Archives par mot-clé : Congo

Rhythm’n’rap, le message d’amour d’Abd al Malik. Par Daniel Delas

Abd al Malik

Le jeune Noir à l’épée, Récit poétique/vol.1, Présence Africaine/Flammarion, 2019, 150 p.

Méchantes blessures, roman, Plon, 2019, 220 p.

Abd al Malik est un enfant des années 80-90 qui virent, selon l’expression de Patrick Boucheron, « l’irruption du monde » dans l’histoire de la France. C’est l’époque où les cultures urbaines promeuvent de nouvelles identités connectées les unes aux autres à travers le monde.
Né en 1975 à Strasbourg, il a grandi dans la cité du Neuhof de cette ville au sein d’une famille d’ascendance congolaise et donc de peau noire ; il ne connait pas l’Afrique et quand il se rendra à Brazzaville pour les obsèques de son père, « je ne comprenais ni ce qu’on me disait ni ce que je ressentais ». C’est tout ce que dira de l’Afrique l’étudiant philosophe mondialiste qu’il a été avant de s’affirmer comme rappeur, auteur-compositeur-interprète, essayiste et réalisateur. On peut lire ses poèmes rappés dans Le jeune Noir à l’épée (Présence africaine-Flammarion, 2019) et les écouter dans le CD joint au livre orné de belles photos de Fabien Coste. Lequel livre s’ouvre par une citation d’Edouard Glissant qui est une référence essentielle dans la vision du monde d’Abd al Malik par son insistance sur l’inscription de toute pensée moderne dans un espace précis, dans un lieu

Il faut que nous prenions conscience de ceci : notre lieu est irremplaçable. Nous ne flottons pas en l’air comme ça. C’est une absurdité de croire que je pars, que je n’ai pas de lieu… Notre lieu est incontournable. Mais il est incontournable aussi parce que je ne peux pas en faire le tour, c’est-à-dire que je peux pas l’enfermer dans une muraille, et que si je l’enferme dans une muraille, il cesse d’être mon lieu, il est tout simplement mon retirement, mon enfermement, il n’est plus mon lieu.(op.cit, p.26)

Dans ce recueil, on notera aussi un entremêlement des poèmes d’Abd al Malik avec ceux de Baudelaire. Pourquoi donc ? Parce que Baudelaire a été le découvreur de la modernité et est à ce titre le père des rappeurs. « Les rappeurs sont les Baudelaire d’aujourd’hui » affirme d’ailleurs l’essayiste américain Jonathan Franzen.

                                                           *

Le ‘roman’ d’Abd al Malik se déroule entre fiction et autobiographie sans départager ce qui relève de l’un ou l’autre régime narratif.  Fiction puisque Kamil le héros de la première partie du livre raconte la quête d’identité et de spiritualité qui partant de la rue le mène au soufisme. Parti à New York, « l’œil du cyclone en termes de culture-monde », pour écrire un livre il en approfondit le thème au cours de rencontres avec des rappeurs américains avant de mourir dans une fusillade visant son ami Rufus (le rappeur Bizarre). Avant cette fin tragique mais heureusement fictive, il a eu le temps d’évoquer la vie passée de Kamil et son évolution :

Il y a eu la rue aussi, je veux dire la cité. Après, j’ai grandi pas mal à l’intérieur de celle-ci et ensuite je n’en ai plus voulu. Finissant par me ressaisir et par démêler ce sac de nœuds et de douleurs qui me ruinait. Je peux dire sans vanité aucune qu’en admettant que j’étais le problème, j’ai fini par devenir la solution. Il ne me restait plus qu’à parcourir la trajectoire entre les deux, en gérant le temps. C’est ce qu’on appelle vivre, je présume. (p.85)

Qui parle ? Kamil ou Abd al Malik ? Ce scénario complexe est en quelque sorte nécessité par le refus d’écrire une autobiographie misérabiliste tout en ayant besoin de pointer la « méchante blessure » (l’agression de ses parents par des skinheads) qui a servi de déclencheur d’une évolution vers sa conversion à l’islam dans sa version soufie du maître Sidi Hamza, conçue comme la voie pour s’engager ‘tout-entier’ dans une relation d’amour avec tous les êtres.
Un beau jour :

