Archives par mot-clé : Colloque

CfP: Back to Africa

Back to Africa: Literary Representations of Return in African Literatures

One-day International Conference 

Campus Condorcet

Paris, 25th October 2023

The French University Sorbonne Paris Nord, in collaboration with the Italian University of Bologna, is organising a one-day International Conference devoted to postgraduate students and early researchers on the topos of return in African literatures.

Aim

This one-day conference aims to investigate how the different forms of return to the African continent are represented in African literatures. We hope to welcome a wide variety of contributions from postgraduate and early-career researchers that do not exclusively focus on the Global North – Global South axis but also on infra-continental patterns of migration as well as understudied migratory axes within the Global South. While, for pragmatic reasons, contributions will be delivered in English, we hope they will tackle narratives of return from different African countries and in a variety of languages, both local and national.

Individual or joint papers will be allotted 20 minutes, followed by a discussion at the end of each panel.

Submission Guidelines

Calendrier révisé : Les contributeurs potentiels sont invités à envoyer leur résumé à backtoafrica.condorcet@gmail.com avant le 16 août 2023. Les notifications d’acceptation seront envoyées le 30 août 2023.

We invite proposals for individual papers that address these and related topics. Proposals should include an abstract of around 250 words, a brief biographical statement and contact information. 

Prospective contributors should send their abstracts to backtoafrica.condorcet@gmail.com by July 30, 2023. Notifications of acceptance will be sent by August 30, 2023.

We look forward to receiving your proposal and to a productive conference.

Call for papers-Back to Africa_Condorcet

Context

After years spent in the USA as a migrant, Ifemelu, the protagonist of Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2013), realises that her home country, Nigeria, “became where she was supposed to be, the only place she could sink her roots in without the constant urge to tug them out and shake off the soil.” This “gravitational pull,” as Maximilian Feldner (2019) calls it, has been perceptible in African literatures throughout the years so much so as to represent one of its constitutive features.
In the still ongoing “age of the refugee, the displaced person, mass migration” (Said 1984), the need to return found in African Literatures seems, at first glance, to be at odds with the postcolonial debates around hybridity, cosmopolitanism, and rootlessness or route-oriented belonging. As Salman Rushdie (1983) declared, “roots […] are a conservative myth, designed to keep us in our places.” On a similar note, drawing from the Igbo knowledge system, Chinua Achebe (1994) employs the concept of rootlessness as a metaphor for writing: “If you’re rooted to a spot, you miss a lot of the grace. So you keep moving, and this is the way I think the world’s stories should be told — from many different perspectives,” he argued. Thus, how can return be tackled without mooring it to discourses imbued with essentialism, nationalism, and exclusion, all of which could potentially be derived from rootedness? 
Perhaps, however, it is the very tension between routes and roots that should be overcome. It is what James Clifford (1997) attempted to do in his work Routes: Travels and Translation in the Late Twentieth Century. With the return, the homonymic opposition is resolved because coming back to one’s roots involves the act of travelling – routes. But can one ever come back home? As beautifully shown by the novel On Black Sisters’ Street (2011), originally written in Dutch by Nigerian writer Chika Unigwe, migrants, while abroad, might experience a kind of nostalgia. After their return, however, this nostalgia might morph into disillusion and even alienation, as shown by Obi, the protagonist of Chinua Achebe’s No Longer at Ease (1960).

Continuer la lecture de CfP: Back to Africa

AAC: Lyrisme et oralité dans la poésie africaine d’expression française

MSHS-SE, Nice, France
16-17 novembre 2023

Les propositions de communications d’une page environ sont attendues pour le 1er septembre 2023 aux adresses suivantes :
beatrice.bonhomme@univ-cotedazur.fr ;
veronique.magri@univ-cotedazur.fr

L’ambition de ce colloque est de réunir deux notions, dont il s’agit d’abord de cerner les contours, et d’envisager les relations au sein d’un corpus particulier, celui de la poésie africaine d’expression française.

