Archives par mot-clé : Colloque

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
26-27-28 avril 2022

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 30 octobre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

René Maran et la guyanité

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1506

Colloque en ligne « René Maran et la guyanité », Brésil (UFAC, UFRN)

Le colloque « René Maran et la guyanité » est organisé par nos collègues universitaires brésiliens Danielle Grace (Universidade Federal do Rio Grande do Norte, UFRN) et Dennys Silva Reis (Universidade Federal do Acre, UFAC) en hommage aux cent ans de Batouala, « véritable roman nègre » qui fut récompensé par le Prix Goncourt mais qui fit scandale, notamment à cause de sa préface, en 1921.

Du mercredi 16 juin au vendredi 18 juin, des chercheurs de divers pays (dont la Guyane) aborderont l’oeuvre immense de l’écrivain né en 1887 et décédé en 1960, ancien fonctionnaire colonial, devenu prolifique et mémorable auteur. Il sera possible [en direct puis en différé] d’écouter les présentations en ligne, soit par YouTube via la page du CLEF (Colloque de littératures et études francophones) soit sur Facebook via la page de la Bibliothèque Manioc (https://www.facebook.com/manioc.org/) ou celle de l’Université de Guyane (https://fr-fr.facebook.com/univguyane/). 

Pour aller plus loin : 

  • le site créé par Bernard Michel, petit-fils de René Maran en hommage à son grand-père (pour une biographie et une bibliographie détaillée). 
  • l’exposition sur René Maran réalisée par Kristen Sarge et Boris Lama de la Collectivité territoriale de Guyane, visible à la CTG et à La Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane (MCMG) et bientôt à la Bibliothèque universitaire de Guyane. 
  • le livre à visée pédagogique René Maran de Monique Dorcy et Lydie Choucoutou Ho-Fon-Choy à paraître dans la collection Orénoque, aux Editions du Manguier.
  • le site « Manioc » à paraître sur René Maran sur le modèle du site consacré à Maryse Condé.
  • une intervention à l’approche féministe sur l’étude génétique d’Un homme pareil aux autres et de ses représentations féminines par Laura Gauthier Blasi (Université européenne de Madrid) et Tina Harpin (Université de Guyane)

Congrès 2021, HU-Berlin, 22-24 septembre

Le site du colloque 2021 de l’APELA, qui se tiendra à l’université Humboldt de Berlin (Institut für Asien- und Afrika Wissenschaften, IAAW) sur le thème Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines, est désormais ouvert.

Retrouvez-y toutes les informations utiles sur les inscriptions, l’adhésion à l’APELA, le programme provisoire…, au fur et à mesure de leurs mises en ligne.

Et retrouvez l’appel à contributions ici.

APELA_Poster

La musique dans les arts et littératures francophones de l’Atlantique noir

La musique dans les arts et littératures francophones de l’Atlantique noir

Colloque en ligne organisé par Sylvie Brodziak et Marion Coste les 8 et 9 avril 2021

Grand invité : Daniel Maximin

AN-Programme-(A4)-Online-1

Lien du spectacle, « Connivence antillaise », qui conclura le colloque et sera accessible en facebook live, sur la page du forum de Vauréal : 
 
Live Stream Facebook : https://fb.me/e/7sOAAxu4K
Live Stream YouTube : https://youtu.be/9nR0E7HUQs0
 

AAC: Traditions orales africaines et (ré-)invention des frontières

Transitions, transformations et mobilités : traditions orales africaines et (ré-)invention des frontières

En raison de la pandémie, le colloque d’ISOLA qui aurait dû avoir lieu en juillet 2020 à Nairobi est reporté à 2021, et se tiendra du 8 au 10 juillet en mode hybride (à partir de l’université Moi qui accueillera les personnes pouvant se rendre à Nairobi à cette période, les autres étant invitées à participer par visioconférence).
Il est encore possible de proposer une communication, l’argumentaire en anglais et en français est disponible sur le site d’ISOLA : https://africaisola.org/conferencesconferences.
Si vous souhaitez participer, envoyez votre résumé (en français et en anglais) à tobiasotieno@yahoo.com et à rosopondo@gmail.com avant le 12/02/2021.

