Archives par mot-clé : Cameroun

Journée d’études Littérature, médias et technologies numériques

La journée d’étude « Litterature, medias et technologies numeriques » de l’Equipe de recherche en Littérature Comparée (ERLIC) de l’université de Dschang aura lieu le samedi 6 juin 2015.
Responsable : Robert Fotsing Mangoua, Directeur ERLIC

Samedi 6 juin 2015, Université de Dschang, salle des spectacles

 
PROGRAMME
08h00 : Mot d’ouverture de Monsieur le Doyen de la FLSH
08h10 : Mot du chef de département de LEA
08H15 : Enjeux de la journée d’étude par le Directeur de l’ERLIC
 
       1ère séance : Ecriture et pratiques intermédiales, Modérateur : Hon. NGETCHAM
 
08h30 : Mathusalem Nganga, Université de Dschang, Henri Lopes et les dispositifs artistiques dans Le Lys et Flamboyant d’Henri Lopes
08h50 : Chantal Bonono, ENS/Université de Yaoundé I, Roman historique et intermédialité. Le cas de Les Rois maudits de Maurice Druon
09h10 : Mathieu Njongue, Université de Dschang, L’écriture du roman francophone subsaharien de l’immigration : de l’empreinte à l’emprunt littéraire
       Echanges
10h00 : PAUSE LIBRE
 
       2ème séance : Ecriture et pratiques intermédiales. Modérateur : Chantal BONONO
 
10h30 : Alain Penka, Université de Dschang, La téléphonie à la jointure de la littérature et de la  photographie : comprendre la poétique de la médiascripture dans Lumières de Pointe-Noire D’Alain Mabanckou
10h50 : Dieudonné Ndoumbena, Université de Yaoundé I, Écrire la sculpture chez les romanciers du XIXème siècle : cas de Notre Dame de Paris de Victor Hugo. Une analyse transmédiatique
11h10 : Ngetcham, Université de Dschang, Pictographie et écriture de soi dans Nadja d’André Breton, L’Africain de JMG Le Clézio et Mangweloune, la danseuse du roi Njoya d’Henri Nicod
       Echanges
12H00 : PAUSE DEJEUNER
 
       3ème séance : Pratiques intermédiales et enjeux. Modérateur : Yves-Abel FEZE
 
14h00 : Maurice Mbah, Université de Dschang, L’avenir du livre-papier à l’ère de l’éclosion du livre numérique
14h20 : Catherine Awoundja, ENS/Université de Yaoundé I, Enjeux de l’intermédialité dans Concert pour un vieux masque de Francis Bebey et À New York de Léopold Sédar Senghor : entre métissage et suicide 
14h40 : Estelle Donfack, Université de Dschang, Mémoire et reconstruction historique : quand les médias s’en chargent
15h00 : Daniel Houli, Université de Douala, Jeux de l’espace et du temps dans la littérature numérique : autour de l’image et du texte
       Echanges

Continuer la lecture de Journée d’études Littérature, médias et technologies numériques

AAP : Eugène Ebodé et Gaston-Paul Effa

Eugène EBODE et Gaston-Paul EFFA :

devoir de mémoire et mémoire de devoir

Appel à contributions

À l’occasion de la présentation des derniers romans parus dans la Collection « Continents noirs » chez Gallimard, le 16 mars 2015, Eugène EBODE partageait avec le public cette vérité sienne, sans doute celle de nombreux autres écrivains : « Tout être est mon être ». Au cours de la même cérémonie, Gaston-Paul EFFA rendait compte de l’échec de l’idéologie de l’anéantissement de l’homme entretenue par Hitler, idéologie reposant sur une barbarie difficilement concevable. En effet, la transformation du camp de concentration de Buchenwald  en une « fraternité humaine » est une victoire de l’humanité de l’homme, la renaissance d’une fraternité d’un type nouveau, cette fraternité qu’instigue Rosa Parks à Montgomery aux Etats-Unis, qui a permis aux Noirs de résister au racisme et de prendre progressivement leur place dans ce pays (EBODE : 201). Raphaël Elizé, ce Martiniquais noir, vétérinaire dans les campagnes de la Sarthe, premier maire d’une commune française métropolitaine, cet être inférieur au Juif, dernier degré dans l’échelle humaine établie par les Nazis, démolit, par son action et son abnégation, cette cruauté gratuite qui alimente le plus terrible projet d’éradication de l’Homme. N’est-ce pas cette même philosophie nihiliste qui a précipité les « averses » meurtrières évoquées Eugène EBODE sur le Rwanda ?

