Archives par mot-clé : Colloque

AAC JCEA 2020 à Marseille: L’Afrique en mouvement, en question

L’Afrique en mouvement, en question

Rencontre des Jeunes Chercheurs en Études Africaines 2020

Appel à communication

URL de référence : https://jcea2020.sciencesconf.org/

Modalités de participation :

Les propositions de communication doivent s’inscrire dans l’un des quatre axes identifiés ci-dessus (préciser l’axe choisi). Les résumés, en français, doivent comprendre au maximum 400 mots accompagnés de cinq mots-clés et être déposés sur la plateforme https://jcea2020.sciencesconf.org/ jusqu’au 31 décembre 2019, délai de rigueur. Les auteur.rice.s des propositions retenues seront informé.e.s par mail au plus tard le 15 mars 2020.

Argumentaire

L’Afrique veut construire son propre discours sur les problématiques et défis qui se présentent à elle au regard de son histoire plurielle et dynamique. L’Afrique bouge comme depuis toujours. Elle se fait et se refait sans cesse dans un monde qui semble prôner l’universalisme absolu, l’enjeu étant toutefois de promouvoir la diversité sans s’acculturer. L’Afrique est au cœur des agendas internationaux. À ce propos, la présente rencontre des jeunes chercheur.e.s africain.e.s/africanistes est une opportunité qui peut permettre de contribuer à lever le voile sur ses véritables potentialités. 

Les JCEA 2020 réuniront à Marseille du 07 au 10 juillet 2020 des jeunes chercheur.e.s sur l’Afrique et ses diasporas. Par une approche pluridisciplinaire, avec des sujets transversaux ancrés dans la réalité, ces rencontres, qui se tiendront en même temps que les REAF, proposent de mener une réflexion sur la construction de l’Afrique. Entre enjeux épistémologiques à tendance constructivistes et thématiques actuelles, leur objet questionne une Afrique en mouvement autour de quatre axes.

Axe 1 : Constructions

La question de l’amélioration de la qualité de vie en Afrique demeure une nécessité. Recouvrant les concepts d’« éducation » ou de « formation », la notion de « constructions » traverse l’ensemble des disciplines scientifiques. D’hier à aujourd’hui, l’idée de constructions a fait l’objet de plusieurs débats en Afrique. Pour Joseph Ki-Zerbo (2016 : 115) cette construction doit avoir pour socle les valeurs et initiatives endogènes car « on ne développe pas, on se développe ». Cela signifie que la véritable construction de l’Afrique passe par la mise en valeur de la culture, de la langue, des connaissances propres à l’Afrique et même celles relatives à l’identité africaine en construction.
Toutefois, pour Ahmadou Hampâté Bâ (1992), cette construction de l’Afrique ne devrait pas se faire en autarcie. Elle peut se réaliser dans une perspective hétérogène en prenant en compte les universalisables (Ki-Zerbo, 2016 : 117).  En effet, tout comme A. Hampâté Bâ, pour Axelle Kabou (1991), toutes les valeurs africaines ne sont pas bonnes à conserver, d’où la nécessité de procéder à un tri et de songer à un greffage fécond et succulent (A. Hampâté Bâ, 1992). 
L’intérêt de cet axe réside dans le fait qu’il permet d’interroger et d’évaluer les aspects internes et externes de la construction de l’Afrique, des décennies après les indépendances. Les réflexions de cet axe se focaliseront sur les domaines suivants : l’éducation et la formation, la communication médiatique (canaux et messages), le vivre-ensemble, la gouvernance, les questions économiques et sociales, les valeurs culturelles (langues, littératures, musique, musées, etc.), le monde en Afrique et l’Afrique dans le monde.
L’exigence méthodologique pourra ainsi permettre de revenir sur des questions récurrentes : comment l’Afrique utilise-t-elle “la natte des autres” pour bien se construire ? Le greffage au plan culturel, langagier, éducatif, social, économique, politique est-il une piste viable ? Comment se construit-elle de façon endogène sans s’isoler ?  Comment le continent se projette-t-il et se construit-il dans un contexte marqué par des intérêts géopolitiques et économiques divers ? Quelles sont les stratégies adoptées pour l’accès à “l’éducation pour tous”, afin de lever le déséquilibre régional, et quelle est leur efficacité ? Comment les individus arrivent-ils à se construire face à des situations conflictuelles, de tribalisme, de guerre et de migration ?

Axe 2 : Épistémologies

De nombreux débats scientifiques sont actuellement centrés sur le besoin de “décoloniser la pensée” dans la recherche en Afrique. S’il ne s’agit pas de réfléchir sur une manière africaine d’aborder la recherche, il est question de l’applicabilité de paradigmes pertinents et surtout cohérents dans la recherche en contexte africain.
Cet axe souhaite apporter une réflexion sur ce discours scientifique, la production des savoirs et les savoirs produits dans le cadre des études africaines. Il s’agira, entre autres, de s’interroger sur les paradigmes de recherche, leur construction, “l’écologie de la connaissance” (De Souza Santos, 2014), c’est-à-dire la prise en compte de l’environnement géopolitique dans lequel les savoirs sur les Afriques sont produits.
Quels paradigmes adaptés aux réalités/contextes africains ont été formulés jusqu’ici ? Quelles dynamiques instaurent-ils au sein de la recherche à l’échelle africaine et mondiale ? Comment les institutions se positionnent-elles par rapport à ces dynamiques ? Comment les jeunes chercheur.e.s en études africaines mobilisent-ils ces paradigmes ? Quelles perspectives ceux-ci ouvrent-ils dans leurs pratiques de recherche ?
Sans s’y limiter, l’axe propose de mener une réflexion approfondie autour de la décolonisation des savoirs, des arts et des institutions. Il s’agira de voir en quels termes celle-ci se pose dans le continent et dans la diaspora ; comment elle s’inscrit, par exemple, dans la définition des programmes, dans les pratiques d’enseignement, de recherche et de diffusion, dans le fonctionnement des institutions, dans l’économie du savoir, etc. Par ailleurs, il sera question de mettre en lumière les choix épistémologiques actuels qui n’enferment pas le/la chercheur.e dans des cadres académiques et épistémologiques usuels.

Continuer la lecture de AAC JCEA 2020 à Marseille: L’Afrique en mouvement, en question

AAC: Langues, Littératures et Politiques

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique Australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud, les 1, 2 et 3 septembre 2020

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer avant vendredi le 29 novembre 2019 à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Argumentaire et autres informations : Appel AFSSA WITS 2020

AAC : 6èmes REAF, Marseille 2020

Appel à contributions

Le Groupement d’intérêt scientifique « Études africaines en France » tiendra ses sixièmes rencontres les mardi 7, mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 juillet 2020, sur le site Saint Charles d’Aix-Marseille Université.

Ces rencontres sont une invitation à dépasser les cloisonnements disciplinaires et institutionnels. Elles offrent l’occasion aux spécialistes issu.e.s de différentes disciplines en sciences humaines et sociales d’échanger autour de thèmes de recherche en commun en confrontant les approches de travail, les périodes historiques, les zones géographiques du continent. En rassemblant des chercheur.e.s d’horizons divers, travaillant en France et partout dans le monde, les REAF constituent également un espace pour améliorer la visibilité des travaux que mènent les chercheur.e.s. Ces rencontres sont ouvertes à toutes formes d’écriture de la recherche.

Pour ces 6èmes rencontres, nous inviterons ceux et celles qui le souhaitent à élargir cet espace de parole, le temps d’un après-midi “hors les murs”, en partageant leurs recherches avec d’autres publics – scolaires, passant.e.s, curieux.ses, touristes, étudiant.e.s –  dans le quartier Belsunce, en plein cœur de la ville de Marseille.

Consignes :

Les chercheur.e.s (à partir du niveau doctorat) sont invité.e.s à déposer sur le site : https://reaf2020.sciencesconf.org  un document présentant une proposition d’atelier au plus tard le 6 janvier 2020.

Le document doit être intitulé selon le modèle reaf2020_NOM(S)RESPONSABLE(S) et comprendre :

  •  le titre et le résumé de l’atelier (en français ou en anglais, 2500 signes maximum) ;
  • le nom, l’adresse électronique, l’institution et/ou le laboratoire d’appartenance de chacun.e des responsables (deux au maximum) de l’atelier ;
  • le nom des intervenant.e.s (jusqu’à cinq maximum) ;
  • le titre et le résumé de chaque communication (en français ou en anglais, 2500 signes maximum).