AAC: Le saint dans l’épique

Le saint dans l’épique : textes, contextes et modes de construction de la figure

IXe Congrès du REARE
22, 23 et 24 mars 2022 à l’Université Cheikh Anta Diop
Dakar, Sénégal

Au rang des protagonistes que met en scène l’épopée dans sa célébration de la grandeur des peuples et des Nations figure souvent le personnage du saint qui peut apparaître sous les traits du prophète, du prêtre, du marabout ou du desservant d’un rite de l’ancêtre.
En Occident, du XIe au XIIIe siècles, l’hagiographie célèbre des hommes et des femmes hors du commun, qui se distinguent par une vie exemplaire qui refuse les valeurs du temps (pouvoir, argent, richesse, vie urbaine). Le saint tel que le présente cette littérature recherche la perfection par le renoncement au monde et pratique la chasteté et l’ascétisme à un degré hyperbolique. Aussi celui qui représente l’archétype de la sainteté au niveau populaire est-il l’ermite. Le saint est un personnage illustre, qui après une vie de privations, de souffrances et d’endurance qui se termine souvent en mutilations et démembrements retrouve à sa mort une intégrité physique, signe d’élection divine (v. G. Paris et L. Pannier, 1872, La vie de saint Alexis).

cheikh_ahmadou_bamba.jpg Son statut évoluera sous l’ère des combats pour la propagation de la foi. Le saint acquiert d’autres attributs dans le feu des croisades (en Occident) ou du jihad (en Orient et en Afrique).

Actif sur les champs de bataille, il cumule destin guerrier et mission ecclésiastique.
On considérait que la perfection morale et spirituelle pouvait difficilement se développer en dehors d’un lignage illustre. D’où le lien entre sainteté, pouvoir et noblesse de sang. Guillaume d’Orange illustre parfaitement cette vision des choses. Il fonde un monastère où il se retire vers la fin de sa vie et sera canonisé après sa mort.
Dans le cycle de la croisade, les protagonistes, qui bénéficient au cours des combats de l’aide d’envoyés célestes, conquièrent par leurs souffrances, parfois leur mort, la gloire éternelle (J.-P. Martin, 2016, « Formes du merveilleux dans l’épopée française médiévale et dans l’épopée d’Afrique de l’Ouest. Prolégomènes à une étude comparative »). Dans La Chanson de Roland, l’âme du héros martyr est emportée par saint Michel, Chérubin et saint Gabriel vers le paradis.
À cette époque le héros musulman ouest-africain entretient des rapports variables avec la sphère du pouvoir politique. Il se place en marge ou à la périphérie du temporel, joue un rôle d’adjuvant auprès du guerrier ou s’affirme comme un contre-pouvoir (v. B. Dieng, 1993, L’Épopée du Kajoor). Son apport spirituel à la réalisation de l’action fait de lui un catalyseur.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, il se hisse au premier plan, en tant que figure militaire et politique. Il est un conquérant doublé d’un « faiseur de miracles » qui portent le sceau de Dieu (El Hadj Oumar Tall, Ousmane dan Fodio…).
Au XXe siècle, le crépuscule des chefs de guerre à l’avant-garde de la résistance à la pénétration coloniale française coïncide avec l’émergence de saints islamiques qui prônent une action non violente et promeuvent un idéal fondé sur la spiritualité (Cheikh Ahmadou Bamba, entre autres figures). Force mystique portée par la grâce divine, ils incarnent un autre modèle héroïque où la bravoure, la vaillance et l’éclat des exploits ne se mesurent plus à l’ampleur des faits d’armes (F. Suard, 2013, « Étude des rapports entre hagiographie et épopée. L’exemple de L’Épopée de Cheikh Ahmadou Bamba »).

Les études peuvent porter sur:
• la construction du personnage du saint et les schémas narratifs des récits qui mettent en scène son univers : ses origines, son parcours initiatique, ses armes, le sens de son combat, son autorité ;
• l’étude comparative des versions relevant des traditions écrites et de celles dues à l’oralité dans les zones où les deux modalités cohabitent (Inde et Afrique de l’ouest, par exemple), et l’intertextualité ; les récits pouvant porter les marques d’autres textes plus anciens comme la Qacida, la Sira, la Bible…
• les rapports et les frontières entre l’épopée religieuse et l’hagiographie, d’une part, et entre le saint et le héros mythique, d’autre part.
• la réception ; à travers l’analyse des contextes d’énonciation, des supports de diffusion, des usages faits de ces récits.

Les propositions de communication peuvent être envoyées jusqu’au 30 septembre 2021 aux adresses suivantes:
waneibrahim [a] yahoo.fr
abdoulaye.keita [a] ucad.edu.sn
sakhosi [a] yahoo.fr