Le téléphone a sonné brusquement et j’ai décroché en sueur dans mon grand lit d’hôtel new-yorkais. Je n’étais plus mort, je ne me souvenais plus de l’avoir été (p. 123)

Désormais le récit peut se faire plus autobiographique, avec par exemple une évocation suivie de sa vie conjugale avec Rita. Autobiographique toutefois ne veut nullement dire intimiste, il correspond à une histoire de la pensée en mouvement d’Abd el Malik, essayiste et écrivain.
Pensée qui se décline en deux versants : l’un négatif, l’autre positif. Le versant négatif c’est la dénonciation d’un monde bête et obscurantiste qui « n’est que pure négation de notre humanité la plus profonde » (p. 127). Sur ce terrain il se sent proche du pessimisme d’un Régis Debray ou d’un Noam Chomsky affirmant que

les réseaux sociaux et tous les outils de com’ en général étaient un agencement de tromperies efficaces qui mettait des fous au pouvoir et proposaient la pensée fascisante comme une alternative idéologique crédible. (p.184)

Le versant positif c’est la pensée, sans doute un peu naïve reconnaît-il mais nécessaire, que

si toutes les femmes et tous les hommes prenaient conscience des paradoxes sur lesquels nous vivons tous quotidiennement, un monde meilleur  jaillirait presque instantanément, car l’existence même du monde actuel, à l’exemple de la bêtise et de tous les obscurantismes, n’est que pure négation de notre humanité la plus profonde … Je garde chevillée au cœur, l’idée qu’il suffirait d’un(e) seul(e) ou d’un petit groupe même restreint pour montrer la voie et le caractère opératif de l’amour sincère dans un monde qui na propose finalement que des variations de la haine de soi. (p.127-128)

L’un et l’autre propos alternent avant qu’on en vienne à une conclusion légère formulée à partir de l’île de Sainte Marie de Madagascar où les a menés, Rita, lui  et leur petite fille un besoin de changer d’air et où nous assistons à la déconfiture d’un ridicule métaphysicien français empli de lui-même et, bien plus important,  à une affirmation du pouvoir de la vie. La mort rêvée du narrateur que nous avons lue dans la première partie apparaît comme une sorte d’aveu d’une angoisse à ne pouvoir changer le monde ; elle se transforme aujourd’hui en un credo certes chancelant mais qui n’exclut pas l’espoir

J’ai su avec certitude que j’avais été ramené des morts. Non, rien ni personne ne disparaissait vraiment. (p.211)

                                                           *

Au jour d’aujourd’hui où le monde se hérisse de murs pour tenter d’empêcher plus que jamais tout métissage des cultures et des identités et d’enfermer les lieux du monde et de la vie (pour reprendre les termes de Glissant), la pensée d’Abd al Malik, portée par l’enthousiasme des années 80-90 et la stupéfiante vogue des rappeurs français, tient-t-elle ? Chaque lecteur-auditeur en jugera.

Offrons-lui un dernier écho poétique  

King of Kongo patronyme
Cœur blanc peau noire unanime
Mon amour n’est-tu pas mon intime ?
Ne vois guère les rétines qui dépriment ;
Ce n’est donc pas la fin de l’histoire ;
Partout ne sévit pas le désespoir.
Va donc au diable la haine !
Je suis avec ceux qui aiment.
On aime, on aime
On aime, on aime
Ainsi j’ai retrouvé mes ailes.

(« Congo mon amour »)

Daniel Delas

Pour citer cet article : Rhythm’n’rap, le message d’amour d’Abd al Malik. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/11/2019, https://apela.hypotheses.org/3520.

