Archives par mot-clé : Caraïbe

Zombis, dorlis, soukounyan

Figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Les prochaines rencontres de CARACOL-Observatoire des littératures caribéennes se tiendront les 25 et 26 avril 2024 à Aix en Provence – 29 avenue Robert Schuman, Pôle Multimédia.

L’Assemblée générale de l’association se tiendra pendant ces rencontres, le jeudi 25 avril de 16h à 18h, en mode hybride. Elle est ouverte à toute personne intéressée et permettra de déterminer le sujet des prochaines rencontres 2025, de renouveler ou enrichir les fonctions du bureau et d’établir un bilan et des perspectives pour les autres activités (webinaire, atelier de traduction etc).

L’événement sera également accessible en ligne: demandez le lien de connexion à caracol.olc@gmail.com.

BAT2-PRINT-Programme Zombis

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/865

Le polar francophone

ou la pensée d’une dynamique hybride

Interculturel Francophonies  (n° 44, 2023) coordonné par Adama Togola

Sommaire

  • Adama Togola, Le polar francophone ou la pensée d’une dynamique hybride : présentation
  • Émeline Pierre, Les préoccupations écologiques du polar de la Caraïbe francophone
  • Sylvère Mbondobari, Versions et variations du roman policier francophone: configurations ethnologiques dans l’œuvre de Moussa Konaté
  • Adama Togola, Tension générique et jeu de piste littéraire dans 90 jours avec Vandel d’Awa Tamboura
  • Yves Chemla, Janis Otsiemi: dire le politique dans le polar
  • Kodjo Attikpoé, Formes et enjeux du polar pour la jeunesse en Afrique francophone
  • Bouchra El Alaoui, Le jeu de dédoublement dans L’inspecteur Ali de Driss Chraïbi
  • Saadia Dahbi, L’inspecteur Ali de Driss Chraïbi: un San-Antonio aux couleurs du pays
  • Aziza Benzid, La part du mort de Yasmina Khadra: désir d’enquête ou de mémoire?
  • Yves Chemla, Du dingue au vertueux: changement de récit chez Yasmina Khadra

AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Journée d’étude jeunes chercheurs & chercheuses « Littératures du Sud » (APELA)

09 février 2024, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

Organisation : Laboratoires Configurations littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg), Écritures (EA 3943, Université de Lorraine) et THALIM (UMR 7172, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), sous l’égide de l’APELA.

  • Léa Dumetier, Université de Strasbourg,
  • Ismaël Koné, Université de Lorraine,
  • Marie Pernice, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

La journée se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais 75005 Paris). S’il nous tient à cœur de proposer des échanges en présentiel qui permettent de tisser des liens, les communicant.e.s ne pouvant se déplacer auront toutefois la possibilité d’intervenir en visioconférence. Un déjeuner et des collations seront offerts aux personnes présentes sur place, mais les frais de déplacement et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge.
Nous invitons tout particulièrement les jeunes chercheurs et chercheuses qui souhaitent s’initier à la pratique de la communication scientifique à proposer une intervention : cette journée d’étude a aussi pour vocation d’offrir un cadre bienveillant à ceux et celles qui ne sont pas encore rompus à l’exercice. 

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 13 novembre 2023 aux trois adresses suivantes : ismael.kone@univ-lorraine.fr, lea.dumetier@etu.unistra.fr et marie.pernice@sorbonne-nouvelle.fr.
Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées à partir du 27 novembre 2023.

Argumentaire

Si l’œuvre littéraire naît toujours dans le bruissement de l’ensemble des textes antérieurs qui ont nourri son auteur, la pratique de la réécriture implique de revendiquer ouvertement le lien privilégié entretenu avec le corpus qui sert de base à la création. De la citation à l’adaptation, du pastiche à la parodie, la réécriture change ainsi de forme au gré de la distance que l’auteur prend par rapport à son modèle, tout autant que de l’attitude plus ou moins révérencieuse qu’il adopte à son égard. À travers ce choix complexe de la position depuis laquelle écrire, l’auteur se confronte à l’autorité des textes littéraires qu’il décide de retravailler. Comme le souligne Dominique Maingueneau dans L’Analyse du discours, la réécriture « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes. »[1] Réécrire offre dès lors l’occasion à l’auteur soit de chercher une forme de légitimité à travers la reconnaissance dont bénéficient les œuvres qu’il reprend, soit au contraire de questionner, voire de rejeter, le canon que celles-ci incarnent.

