon :

Vivace était encore le souvenir de la jouxte dans laquelle la nièce de la small no be sick aux mon vieux du siècle était l’épicentre (Temps de chien, p. 137, une note de bas-de-page antérieure (note 45 p. 67) ayant expliqué que « small no be sick » désigne une sorte de pommade chinoise qui, paraît-il, guérit de tout et est employé aussi pour désigner une femme de petite taille)

Rumeur qui est sans doute au départ une sorte de lâcheté expressive déclenchée par la peur de la répression mais qui peut être aussi l’expression d’une sourde colère qui ne s’éteint jamais et continue de répéter « Biya must go ! » car

La colère de Madagascar n’était que petit doigt de vague dans une main de rage beaucoup plus grande (p.295)

Le second livre, La joie de vivre, écrit en Allemagne de 1999 à 2003, remonte dans le temps et devient donc plus historique quoique toujours centré sur le petit peuple des sous-quartiers auquel Patrice Nganang est viscéralement rattaché. Pourquoi revenir en arrière en évoquant la rumeur au temps d’Ahidjo ? Parce que, pour reprendre les termes de Kum’a Ndumbe III, « la mémoire profonde des Africains a été effacée, annihilée au cours des siècles. Dans leur écrasante majorité, ils ne savent plus ce qui leur est arrivé, d’où ils sont venus[i] » et qu’il est indispensable de reconstituer en priorité cette historiographie perdue ou falsifiée. Cette nécessité d’un retour au passé pour comprendre le présent se confirme dans les publications de Nganang qui ont suivi, Mont Plaisant (2011) et la Saison des prunes (2013), accompagnant un centrage de plus en plus prononcé sur le pays et la culture bamiléké-bamoun, par exemple sur l’œuvre culturelle du souverain Ndjoya, inventeur d’une écriture ou sur l’influence de la formation de la colonne Leclerc au Cameroun avant son départ vers le nord pour affronter les forces allemandes de Rommel.

Continuer la lecture de À l’écoute des peuples opprimés. Par Daniel Delas

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/

Mongo Beti : l’exilé de retour et l’épreuve du réel – ELA 42

Mongo Beti : l’exilé de retour et l’épreuve du réel

Textes réunis par Yvonne-Marie Mokam et Phyllis Taoua

Quelles incidences eut le retour définitif de Mongo Beti au Came­roun à partir de 1991 ? Ce retour mettait fin à un exil qui avait duré plus de trente ans. Les études rassemblées ici examinent l’évolution de l’œuvre, qui se tourne vers un nouveau genre, le polar, et qui renouvelle ses langages : les usages populaires et l’humour témoignent d’une nouvelle liberté. Elles montrent aussi que l’écrivain réévalue, voire repense à nouveaux frais ses posi­tions idéologiques antérieures concernant l’Afrique : elles seront désormais plus sensibles aux enjeux locaux, notamment au tribalisme. Qu’il s’agisse de publier en feuilleton ou de rencontrer des étudiants, Mongo Beti ne néglige certes rien pour renouer le contact avec les siens, mais, pour autant, il ne cesse pas d’être un « combattant » : il affronte « l’épreuve du réel ».

  • Présentation
  • Mongo Beti et l’énigme du retour (Ambroise Kom)
  • Mongo Beti : les ultimes défis d’un ancien combattant (1990-2000) (Cilas Kemedjio)
  • Mongo Beti de retour d’exil : du roman-feuilleton au roman (Yvonne-Marie Mokam)
  • Aliénation et appartenance dans l’écriture de Mongo Beti après son retour au Cameroun (Phyllis Taoua)
  • Trois ouvrages critiques récents (Patricia S. Seuchie)
  • Bibliographie

À propos de…
Joseph Tonda, L’Impérialisme postcolonial :
critique de la société des éblouissements

  • Imaginaires éblouissants : réflexions sur la puissance des fictions (Elara Bertho)
  • La pharmacopée des éblouissements (Ninon Chavoz)
  • L’impérialisme postcolonial à la lumière de ses excès (Xavier Garnier)
  • Joseph Tonda : la caverne et l’écran (Sami Tchak)