Parution: Le Prêtre, le traître et le rebelle

Le Prêtre, le traître et le rebelle

Figure christique et messianisme dans les œuvres de Dambudzo Marechera etTchicaya U Tam’si

Pierre LEROUX

WVT (Wissenschaftlicher Verlag Trier), coll. LuKA – Literaturen und Kunst Afrikas, Band 11

ISBN 978-3-86821-808-4, 234 S., kt., € 30,00 (2019)

Pour Dambudzo Marechera (1952-1987) comme pour Tchicaya U Tam’si (1931-1988) la légende littéraire et biographique tend parfois à prendre le pas sur la lecture des textes. Le premier, au Zimbabwe, voit son image d’alcoolique et d’anarchiste lui coller à la peau. Le second, au Congo, devient prophète aux yeux de son compatriote Sony Labou Tansi, qui l’appelle « père de notre rêve ». Dans les deux cas, face à des représentations souvent contradictoires, il apparait essentiel de réexaminer les ouvres de ces deux auteurs majeurs.
Dans cet ouvrage, Pierre Leroux, qui est aussi traducteur de Marechera, prend comme prisme la figure christique qui se retrouve sous diverses formes dans toute la littérature du continent pour proposer une véritable étude comparatiste. Les ouvres francophones et anglophones sont en effet trop souvent considérées séparément en dépit de leurs nombreux points communs. La confrontation de ces deux auteurs et de ces deux espaces permet donc d’adopter une vision plus large et plus cohérente de ces productions. Le Christ, dans cette perspective, témoigne de l’héritage culturel lié à l’Occident – le prêtre – du rapport complexe aux anciens colons et aux nouveaux maîtres – le traître – mais aussi de l’espoir et des dynamiques nouvelles – le rebelle.
Représentation en creux construite par des discours multiples, le Christ de Marechera et Tchicaya est donc à la fois ou successivement un révolutionnaire qui se bat contre l’impérialisme romain ou un collaborateur qui rend à César ce qui lui appartient. Au travers de ces différents visages, il constitue donc assurément un pivot pour examiner les relations entre le littéraire, le religieux et le politique, enjeu essentiel des études coloniales et post-coloniales.

Aimée Gnali, une vie de combat pour la femme africaine. Par Daniel Delas

Mambou Aimée Gnali, L’or des femmes, Gallimard, 2016, rééd. Folio n° 6332 en 2017.

Mambou Aimée Gnali est au premier rang des femmes militantes africaines, bien qu’elle n’ait signé sur le tard (elle est née en 1935) que deux courts récits, Beto na beto (2001) et L’or des femmes (2016).
Son premier livre évoque le rôle important des étudiants congolais de Paris au sein de la FEANF (Fédération des étudiants d’Afrique noire en France), dans la lutte anticoloniale et leur combat pour définir et faire appliquer le programme d’un gouvernement de gauche sitôt obtenue l’indépendance. Aimée Gnali y raconte sa rencontre avec Lazare Matsocota, brillant leader étudiant, son initiation à une idéologie progressiste et sa vie avec lui jusqu’à son assassinat en 1965. Elle avait trente ans !  Cet épisode est aujourd’hui occulté par l’histoire officielle congolaise.

 Le second récit, que je vous propose de lire avec moi, porte sur la société vili dont elle est issue, comme l’était son cousin Gérald Tchicaya U Tam’si, le célèbre écrivain rebelle. 
Pourquoi avoir commencé si tard à écrire ? Parce que le premier combat d’Aimée Gnali a été pour se faire reconnaître comme femme responsable dans une société africaine totalement dominée par les hommes. Première bachelière du Congo, licenciée-es-lettres de la Sorbonne puis capésienne, elle a enseigné au Congo dans plusieurs lycées avant de devenir directrice de l’enseignement secondaire puis ministre de la Culture et des Arts dans le premier gouvernement dirigé par Denis Sassou Nguesso, dit « d’union nationale», de 1997 à 2002. Elle en démissionnera pour fonder un parti d’opposition et jouer ce rôle de porte-voix du féminisme africain.
Elle aurait pu entreprendre d’écrire ‘comme ça’, portée par son seul plaisir de revenir sur ce parcours d’une riche vie personnelle. Mais si ce qu’elle va écrire au début du XXIème siècle est certes un retour sur son enfance (L’or des femmes) ou sur sa jeunesse étudiante (Beto na beto), sa motivation, certes nourrie de son expérience et de ses combats, est plus d’éclairer le double visage d’une africanité d’aujourd’hui, écartelée entre tradition, conservatrice par nature, et modernité, plus ouverte au changement et à une égalité entre les hommes et les femmes que de parler d’elle-même en descendant dans son intimité. Au fond elle est plus une militante qu’une écrivaine.