Appel à communication – Résistance des réécritures_Littératures du Sud_2024

Continuer la lecture de AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Des enfances créoles

Des enfances créoles : écrire (pour) l’enfance dans les littératures caribéennes

Colloque CARACOL

Observatoire des littératures caribéennes

16 et 17 juin 2023

Université Lyon 3 Jean Moulin

Le colloque 2023 de CARACOL, organisé par Pauline Franchini et Natacha d’Orlando les 16 et 17 juin, intitulé “Des enfances créoles : écrire (pour) l’enfance dans les littératures caribéennes“, se tiendra, en présence de l’écrivaine Gisèle Pineau, à l’université Lyon 3 Jean Moulin et en ligne.

N’hésitez pas à demander le lien de connexion aux organisatrices, en écrivant à pauline.franchini@univ-lyon3.fr ou natacha.d-orlando@univ-amu.fr . Vous trouverez en cliquant sur ce lien l’affiche et le programme du colloque.

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/810

Féminismes noirs et littérature

Le 14 juin prochain, l’équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Guyane et du laboratoire MINEA à l’origine du séminaire FEMPOCO organise en présentiel un atelier de réflexion sur féminismes noirs et littérature, dans le cadre du congrès de l’Institut des Amériques qui se tiendra à Lyon, du 12 au 16 juin 2023
 
La rencontre prolonge les travaux du séminaire et le dossier “(Re)lire les féminismes noirs” dirigé par Tina Harpin et Claudine Raynaud paru en 2021 aux Études littéraires africaines n°51.
 
Nous recevrons les chercheuses Jules Falquet, Laure Demougin, Claudine Raynaud, Vinicius Gonçalves Carneiro et Kathleen Gyssels ainsi que Natalia Guerellus modératrice de la séance. 
 
L’atelier aura lieu au Palais Hirsch, Bâtiment Athena, Salle 046, à 9h et pour y assister sur place, il faut s’inscrire ici : https://my.weezevent.com/congres-de-linstitut-des-ameriques-2023-lyon.
 
L’argumentaire et le programme sont détaillés ci-dessous. N’hésitez pas à diffuser l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées et de pouvoir se rendre à cet événement!
 
L’équipe du séminaire de recherche FEMPOCO (Université de Guyane, laboratoire MINEA)
Giulia Manera, Ahmed Mulla et Tina Harpin
 

Penser les féminismes noirs à travers la fiction, le théâtre et la poésie des autrices francophones, lusophones, hispanophones et anglophones dans les Amériques

Mercredi 14 juin de 9h00 à 11h00

 MILC

Organisation : Tina Harpin (Université de Guyane), Ahmed Mulla (Université de Guyane) et Giulia Manera (Université de Guyane)

Argumentaire

Dans Petit manuel antiraciste et féministe, traduit en français en 2019 (Anacaona), l’universitaire activiste brésilienne Djamila Ribeiro invite ses lecteurs et lectrices à lire des « auteur.e.s noir.e.s » comme remède à l’annihilation et à l’invisibilisation des savoirs noirs et comme acte féministe. Ribeiro reprend une idée communément partagée dans les combats féministes sur le rôle de l’écriture et de la littérature dans la prise de conscience des injustices et dans la lutte. Elle nous rappelle la mise en garde ancienne de la chercheuse en littérature africaine américaine Barbara Christian (The Race for Theory, 1988) contre l’oubli d’une littérature féminine noire vue comme l’expression autre d’une forme de pensée vivante, non hégémonique, qui est aussi théorie. En tant que chercheurs en littératures américaines, nous souhaitons approfondir cette réflexion sur la littérature comme possible expression des pensées théoriques féministes noires, au lieu de perpétuer la représentation simpliste d’une dichotomie entre “théorie féministe” et pratiques littéraires.
L’atelier est pensé comme le prolongement de travaux qui ont fait connaître le Black feminism des Etats-Unis en France (Dorlin 2008) et comme la poursuite d’une recherche récente sur la place de la littérature dans les pensées féministes noires (Harpin et Raynaud 2021, Mulla 2021, Manera 2021). L’objectif de l’atelier est la discussion sur la place des études littéraires dans l’élaboration et l’évolution des féminismes noirs aux Amériques considérées dans leur diversité géographique et linguistique. L’échange sera basé sur des études précises d’autrices aux œuvres littéraires complexes et dont le positionnement féministe noir peut paraître indubitable ou faire débat. La fiction et la poésie féministe et/ou féminine noire représentent en effet un terrain d’élaboration, de déconstruction ou de révision de nouvelles figurations puissantes qui désentravent l’imaginaire et les actions. Le prisme du littéraire contribue à restituer la richesse et la diversité des féminismes noirs, et invite à souligner la circulation proprement littéraire d’idées, de formes d’engagements et de théories sur le plan transnational et transatlantique. Dans cette perspective, considérer les autrices du nord, du centre et du sud de l’Amérique permet d’observer les positionnements divers vis-à-vis des combats féministes et féministes noirs, et de problématiser la persistance de l’héritage colonial et raciste dans le continent. Le choix de ce champ d’analyse qui dépasse les barrières linguistiques et nationales permettra également de valoriser et revaloriser les spécificités et l’éclectisme de ces littératures qui pensent, critiquent, réinventent ce qu’on a appelé les « féminismes noirs » depuis le XXe siècle.