Calendrier :

1. Propositions d’ateliers constitués attendues pour le 6 janvier 2020. 

2. Validation des propositions d’atelier par le comité scientifique pour le 29 février 2020.

3. Mise en ligne de la liste des ateliers et de leur composition le 30 mars 2020.

4. Participation aux rencontres “hors les murs”: inscription sur https://reaf2020.sciencesconf.org  avant le 30 mars 2020.

5. Inscription aux REAF sur https://reaf2020.sciencesconf.org avant le 15 juin 2020.

Congrès 2019, Aix-en-Provence, 25-27 septembre

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Congrès 2019 de l’APELA

Aix-en-Provence, Faculté ALLSH d’Aix-Marseille Université, 25-27 septembre 2019

Document des Archives nationales d’outre-mer (Karim, Ousmane Socé)

D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de “l’indiscipline”. À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

Le site du colloque est ouvert : inscriptions à tarifs préférentiels jusqu’au 12 août, puis à taux normal jusqu’au 12 septembre.

Les congrès de l’APELA sont accessibles aux membres de l’association. L’adhésion annuelle donne droit à deux numéros de la revue. Renseignements pour adhérer à l’APELA : http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Programme

A consulter également sur https://apela2019.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Résumés : BAT2-livret APELA

Exposition

Mercredi 25 septembre 2019

Matinée

9h-9h30 : accueil des participants et Ouverture du colloque

9h30-11h15 : Panel 1 « Janheinz Jahn, Dambudzo Marechera – Perspectives de la recherche dans les archives de la HU-Berlin » – Présidence : Catherine ATLAN (IMAf, AMU)

  • Ibou DIOP (IAAW, HU-Berlin) : « Les archives de Janheinz Jahn comme lieu de conservation et de réinvention de la littérature africaine et de la diaspora. Le cas de Senghor »
  • Susanne GEHRMANN (IAAW, HU-Berlin) : « L’échange épistolaire entre Janheinz Jahn et Abiola Irele – une amitié intellectuelle (1959-1972) et ses leçons décoloniales »
  • Flora VEIT-WILD (IAAW, HU-Berlin) : « Traces matérielles et mémorielles dans les archives de Dambudzo Marechera »
  • Pierre LEROUX (U. Sorbonne nouvelle) : « De l’image au texte, l’édition numérique des œuvres de Dambudzo Marechera »

11h30-13h :

  • Session 1 « Figures mémorielles »  – Présidence : Stéphane BAQUEY (CIELAM, AMU)
    • Claudia GRONEMANN (U. Mannheim) : « Saint Augustin comme figure mémorielle et littéraire au Maghreb »
    • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine) : « Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains »
    • Isaac BAZIÉ (UQAM) : « Au-delà du monument : aménagement de la trace, écriture transgressive et enjeux de la lecture chez Wilfried N’Sondé (Un océan, deux mers, trois continents) »
  • Session 2 « Traces et archives dans le roman » – Présidence : Fanny ROBLES (LERMA, AMU)
    • Alice CHAUDEMANCHE (U. Sorbonne nouvelle) : « La langue du roman, archive d’une création linguistique et littéraire : Aawo bi de Mame Younousse Dieng, entre promotion du standard wolof écrit et mémoire du parler du Cayor »
    • Sylvère MBONDOBARI (U. Omar Bongo Libreville) : « Une affaire de crâne : guerre d’indépendance, écriture de l’histoire et construction identitaire »
    • Julia GALMICHE (U. Toronto) : « Entre archive romanesque et romanesque de l’archive : l’objet-livre chez Alain Mabanckou et Patrick Chamoiseau »
    • Solange NAMESSI (U. Strasbourg) : « Poétiques de la revenance et redéfinition d’une mémoire postcoloniale chez Tierno Monénembo, Kossi Efoui et Abdourahman Waberi »