Texte dappelrdéf2023

Argumentaire

La poésie lyrique est à l’origine chantée et la dimension musicale de ce type de poésie est marquée en particulier par la présence de refrains, dès l’ancien français. (Michel Jarrety, La Poésie française du Moyen Âge au XXe siècle). Si le lyrisme, notion qui dépasse le genre de la poésie lyrique, a fait l’objet de multiples ajustements définitionnels, on retiendra la description de Valéry qui, loin d’en faire une forme d’expression d’un « moi » replié sur lui- même, y voit au contraire une forme d’expansion du « moi » qui atteint à l’universel, écrivant ainsi que « le lyrisme est la voix du moi, portée au ton le plus pur, sinon le plus haut. Mais ces poètes parlent d’eux-mêmes, comme les musiciens le font, c’est-à-dire en fondant les émotions de tous les événements précis de leur vie dans une substance intime d’expérience universelle » (Villon et Verlaine). J.-M. Maulpoix articule le lyrisme à une voix, à une parole en action, qui célèbre la fusion de l’être et la langue :

Dans le lyrisme, le langage se désire parole. Il perd son inertie, s’articule dans une voix, conquiert une pluralité de sens, s’organise comme son et comme sens, subjectif et objectif tout à la fois. L’être et la langue révèlent alors leur réciproque appartenance ». (http://www.maulpoix.net/notes.html).

Le lyrisme constitue un dialogue, une tension, un « entre-deux » entre impersonnel, transpersonnel, dépersonnalisation, décentrement mais aussi, comme l’explique Dominique Rabaté, ancrage dans la réalité, l’anecdote, la référence, la circonstance concrète acquérant par le texte valeur durable et partageable. Comme le montre Philippe Beck, le moment où le moi se dit, c’est un moment impersonnel, le moment où l’amour, la mort se disent de façon intense, serrée, tenue, c’est un moment impersonnel, un moment d’impersonnalité paradoxale. Dans cette intensité lyrique impersonnelle, le ‘je’ et le ‘tu’ restent anonymes, le ‘tu’ c’est la voix du poème, l’autre en soi, tout le monde, n’importe qui. Le lyrisme, c’est paradoxalement ce qui est le plus singulier, cette émotion, « sans mesure commune », mais qui devient commune, le plus incommunicable devenant aussi le plus commun. Il s’agit d’amener l’absolu singulier dans les parages du commun, le lyrisme étant, comme le montre Michel Collot, un mouvement qui part du plus intime, du plus circonstanciel, pour se projeter dans le monde et les mots et devenir communicable.

Continuer la lecture de AAC: Lyrisme et oralité dans la poésie africaine d’expression française

Hommage à Lilyan Kesteloot

GYSSELS. K. (Guest Ed.)
(122 p., 2023)

K. GYSSELS – Introduction: Kesteloot, l’Afrique en elle – 5
A. GOUNONGBÉ – La négritude et ses tralalas chez Lilyan Kesteloot 13
H.-J. LUSEBRINK – Croisements et échanges: un hommage à Lilyan Kesteloot 21
K. BUGUL – Prise de parole chez les femmes 25
M. FAULKNER – Kesteloot et Bugul, deux championnes des littératures africaines 27
K. GYSSELS – Kesteloot et Zobel, du terrain aux tessitures afro-caribéennes 45
C.G. MAKOSSO – Lilyan Kesteloot et la parole libérée dans un triangle du savoir: la problématique du voyage intérieur et extérieur 63
S. SEYE – Lilyan Kesteloot et les écrivains sénégalais: de Léopold Sédar Senghor à Pape Samba Kane 83
M. BA – Chantiers interrompus: inédits, archives (in)explorées 95
F. TOURÉ – Si chère Lilyan 105
M. SCHIPPER – Entretien avec Léopold Sédar Senghor (1974) 115

Commander l’ouvrage sur le site de l’Académie des Sciences de l’outre-mer (KAOW ARSOM) à Bruxelles

AAC/CfP: Restituer et Re-situer Haïti

Restituer et re-situer Haïti : nouvelles connexions

Modalités de contribution

Les propositions de contribution sont à envoyer par mail jusqu’au 09 octobre 2023 à l’adresse suivante : resituerhaiti.colloque2024@gmail.com. Les résumés doivent être d’une longueur de 300 mots maximum et accompagnés d’un titre (même provisoire) et d’une courte notice bio-bibliographique. Les propositions seront évaluées par un comité scientifique et les réponses concernant les sélections seront envoyées dès le 15 novembre 2023.

Le colloque aura lieu les 04 et 05 avril 2024 à la Maison de la recherche de l’université Paris 8.

URL de référence : https://www.romanistik.de/aktuelles/6953

Argumentaire

« Dire Haïti et sa littérature autrement, c’est se demander, à travers les mots de ses écrivains et de ses écrivaines, quel éclairage peut apporter aujourd’hui au monde francophone, sinon au monde tout court, l’expérience haïtienne », déclare l’écrivaine haïtienne Yanick Lahens dans sa leçon inaugurale de la chaire annuelle des Mondes Francophones (2018-2019) au Collège de France. Ce colloque s’inscrit, à l’instar du propos de Lahens, dans une urgence de dire Haïti autrement. Urgence de « dire » et « autrement » pour tenter de sortir le pays de l’économie à la fois du silence et de la diffamation qui entoure le discours sur lui depuis le succès de la révolution haïtienne qui abolit l’esclavage et mit fin au colonialisme français sur l’île caribéenne.
Le silence, théorisé par l’anthropologue Michel-Rolph Trouillot dans son livre Silencing the past (1995), présent de façon plus manifeste dans les rapports d’Haïti avec la France se dévoile, entre autres, par une absence notoire de l’histoire haïtienne dans l’histoire française –la révolution haïtienne reste encore le tabou qu’un infime nombre de manuels scolaires français osent subrepticement braver (Brière, 2017) –et par une prise en compte précaire de la littérature haïtienne dans l’enseignement général des lettres (Chemla, 2019). La diffamation quant à elle peut être perçue historiquement à travers les rapports des métropoles coloniales qui évoquent les contorsions révolutionnaires à Saint-Domingue dès les premiers moments de la révolte des esclaves caractérisée par sa « sauvagerie » (Middelanis, 1996 ; Hurbon, 2009) et la littérature, notamment dans la littérature états-unienne blanche du XIXe siècle qui peint Haïti comme le berceau de l’obscurité et de la barbarie (Dash, 2016). La diffamation est également perceptible au présent dans les médias (Saint-George, 2017). On observe ainsi une réactualisation du regard colonial par une représentation qui tente d’enfermer le pays dans les extrêmes entre “carte postale” et “cauchemar” (Lahens, 2021), de reproduire les stéréotypes de l’anti-haïtianisme et d’ignorer les enjeux géopolitiques et économiques qui vont à la rencontre de la situation actuelle en Haïti. Malgré une augmentation importante depuis les années 2000 –le haitian turn (Joseph, 2012 ; Bandau, 2013) – des études sur Haïti et