Intervenant·e·s


• Jules Falquet (LLCP – Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – Melissa Cardoza, 13 couleurs de l’engagement au Honduras

• Laure Demougin (RIRRA21 – Université Paul-Valéry Montpellier 3) – Paulette Nardal et Jane Léro : deux facettes d’un féminisme noir ?

• Claudine Raynaud (EMMA – Université Paul-Valéry Montepellier 3) – Lewis’ Sable Venus and Rankine’s Citizen: African American Poetry as Black Feminist Theory?

• Vinicius Gonçalves Carneiro (ERSO – Université de Lille) – À la recherche d’une destinataire subalterne : relire Françoise Ega à travers Carolina Maria de Jesus, relire Carolina Maria de Jesus à travers Françoise Ega

• Kathleen Gyssels (Antwerp University) – Queering Wekker with Wynter and Taubira, or Sycorax’ Sisters in the Struggle against white, male, heteronormative prejudice

 

AAP: La fin et le commencement

Colloque international “La fin et le commencement”

Hommage au cycle antillais de Simone et André Schwarz-Bart

Université des Antilles, Guadeloupe, 24 et 25 octobre 2024 

Date de tombée (deadline) :

Ce colloque international est pensé comme le second temps d’une réflexion collective venant prolonger les riches échanges et conférences des journées d’étude de septembre 2021 à l’Université de Lausanne. Ces dernières, qui interrogeaient les sources et les traces de l’oeuvre dans les textes et avant-textes schwarz-bartiens, ont fait l’objet d’une publication en ligne sur Fabula. Ancré en Guadeloupe, ce colloque suit symboliquement l’itinéraire géographique emprunté par le couple d’écrivains, qui quitte la Suisse à la fin des années 1970 pour s’installer sur l’île natale de Simone Schwarz-Bart. 
A l’image du titre du dernier chapitre de Gouverneurs de la rosée (Jacques Roumain, 1944) qui est repris comme titre d’une section de Ti-Jean l’Horizon (Simone Schwarz-Bart, 1979), ce colloque international « La fin et le commencement » s’attachera à explorer la richesse créative des écrivains installés sur l’île « à cyclones et à volcans » (Pluie et Vent sur Télumée Miracle, 1972, p.11), en dépit d’une disparition de la scène littéraire parisienne. La « fin » du séjour en Europe est le « commencement » d’un foisonnement d’un autre type, enrichi par un terreau d’une autre nature. Dans un prolongement de l’observation de l’œuvre schwarz-bartienne, les chercheurs sont notamment invités à observer le renouveau que représente pour l’œuvre la traduction et la réception qui l’accompagne. La question de la collaboration littéraire, mais également de la collaboration posthume, pourra aussi être étudiée, en ce qu’elle constitue un nouveau « commencement » pour le dit « cycle antillais ». Enfin, il pourrait être intéressant de convoquer, dans une perspective comparatiste, ces auteurs et autrices dont l’œuvre propose un dialogue avec les Schwarz-Bart. Cette approche rappellera l’ancrage des écrits des Schwarz-Bart dans la Caraïbe et les Amériques. 
Il s’agira alors de poursuivre l’esquisse du contour des univers historiques, philosophiques, politiques, religieux, linguistiques et littéraires d’une des œuvres les plus emblématiques du XXe siècle.

Continuer la lecture de AAP: La fin et le commencement