Après-midi

  • 14h-16h : Panel 2 Programme ARCHIVA « Manuscrits de Bernard Zadi Zaourou » – Présidence : Fabio VITI (IMAf, AMU)
    • Dominique TRAORÉ, UFHB, Abidjan : « Archives de la production dramatique de Bernard Zadi Zaourou: bilan provisoire et perspectives »
    • Marie-Clémence ADOM, UFHB, Abidjan
    • Assi Véronique DIANÉ, UFHB, Abidjan

16h15-17h30 :

  • Panel 3 Programme ARCHIVA « Chercheurs et artistes : gestes d’archives » – Présidence : Elara BERTHO (Cnrs-LAM)
    • Aurore DESGRANGES (U. Lyon 2 & U. Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Collecte de textes dramatiques à Ouagadougou : “ remède ˮ à une invisibilité littéraire ? »
    • Rym KHENE (U. Sorbonne nouvelle) : « Images algériennes: une pratique d’archive pour dire les années 1990 »
  • Session 3 « Violences héritées 1 » – Présidence : Florence PARAVY (U. Nanterre)
    • Françoise UGOCHUKWU (Open University) : « Le Biafra en littérature, du charnier des archives orales au suintement d’une littérature de témoignage »
    • Dorothée BOULANGER (King’s College) : « Archives et contrefaçons littéraires en Angola : Estação das Chuvas et Teoria Geral do Esquecimento de José Eduardo Agualusa »

Soirée

18h (aux Archives nationales d’outre-mer) :

Lecture de poésie de HAWAD en tamajaght et traduction française, suivie d’un entretien avec Hélène Claudot-Hawad

Face à l’amnésie, comment exister ? Hawad se sert de la poésie, «cartouches de vieux mots, /mille et mille fois faussés, bricolés, rechargés », comme outil de résistance.

Ecrivain et peintre touareg,  Hawad est l’auteur de nombreux ouvrages, certains édités en version bilingue et traduits dans diverses langues (français, néerlandais, espagnol, italien, catalan, arabe…). Son travail littéraire autant que graphique relève de la « furigraphie », démarche destinée à décupler les visions, les formes et les perceptions pour sortir de l’enclavement.

Anthropologue, directrice de recherche au Cnrs, Hélène Claudot-Hawad a publié de nombreux ouvrages sur le monde touareg et a contribué notamment à faire connaître la littérature touarègue contemporaine.

CONFÉRENCE INAUGURALE de Tierno MONÉNEMBO

VERNISSAGE de l’EXPOSITION De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines,
avec cocktail de bienvenue

Soirée libre

Jeudi 26 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 4 ERC MEMOIRS « La postmémoire des “Autresˮ d’Europe » – Présidence : Catherine MAZAURIC (CIELAM, AMU)

  • Felipe CAMMAERT (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Présentation du projet MEMOIRS »
  • Fátima RODRIGUES (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Récits d’enfants des guerres coloniales »
  • Mónica SILVA et Fernanda VILAR (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Archiver le silence pour mieux raconter la postmémoire de la colonisation. Deux cas du roman portugais et français »

11h30-13h :

  • Session 4 « Micro-histoires et migrations » – Présidence : Cécile VAN DEN AVENNE (Clesthia, U. Sorbonne nouvelle)
    • Stéphane CERMAKIAN (AMU) : « Traces littéraires d’une diaspora arménienne à Djibouti et en Ethiopie : le poète Roupen Vorpérian et l’exil africain (1904-1920) »
    • Aïssatou MBODJ-POUYE (EHESS) : « Somankidi-Coura et ses archives. Projets mémoriels et enquête historique parmi des « pionniers » du retour (région de Kayes, Mali) »
    • Fabio VITI (AMU) : « La vie minuscule d’Akafou Blalè, entre archives et récits »
  • Session 5 « L’écriture et les traces » – Présidence : Pierre HALEN (U. Lorraine)
    • Ioana DANAILA (U. Grenoble Alpes) : « L’écriture comme archivage et mesure du temps dans le roman Measuring Time de Helon Habila »
    • Bernard DE MEYER (U. of KwaZulu Natal) : « Le romancier et les traces : cas de Gaston-Paul Effa dans Le miraculé de Saint-Pierre»
    • Laura GAUTHIER BLASI (Universidad Europea Madrid) : « Pour une exploration de soi et du lieu. Traces, H-histoire-s et/ou poésie dans le roman haïtien contemporain »
    • Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne) : « Le Terroriste noir de T. Monénembo : traces mémorielles et réinvention du discours »

Après-midi

14h-16h :

  • Session 6 « Archives théâtrales » – Présidence : Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
    • Corinne FLICKER (AMU) : « Archives du théâtre français à l’île Maurice »
    • Céline GAHUNGU (Sorbonne Université) : « Archives d’une production culturelle franco-africaine : le Concours théâtral interafricain (1967-1992) »
    • Nicolas TREIBER (AMU) : « De Chaîne au Kaloum Tam-Tam, la polyvalence des traces chez Saïdou Bokoum »
  • Panel 5 « Madagascar » – Présidence : Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
    • Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE RAZARINIVO (U. d’Antananarivo) : « La littérature, urne de l’Histoire et de la Tradition »
    • Henriette RAMANAMBELINA (U. d’Antananarivo) : « Vakivakim-Piainana de Iharilanto Patrick Andriamangatiana, un évènement littéraire »
    • Theis Lala Voahangy RASOLOARIVONY (U. d’Antananarivo) : « Le Kaiamba betsimisaraka du district de Brickaville, région Atsinanana »
    • Victorine RAZANABAHINY (U. d’Antananarivo) : « Les proverbes dans la mémoire collective malgache »

16h15-17h30 :

  • Session 7 « Violences héritées 2 » – Présidence : Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne)
    • Alain AGNESSAN (U. of Western Ontario) : « Le désir d’archive des pictions de génocide. Une lecture de l’économie spectrale de la bande dessinée du génocide des Tutsis du Rwanda »
    • Pierre BOIZETTE (U. Paris Ouest Nanterre) : « Les yeux du père, traces et élaboration d’une mémoire familiale dans des récits de retour en Afrique (Mukoma wa Ngugi et Noo Saro-Wiwa) »
    • Markus ARNOLD (U. Cape Town) : « Entre effet de réel, palimpseste et marqueur métafictionnel : l’archive dans la bande dessinée française et francophone sur l’Afrique et sa diaspora »
  • Session 8 « Questions d’archives » – Présidence : Henri MEDARD (IMAf, AMU)
    • Alice DESQUILBET (U. Sorbonne nouvelle) : « Jean-Luc Raharimanana : Madagascar 1947, reconstituer l’archive manquante »
    • Valérie DE WULF (EHESS & CEAH Madrid) : « De l’appropriation progressive de l’écriture à la constitution d’archives littéraires et historiques par des peuples d’Afrique centrale, le cas de la Guinée Equatoriale (XXe-XXIe siècle) »

Soirée

18h : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE DE L’APELA (élections)
20h30 : DÎNER DU COLLOQUE (sur inscription)

Vendredi 27 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 6 « Les archives du “zoo humain”, matrices de créations contemporaines » – Présidence : Corinne FLICKER (CIELAM, AMU)

  • Clemens RADAUER (collectionneur) : « L’influence des “zoos humains” sur les artistes des XIXe et XXe siècles: Point de vue d’un collectionneur »
  • Delphine PEIRETTI-COURTIS (AMU) : « La Vénus hottentote emblème du “zoo humainˮ : de son exhibition en 1810 à l’adaptation cinématographique de sa vie en 2010 »
  • Fanny ROBLES (AMU) : « Le concept de “zoo humainˮ : outil artistique et politique »
  • Chokri BEN CHIKHA (KASK, Gand) : « Zooïsme en postcolonie, explorer la complexité de l’identification et du stéréotype »

11h30-13h : Panel 7 « Ethnographier l’“histoireˮ : du prisme archivistique à l’apport missionnaire pour (d)écrire » – Présidence : Françoise UGOCHUKWU (Open University)

  • Anthony GRÉGOIRE (EHESS & U. Montréal) : « De l’anthropologue sur un terrain partagé : d’aujourd’hui à hier (et vice-versa) pour une histoire (re)considérée »
  • Thiago SAPEDE (EHESS) : « Archives missionnaires : multiplicité et défis pour une histoire du Kongo précolonial »