Ainsi donc, la question de l’Homme, de son présent, de son passé et de son devenir, reste une permanence chez les deux auteurs, malgré la diversité des sujets explorés. Il s’agit surtout du « monde noir ». Dès lors, l’exploration et la visite de l’héritage ancestral, autant que celles de la vie quotidienne décrite à travers, par exemple, des matches de football, ne seront jamais à considérer comme le passage en revue d’un folklore, mais comme une caractérisation sincère d’apports, de pratiques, de faits et gestes,  par lesquels se construisent des identités. De même, la convocation de l’histoire, celle vécue par les Noirs/Noires, est nécessaire à l’existence d’une communauté, à celle des êtres, et leur donne un sens, même si le fait fixé dans l’histoire relève du banal, de l’insignifiant, comme le déclare Raphaël Elizé : « après la corvée je racontais cet épisode devenu banal, ou écrivais « comme on respire. Chaque bouchée d’air était, dans l’instant, une bouffée d’encre… » (EFFA : 2015 : 71). L’écrivain est devenu cet éternel confident qui, tandis qu’il dépose ses pensées sur une feuille de papier, ne cesse d’inviter à relire l’histoire de la fraternité humaine qui se dissimule dans l’amas de paroles quotidiennes, les montagnes d’idéologies, l’empilement et la succession des programmes susceptibles de « guérir l’homme ».

Comment s’appréhende dès lors, dans les œuvres d’Eugène EBODE et de Gaston-Paul EFFA, cette articulation « de devoir de mémoire et de mémoire de devoir » ?

Cette question principale ouvre la porte à d’autres interrogations et investigations sur les deux auteurs et leurs œuvres. La perspective comparative/comparatiste indispensable à  cette étude invite formuler les propositions de contribution en considérant toutes les œuvres de deux auteurs.

Quant à ces propositions de contribution (titre, résumé d’une quinzaine de lignes, bref CV), elles sont attendues avant le 30 juin 2015, à l’adresse suivante : marierose.abomomaurin [at] gmail.com. Les travaux entièrement rédigés ne devront pas dépasser une vingtaine de pages.

AAP : Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

APPEL À CONTRIBUTIONS

Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun


Journée scientifique du GRIAD
Vendredi 5 juin 2015
CURELF, Campus C, Université de Buea
Université de Buea
GRIAD
Groupe de Recherche sur l’Imaginaire de l’Afrique et de la Diaspora
Directeur : Pr. Pierre FANDIO

Date limite: 30 avril 2015

Des travaux récents sur la littérature camerounaise constatent comment, de la fin de la première moitié du xxe siècle au début du XXIe siècle, se sont mis en place les jalons, certes fragiles mais essentiels, pour l’avènement possible d’un champ littéraire relativement autonome, si tant est qu’il puisse en exister. Des instances et des agents nouveaux (éditeurs, festivals, écrivains, libraires, salons, associations, ONG, prix littéraires, cercles littéraires, etc.) qui ont récemment émergé dans le champ, semblent repoussés à la périphérie par les instances et les agents institués (Fandio : 2012). La critique, elle-même, semble bien trop peu s’intéresser à ces nouveaux arrivants comme tels, sans doute à cause de leur « faible degré de codification » comme dirait Pierre Bourdieu (1991 :15).
En convenant avec l’auteur de Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques que pour tout agent dans un champ de pouvoir, « c’est déjà exister dans un champ que d’y produire des effets, fût-ce de simples réactions, de résistance ou d’exclusion » (1991 :15), la présente journée entend par « écriture émergente » les institutions et les agents apparus depuis la fin des années 90 dans le champ littéraire camerounais. Elle s’intéresse ainsi à ces « régions » périphériques du champ littéraire camerounais qui, de plus en plus, voient le jour, parfois à l’intérieur même des sous-champs qui se situent déjà, eux-mêmes, à la marge du main stream.

Continuer la lecture de AAP : Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

Université de Dschang : Hommage à André Brink

L’écrivain sud-africain André Brink est mort dans la nuit du 6 février 2015 à bord d’un avion (Amsterdam-Le Cap) qui le ramenait de Belgique où il venait d’être fait Docteur Honoris causa de l’Université Catholique de Louvain. Il est l’auteur notamment de Une Saison blanche et sèche (1979), roman enseigné dans le programme de littérature des classes de première au Cameroun depuis l’année scolaire 1996-1997.
L’Équipe de Recherche en Littérature Comparée de l’Université de Dschang (Cameroun) lui rend un hommage mérité pour son talent et sa créativité littéraires (23 textes publiés, romans et essais confondus) pour son engagement en tant que homme et artiste du côté de la liberté et de la justice sans couleur, contre l’apartheid.

Continuer la lecture de Université de Dschang : Hommage à André Brink