sa littérature et un nouvel intérêt marqué à l’ère des études postcoloniales, on est encore loin d’un regard et d’une politique décolonisés sur le pays. Le silence et la représentation problématique d’Haïti, que la France partage avec d’autres puissances de ce monde, situe le pays au loin, le confine dans son espace insulaire et isolé, presque de l’autre côté de l’humanité (modernité, cf. Mignolo, 2011). Il s’établit là une distance factice qu’il convient de désamorcer.
Les publications récentes qui abordent la question tout autant passée sous silence de la “dette” de l’indépendance, (cf. Henochsberg, 2016 ; Dorigny et al., 2021 ; Gamio et al., 2022) et le colloque « Haïti : littérature et civilisation » (2019) au Collège de France précédé quelques mois plus tôt par la leçon inaugurale de Yanick Lahens mais aussi les références récurrentes à la révolution haïtienne dans le dernier blockbuster Black Panther: Wakanda forever (cf. Haitian Times, 2022 ; Varsity, 2022), sont des pas qui témoignent dudit désamorçage déjà en cours. Cette évolution passe par les études littéraires et culturelles, ainsi que par des productions artistiques qui non seulement repositionnent Haïti dans l’histoire globale mais touchent également à la question de la restitution.
Suivant cette perspective, notre colloque tente de re-visiter le rôle d’Haïti et sa civilisation dans l’histoire et au présent, de questionner les angles sous lesquels ils sont souvent présentés et d’ainsi faire “habiter” le pays reprenant là le mouvement de pensée qui traverse la contribution de Laënnec Hurbon au colloque du collège de France et qui a inspiré le Festival Haïti-Monde de 2022 à Paris. Pour ce faire, ce colloque s’intéresse à la situation d’Haïti dans les Amériques, notamment dans l’espace caribéen, mais aussi à ses liens avec d’autres espaces dans le monde comme l’Afrique, le Moyen-Orient ou l’Europe (p.ex. avec l’Allemagne, cf. Pestel, 2019). Il aspire à re-penser la situation d’Haïti et de la littérature haïtienne afin de placer Haïti et l’étudier dans un contexte plus pertinent pour la complète considération de ses complexités historiques, politiques, linguistiques, culturelles et littéraires. Le colloque cherche aussi à questionner les circulations, connexions et influences de cette première littérature anticoloniale en se penchant sur son rôle dans l’espace littéraire d’aujourd’hui et d’une littérature-monde (Le Bris, 2007) ou plutôt qui s’amplifie. Il n’est pas ici question d’étudier « l’apport » d’Haïti comme s’il s’agissait d’un simple objet d’étude, mais bien d’évoquer ses connexions, ses relations et, par conséquent, la façon dont elle participe à l’espace historique, littéraire et politique de la France, de la Caraïbe, des Amériques et du monde.
Ce colloque se veut pluridisciplinaire. L’on souhaiterait associer les travaux de chercheurs en histoire, en sciences sociales, en littérature, en études culturelles et cinématographiques. Le colloque s’organise autour de deux idées directrices : la re-situation et la restitution d’Haïti qui sont donc les grands axes dans lesquels doivent s’inscrire les propositions de communications.