Varias

  • Vertus de l’in-discipline : langues, textes, traductions (Alain Ricard)
  • Lire Cheikh Hamidou Kane : une aventure ambiguë ? (Florence Paravy)
  • La poupée de Mambu : un sculpteur africain du début du xxe siècle identifié et localisé grâce aux écrits de Louis Charbonneau (Roger Little)
  • Florent Couao-Zotti : de l’écriture et de l’art d’en vivre. Entretien réalisé le 23 juillet 2014 à Porto-Novo par Raymond G. Hounfodji
  • Voix et archives : de quelques prises de positions éthiques pour dire l’histoire coloniale (Elara Bertho)

Comptes rendus

Télécharger le sommaire détaillé en pdf : ELA_42_sommaire

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2017 Bulletin_d_adhesion_2017_n
Formulaire de commande au numéro : Bulletin_de commande_2017

Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

miano_imptransLéonora Miano, L’impératif transgressif, L’Arche, 2016, 183 p.

Ce volume est constitué de six conférences :

  • « Mélancolies créatrices, écritures subsahariennes de la catastrophe » ;
  • « Littératures subsahariennes : la conquête de soi » ;
  • « L’impératif transgressif , vers une pensée afrophonique » ;
  • « Toute littérature est politique » ;
  • « Sacrée marginale, posture des écrivaines francophones »
  • « Parole due ».

Les deux premières sont centrées sur les littératures subsahariennes et la tâche des écrivains africains. La première date de 2014 et part d’un thème proposé par les Assises internationales du roman, « Mémoires des mondes oubliés » en le critiquant vertement parce que pour Léonora Miano, de son point de vue d’écrivaine subsaharienne, il ne convient pas de parler d’oubli mais de relégation volontaire, de minoration délibérée. Pour elle, le jeu mémoriel, c’est-à-dire l’historicité de vécus antérieurs et l’oubli, si fortement mis au cœur de l’histoire par Paul Ricœur, a été accaparé par l’idéologie occidentale de sorte que l’histoire est à la limite une sorte de luxe inessentiel pour des peuples appelés à se reconstruire dans le présent. Pour illustrer ce point de vue, Miano montre comment les lectures qu’on a faites de Cheikh Hamidou Kane ou de Chinua Achebe étaient eurocentrées : non, ils ne disent pas que la vieille Afrique étant morte, il faut se tourner vers la modernité des Blancs ; non, ils ne disent pas non plus qu’il faut magnifier le passé africain, ils disent que

Le besoin de se confronter au visage des ancêtres, de retrouver leurs         individualités, n’est pas une célébration du passé mais un mouvement vers soi-même. Savoir de qui émanent les voix que l’on entend crier en soi, panser la plaie encore ouverte due à l’ébranlement de l’ancien monde et de ses valeurs. (p.34)

La seconde conférence, antérieure à la précédente (2013) mais mise à sa suite, sans doute parce qu’elle en prolonge la réflexion, est sous-titrée « la conquête de soi » et poursuit en effet l’idée que « l’oubli » des littératures francophones n’est pas imputable seulement à un rejet externe par l’Occident mais a des causes internes, ayant à voir « avec la vision de soi, la conscience de soi, le rapport à soi » (p.40). Sans s’attarder à la fausse bonne idée que le roman étant « une invention européenne », il faut trouver de nouvelles formes proprement africaines, elle va droit à la question de l’authenticité qu’elle définit comme « une fidélité à soi-même, un « enracinement de l’individu dans son vécu » (p.46), ce qu’elle met en premier, sans s’attarder à réfléchir à une poétique de l’écriture littéraire. Les trois conditions nécessaires selon elle pour libérer l’imaginaire : renoncer à tout essentialisme, permettre aux « langues ancestrales » de devenir des langues littéraires, faire exister des maisons d’édition africaines, ne font d’ailleurs aucune place à des propositions de type poétique.

Continuer la lecture de Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas