Archives par mot-clé : Colloque

AAC : Sadafricain

Colloque international

Sorbonne Université, Faculté des Lettres

23-25 janvier 2020

  • CIEF – CELLF
  • ITEM/CNRS
  • EA 1337 – CONFIGURATIONS LITTÉRAIRES  

Responsables

Jean-Christophe Abramovici, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu

Sadafricain

Sade au miroir des littératures africaines francophones

Érotisme, violence et obscénité

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université accueillera, du 23 au 25 janvier 2020, le colloque « Sadafricain. Sade au miroir des littératures africaines francophones. Érotisme, violence et obscénité »

Modalités de participation :
Envoi des propositions de communication : au plus tard le 15 septembre 2019 
Les propositions (titre et résumé : 500 mots) et un bref CV doivent être envoyés aux adresses suivantes :

  • Jean-Christophe Abramovici : jean-christophe.abramovici@sorbonne-universite.fr
  • Romuald Fonkoua : romualdfonkoua@yahoo.com
  • Céline Gahungu : cgahungu@hotmail.fr  

Réponse du comité : 15 octobre 2019
Dates du colloque : 23-25 janvier 2020

Argumentaire

Lorsqu’on considère les processus transtextuels à l’œuvre dans les littératures africaines francophones, évoquer Sade ne peut manquer de susciter l’étonnement. Longtemps réputée illisible, vouée, en France, à une circulation souterraine jusqu’au début des années soixante, l’œuvre de Sade semble à contretemps des réalités qui ont animé les littératures francophones, et singulièrement africaines. La quête de légitimation dans laquelle se sont lancées les premières générations d’écrivains a interdit tout écho avec une œuvre où s’entremêlent sensualisme radical et poétique de l’ultra-violence, du moins dans sa partie clandestine. Qu’elles soient liées aux représentations fantasmatiques de sociétés africaines « traditionnelles », à l’attente d’une littérature de combat ou à des impératifs religieux (Pierre Halen, Florence Paravy 2016), les normes et demandes formulées d’une maison d’édition à l’autre ont rendu difficile l’amorce d’un dialogue transtextuel. Sur le versant de l’extrême contemporain, la circonspection s’impose également : au sein de la plupart des États d’Afrique francophone, le marché du livre demeure fragile et Sade ne fait pas partie des classiques que les lecteurs – les écrivains, au premier chef – sont susceptibles de se procurer. Sur le continent ou dans les diasporas, les écritures africaines actuelles sont le lieu de dynamiques transtextuelles qui, souvent ouvertes à une littérature mondiale, semblent ignorer Sade. Parfois perçu comme l’expression d’une violence occidentale dont la colonisation et ses avatars seraient l’illustration, l’univers sadien paraît donc échapper aux relations étroites tissées entre la littérature française et les littératures africaines (Corinne Grenouillet, Anthony Mangeon 2017).

Continuer la lecture de AAC : Sadafricain

Programme du Congrès 2019

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Congrès 2019 de l’APELA

Aix-en-Provence, Faculté ALLSH d’Aix-Marseille Université, 25-27 septembre 2019

Document des Archives nationales d’outre-mer (Karim, Ousmane Socé)

D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de “l’indiscipline”. À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

Le site du colloque est ouvert : inscriptions à tarifs préférentiels jusqu’au 12 août, puis à taux normal jusqu’au 12 septembre.

Les congrès de l’APELA sont accessibles aux membres de l’association. L’adhésion annuelle donne droit à deux numéros de la revue. Renseignements pour adhérer à l’APELA : http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Programme

(susceptible de modifications : consulter cette page qui sera régulièrement actualisée)

A consulter également sur https://apela2019.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Mercredi 25 septembre 2019

Matinée

9h-9h30 : accueil des participants et Ouverture du colloque

9h30-11h15 : Panel 1 « Janheinz Jahn, Dambudzo Marechera – Perspectives de la recherche dans les archives de la HU-Berlin » – Présidence : Catherine ATLAN (IMAf, AMU)

  • Ibou DIOP (IAAW, HU-Berlin) : « Les archives de Janheinz Jahn comme lieu de conservation et de réinvention de la littérature africaine et de la diaspora. Le cas de Senghor »
  • Susanne GEHRMANN (IAAW, HU-Berlin) : « L’échange épistolaire entre Janheinz Jahn et Abiola Irele – une amitié intellectuelle (1959-1972) et ses leçons décoloniales »
  • Flora VEIT-WILD (IAAW, HU-Berlin) : « Traces matérielles et mémorielles dans les archives de Dambudzo Marechera »
  • Pierre LEROUX (U. Sorbonne nouvelle) : « De l’image au texte, l’édition numérique des œuvres de Dambudzo Marechera »

11h30-13h :

  • Session 1 « Figures mémorielles »  – Présidence : Stéphane BAQUEY (CIELAM, AMU)
    • Claudia GRONEMANN (U. Mannheim) : « Saint Augustin comme figure mémorielle et littéraire au Maghreb »
    • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine) : « Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains »
    • Emmanuel NDOUR (Wits U. Johannesburg) : « La Sonate à Bridgetower d’Emmanuel Dongala : quand l’archive devient “prothèse de l’histoireˮ »
  • Session 2 « Traces et archives dans le roman » – Présidence : Fanny ROBLES (LERMA, AMU)
    • Alice CHAUDEMANCHE (U. Sorbonne nouvelle) : « La langue du roman, archive d’une création linguistique et littéraire : Aawo bi de Mame Younousse Dieng, entre promotion du standard wolof écrit et mémoire du parler du Cayor »
    • Sylvère MBONDOBARI (U. Omar Bongo Libreville) : « Une affaire de crâne : guerre d’indépendance, écriture de l’histoire et construction identitaire »
    • Julia GALMICHE (U. Toronto) : « Entre archive romanesque et romanesque de l’archive : l’objet-livre chez Alain Mabanckou et Patrick Chamoiseau »
    • Solange NAMESSI (U. Strasbourg) : « Poétiques de la revenance et redéfinition d’une mémoire postcoloniale chez Tierno Monénembo, Kossi Efoui et Abdourahman Waberi »

Après-midi

14h-16h : Panel 2 Programme ARCHIVA « Manuscrits de Bernard Zadi Zaourou » – Présidence : Fabio VITI (IMAf, AMU)

  • Marie-Clémence ADOM, UFHB, Abidjan
  • Assi Véronique DIANÉ, UFHB, Abidjan
  • Dominique TRAORÉ, UFHB, Abidjan : « Archives de la production dramatique de Bernard Zadi Zaourou: bilan provisoire et perspectives »

16h15-17h30 :

  • Session 3 « Violences héritées 1 » – Présidence : Florence PARAVY (U. Nanterre)
    • Françoise UGOCHUKWU (Open University) : « Le Biafra en littérature, du charnier des archives orales au suintement d’une littérature de témoignage »
    • Dorothée BOULANGER (King’s College) : « Archives et contrefaçons littéraires en Angola : Estação das Chuvas et Teoria Geral do Esquecimento de José Eduardo Agualusa »
  • Panel 3 Programme ARCHIVA « Chercheurs et artistes : gestes d’archives » – Présidence : Elara BERTHO (Cnrs-LAM)
    • Aurore DESGRANGES (U. Lyon 2 & U. Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Collecte de textes dramatiques à Ouagadougou : “ remède ˮ à une invisibilité littéraire ? »
    • Rym KHENE (U. Sorbonne nouvelle) : « Images algériennes: une pratique d’archive pour dire les années 1990 »

Soirée

18h (aux Archives nationales d’outre-mer) :

Lecture de poésie de HAWAD en tamajaght et traduction française, suivie d’un entretien avec Hélène Claudot-Hawad

Face à l’amnésie, comment exister ? Hawad se sert de la poésie, «cartouches de vieux mots, /mille et mille fois faussés, bricolés, rechargés », comme outil de résistance.

Ecrivain et peintre touareg,  Hawad est l’auteur de nombreux ouvrages, certains édités en version bilingue et traduits dans diverses langues (français, néerlandais, espagnol, italien, catalan, arabe…). Son travail littéraire autant que graphique relève de la « furigraphie », démarche destinée à décupler les visions, les formes et les perceptions pour sortir de l’enclavement.

Anthropologue, directrice de recherche au Cnrs, Hélène Claudot-Hawad a publié de nombreux ouvrages sur le monde touareg et a contribué notamment à faire connaître la littérature touarègue contemporaine.

CONFÉRENCE INAUGURALE de Tierno MONÉNEMBO

VERNISSAGE de l’EXPOSITION De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines,
avec cocktail de bienvenue

Soirée libre

Jeudi 26 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 4 ERC MEMOIRS « La postmémoire des “Autresˮ d’Europe » – Présidence : Catherine MAZAURIC (CIELAM, AMU)

  • Felipe CAMMAERT (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Présentation du projet MEMOIRS »
  • Fátima RODRIGUES (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Récits d’enfants des guerres coloniales »
  • Mónica SILVA et Fernanda VILAR (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Archiver le silence pour mieux raconter la postmémoire de la colonisation. Deux cas du roman portugais et français »

11h30-13h :

  • Session 4 « Micro-histoires et migrations » – Présidence : Cécile VAN DEN AVENNE (Clesthia, U. Sorbonne nouvelle)
    • Stéphane CERMAKIAN (AMU) : « Traces littéraires d’une diaspora arménienne à Djibouti et en Ethiopie : le poète Roupen Vorpérian et l’exil africain (1904-1920) »
    • Aïssatou MBODJ-POUYE (EHESS) : « Penser l’émigration et le retour. Récit biographique et histoire villageoise dans les écrits d’un ancien migrant de la région de Kayes »
    • Fabio VITI (AMU) : « La vie minuscule d’Akafou Blalè, entre archives et récits »
  • Session 5 « L’écriture et les traces » – Présidence : Pierre HALEN (U. Lorraine)
    • Ioana DANAILA (U. Grenoble Alpes) : « L’écriture comme archivage et mesure du temps dans le roman Measuring Time de Helon Habila »
    • Bernard DE MEYER (U. of KwaZulu Natal) : « Le romancier et les traces : cas de Gaston-Paul Effa dans Le miraculé de Saint-Pierre»
    • Laura GAUTHIER BLASI (Universidad Europea Madrid) : « Pour une exploration de soi et du lieu. Traces, H-histoire-s et/ou poésie dans le roman haïtien contemporain »
    • Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne) : « Le Terroriste noir de T. Monénembo : traces mémorielles et réinvention du discours »

Après-midi

14h-16h :

  • Session 6 « Archives théâtrales » – Présidence : Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
    • Corinne FLICKER (AMU) : « Archives théâtrales en français de l’île Maurice »
    • Céline GAHUNGU (Sorbonne Université) : « Archives d’une production culturelle franco-africaine : le Concours théâtral interafricain (1967-1992) »
    • Nicolas TREIBER (AMU) : « De Chaîne au Kaloum Tam-Tam, la polyvalence des traces chez Saïdou Bokoum »
  • Panel 5 « Madagascar » – Présidence : Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
    • Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE RAZARINIVO (U. d’Antananarivo) : « La littérature, urne de l’Histoire et de la Tradition »
    • Henriette RAMANAMBELINA (U. d’Antananarivo) : « Vakivakim-Piainana de Iharilanto Patrick Andriamangatiana, un évènement littéraire »
    • Theis Lala Voahangy RASOLOARIVONY (U. d’Antananarivo) : « Le Kaiamba betsimisaraka du district de Brickaville, région Atsinanana »
    • Victorine RAZANABAHINY (U. d’Antananarivo) : « Les proverbes dans la mémoire collective malgache »

16h15-17h30 :

  • Session 7 « Violences héritées 2 » – Présidence : Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne)
    • Alain AGNESSAN (U. of Western Ontario) : « Le désir d’archive des pictions de génocide. Une lecture de l’économie spectrale de la bande dessinée du génocide des Tutsis du Rwanda »
    • Pierre BOIZETTE (U. Paris Ouest Nanterre) : « Les yeux du père, traces et élaboration d’une mémoire familiale dans des récits de retour en Afrique (Mukoma wa Ngugi et Noo Saro-Wiwa) »
    • Markus ARNOLD (U. Cape Town) : « Entre effet de réel, palimpseste et marqueur métafictionnel : l’archive dans la bande dessinée française et francophone sur l’Afrique et sa diaspora »
  • Session 8 « Questions d’archives » – Présidence : Henri MEDARD (IMAf, AMU)
    • Alice DESQUILBET (U. Sorbonne nouvelle) : « Jean-Luc Raharimanana : Madagascar 1947, reconstituer l’archive manquante »
    • Valérie DE WULF (EHESS & CEAH Madrid) : « De l’appropriation progressive de l’écriture à la constitution d’archives littéraires et historiques par des peuples d’Afrique centrale, le cas de la Guinée Equatoriale (XXe-XXIe siècle) »

Soirée

18h : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE DE L’APELA (élections)
20h30 : DÎNER DU COLLOQUE (sur inscription)

Vendredi 27 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 6 « Les archives du “zoo humain”, matrices de créations contemporaines » – Présidence : Corinne FLICKER (CIELAM, AMU)

  • Clemens RADAUER (collectionneur) : « L’influence des “zoos humains” sur les artistes des XIXe et XXe siècles: Point de vue d’un collectionneur »
  • Delphine PEIRETTI-COURTIS (AMU) : « La Vénus hottentote emblème du “zoo humainˮ : de son exhibition en 1810 à l’adaptation cinématographique de sa vie en 2010 »
  • Fanny ROBLES (AMU) : « Le concept de “zoo humainˮ : outil artistique et politique »
  • Chokri BEN CHIKHA (KASK, Gand) : « Zooïsme en postcolonie, explorer la complexité de l’identification et du stéréotype »

11h30-13h : Panel 7 « Ethnographier l’“histoireˮ : du prisme archivistique à l’apport missionnaire pour (d)écrire » – Présidence : Françoise UGOCHUKWU (Open University)

  • Anthony GRÉGOIRE (EHESS & U. Montréal) : « De l’anthropologue sur un terrain partagé : d’aujourd’hui à hier (et vice-versa) pour une histoire (re)considérée »
  • Thiago SAPEDE (EHESS) : « Archives missionnaires : multiplicité et défis pour une histoire du Kongo précolonial »

9h-13h : MasterClass Génétique des manuscrits du Sud

  • Céline GAHUNGU (ITEM-Cnrs)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)

Après-midi

14h-16h : Session 9 « Le paysage comme archive mémorielle » – Présidence : Xavier GARNIER (THALIM, Sorbonne nouvelle)

  • Mélanie BOURLET (INALCO, ANR EcoSen) : « Les poésies de la vallée du fleuve Sénégal comme archives paysagères : enjeux écopolitiques d’un imaginaire géographique »
  • Marie LORIN (INALCO, ANR EcoSen) : « Le poème comme herbier : poétique et botanique dans la Vallée du Fleuve Sénégal »
  • Antje ZIETHEN (U. Texas) : « Hétérochronies urbaines. La ville-archive dans les littératures africaines de l’Atlantique noir »

16h15-17h30 :

  • Maria-Benedita BASTO (Sorbonne Université) : « L’archive sensible »

18h : CLÔTURE du colloque

URL de référence : https://apela2019.sciencesconf.org/

AAC : Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

Colloque organisé par Pierre Boizette (Paris Nanterre) avec le soutien de l’École doctorale 138 et du centre de recherche LIPO (Littérature et Poétiques Comparées).

Les propositions de communications (en anglais ou en français) d’une longueur maximum de 300 mots ainsi qu’une présentation de l’auteur (100 mots maximum) sont à envoyer au plus tard le 10 septembre 2019 à l’adresse circulationsafroasiatiques@gmail.com. Les réponses seront données à partir du 20 octobre et le colloque se tiendra les 6 et 7 décembre à l’Université Paris – Nanterre.

En mai 2015, dans un article du quotidien Le Monde, Abdourahman Waberi se demandait « Comment dit-on “roman africain” en japonais ? » Présent au Japon à l’occasion de la traduction de trois de ses ouvrages, il y faisait la liste des rares auteur.e.s du continent africain à avoir connu cet honneur. La parution de Balbala, Transit et Passage des larmes est à mettre en lien avec un projet plus vaste émanant de la diplomatie culturelle pour permettre le rayonnement de la francophonie littéraire en Asie. En témoignent la remise chaque année du Prix Fu Lei de la traduction et de l’édition créé en 2009 à l’initiative de l’Ambassade de France en Chine ou encore la liste des « 30 auteurs francophones à traduire » diffusée par l’Institut français du Japon. Parmi ces derniers figuraient, entre autres, Sony Labou Tansi, Mongo Beti, Ferdinand Oyono ou encore Aminata Sow Fall, autant d’écrivain.e.s que l’institution désirait faire connaître en soutenant financièrement les traducteurs intéressés.
L’exemple d’Abdourahman Waberi rend compte d’un phénomène mal connu, celui des circulations littéraires et intellectuelles contemporaines entre l’Asie et l’Afrique. Si le développement des liens commerciaux entre la Chine et de nombreux pays subsahariens a donné lieu à un grand nombre de publications récentes, il n’en a pas été de même concernant le domaine de la culture. Pourtant, plusieurs initiatives témoignent de la vitalité de ces échanges. Ainsi, en 2015, la maison d’édition Twaweza Communications faisait paraître en kiswahili un recueil du poète yi Jidi Majia tandis que la China Translation and Publishing Corporation sortait l’année dernière une traduction de Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou. De même, la revue panafricaine en ligne Jalada accueillait dans les pages de son numéro 4 des contributions d’Aryanil Mukherjee ou de Linda Ashok, tous deux originaires du sous-continent indien. Les œuvres ne sont néanmoins pas les seules à circuler, les artistes et universitaires participent eux aussi directement à cette mobilité entre les deux espaces comme le prouvent les exemples de Biodun Jeyifo et de Femi Osofisan, qui ont animé ces dernières années des séminaires sur le théâtre africain à l’Université de Pékin, ou encore d’Arundathi Roy faisant la promotion en Afrique du Sud de son dernier titre, The Ministry of Utmost Happiness. Enfin, citons la réception du Prix Park Kyung-ni par Ngũgĩ wa Thiong’o en 2016, dernière étape d’un compagnonnage de l’auteur kényan avec la Corée du Sud amorcé dès les années 1980, époque où il prit la défense du poète Kim Chi Ha.

Continuer la lecture de AAC : Circulations littéraires afro-asiatiques : écrire, publier et traduire après Bandung

AAC: Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Du 4 au 6 mai 2020, l’Université de Lausanne (Suisse), par sa Faculté des lettres, accueillera le colloque international et interdisciplinaire : Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir.

Délai d’envoi des propositions : 6 septembre 2019.

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

A l’heure où les questions de parité et de représentation féminines occupent le devant de la scène sociale et politique, à l’heure où les stéréotypes de genre sont dénoncés au niveau planétaire, il paraît essentiel de questionner les discours portant sur les représentations des voix et des personnages féminins subsahariens. Ce colloque international « Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir » entend fédérer plusieurs types de savoirs touchant aux humanités, tels que le pratiquent les Studies (littérature, genre, histoire, philosophie, cinéma, anthropologie, …). Le titre « Africana » est conçu comme une invitation transversale afin de réfléchir sur un ensemble de représentations et de savoirs touchant autant des systèmes de pensée, des événements ou des actes esthétiques impliquant des Africaines vivant sur le continent ou issues d’une diaspora.
La littérature est un des lieux où se pense le monde réel ; elle crée, grâce à des subjectivités, des actions et des temporalités, la possibilité de questionner le monde. Ce pouvoir de la fiction motive notre volonté de mettre en évidence des « figures de femmes et des formes de pouvoir » à l’œuvre dans la littérature qui met en scène l’Afrique et ses diasporas féminines. Très dynamiques, les fictions récupèrent des stéréotypes de genre et leurs auteur.e.s s’impliquent souvent par un discours social et politique touchant autant à des pratiques locales, traditionnelles qu’aux conséquences de la migration. Ces choix concernent de nombreuses littératures dites de « subalternes », mais il nous importe de mettre en évidence comment des processus d’émancipation et de résistance se sont joués et se jouent à travers des personnages placés sur le continent africain ou parmi ses diasporas.

Les réflexions s’articulent donc à partir de nos champs de recherche dont le développement est relativement récent en Suisse, tout en bénéficiant de liens directs, depuis plus de dix ans, avec des partenaires africain.e.s dont les apports théoriques, sociétaux et expérimentaux sont fondamentaux. L’origine du projet impose de reconnaître des catégories hégémoniques européennes par rapport auxquelles s’élaborent les fictions et les discours de façon plus ou moins subversive, qu’il s’agisse de la « fétichisation » de la femme africaine ou de la façon d’aborder l’« héritage colonial » au féminin (langue, scolarisation, …). Il importe aussi de prendre en compte de nouvelles formes de pouvoir, telles la maternité et le rapport au corps, placés sous le signe de l’expérience, de l’autonomie et du choix de la filiation.
Le pouvoir est un objet aux formes multiples et nous voulons relativiser sa représentation articulée entre une soi-disant sphère publique et une autre privée : en cela, les concepts d’empowerment et d’éthique du care pourront être des relais stratégiques pour envisager les représentations – fictionnelles et matérielles – qui vont nourrir le cœur de la conférence internationale et interdisciplinaire pensée pour marquer l’importance et le développement d’un champ d’étude incontournable. La rencontre va questionner divers types de mise en récit, portant autant sur des faits concrets que des représentations symboliques. L’articulation de ces modalités de représentations permettra de définir les forces à l’œuvre quant à de nouvelles figures de femmes, soit dans notre monde contemporain, soit en créant des liens avec des époques considérées comme révolues.

Axes de réflexion

– Mises en perspective de représentations du « féminin » dans des discours – fictionnels ou non – mettant en scène l’Afrique subsaharienne et/ou ses diasporas.  
– Histoire et fictions : représentations et expériences.
– La fiction, souvent, déconstruit des stéréotypes féminins et se joue des représentations genrées ; quelles sont les stratégies mises en place ? comment la langue et les voix fictionnelles portent-elle des choix alternatifs ? Formes du « féminin » en tant que Sujet et non pas Objet. Enjeux ? Echos ? Cet intérêt peut être élargi à d’autres domaines des Humanités
– Cadrages sur des « figures de femmes » et relations – nouvelles – à diverses formes de pouvoir : qu’il soit régalien ou autre. Il s’agira d’inclure à la réflexion les usages de l’empowerment et de l’éthique du care (en tant que reconnaissance affective qui n’est pas une charité mais du politique).
– Envisager des formes alternatives d’engagement par le biais de la résistance. Imbrication sexe-race-classe.

Mots clefs

 Esthétique – Poétique – Fiction (roman, poésie, théâtre, vidéo, …) – Histoire – Colonialisme – Scolarisation – Subaltern studiesPostcolonial studiesDecolonial studies Gender studiesAreas studies – Arts vivants (performances) – Arts (photographie, peinture, …)  Afrique – Europe – Diaspora – Altérité – Hybridité – Résistance – Féminismes – Postféminisme – Empowerment – Ethique du care.

******************

Merci de soumettre votre proposition en français (titre et descriptif de 500 mots maximum, format pdf), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, d’ici au 6 septembre 2019. Elle doit être envoyée aux responsables de l’organisation à l’adresse courriel : peall@unil.ch

Le comité scientifique rendra réponse en novembre 2019. L’organisation prendra en charge le séjour des intervenants durant le colloque, mais il est nécessaire de chercher un financement auprès de son institution de rattachement pour le déplacement en Suisse.