Continuer la lecture de Aimée Gnali, une vie de combat pour la femme africaine. Par Daniel Delas

Parution : Écrire le fleuve Congo après Conrad

Revue Continents Manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraïbe, diaspora, 11/2018

Dossier «Écrire le fleuve Congo après Conrad» coordonné par Maëline Le Lay et Jean-Pierre Orban

L’introduction des coordinateurs (« Interroger le paradigme conradien ») en précise les enjeux et présente les questions qui structurent ce numéro.
Les articles de Marc Porée (« La fabrique d’un fleuve »), d’Andrew Griffiths (« Seeking the Sources of Heart of Darkness : the African Narratives of late-Victorian Explorers and Journalists »),  de Pierre Halen (« À propos de la tradition conradienne du Cœur des ténèbres comme archive internationale ») et de Frits Andersen (« Virunga National Park, the heart of darkness as UNESCO World Heritage ») s’interrogent sur la complexité et les ressorts d’un texte qui, depuis sa publication, a nourri bien des œuvres et des discours.
Placée sous le regard de Boniface Mongo-Mboussa, une table-ronde rassemble les interventions  des écrivains et artistes Blaise Ndala (« Au cœur des ténèbres, une œuvre ambiguë »), Joëlle Sambi (« Hors Conrad : Congo Eza ») et Christian Tundula (« Heart of Darkness, exposition ») qui discutent de la portée de Conrad sur leur imaginaire et leurs productions.
Nicolas Martin-Granel a réuni un choix de textes et de photographies intitulé « Le Fleuve commence ici »  : y apparaissent, de part et d’autre des rives du Congo, des écritures congolaises du fleuve.

La rubrique Inédits présente quelques pages extraites d’un scénario d’Orson Welles traduites de l’anglais par Jean-Pierre Orban (« Heart of Darkness, extraits du scénario d’Orson Welles »).

À lire, dans la rubrique Varia, un article d’Hervé Sanson consacré à l’écriture-palimpseste de Mohammed Dib (« Tlemcen ou la source des sources »). Il sera question de la littérature  haïtienne dans l’article d’Yves Chemla à paraître prochainement (« Voyage dans le nord d’Hayti ou Révélations des lieux et des monuments historiques d’Hérard Dumesle, un hypotexte fondateur »).

Consulter le sommaire et lire la revue :
https://journals.openedition.org/coma/1278

Journée « Écrire le fleuve Congo après Conrad » :
https://apela.hypotheses.org/1946

Henri Lopes, métis et honnête homme fourvoyé en politique. Par Daniel Delas

Henri LOPES, Il est déjà demain, JC Lattès, 2018, 506 p.

Henri Lopes est un écrivain connu dont il est inutile de présenter l’œuvre : ses premiers écrits, Tribaliques (1971) et le Pleurer-rire (1982), devenus aujourd’hui des classiques de la littérature africaine, ont été suivis de plusieurs autres romans et d’un essai Ma grand–mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois (2003). Les Etudes Littéraires Africaines lui ont récemment consacré un dossier malicieusement intitulé « Henri Lopes, lectures façon façon-là », dirigé par Anthony Mangeon, professeur à l’Université de Strasbourg.

Comment parler de l’importante somme qu’il publie aujourd’hui sous le titre Il est déjà demain ?  Alors que tous les ouvrages publiés d’Henri Lopes, principalement chez des éditeurs français, comportent une mention de genre, nouvelles, romans ou essais, ce gros livre n’en comporte aucune. Pourquoi ?
Demandez à l’auteur, diront certains ? Cela peut certes être sympathique et agréable mais reste souvent superficiel. Ce qui est d’ailleurs la position d’Henri Lopes lui-même :

La rencontre avec les auteurs ne nous apporte rien, est souvent gênante, ne donne lieu qu’à des propos insignifiants. A moins d’être un journaliste, un professeur, un thésard, qui a étudié les écrits du maître et a préparé l’entretien de manière professionnelle. La véritable rencontre se fait avec l’œuvre. Dans l’intimité d’un échange qui tient à la fois de l’indicible et de l’envoûtement. ( p.406)

Revenons donc au livre et en particulier aux six dernières pages ; Henri Lopes y définit lui-même son livre « comme une tentative de réponse au flou de ma généalogie ». C’est une autobiographie si l’on veut mais particulière en ce que son auteur est un métis, un SIF (Sans Identité Fixe) comme il se désigne ironiquement, affirmant fortement que le « fil rouge » de ces « souvenirs » « est le métissage, la célébration du mariage des cultures » (502). Le métissage, Henri Lopes nous en avait déjà parlé dans Ma grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois (2003) et Le chercheur d’Afriques (1990) mais ici la question est traitée dans la dimension de toute une vie :

Un métissage qui ne fut pas à son origine, particulièrement en Afrique, et sous la colonisation, une romance fleurie, mais une expérience douloureuse. Mon père et ma mère furent des enfants abandonnés de leurs pères, réclamés par leurs mères à une administration sourde à leurs cris. (p. 502) (…) Le métis est un être ballotté entre plusieurs familles, qui appartient à trois tribus : celle de sa mère, celle de son père, celle des métis. (…) Il fallait dire l’errance de la vie métisse. Il est déjà demain n’est pas une autofiction, ce sont des souvenirs réels, passés non pas au filtre de la méthode historique, mais à l’étamine d’une sensibilité de romancier. (p.503)

Ce livre n’est donc ni une autobiographie réaliste ni des Mémoires revendiquant une place dans l’histoire et philosophant sur l’humanité, à la manière d’un Chateaubriand. Ce qui frappe au contraire c’est l’étonnante modestie de l’auteur : il a exercé durant dix ans dans son pays des responsabilités de premier plan (ministre de l’Education, ministre des Affaires Etrangères, Premier ministre) ; il a joué un rôle important comme sous-directeur de l’Unesco ; il a représenté le Congo comme ambassadeur à Paris ; il a rencontré, de Nasser à Mao, de Nyerere à Senghor, tous les grands dirigeants politiques de son temps ; il a entretenu un compagnonnage amical avec Marien Ngouabi, le leader progressiste congolais (qu’il juge sévèrement dans ses emballements immatures mais avec une sorte de tendresse) jusqu’à son assassinat (« j’ai pleuré comme un gamin » p.428) mais il ne se fait pas d’illusions :

Je ne pense pas que les historiens garderont le souvenir de mon passage à la direction de mon pays. Il n’existe pas de lois Lopes, ni de réforme ou de plan qu’on puisse m’ attribuer. Au sein d’équipes essentiellement mues par une idéologie, somme toute assez sommaire et mal digérée, je me suis fait fort de rester lucide, de faire jouer ma raison, et quelquefois mon cœur, afin de vivre un idéal et des principes chevillés à mon corps. (506)

Finalement, devant le déchaînement de violences criminelles inutiles (comme l’assassinat absurde du chanteur Franklin Boukaka (p. 340), il se rendra compte qu’il s’est fourvoyé en politique :

Je me disais que ce n’était pas mon monde et que les textes de Marx, de Lénine et de Mao ne m’aidaient pas à comprendre ma société. Je me tournai donc vers les études de mes maîtres de la Sorbonne pour sinon comprendre des comportements d’un autre âge, du moins les expliquer (p.341)

On n’est ni dans la posture d’amuseur d’un Mabanckou avec sa naïveté enfantine  surjouée ni dans celle d’un Sony Labou Tansi, à la lucidité volcanique ; la posture de Lopes est celle de l’honnête homme, un être cultivé, agréable et raisonnable, une tête bien faite plus que bien pleine, mais un honnête homme métis et donc par nature ouvert à la diversité humaine, voire à la diversalité pour reprendre le terme d’Edouard Glissant.

Pour citer cet article : Henri Lopes, métis et honnête homme fourvoyé en politique. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 05/10/2018, https://apela.hypotheses.org/2537.

Du vrai et du faux en histoire. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, Les cigognes sont immortelles

roman, Le Seuil, 2018, 293 p.

Qui a tué Marien Ngouabi le président rouge du Congo le 20 mars 1977 ? Vous le saurez en lisant le dernier livre d’Alain Mabanckou, Les cigognes sont immortelles. Saurez-vous pour autant la vérité ? Qui sait la vérité ? Y a-t-il une seule vérité, plus vraie que toute autre version ?
En refermant le livre, on réfléchit au statut de l’histoire, l’histoire en général et l’histoire du Congo en particulier, et à tout ce qu’il charrie de vérité et de fausseté.
Mabanckou place le récit de cet événement qu’il considère comme décisif sous le signe de l’affectif, partant de l’affection du fils unique de Maman Pauline, le petit Michel âgé à l’époque de onze ans, – comme Alain Mabanckou lui-même, né en 1966 -, pour le camarade président Ngouabi dont on chante les louanges à l’école. Comment celui qui depuis dix ans conduisait fermement son pays vers un socialisme radieux, avec mobilisation enthousiaste, idéologique et vestimentaire, des femmes, des enfants et de tous les Congolais en âge de marcher, peut-il disparaître soudain ?
Cet épisode central de l’histoire du Congo-Brazzaville est vécu et relaté par le petit Michel, filtré par son langage, par sa façon d’appréhender le réel quotidien, naïve et simple, qui s’affiche dès l’incipit du récit

Maman Pauline dit souvent que lorsqu’on sort il faut penser à mettre des habits propres car les gens critiquent en premier ce que nous portons, le reste on peut bien le cacher, par exemple un caleçon gâté ou des chaussettes trouées.
Je viens donc de changer de chemise et de short. (p. 11)

et se poursuit tout au long du récit de ces trois journées des 19, 20 et 21 mars 1977 :

Dans son dernier discours, il (Marien Ngouabi) il promettait de tout faire pour que nous n’ayons plus à souffrir de la crise économique provoquée par les pays riches, et il ajoutait que notre peuple devait chercher la paix malgré les embrouilles des impérialistes qui n’ont rien d’autre à faire que de nous embêter matin, midi et soir après avoir volé nos richesses en quantité industrielle. (p.57)

Mabanckou excelle dans cet exercice et la manière de parler de son petit héros fait souvent sourire le lecteur-auditeur. Toutefois pour éviter la saturation, de temps à autre on change de style, par exemple en écoutant avec tonton Roger La voix de l’Amérique raconter l’histoire du Congo depuis la présidence de l’abbé (polygame !) Fulbert Youlou, le président-fantoche installé par les Français dans les années 50, remplacée par la présidence d’Alphonse Massamba-Débat (1963-1968) auquel succédera le capitaine Marien Ngouabi. Le tout sur fond de rivalité inexpiable entre Nordistes et Sudistes et jeux d’alliances subtiles entre ethnies. Là, le ton devient plus didactique, voire un peu professoral (par exemple pp. 117 à 123).
Aucune posture de surplomb bien entendu dans ce récit des événements rapportés tels que les a vécus l’enfant, avec ce style chaleureux que Mabanckou sait si bien charger de tendresse. Tendresse simple qui mue toutefois en réalisme social douloureux lorsque le petit Michel doit mentir pour sauver sa mère. Car celle-ci a pris ostensiblement le deuil après l’assassinat de son frère, officier partisan de Ngouabi et, jetée en prison, est menacée de mort. Va-t-il répondre au juge que le capitaine était le frère de sa mère ce qui est la vérité vraie ou mentir et affirmer le faux pour la sauver :

Mon petit, ce sera la dernière fois que je te repose la question, je n’ai pas que ça à faire : est-ce que le capitaine Kimbouala-Nkaya était le frère de ta mère, donc ton oncle ?
Je laisse s’exprimer la petite voix qui est au fond de moi, et je réponds :
Le capitaine Kimbouala-Nkaya n’était pas mon oncle, mais il est devenu une cigogne, et les cigognes sont immortelles (p.293)

Ainsi se termine le roman. Faut-il gloser ou écouter le battement des ailes des cigognes ? Dans nos cultures la cigogne est symbole de longévité, de piété filiale et d’immortalité. Est-ce à dire que la vérité reste aujourd’hui cachée mais qu’avec le temps…

*

Les cigognes sont des oiseaux emblématiques de la longévité aussi bien que de la piété filiale ; elles apportent, dit-on, les enfants dans les familles et étaient célébrées comme telles à l’école congolaise (p.61).

Le film Quand passent les cigognes de M. Kalatozov emporte la Palme d’or à Cannes en 1958 ; il raconte une histoire d’amour contrarié mais triomphant en final. En écho avec l’embrigadement socialiste de ces années en Afrique : Sekou Touré en Guinée-Conakry, Amilcar Cabral en Guinée-Bissau, Ernest Ouandié au Cameroun, Patrice Lumumba au Congo-Kinshasa, ces grandes figures de l’histoire africaine sont célébrées-chantées dès la petite école.

Alain Mabanckou raconte la vie dans ce climat idéologique d’un jeune garçon.

Pour citer cet article : Du vrai et du faux en histoire. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 02/09/2018, https://apela.hypotheses.org/2197.

Henri Lopes, lectures façon façon-là. ELA 45 (2018)

Prochaine sortie de presse du n°45 ! (envoi durant l’été 2018 aux membres de l’APELA, le numéro peut aussi être commandé à l’exemplaire)

Henri Lopes, lectures façon façon-là

Etudes Littéraires africaines n°45 (2018)

Textes réunis par Anthony Mangeon

Henri Lopes a cinquante ans de littérature derrière lui, et il garde plusieurs longueurs d’avance sur ses contemporains. Considéré très tôt comme un « classique africain », il demeure l’un des écrivains les plus lus dans les pays de langue française. L’étude de son œuvre mérite dès lors d’être abordée comme un corps à corps, au plus près d’elle et dans l’exploration de tous ses sens. En épousant ses rythmes, en suivant ses parcours internes, en lui emboîtant le pas, ces « lectures façon façon-là » veulent rendre justice à la manière si particulière dont Henri Lopes, depuis plus d’un demi-siècle, fait entrer son lecteur dans la danse, que ce soit celle de l’histoire, de l’écriture ou de la vie, ou plutôt celle de leur puissante conjonction.

Sommaire du dossier :

  • Henri Lopes a cinquante ans ! (Anthony Mangeon)
  • Un art du roman démocratique ? Effets de miroir et lieux communs dans l’œuvre d’Henri Lopes (Anthony Mangeon)
  • Mobilités de l’œuvre : exils, errances et retours
    (Catherine Mazauric)
  • L’histoire et son traitement dans l’œuvre d’Henri Lopes
    (Bernard Mouralis)
  • Esthétique, politique et éthique du personnage :
    le métis dans l’œuvre romanesque d’Henri Lopes
    (Sylvère Mbondobari )
  • Henri Lopes, anti-« parrain » de la phratrie congolaise
    (Céline Gahungu)
  • Sculpter la matière, écrire le monde : entretien avec
    Henri Lopes (entretien réalisé par Céline Gahungu)
  • Extrait des carnets de Sony Labou Tansi
  • Femmes congolaises et subterfuges d’une vie sur
    l’autre rive (Réassi Ouabonzi alias Laréus Gangoueus)
  • Le Méridional, un roman hanté par la génétique
    (Nicolas Martin-Granel)
  • Bibliographie (constituée par Bo-Hyun Kim)

À propos du décolonial

  • La formation de la pensée décoloniale
    (Adélia da Silva Mathias)
  • Quelques observations critiques (Sarah Burnautzki)

Varias

  • (Re)cartographies poétiques et imaginaire diasporique :
    une lecture de l’Atlantique noir à partir d’un Arc-en-ciel
    pour l’Occident chrétien
    , Changó el gran putas et The Salt
    Roads
    (Marine Cellier)
  • Écriture, voyage et (con)quête dans Dahij de
    Felwine Sarr (Alioune Diaw)

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2017

ELA_45_couv_C1_C4