Archives par mot-clé : Colloque

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Sous la direction de Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Littératures des Afriques

  • ISBN : 979-10-300-0265-2
  • Nombre de pages : 210
  • Format : 16 x 24
  • Sortie nationale : 2018/12 (bientôt disponible)

Cet ouvrage collectif, partiellement issu d’un colloque organisé à l’Université de Paris-Nanterre, entend rendre justice à l’écrivain guinéen Williams Sassine (1944-1997), qui n’a sans doute pas bénéficié jusqu’à présent de toute l’attention qu’il méritait. Par ce titre en forme de clin d’œil à l’un de ses romans, il s’agit de rappeler que son oeuvre, riche, diverse et surprenante par ses changements de ton, de genre, de registres et de thèmes, fait de lui l’un des auteurs majeurs de la littérature africaine francophone d’après les Indépendances. L’ouvrage aborde l’ensemble de sa création littéraire, inaugurant ainsi l’analyse de ses œuvres dramatiques. Ses textes sont soumis à des éclairages variés qui mettent en lumière certains aspects de son esthétique romanesque, soulignent le caractère novateur et postcolonial de son écriture théâtrale ou encore révèlent les enjeux éthiques, politiques et philosophiques qui sous-tendent et déterminent en profondeur l’évolution de l’ensemble de l’œuvre – romans, pièces de théâtre, nouvelles ou chroniques – depuis la première parution (1973) jusqu’à l’ultime publication, posthume (1998). Complétant l’apport des contributions universitaires, le volume propose enfin d’autres regards sur l’écrivain et son oeuvre : celui de sa biographe, des écrivains Tierno Monénembo et Alioum Fantouré, ses compatriotes, et de comédiens qui ont choisi de mettre en scène les textes de W.Sassine.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/williams-sassine-n-est-pas-n-importe-qui-4788.html

Humanités numériques et « Verba Africana »

Colloque international / International Conference

Organisation : Daniela Merolla
LACNAD, Langues et Cultures du Nord de l’Afrique et Diasporas
en collaboration avec l’Université de Leyde (Pays-Bas)
Contacts :
  • daniela.merolla@inalco.fr
  • ouzna.ouaksel@inalco.fr

Humanités numériques et «Verba Africana»:
oralité, médias, et partage du savoir scientifique

Lieux :
Jeudi 20 décembre 2018, 14h à 18h30
Bulac, Salle RJ. 24,
65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
 
Vendredi 21 décembre 2018, 10h à 18h
Salons de la Maison de la recherche de
l’Inalco
2 rue de Lille, 75007 Paris
 
 
Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique répond aux questionnements posés par les études les plus récentes sur la recherche des littératures orales africaines et les multimédias (voir Merolla et Turin 2017, Merolla D., J. Jansen et K. Naït-Zerrad 2012 ; Bell et Turin 2012, Baumgardt et Garnier 2014-2017, Baumgardt et Derive 2011, Geismar 2013, Jansen 2012, Stockinger 2011). Cette rencontre internationale portera sur deux aspects de la thématique générale : la réflexion incontournable aujourd’hui sur les outils multimédias dans l’étude de l’oralité et l’interrogation sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales.
 
 
Le colloque nous permettra d’interroger, dans une perspective pluridisciplinaire, l’apport et les contraintes des nouveaux médias à la recherche en littérature orale. Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique présente les interrogations dérivées des nouveaux volumes multimédias de la série Verba Africana intégrant les documents écrits et audiovisuels dans la recherche, l’enseignement et l’apprentissage des langues et des littératures africaines orales (Iraqw – Tanzania, Lubà – Congo, Berbère– Algérie). Le colloque a également pour objectif de réfléchir sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales. Adoptant une approche innovante, ce colloque explore l’idée du partage comme modèle pour construire et diffuser la connaissance du patrimoine littéraire avec les personnes qui y sont représentées.
 
 

AAC : Ousmane Sembène, artiste-militant

Premier colloque international de l’Association Sembène Ousmane (ASO)

Ousmane Sembène, artiste-militant

14-15 juin 2019, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)

Les propositions de communications suivies d’une courte notice biobliographique seront reçues jusqu’au 15 janvier 2019 à l’adresse associationsembeneousmane@gmail.com
À noter qu’il n’y aura pas de prise en charge des frais de voyage et de séjour des participants.

Calendrier prévisionnel

Les propositions de communication (titre et résumé de 400 mots environ), suivies d’une courte biobibliographie de l’auteur, seront reçues en fichier Word à l’adresse de l’Association Sembène Ousmane (associationsembeneousmane@gmail.com) jusqu’au 15 janvier 2019. Le comité scientifique procédera à la sélection des propositions et les auteurs seront contactés autour du 15 février 2019.
Les communications, d’une durée de 20 minutes suivies de discussion, pourront être prononcées en français ou en anglais. La version écrite des communications est attendue pour le 15 octobre 2019 : ces textes, suite à une deuxième évaluation de la part du comité scientifique, feront l’objet de la publication, fin 2019, du premier numéro de la revue Cahiers Sembène Ousmane, dirigée par Mbaye Diouf (Université McGill).
Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter le site internet de l’Association Sembène Ousmane (www.associationsembeneousmane.com) ou à nous contacter par courriel à l’adresse associationsembeneousmane@gmail.com

Direction scientifique

Andrée-Marie Diagne-Bonané (UCAD), Edoardo Cagnan (Sorbonne-McGill), avec la participation de Maguèye Kassé (UCAD).

Comité scientifique

  • Mamadou BA (UCAD, Sénégal)
  • Marie-Jo BOURDIN (Centre Minkowska, France)
  • Souleymane Bachir DIAGNE (Université Columbia, États-Unis)
  • Andrée-Marie DIAGNE-BONANÉ (UCAD, Sénégal)
  • Mbaye DIOUF (Université McGill, Canada)
  • Carole EDWARDS (Texas Tech University, États-Unis)
  • Claude FOREST (Université de la Sorbonne-Nouvelle, France)
  • Maguèye KASSÉ (UCAD, Sénégal)
  • Amadou LY (UCAD, Sénégal)
  • Ibrahima NDIAYE (UCAD, Sénégal)
  • Sada NIANG (Université Victoria, Canada)
  • Justin OUORO (Université de Ouagadougou, Burkina Faso)
  • Felwine SARR (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Cristina SCHIAVONE (Université de Macerata, Italie)
  • Omar SOUGOU (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Kalidou Seydou SY (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Cécile VAN DEN AVENNE (Université de la Sorbonne-Nouvelle, France)
  • Ibrahima WANE (UCAD, Sénégal)

Pour ce qui est des écrivains, on ne peut que leur demander de nous exprimer la réalité et la vérité. Et qu’ils le fassent très bien. Mais je ne pense pas qu’une œuvre littéraire doive être une pancarte d’un défilé du 1er Mai. La vie des hommes est si complexe… Moi, ma mission, c’est d’être toujours fidèle à la réalité et d’essayer de pousser les hommes à réfléchir sur leurs conditions d’existence.

Sembène, le 17 novembre 1993

De retour au Sénégal en 1960, après avoir milité activement au sein des syndicats et des partis de gauche pendant sa jeunesse, Sembène Ousmane fera de son travail artistique l’expression privilégiée de son engagement : « Je ne milite dans aucun parti, je milite à travers mes œuvres »[1]. Dès lors, assez distant des débats qu’il jugeait trop théoriques comme la Négritude, mais sensible à la cause des travailleurs (le marxisme), des peuples colonisés (Memmi et Fanon) et des femmes, il développe une conception utile de l’Art : « À l’écrit comme à l’écran, ses soucis majeurs d’artiste furent la représentation authentique des peuples d’Afrique et une description sans compromis des luttes résumant leur mode de survie au quotidien »[2]. Or, selon la conception sembénienne, si l’Art peut se rendre effectivement utile, c’est parce que l’artiste choisit de mettre sa liberté intellectuelle au service des autres : « Je pense que le créateur – pas seulement l’écrivain : le peintre, le cinéaste… – exprime son époque. Il est, dans le sens le plus noble, celui qui combat toute forme d’injustice, que cela soit sur le plan collectif ou individuel, puisque le créateur n’a reçu mandat d’aucun clan, d’aucun groupe, et que c’est par sa propre conscience qu’il pose les problèmes de sa communauté. Si c’est cela l’engagement, il n’y a pas de créateur non engagé »[3].
Foncièrement contestataire, comme le suggère le nom de sa maison à Yoff (Gallé Ceddo, soit « celui qui refuse »), Sembène semble animé par « une double exigence, la nécessité de préserver son individualité tout en étant présent au monde »[4]. C’est sans doute grâce à ce souci éthique, rester libre et ne pas trahir la complexité du réel, que ses œuvres s’écartent de toute forme de manichéisme idéologique : du côté esthétique aussi, elles se rangent assez mal sous l’étiquette du « réalisme socialiste » à cause, par exemple, de l’épaisseur psychologique des personnages et de ces conclusions, le plus souvent ouvertes, qui suscitent chez le lecteur de nouveaux questionnements plutôt que de lui indiquer un chemin à suivre. Il se montre également conscient du fait que ses œuvres parlent à un public hétérogène, non pas pour répandre une doctrine, mais pour le sensibiliser à une cause, faire circuler des idées et pointer des problèmes sociaux : « Je tiens compte du fait que, quand j’écris, je m’adresse à une multitude de gens et je décris souvent la vie de celui qui n’est pas de mon bord. Faut-il alors en faire un porte-drapeau ? J’ai toujours condamné la littérature de 1er Mai, de pancarte, et que cela soit au cinéma ou ailleurs. […] Cela ne veut pas dire que je renonce à mon idéal, mais je dois amener les gens à une autre compréhension de notre société et à leur volonté de changement »[5].
Bien que la question de l’engagement de Sembène ne soit pas nouvelle pour la critique, on sait qu’elle continue de poser quelques problèmes : d’une part, on connaît encore de manière sommaire le rôle qu’a joué l’artiste-militant dans les mouvements politiques et dans les institutions culturelles ; de l’autre, son œuvre est parfois simplifiée au moyen de notions extrinsèques ou décrite à travers un répertoire thématique trop superficiel. Ce colloque souhaite offrir aux chercheurs l’occasion de réfléchir, de manière méthodique et collective, sur les choix d’écriture et de mise en scène qui permettent à l’auteur de se positionner. En favorisant les perspectives interdisciplinaires et les nouvelles approches développées par les sciences humaines, le colloque nourrit l’ambition de comprendre les ressorts de l’esthétique sembénienne en la situant dans son contexte historique et en montrant son positionnement dans le champ artistique de l’Afrique de l’ouest au fil des époques, pour comprendre l’héritage laissé au monde contemporain.
Dans ce cadre, nous proposons trois axes de recherche non exhaustifs :

Axe I – Une vie de combats

D’abord tirailleur dans l’Armée coloniale, puis docker à Marseille, Sembène a pu voir de près les méfaits du racisme et du capitalisme, ce qui a aiguisé sa conscience politique, au point de s’inscrire au PCF et à la CGT : son rôle politique, le milieu qu’il a fréquenté et surtout le rôle que ce milieu a joué dans ses œuvres pourraient être explorés davantage par les biographes et les littéraires. En effet, si nombre de ses œuvres, aussi bien historiques (Camp de Thiaroye) que d’inspiration autobiographiques (Le Docker noir), reflètent les conflits d’une époque[6], on s’est rarement penché sur l’influence qu’a pu exercer sur elles la formation reçue par Sembène dans les bibliothèques et les cercles des syndicats pendant les années 1950.
Il faudrait s’intéresser également à la période qui fait suite au retour au Sénégal, puisque la fin de la colonisation n’était que le début des questions postcoloniales : on pense notamment aux réserves de Sembène à l’égard de la nouvelle bourgeoisie sénégalaise (Xala) et de la politique de Senghor (Le Dernier de l’Empire). De plus, ce colloque pourrait être l’occasion de replacer la figure de Sembène dans le contexte politique et culturel : comme l’ont montré récemment Kassé et Diop, il est resté proche de certains milieux militants comme le PAI et a été au centre de plusieurs institutions culturelles, comme le FESPACO et la CINSEAS, afin de soutenir de manière durable les productions artistiques ouest-africaines[7] ; enfin, on ne saurait oublier l’aventure éditoriale de Kaddu, le premier journal en wolof, codirigé avec Pathé Diagne.

Axe II – Histoire et symboles

La nouvelle « Face à l’Histoire » (Voltaïque), de par la polysémie du mot « histoire », pose la question du rapport entre la réalité et la fiction. L’œuvre, soit-elle littéraire ou cinématographique, répond chez Sembène à une double exigence, celle de représenter fidèlement le réel, mais aussi celle d’envisager une alternative qui soit reçue de manière critique par le public, jusqu’à constituer un vecteur de changement dans le continent africain : « Mieux que les discours politiques ou les écrits des journalistes, les films de Sembène travaillent l’opinion dans le sens d’une prise de conscience sur la réalité africaine »[8].
Il s’agit donc de « refuser de céder le terrain de la tradition et du passé aux conservateurs et aux “négrologues” qui en feraient un musée incapable de donner des réponses aux problèmes actuels (voire de mieux les comprendre). C’est aussi un effort constant de cerner les formes que prenait l’injustice à travers l’histoire. Imaginer autrement le passé et la tradition »[9]. La complexité et la richesse de l’Art, qui en font la valeur constituante pour toute société[10], permet aussi bien de réécrire l’Histoire, en s’opposant au discours colonial, que de créer de nouveaux modèles face au retour à la tradition ou à l’assimilation des pratiques du monde globalisé : une lecture sémiotique des œuvres montrerait bien la volonté de Sembène de façonner une nouvelle modernité africaine par le discours[11].

Axe III – Langues et langages

Ces réflexions sur le positionnement polémique de Sembène et sur les enjeux de la fiction peuvent être prolongées jusqu’à l’analyse de ce qui constitue le matériau même des œuvres, à savoir la langue et le médium. Rien de cela n’est en effet le fruit du hasard chez le romancier et cinéaste sénégalais : le choix d’une langue ou d’un style correspond, de manière presque performative, à une prise de position. Le français stéréotypé dit « petit nègre » de Diouana (La Noire de…) dénonce la subalternité linguistique du personnage, dont la vie intérieure ne peut exister que par la fiction du discours indirect libre (dans la nouvelle) et de la voix-off (dans le film)[12], alors que « dans Camp de Thiaroye, le français tirailleur fictionnel envahit le film, il devient la norme à l’aune de laquelle les autres variétés vont être mesurées en termes d’écart. Dès lors il perd tout pouvoir de stigmatisation de ses locuteurs »[13]. En revanche, le choix de tourner en wolof son deuxième long-métrage, Manda bi, montre à la fois le désir de s’adresser directement à son peuple[14] et l’ambition de renouveler le champ artistique africain, capable de s’affranchir des langues coloniales, un changement qui n’épargnera pas, plus tard, la production littéraire[15]. Des lectures intersémiotiques devraient pouvoir éclaircir aussi les phénomènes de coprésence et de mise en abyme des autres arts (notamment la musique, la peinture et la photo) dans les œuvres sembéniennes[16].
De manière analogue, le choix du médium et notamment la partielle conversion de la littérature au cinéma témoignent de la volonté de Sembène d’atteindre un public plus vaste en popularisant son Art et en contournant l’écueil de l’analphabétisme[17]. Pourtant, le cinéma subit d’autres contraintes : la quasi-absence de salles en Afrique (plus criarde aujourd’hui) et le besoin de financements importants, soumis le plus souvent aux ambitions du pouvoir politique[18]. Face à ce double constat et en dépit des limites, Sembène parvient à exploiter les essors de chaque médium pour se ménager une place dans le champ artistique.

AAC : Cheikh Hamidou Kane, Questions d’avenir

Colloque international « Cheikh Hamidou Kane. Questions d’avenir »

Dakar, 17, 18, 19 avril 2019

Argument :

Il y a seulement sept ans, en 2011, en collaboration avec le CRAN (Cercle de Réflexion sur l’Afrique Noire), un organisme de recherche sur l’Afrique noire, la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar organisait un colloque international pour célébrer le cinquantenaire de L’Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane. Il en est sorti des actes qui, aujourd’hui, font référence dans la recherche kanienne.
Voici que l’auteur de cette œuvre remarquable, né en 1928, atteint, en cette année, ses quatre-vingt dix ans. Il a, il y a un peu plus de vingt ans, produit sa deuxième fiction, Les Gardiens du temple, roman qui évoque un moment important dans la vie sociopolitique du Sénégal, moment dont les acteurs, aujourd’hui septuagénaires, évoquent les péripéties avec nostalgie et amertume. Ce roman, insuffisamment étudié, a d’autres dimensions importantes, dont la question du développement économique et social, la sauvegarde de l’identité culturelle africaine et la libération de la femme des lourdeurs sociologiques qui entravent son émancipation et obèrent, de ce fait, le développement des pays du continent noir.
Cheikh Hamidou Kane s’est aussi signalé à l’opinion nationale et internationale par une vie au service de sa nation et de la communauté internationale : gouverneur de région, ministre à plusieurs reprises, fonctionnaire international, administrateur d’une ONG africaine. À ces diverses stations, il s’est comporté avec beaucoup de compétence et d’humilité, et a rendu d’éminents services, en faisant notamment avancer les gouvernances vers plus de vertu, d’éthique et en amenant des populations vers une implication plus grande parce que mieux comprise dans l’amélioration de leurs conditions d’existence.

C’est à cet homme multidimensionnel que le colloque international « Cheikh Hamidou Kane, une philosophie individuelle et une éthique collective », essaiera de rendre hommage en revisitant son œuvre littéraire et son action politique et sociale. Il y a encore beaucoup à découvrir et à penser dans une œuvre, dont les positions philosophiques demandent à être analysées et mises en perspective.
Il s’agira de revoir la position de Cheikh Hamidou Kane dans le champ littéraire sénégalais et/ou africain, en explorant les textes à la croisée des interrogations sur la fiction, les valeurs, la théorie des genres, et en insistant sur les continuités et les ruptures entre les époques et les faits sociaux, politiques et culturels. On pourra ainsi s’attarder à mieux faire ressortir les richesses thématiques de chaque œuvre, et en quoi les personnages et leur rôle individuel et collectif se prolongent d’une œuvre à l’autre, et se révèlent comme une tentative de solution que propose Cheikh Hamidou Kane dans le second roman aux problèmes apparemment aporétiques posés dans le premier.
Ce colloque, résolument tourné vers le présent et vers l’avenir, entend privilégier les nouveaux chantiers, nouvelles voies d’études, thématiques inédites, questions ouvertes et fécondes.

AXES D’ANALYSE POSSIBLES

  1. Lecture, réception et interprétation des romans : thèmes, formes et enjeux, choix stylistiques et invention des personnages.
  2. Actualité et pertinence des romans : liens avec le monde qui se métamorphose, essor de l’Islamisme, identités en crise et crises idéologiques et politiques.
  3. Approche narratologique et stylistique des récits : jeux sur focalisation, énonciation et modes de temporalisation.  
  4. Analyses croisées des deux romans : intrigue, style, symbolique, portée et significations.
  5. L’œuvre de C.H. KANE et les théories postcoloniales.
  6. La mise en récit de questions philosophiques et de thématiques d’actualité : les pensées en travail dans l’écriture de C.H. KANE – hyper développement technologique – défis environnementaux – conscience éco poétique – perte de sens
  7. Traductions, échos intertextuels et aventures inter médiales.
  8. C.H. KANE homme d’État : action au service du développement – rôle comme acteur et témoin politique.

Les propositions de communication sont reçues jusqu’au 30 novembre 2018 à l’adresse suivante: colloque.chamidoukane@gmail.com

 Date de réponse du comité : le 31 décembre 2018

Responsable du colloque : Amadou Ly / Coordinateurs : Alioune Diaw (aliounebadou@yahoo.fr),  Mamadou Ba, et Serigne Seye

Colloque Cheikh Hamidou Kane

Continuer la lecture de AAC : Cheikh Hamidou Kane, Questions d’avenir

REAF-JCEA 2018 à Marseille : le film

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF) et les 4èmes Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) se sont tenues à Marseille du 9 au 12 juillet 2018.

Pour l’occasion AB JOY Productions a réalisé un film présentant cet événement. Ce film est visible sur le site du GIS Etudes africaines : http://etudes-africaines.cnrs.fr/actus_gis/reaf-jcea-a-marseille-le-film/

AAC : Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques

Appel à communications

«Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques»

Colloque international, 13 – 14 juin 2019

Université Ouaga 1 Pr Joseph KI-ZERBO
Ouagadougou, Burkina Faso

Responsables :

  • Isaac BAZIÉ, Professeur titulaire, Département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal
  • Honorine SARE/MARE, Maître de conférences, Laboratoire Littératures, Espaces, et Sociétés, Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO

Calendrier :

  • 15 janvier 2019 : Date limite de réception des propositions de communication

Les propositions sont à envoyer à la fois aux adresses suivantes :

Bazie.isaac@uqam.ca; sarehonorin@yahoo.fr; ganousley@yahoo.fr

  • 1er février 2019 : Réponse aux participants
  • 15 avril 2019 : Programme préliminaire aux participants

Argumentaire

Étudier la culture, notamment selon le principe différentiel et suivant les grandes avenues qui ont marqué la distinction entre les grandes aires au plan mondial, n’est pas un fait nouveau, loin s’en faut. Ce regard marqué par la recherche de la différence à des fins d’une taxinomie qui plaçait l’Occident en haut de l’échelle et lui conférait ipso facto le rôle judicatif face à tout ce qui n’était pas occidental a longuement été débattu et battu en brèches. Cependant, les approches culturalistes d’antan se sont inscrites dans des visées qui n’ont de commun avec ce qui s’est produit à partir des années 1950, et surtout 1960 à Birmingham et qui s’est répandu dans le monde sous l’appellation Cultural Studies, que la culture, et là encore… Depuis l’époque du Centre for Contemporary Cultural Studies, les programmes d’études ou les sciences, ayant pour principal objet d’investigation la culture, se sont diversifiées et institutionnalisées à des degrés variables selon les contextes linguistiques et nationaux, les traditions de recherche et les champs institutionnels, tous paramètres qui exigent que l’on se garde bien de considérer sans nuance Cultural Studies, Kulturwissenschaft(en), Études culturelles, pour ne citer que ces déclinaisons.

Cependant, les études de la culture ne se sont pas toujours faites dans cette genèse qui, disons-le, s’est dessinée au sein des grandes institutions de recherche européennes et nord-américaines, pour donner lieu aux cousinages dont témoignent à différents niveaux les déclinaisons nuancées des Cultural Studies dont il a été fait mention précédemment. C’est ce constat qui justifie l’attention particulière que nous accordons aux études culturelles africaines dans le présent ouvrage. En effet, dans le contexte africain, on pourrait penser que les figures de l’altérité construites à partir de l’a priori de la négation/péjoration des cultures du continent dit noir, ont d’office inscrit la culture au cœur des enjeux et en ont fait un passage obligé des travaux que les chercheurs et intellectuels africains ont développés à leur tour sur les liens entre l’Afrique et le reste du monde, à commencer par l’Occident colonisateur. Il faut noter que la conjoncture favorable à une systématisation des études culturelles africaines s’est constituée depuis des précurseurs comme Dim Dolobson Ouédraogo, (L’empire du Mogho, 1932; Les secrets des sorciers noirs; 1934.), mais aussi avec les travaux majeurs des tenants de la négritude comme Léopold S. Senghor (Liberté I: Négritude et humanisme, 1964; Liberté 5. Le dialogue des cultures, 1993.), ceux de chercheurs ayant fortement participé à l’émergence des études africaines en général comme Janheinz Jahn ou Lilian Kesteloot, avec – faut-il le rappeler – le point tournant que fut le colloque de Yaoundé en avril 1971 invitant les critiques à faire la part belle aux peuples africains et à leurs cultures dans la recherche.

Continuer la lecture de AAC : Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques

AAC : Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Les Laboratoires 

  • d’Etudes et de Recherches sur l’Interculturel. LERIC. URAC 57 (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida),
  • Langues, Littératures, Arts et Cultures. LLAC. (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Mohammed V de Rabat),
  • Didactique, Littérature, Langage, Arts et Tice. DiLiLarTice (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Ibn Toufaïl de Kénitra)
  • l’Ecole de Gouvernance et d’Economie. EGE (Université Polytechnique Mohammaed VI )

organisent les 12, 13, 14 et 15 mars 2019 un colloque international sous le thème:

 Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Par ce colloque, les organisateurs veulent rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition.

Parce qu’il est né le jour de l’aïd-el-kébir, Khatibi se prénomme Abdelkébir. Entre la fête du sacrifice – ou la Grande Fête – et le sens qu’évoque son patronyme, il n’y pas de lien visible. C’est dans l’invisible, l’implicite ou la nécessité de la réinvention de soi que le jeune auteur flaire le lien. Il vouera toute sa vie à traquer le mystère dont il porte le sceau : un quêteur de signes qui, à son tour, laissera des empreintes de son passage, un penseur à la recherche d’une connexion avec le monde pour en saisir les sens, les significations et l’épaisseur anthropologique.
L’écriture plurale de Khatibi déroute, dérange, interpelle du fait qu’elle se situe entre « recherche sociale et création littéraire ». On l’a qualifiée de « giratoire », de « volatile », d’« oblique »… car elle est travaillée en profondeur par une quête continuelle et un infatigable questionnement. Elle est à la fois exigence, ascèse et jouissance. En effet, écrire pour le penseur de l’aimance, c’est vivre l’expérience de l’écart et du décentrement, c’est être dans le risque du langage, de l’inconnu des formes à faire advenir, de l’ailleurs de la pensée. Qu’il soit poétique, narratif ou essayistique, le geste scriptural de Khatibi investit en permanence l’interstice de l’intellect et de l’affect. Le lire aujourd’hui, suppose un cheminement intellectuel similaire au sien. Cela implique la mise en tension des modes et des codes, la poursuite des traces et des empreintes pour lier ensemble ce que les systèmes et les idéologies séparent, catégorisent et figent. L’auteur fait rencontrer ce qui, sans le travail de l’aimance ne peut jamais être uni. « L’étranger professionnel » qu’il est, effrite les identités figées, et dans un mouvement d’empathie crée de nouveaux liens.
Interroger Khatibi à partir de son écriture, de ses lieux de langage, de son imaginaire, c’est tenter d’appréhender les « forces de vie » qui l’animent. Approcher cet univers d’« images », de « signes », de « traces », de « lettres », et de « marques », c’est tenter de mettre en lumière ce qui les unit souterrainement et s’aventurer à re-découvrir le  cheminement de la pensée, de l’émotion et du dire d’un auteur polygraphe.
L’empreinte laisse entendre une présence qui fut et qui n’est probablement plus. Ce qui reste du passage d’un être après son départ. C’est le signe d’un manque et la marque d’une absence. Mais cette marque est aussi comme une griffe qui fonde certains parcours. C’est cette double figure qu’il faut retrouver aujourd’hui, réexaminer, éclairer de nouveau comme héritage silencieux, héritage sans testament.

Par ce colloque, nous voulons rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition. Les spécialistes et les jeunes chercheurs qui s’intéressent à son œuvre sont invités à présenter des interventions dans les champs – non limitatifs – suivants :

  1. Champs esthétiques : production et réception (arts; critique, littérature, …)
  2. Pluralité des voix (langues; spiritualité, …)
  3. Mutations et hybridité (société; corps; identité, …)
Les propositions de communication feront l’objet d’un résumé de 500 mots maximum permettant d’apprécier la problématique de la recherche et ses modalités de mise en œuvre, et seront accompagnées d’une bibliographie succincte. Elles seront soumises au comité scientifique qui se prononcera sur la pertinence et la rigueur scientifique des propositions de communication. à envoyer sur : Adresse du colloque https://kha2019.sciencesconf.org
  • Date limite de soumission des propositions de communication : 15 novembre 2018
  • Avis d’acceptation : 30 novembre 2018
  • Date limite de soumission des textes définitifs : 17 février 2019
  • Colloque : 12, 13, 14 et 15 mars  2019

URL de référence : https://kha2019.sciencesconf.org/