Comité scientifique :

  • Prof. Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne)
  • Prof. Valérie Cossy (Université de Lausanne)
  • Prof. Catherine Mazauric (Université Aix-Marseille)
  • Prof. Coudy Kane (Université Cheikh Anta Diop, Dakar)
  • Prof. Koutchoukalo Tchassim (Université de Lomé)
  • Prof. Xavier Garnier (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
& Pôle pour les études africaines de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) :  https://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines    

AAC: La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

COLLOQUE INTERNATIONAL

La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

Université de Lomé, 29, 30 et 31 janvier 2020

——-

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 15 septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes : codirel@hotmail.com et codirel@univ-lome.tg

Le présent colloque se veut une rencontre d’échanges et un bilan général de la littérature togolaise, à l’instar des journées d’étude organisées par le CoDIReL en 2013, 2014, 2015 et 2016, qui ont abouti à la publication de Littérature togolaise. Discours et figures d’autorité (2018, Éditions Continents).
L’objectif du colloque est de cerner de plus près les productions littéraires nationales et d’ouvrir des pistes pour un accompagnement théorique, critique et éditorial efficient de celles-ci. Nous optons pour un dépassement des polémiques qui ont agité la réflexion exégétique au sujet de la reterritorialisation des littératures africaines, pour concevoir chaque littérature nationale comme une sous-entité entretenant un rapport, non plus d’opposition, mais d’inclusion avec d’autres littératures nationales et l’entité fédératrice (littérature africaine). Ainsi le concept de « littérature nationale » acquiert une dimension pragmatique,en ce sens qu’il permet la prise en charge d’un corpus d’œuvres situées ou non dans un même espace géographique et partageant, sur la base de la quête de valeurs et d’aventures esthétiques, un fonds d’imaginaire social et psychologique lié à l’origine commune des auteurs.
À ce titre, la littérature togolaise, comme champ de recherche académique,nécessite une approche rigoureuse. La léthargie qui a souvent prévalu sur ce chantier – en dépit de quelques initiatives appréciables – est fondamentalement liée au caractère épars ou hétérogène du répertoire, et au déficit d’études critiques. On peut envisager ces deux problèmes tant du point de vue quantitatif que qualitatif.Quel que soit l’aspect considéré, la question qui resurgit est celle de savoir quels liens existent entre la conscience nationale et l’imaginaire collectif tel qu’il se reflète dans les œuvres littéraires. On assiste depuis deux décennies à un regain d’enthousiasme – réel quoique mitigé – dans la prise en charge de cette littérature. Cet éveils’observe chez tous les acteurs de la chaîne du livre (auteurs, lecteurs, éditeurs, promoteurs, mécènes, libraires, critiques, etc.) Au-delà du constat, il importe d’orienter la réflexion vers la recherche de solutions pratiques visant à harmoniser des dynamiques, afin de soutenir l’engouement autour de l’objet livre et de la création littéraire.

Les contributions devront s’inscrire dans les axes suivants :

Axe 1 : L’histoire littéraire

Les réflexions inscrites dans cet axe porteront sur la taxonomie, la périodisation, la question des supports du livre,l’évolution historique des genres et des formes littéraires, la problématique genre et l’expression littéraire féminine, les relations entre la littérature et l’histoire, les rapports de pouvoir et d’influence témoignant de l’existence d’un champ littéraire, etc. Quelques réflexions appréciables ont pu jeter des bases sur chacune de ces orientations thématiques. Le besoin d’un travail plus approfondi se fait cependant ressentir. Il s’agira, entre autres tâches, de capitaliser l’existant à partir d’une bibliographie quasi-exhaustive, de réaliser une critique serrée des sources, d’opérer des choix méthodologiques pertinents et d’élaborer une histoire littéraire cohérente.

Axe 2 : La poétique                                                                

Autant l’histoire littéraire vise à faire ressortir les forces et les faiblesses de la littérature existante, autant la poétique peut en tirer des orientations pour la littérature vivante, celle qui continue de s’écrire. Le but de la poétique est de saisir les harmoniques du discours, de révéler au texte littéraire sa beauté et sa pertinence historique, mais aussi d’interroger ses limites thématiques et esthétiques.On pourrait également s’intéresser à d’autres champs de la poétique comme la poétique des valeurs, la géopoétique, etc.

Continuer la lecture de AAC: La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

L’Œuvre de Yambo Ouologuem

L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018)

Colloque en ligne

La plateforme Fabula, libre et gratuite, vient de mettre en ligne les actes du colloque L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018), organisé à l’Université de Lausanne les 18 et 19 mai 2018, avec la collaboration de l’Université de Strasbourg.
Vous y découvrirez les interventions de Joël Bertrand, Sarah Burnautzki, Ninon Chavoz, Jehanne Denogent, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu, Christine Le Quellec Cottier, Anthony Mangeon, Bernard Mouralis, Jean-Pierre Orban, Bacary Sarr et Christopher Wise.

Un demi-siècle après ses débuts, l’œuvre singulière et passionnante de l’écrivain malien Yambo Ouologuem a fait couler beaucoup d’encre, mais elle demeure aujourd’hui paradoxalement méconnue. Organisé quelques mois après la disparition de l’auteur, et simultanément à la réédition de son roman Le Devoir de violence, Prix Renaudot 1968, le colloque de Lausanne envisageait les multiples aspects d’une production romanesque et critique qui a marqué un tournant dans l’histoire littéraire francophone, en particulier pour le domaine africain : qu’il s’agisse de ses relations avec la littérature européenne ou de sa situation dans l’espace littéraire français, tant du point de vue de la création que de la réception, il y a et il restera un avant et un après Ouologuem. ll suffisait de le reconnaître. Dont actes. Le présent sommaire est formé de trois ensembles : les contributions de S. Burnautzki, B. Mouralis, J.-P. Orban et J. Bertrand traitent de l’histoire littéraire et éditoriale de l’œuvre de Ouologuem ; les essais de Ch. Wise, A. Mangeon, R. Fonkoua et B. Sarr s’attachent aux politiques de la littérature ; les textes de Ch. Le Quellec Cottier, J. Denogent, N. Chavoz, C. Gahungu observent les poétiques à l’œuvre.

Colloque en lignehttp://www.fabula.org/colloques/index.php?id=5979

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Sous la direction de Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Littératures des Afriques

  • ISBN : 979-10-300-0265-2
  • Nombre de pages : 210
  • Format : 16 x 24
  • Sortie nationale : 2018/12 (bientôt disponible)

Cet ouvrage collectif, partiellement issu d’un colloque organisé à l’Université de Paris-Nanterre, entend rendre justice à l’écrivain guinéen Williams Sassine (1944-1997), qui n’a sans doute pas bénéficié jusqu’à présent de toute l’attention qu’il méritait. Par ce titre en forme de clin d’œil à l’un de ses romans, il s’agit de rappeler que son oeuvre, riche, diverse et surprenante par ses changements de ton, de genre, de registres et de thèmes, fait de lui l’un des auteurs majeurs de la littérature africaine francophone d’après les Indépendances. L’ouvrage aborde l’ensemble de sa création littéraire, inaugurant ainsi l’analyse de ses œuvres dramatiques. Ses textes sont soumis à des éclairages variés qui mettent en lumière certains aspects de son esthétique romanesque, soulignent le caractère novateur et postcolonial de son écriture théâtrale ou encore révèlent les enjeux éthiques, politiques et philosophiques qui sous-tendent et déterminent en profondeur l’évolution de l’ensemble de l’œuvre – romans, pièces de théâtre, nouvelles ou chroniques – depuis la première parution (1973) jusqu’à l’ultime publication, posthume (1998). Complétant l’apport des contributions universitaires, le volume propose enfin d’autres regards sur l’écrivain et son oeuvre : celui de sa biographe, des écrivains Tierno Monénembo et Alioum Fantouré, ses compatriotes, et de comédiens qui ont choisi de mettre en scène les textes de W.Sassine.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/williams-sassine-n-est-pas-n-importe-qui-4788.html