Continuer la lecture de AAC/CfP: Restituer et Re-situer Haïti

Utopies africaines / Afrodystopies

Représentations et discours littéraires, médiatiques et culturelles

Colloque international

28 juin – 1er juillet 2023, Université Bordeaux Montaigne, Maison des Suds

Ce colloque ne porte pas sur l’Afrique en soi, mais sur les représentations mythiques du continent africain que les Européens, les Afro-américains et surtout les Africains eux-mêmes ont forgé au fil des siècles. Les origines de la relation entre l’utopie et l’Afrique semblent remontées à cette période où circulent les configurations mythiques comme l’Eden et l’Eldorado, largement rattachés à la colonie. Pour Miller (1985), la transposition de cette perception euro-centrée de l’Afrique dans les images, les histoires et les mythes constitue le « discours africaniste » (Africanist discourse), qui se caractérise par une métaphore rêve/cauchemar itérative et permanente dans la description du continent africain. L’Afrique apparaît sous le signe de la colonie uniquement comme objet des discours soit sous la forme d’un conte de fées fascinant, de terres vierges et sauvages synonyme d’aventure et d’enrichissement personnel, soit sous la forme d’un lieu d’ensauvagement et de perte.
L’Afrique est à la fois le lieu de projections d’imaginaire et un espace générateur d’alternatives sociétales même si, de l’avis de nombreux observateurs, « l’Afrique nourrit plus les projections apocalyptiques et dystopiques que les anticipations utopiques » (Azarian/Fendler/Mbaye). Dans les littératures et les arts, l’utopie prend souvent la forme d’une réversibilité de l’Histoire où l’Afrique prospère devient le centre économique et intellectuel du monde et par-dessus tout, le lieu d’émigration des Européens. Ce lieu de tous les possibles est décrit par A. Waberi (Aux Etats-Unis d’Afrique), L. Miano (Rouge impératrice), Nnedi Okorafor (The Shadow Speaker). Le monde du cinéma en est également concerné par l’exploration des mondes socio-culturelles imaginés et reconstruits avec des cinéastes tels que Sylvestre Amoussou (Africa Paradis), Jean-Pierre Bekolo (Les Saignantes), Neill Blomkamp (District 9), Wanuri Kahiu (Pumzi). L’univers radiophonique regroupe des noms comme Lauren Beukes (Is Science-Fiction Coming to Africa ?) et Soro Solo (L’Afrique déchaînée). D’autres formes artistiques utilisent aussi des codes attestant d’un imaginaire futuriste. En témoignent les travaux des photographes Trevor Stuurman, avec sa collaboration au Festival One Source Live baptisé « Téléportation vers l’Afrique » et du Sénégalais Alun Be avec « Edification ». A cette Afrique-là, s’oppose une autre, qui dès la fin des années 60 avec Yambo Ouologuem (Le devoir de violence) se présente comme une contre-utopie ou une non-utopie. L’afrodystopie s’impose comme mode de représentation de l’Afrique postcoloniale d’une littérature et d’un art de crise qui atteint son paroxysme à partir des années 80 et 90 notamment avec Sony Labou Tansi (La vie et demie, L’Etat honteux), Alioum Fantouré (Le récit du cirque de la vallée des morts), Henri Lopes (Le Pleurer-rire), Emmanuel Dongala (Johnny chien méchantPhoto de groupe au bord du fleuve). Comme l’a si bien démontré Joseph Tonda, l’afrodystopie se lit également dans la musique congolaise (Tabu Ley, Franco et le TP Ok Jazz, Pepe Kale, etc.).

En se livrant à l’analyse des utopies et des dystopies africaines, on se voit emmené à prêter attention à l’Histoire et aux dynamiques culturelles, politiques et artistique du continent africain et de la diaspora africaine. Nous nous proposons d’étudier les formes, les discours et les modalités d’inscription des utopies et des dystopies africaines dans les représentations littéraires et artistiques.  Le colloque cherche à exploiter la richesse du sens de ces utopies et dystopies africaines qui se dégage de la multiplicité des approches disciplinaires pour mieux explorer les contours critiques, la diversité des registres et la complexité des angles de perception.

Programme 22.06.2023

URL de référence : https://www.mshbx.fr/2023/05/31/utopies-africaines-afrodystopies/#

Des enfances créoles

Des enfances créoles : écrire (pour) l’enfance dans les littératures caribéennes

Colloque CARACOL

Observatoire des littératures caribéennes

16 et 17 juin 2023

Université Lyon 3 Jean Moulin

Le colloque 2023 de CARACOL, organisé par Pauline Franchini et Natacha d’Orlando les 16 et 17 juin, intitulé “Des enfances créoles : écrire (pour) l’enfance dans les littératures caribéennes“, se tiendra, en présence de l’écrivaine Gisèle Pineau, à l’université Lyon 3 Jean Moulin et en ligne.

N’hésitez pas à demander le lien de connexion aux organisatrices, en écrivant à pauline.franchini@univ-lyon3.fr ou natacha.d-orlando@univ-amu.fr . Vous trouverez en cliquant sur ce lien l’affiche et le programme du colloque.

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/810