Archives par mot-clé : Cameroun

Echange littéraire avec Hemley Boum

Le vendredi 19 avril, la Chaire d’excellence DiANA T. aura le plaisir de recevoir à la Maison des Suds, la romancière Hemley Boum pour un échange autour de son dernier livre “Le rêve du pêcheur”.

Vendredi 19 avril à 14h30, sur le campus de l’Université Bordeaux Montaigne (Amphithéâtre de la Maison des Suds, Domaine Universitaire, 19, Esplanade des Antilles, Pessac) – [évènement gratuit, entrée libre]

Après plusieurs interventions de chercheurs autour des questions d’identités et d’interculturalités (enregistrements complets disponibles sur la playlist DiANA T de la chaîne YouTube @UBmontaigne), la Chaire Diasporas Africaines en Nouvelle-Aquitaine & Transculturalité (DiANA T.) a le plaisir de recevoir la romancière Hemley Boum pour un échange autour de son dernier livre Le rêve du pêcheur paru en janvier aux éditions Gallimard et qui traite de rêves, de transmissions, et d’exils.

Hemley Boum est une romancière camerounaise d’expression française résidant actuellement en région parisienne. Elle est l’auteure de cinq romans dont plusieurs ont été primés (prix Ahmadou Kourouma en 2020 pour Les jours viennent et passent).
Le Rêve du pêcheur interroge la question des pertes de repères et des déracinements pluriels, des quêtes d’ailleurs, identitaires ou géographiques, de Campo (Cameroun) à Paris en passant par Yaoundé, subis par trois générations d’une même famille camerounaise alors que leur environnement se trouve soudain bouleversé.

Les échanges seront introduits par Sylvère Mbondobari, professeur de littérature francophone à l’Université Bordeaux Montaigne et titulaire de la Chaire DiANA T. Ils se clôtureront autour d’un goûter convivial en présence de l’auteure.

240419_affiche Hemley Boum

Un brunch littéraire et musical au ChapitÔ de Bègles suivra, samedi 20 avril à 11h30. Plus d’infos sur le site de l’IdAf.

Écrire Boko Haram

Cycle de conférences : Littérature et sciences sociales en Afrique #3

Jeudi 29 février, 16h-18h

1, place Saint-Thomas-d’Aquin, 75007

Pour inaugurer le nouveau Programme Afrique de Sciences Po, s’ouvre un cycle de conférences « Littérature et sciences sociales en Afrique », en partenariat avec la Maison des arts de Sciences Po, animé par Elara Bertho (CNRS) et Elgas, sociologue et écrivain sénégalais.

Pour la troisième séance, nous accueillons l’écrivaine camerounaise Hemley Boum, autrice de nombreux romans, dont Les Maquisards (La Cheminante, 2015, Grand prix littéraire d’Afrique noire), Les Jours viennent et passent (Gallimard, NRF Collection blanche, 2019, Prix Ahmadou Kourouma) et Le Rêve du pêcheur (Gallimard, NRF Collection blanche, 2024).

Écrire Boko Haram avec Hemley Boum, écrivaine

Discutant.e.s : 

  • Elara Bertho, CNRS – LAM & Programme Afrique Sciences Po
  • El Hadj Souleymane Gassama, dit Elgas, journaliste à RFI, chercheur associé à l’Iris et écrivain
  • Vincent Foucher, CNRS – LAM & revue Politique africaine

Responsable scientifique de l’événement : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

URL de référence : https://www.sciencespo.fr/fr/evenements/cycle-de-conferences-litterature-et-sciences-sociales-en-afrique/

L’art est mon arme

Parution en librairie du dossier L’art est mon arme, en majeure de multitudes. Revue politique, artistique, philosophique, coordonné par Elara Bertho, Armelle Gaulier et Maëline Le Lay.

L’art engagé est devenu une posture. Pourtant, loin d’être désuète, la catégorie d’art engagé est de plus en plus mobilisée par les slameurs, les rappeurs, les écrivains ou encore les danseurs au Congo, au Niger, en Palestine entre autres exemples. Tandis que la parole politique souffre d’une crise de légitimité, l’art devient espace de fabrication de la citoyenneté, à bas bruit. Nouvel espace de rénovation démocratique, l’art engagé peut être une posture maniée par les artistes de manière stratégique mais dont les effets pragmatiques en termes de réception sont bien réels.

Consulter le sommaire et les articles : https://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/87-multitudes-87-ete-2022/ 

Ce dossier contient des articles sur des artistes d’Algérie, du Cameroun, du Niger, de RD Congo (entre autres). Il est également disponible sur la plateforme Cairn: https://www.cairn.info/revue-multitudes-2022-2.htm

AAC/CFP: Mongo Beti : le témoignage actuel de la «réserve révolutionnaire»

Colloque international

Mongo Beti : le témoignage actuel de la « réserve révolutionnaire » / Witnessing for the Witness: Mongo Beti and the Untenable Postcolonial Condition

International Colloquium

29-31 juillet 2021

La Société des Amis de Mongo Beti (SAMBE)

en collaboration avec la Librairie des Peuples Noirs à Yaoundé, Cameroun organisent :

Mongo Beti : le témoignage actuel de la « réserve révolutionnaire » / Witnessing for the Witness: Mongo Beti and the Untenable Postcolonial Condition

Les projets de communication (pas plus de 500 mots), en anglais ou en français, devront parvenir au Professeur Ambroise Kom akom@holycross.edu au plus tard le 15 janvier 2021.