9h-13h : MasterClass Génétique des manuscrits du Sud

  • Céline GAHUNGU (ITEM-Cnrs)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)

Après-midi

14h-16h : Session 9 « Le paysage comme archive mémorielle » – Présidence : Xavier GARNIER (THALIM, Sorbonne nouvelle)

  • Mélanie BOURLET (INALCO, ANR EcoSen) : « Les poésies de la vallée du fleuve Sénégal comme archives paysagères : enjeux écopolitiques d’un imaginaire géographique »
  • Marie LORIN (INALCO, ANR EcoSen) : « Le poème comme herbier : poétique et botanique dans la Vallée du Fleuve Sénégal »
  • Antje ZIETHEN (U. Kansas) : « Hétérochronies urbaines. La ville-archive dans les littératures africaines de l’Atlantique noir »

16h15-17h30 :

  • Maria-Benedita BASTO (Sorbonne Université) : « L’archive sensible »

18h : CLÔTURE du colloque

URL de référence : https://apela2019.sciencesconf.org/

AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Colloque du centenaire Mohammed Dib

2020 sera l’année du centenaire de la naissance de Mohammed Dib, et à cette occasion plusieurs manifestations auront lieu des deux côtés de la Méditerranée, particulièrement deux grands colloques associés l’un à l’autre par des membres communs des équipes d’organisation, l’un à Alger en avril 2020, et l’autre du 1er au 5 septembre 2020 dans le prestigieux château de Cerisy la Salle, en Normandie, château qui a accueilli depuis un siècle la plupart des grands écrivains et philosophes français, et consacré déjà deux colloques à la culture algérienne.

Modalités de l’inscription et calendrier

Si vous comptez proposer une communication, veuillez envoyer un titre provisoire, accompagné d’un résumé de 8 à 15 lignes, avant le 11 octobre 2019, à l’adresse mail bonn.charles@gmail.com. La communication proposée devra être fidèle à l’argumentaire du colloque. Le Comité scientifique refusera toute proposition ne répondant pas à ce critère.

Les inscriptions proprement dites au CCIC (pour les contributeurs comme pour les auditeurs libres) seront ouvertes le 15 mars 2020 au moyen du Bulletin d’inscription que vous trouverez sur le site web de Cerisy (www.ccic-cerisy.asso.fr) et sur le programme papier qui vous sera adressé. Il conviendra alors d’adhérer à l’Association, le paiement du séjour sera à faire un mois avant le colloque.

Portrait de Mohammed Dib, tous droits réservés.

Argumentaire

Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées (des formes stylisées dans une esthétique de l’abstraction) que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou dans ce même roman au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires.
Ce colloque s’intéressera donc à trois théâtralisations majeures dans l’œuvre de Mohammed Dib qui s’organisent autour des ambiguïtés du mot « genre ». Théâtralisation du face à face entre les deux significations de ce mot, mais surtout théâtralisation pour chacune de ces significations, des différents objets qu’elles désignent, et là encore autant dans leurs définitions, souvent perverties, que dans leur face à face.

