Archives par mot-clé : Colloque

REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Le programme est en ligne !

REAF_JCEA_2018_Programme_court_0706

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France se tiennent du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université

Soutenue par le GIS Afrique, l’édition 2018 des Rencontres des Études Africaines en France est organisée par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Le Laboratoire Population – Environnement – Développement – (LPED -UMR 151, IRD-AMU)
  • L’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171 CNRS / UMR 241 IRD, AMU, Université Paris 1 Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Pratique des Hautes Etudes )
  • Le Centre Norbert Elias (CNE, UMR 8562, EHESS, CNRS, Université d’Avignon, AMU)
  • L’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS – UMR 205 IRD / UMR 8245 CNRS, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis, IRD, CNRS)
  • Le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, AMU).
  • L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-UMR 7310, CNRS, AMU)

En parallèle des REAF 2018 se tiendra la quatrième édition, sur le thème « Les Afriques en débat », des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA)

Liste des panels des REAF

Programme des REAF

Préambule 

Le continent africain, avec plus d’un milliard d’habitants, sa jeunesse, l’importance de ses ressources naturelles, les grands aménagements qui s’y multiplient et la modernisation qui s’y accélère est souvent associé, dans les médias, aux nouveaux miracles économiques, aux innovations sociales, artistiques et culturelles.
Les politiques économiques et sociales déployées dans les mondes africains viennent rencontrer des enjeux locaux de valorisation et de préservation des pratiques culturelles comme des ressources naturelles alimentant tour à tour afro-pessimisme et afro-optimisme, enchantement et désenchantement, mythologies d’une africanité rimant avec authenticité et d’un développement économique rimant avec modernisation.
La capacité de résistance, de transformation et de résilience des sociétés africaines face aux dominations, aux violences et aux crises, interroge et fascine. Énergie des individus, dynamisme supposé des solidarités, communautés et familles, héroïsme au quotidien des femmes et des plus démunis, élan des mouvements sociaux, créativité religieuse, amplification des circulations licites et illicites, sont mis en avant comme des atouts propres à ce continent. Les versants plus sombres de ces dynamiques interpellent également : prosélytismes et radicalismes armés sur des bases religieuses, culturelles ou communautaires, mobilisation de la sorcellerie dans le champ des concurrences ou des conflictualités  sociales.
Ces illusions, projections, fantasmes et stéréotypes qui collent aux dynamiques plurielles du continent africain sont tenaces, et fondent en partie l’attraction et la séduction exercées par ce continent. Cependant les termes mêmes de domination, de tragédies mais aussi de résistances, d’indocilité ou de résilience, si souvent appliqués au continent africain, risquent d’éluder les rapports historiques, économiques, politiques et sociaux qui s’y jouent.

Les 5e Rencontres scientifiques des Études Africaines en France proposent de revenir sur les mécanismes de construction, de diffusion et d’instrumentalisation de ces représentations. Comment se sont-elles construites ? Comment, dans l’histoire du continent, l’enchantement et ces désenchantements ont-t-ils été fondateurs de multiples formes de convoitises et de dominations ? Qu’en est-il des formes « prolongées » de mises en dépendance héritées d’un passé lointain? Comment sont-elles entretenues ? Les mémoires et les pratiques anciennes ne se prolongent pas seulement dans le présent, et elles devront faire l’objet d’une interrogation en tant que telles. En quoi l’enchantement et ces désenchantements animent-ils des actions politiques nationales et internationales, mais aussi des discours littéraires, politiques, scientifiques et des mobilisations populaires ?

Des ateliers portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements récents de la recherche ou des thèmes comparatistes sont attendus. Des ateliers pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont également sollicités. Ils pourront mettre en avant  les thèmes suivants :

Continuer la lecture de REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

AAC : Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Colloque 2019 de l’APELA

Carnet de voyage d’E. Delacroix. Photo CM
Aix-en-Provence, 25-27 septembre 2019

organisé par l’EA 4235 CIELAM (Aix Marseille Université), en partenariat avec l’IMAf (UMR 8171 Institut des mondes africains), LAM (UMR 5115 Les Afriques dans le monde) et les Archives nationales d’outre-mer (ANOM)

Les propositions de panels ou de communications (titre et résumé d’une demi-page maximum) sont attendues pour le 15 juin 2018 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom et affiliation, à adresser conjointement à

  • catherine.mazauric [at] univ-amu.fr
  • e.bertho [at] sciencespobordeaux.fr

Appel à communications

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Le lien de la littérature au passé constitue une préoccupation constante de l’APELA dont témoignaient les journées « Littératures africaines et Histoire » (Nanterre, 1989) et « Lieux de mémoire africains » (Paris XIII, 1998). Plus récemment, la journée « Tranches d’histoire » organisée à l’UPEC en 2014 a porté sur l’historiographie des littératures africaines, tandis que le colloque de Bordeaux « Archive, texte, performance » s’attachait plus spécifiquement en 2013 aux relations entre archive et performance (archiver la performance, performer l’archive) telles que les littératures et les arts des Afriques offrent de les penser. En envisageant aujourd’hui de concert archives matérielles et traces mémorielles, il s’agira moins de reconduire sans autre interrogation l’opposition entre histoire et mémoire que d’envisager la contribution des littératures africaines (incluant notamment l’Afrique méditerranéenne) et des diasporas à la reviviscence des archives et à leur circulation, tout comme à l’inscription des traces mémorielles et à leur historicisation.
D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de l’indiscipline (Suchet, Loty). À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

I. Archives matérielles

Deux types d’archives peuvent être envisagés. D’une part les fonds d’archives existants, qu’ils soient déposés dans des lieux publics ou qu’il s’agisse d’archives privées, que peuvent mobiliser et utiliser des écrivains, mais également les fonds d’archives que ces derniers peuvent constituer à leur fins propres, pour leur travail d’écriture. D’autre part, les archives d’écrivains dans un sens génétique, que constituent les différents écrits préparatoires et les différentes étapes d’écriture d’un manuscrit.
Dans une perspective d’historiographie des littératures, mais aussi d’établissement des bases matérielles d’une étude objectivante des relations entre littérature et histoire, il paraît important de pouvoir procéder à un travail de localisation, repérage, inventaire et analyse des fonds d’archives, que ces dernières soient textuelles, iconiques ou sonores, qu’il s’agisse d’archives coloniales ou plus récentes, de fonds publics ou privés, qu’elles soient actuellement numérisées ou non, accessibles sur la toile ou non.

A/ Usages des archives

Les littératures africaines se sont souvent nourries des archives. À la différence de l’historien, le romancier n’est toutefois pas tenu à l’exactitude de la citation de ses sources, entretenant un rapport beaucoup plus libre à l’archive de l’ordre de l’inspiration, de l’allusion, voire de simple recours à un support pour la rêverie poétique. Avec quelles modalités ces intrusions de l’archive s’effectuent-elles en littérature ? De quoi l’archive y est-elle la trace ? Quelle poétique de l’archive peut-on élaborer dans les littératures africaines ? Y a-t-il des limites éthiques à ces usages affranchis des archives et si oui quelles seraient-elles ?
Ayant recours à l’archive, les écrits littéraires « s’emparent d’un souvenir » (Benjamin) et contribuent à l’élaboration collective d’un récit historique à portée politique le plus souvent. Comment la remise au jour et la réinvention de figures oubliées contribuent-elles à des politiques de la mémoire à différentes échelles ? Et comment l’archive sensible (Basto, Marcilhacy, 2017) met-elle en oeuvre la critique d’un savoir comme vérité unique ? Aux côtés des archives institutionnelles (administratives, de santé…), la myriade des archives privées (Guidi, Rillon) ou des « archives hors les murs » (Fouéré) pose également la question de la littérarité des archives personnelles : les archives de l’intime, l’autographie constituent des faits d’écriture importants en Afrique, mais qui ne sont le plus souvent interrogés qu’en histoire et sous l’angle de leur apport documentaire. Or l’édition de ces récits de vie forme aussi, adossée à celle des supports matériels de conservation des archives (malles, cantines, carnets…), une question littéraire d’inscription de l’intime et d’écriture de soi.

B/ Génétique et archives

La localisation en Europe des archives d’écrivains africains pose en outre de nombreux problèmes d’accessibilité pour les chercheurs. Inversement en Afrique, pour celles qui y sont demeurées leur conservation n’est pas sans soulever des questions pratiques et techniques d’importance. La question de la conservation et de l’accessibilité présente ou future des fonds d’archives d’éditeurs se pose également. En génétique, des travaux analysent actuellement les usages et réutilisations des archives personnelles par des écrivains qui dans leur pratique d’écriture, à l’instar de Sony Labou Tansi, créent en se récrivant incessamment. Cette poétique de la réécriture où l’archive personnelle devient un document pour sa propre réélaboration doit être interrogée. D’autres travaux mettent en évidence, grâce à l’étude des archives, des éléments de l’histoire des œuvres jusqu’alors méconnus des chercheurs (Corcoran, Delas, Ekoungoun, 2017). Or la diversité matérielle des archives d’écrivains (scripturale, sonore, iconique, papier ou numérique) pose à cet égard, tout comme les procédures de reproduction, des enjeux cruciaux.

II. Traces mémorielles

A/ Traces mémorielles, traces effacées de vies minuscules

L’archive touche une problématique particulièrement littéraire : celle de la trace de l’intime. L’archive constitue le signe d’une « vie minuscule ». Ce que Carlo Ginzburg nommait la « trace », l’« indice » correspond à des biographies dont la littérature s’attache à reconstituer les parcours, voire à souligner les vides et les creux. Quelles vies minuscules sont interrogées dans les archives dès lors qu’elles sont abordées selon le paradigme indiciaire au sein duquel l’absence fait aussi trace ? Que disent et que font les littératures africaines des traces de l’intime ? Comment s’y nouent les articulations entre l’intime et le collectif ? Le récit peut-il prendre la place de ce qui a été radicalement effacé, voire plus encore, nié ? Ces questions se posent notamment dans les sociétés post-traumatiques et les temps post-génocidaires, quand le récit invente la trace de ce qui n’avait pu en laisser. La trace mémorielle peut aussi faire l’objet d’une élaboration voire d’une perlaboration dans le cadre d’un « atelier de mémoire » et de « cahiers de mémoire » (Prudhomme, 2017). Quelle contribution la littérature apporte-t-elle à ces entreprises et quelles seraient les limites de cet apport ?

B/ Le travail de rappel de la littérature

Dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (2000, 47) Ricœur reprend la tripartition de Casey distinguant le rappel (Reminding) de la reviviscence (Reminiscing) à travers la mémoire méditative (Gedächtnis) et enfin de la reconnaissance (Recognizing), complément du rappel comme re-présentation du souvenir. La rémanence mémorielle est l’enjeu de tensions soulevées par certains entre littérature et histoire, et nouées dans la relation à la trace matérielle vs.mémorielle. Ricœur (2000, 49) estime classiquement que « les lieux “demeurentˮ comme des inscriptions, des monuments, potentiellement des documents, alors que les souvenirs transmis par la seule voix orale volent comme le font les paroles ». Inversement, Alexie Tcheuyap (2006) estime que l’archive historique est de nature à « séquestrer » la mémoire. Quant à Tahar Djaout (1988, 27), il écrivait percevoir dans l’histoire une forme d’« usurpation » : l’auteur des Chercheurs d’os (1984) dénonçait ainsi l’empire voire l’emprise de la mémoire collective ou communautaire sur la trace personnelle et sa réactivation.
Mais la littérature ne constitue-t-elle pas justement une médiation offrant un échappatoire à la dichotomie entre présence matérielle des documents et volatilité des traces mémorielles ? De ce point de vue, quels peuvent être les rôles et modalités de transmission renouvelés à travers les littératures orales ? Comment les traces linguistiques – des langues africaines dans les textes littéraires europhones et inversement, mais aussi des processus linguistiques eux-mêmes (Van den Avenne, 2017) – opèrent-elles à titre d’archives mémorielles du texte ? En quoi et comment le texte littéraire se constitue-t-il en archive des langues, des discours et en palimpseste mémoriel ?
On pourra également envisager les formes de récit comme processus de remémoration depuis les traces, à travers notamment le genre des mémoires et autres genres mémoriels le plus souvent hybrides, et se demander quand d’autres formes de récit doivent suppléer au défaut de l’écriture, ainsi lorsqu’il s’agit d’inscrire une autre forme de trace, sur les lieux.

C/ Traces des mobilités, mobilités des traces

Les lieux de mémoire recueillant le dépôt des traces ne sont pas de nature exclusivement topographique. De même que les archives peuvent être lacunaires ou encryptées, les traces font l’objet de délocalisations et de relocalisations, ainsi que le rappelle l’archéologie des migrations (Garcia, Le Bras, 2017). L’inventaire des traces des migrations et leur analyse recomposent ainsi des circuits inversés et/ou complexes. On peut considérer les archives comme des traces matérielles qui auraient migré vers leurs lieux de conservation, particulièrement nombreux et significatifs pour l’Afrique en région PACA. Le colloque portera attention aux traces mémorielles des migrations et à leurs inscriptions en littérature : inscriptions de traces culturelles (cuisine, musiques, architecture…) dans les textes, diasporas africaines sur d’autres continents, migrations africaines hors du continent, et notamment de l’autre côté de la Méditerranée, en région PACA, mais aussi migrations et diasporas sur le continent, dans leurs aspects littéraires ou la recomposition et la réinvention littéraires de traces de diasporas qui en ont a priori peu déposé dans l’histoire culturelle.

Archives matérielles et traces mémorielles relèvent enfin d’une poétique double. L’archive constitue une trace matérielle, « l’apparition d’une proximité, quelque lointain que puisse être celui qui l’a laissée » (Benjamin, 2009), tandis que l’aura dont dispose la trace mémorielle signe « l’apparition d’un lointain, quelque proche que puisse être celui qui l’évoque » : « avec la trace, nous nous emparons de la chose ; avec l’aura, c’est elle qui se rend maîtresse de nous[1] ». En quoi et comment les littératures africaines et leurs lectures illustrent-elles ce double mouvement ? Mais cette dualité a aussi vocation à être revisitée, contestée ou révisée. La collecte et la récolte des traces, parfois des débris dédaignés voire perdus, constitue en outre une « protestation contre le typique et le classifiable » (Benjamin) : quels agencements, quels dispositifs littéraires configurent les documents de manière à ce qu’y subsiste ou s’y reforme une trace mémorielle potentiellement transmise ? en quoi peuvent-ils receler une insurrection contre le catalogage et les classifications des discours scientifiques ?

Ouvert à l’ensemble des Afriques, subsahariennes mais aussi notamment méditerranéenne, ainsi qu’aux diasporas, tout comme aux comparaisons avec d’autres ensembles de littératures construites par la « situation coloniale » (Balandier, 1951), ce colloque entend interroger, à travers un dialogue interdisciplinaire, poétiques, réécritures, circulations et usages des archives et des traces en littérature en langues européennes comme en langues africaines. Il accueillera les communications de spécialistes des études littéraires mais fera aussi une place significative à celles d’archivistes et spécialistes de la conservation des archives, d’historiens, d’anthropologues, d’artistes et spécialistes des arts de la scène, de l’image et du son, en particulier lors de panels « indisciplinés ». Il souhaite également proposer un work in progresssur les usages de l’archive grâce à la présence et la collaboration d’artistes et d’écrivains.

Les propositions de panels ou de communications (titre et résumé d’une demi-page maximum) sont attendues pour le 15 juin 2018 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom et affiliation, à adresser conjointement à

  • catherine.mazauric [at] univ-amu.fr et
  • e.bertho [at] sciencespobordeaux.fr

Réponses du comité scientifique : à partir du 16 juillet 2018

Comité d’organisation :

  • Elara BERTHO, LAM, Bordeaux
  • Catherine MAZAURIC, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Henri MÉDARD, IMAf, Aix Marseille Université
  • Anouchka Stevellia MOUSSAVOU NYAMA, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Marjolaine UNTER ECKER, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Cécile VAN DEN AVENNE, Clesthia, Sorbonne nouvelle

Comité scientifique :

  • Kusum AGGARWAL (U. New Delhi, Inde)
  • Stéphane BAQUEY (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Maria Benedita BASTO (U. Paris Sorbonne)
  • Elara BERTHO (Cnrs-LAM, Bordeaux)
  • Adama COULIBALY (UFHB, Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Daniel DELAS (U. Cergy et ITEM-Cnrs)
  • Mbouh Seta DIAGANA (U. Nouakchott, Mauritanie)
  • Susanne GEHRMANN (Humboldt U., Berlin, Allemagne)
  • Maëline LE LAY (Cnrs-LAM, Bordeaux et IFRA, Nairobi, Kenya)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Catherine MAZAURIC (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Henri MEDARD (IMAf, Aix Marseille Université)
  • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)
  • Fanny ROBLES (LERMA, Aix Marseille Université)
  • Phyllis TAOUA (U. Arizona, USA)
  • Françoise UGOCHUKWU (Open University, UK)
  • Cécile VAN DEN AVENNE (U. Sorbonne nouvelle)
  • Fabio VITI (IMAf, Aix Marseille Université)

URL de référencehttp://www.apela.fr/2018/04/17/archives-memorielles-traces-materielles/

[1]                Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, Paris, éd. du Cerf, 2009, p. 464.

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/

Cinquièmes Rencontres des Etudes Africaines en France (REAF 2018)

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France se tiendront à Marseille du 9 au 12 juillet 2018. Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED),
  • Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS),
  • Institut des mondes africains (IMAF),
  • Centre Norbert Elias,
  • Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM),
  • Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM).

Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2018 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

URL de référence : https://reaf2018.sciencesconf.org/

AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

Presse et littérature africaine(s)
Appel à communications

English version below

19 et 20 mars 2018 – Colloque – Université Paul Valéry – Montpellier 3 – RIRRA21

Propositions à envoyer à colloquepresseafricaine@gmail.com avant le 1er décembre 2017

Ce colloque invite à réfléchir sur les relations réciproques entre la presse et la littérature africaine(s) au xxe et au xxie siècles. Depuis les bulletins coloniaux jusqu’aux revues en ligne en passant par les magazines illustrés et les grands quotidiens créés après les indépendances, le périodique a constitué, pour les écrivains issus d’Afrique, un support de publication décisif. Les travaux d’histoires littéraire, sociale et culturelle ont mis ces dernières décennies en avant les multiples formes de croisements entre presse et littérature : sur le continent  africain, ils se sont cependant plus timidement étendus aux contextes francophones, en dépit de quelques études pionnières (Ricard, 1987 ; Lüsebrink 2003 ; Thérenty 2014 ; Jaji, 2014 ; Bosch-Santana, 2014 ; Peterson, Hunter et Newell, 2016). C’est dès la fin du xixe siècle que la presse publiée en Afrique a offert des lieux d’expression aux écrivain·e·s, importants en quantité, et souvent cruciaux au niveau de leur contenu et de leur réception, comme l’a notamment montré Hans-Jürgen Lüsebrink dans un ouvrage invitant à reconsidérer l’histoire littéraire africaine traditionnelle, en élargissant le corpus canonique de langue française. Stephanie Newell a théorisé ailleurs la souplesse et la créativité du travail des auteur·e·s et de leurs publics dans la presse produite en Afrique occidentale britannique entre 1880 et 1940. Au-delà de la période coloniale, quelles continuités et quelles discontinuités touchent la presse africaine jusqu’à aujourd’hui ?

Plus encore qu’à la présence des auteur·e·s africain·e·s dans une presse européenne généraliste, une attention particulière sera portée à leurs prises de parole dans des parutions affichant leur rattachement à l’Afrique, qu’elles soient produites sur le continent, qu’elles soient destinées à un public national, africain ou encore diasporique. Si les revues intellectuelles, sur le modèle de Présence africaine ou de Black Orpheus, ou le magazine Drum en Afrique du Sud, ont été bien étudiés désormais (Mudimbe, 1997; Helgesson, 2007 ; Frioux-Salgas, 2009; Arndt, 2016), les journaux (comme Dakar-matin, devenu Le Soleil) et les magazines, parfois de grande diffusion, à l’image de Bingo : l’illustré africain, Awa : la revue de la femme noire, Jeune Afrique, ou, en langue anglaise African Parade et Joe, ont en effet été beaucoup moins abordés sous l’angle de leurs interactions avec la production littéraire qui leur est contemporaine. Ce sont pourtant des espaces où se mettent en place des sociabilités, des débats, et des dynamiques d’hybridation avec la littérature, qu’elle soit écrite ou orale (Frère 1999).

Continuer la lecture de AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

Congrès 2017 – Programme

Images et usages du peuple dans les littératures d’Afrique et de la diaspora

Affiche de Said Messari

Le congrès 2017 de l’APELA en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá aura lieu à l’Université de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne, du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017.

Programme téléchargeable en pdf (version du 17/08/17) : PROGRAMA-17dejagosto2017

L’Algérie, traversées

Colloque international
13-20 juillet 2017,
Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle

Direction : Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC, Anne ROCHE

« Je pensais alors que « du même pays » voulait dire splendeur côtière, immensité des paysages, couleur de terre forte, et il m’apparut que toutes les explications des déchirements et désastres et luttes historiques de l’Algérie avaient été grevées d’un grand oubli. »
Nabile Farès, Un Passager de l’Occident

L’Algérie a fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses recherches (colloques, publications) axées notamment sur la guerre d’Indépendance. Ce colloque, tout en tenant compte des avancées scientifiques dans le domaine, repose sur un point de vue différent. À partir des divers dénis de la réalité historique, politique et anthropologique, à partir de passés incompris (et voués à se répéter), il entend interroger l’histoire collective et ses entrecroisements avec les histoires individuelles: à quels silences, mutismes, blancs de la mémoire, exils hors de soi, renvoient les souffrances hors langage que chaque histoire singulière (franco-judéo-algérienne) porte en elle?
Il s’agit de faire appel à cette force traversière de la pensée à l’œuvre dans les productions culturelles d’aujourd’hui: textes littéraires et documents historiques, ombres portées d’un présent encore non vécu. Est-ce que le passé a un futur?
Ce colloque, au-delà des spécialistes, s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux multiples perspectives transhistoriques et transculturelles émergeant aujourd’hui comme de nouveaux points de passages entre la France et l’Algérie.

Du jeudi 13 juillet au jeudi 20 juillet 2017 a lieu au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle le colloque L’Algérie, traversées,  pour lequel sont partenaires l’EA 4235 CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille) et le Réseau-Mixte LaFEF (Langue française & Expressions francophones ; Université Rennes 2, Institut Français d’Algérie, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche d’Algérie). Il est organisé sous la direction de Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC et Anne ROCHE.

Programme détaillé actualisé et informations disponibles sur le site du CCIC : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/algerie17.html
http://cielam.univ-amu.fr/node/2155
Flyer du colloque téléchargeable ici : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/FlyerAlgerie2017.pdf