Mongo Beti Juillet2021_colloquium

Continuer la lecture de AAC/CFP: Mongo Beti : le témoignage actuel de la «réserve révolutionnaire»

«La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas

« La patience cuit la pierre », disent les femmes peules

Djaïli Amadou Amal, Les impatientes, roman, Emmanuelle Collas, 2020, 240 p.

Peut-on être féministe et peule ? Peut-on être peule et impatiente ? (titre du roman assorti d’un avertissement : « cet ouvrage est une fiction inspirée de faits réels ») alors que père, mère, oncles, imams ne cessent de répéter (à chaque fin des trois chapitres) :

Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes, du pulaaku. Intégrez-la dans votre vie future. Inscrivez-la dans votre cœur, répétez-la dans votre esprit ! Munyal , vous ne devrez jamais l’oublier (p.15)

Les Peuls, originaires de la zone saharienne, sont une importante communauté ethnique de religion musulmane qui a entretenu des rapports souvent difficiles avec les peuples sahéliens. Ils ont fondé des empires puissants au cours des siècles. Dans le domaine francophone, Amadou Hampaté Bâ nous a fait connaître par ses écrits leur mode de pensée et d’être tandis que Tierno Monénembo a fait revivre leurs ‘mœurs cinglées’. Mais cette histoire est exclusivement une histoire d’hommes de même que leur résistance à la colonisation, alors que le roman de Djaïli Amal (née à Maroua (Nord-Cameroun) en 1975) nous parle du point de vue des femmes peules, avec des paroles de femmes dans une société totalement dominée encore aujourd’hui par les hommes.
A Maroua par exemple, les Peuls sédentarisés se sont regroupés dans certains quartiers, la famille de Ramla, l’héroïne principale, occupe une concession entourée d’une enceinte de hauts murs au sein d’un ensemble de cinq autres : cinq familles dirigées chacune par un oncle, quatre-vingt enfants facilement. Combien de femmes ? Difficile à dire puisque dans chacun de ces foyers polygamiques, le nombre d’épouses varie en fonction des répudiations et des remariages.

Les visiteurs n’y pénètrent pas : ils sont reçus à l’entrée dans un vestibule que, dans la tradition de l’hospitalité peule, nous nommons le zawleru. Derrière s’ouvre un espace immense dans lequel se dressent plusieurs bâtiments : d’abord l’imposante villa de mon père, l’homme de la famille, puis le hangar, une sorte de portique sous lequel on reçoit les invités, enfin les habitations des épouses où les hommes ne pénètrent pas. Pour parler à son mari, une épouse ne peut passer que par la coépouse dont c’est le tour.
[…]
Nous, les filles, vivons avec nos mères respectives pendant que nos frères ont leurs propres chambres à l’extérieur des appartements maternels dès la préadolescence. Et bien sûr, filles et garçons ne font que se croiser, s’adressant à peine la parole. (p. 29)

Le roman se veut une dénonciation – on le sent dans le ton – de l’oppression séculaire des femmes – mariage forcé, viol conjugal et innombrables coups bas entre coépouses en quelque sorte programmés par cette structure sociale reposant sur un cloisonnement rigoureux. Il est la vengeance d’une femme dont les rêves d’amour et de modernité ont été laminés sans pitié et qui est contrainte de se défendre pour survivre. Amère derrière son masque fardé,  Safira restera la puissante première épouse,  daada-saaré : « Quoi qu’il arrive, je suis la daada-saaré. Personne ne pourra jamais me remplacer. » (p. 239) tandis que Hamla s’enfuira vers une vie meilleure.

On ne tentera pas de résumer les innombrables épisodes de la vie de bataille des épouses dans la chaudron  d’une telle société polygame tant ils sont imbriqués les uns dans les autres. Réduisons notre propos en empruntant à la 4ème de couverture :

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés, celui de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin. Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impossible d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. ». Mais le ciel peut devenir un enfer.

Et posons la question qui taraude le lecteur moderne : comment une société humaine peut-elle se développer harmonieusement sur de telles bases ? Comment les hommes peuls peuvent-ils rester tranquillement installés en garants et bénéficiaires d’une société aussi inégalitaire et violente ? Faut-il, à la suite d’ Amin Maalouf  (Le naufrage des civilisations), incriminer un islamisme obtus qui aurait remplacé le nationalisme nassérien après la défaite de 1967 ?  Incapables d’assumer la défaite, les peuples arabo-musulmans feraient ainsi payer aux femmes le prix de leur propre déficience.

‘Patience !’,  semble dire la romancière, ‘ça ne durera peut-être pas toujours!’

Daniel Delas