*

Pour ce qui est des genres littéraires, objet principal de ce colloque, l’œuvre de Mohammed Dib est connue d’abord pour ses romans, qui en forment certes le volume le plus important. Pourtant Mohammed Dib lui-même se considérait comme « essentiellement poète » et ses recueils poétiques étaient pour lui ses livres les plus vitaux, même s’ils sont nettement moins traités par les critiques. Il a de plus écrit plusieurs recueils de contes pour enfants, qui sont probablement la partie la moins étudiée de son œuvre, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles. Et dans cette œuvre d’une grande diversité de formes, il ne faut pas oublier le théâtre, ni la photographie, à laquelle la critique commence enfin à rendre justice, ni les textes théoriques qui livrent des informations précieuses sur les intentions esthétiques de l’auteur.
Si ces modes d’expression divers apparaissent dans des recueils différents, ils coexistent souvent au sein d’une même œuvre. Les insertions de poèmes ou d’épisodes théâtraux dans les romans sont nombreux, et de plus ces romans alternent souvent les passages en écriture romaine et ceux en italiques, développant ainsi deux « voix » (deux circuits du sens) différentes et complémentaires. Ils introduisent parfois aussi une mise à distance de certains passages grâce à un style théâtralisé qui va les inscrire dans des registres différents dont nous sommes implicitement invités à questionner le rapport avec le registre romanesque attendu.
Par ailleurs, tout au long de son parcours littéraire, Mohammed Dib a conduit une réflexion sur les formes littéraires, réflexion qui s’intègre au geste même par lequel il cherche sa forme propre. On peut aussi constater qu’à mesure que l’œuvre s’élabore, les frontières génériques s’effacent jusqu’à donner lieu à des livres inclassables. Autant dire que cette pluralité et cette hétérogénéité génériques interrogent la notion même de genre littéraire tel que mis en place au cours de l’histoire littéraire européenne.
Aussi cette particularité de l’œuvre dibienne se présente-t-elle comme une théâtralisation de la diversité générique et une mise en relations intergénérique productrice de sens. De ce fait, elle attire notre attention sur l’écriture elle-même, et derrière l’écriture, sur la parole et ses pouvoirs dont on sait qu’ils constituent une obsession de l’écrivain.

Continuer la lecture de AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Appel à communications

Littérature de jeunesse et savoirs

27 et 28 mai 2020, Université Norbert ZONGO (Koudougou, Burkina Faso)    

 
Les propositions de communication (environ 250 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer, avant le 30 décembre 2019, à l’adresse suivante : colloquelitjeunesse2020@gmail.com

Colloque international
Littérature de jeunesse et savoirs
27 et 28 mai 2020
Université Norbert ZONGO
(Koudougou, Burkina Faso)


L’Université Norbert Zongo et l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland (Canada) et la Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) de l’Université Hassan II de Rabat, organisent un colloque international intitulé Littérature de jeunesse et savoirs les 27 et 28 mai 2020 à l’Université Norbert Zongo à Koudougou au Burkina Faso.

Argumentaire


La littérature entretient, sans conteste, une étroite relation avec l’univers des savoirs, embrassant des domaines aussi variés que la science, les arts, les médias, l’environnement, l’histoire, la religion, la philosophie, etc. Cet univers se veut total en ce sens qu’il ne fait l’impasse sur aucun pan des conditions idéelles et matérielles de l’existence. Aussi la littérature déploie-t-elle différents modes d’appropriation, de recyclage, de réécriture des éléments puisés dans le champ des savoirs, construisant ainsi son propre ordre épistémique.
Dans une perspective épistémocritique, le discours critique s’attache à explorer les « savoirs à l’oeuvre » dans le texte. Dans Savoirs à l’oeuvre. Essais d’épistémocritique (1990), Michel Pierssens soulève quelques interrogations essentielles liées à la rencontre entre texte et savoir : « Que sait un texte ? […] comment le texte fait-il de son propre déploiement la réponse à cette question sur quoi il joue son existence et son sens, en visant à nouer de nouveaux noeuds dans la langue, les figures, les discours, les sujets ? » (p. 14)
 
La littérature de jeunesse, qu’elle soit perçue comme « partie intégrante de la Littérature » (Escarpit 2008, p. 5) ou comme espace minusculé, se présente aussi comme un « orage de savoirs » (Pierssens, p. 16). En effet, elle participe, à différents degrés, de l’ordre épistémique, de l’échange dialogique entre fiction et savoir. Ici, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’inscription des figures ou éléments épistémiques dans la fiction pour la jeunesse peut avoir, certes, des points communs avec celle à l’oeuvre dans la littérature générale, mais qu’elle s’articule aussi de manière spécifique (en vertu des traits propres à la littérature de jeunesse).
Dans les pays d’Europe occidentale – qui ont une longue tradition littéraire – la littérature de jeunesse participe, depuis longtemps, de l’histoire de l’évolution des idées et des mentalités (Ganna Ottevaere-van-Praag, La littérature pour la jeunesse en Europe Occidentale (1750-1925). Histoire sociale et courants d’idées, 1987). Pour ce qui est de la production littéraire pour les jeunes lecteurs des pays dits du Sud, l’ordre épistémique revêt sans doute des formes beaucoup plus complexes en raison des conditions historiques, ce qui implique, par exemple, une diversité de perspectives (extérieures/ intérieures), de savoirs (endogènes, exogènes).

Le but du présent colloque est d’explorer les divers modes d’inscription des savoirs dans la littérature de jeunesse. Il s’agira, de toute évidence, d’aller au-delà du savoir pédagogique inhérent à cette littérature. Comment la littérature de jeunesse travaille-t-elle les objets empruntés au monde des savoirs ? Comment construit-elle les figures épistémiques ? Quel sens revêtent les figures épistémiques ? Quel(s) type(s) de savoirs chaque genre (documentaire, roman, album, théâtre etc.) met-il en avant ? Comment s’exprime cette question de savoirs tant au niveau de la production qu’au niveau de la réception de la littérature de jeunesse ?

Continuer la lecture de AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

AAC : Théâtre et éducation

COLLOQUE INTERNATIONAL

Théâtre et éducation : la place et l’importance du théâtre comme vecteur d’apprentissage

2, 3, 4 février 2020

(Université de Lomé/Université de Rostock)

Organisé par les équipes et laboratoires LIGA/CoDIReL/CEROCE

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 30 Septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes :

koku.nonoa@uni.lu et kcalemdjrodo@univ-lome.tg

Argumentaire

A l’ère de la mondialisation et de la digitalisation du savoir et des activités culturelles et artistiques, l’interaction théâtre et recherches scientifiques/artistiques, théâtre, éducation et société devient primordiale dans le monde académique, éducatif et artistique afin de répondre aux défis dans le domaine socioculturel, économique et politique. De surcroît, en partant du constat que les rencontres culturelles et leurs interactions ont aussi lieu dans le monde digital et virtuel, l’Université de Lomé, à travers son nouveau programme de Master professionnel dénommé « Théâtre et Éducation », voudrait apporter une réponse adéquate aux nouveaux défis susmentionnés : il s’agit notamment de mettre sur pied des stratégies orientées vers l’interaction et le renforcement des échanges réciproques entre le monde universitaire, les milieux culturels et artistiques à travers la problématique théâtre et éducation.

La notion de Théâtre Education, en anglais DIE (Drama in Education) appelle quelques éclaircissements. Ce concept met l’accent sur l’importance de l’expressivité personnelle,  et davantage sur  la place de l’imagination et des sensations dans l’approche de tout apprentissage. Tous les publics sont concernés, au-delà des élèves d’âge scolaire ; tous les thèmes et sujets peuvent  s’exprimer au travers d’une pratique théâtrale menée avec des professionnels. Si les deux termes « art dramatique » et « théâtre » sont indifféremment utilisés, des nuances s’imposent cependant : en effet, « l’art dramatique » signifie  que les participants créent leurs propres scénarios et travaillent au sein d’ateliers centrés sur le développement de la créativité, de la prise de risque et de la confiance en soi, quelle que soit  la discipline envisagée (O’Hara, M. 2001. Drama in Education: A Curriculum Dilemma: Theory into Practice, vol. 23, n°4). Ainsi conçu, l’art dramatique est un medium au service d’autres  domaines ou disciplines, de l’énoncé de règles mathématiques à l’apprentissage de vocabulaire. Il découle de cette approche du théâtre, l’idée simple et confirmée que cet art, tout comme le sport, devrait être enseigné à tous les niveaux de l’éducation nationale, à tous les niveaux professionnels et à tous les âges. Plusieurs chercheurs ont souligné par ailleurs que, quel que soit la discipline enseignée, l’enseignant, qu’il le veuille ou non,  assume dans la classe le rôle du metteur en scène et qu’une pièce commence à chaque fois qu’un enseignant entre dans sa classe. Les activités menées en Théâtre Education soulignent d’ailleurs la richesse des échanges entre les enseignants et les comédiens. On le voit donc, l’histoire du Théâtre Education s’ancre dans celle des « environnements d’apprentissage », et conduit à l’invention des pratiques théâtrales ou sociales propres à chaque pays ; l’émergence de questions nouvelles et leurs résolutions par l’art dramatique.

Continuer la lecture de AAC : Théâtre et éducation